Site créé pour ceux qui veulent discuter entre estimateurs positifs de la direction de la BD.
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Fanfictions (d'Eyael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageAuteur
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   Lun 3 Jan - 11:33

Choc magique chapitre 2

-Debout, vite ! Allez dépêchez vous, il se passe quelque chose ?
-Comment ça à deux heures du matin ? Non mais c’est comme ça tous les jours, marmonna Ténébris en se frottant les yeux à moitié endormie. Si ce fichu médecin n’avait pas eu une très bonne excuse, elle lui ferait regretter longtemps son geste.
-Et les autres alors ? Et Zadina ?
-Ne vous inquiétez surtout pas à ce sujet, je suis allé les voir. Quant à Jadina, hé bien, il ne vaudrait mieux pas qu’elle vienne.
Au cours du trajet l’angoisse et l’appréhension croissait de minute en minute. Quelle découverte avait pu être faîte et surtout aussi terrible pour que le professeur se refuse à en parler ? Fort heureusement le voyage ne dura pas longtemps et le directeur de la mine en personne vint les accueillir
-Préparez vous à une mauvaise surprise. Je suis désolé de ce qui vous arrive, sincèrement. Si vous voulez bien me suivre….
-Oh mon dieu !
-Mais mais qu’est ze que z’est que zette farze ?
-On dirait que tout ne nous a pas été révéla, marmonna Gryf.
Shimy quand à elle avait senti ses jambe se dérober et ne pouvait retenir ses larmes.
-C’est horrible, murmura silencieusement Rigel. C’est une tragédie et ça nous met tous dans une situation très délicate.
Tous ne quittaient pas l’endroit maudit. Là ou le corps de leur meilleure amie avait été découvert. Là où elle avait dû être tuée ou perdre la vie pour trouver un moyen de vaincre Anathos… Pourquoi avait il fallu qu’elle meure après Danaël ? Qui cherchait donc à tous les éliminer et dans quel but ?
Razzia serra le cadavre contre lui en essuyant ses larmes.
Puis l’inquiétude la perplexité et la colère succédèrent au chagrin.
-Je ne veux pas briser l’ambiance mais « la jadina » ne risque elle pas d’être dangereuse, finit par lâcher Sheïtan en choisissant bien ses mots.
-Pourquoi et comment peux tu te permettre de dire ça ? s’écria Gryf en le fusillant du regard. Elle a toujours été à nos côtés et…
-C’est vrai, elle a affronté Anathos quitte à perdre la vie et pourtant elle ne l’a pas perdu. Elle nous a retrouvés, mais si c’est un imposteur, pourquoi avoir fait ça ?
-Sans aucun doute pour obtenir la confiance de tous et attendre le moment opportun pour frapper, fit observer Vangélis. Son sang ses nouveaux pouvoirs, peut être lui ont-ils été accordés pour qu’elle permette à son maître de s’emparer du royaume. Vous ne pensez pas que c’est possible ?
-Si c’est vrai, ça tient debout à cause de son ancien statut et de son appartenance à la famille royale, les différends avec sa mère, admit Shimy en se forçant à ne pas regarder les orbites vides.
-Vous ne croyez pas que vous allez trop vite en jugement ? On est pas sur à 100% de ce qu’on avance !
-Ténébris a raison, admit Rigel. Et si quelqu’un avait plutôt tenté de faire un faux cadavre ? Il y a des multitudes de pistes et le profil de Jadina est assez connu.
-Je vous comprends parfaitement, répondit Vangélis avec un sourire aux lèvres et c’est pour cette raison qu’une fois revenus au palais, nous nous chargerons de mener des examens médicaux approfondis. Mais pour le moment, nous n’avons plus rien à faire ici. Il nous faut rentrer. Allez, venez.
-Non, je ne… veux pas, sanglota Shimy en voyant des ouvriers glisser le corps dans une housse mortuaire.
-Shimy, personne parmi nous ne le voudrait. C’est dix fois pire que ce qui nous est arrivé quand on a perdu Danaël glissa Gryf à son oreille en l’enserrant. Mais je te promets qu’on la vengera et que celui qui a fait ça le paiera.
- Mais mais enfin… Et notre groupe et la reine ? que va il se passer ?
-Ne te précipite pas comme ça, Shimy. On va essayer de régler une chose à la fois et de le faire ensemble, la rassura Sheïtan avec un léger sourire.
-Mon dieu que vont penser le roi et la reine ? Et zurtout comment faire pour ze débarrasser de zette zaleté de clone ou de ze ne zais pas quoi ? Gronda Razzia en remontant sur le karapax.
-Je ne sais pas mais uen fois que j’aurais cette garce devant moi elle va pas s’en tirer comme ça.


De retour au palais

Des gardes couraient de ci et de là affolés et se précipitant sur les nouveaux venus.
-On peut savoir ce qu’il s’est passé, questionna Ténébris en faisant face à un des gardes.
-Hé bien… tout semblait presque normal dans les salles, mais quand j’ai ouvert la porte du hall, j’ai entendu comme un bruit de minuterie. Il ne restait plus que quelques heures, visiblement ça…
-Ca aurait sauté à l’heure matinale où il y a le plus d’affluence et l’attentat aurait fait beaucoup de victimes !
-Bon sang encore une chance que vous ayez pu découvrir ça à temps, s’écria le roux en s’épongeant le front.
-Il vaut mieux qu’on inspecte les lieux pour plus de sureté, ordonna Ténébris. Pouvez vous nous conduire ?
-Mais enfin vous ne vous rendez pas compte, c’est dangereux et…
-J’ai dit : conduisez nous tout de suite, répéta elle avec un ton plus menaçant et lui mettant sous la gorge une de ses lâmes.
-Hey arrête za, on n’azit plus comme za ! Nous zommes des lézendaires ! On ne va pas se rabaizzer au niveau de zes tueurs !
-Tu ferais mieux de ravaler tes belles paroles ! Visiblement t’es redevenu long à la détente et la gravité de la situation t’échappe… Korbo ! mais pas à moi, S’exclama elle avant de foncer dans le couloir.
-Je la suis, ajouta Gryf en se lançant sur ses talons.
-Ze viens avec toi, elle prend des rizques et ne les mesure pas. Zi elle fait un zeul faux pas za ira mal pour nous touz.


-Encore ce rêve ? Je ne comprends pas pourquoi je dors autant et je me retrouve face aux arbres me protégeant. Tout était plus que flou dans l’esprit de jadina depuis son retour au pays. La seule chose concrète dont elle se souvienne était sa quête pour accroître ses pouvoirs.
Elle jeta un bref coup d’œil au ruban qui ornait son poignet rappelant le tragique événement puis à la toile représentant sa famille. Puis la porte s’ouvrit à la volée… Shimy partit d’un éclat de rire sans joie.
-Toutes mes félicitations ! Tu es vraiment très forte et tes coups tordus ont réussi hein ?
-Shimy ! Mais qu’est ce que tu dis ? Je n’ai jamais fait ça ! et dans quel but en plus ? Tu es devenue folle ?
-Ho non, je dirais plutôt que c’est toi qui est tordue ! Gryf se tenait aussi dans l’entrebaîllement visiblement fou de colère. Et je te donne un bon conseil : ferme là, traîtresse ! et sur ces mots, il se rapprocha d’elle en lui assenant un violent crochet la griffant au passage. Ce fût la goutte qui fit déborder le vase, Jadina centra tout ce qu’elle avait enduré durant ces dernier jours dans sa boule d’énergie. Si ils avaient choisi la violence, ils devraient en subir les conséquences jusqu’au bout… Puis Rigel surgit dans la pièce avec Vangélis sur les talons.
-Je ne ferais pas ça à ta place. A mois que tu ne craignes pas de mourir par une forte dose d’antimag, prévînt son mentor.
-Mais, mais de quoi m’accusez vous tous ? Et pourquoi vous comportez vous ainsi c’est grotesque ! je suis Jadina !
-Vraiment ? Alors tu devras m’expliquer comment tu as pu te dédoubler et vouloir assassiner tes propres parents. Tu es plutôt pleine de surprise. Son regard avait entièrement changé ainsi que son ton. Tout était devenu glacial en lui, il ne restait plus aucune trace de son nouvel ami.
Suis nous, ajouta il en la forçant à se lever.
-Je peux savoir où vous comptez m’emmener ?
-face à tes mensonges ! Répliqua Gryf plein de fureur sans ralentir son pas.
Au bout de quelques minutes, ils arrivèrent dans une salle où les autres les attendaient. Et elle comprit pourquoi ils voulaient en découdra avec elle en voyant le squelette vêtu de son anien costume.

A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Hiro
Messages : 757
Date d'inscription : 23/07/2009
Age : 33
Localisation : La Rochelle

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   Jeu 10 Fév - 23:12

Choc magique chapitre 3

-Alors ? ose nier que tu as voulu tous nous duper ? Espéce de salope !
Jadina regarda à nouveau le cadavre puis ses compagnons fous de douleur et de chagrin. C’était impossible, elle était la princesse Jadina, elle se souvenait de tout ce qui s’était passé… Le corps devait être un faux mais très habilement préparé. Les choses étaient claires, on voulait l’abattre mais qui ? et pour quelle raison ? Manifestement pas celle du pouvoir sur ce coup.
-Puisque je vous le répète, répondit elle en serrant les poings pour s’inciter au calme. Tout ceci est grotesque et faux ! Je suis votre Jadina ! Durant toutes ces années nous avons traversé différents territoires, affrontés ennemis ensemble. Pourquoi ne me croyez vous pas ?
-Pourquoi ? Tu oses demander pourquoi ? Ténébris eût un rictus sinistre. Tout simplement parce que tes nouveaux pouvoirs nous inspirent encore des doutes…
-Tu ne nous as pas vraiment tout dit ni comment tu t’es procuré ces armes dont tu disposes. En gros tu voudrais nous mentir et profiter de toi que ça ne nous étonnerait pas, continua Shimy en lui barrant le passage.
-Où comptes tu aller ? En prenant la fuite, tu réussis exactement à confirmer nos soupçons, princesse.
-A moins que tu tiennes à te retrouver en morceaux Sheïtan, je te conseille de la fermer. Pour qui te prends tu au juste ? sentant la colère monter encore plus en elle, elle pointa sa main en sa direction prête à invoquer la foudre divine. Mais son geste fût interrompu.
-Le nouveau leader des légendaires aurait une mémoire aussi courte ? Aurais tu oublié que tu as conduit tes compagnons vers nous dans le but d’obtenir des renseignements tout en ayant conscience des risques ? Ces risques existent toujours et pour tout le monde acheva il.
-Au fait, une autre chose ajouta Gryf. Si tu es la vraie Jadina il n’y aura pas de problèmes et tu repartiras avec nous mais… Dans le cas contraire ce sera la justice orchidienne qui décidera de ton sort.
Avant que quelqu’un d’autre ne puisse faire un geste, un détachement de gardes fit irruption dans la pièce. Cette fois Jadina fût poussée avec violence sur le sol et plaquée par des mains solide. Puis la sensation d’une piqure particulièrement douloureuse une sensation de tournis atroce.
-On peut savoir ce qui vous prend ? Sur les ordres de qui agissez vous, ainsi s’enflamma Shimy.
L’un des hommes ne lui prêta aucune attention et releva brusquement l’ancienne héritière.
-Pour tentative d’assassinat contre la famille royale, vous êtes en état d’arrestation. Votre plan a failli réussir, mais un détail vous a trahi.
-Non mais vous vous foutez de nous ou quoi ? Comment Zadina aurait elle pu faire une chose pareille ? Elle n’est zans doute pas en bons termes avec za mère mais elle ne tuerait perzonne !
-L’ancienne Jadina, rectifia Ténébris. Peut être pas la nouvelle. Et dans le cas du doute.
-Non, je vous en supplie non. Son regard émeraude croisa celui de son ancien mentor dénué de toute trace de compassion.
-Comment pourrais je avoir aveuglément confiance en une personne qui est susceptible d’être une tueuse ou un clone envoyé par quelqu’un ? Tu lui ressembles énormément mais ça ne signifie rien. Une gifle assenée avec violence à la prisonnière lui fit cracher un filet de sang gris. Aterrée par ce qui se passait, Jadina garda néanmoins une attitude digne et résignée. Seules de discrètes larmes brillaient au coin de ses yeux alors qu’elle était emmenée fort probablement dans un cachot.
-Croyez vous réellement que qu’elle soit… ?
-Je ne pense pas Gryf, elle a beaucoup de défauts certes. Elle est en mauvais termes avec sa mère, tout comme moi d’ailleurs. Mais enfin, quelle raison valable aurait elle pour assassiner la reine de sang froid et de cette manière en plus ? Shimy ne croyait ou ne voulait absolument pas croire à ce coup monté. Quelqu’un qui convoitait le trône devait forcément être derrière tout ça. Et d’après l’expression perplexe qu’affichaient les autres, Jadina leur semblait innocente sur ce point.
-Que pouvons nous faire à prézent ? Il nous faut azir vite et bien. Si la zituation z’envenime, nous rizquons de zubir le même zort que Zadina. Touz zans excepzion, ajouta le châtain devant l’expression inquiète de ses compagnons.
-Avant toute chose, il faut vérifier si ce squelette est un vrai ou un faux destiné à tous nous faire tomber dans le panneau. Je vais suivre les analyses générales et je vous tiendrais au courant, proposa Rigel.
-Mais comment pourrais tu faire ça ? Gryf n’en croyait pas ses oreilles, une surprise de plus et pas des moindres.
-Il y a des années de ça j’ai fait des études scientifiques. Je voulais suivre les traces de mes parents, de ce fait l’anatomie et autres discplines concernant le vivant ont été mon pain quotidien de longues années durant, répondit simplement Rigel sans sourire.
-Pourquoi ne nous en as-tu rien dit ?
-Gryf, arrête un peu, trancha Ténébris. Comme razzia nous l’a fait si aimablement remarquer, nous devons faire des choix. Et j’en entraperçois un pour le royaume d’Orchidia.
-Ah oui, lequel ?
-De succéder à ma mère tout simplement. Fermez donc la bouche ajouta elle devant leur expression de stupeur. Ce n’est pas de gaîté de cœur que je prends cette décision mais le royaume risque de sombrer d’un moment à l’autre. Ma mère se meurt et Kasino doit guetter le moment propice.
Razzia n’en croyait pas ses oreilles. Une illusion, ça ne pouvait être qu’une illusion ; il la connaissait depuis trop longtemps. Bien que les débuts aient été houleux, elle avait fini par trouver sa place dans le groupe, s’intégrer. Ténébris était à présent une légendaire à part entière. Elle ne pouvait pas faire ça, si Jadina partait puis elle que resterait il réellement de l’idéal de Danaël ? Les légendaires seraient ils condamnés à sombrer dans un demi oubli après ce qu’ils avaient fait ? Non, impossible ! il refusait de l’admettre, ce serait trop injuste, trop cruel !
-Non, tu ne peux pas faire za, même zi tu es za dezcendante directe.
-Ah oui et qu’est ce qui te permet d’avancer une telle chose riposta elle sur un ton glacial n’augurant rien de bon.
-Ténébris, pas ici et maintenant. Laissons les travailler tranquillement et parlons en marchant, intervînt Gryf en lui ouvrant la porte.
La fille du sorcier noir rejeta un regard au cadavre et à l’équipe de scientifiques déjà affairés autour. Elle ne savait plus très bien où elle en était et n’arrivait pas à retrouver son souffle vu l’urgence de la situation.
Les corridors se croisaient et s’entrecroisaient, les escaliers fréquents. Ne décolérant pas du reproche que Razzia lui avait fait, Ténébris marchait à grande enjambées.
-Tu comptes bouder encore longtemps ? Si c’est le cas enferme toi dans ta chambre et dis nous que tu ne veux plus jouer avec nous. Ah les princesses sont toutes les mêmes.
-Et tu te trouves drôle Sheïtan ? Si tu veux rire et t’amuser avec moi, je suis d’accord. Mais je te garantis du sang avec !
-Nous nous inquiétons pour toi, Ténébris. Tu n’as jamais eu de formation politique, tu ignores tout du protocole et tu voudrais te retrouver propulsée dans l’inconnu comme ça ? Shimy lui posa la main sur l’épaule dans l’espoir que son amie consente à lui faire face et à l’écouter, visiblement en vain.
-Shimy a totalement raison. Et as-tu penzé à moi, à ze que ze pourrais rezzentir ? Tu veux à nouveau me perdre alors que ze t’aime et que z’est réziproque ?
-Ne sois pas ridicule, bien sur que non, je ne t’abandonnerais pas. Pourquoi vous liguez vous tous contre moi ?
-Hé ho, baisse d’un ton veux tu ? je doute fort qu’on laisse passer votre liaison. Il fallait remettre les points sur les i sur ce coup là, soit Gryf n’avait pas eu une enfance princière très longtemps mais il était assez bien placé pour savoir que ces charges entravaient la vie. Et quelqu’un de la nature de Ténébris ne pourrait pas vivre dans cette cage dorée.
Tout ce que tu fais, c’est foncer tête baissée sans réfléchir. Nous sommes tes amis c’est normal qu’on se penche sur ton devenir.
-Je n’ai besoin de personne pour me dicter mes choix ! Bandes d’idiots, oubliaient ils à qui ils parlaient ? Depuis son enfance, Ténébris avait appris à faire ses choix entièrement par elle-même et en était fière. Ce ne serait donc pas aujourd’hui que sa fierté serait bafouée en se laissant influencer.
-Tu ne veux donc rien entendre ? Très bien fais donc comme tu veux. Après tout nous ne sommes pas intimement concernés par tes choix. Quitte ou double sur ce coup, mais si ça l’aidait à entendre raison. Par contre ne viens donc pas nous sauter au cou en nous faisant le coup de la pauvre éplorée si les choses tournent à ton désavantage. Et surtout pas auprès de ton cher et tendre, lança le brun sur un ton abrupt.
-Mais enfin, comment peux tu dire ça ? demanda gryf ; il croisa le regard gris du métis qui lui signifiait de la fermer.
-Après tout, ze crois que tu as raizon Ténébriz ; ze ne peux pas te forcer. Mais ze zuis dézu que mes paroles aient zi peu de poids ; que z’ai zi peu d’importance à tes yeux. Deux secondes plus tard, Razzia manquait de peu de se recevoir une gifle.
-Alors pourquoi aurais je trahi mon père ? Toi aussi tu me déçois « mon amour. » Et elle partit d’un pas furieux en les laissant en plein milieu de l’escalier.
-Mieux vaut la laisser se calmer, soupira le roux. Bon sang quel mic mac, si il ne se récoltait pas une migraine princière après tout ce qui s’était passé c’était pur miracle. De son côté Sheïtan croisa les bras et se perdit dans la contemplation du mur.
-Il va falloir qu’on tire tout ça au clair, fit observer Shimy. Et des éléments manquants doivent aussi se trouver en dehors des murs du palais et nous ne les avons pas encore en notre possession.
-Tu as zans doute raizon, vous feriez mieux d’ouvrir l’œil. Zi on cherche à zemer la dizcorde, z’est pour que la victoire de l’ennemi soit totale.
-Espérons que ce ne soit pas quelque chose qui égale Anathos. Il y a déjà eu suffisamment de problèmes comme ça, marmonna Sheïtan.
-Oui, en effet approuva Shimy. Heu… Quelque chose qui cloche ? Risqua elle avec prudence.
-Non, mais y a des fois où je souhaiterais ne rien y comprendre à l’amour ! Ca éviterait les prises de chou inutiles, répondit il avec agacement.
Devant cette réponse inattendue, les autres se permirent un sourire amusé. Mieux valait rire que pleurer devant la gravité de la situation.

A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Hiro
Messages : 757
Date d'inscription : 23/07/2009
Age : 33
Localisation : La Rochelle

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   Sam 19 Mar - 12:37

Choc Magique chapitre 4

La nouvelle concernant la tentative d’assassinat s’était répandue au château comme une traînée de poudre. Tous les nobles, serviteurs ne parlaient plus que de la tentative ratée.
L’anxiété croissait aussi petit à petit créant des tensions : Puisque l’ancienne princesse était une assassine de sang froid doublée d’une pseudo héroïne, que sa sœur était la plus grande criminelle du pays, que deviendrait le royaume ?
La reine continuait de se mourir, et avec elle périrait sans doute la lignée des reines magiciennes. Quant au comte Kasino, neveu d’Adeyrid, lui et aussi était un sujet de rumeurs naissantes. Certains le connaissaient de réputation et présageaient la naissance d’une tyrannie toute puissante si ce dernier accédait au trône.
Autre part dans le tribunal du palais, une violente querelle avait eu lieu. Sa cause ? La politique.
-Pour la cinquième fois, la demande est rejetée ! Combien de temps encore allez vous passer à défendre cette idée saugrenue ?
-Aussi longtemps qu’elle n’aura pas reçu de suite positive si mince soit elle, répondit un médecin de la cour dont les lunettes glissèrent de son nez au moment où il prenait la parole.
-Ne vous rendez vous pas compte que vous franchissez les limites professeur Vangélis ? Tonna le juge. Ce n’est pas parce que vous êtes l’un des sujets favoris de sa majesté que vous devez vous attendre à quelque chose de réciproque venant de la justice ! Malgré tous vos arguments, ces secrets dévoilés, nous ne reconnaissons aucune légitimité au pouvoir à la légendaire Ténébris !
-Il s’agit pourtant de la descendante en ligne d’Adeyrid ! Est ce donc son passé de criminelle qui vous choque à ce point ?! Tout le monde a droit à une seconde chance. De plus cette personne posséde des qualités précieuses pour régner sur un pays. C’est plutôt la justice qui fait fausse route je pense.
-Ca suffira comme ça, vous en avez pour le moment trop dit, trancha le greffier.
-Veuillez vous retirer, d’ici là nous vous interdisons formellement de revenir dans ce tribunal. Pas avant que le conseil n’ait été consulté et que nous ayons entendu la voix de nos pays alliés. Maintenant… Partez !
Pauvres fous aveugles, comment osaient ils barrer de la sorte l’accès au trône ? Alors que Ténébris était depuis cinq jours reconnue comme la fille officielle de la reine, que la cour l’appelait princesse. Cette fille méritait d’avoir la reconnaissance de son statut de sang. Qui plus est la couronne devait lui revenir étant donné qu’elle était l’aînée.
-Que me vaut le plaisir de vous voir professeur ? Soupira la brune en se massant les yeux.
-J’ai tenté de prendre votre défense. Vous savez, j’approuve votre choix même si il a été difficile et douloureux pour vous. Le royaume d’Orchidia a besoin de quelqu’un qui est un battant, qui a une poigne de fer et remette le pays d’aplomb. C’est pour le plus grand bien de tous.
-Pour le plus grand bien ? Et comment pouvez vous affirmer ça si sereinement ? Assez de faux réconfort, assez des personnes qui lui tournaient le dos de la sorte. Combien de souffrances morales avait elle enduré depuis la guerre contre Anathos puis le choc de découvrir le coté maternel de sa famille. Déchirée entre l’amitié et le devoir, brisée de l’intérieur par les évènements et personne ne voulait la comprendre… Quel dommage de ne pas encore être à Barek. Là au moins elle était enfermée mais sans tous ces obstacles et ces tortures. Si seulement le temps avait pu être remonté… Mais c’était parfaitement impossible.


Une forte odeur de moisi, des murs couverts de mousse et la porte verrouillé par cinq cadenas. Comment pouvait elle être forcée d’endurer une telle injustice ? Pourquoi ses amis n’avaient aucunement sourcillé ou tenté de la défendre un peu plus quand les gardes du palais l’avaient arrêté ?
Jadina n’était presque plus que l’ombre d’elle même. L’antimag annihilait tout en elle hormis son esprit et ses fonctions motrices. Les lourdes menottes l’empêchaient de pratiquement tout faire. Même de se donner elle même la mort plutôt que d’être exécutée.
Le seul qui devait jubiler de la situation, c’était sans aucun doute son ordure de cousin. Ce n’était probablement plus qu’une question de temps avant que lui ou Ténébris prenne la direction du royaume.
« Tu devais t’y attendre, tu n’es pas la vraie Jadina », murmura une voix en elle distillant le doute comme un poison.
-Ce n’est pas vrai, j’ai toujours connu Gryf, Danaël Shimy et les autres. Je me rappelle de la scène du Kréa Kaos, de la trahison de Shun Day à Jaguarys… Vous mentez !
« Non, je ne mens pas, ce ne sont que des souvenirs. Souvenirs que n’importe qui pourrait s’approprier et transplanter dans un corps et convaincre la personne en question. Que fais tu de tes pouvoirs de ta résurrection ? As tu oublié qui t’a offert une seconde chance pour préserver notre existence ? Tu t’attaches tellement à ces héros mais regarde où ça t’a mené. »
-Et alors ? Il s’agissait de mes choix. Même si nos chemins se croisent je voulais reprendre là où le temps s’est figé ! Qui êtes vous tous pour m’ordonner ma conduite à la fin ?
Ma mère m’a mené à la baguette depuis mon enfance, j’ai été forcée de subir un mariage, puis de voir disparaître sous mes yeux celui que j’aime. Pendant longtemps, je suis restée dans le groupe parce que je ne pouvais pas les laisser tomber, parce que j’aurais réduit à néant le sacrifice qu’a fait Danaël en quittant les faucons d’argent. Quand pourrais je enfin avoir une vraie vie à moi et être libre ?! Ou bien ce que j’ai vécu n’était qu’un sursis avant que ma disparition soit nécessaire en ce monde ? accablée par ces questions auxquelles elle ne trouvait pas de réponse, la condamnation et l’abandon des autres, Jadina tomba à genoux sur le sol de pierre dur et humide se laissant aller en sanglots. Plus rien ne valait la peine à présent si les choses continuaient d’avancer en ce sens.
Ca faisait longtemps que sa mère et son père s’étaient désintéressés d’elle ; du haut de ses six ans la fillette observait de loin sa mère. Maman… Comme elle aurait aimé pouvoir prononcé ce mot devant elle et se laisser aller dans ses bras. Mais c’était hors de question en raison de son statut de princesse de sang. Il était essentiel qu’elle ait la meilleure éducation et soit irréprochable de tous points de vue. Adeyrid et Jadylina étaient des modèles à suivre, des femmes qui avaient marqué l’histoire du pays. Elle DEVAIT en faire autant sinon elle serait la honte de la lignée, couvrirait d’une sombre réputation le royaume.
« Tu me fais mal arrête ! »
« Tu es bien comme toutes les filles toi ! Tu es une vraie chochotte, répliqua avec un sourire mauvais son cousin de passage à la capitale. Allez, ne fais pas cette tête, je plaisante. On fit la paix proposa il en lui tendant une main. Naïve, Jadina la serra et sentit une douleur l’envahir. L’immonde type ! Il lui avait menti une fois de plus et s’amusait à lui tirer les cheveux une fois de plus. Exaspérée par son comportement, elle se rua vers lui et sans tenir compte des bonnes manières le mordit, le griffa avec toute la hargne dont elle était capable. Son cousin répliqua aussitôt par un croche pied et elle se retrouva sur le gravier. Son genou lui faisait mal ; elle s’était écorché les genoux et sa robe était de ça et là déchirée ! Oh non quelle catastrophe, que diraient sa mère ou le professeur Vangélys ?
-Alors, tu aimes rester par terre railla Kasino, un sourire carnassier sur les lèvres.
-Bravo, c’est assez réussi commenta le petit prince de Sabledoray. Dommage que tu ne saches pas te tenir Dina. Si tu te voyais… Tu ressembles à une paysanne et non pas à une princesse !
Cette ultime tirade augmenta son supplice, incapable d’en tenir plus la fillette se releva en pleurant et en courant. Où elle allait, elle n’en avait pas la moindre idée ; tout ce qu’elle voulait c’est que quelqu’un la console rien de plus.
Une silhouette familière entourée de diplomates, s’avançant dans les couloirs et plongée dans un débat mouvementé. Si seulement pour une fois elle jouerait de chance ; n’écoutant que son courage, Jadina s’approcha du petit groupe en reniflant légèrement.
-M Maman… S’il te plait. Ouh ouh Maman ! insista elle en tirant sur le bas de la robe de la matriarche. Le geste eût l’effet escompté mais pas l’effet auquel elle s’attendait.
-Jadina ? Que fais tu ici et dans cette tenue en plus? Comment oses tu nous interrompre ? Où donc as tu appris la politesse, j’aimerais bien le savoir. Le regard qu’elle posa sur sa fille était dur et chargé de reproches.
-Allons majesté, elle a sans doute quelque chose de très important à vous dire, fit remarquer un des diplomates. Vas y ma petite qu’est ce qui t’arrive pour que tu aies un aussi gros chagrin ? Son ton était encourageant, elle pourrait avoir un peu de compassion de sa part.
-C’est… C’est mon cousin, Il il a…
-A quoi ? poursuivit Adeyrid avec agacement.
-M’a fait tomber maman… pour preuve, elle lui montra sa main ensanglantée couverte de gravillons.
-Et d’après l’état de ta robe tu t’es battue avec lui alors qu’il ne l’avait sans doute pas fait exprés ? Compléta elle en se penchant vers elle un sourire sur les lèvres. Puis en une seconde, sa joue lui fit horriblement mal, elle était brûlante. Visiblement sa mère l’avait giflé et personne n’avait protesté. Mais de toute façon dans toutes les autres familles c’était souvent la même chose.
-Tu es venue me déranger seulement pour ça ? Tu me fais honte ! Vraiment je ne sais pas comment tu peux être aussi mal élevée alors que je fais tout pour que tu sois une princesse digne de ce nom. Dans ta chambre ! Immédiatement ! et ne reparais plus devant moi avant que je t’y autorise ! Sur son lit Jadina sanglotait sans pouvoir s’arrêter. Qui l’aimait vraiment dans ce palais à part le professeur Vangélys ? Qui d’ailleurs était venu la voir un quart d’heure après l’incident avait désinfecté ses bobos et l’avait gentiment sermonné. Si un jour elle le pourrait, elle partirait loin. Très loin d’ici et ne reviendrait jamais, ce serait bien fait pour eux.


Au moins si je meurs, je ne manquerais plus à personne vu mes crimes. Et je pourrais enfin voir ce cauchemar cesser, me retrouver à nouveau auprès de Danaël. Les légendaires ont survécu à survécu à Anathos, ils survivront bien à cette nouvelle tragédie ? Sinon ils ne seraient pas les héros les plus connus d’Alysia.

A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Hiro
Messages : 757
Date d'inscription : 23/07/2009
Age : 33
Localisation : La Rochelle

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   Dim 24 Avr - 22:48

Choc magique chapitre 5


Les examens se poursuivaient sans relâche dans un seul but : celui de savoir ou non si le corps était bien celui de l’ancienne princesse.
Ca allait faire pratiquement soixante heures que toute l’équipe travaillait sur l’autopsie, analysait les restes de tissu et les os.
-J’ai trouvé quelque chose, nota un assistant.
-Ah et quoi donc, demanda Vangélys en posant ses instruments sur la table de travail.
-Regardez les bras et les jambes : on constate que c’est au milieu des os comme les tibia humérus et radius que les fracture sont les plus importantes. De plus vu les fêlures, je pencherais pour un choc sur des parois en pierre. Par la suite elles ne se sont pas ressoudées.
-Et vu leur localisation, ce qui reste de sang laisse à supposer qu’il y a eu fracture ouverte et perte abondante de sang, ajouta Rigel en jetant ses notes sur un carnet. Ils commençaient finalement à y voir plus clair dans cette sombre affaire. Malgré tout ce qui se passait, il refusait d’admettre qu’il s’agisse d’un meurtre. Cela n’aurait pas pu se produire ainsi. Pas après les rumeurs sur chaque légendaire….
-Vous avez tous fait du bon travail messieurs. Mais, il nous manque encore la pièce centrale du puzzle : qu’est ce qui a provoqué sa mort ?
-J’ai peut être une hypothèse, tenta Layton un apprenti médecin en dernière année de médecine. Si on retourne le squelette et qu’on centre son attention vers la colonne vertébrale, on peut voir quelque chose qui crève les yeux.
Les deux dernières vertèbres dorsale et la première lombaire… Elles ont été transpercées, sans doute par un pic rocheux très tranchant.
-Belle observation mais qu’est ce que ça prouve, demanda Rigel. Un incident de ce genre aurait amené à une simple paraplégie.
-Les faits sont là mais votre interprétation est fausse, se moqua le médecin officiel. Vous ne faites que relater ce qui s’est passé.
-Pourtant, je maintiens que ça a de l’importance. Car voyez vous, en observant l’orifice, on s’aperçoit que notre victime s’est empalée sur un pic fortement incliné. Et en observant le reste des organes, j’ai pu constater que le cœur avait été transpercé de la même façon.
A peine avait il prononcé ses mots que le silence se fit.

-Il n’existe qu’un seul endroit où on trouve ce genre de roches ; à proximité de la principale mine de jade. Qui est aussi celle qui donne le jade de gaméragashé le plus pur et le plus puissant. Jadina, mon dieu… Tu tu as voulu remplacer ton bâton aigle et continuer à te battre pour nous tous, murmura d’une voix enrouée Vangélys.
-Elle est morte en véritable héroïne. Je comprends que ce soit dur pour vous Kalisto, tenta Layton. Après tout vous avez été si proche d’elle durant de longues années.
-Ca doit être un vrai drame pour vous, ajouta Rigel. Je sais ce que vous ressentez devant ce cadavre. Je l’ai vécu moi aussi, ça nous donne une raison supplémentaire pour neutraliser le double de la princesse. Comme vous êtes le plus proche de la reine et du roi, c’est à vous d’agir. Que choisissez vous ?
-D’annoncer au grand conseil et à leurs majestés la douloureuse nouvelle. La princesse Jadina est morte. Je sais que c’est dur à croire et que prononcer des paroles de ce genre me coûtent mais nous ne pouvons pas nous détourner de la vérité.
Si cela m’est possible, je vais demander le plus rapidement audience et reparler du devenir de la légendaire Ténébris. Veuillez m’excuser. Sa,s ajouter un mot de plus, il disparût plantant toute l’équipe dans la salle.
Rigel resta perplexe devant cette réaction. Si il avait été aussi proche de jadina qu’il l’affirmait, pourquoi n’était il pas profondément chagriné ? pourquoi n’avait il rien fait pour la défendre ? De plus le sourire qu’il avait vu sur ses lèvres quand il avait évoqué Ténébris ne lui disait rien de bon. C’était la fille du plus grand sorcier de tous les temps, une ancienne criminelle. Et bien que s’étant rangée du bon côté elle pouvait être encore dangereuse… Alors pourquoi lui manifester une telle attention ? S’impliquer dans des affaires ne le concernant nullement pas ?
Tout ça semblait être une stratégie organisée de main de maître dans laquelle on ne verrait que du feu dans son rôle. Et la « magicienne » serait abattue sans qu’on ait pu donner de vraies preuves.
Indifférent à ses yeux qui le piquaient et aux courbatures, il songea qu’il faudrait faire quelque chose. Et très vite avant qu’il ne soit trop tard ; donc parler de tout ceci aux légendaires dans l’immédiat.


Comment était il possible que Jadina soit toujours en train de pourrir dans son cachot ? Et Kasino qui s’en réjouissait sans s’en cacher prétendant qu’on ne pouvait pas se fier à une fille comme elle. Gryf en l’entendant s’adresser de la sorte à des nobles avait du se retenir de ne pas lui adresser une remarque particulièrement cinglante. Quant à Halan, à cause de ses fonctions de roi, il n’avait pas le temps de se préoccuper de son ancienne fiancée. Mais cela ne l’avait pas empêché de clamer haut et fort que « Dina n’aurait jamais pu faire quelque chose de la sorte. »
Ténébris se joignait par moments à ses compagnons mais passait le plus clair de son temps à éviter les autres et rendait visite à sa mère toujours dans le coma sans espoir réel de guérison.
Il ne se passait plus rien, les légendaires étaient considérés comme des intrigants se mêlant de tout ainsi que leurs vauriens d’amis. Il est vrai qu’un type dont on ne savait pratiquement rien et qui était dangereux et un autre ayant continuellement erré sur Alysia pour d’obscures raisons ne leur inspiraient pas la sympathie.
Le ciel vira lentement du gris nébuleux au gris de plomb annonciateur d’un orage ou d’une averse.
Plus qu’énervée par l’inaction et les événements Shimy se leva d’un bond de son fauteuil.
-Ca commence à bien faire ! Pendant combien de temps va on rester confinés ici ?
-Aucune idée, le fait de ne plus voir Ténébris et Razzia te contrarie à ce point ?
-Non elle me rend folle de joie, abruti !! Riposta elle en direction de Sheïtan qui l’observait sans se départir de son calme.
-Ho hé Shimy, tu n’es pas la seule à en avoir ta claque de poireauter dans ce palais et de ne pas trouver de solutions, Gryf naturellement. Qui écarta le pichet et les verres des mains de l’elfe, vu son humeur plus que massacrante il risquait d’y avoir de la casse.
-Alors que suggères tu donc ?
-Hé bien, de faire ce qu’on attend de nous. Mettre les voiles, provisoirement bien sûr.
-Dans quel but ? Celui de découvrir des indices dans la ville ou sur les lieux les plus connus ?
-Ma foi, oui admit le jaguarian avec légéreté. Une fois de plus ce type avait deviné partiellement ce qu’il pensait. C’était pénible et amusant à la fois. Les seuls qui parvenaient à cet exploit n’étaient plus de ce monde ni Elysio, ni Danaël. D’ailleurs en parlant d’Elysio…
Le déclic se fit alors que Shimy et Sheïtan s’étaient levés pour quitter la salle.
-Shimy… Tu te souviens de la tentative d’assassinat de Kash kash à Karakis ?
-Bien sûr que oui, pourquoi ? Tu penses que quelqu’un a utilisé une dent de Sagys ou autre chose pour se faire passer pour Jadina ?
-Mais oui, bon sang comment j’ai pu ne pas y penser plus tôt ?! Je me collerais des baffes tiens ! Lors de notre petite ballade, il faudra aller faire les courses si vous voyez ce que je veux dire.
-Oui, répondit l’elfe. Partez devant, je vais prévenir Razzia et laisser un mot pour les autres. Rendez vous dans cinq minutes devant la porte principale du château.

Lamentable. Il n’y avait pas d’autres mots pour définir le spectacle qui s’offrait à leur vue.
Des volutes de fumées verdâtres provenant des usines et amenées par le vent faisaient tousser bon nombre de passants. Certains quartiers étaient encore debout mais d’autres étaient en ruines.
De ci et de là, on voyait des enfants ou des adultes victimes de l’accident jovénia errer dans les rues. Certains tentant de mendier quelques kishus d’autres contemplant les résultats de la peste d’Anathos. Des bâches faisaient office de toiture.
-Par Shyska ! Mais comment, comment ose on laisser passer ça ? c’est scandaleux !
-Ca, c’est les humains, tout simplement. Mais si ça peut te consoler l’égoïsme et l’injustice ne leur sont pas des qualités propres. Sheïtan regardait avec un mélange d’indifférence et de tristesse les locataires. On souffrait toujours dans la vie malgré des bons moments ; pourtant si lui ou les autres s’étaient trouvés dans cette situation, il aurait senti la fureur l’envahir.
Continuant leur marche, le trio constata l’énorme écartement social présent dans ce pays et le laisser aller.
Gryf perçût un faible bruit et s’arrêta au beau milieu de la rue laissant ses compagnons perplexes. Jusqu’à ce qu’ils comprennent pourquoi il avait agi ainsi : une gamine aux cheveux violets et plus qu’emmêlés leur faisait face, une expression de profond mépris se lisant sur son visage. Dans sa main droite elle tenait une arme composée de bric et de broc. Pendant deux bonnes minutes ils se lancèrent des regards hostiles jusqu’à ce qu’elle brise le silence.
-Qu’est ce que vous foutez ici sales richards ? Vous venez nous narguer et nous prouver que nous on ne vaut rien ?
-Ne sois pas ridicule, tenta Shimy. Ressemble on vraiment à des orchidiens ?
-Non mais vous avez tous l’air pompeux et si sûrs de vous ! Se foutant bien de la vie des autres ! je parie que personne n’a jamais vu mourir de faim ou de froid voir de maladie ses proches ! Vous devez être bien contents dans votre petit confort mais vous êtes tous à vomir !!
Gryf ressentit de la pitié pour cette fille. Elle semblait vivre dans la rue ou ne pas avoir de domicile depuis très longtemps. Le genre de personne pour qui la seule loi était celle du plus fort.
-Et toi ? Tu ne te sens pas idiote à pester contre ces gens demanda le jaguarian. Tu sembles intelligente alors pourquoi n’aiderais tu pas tes compagnons ?
-Et on ferait comment ? On a pratiquement plus rien à cause d’Anathos et personne n’est venu nous aider ! Cracha elle avec hargne. Encore heureux que j’ai pu récupérer ça. Le ça en question était un cristal de jade d’une qualité moyenne et grossièrement taillé. Prenez ça !! Sans préalable, elle envoya une décharge semblable à celle que Jadina lançait avant avec son bâton aigle. Mais son attaque fût esquivée ; Sheïtan se plaça derrière elle lui tenant les poignets.
-Maintenant, je te suggère de te calmer. A mois que tu tiennes à ce que la situation dégénère un peu plus ? Elle sentit l’étreinte se resserrer sur ses poignets et la colère mélangée à de la frustration l’envahir.
On ne vient pas ici pour vous narguer mais pour avoir des renseignements fillette. Et même si tu as des notions de magie, elles ne te seront pas très utiles ici.
-Nous avons besoin d’un renseignement, d’un simple renseignement, demanda Gryf en adoucissant son regard. Nous aussi on déteste la politique de ce pays et on cherche quelque chose qui pourrait nous aider à changer la situation… Le peu qu’on a vu est suffisant. Alors ?
La rebelle analysa un court moment la demande avant de leur indiquer dans un quartier une boutique spécialisée dans les artefacts magiques. Mais ils ne pourraient pas y entrer comme ça, et si ils tenaient à obtenir quelque chose ils devraient y mettre le prix. Avant de se quitter, elle admit qu’un jour il faudrait mener une révolution et redonner au peuple le minimum. Offrir aussi plus de chances à ceux qui avaient des dispositions la possibilité d’étudier la magie…
Bon sang cette monarchie était vraiment merveilleuse ! Il alait falloir faire quelque chose et en parler à Ténébris passait dans les priorités sinon tout virerait aux répressions sanglantes.


A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Hiro
Messages : 757
Date d'inscription : 23/07/2009
Age : 33
Localisation : La Rochelle

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   Mar 7 Juin - 20:24

Choc magique chapitre 6

Laboratoire ; POV de Vangélis
Vu comment se passent les choses, mon plan marche, ou plutôt celui de « mon maître ». Après tant d’années passées dans la peau d’un gentil médecin, il est temps que le nouvel acte se joue sur scène !
Jadina est en mauvaise posture, je ne l’avais pas vraiment prévu ; c’est( certes fâcheux mais vu la tournure des événements… C’est la meilleure chose qui ait pu m’arriver : La discorde finira le travail et détruira à jamais l’esprit d’équipe de ces mêle tout de légendaires.
Anathos avait fait une belle erreur : ce n’est pas la force qui aura raison d’eux mais la manipulation.
Une chance aussi que Ténébris ait survécu. Elle sera la clé décisive de mon plan. Néanmoins, il reste encore un petit laps de temps avant d’arriver au grand final. The show must go on, mais pour ce faire, il me faut autre chose pour peaufiner mon rôle.
Où diable ai je pu cacher cette relique ? Celle dont tout dépend…. Mais oui bien sûr, à l’intérieur de ce coffre ! Bien malin qui pourrait croire que la chose la plus précieuse à mes yeux se trouve dans un simple coffre à bois. Qui plus est dans une bouteille quelconque ; de toute façon qui donc pourrait me soupçonner ?
Il change de ton devenant avenant et prend une seringue dans sa main
Oui comment, Kalisto Vangélis médecin de la famille royale d’Orchidia pourrait il comploter ou être démoniaque ? Après tout ce temps passé, cette si intense amitié avec Adeyrid et le soutien apporté. Que dire pour la princesse Jadina ayant eu une triste jeunesse, sans l’amour d’une mère ? Qui plus est un médecin comme moi ayant pris sous sa protection des apprentis les formant à toutes les ficelles du métier. Non vraiment, ce serait grotesque de m’accuser ou même d’avoir cette pensée. Mais comme je l’ai dit, mon rôle ne va pas tarder à s’arrêter.
Avec le jade de Gaméragashé et la force de Ténébris, qui pourra s’opposer au retour d’un sorcier talentueux ? Tout commencera par Orchidia, puis Larbos et bientôt Alysia toute entière !! Les mages encore vivants sur cette planète n’auront d’autre chance que de choisir le bon camp.
Oui, Tout va changer, et cela, c’est grâce à ce précieux élixir… Que ce cher Thurmis, alchimiste de génie a crée. Il a pu à l’aide d’un corps et d’une âme recréer une âme et un esprit… Celle qui me manquait pour mener à bien ma tache mais assez parlé ! Il est temps pour moi, de passer le pas. La bouteille est à deux doigts de mes lèvres ; ce n’est pas le moment de flancher… De quoi aurais je peur de toute façon ? Allez, un toast à la gloire et la puissance est le bienvenu. Ce n’est pas le premier et ce ne sera pas le dernier.


Dire qu’elle avait été arrachée de son cachot pour subir CA. Jadina arrivait à retenir sa terreur mais pas sa douleur. Dès le petit jour, des gardes l’avaient amenée dans cette salle tout aussi sinistre que son cachot. Tout ici empestait la cruauté, la douleur et la haine. Elle avait vu pire par le passé de ce côté là. Anathos lui avait pris ce qu’elle avait de plus cher Danaël, elle avait été transperçée par le dieu déchu… Ce qui l’exaspérait c’était cette répétition permanente d’horreurs et injustifiée en plus.
Une fois de plus, elle laissa échapper un nouveau hurlement. Ses bras lui faisaient encore plus mal : jusqu’où serait elle capable de résister à cet écartelage ? et la question qui se répéta :
-Qu’as tu fait de la vraie Jadina ? Plus vite tu répondras, moins tu souffriras. Surtout lors de ton exécution. Il paraît que ça sera très rapide, que les condamnés ne sentent rien… Tu devrais t’en réjouir.
Qu’y avait il de réjouissant à ça ? Personne n’était venu la voir depuis son incarcération ; visiblement ils la croyaient coupable ou doutaient d’elle. La seconde solution était la plus plausible. Mais dans ce cas là, pourquoi ne pas la traîter tout de même avec un maximum de respect. Après tout, elle avait tant donné pour protéger ses amis, venger Danaël et redonner ensemble une chance à ce monde.
Comment en dépit de ses nouveaux pouvoirs aurait elle pu changer à ce point sans s’en rendre compte et devenir dangereuse aux yeux de tous ?
Nouveau cri, nouvelle douleur : le puits de lave se rapprochait dangereusement d’elle. Ils n’avaient pas l’intention de la tuer sinon il en auraient déjà finis avec elle. Non, ils voulaient juste prendre plaisir à l’humilier pour ce qu’elle avait fait il y a bien longtemps de ça : être devenue une légendaire.
A l’extérieur de la salle de torture, les gardes commentaient ce qu’ils voyaient.
-Elle m’impressionne cette nana, après tout ce qu’elle a subi elle a encore l’aplomb de tout nier. Faut avouer qu’elle a une sacrée résistance…
-Ah ouais ? Mais c’est sans doute du à son sang vert et je ne sais quoi d’autre… Elle a sans doute passé un pacte avec le diable ou quelqu’un d’autre.
-Moi, on ne m’ôtera pas de l’idée qu’elle semble vraiment être innocente : elle a ni le regard ni l’attitude d’une tueuse. Et puis pourquoi tuerait elle sa mère alors qu’elle a choisi l’aventure au pouvoir ?
-Ah ça, c’est les idées de princesses capricieuses. Y en a quand même qui se rendent pas compte de leur chance.


Jamais Orchidia n’avait connu autant de problèmes à résoudre. La succession, l’attentat et maintenant un cas économique.
Certaines zones où étaient implantées des arbres posaient problème. De plus en plus de cristaux semblaient défaillants voir même dangereux. Aux phases finales d’un test, des magiciens avaient pris de plein fouet une rafale d’énergie nocive. En très peu de temps, leur corps avait subi des rougeurs, ils avaient du mal à respirer et à parler.
Que pouvait il donc bien se passer pour que de tels phénomènes se produisent ? Le plus incompréhensible était que ça avait lieu en ce moment précis.
Le responsable de l’environnement faisait les cent pas devant son bureau ; dire qu’il en était réduit à faire appel à une elfe ! Mais peut être pourrait elle l’éclairer un peu plus. Contemplant le ciel et jouant avec une tabatière, ce fût pour lui un soulagement quand la porte s’ouvrit.
-Enfin vous voilà, Shimy, elfe élémentaire et également légendaire. Asseyez vous donc, vous désirez boire quelque chose ? Ajouta il en prenant une bouteille et préparant des verres sur un plateau.
-Pas pour le moment, merci.
Alors ? Ce qui pendait au nez de la nation semble finalement arriver n’est ce pas ? Les lèvres de la légendaire s’étirèrent en un sourire poli mais mauvais.
-Que voulez vous dire par : « Ce qui pendait au nez ? » au juste ? Où voulez vous en venir précisément Shimy ?
-Et bien… Tout simplement au fait que vous récoltez actuellement le fruit de votre irrespect pour la nature.
-Notre irrespect ? mais qu’est ce que ? A ces mots, il se sentit encore plus mal que cinq minutes auparavant. Et le ton si assuré qu’elle employait devant lui.
-Oui, votre irrespect flagrant de la nature. Quand avec mes compagnons j’ai visité une de vos usines, c’était un cauchemar pur et dur. Voulez vous que je vous le décrive afin que vous compreniez mieux ? Il se contenta d’un faible hochement de tête.
Très bien. Dans tous les endroits où poussent les arbres,vous avez installé des usines et des raffineries. Vous et quand je dis vous je parle du gouvernement, exploitez tous les arbres pour obtenir le plus de richesses possibles. Ivres d’or et de profit, vous ne songez à aucun moment à la bonté des arbres qui vous a offert tout cela. Puis vous vous hâtez de raffiner le tout avec des produits chimiques ne vous inquiétant pas des torts que cela causera aux arbres aux plantes ou aux animaux…
Maintenant, permettez moi de vous poser une petite question : aimeriez vous subir la même chose ? Sa voix douce était encore plus terrifiante que les colères froides de la reine Adeyrid.
Figé de honte et d’embarras, il esquissa un faible signe de négation.
-Je m’en doutais, déclara sobrement Shimy en ne le quittant pas des yeux. Il n’ ya pas à chercher plus loin : votre peuple subit la juste rébellion des arbres.
-Mais comment… Comment est ce possible ? je enfin j’ai du mal à vous croire.
-Vous ne comprenez pas, reprit elle toujours avec la même douceur. En ne prenant pas garde au traitement des fumées ou des eaux, à la pollution, les arbres ont été contaminés par toutes les toxines pour la première fois. Puis ces molécules se sont retrouvées dans ce qui fait votre richesse. C’est à cause de votre beau traitement qu’autant de jade pose problème. Et si vous ne me croyez pas ce qui est probablement le cas, demandez à vos scientifiques. Ils vous donneront de VRAIES preuves eux.
-C’est justement ce que je compte faire et je tiens à ce que vous et vos amis légendaires soyez présents. Mais comment, comment peut on arrêter cette catastrophe ? Vous devez bien avoir une idée non ?
-Oui et elle est très simple, répondit Shimy toujours aussi calme : ne plus mépriser la nature et en prendre davantage soin. Ca vous sera plus profitable que de l’exploiter.
-Peut être, peut être, marmonna le politicien. Bon je ne vais pas vous retenir plus longtemps. Vous pouvez partir.


Dans une salle d’interrogatoire.

En arrivant dans la pièce sombre et dépourvue de fenêtres, Jadina avala avec difficulté sa salive. Elle ne savait pas vraiment pourquoi les autorités avaient tenus à l’interroger encore une fois mais de façon différente. Si seulement elle pouvait à nouveau utiliser ses pouvoir magiques ou son baton aigle… Mais l’antimag parcourait ses veines et lui permettait juste de se déplacer quant à son baton aigle, il avait été détruit lors de la bataille contre Anathos. Elle était une fois de plus seule jusqu’à ce qu’elle entraperçoive des visages familiers. Gryf, et les autres étaient là exceptés Ténébris. Son absence commençait à devenir réellement suspecte maintenant qu’on y pensait.
-Pourquoi ? Pourquoi êtes vous tous ici ? J’imagine que vous avez envie de vous délecter de mon crime supposé ?
-Pas exactement, répondit le jaguarian.
-Disons que nous avons besoin de plus de précisions sur toi. Je t’arrête, ce n’est pas contre toi, expliqua Razzia avec calme. C’est dans le cadre de l’enquête ; il y a des éléments qui peuvent jouer en ta faveur. Mais pour cela…
-Pour ça, je vais encore une fois ne pas avoir de répit, ce que je dira vous ne le croirez sans doute pas ?
-C’est de ta faute aussi, fit observer Sheïtan. Si tu ne nous avais pas caché certaines choses ; on te croirait. Tu n’as qu’à t’en prendre à toi même. Mais qui te dit qu’on ne te croirait pas ?
-Nous resterons à proximité si les choses se passent mal. Je sais que notre comportement est indéchiffrable mais nous tous… Nous ne savons plus très bien où nous en sommes. Tu agis comme Jadina, tu lui ressembles en tout point mais ce qui se passe et tes pouvoirs jouent en ta défaveur. Pour la première fois Jadina, fût heureuse d’entendre ces parole de la part de Shimy.
Elle était Jadina, du moins le croyait elle très franchement.
Les yeux baissés, elle entendit à peine les conditions de l’interrogatoire et les encouragements de ses anciens amis. Y avait il finalement un petit peu d’espoir ?

Les mains déliées, une bouteille et un verre d’eau posés sur la table, et un siège confortable… Il lui semblait qu’il y avait eu une éternité qu’elle n’avait pas connu autant de confort. Derrière la glace sans tain, des juges et un psychiatre l’observaient attentivement. Puis la porte s’ouvrit.
Rigel… Ainsi c’était à lui qu’on avait confié le soin de l’interroger ? Dans un sens tant mieux, puisqu’elle ne le connaissait pas vraiment. Dans l’autre c’était un coup de couteau en plus : tout avouer de la sorte à quelqu’un avec qui elle avait fini par nouer une amitié.
-Tu sais pourquoi tu es ici, dit il d’un ton froid en déposant un dossier sur la table.
Aucune trace de bienveillance, pas un sourire. Le ton ; froid et coupant comme de la glace. Presque aussi désagréable que quand Danaël avait interrogé Shimy sur l’unicorn.
Ca ne te ferait rien de me regarder quand je te parles ? C’est la base de la politesse.
Lentement elle releva les yeux vers lui, une expression de tristesse se peignant sur son visage. Elle n’arrivait plus à trouver le courage d’affronter tout ce qui se passait.
-Oh oui, je le sais, murmura elle avec un pointe de colère dans la voix. Je le sais et je n’ai qu’une chose à dire : Il y en a un autre qui mériterait ça !!!
-Tiens donc et qui ? Qu’aurait il fait de si grave pour que tu dises ca et que tu t’enflammes de la sorte ?
-Danaël. C’est de Danaël celui qui a crée les légendaires dont je parle. Trop de rancœur, trop d’injustice. Et lui, il n’est pas non plus à blamer avec certaines décisions qu’il a prises ? J’étais là quand il a pris en otage le roi Kel Cha, quand il a décidé de voler l’Alystory et que nous l’avons suivi.
Rigel écoutait silencieusement la princesse déchue dire ce qu’elle avait sur le cœur. Mais en tant qu’observateur ; on lui avait demandé de l’interroger, pas de la réconforter.
-Et j’imagine, que tu lui en veux davantage pour quelque chose d’autre ? De plus grave n’est ce pas ?
-Oui… Lors de notre premier affrontement, il a décidé de condamner Shimy. Sans me consulter, ni elle ni les autres. Il a pris sa décision en se foutant royalement de ce qu’en pensaient les autres. Comme si l’amitié qui nous avait liés ne comptait pas. Et si ca lui était arivé à lui cette situation ?! Comment aurait il prit la chose ?
Il est à… vomir !!!
Puis il est mort et ceux qui savaient comment se sont déroulées les choses, ont choisi de fermer les yeux.
Elle marqua un temps d’arrêt puis reprit de plus belle.
Pour tous, il est le héros celui qui a combattu dignement le dieu du mal mais et moi alors ? Je suis quoi au juste ? Une pièce sur l’échiquier ?! Je te hais Danaël tu m’entends ? Je te hais !!! Pour ce que tu as fait et parce que tu n’es plus là !
Folle de rage et de chagrin, elle saisit le dossier et ce qui trainait sur la table les envoyant sur le mur, se levant et prête à envoyer son poing dans le mur.
-Ne te gênes pas pour le faire si ça te calmera. Après tout, tu es tout à fait capable de soigner instantanément les fractures. Mais j’aimerais attirer ton attention sur un point Jadina. Devant cette nouvelle remarque toujours aussi froide elle arrêta son geste.
-Ah oui et lequel ?
-Au contraire de plein d’autres types, tu as une chance de t’expliquer et de nous aider à y voir plus clair.
Il y en a qui ont plus de considération pour ce que tu as fait que tu ne le pense ajouta il avec douceur. Tes amis par exemple, ou d’autres personnes qui te sont chères.
Le monde entier n’est pas contre toi et ne te condamne pas. Mais pour dissiper les soupçons, il faut des preuves ; et ces preuves, tu peux nous en fournir aussi.
Pas en tant que créature dont on ignore tout ni en tant que légendaire. Mais juste en tant que Jadina.
-Arrête de parler comme ça !!! Arrête de faire comme ci…
-Comme si quoi ? reprit il en l’observant plus intensément et en glissant une main sous son menton pour mieux réfléchir. Par tous les dieux qu’il détestait ce qu’il faisait en ce moment. Mais ça aurait été pire si Gryf, Shimy ou une autre personne voir un bourreau avait pris la chose en main.
Mettre en danger une amitié, prendre le risque d’être haï par bon nombre de personnes. Mais il la savait innocente et il ferait son possible comme les autres pour la tirer de ce pétrin.
-Comme si tu te croyais supérieur aux autres et que tu n’aies jamais connu ce genre de situation.
-Oh si, murmura il avec amertume. Tu te trompes, j’ai connu ça moi aussi. J’avais huit ans quand j’ai vu mes parents se faire tuer sous mes yeux. Je n’ai rien pu faire seulement tenter de les venger en vain. Mais le tueur en question était quelqu’un de respectable, l’affaire a été étouffé et j’ai été calomnié traîté de psychopathe et eu droit à la qualification de « personnalité instable »
Jadina en oublia son chagrin et eut un soudain élan de compassion pour lui. Mais comment faisait il ?
-Ca ne m’a jamais quitté et pourtant je savais ce que je faisais… On ne m’a pas vraiment donné de chances de m’expliquer jusuq’à ce qu’ils apprennent par hasard la vérité et me fassent des excuses. Vides de sens bien sur, qui ne répareraient pas le mal qui a été fait des années plus tôt.
-Je me souviens d’être partie pour les mines principales d’Orchidia, d’un désir de vengeance…

A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Hiro
Messages : 757
Date d'inscription : 23/07/2009
Age : 33
Localisation : La Rochelle

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   Sam 17 Sep - 23:01

Choc magique chapitre 7

L’interrogatoire de Jadina avait duré près de deux heures entrecoupé de sanglots, de questions posées froidement. Derrière une vitre sans tain Gryf, Shimy et les autres observaient attentivement la scène ne sachant quoi dire…
Kynder se joignit à eux ; il semblait de toute évidence à brûle pourpoint.
-Votre majesté, que nous vaut votre venue ? Totalement idiot comme question, songea Gryf mais un peu de politesse ne faisait de mal à personne.
-C’est pourtant évident non ? Je veux savoir ce qu’est exactement ce… Cette démone qui a pris l’apparence de ma fille et qui a tout tramé ! A cause d’elle ma femme est en encore plus piteux état que jamais, le royaume au bord de la crise… Comprenez donc que j’ai besoin de » savoir la vérité et pour ce j’utiliserais tous les moyens !
-Vous ne ouvez accuser cette créature de tous les maux ! c’est impossible voyons riposta Shimy en soutenant le regard du roi. N’oubliez pas que comme vous l’a dit sans le moindre doute le professeur Vangélis, la reine est atteinte de la maladie de Lerdamer.
-Et alors, qu’est ce que vous voulez insinuer légendaire Shimy ?
-Que Jadina n’est pour rien dans tout ce qui s’est passé. La maladie s’est développée toute seule et votre épouse a du y faire face tout en cachant son état aux politiciens.
-Je comprends votre chagrin, vous ne voulez pas perdre votre femme, ajouta Gryf. Si c’était à moi que pareille chose arriverait, je crois que je n’aurais plus la moindre raison de vivre… Aucun humain ne pourrait supporter pareille chose.
-De plus, je doute qu’elle puisse nous apprendre grand-chose. Elle ne semble qu’être un pion et encore ce n’est pas certain. La seule certitude que je puisse vous apporter, c’est qu’elle n’a strictement rien d’humain que ce soit sur le plan biologique ou sur celui de l’aura.
-Si vous le prétendez, marmonna le roi Kynder. Bien étant donné que je perds mon temps ici, je vais retourner là où est ma place : près de ma femme.
A cet instant, La porte de la salle d’interrogatoire s’entrouvrit laissant paraître une Jadina en très mauvais état mais qui avait encore assez de forces pour faire un geste en la direction de Kynder.
-S’il vous plait… Dites moi comment va elle ? Commment se porte la reine Adeyrid ?
Devant les mots qu’elle venait de prononcer les larmes aux yeux et son air affolé, tous les regards se braquérent sur elle.
-Pourquoi tiens tu à le savoir ? En quoi est ze que za te conzernerait étant donné que tu n’es pas sa fille que tu nous as zans doute touz dupés !
-Car il n’y a que la reine Adeyrid qui bien entourée sera capable de redonner à Orchidia son équilibre. Je sais parfaitement que vous ne me croirez pas mais elle a sans doute eu raison de faire passer ses devoirs royaux avant la vie de ses filles. On ne devient pas reine par envie mais parcequ’on a pas d’autre choix.
N’en supportant guère davantage Kynder partit de la salle le coeur troublé. Comment diable pouvait elle avoir l’audace ou la gentillesse de s’enquérir de la santé d’Adeyrid ? Et ce petit discours… Sa fille en avait déjà débité de pareils autrefois.
Tout comme parfois, on a pas d’autre choix que de trouver d’autres solutions pour vaincre ceux qui ont menacés Alysia. N’est ce pas Razzia ? Gryf ? Vous aussi vos pouvoirs se sont développés mais le prix à payer a du être élevés et vous le savez.
Elle avait mis dans le mille sur ce coup là : la nature du pacte n’était pas vraiment un prix honnête. Quant au Katsye, il devait être utilisé uniquement dans un cas très grave et ne revenait d’aucun droit légitime à Gryf. Ce dernier l’avait acquis uniquement pour protéger son peuple et venger celui qu’il avait perdu mais il n’avait pas plus de droits sur ce diadème que d’autres. C’était presque un vol.
Alors pourquoi se montrer si sévères et refusant de faire confiance à quelqu’un qui même si il était un imposteur avait combattu avec vaillance Anathos et les avait sauvés d’une fin certaine en lui enfonçant en plein cœur l’épée d’or ? Si ils continuaient à rester dans cette optique ce serait la fin définitive des légendaires.
-Jadina ou qui que tu sois d’autre, commença le jaguarian nous essaierons de te faire confiance. Tu n’es peut être pas foncièrement dangereuse.
-Tu vas t’en sortir, ca sera sans doute difficile mais nous tenterons de t’aider du mieux que nous pourrons, ajouta Shimy qui s’approcha d’elle et lui posa une main sur l’épaule.
-Comme je te l’avais dit tout à l’heure, en disant tout ce que tu as dit on y verra plus clair. Je ne pense pas non plus que tu sois une menace, si il y en avait une elle devrait venir de quelqu’un d’autre mais… Les pistes semblent brouillées termina maladroitement Rigel en lui adressant un regard compatissant.
-Croisons les doigts pour que za ne se termine pas mal. Et que la zustice ne te reconnaizze pas comme une tueuse. De toutes façons ze ne les laizzerais pas dire…
-A ce propos, que devient Ténébris ? tu as réussi à lui parler ou toujours rien ? Ca m’étonne qu’elle ne participe pas à cette discussion. Surtout quand il s’agit du sort de sa sœur.
-Non, rien Sheïtan et za commenze à m’inquiéter. Ze vais aller la voir quitte à forzer za porte.
-Faites comme bon vous semble, murmura Jadina dans un souffle. Moi, je refuse de me mêler à tout ça, vu ce qui s’est passé quand j’ai pris une décision. Et voilà ma récompense : on m’injecte sans cesse de l’antimag, vous ne savez plus si je suis ou non votre alliée et votre amie… Je préfére encore que vous me laissiez seule, acheva elle en baissant la tête et se laissant raccompagner par des gardes armés.


Impossible de pouvoir penser ou de faire quelque chose sans être envahie par des sentiments de confusion et d’écrasement. Avoir pris comme initiative de prendre la succession de sa mère… Plus elle y réfléchissait, plus elle pensait qu’elle avait commis une erreur. Devrait elle réellement abandonner ses amis, qui plus est en un tel moment ? C’était cruel mais le groupe touchait presque à sa fin étant donné que Jadina était morte en s’empalant sur un rocher…
Mais en ce moment même, alors qu’elle aurait souhaité plus que tout se reposer, Ténébris ne parvenait absolument pas à fermer l’œil. Et pour que ce soit le comble, on frappait à la porte !
Autant ignorer l’opportun, sans doute Razzia ou Shimy. Bon sang, quand comprendraient ils que pour l’instant elle voulait avoir du temps pour réfléchir et reprendre son souffle ? Tout était allé vite bien trop vite ces derniers temps : la découverte d’une mère présumée morte, Jadina qui était sa demi sœur, le royaume d’Orchidia…
Quand diable elle et ses compagnons pourraient avoir un semblant de vie « normale » ?
Les coups sur la porte se répétèrent à un rythme plus soutenu, exigeant pratiquement qu’elle ouvre.
« Ca commence vraiment à bien faire, ok c’est bon, c’est bon ! je viens ! »
La démarche incertaine ne prenant pas la peine d’enfiler une robe de chambre, Ténébris cligant des yeux avant d’entrouvrir la porte. Quelle ne fût pas sa surprise en voyant le professeur Vangélis sur le seuil avec un air déterminé qui n’augurait rien de bon.
-Que me voulez vous ? Vous ne pouviez vraiment pas me laisser tranquille une bonne fois ? Depuis notre retour des mines vous n’arrêtez pas de me coller ? Pourquoi moi et pas jadina ?
-Tu sembles oublier que tu es toi aussi la princesse d’Orchidia et étant donné que tu es l’aînée tu as plus d’importance. Il marqua une courte pause puis reprit : laisse moi entrer, il faut qu’on parle.
-Ah oui ? eh bien ca tombe mal car moi je n’en ai pas la moindre envie. D’un geste brusque Ténébris tenta de refermer la porte mais c’est sans compter le pied glissé dans l’entrebaillement.
-Non, ca ne peu pas attendre. Je regrette mais c’est comme ça.
-Fantastique et quel est donc le topo ?
-Ténébris… J’ai eu des communiqués en provenance du grand conseil. Ils ont mis un certain temps à l’admettre mais ce qui saute aux yeux est devenu clair pour tous. Tu es la nouvelle reine d’Orchidia.
-Non… C’est impossible. Je ne peux le croire, bafouilla Ténébris en sentant ses jambes se dérober sous elle. Entre ce qu’elle avait dit et ce qui allait se réaliser un fossé s’était crée. Et elle n’avait pas la moindre formation de politicienne, son passé de criminelle pouvait jouer en sa défaveur. Qui respecterait une reine telle qu’elle ?
Devant son apparente détresse, Vangélis la releva avec douceur lui posant les mains sur ses épaules.
-Je sais que c’est dur pour toi et que tu te sens abandonnée. Surtout par razzia, je crois. Il ne te comprend pas assez, il ne te donne pas tout ce qu’en ce moment tu espéres c'est-à-dire de la tendresse et de la compassion. Comment pouvait il aussi bien la cerner ?
-Et…. Et ma mère ? Que deviendra elle ?
-Je veillerais à ce qu’elle ne souffre pas tout comme toi. D’ailleurs, je t’ai apporté ceci. Tout en parlant il sortit une bouteille contenant un liquide bleu clair et épais.
Prends en régulièrement une cuillére toutes les huit heures. C’est un excellent anxiolitique, d’ailleurs tu ferais bien d’en prendre maintenant.
Ténébris regarda perplexe le flacon en question. Un anxiolitique ? ca avait plus l’air d’un poison ou un truc douteux dans ce genre oui.
-Tu n’as aucune crainte à avoir, j’en ai déjà pris et il ne m’est rien arrivé. Mais si tu veux des preuves plus concrètes, je vais en boire avec toi. Rassénérée, Ténébris n’y souleva plus la moindre critique et accepta le verre rempli de liquide qu’il lui tendait…
Son plan se déroulait comme prévu, il avait enfin réussi à lui faire absorber de cette substance. A présent, tout n’était plus qu’une question de temps.

A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Hiro
Messages : 757
Date d'inscription : 23/07/2009
Age : 33
Localisation : La Rochelle

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   Mar 27 Sep - 22:30

Choc magique chapitre 8

Devant la porte de la salle du trône, tous ne savaient que penser. A peine levés, ils avaient appris une nouvelle qui faisait l’effet d’une bombe : Ténébris était devenue officiellement la reine d’Orchidia.
Pour l’instant, le plus difficile était de pouvoir entrer et lui parler. Ca ne pouvait pas être devenu a réalité ? C’était si improbable et déraisonnable.
-Vous ne pouvez pas passer légendaires, repartez d’où vous venez. Encore une fois l’un des gardes avait refusé leur demande au grand dam de Razzia et Gryf.
-Et vous, vous n’avez pas compris qu’on veut voir notre amie ? Et qu’elle soit reine légendaire ou girawa nechange rien à nos intentions ! Ils étaient tous bouchés ou quoi dans ce palais.
-Ze ne bouzerais pas d’un centimètre avant d’avoir vu Ténébriz !
Shimy observait avec un certain malaise Gryf et Razzia avant de repenser à ce qu’ils avaient tous décidés pour y voir plus nettement. Tant d’énigmes et de réponses à trouver ; et pour ce faire mieux valait se séparer.
-C’est la dernière fois que nous vous le disons légendaires, repartez d’où vous venez sinon nous ouvrirons le feu.
-Ah oui essayez donc mais craignez la colère de Deathgryf ! Le temps des palabres était révolu, à présent il était temps de faire le ménage dans ce royaume.
-Gryf m’impressionne sous cette forme. Dommage qu’il ne puisse pas y faire appel autant qu’il le souhaite.
-Amy bon zang, z’est vraiment le moment de parler de ça ? Ze vais finir par croire que tu le fais exprés, soupira Razzia en observant Gryf se débarrasser des gardes. Enfin ! Ils allaient pouvoir avoir confirmation de la vérité. Plus que la porte à ouvrir.
Un fracas épouvantable se fit entendre, mais peu importe. A présent il fallait FONCER ! Dire que Ténébris n’était qu’à quelques mètres de lui… Autant les faire en courant ; les explications ne pouvaient pas vraiment attendre. Mais au moment de parvenir au trône des cris de douleur firent tourner la tête à l’ancienne Ombre Rouge.
-Gryf ? Shimy ? Tous les deux étaient cernés par un autre escadron de gardes bien plus importants et ne semblaient plus en mesure de faire le moindre geste. Comment osez vous faire za, z’est ZA Les bonnes manières ?!
-Je pourrais te retourner le compliment. Devant la voix glaciale qu’il venait d’entendre, Razzia réorienta son regard vers le trône et… Fût frappé d’une telle stupeur qu’il recula de quelques pas avant de bredouiller un « Toi ? » trahissant clairement sa surprise et son anxiété.

Devant lui se tenait Ténébris mais ce n’était plus Ténébris ; pas celle qu’il avait connu en tout cas. Celle qui lui faisait face en cet instant était vêtue d’une robe dans des tons beige et vert semblable à celle que portait Adeyrid. Un manteau violet la couvrait jusqu’aux pieds, ses cheveux d’ordinaire si indisciplinés étaient maintenus en un gros chignon bien serré. Pour prouver son appartenance à la famille royale elle avait orné son front d’un diadème d’argent portant en son centre une perle de jade et tenait dans sa main un sceptre représentant l’armoirie du pays : un aigle prêt à s’envoler. Bref devant lui, se tenait une parfaite étrangère.
-Ténébriz, bon zang mais à quoi joues tu ? Et qu’ezt ze que vous faites là vous ? Vous ne devriez pas vous charger d’Adeyrid ?
-Il y a d’autres médecins dans ce palais, répondit Vangélis en arborant un sourire venimeux. Lui aussi avait changé de tenue elle était devenue plus sombre. Sachez que sa majesté m’a nommé grand conseiller, une tâche que j’ai eu la plaisir d’accepter je vous l’avoue.
Majesté vous ne devriez pas perdre de temps avec ce genre de personnes.
-Désolée mais je ne compte pas laisser ceux qui furent mes amis dans l’ignorance. Gardes laissez donc nos invités approcher.
Devant le maintien si soudain et altier quasi royal de Ténébris les mots manquaient à Gryf et Shimy.
-Ténébris, murmura Shimy. Comment peux tu avoir fait ça et nous tourner le dos de la sorte ? Je n’y aurais jamais cru !
-Serais tu devenue trop lâche pour nous avouer tes choix à nous en premier ? T’es lamentable ma pauvre cracha avec hargne Gryf.
Est ce que oui ou non vous allez vous réveiller vous aussi espéces d’abrutis ?! Ténébris s’était levée et les fusillait du regard sans la moindre trace de gentillesse.
C’en est fini des légendaires, vous ne l’avez pas encore compris ? Danaël et Jadina sont morts, nous ne servons plus vraiment à grand chose. Kasino ne guettait que la bonne occasion pour prendre le pouvoir et ma mère n’est plus en état de gouverner. Ne le nie pas Razzia, ajouta elle devant la grimace de son ancien compagnon. A présent chacun doit trouver un moyen concret d’améliorer le monde ! Moi j’ai choisi de veiller sur le pays qui m’ a vu naîtreet de faire en sorte que sa prospérité pour tous perdure !
-Prospérité pour tous, c’est toi qui le dis, marmonna Shimy. Tu devrais faire un tour hors du palais et tu verras si la devise est bien réelle !
-Maintenant c’en est assez ! Vangélis était intervenu et sans aucun doute pour noyer le poisson. Comment avait il pu leur sembler à tous sympathique ?
Mettons les choses au point une bonne fois pour toutes : Sa majesté Ténébris a accepté de vous recevoir en souvenir de votre ancienne amitié mais c’est à présent à une reine que vous vous adressez. Je ne saurais donc que vous conseiller de surveiller vos paroles et de maintenant la laisser tranquille. Sa majesté a besoin de repos.
-Ténébriz… Et que fais tu donc de notre hiztoire d’amour ? Touzours ensemble pour l’éternité tu t’en zouviens ?
-Notre histoire ? Ne sois donc pas ridicule elle s’arrête ici que crois tu ?
Devant la mine décomposée du colosse de Rymar Vangélis jubilait intérieurement ; si un jour on lui avait dit que les légendaires se feraient enfin rabaisser. Et devant ses propres yeux qui plus est ! Si ils continuaient à fouiller, ils pourraient être bannis d’Orchidia définitivement. Quoi de mieux après l’humiliation qu’il avait essuyée par leur faute dans le passé. Après tout ce temps, ils paieraient enfin le prix de leurs actes.
-Hors de ma vue à présent, acheva Ténébris avec mépris. J’ai d’autres priorité en tête que vous.

Ténébris n’était plus Ténébris. Sans doute à cause de Vangélis ou de ce qui avait du se passer durant ces derniers jours. Tout était devenu invraisemblable : Jadina accusée de meurtre, Ténébris qui avait changé du tout au tout et Vangélis qui délaissait de son plein gré Jadina alors qu’il avait été comme un père pour elle quand elle était enfant…
Il était définitivement temps de creuser plus profond ; autrement dit dans le passé de la famille royale.
Razzia incapable de se contenir fulminait.
- Ze e zais pas ze qui ze pazze mais za commanze à m’échauffer réellement les oreilles zette hiztoire !! Et Ténébriz ne pourrait pas agir comme za à moins qu’elle ait été droguée ou un truc dans ze goût là.
-Et si c’est le cas, que feras tu ?
-D’après toi ? Ze le lui ferais payer Gryf !!! hurla Razzia en envoyant son poing dans le mur indifférent aux éclats de marbre. Mais pour l’inztant, nous avons d’autres priorités en tête comme Zadina ou résoudre le quiproquo. Qui est avec moi ?
Ne sois pas stupide, nous serons toujours avec toi pour savoir ce qui se passe vraiment, lâcha Shimy. Et je voudrais te dire que… Je ne pense pas que Ténébris croit vraiment ce qu’elle t’a dit ; elle t’aime trop pour ça. Vous vous remettrez ensemble je crois. Ca doit juste être une question de temps.
-Merci Shimy, bon à présent qui veut tenter de parler au roi Halan ?

Autre part, Ténébris se remettait avec peine du discours plus que blessant qu’elle avait lançé à ses amis. Mais avait elle vraiment le choix ? On ne pouvait pas être reine et légendaire à la fois.
Vangélis la rejoignit.
-Enfin seuls ! Je tiens à te féliciter tu as été plus que parfaite ! Tu tiens vraiment de ta mère tu sais ? Pas de réponse et elle lui tournait résolument le dos, tremblant légèrement.
-J’aimerais bien en être aussi sûre que toi, répondit elle d’une voix mal assurée. Mais elle pleurait ?! Etait ce donc si douloureux et si lourd à porter ? Quoii qu’il en soit, elle avait besoin qu’on la réconforte et qu’on croie en elle. Comme lui autrefois ou comme tant d’autres personnes…
Shhh ne t’en fais pas, ca va aller pour nous deux, chuchota il en la serrant délicatement dans ses bras et lui caressant les épaules. Tout ira bien, je te le promets.

A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Hiro
Messages : 757
Date d'inscription : 23/07/2009
Age : 33
Localisation : La Rochelle

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   Mer 12 Oct - 20:00

Choc magique chapitre 9

-Nous ne croyons pas ce qui nous a été rapporté. Même si tu parais être Jadina dans sa manière d’agir, ce n’est sans aucun doute que le fruit de travail.
-Donc vous voulez me condamner à mort parce que la vraie jadina est bel est bien morte ? Et pour faire un exemple précis de votre aversion pour les légendaires ? Condamnée à mort, à la mort. Cette sentence la terrifiait et l’indignait.
-Tu te méprends ; pas contre les héros mais contre les usurpateurs. Et si cela était en notre pouvoir Ténébris ne serait pas sur le trône d’Orchidia en ce moment. Ce n’est pas nous qui faisons les lois, nous sommes seulement chargés de les appliquer.
-Comment donc mon père, le professeur peuvent ils laisser faire cela sans protester ?
-Tout simplement parce que la vraie Jadina est morte et qu’ils ne souhaitent plus qu’une chose : qu’elle soit vengée. A part les légendaires personne n’est dupe sur ta nature ; monstre ! Alors savoure bien tes derniers moments de vie, acheva le garde avant de lui claquer la porte au nez.
Un long hurlement de désespoir retentit. Comment Auarit elle pu croire qu’en revenant à la vie sous la forme de Jadina les choses se compliqueraient de la sorte ? C’est vrai qu’elle n’était plus vraiment humaine, qu’elle avait aussi une tache à jouer mais tout de même, trop c’était trop ! Qui était elle vraiment ? Elle ne parvenait plus à le savoir. Et il était sans doute inutile de compter sur les autres pour la tirer de ce guêpier.

-Je ne m’y retrouve plus avec ce foutu double, grommela Gryf.
-Tu n’es pas le seul : en dépit de tous ses nouveaux pouvoirs, elle agit exactement comme si elle était la vraie Jadina. Sa voix, sa façon d’être et son récit…
-La queztion n’est peut être plus de savoir qui elle est mais comment et pourquoi est elle devenue ce qu’elle est ?
-Bien raisonné Razzia, fit observer Rigel. Et derrière elle se cache une grande puissance magique ; Sinon comment expliquer l’amplitude de ses pouvoirs ?
-Que t’avait elle dit exactement ?
-Perdant la notion du temps de la faim ou de la soif, je sentis malgré tout mon corps tomber d’épuisement. Je ne tenais plus et basculais en arrière ; au moment où je sentis le contact de la pierre je crûs distinguer des branches. Elle était sincère, ajouta il n’oubliez pas qu’elle avait absorbé un sérum de vérité.
-Ce qui signifie donc que les arbres se rebellent contre le royaume et comptent faire payer aux humains toute la souffrance qu’ils ont enduré ? Mais c’est un truc de dingue ça ! gryf avait du mal à admettre cette hypothèse mais après ce que Shimy leur avait rapporté de l’entretien qu’elle avait eu avec un des conseillers, ça se tenait.
-Vous croyez que c’est normal qu’il y ait quelque chose d’aussi pourri dans le royaume d’Orchidia ou qu’Anathos et Darkhell avaient des émules ?
-Shimy c’est pas drôle !
-Et ce qui arrive en ce moment tu trouves ça plus marrant sans doute ?! Depuis je ne sais combien de temps, notre équipe se détériore. D’abord avec l’arrivée de Ténébris pour nous prévenir du retour d’Anathos, la mort de danaël et maintenant ça ! Ca commence à bien faire ! et toi, ajouta elle à l’adresse de Sheïtan, ne t’avise pas de sortir une blague débile.
Des coups répétés interrompirent la dispute naissante. Au lieu de les entendre râler et rester au point mort, mieux valait voir ce qui se passait, songea Razzia en allant ouvrir la porte.
Il fût étonné de voir Halan se tenir sur le seuil de la porte, et davantage devant la mine atterrée du roi. Ce fût Gryf qui posa le premier la question.
-Votre Majesté, que nous vaut votre visite ?
-J’apporte de mauvaises nouvelles. Je n’aurais jamais cru devoir dire ça un jour mais… Vangélis me fait vomir. Il a ordonné… L’exécution de Dina ce soir même.
Devant l’éffarement quasi général de son auditoire, il continua.
Et le conseil a été suspendu pour une durée indéterminée, le roi Kynder et Kasino mis en garde à vue pour avoir tenté de comploter contre le royaume d’Orchidia. Tout ceci est plus que grotesque ! Pour Kasino c’est envisageable, il a toujours jalousé la place de Jadina mais comment kynder pourrait il conspirer ?
-Z’est pas za le plus important ! Z’est de zauver Zadina zi z’est vraiment elle ! Et même si elle ne l’est pas tant pis !!
-Pourquoi vous attachez vous autant à quelqu’un dont vous n’êtes même pas surs de son identité ? En quoi serait elle si exceptionnelle ?
Tous fusillèrent du regard le demi démon ; Gryf s’approcha de lui à grandes enjambées.
-Tu oses demander pourquoi ?! Alors qu’en plus tu nous as suivi toi et ton ami et tu poses la question ? La, à force de jouer avec le feu, ce serait lui qui se brûlerait.
-Elle a peut être l’âme de Jadina mais si c’est un double qui ne prouve pas qu’elle peut continuer à servir son créateur et pourrait se retourner contre vous pour accomplir sa tache ? Sauver des vies c’est bien beau mais il faut envisager toutes les éventualités.
-Tu es pire que ce que je croyais !! hurla Gryf en lui décochant un direct en pleine poitrine. Je ne t’ai jamais vraiment apprécié mais maintenant c’est pire ! Tu n’as pas de cœur !!!
-Et comment peux tu oser dire ça ? Qui es tu pour me juger de la sorte ? Personne n’est jamais blanc je te signale.
Les humains étaient parfois si durs à comprendre avec leur sentimentalité et leur lunatisme… C’était certes très beau très noble l’héroïsme mais manquer d’anticipation n’était pas la meilleure chose.
La remarque du jaguarian l’avait blessé ; sans doute parce que c’était en grande partie vraie. Mais on effaçait pas quinze ans d’éducation et d’entraînement de discrimination d’un coup de baguette magique…
Sur ces mots il lui renvoya le coup ; la bagarre aurait pu dégénérer si des pics de terre n’avaient pas surgi du sol.
-Si vous comptez continuer votre petit concours faîtes le mais pas devant moi et après avoir résolu les problèmes bandes d’idiots ! Pour accentuer ses dires et se calmer Shimy leur assena une paire de gifles bien senties.
-Quelqu’un sait il où l’exécution est elle censée avoir lieu ? demanda Rigel à brûle pourpoint.
-Ah merci Amy, au moins toi tu restes concentrée. Ca fait plaisir à voir, soupira l’elfe en faisant craquer ses doigts.
-Ce n’est pas très loin d’ici ; répondit Halan. Mieux vaut s’y rendre le plus vite possible ; à dos de carapax c’est l’affaire de cinq minutes. Si vous le désirez, je peux vous en fournir.
-Merci Roi Halan z’est très généreux de votre part.
-Vous me remercierez en sauvant dina. Je ne peux pas croire qu’il s’agisse d’un imposteur moi non plus. Sinon pourquoi aurait il combattu de son plein gré Anathos l’affronté directement ? Mais assez parlé. Il est onze heures du matin, ça nous laisse donc neuf heures pour stopper cette sinistre machination. Et si vous le souhaitez, je pourrais vous parler davantage de Vangélis puisque je l’ai aussi connu durant mon enfance.

Ténébris avait frissonné de dégoût devant la décision de son nouveau conseiller mais c’était peut être la meilleure des solutions après tout. Cette créature pourrait s’en prendre à son peuple ou à ses amis il fallait donc prendre les bonnes mesures si atroces soient elles.

A suivre


Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Hiro
Messages : 757
Date d'inscription : 23/07/2009
Age : 33
Localisation : La Rochelle

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   Jeu 13 Oct - 21:47

Choc magique chapitre 10

Sinistre à souhait, il n’y avait pas d’autre mots pour désigner cette arène où aurait lieu la mise à mort.
Le vent s’engouffrait dans les gradins, chassant de la sorte les nuages générés par les usines. Un rayon de soleil apparût faisant étinceler de tous ses feux la guillotine.
-Comment osent ils appeler ça de la justice ? Ils sont tous à vomir !! Et je mettrais ma main au feu que si Adeyrid était en meilleure forme, elle ne ferait rien pour sa fille ! Vivement qu’on parte de ce royaume…
-Ne dites pas ça légendaire Gryf, soupira Halan. Certes Orchidia a ses défauts tout comme Sabledoray mais Adeyrid n’est pas abjecte à ce point. Certes elle est froide, a négligé sa fille mais elle ne laisserait pas un meurtre se commettre de la sorte.
-Peut être, admit Razzia. Venez nous n’avons plus rien à faire izi.

De retour au palais Halan prit la parole et débuta son récit.
« Je me souviens encore de la première fois où mon père et moi avions été conviés à la cours d’Adeyrid. J’avais cinq ans tout comme Dina, j’ignorais qu’elle m’était destinée et que plus tard je l’épouserais. Pour l’instant je n’étais qu’un gamin aimant m’amuser et taquiner les filles, autant dire que je lui ai menée la vie dure. Il se permit un sourire, revivant ces moments d’innocence ou rien ne pouvait sembler réellement grave. Maintenant tout était différente et son royaume avait besoin de lui.
Mon père et Kynder avaient beaucoup discuté ensemble et paraissaient manifestement ravis que notre première rencontre se passe bien. Selon Kynder nous étions très complices mais ce n’était pas l’avis de Dina.
Elle avait eu une de ces frousses quand il lui avait mis un lézard sous le nez en lui proposant de le mettre sur son bras et que c’était amusant. Terrifiée elle s’était accrochée a la robe de sa mère dans l’espoir qu’elle intervienne. Mais ce n’était pas le cas et elle prêtait autant d’attention à sa fille qu’au mobilier.
Je ne sais pour quelle raison, Vangélis le médecin officiel de la famille était ce jour là à nos côtés. Il participait courtoisement aux bavardages mais ne semblait prêter d’attention qu’à Adeyrid et cela était réciproque. Elle riait à la moindre de ses plaisanteries, rougissait devant un de ses regards…
-Logiquement ils se connaissaient depuis longtemps. Donc ça pourrait être des discussions amicales et rien de plus, remarqua Rigel en haussant un sourcil. Adeyrid est vraiment lamentable, ajouta il à mi voix.
-Effectivement, pendant longtemps on aurait pu croire qu’il n’y avait rien d’autre qu’une simple amitié… Mais c’était faux. Au fur et à mesure que le temps passait, les rapports entre Kynder et sa femme se détérioraient, les affaires politiques affluaient de plus en plus ne laissant plus de place pour résoudre les problèmes. Adeyrid devenait plus glaciale et distante que jamais même avec des alliés tels que mon père alors qu’elle a toujours scrupuleusement observé le protocole. Vangélis s’est retiré du royaume pendant huit mois confiant au docteur Mallard son adjoint la famille. Personne ne sût où il partit et ce qu’il étudia puis il revînt ; il semblait aussi bien plus érudit qu’auparavant…
-Peut être a il vsité le monde elfique ?
-Qui sait, légendaire Shimy ? Ce qu’on peut affirmer c’est qu’il a donné des conseils enn matière de magie complémentaires à ceux d’Adeyrid quand Dina s’est mise à étudier la magie et à utiliser son bâton aigle.
-Tout za z’est bien intérezzant mais quel est le rapport avec Zadina et ze qui z’est pazzé.
-J’y viens… Un jour alors que nous en avions plus qu’assez de suivre les cours ennuyeux, Dina et moi nous nous sommes éclipsés. Il y avait tant de pièces du palais que nous ne connaissions pas encore et à cet âge là la curiosité est parfaitement normale.
Ils avaient décidé de jouer à cache cache ensemble et il avait décidé de compter. Comme d’habitude son amie s’était bien cachée sans faire le moindre bruit. Fichues filles, comment donc faisaient elles pour être aussi fortes à ce jeu ? Puis désespéré par son échec et refusant de s’avouer vaincu il ouvrit une à une jusqu’à ce qu’il tombe sur un spectacle étonnant.

Je cherchais Dina, sans succès puis en ouvrant sans faire de bruit une porte, j’entraperçûs Adeyrid dans les bras de Vangélis. Elle était manifestement au bout du rouleau et prête à pleurer ; elle semblait avoir enduré mille et une souffrances.
Vangélis l’avait pris par les bras et réconfortée en lui disant que ce qui se passait n’était pas de sa faute mais de celle du gouvernement, que d’autres partageaient des sorts semblables au sien. Dina m’avait rejoint ; tout comme moi elle ne comprenait pas ce qu’ils faisaient ensemble.
Pour nous, c’était inimaginable que les adultes puissent avoir deux amoureux, mais ça devait être drôles. En les voyant enlacés ensemble nous avions hésité : devions nous en parler à quelqu’un d’autre et ainsi les mettre en discgrace et nous par la même occasion ? Car les enfants ne doivent jamais rapporter. Ou se taire et ne rien dire ? Finalement nous avons choisi la seconde solution, après tout qu’on soit grand ou petit tout le monde avait ses secrets. En grandissant, nous les voyions encore proches l’un de l’autre avec des rapports tantôt cordiaux tantôt froids. Voilà tout ce que je sais »
-Je m’en veux Kalisto, je m’en veux terriblement pour ce que je suis..
-Tu as fait ce choix de toi même et tu ne pouvais pas vraiment faire autrement. Mais ne t’en fais pas je continuerais de veiller sur jadina pour toi. J’y tiens comme à la prunelle de mes yeux, tant que je serais en vie elle ne sera jamais dans des situations dangereuses.

-Quelle mère peut être aussi abjecte pour abandonner ainsi son enfant ou devrais je dire ses enfants ? Ne pas leur consacrer une miette de temps et leur faire continuellement des reproches ? Je.. Je deviens plus que déraisonnable. Si cela m’était possible, j’aurais déjà cédé à ma fille mon sceptre et le bâton aigle.
-Elle est encore trop jeune et tu as un royaume à diriger, un royaume où pour toutes les femmes tu es un modèle exemplaire. Même si pour moi c’est différent et je te vois avec les yeux d’une rose qui commence à se fâner quand on y prête pas assez d’attention. Il la prit avec délicatesse par le menton s’apprétant à l’embrasser.
Ne rends pas les choses plus complexes qu’elles le sontdéjà par pitié Kalisto. Et on pourrait nous voir, on ne sait jamais. Laisse moi tranquille ajouta elle en le repoussant de la main.
-Tu es surprenante finit il par lâcher d’un ton froid. Avec tout ce que tu sais de moi, l’abandon de mon père qui était un membre influent du conseil…. Nous sommes amis depuis si longtemps je cherche à te réconforter ou te comprendre et voilà tout ce que je récolte ? très bien agis comme bon te semble, « Majesté » mais un jour tu te mordras les doigts de ta conduite…


Une liaison avec Adeyrid !!! Décidément on allait de surprise en surprise dans les révélations. Et cette femme était tout sauf quelqu’un de vraiment respectable : distante et jamais là pour sa fille et adultère par dessus le marché !
« Je suis heureuse que ma mère ne soit pas comme elle. Elle a sans doite un sale caractère mais n’aurait jamais agi comme ça avec mon père. » Shimy fût soulagée de ne pas avoir connu ce genre de situations même si elle avait culpabilisé quand ses parents avaient décidé de se séparer.
Son attention fût détournée par une carafe à moitié pleine d’un liquide blanchâtre d’où émanait une aura.
-Qu’est ce que c’est que ce truc ? !
-Ca ressemble à un médicament destiné à calmer l’anxiété, répondit Rigel. Pourquoi sembles tu aussi inquiète devant cette carafe ?
-L’aura qu’elle dégage… Elle m’est familière mais semble bien plus puissante et destructrice qu’avant ! C’est celle de Darkhell amis elle a quelque chose de différent.
-Et si quelqu’un en avait bu ? si on avait posé intentionnellement cette boisson là pour posséder des personnes influentes suggéra Sheïtan ? Bon sang je ne sais pas vous mais mois j’ai l’impression que certains filent un très mauvais coton…
-Ténébris avait déjà eu des verres de ce médicament, se souvînt Gryf. Le fumier !!! Il l’a droguée ca explique son comportement bizarre et ses excès de violence. Et il a sans doute du payer la tournée générale !
-Zénial, maintenant on a deux demoiselles en détrezze à zauver ! Bon on ne tarde plus, Rigel Gryf avec moi. Shimy Sheïtan, occupez vous de ténébriz. Vite chaque minute compte.
-Pas si vite, les coupa Halan. Légendaire Razzia puis je accompagner Shimy et son ami ? C’est très important pour moi. L’ex ombre rouge le dévisagea un long moment pour être sur de ce qu’il avait entendu puis lâcha un très bien c’est d’accord.

A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Hiro
Messages : 757
Date d'inscription : 23/07/2009
Age : 33
Localisation : La Rochelle

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   Mer 19 Oct - 20:29

Choc Magique chapitre 10

Une foule dense commençait à se presser sur les gradins de l’arène ; dans la loge royale Vangélis observait avec allégresse les préparatifs. Ténébris elle, avait préféré orienter son regard vers le nouveau sceptre dont elle avait hérité : celui qui avait abrité l’âme de Jadilyna créatrice des reines magiciennes. Pourquoi devait elle assister à une telle horreur ?
« Ce n’est qu’une exécution comme celles que tu avais déjà menées par le passé, pourquoi être si sentimentale ? » « Elle est ma sœur, j’ai failli perdre celui que j’aimais en tombant aux mains d’Anathos, je refuse de voir d’autres de mes proches mourir. » « Est elle vraiment si proche de toi ? T’a elle vraiment manifesté sa sympathie ? Bien sur que non haha, tu es d’une naïveté déroutante ma pauvre ! Allez ressaisis toi et prépare toi pour le discours. Tu as encore beaucoup à faire pour rendre tes véritables proches fiers de toi. »
Très bien, murmura elle à mi voix, tu as gagné. Je le ferais, mais ne reviens plus me dicter ma conduite.
« C’est à voir, il faut toujours rester vigilantes avec les filles pas sages. Oui très vigilantes ricana la seconde voix intérieure avant de se taire.
-Tout va bien ? Tu sais que tu peux tout me confier et que je suis là pour toi. Tu es sûre que tu te sens bien, insista Vangélis en posant sa main sur son bras.
-Oui, ne t’inquiète pas. Je ne suis pas encore habituée à ce sceptre, mentit Ténébris. Et il regorge d’une telle histoire, témoins de tant d’événements…
Parfait qu’il continue de la croire sous sa coupe, mais depuis qu’elle s’était aperçue que la potion qu’il lui avait prescrit aggravait la situation elle avait cessé de la prendre. Elle s’était arrangée pour lui faire croire qu’elle la prenait ; mais elle avait gardé un échantillon et avait jeté le reste. Petit à petit sa clairvoyance lui revenait. Par les dieux qu’avait elle fait ? Avait elle bien ou mal agi ? Razzia la comprendrait il ou leur couple serait foutu comme elle l’avait cru en rejoignant les légendaires. De toutes façons il serait obligé de composer car elle était sa part de lumière.
-Les rayons du soleil couchant diffusaient une clarté rouge orangée à travers l’arène ; le soleil était presque à l’horizon. Encore quelques petites heures et le plan serait accompli.
-C’est vraiment une belle soirée, songea Vangélis.

Les menottes étaient toujours solidement fermées ; s’attendaient ils vraiment à ce qu’elle leur envoie un sort ? Pauvres idiots…
Un garde s’approcha d’elle avec un plateau de fruits et un pichet d’eau. Le repas du condamné, ses derniers actes avant de bientôt quitter ce monde. Pourquoi n’avait elle été jamais assez sensible à la prodigieuse vie qu’elle avait eu ? Qui lui permettait d’avoir des sentiments, de bouger réfléchir et tant d’autres choses. Bientôt son cœur ne battrait plus elle ne ferait plus le moindre geste seulement un long voyage vers l’inconnu. Nul n’avait jamais pu à ce jour dire ce qui pouvait se passer après la mort même si des études devaient être légion sur ce sujet.
Même si elle n’avait pas très faim, Jadina mâcha lentement chaque bouchée consciente de ce fait si anodin mais maintenant exceptionnel, la laissant humaine. Mais tout se termine un jour et après le verre, le garde lui intima l’ordre de se relever.
-En raison de votre éventuel ancien statut, des visites vous ont été accordées. Vous n’avez que deux minutes. Non ce n’était pas possible c’était un rêve ?Halan, son père !!!
Son ancien fiancé ne prononça pas un seul mot, mais son visage exprimait mille fois mieux ses sentiments que des paroles. Ses yeux lui disaient : Je t’ai toujours aimé, jamais je ne t’oublierais.
Il l’enserra dans ses bras du mieux qu’il le pût pour la dernière fois avant de relâcher son étreinte et d’essuyer la larme qui perlait. Les hommes ne doivent pas pleurer.
Kynder fût plus distant et se contenta de lui poser la main sur l’épaule avant de lâcher un « Je suis désolé ».
-Tu n’es pas ma fille même si tu lui ressembles parfaitement et que tu es digne d’être Jadina. J’aurais cru que l’enfer était le lieu idéal pour toi mais peut être me suis je trompé. A présent je dois partir retourner au chevet de ma femme. Adieu !!!
Jadina se mordit les lèvres jusqu’au sang pour ne pas craquer. Celui ont elle aurait espéré la venue n’était pas venu la voir psychiquement. Se pourrait il qu’il ne l’aime plus ? Si tel était le cas, il n’y avit aucun réconfort plus RIEN, LE NEANT !!!

-Tu es sur que tout est prêt ?
-Plus que certain arrête de m’agacer, la situation est déjà suffisamment pénible, grommela un spectateur.
-De toutes fazons nous avons vu et revu chaque détail, chuchota Razzia. Et za ne vous ferait rien de vous attire et rezpecter le zérémonial pour zeux qui zont intérezzés ? Shimy était ravie de voir avec quelle aisance il jouait son rôle.
Rigel Sheïtan et Halan était dans la tribune qui leur faisait face non loin de la loge royale.
Puis Ténébris se leva d’une démarche un peu nerveuse, prête à lancer son discours.
-Sujets d’Orchidia !! Si nous sommes tous réunis ici, c’est pour donner un exemple de la justice. Voyez cette démone qui s’est si longtemps passer pour notre princesse bien aimée. Suite à de récentes découvertes et de nouvelles indications nous avons appris la tentative de complot du comte Kasino et des membres du conseil. Je devine votre anxiété mais soyez assurés que plus rien ne détruira la stabilité et la prospérité de notre royaume. Vous, elle marqua une pause pointant un doigt accusateur vers Jadina. Qui nous avez immondement dupés ainsi que vos alliés les légendaires je vous condamne à… à elle ne pût achever sa phrase, saisie d’un trouble et d’un vertige particulièrement violent alors que son sceptre brillait plus ou moins.
-A la mort immédiate, termina Vangélis en se levant. Bourreau, faîtes votre office !!!
-Vous n’êtes pas souverain, ce n’est pas à vous de donner les ordres répliqua Ténébris.
-Peu importe, ça n’aura bientôt plus d’importance et les choses ont suffisamment tardé ! Qu’attendez vous tonna il à l’adresse du bourreau, je vous ai donné un
ordre.
Le concerné lâcha la corde, c’était fini, il n’y avait plus rien à faire. Quand au moment ou la lâme rencontra la chair, il ne se passa rien. Pas de décapitation ni de sang.
-Zi vous voulez mon avis, Vous devriez demander un rembourzement mon pote ! Z’est pourri comme matoz !
Une violente bourrasque s’abattit dans l’arène faisant tomber les gardes. C’était bien pratique de savoir fusionner avec l’air.
-Que Shimy, Razzia, Gryf mais pourqyuoi, murmura la condamnée.
-Vous révélez enfin vos vrais visages en plein jour devant nous tous… Vous périrez alors avec votre chère amie !!
Tandis qu’il parlait, il se produisit quelque chose d’inattendu : Le corps de Ténébris était secoué par de violents éclairs magiques et elle ne parvenait pas à lâcher le sceptre comme si elle était possédée. Puis la lumière s’amplifia et une voix résonna se répercutant à l’infini.
-ASSEZ ! PLUS DE TRAITRISES OU D’INJUSTICES ! Et toi misérable créature qui profane le corps de ma descendance quitte la, laisse là…. TRANQUILLE !!
Une ombre se détacha du corps de Ténébris laissant entraperçevoir une fumée aux contours d’une araignée. Le fantôme d’un parasite qui avait pris le contrôle de son corps. Quant à Jadina, un dome de Jade la protégeait de toute éventuelle attaque.
Ténébris tomba à terre.
-Quant à toi qui abrite l’âme de ma seconde descendante, je ne peux rien faire de plus. C’est à toi de tracer ta voie. Mais même avec ce corps, tu es Jadina. Je dois maintenant vous quitter. Adieu.
Puis le bouclier se brisa sous les regards incrédules des spectateurs. Jadylina était intervenue et avait protégée la criminelle, accusé le grand conseiller. Tout allait trop vite mais une chose était sure : il y avait eu tromperie.
Gryf et Shimy bondirent hors de la tribune pour se précipiter vers leur amie rejoints de près par Halan Rigel et Sheïtan. L’elfe et le jaguarian serrèrent comme jamais leur amie en pleurant à chaudes larmes. Razzia lui fit appel à Amy et se fraya en jouant des coudes pour faire face à l’ordure qui les avait tous manipulés.
-Zi tu touches à ma gonzezze ze zera la dernière chose que tu feras ! Menaça il en avançant d’un pas.
-Tout ne se passe plus vraiment selon vos souhaits n’est ce pas professeur Vangélis ou devrais je lutôt dire Abyss ? L’héritier du sorcier noir… demanda Amy en se transformant tandis que Ténébris était toujours inconsciente.

A suivre


Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Hiro
Messages : 757
Date d'inscription : 23/07/2009
Age : 33
Localisation : La Rochelle

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   Lun 24 Oct - 19:22

Choc magique chapitre 11

Ténébris n’avait toujours pas repris connaissance et Vangélis était de plus en plus furieux ; les choses dégénéraient de minute en minute.
-Vous avez tout gâché ! Soyez maudits les uns et les autres ; mon plan aurait pratiquement fonctionné mais je vous ai sous estimé, vous et cette maudite Jadilyna ! Nous nous reverrons bien tôt je vous le promets ! Et il lança au sol une ampoule contenant un poison.
-Je m’en charge Razzia ! En aussi peu de temps qu’il fallait le dire Amy prit une forme pour absorber le poison évitant ainsi la catastrophe.
-Vraiment, ze ne zais pas comment te remerzier de tout ze que tu fais pour nous. Ténébriz ma puze, ze t’en zupplie reprends conscienze… Allez, ze ne peux pas me passer de toi ze t’aime trop pour ça. Mais son corps était toujours inerte et elle respirait irrégulièrement non ce n’était pas possible… Ce fumier ne l’avait quand même pas empoisonné à petit feu ? mais si c’était le cas il en paierait les conséquences.
Ténébriz murmura il sa voix se brouillant.
-Razzia ? Ne pleure pas, je t’en prie. Je vais bien, chuchota Ténébris en se redressant péniblement. Bon sang, nous avons eu de la chance si Jadilyna n’était pas intervenue même en essayant de retarder l’exécution Vangélis se serait débarrassé des gêneurs. Nous trouverons des explications plus tard, pour le moment nos amis ont besoin de nous.
Jadina, elle était bel et bien Jadina celle qu’ils connaissaient et ils l’avaient étreinte eu peur pour elle alors qu’il n’y a pas si longtemps ils ne lui accordaient pas la moindre confiance. Les avait elle finalement convaincus ? Difficile à prouver. Razzia qui l’enserrait, Ténébris qui s’excusait de sa conduite, les légendaires étaient tous à nouveau réunis….
-Bon et bien on dirait que c’est une histoire qui se finit bien vous ne croyez pas ? Gryf était soulagé et la fuite de Vangélis ne le préoccupait pas plus que ça. Jadina ou celle qui avait combattu et abattu Anathos a leur côtés pour l’instant c’était out ce qui comptait.
-Pas tout à fait Gryf, la reine Adeyrid se meurt et je ne vois pas Ténébris rester ici pour lui succéder ; Shimy avait mis dans le mille sur le coup.
-Ils pourraient monter un conseil provisoire, suggéra Rigel en haussant les épaules.
-De toutes façons ça ne risque pas de faire évoluer vraiment les choses. Les politiciens ont un point commun avec les cornichons : leur incompétence. N’allez quand même pas dire le contraire après ce qu’on a vu de ce royaume ajouta il.
Shimy leva les yeux au ciel : il n’y avait que Gryf ou Sheïtan pour faire ce genre de remarques.
Les spectateurs continuaient de regarder avec étonnement tout ce qui s’était passé se demandant quelle serait la suite des événements. Quand une violente rafale magique fit sauter une des portes.
-Bon sang mais qu’est ce que ?
Une foule ivre de colère armée d’armes faîtes de bric et de broc était aux portes de l’arène et menait une révolution.
« Assez de l’injustice, a bas les reines magiciennes et vos politiques ! Nous réclamons justice !!! Quitte à faire couler le sang. Plus jamais de misère de pollution et de maladies ! Nous voulons autre chose ! Du changement !! »
Les gardes se précipitèrent pour contenir la foule et utilisérent leurs propres armes pour les repousser ce qui engendra l’indignation de Ténébris.
Espèces d’idiots arrêtez tout de suite cette horreur ! Vous rendez vous compte de ce qu vous faîtes ? Ces malheureux ont sans doute une bonne raison de manifester ici.
-Majesté, retournez dans vos appartements ordonna le responsable. Vous pourriez être blessée, nous vous protégerons et nous allons faire évacuer les lieux.
-Vous êtes bouchés ou quoi ? Elle n’est pas tellement d’accord votre patronne et à dire vrai, moi non plus ! C’est un boulot pour Death Gryf !! Et il activa son katseye mettant à terre cinq soldats. Mais les problèmes ne faisaient que commencer.
-Jadina, tu n’es pas en état de te battre, reste avec moi. Et ne discute pas, de toutes façons tu auras le temps de me le faire payer. Shimy attrapa la main de son amie et chercha un endroit où se mettre à l’abri.
Outrés par le manque de respect des droits de la personne Razzia et les autres ‘étaient lancés dans la bataille. Rigel arracha à un des soldats sa lance et renvoya contre eux les décharges ; il n’aimait pas la violence pure et dure mais parfois il n’y avait pas d’autres solutions. Et il fallait vite éviter que le bloc de pierre ne tombe sur Jadina et Shimy. Faisant appel à toute sa concentration il « visualisa » mentalement la destruction et la rafale magique accomplit l’œuvre souhaitée. Allons bon, d’autres s’étaient relevés ? Bon et bien si leurs armes ne donnaient rien, un bon uchi mata ou un kata guruma seraient peut être plus efficaces songea il.
-A quoi jouez vous ? cracha une gamine que reconnût Sheïtan. Son visage était plein de hargne comme le jour de leur rencontre.
-A calmer le jeu. Rien n’a encore été fixé mais ça ne veut pas dire que la nouvelle reine vous ignorera comme l’a fait la précédente.
-Tu veux que je te dise ? Je ne te crois pas ni personne ; ce que nous voulons ce sont des preuves ! et nous n’abandonnerons pas tant que nous n’aurons pas obtenu quelque chose !
-Si vous avez décidés de rester bornés, c’est votre problème, répondit il en lançant son bras enflammé dans la direction de son adversaire.
Quad tout à coup, une créature mi végétale mi minérale entra en scène et flottait dans l’air comme la porteuse. Encore une fois l’air se chargea de lueurs vertes et d’éclairs ; son apparition sema la terreur parmi les gardes et les révolutionnaires. D’autres la regardaient interloqués se demandant quel était ce géant si semblable aux arbres qu’ils avaient vu. A moins que ce ne soit une manifestation consciente des arbres de Gaméra.
-Se pourrait il qu’enfin le règne d’asservissement touche à sa fin ? Que la tyrannie et l’irrespect des souverains de ce royaume cesse ? Enfin, enfin après tous ces millénaires ; quelle joie ! A présent vous paierez pour tout ce que vous nous avez faits endurer.
Deux autres créatures similaires à la première apparurent.
-Ils sauront enfin si leur sang vaut quelque chose !!!
-Nous leur rendrons au centuple ce qu’ils ont fait ! Ils pourront toujours servir de nourriture ou d’esclaves. Les créatures étaient devenues allègres à ces idées et remuaient en tous sens leurs membres semblables à des branches.
Génial, avoir survécu à Anathos voir la discorde dans l’équipe pour arriver à ça ? La révolte des légumes et une mort possible ? Mais qu’avaient ils bien pu faire pour se retrouver dans cette galère.
Au moment où l’un d’eux se préparait à étrangler Ténébris, Jadina refit son apparition. Mais elle ne ressemblait plus à celle qu’ils connaissaient : ses yeux brillaient de la même lueur que celle des rafales magiques de Jade, son pas était régulier et elle ne prêtait pas la moindre attention à ses compagnons.
-Bon zang mais z’est quoi ze délire ? Zadina qu’est ce qui t’arrive ?!!!
-Ce n’est plus Jadina ! Au moment où ces créatures sont apparues elle est entrée dans cet état. Shimy venait d’apparaître essoufflée et inquiète.
-Ils doivent avoir un lien elle et eux ! On dirait qu’elle les connaît ! Le demi démon semblait avoir raison. Que faire à présent ? Ces êtres étaient incontestablement bien plus puissants que tous les légendaires et le feu ne servirait à rien…
-Ne les tuez pas. Ne faites pas de mal aux humains ; ils ne méritent pas tous ce sort. Jadina avait parlé de la même voix rauque que le jour où elle était entrée en transe. Une des arbres étendit ses racines et l’éleva dans le ciel.

A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Hiro
Messages : 757
Date d'inscription : 23/07/2009
Age : 33
Localisation : La Rochelle

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fanfictions (d'Eyael)   





Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

Fanfictions (d'Eyael)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Fanfictions d'Eyael (commentaires)
» Fanfictions (d'Eyael)
» Les fanfictions et vous
» Envoyer vos fanfictions sur Esprit Criminels ici!!!!!!!!
» Art Helix Fanfictions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendaires : Nouvelle ère :: Papotage en règles :: Créations de fans :: Ecritures :: Les fictions terminées-