Site créé pour ceux qui veulent discuter entre estimateurs positifs de la direction de la BD.
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Série de One-Shots sur les Légendaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageAuteur
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Dim 30 Mai - 10:52

«Friendship»

La neige tourbillonnait autour de lui, blanche et froide.....si froide. Mais il était déjà glacé à l'intérieur. Son cœur était comme pris dans un étau. Son esprit ne cessait de faire défiler les images de ce qui s'était passé sur l'île. Les moments se succédaient, de plus en plus rapidement, agrémentés d'émotions diverses allant de la joie à la plus grande horreur, la peur, la haine, la douleur. Il refoula les larmes qui menaça d'envahir ses yeux encore rougis. Son cœur était serré à lui faire mal, sa gorge aussi, il avait parfois l'impression de suffoquer. Il vacilla dans la neige et inspira profondément, réprimant des tremblements qui n'avaient absolument plus rien à voir avec le froid.
Leur dernière après-midi tous ensemble...Razzia le menaçant d'une colonne entière après qu'il lui ait lancé un caillou sur la tête. Shimy poursuivant Jadina et lui tirant les cheveux pour se venger du coup de pied au derrière que son amie lui avait infligé avec remord, agacée par son ''désespoir''.
Coup de pied qui avait choqué tout le monde, surtout qu'il venait d'une princesse.
Ses lèvres se relevèrent en un rictus nerveux lorsqu'il y repensant, sur le coup ça l'avait stupéfié, puis fait éclaté de rire quand il y repensait, et maintenant c'était la mélancolie qui l'envahissait lorsque ce souvenir lui revenait. Il soupira tristement.
Danaël et Ténébris qui, eux, ''s'amusaient'' de leur côté eux aussi, enfin si on pouvait nommer ça un ''amusement'' bien sûr. Disons que le blond et la brune avaient...sans doute fait un simulacre de duel. Enfin il n'avait pas trop suivit lui-même, trop occupé à fuir Razzia qui était à deux doigts de lui balancer une colonne sur la tête. Cependant il les avait bien entendu l'un et l'autre.
- «Rentres-moi ces lames tout de suite Ténébris...
- ..Peuh C'est pas du jeu!!!»

Il rouvrit les yeux, reprenant sa marche, incapable de faire taire ses souvenirs. Ces images refusaient de le laisser en paix. Plus que tout c'était sa voix qui lui revenait le plus, comme si son esprit refusait d'oublier cette personne. Il stoppa un court instant sa marche, ses yeux hantés se posant sur le chemin à suivre. Un peu de courage...il y était presque..Tandis qu'il obliquait vers la droite, luttant contre le blizzard, ne se souciant pas du froid, sa mémoire recommença à la tourmenter.
Un groupe uni....solidaire. Des amis qui avaient tout partagé. Un nouveau membre à qui le chef faisait confiance, à qui Danaël avait donné sa chance. Les autres, même Shimy, avaient fini par accepter cette décision. L'atmosphère régnant durant cet trop courte après-midi précédant les évènements restait présente, comme pour ironiquement rappeler que c'était justement la dernière qu'ils avaient passé tous ensemble. Qu'il ne serait pas là, avec eux, pour en partager d'autre.
C'était la dernière fois où ils avaient ri tous ensemble...insouciants, partageant un instant de bonheur aussi éphémère que le reste. Ce souvenir était désormais si amer, si douloureux.
C'était bien la dernière fois....Jamais plus il n'y en aurait d'autre, et même s'il y en avait, rien ne serait plus jamais comme avant. C'était terminé, tout avait changé. Jamais plus ça ne serait pareil.
Puis avait eu lie le combat....et rien ne s'était passé comme prévu. Anathos avait un autre plan, un plan qu'ils n'avaient pas prévu, auquel ils n'avaient pas pensé. Tout était allé si vite, trop vite.
Et...puis c'était arrivé, le destin cruel avait frappé et....ensuite...ensuite...

Un sanglot le frappa tandis qu'il trébuchait et s'écroulait dans la neige, il lutta quelques instants et se redressa, réprimant ses tremblements. Il frotta rageusement ses yeux pour en chasser les larmes.
….était arrivée la disparition...non...la mort de son meilleur ami.
Il s'arrêta près des ruines, ramenant ses bras contre lui, maigres protections contre le froid ou plutôt contre la douleur. La douleur physique et morale des souvenirs, des images qui tournaient en boucle dans son esprit , le blessant chaque fois un peu plus, comme un coup de poignard dans le cœur.
Le regard de Jadina quand Anathos l'avait transpercé de son épée....
Le sourire cruel du dieu juste avant qu'il ne le....

Il avala péniblement sa salive, réprimant un frisson qui n'avait rien à voir avec le froid. Ses doigts frôlèrent la large balafre qui parcourait tout son torse. Cette plaie qui avait mis tant de temps à guérir, cette blessure qui aurait pu le tuer si des guérisseurs n'avaient pas été là, et c'était la même chose pour Shimy, Jadina et Razzia. Seule Ténébris avait été épargné, grâce à l'intervention de ses pères, qui avaient été tué tout les deux.
Danaël et Elysio, deux amis très chers pour lui, avaient tout deux péris...Pourquoi? Pourquoi devait-il subir ça Ce n'était pas juste!
Ses yeux fauves se levèrent vers le ciel. Il ne pleurait plus maintenant, il ne le voulait plus. Il avait déjà versé assez de larmes au campement, quand il avait repris conscience, quand les souvenirs lui étaient revenus pour la première fois en vagues impitoyables. Une crise de douleur qui avait secoué la totalité des survivants du groupe, même Ténébris qui avait pourtant joué le rôle de soutien pour chacun d'eux plus qu'autre chose.
Mort....Disparu....
Pour Toujours...sans doute.

Prenant une inspiration profonde, il reprit sa marche, ignorant la cruelle morsure du froid, encore pire maintenant que sa fourrure était trempée, comme un zombie. Ses pas le menait, peu à peu vers sa cité, son peuple et la personne qu'il avait le plus besoin de voir à cet instant. La personne qui le soutiendrait toujours, qui pouvait ressentir ce qu'il ressentait, son autre lui-même, son jumeau.
Cependant sa mémoire l'agressait à nouveau, impitoyable, lui rappelant ce qui s'était passé après qu'ils se soient réveillés au camps.
La douleur et la culpabilité de Shimy, ses sanglots, ses larmes, son désespoir à être responsable parce que la clé elfique était à elle, mais aussi parce qu'elle ne voyait plus rien.
Il aurait voulu la réconforter mais les mots avaient été étouffé dans sa gorge, il ne pouvait rien dire sur le coup, ne pouvait pas oublier que la clé elfique avait été à elle. Et pourtant...elle souffrait sans doute encore plus que lui, puisque la possession de Danaël était de sa faute, la clé étant la sienne à la base. Elle ne pourrait sans doute pas se le pardonner.....Il aurait du dire quelque chose mais n'avait pas pu. Il secoua la tête, s'immobilisant une nouvelle fois. Il lui dirait la prochaine fois, dans un an et des poussières, lorsqu'il le reverrait.
Les larmes de Jadina...
Il n'avait pas su quoi dire, ni que faire. Son désespoir, dans lequel elle sombrait, lui avait fait si mal à voir. Elle aimait Danaël tellement et venait de le perdre alors qu'ils s'étaient visiblement enfin avoué leurs sentiments. Enfermée dans un mutisme totale, elle l'avait simplement serrée dans ses bras dans un étreinte amicale accompagnée d'un sourire triste, tellement triste, puis était partie de son côté. Elle dégageait à cet instant une telle fragilité qu'il aurait aimé la poursuivre, la consoler, la protéger. Pourquoi l'avait-il laissé partir seule de son côté? Razzia était parti avec Ténébris non? Et Shamira n'avait pas abandonné sa fille, elle l'avait ramené au pays elfique avec elle.
Où était partie son amie? Qu'allait-elle devenir pendant ce temps de séparation?!
Ca il ne savait pas....mais il avait tout de même une vague idée. Elle aurait sans doute totalement changé lorsqu'il la reverrait. Ce qui s'était passé avait laissé une trop grande trace dans l'esprit et le cœur de chacun pour qu'ils ne changent pas. Ca lui faisait peur...et ça le rendait triste.
Et Ikaël...
Il n'avait même pas osé le regarder en face au début. Il avait même (quel lâche il était) remercié mentalement Ténébris pour avoir annoncer la si horrible nouvelle au chevalier. Lui..Il n'en aurait pas été capable....jamais. Il savait que malgré leurs différents, les deux frères avaient quand même de l'affections l'un pour l'autre. Les liens du sang étaient les plus forts et on ne pouvait nier le passé.
Gryf ne pouvait pas savoir ce que le roux ressentait. Il ne pouvait que l'imaginer, et rien que ça lui faisait déjà mal. Il ne voulait même pas y songer, à cette si horrible perspective. Il avait assez perdu d'êtres chers comme ça en plus...
Il avait certes un jumeau mais ça ne faisait que trop peu de temps qu'ils s'étaient retrouvés. Ils étaient sans doute (très) proches enfants (comme tous jumeaux se respectant) mais son amnésie lui avait fait tout oublié même si du côté de Kel tout devait être ''intact''. Gryf ne savait pas ce que cela faisait de perdre un frère et ne voulait surtout pas le savoir, son cœur se serrant encore plus rien qu'à y penser. Il venait tout juste de retrouver le sien et la simple idée de perdre ce qu'il venait à peine de recommencer à connaître lui faisait mal, vraiment mal. Il préférait oublier cette simplé hypothèse!
Il n'avait put articuler qu'un simple (et vide de sens): «Je suis désolé» au frère de son ami qui, le visage pâle et les traits tirés par le manque de sommeil et par son état psychique, avait secoué la tête, sans rien dire. Le soldat roux n'avait rien dit, son regard semblait parfois hanté, ses cernes semblaient s'assombrire de jour en jour. Il souffrait lui aussi mais cachait sa douleur, en silence, parce qu'il n'avait personne avec qui la partager. Le jaguarian songea vaguement qu'il aurait pu soutenir l'autre roux, lui parler mais n'avait pas osé, craignant de le mettre en rage s'il le dérangeait dans son 'deuil'. Il avait surement eu tord, sans doute l'autre aurait-il eu besoin de quelqu'un à qui parler! Quelqu'un qui aurait aussi été proche de Danaël!

Gryf s'immobilisa dans la neige, la tempête avait cessé autour de lui. Il ferma les yeux et se plongea dans un passé bien plus lointain que celui d'il y a un mois à peine. Le souvenir d'un sourire amical et d'une main tendue, d'une voix douce et chaleureuse: «Je m'appelle Danaël....et toi?» Le premier humain à lui parler comme un égal. Lui qui n'avait connu que les arènes de monslaves, la douleur, le mépris et la cruauté des hommes, aussi bien de son «maître» que des spectateurs ivres et hurlant au sang. Lui qui avait vécu un an seul, fuyant les hommes et tentant de retrouver son foyer. Sans succès. Il sombrait alors peu à peu dans le désespoir. Il venait de voir que tous les humains n'étaient pas comme ça. Que certains le voyaient comme un être qui vivait, souffrait, aimait. Il n'aurait pas cru ça possible à l'époque. Danaël lui avait sauver la vie. Et pas seulement physiquement, il l'avait aidé à tout les niveaux, l'avait soutenu, était devenu son meilleur ami, son confident, son plus grand soutien. Jamais il n'avait jamais fait confiance à quelqu'un autant qu'au blond. Et il était certain que c'était réciproque. Malgré quelques accrochages, cette situation s'était toujours maintenue.
Son sourire, sa main tendue et sa générosité.
Le blond l'avait traité comme un égal, pas comme une bête.
Il avait été le premier....et il n'avait pas été le dernier ou le seul...

Gryf n'avait pas pu y croire au début, persuadé que le chevalier était un mirage, une illusion, un rêve. Mais avait bien vite vu que non. Et ils étaient devenus amis. Leurs aventures ensembles réapparaissaient dans sa mémoire, le faisant tristement sourire
.....Puis il y avait eu Jénovia. Leur plus grande erreur même si c'était un accident....
Et, 24 mois après, leur groupe s'était reformé...
«Da....naël? Mais oui c'est bien toi, ça fait plaisir de t'revoir, niaf!» Il était vraiment ravi de le revoir en bonne santé après deux années sans nouvelles.
- «Hé! tout doux Gryfenfer! J'ai mis du gel ce matin!» protesta son ami en tendant de se dégager du décoiffage en règle que lui faisait subir le jaguarian.

Il était toujours resté le même, altruiste, généreux, pensant au bien commun avant de penser aux autres. Une personne à qui ont pouvait faire confiance sans hésiter car il ne la trahirait jamais.
- «Mais les choses sont bien différentes aujourd'hui......car je ne suis plus seul!!
- Non, mon ami!»

Tous les souvenirs de leurs récentes aventures, les tics de leur ancien chef, tout ce qui s'était passé...tout tournait dans sa tête, lui rappelant qu'il ne lui restait que le passé pour penser à lui.
Danaël qui frimait en appelant son épée et en l'attrapant en cinq mouvements par exemple. Quand il s'en souvenait, ainsi que la conversation qu'il avait eu avec Razzia qui avait suivit, un petit rire triste le secouait. C'était un vrai chef mais il était quand même un peu frimeur sur les bords.
- «Euh....Il ze la zoue pas un peu?» Se demanda Razzia, blasé et demandant ça plus pas simple curiosité qu'autre chose. Il ne semblait pas du tout soufflé par ce coup là.
- «Non, tu crois? Juste un peu alors...» avait-il répliqué en levant les yeux au ciel, pas impressionné pour deux sous par la démonstration de leur chef.

Sa façon de combattre, d'aider ses amis dans la bataille, son humour, ses «disputes» avec Jadina, comme celle de leur retrouvailles aussi.... Tous ces souvenirs revenaient sans cesse, en boucle, ne faisant qu'accentuer la souffrance du jaguarian qui ferma les yeux, sentant comme une brûlure au niveau de ces derniers. Il avait perdu son meilleur ami; quelqu'un qui, jusqu'à l'apparition de Kel, était ce qui se rapprochait le plus d'un frère pour lui. L'injustice de toute cette histoire lui fit serrer les dents de rage. Il aurait aimé hurler mais il savait que c'était inutile, et vain.
POURQUOI?
Maudits dieux.....ou plutôt maudit Anathos.....foutu destin....saleté de marque....Qu'est qu'il pouvait faire contre ce monstre? Pouvait-il réussir où Elysio,Darkhell et le Gardien réunis avaient échoué et avaient péris?
Pourquoi?

Une question douloureuse et sans réponse...Le destin était imprévisible, frappait cruellement au hasard, sans se soucier des conséquences.
Danaël était-il vraiment mort? Perdu à jamais? Ou y avait-il une minuscule chance de le récupérer? De le sauver? Il ne savait pas mais de toute façon....pour le moment personne ne pouvait rien contre Anathos. Ils n'étaient pas assez fort. C'était pour ça qu'ils s'étaient séparés.....pour s'entrainer.
- «Ano....Gryf?» fit une voix pas loin de lui. Lentement le prince de Jaguarys leva les yeux vers son frère qui le dominait depuis un rocher gelé, à quelques mètres de la cité. Son jumeau était seul, et le fixait, presque invisible dans la tourmente.
Le légendaire balbutia, surpris de l'accueil inattendu: «Kel....qu'est que tu fais là?» tandis que l'autre atterrissait devant lui et s'approchait de lui, doucement. Étrangement sa simple présence apaisait Gryf. Il était chez lui, il était en sécurité.
Le roi des jaguarian aurait sans doute été très pâle s'il avait été un humain mais là, il avait juste les yeux plein d'inquiétude. «J'ai senti que tu souffrais.....alors je suis venu à ta rencontre!» Le lien qui existat entre tous les jumeaux n'avait en effet jamais été brisé de son côté. Il avait donc du sentir non seulement la présence proche de Gryf mais aussi, du coup, sa souffrance.
Son jumeau eut un faible et triste sourire... Kel ressentait vraiment sa douleur? Pas étonnant qu'il soit si inquiet alors. Vu les tourments qui l'assaillaient depuis des jours et des jours. Lentement il agrippa la tunique royale de son frère et posa le front sur son épaule. L'autre tressaillit de surprise puis passa lentement et instinctivement un bras autour de celles de son aîné. Le légendaires sentit à nouveau les larmes lui brûlaient les yeux, il ne chercha pas à le retenir, ses mains se crispant sur le tissu fin, comme s'il craignait que Kel ne disparaisse.
- «Qu'est qu'il s'est passé Gryf?» chuchota son jumeau à voix basse, comme s'il avait peur qu'en changeant de ton, il provoque quelque chose.
L'interpellé rouvrit les yeux, sans lâcher toutefois sa prise et murmura, d'une voix hachée, emplis de souffrance, sans tenter désormais d'arrêter ses larmes. «Kel.....Il est arrivé....quelque chose d'horrible.»

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Lun 31 Mai - 20:53

«Larmes» (pré-tome 1)

- «Ouais c'est comme je te le dis...tous disparus!.» Deux personnes, vêtus de l'uniforme des gardes du pays parlaient derrière le dos du blond aux yeux bleus qui, enveloppé dans une cape blanche, regardait pensivement le verre emplis d'un liquide ambrée qui était posé devant lui. Il rangea distraitement une carte pliée dans la doublure de sa cape. Il but ensuite une gorgée de sa boisson, les yeux dans le vague.
Une autre voix s'éleva, son possesseur étant le voisin du premier. «Vraiment tous? Parce que, quand même, ils étaient nombreux! Et forts!!» Il avait prononcé cela d'une voix un peu suraiguë, l'air vraiment stupéfait. La nouvelle devait être de première importante. Le blond, appuyé distraitement au bar, sortit de ses pensées sombres et écouta distraitement la conversation, se laissant emporter par la curiosité. Vu le ton que les deux personnes employait et les mots utilisés, cela semblait important.
Le premier reprit, d'une vois pressée: «Tous j'te dis! Et c'est assez incroyable parce que, quand même, c'était l'élite des soldats! Les meilleurs chevaliers de Larbos mine de rien!» Pour ponctuer ses paroles, il avait exécuté un geste de la main droite. «Le roi a du l'avoir en travers de la gorge!» reprit-il d'un ton presque condescendant. Néanmoins on pouvait deviner qu'il était désolé de ces morts dont il parlait! Il but ensuite une grande gorgée de sa boisson, l'air content d'avoir provoqué son petit effet en narrant cette histoire. En effet les autres en restaient bouche-bée.
Danaël se figea en entendant ces mots: l'élite des chevaliers? Les meilleurs soldats de Larbos? Un horrible préssentiment le prit à la gorge, le figeant net sur place. Un doute l'emplit et il s'imposa pourtant le calme, le cœur battant à tout rompre, sa gorge devenue sèche. Un profond malaise indéfinissable l'étouffait. Il fallait qu'il demande des précisions, même s'il ne voulait pas savoir, même s'il avait peur de savoir. S'assurant que sa cape dissimulait bien son visage, il demanda d'une voix posée en se retournant vers celui qui avait commencé la conversation un peu plus tôt: «Excusez moi, mais de quoi parlez vous? Il m'a semblé entendre parlé de soldats de Larbos. Pourriez-vous me dire ce qu'il s'est passé?
- Ouais je peux mais pourquoi? Tu viens de ce pays?» S'enquit l'un des deux soldats (ou gardes) en se tournant vers lui, l'air étonné de cette intrusion dans la discussion. Mais il se reprit vite, ravi de voir son auditoire s'agrandir après que l'autre eut hoché la tête.
Celui-ci se racla la gorge et tenta de garder une voix mesurée: «Effectivement. Vous parliez de l'élite des chevaliers non?» Danaël pria pour avoir mal entendu, ou alors avoir mal compris. Il l'espérait vraiment, craignant le pire soudainement. Malheureusement ses craintes se virent rapidement confirmées par la suite de la conversations.
Le garde hocha la tête et continua: «T'as bien compris, on parlait des Faucons d'Argent. De c'qui s'est passé....y a 10 mois ou quelque choses comme ça!» Il vida son verre, indifférent à l'agrandissement progressif de son auditoire. «Ils avaient plus la côte ces derniers temps mais ça a filé un sacré coup à leur pays ce qui s'est passé!»
Tout comme il ne voyait pas le trouble chez son nouvel interlocuteur, ni ses poings serrés à l'extrême: «Et qu'est qui leur est arrivé?» demanda le blond d'une voix tremblante.
L'autre lui jeta un regard étonné, se demandant ce qui lui arrivait mais poursuivit: «Ben y a 10 mois environ, Larbosa les a envoyé en mission.....et ils ne sont jamais revenus! A Larbos, on les a déclaré morts!» Le garde fronça ensuite les sourcils en voyant la personne enveloppée dans la cape vaciller et devoir s'appuyer au bar, sa main crispée à l'extrême sur le bois, les jambes tremblantes.
Danaël sentit l'air lui manquer. Non! Ce n'est pas possible! Ils sont une élite, les meilleurs, et tellement nombreux! Et mon frère est un excellent chef! Ils ne peuvent pas avoir disparus, ou être morts! Non c'est impossible. Son esprit semblait être anesthésié, sa gorge était presque bloquée par la boule qui s'y était formée. Il déglutit avec peine et s'appuya un peu plus au bord.
- «Hé! Y a un truc qui va pas?» s'inquiéta l'un des deux autres en se levant et en avançant une main pour l'empêcher de s'effondrer.
Chose inutile car le blond se reprit, s'appuyant à nouveau au comptoir. Conscient que même sans révéler son identité, il devait se justifier pour son attitude inquiétante, il articula d'une voix étranglée, incapable désormais de la contrôler: «Mon....frère est un Faucon d'Argent!» Il eut à peine conscience du verre rempli à raz-bord qu'on lui mettait dans la main, un remontant sans doute.
Il perçut vaguement un «Ha! Sincères Condoléances mon gars!» et vit vaguement les gardes prendre congé, sans doute mal à l'aise d'avoir été colporteur de mauvaises nouvelles.

Danaël ferma les yeux, sentant comme une brûlure derrière ses paupières. Il se dépêcha de payer et de partir, ressentant comme une boule dans la poitrine. Il fallait qu'il soit seul, il avait besoin d'être seul. Disparu...Ca ne voulait pas dire mort hein? Depuis près dix mois, y avait-il encore de l'espoir? Non pas vraiment, pas de nouvelles depuis tant de temps.....C'était mauvais signe. Il attendit d'être sorti du village pour s'effondrer sous un arbre, dans la forêt. Ce n'était pas possible...non. Ce ne pouvait pas être vrai. Ils ne pouvaient pas.....IL n'était pas.....C'était impossible! Mais il n'arrivait pas à se cacher la vérité, il n'était plus un enfant, il ne devait pas fuir la réalité. Le mot «mort» résonnait horriblement dans son esprit. Il avait mal au coeur, et ferma les yeux, chassant le vertige qui le prit. Un flash envahit sa mémoire, laissant place à un souvenir vieux de plus de 10 années quand, âgé de douze ans, il avait couru pour revoir son père et son frère et que jamais le premier n'était revenu. Son monde s'était écroulé ce jour-là...totalement. Il était devenu orphelin.
Désormais il était vraiment seul, son frère était mort.
Il était tout seul.
Il n'avait plus rien.
Rien que des souvenirs.
Quand son père était mort, Ikaël avait toujours été là pour le soutenir, apaiser sa douleur et l'aider à se remettre de cette perte.
Mais aujourd'hui, il n'avait personne....
Il n'y avait que douleur et solitude pour lui tenir compagnie.
Sa famille avait entièrement disparue et ses amis étaient dispersés dans trois différents coins d'Alysia pour une partie d'entre eux et dans le monde elfique pour la dernière. Il était seul pour supporter cette épreuve. Il n'y aurait personne pour soulager sa douleur et le soutenir. Il n'était certes plus un enfant, sauf en apparence évidement, mais il venait de perdre une des personnes les plus importantes pour lui. Même si jamais il ne l'aurait admit à haute voix. Il ravala un sanglot aussi rageur que désespéré.
Il avait le droit de pleurer....de souffrir.....d'oublier un instant sa fichu fierté...
Ce n'était pas grave s'il pleurait, s'il laissait écouler sa douleur...
…. N'est ce pas?

Son frère et lui n'étaient plus en très bon termes mais.... Les liens du sang étaient forts malgré tout, il ne pouvait nier le passé, les sentiments qu'il avait éprouvé enfant comme l'admiration, l'affection, la confiance, le respect et dont certains n'avait jamais disparus. Si seulement il avait été moins stupide, moins borné. S'il avait fait, lui, le premier pas vers la réconciliation au lieu d'attendre que ce soit son frère qui les fasse, ils auraient pu se quitter sur de meilleurs termes. Ils étaient vraiment aussi têtus l'un que l'autre, un point commun qu'il avait toujours partagé.
Mais....La dernière fois qu'ils s'étaient vu, c'était avant l'accident Jenovia. Une des rares fois où ils ne s'étaient pas disputés pour sa décision ou pour autre chose... Rien qu'à ce souvenir....il fut soulagé de savoir que leur dernière rencontre ne s'était pas soldée par une dispute.....mais...ca faisait déjà un moment...Et encore «bien passée», on devrait parler de discussion cordiale mais assez ''froide/distante'' plutôt. Comme deux leaders de groupes différents mais pas vraiment comme deux frères. Une brève discussion, un «bonne chance» et c'était tout...
Leur dernière rencontre...Danaël n'avait même pas cherché à le revoir après l'accident, craignant que comme tout le monde il le déteste, le méprise pour ce qu'il avait fait, refuse d'accepter le fait que ce n'était qu'un accident.....
Il avait eu peur, stupidement...d'être rejeté par le dernier membre encore vivant de sa famille. Ca l'aurait sans doute achevé après la dissolution des Légendaires. N'empêche que....Il se sentait mal, très mal...
Il ne le verrait plus jamais.....

Il sentit quelque chose tomber à terre, une goutte claire et cristalline, une larme. Il avait perdu la seule famille qu'il lui restait et il n'avait plus rien désormais. Il retrouverait bientôt ses amis, sa deuxième famille mais...ce n'était pas vraiment pareil.
Une vague de colère monta peu à peu en lui, brûlante, persistante, appelant la vengeance.
Il avait trouvé ce dont il avait entendu parler, cette carte qui lui permettrait de trouve la pierre et Créscia et d'inverser l'accident Jovénia. Mais dès que tout ça serait fini, quand son but aurait été atteint alors.....alors....il lui resterait quelque chose à accomplir.
Il ne dévirait pas de cet objectif. Peu importe tout ce que cela impliquerait!
Quelle était leur mission? Dans quelle région s'était déroulé leur expédition? Comment cela s'était il produit? Et surtout comment un groupe entier (ils étaient nombreux quand même) avait pu être décimer? Qu'est qui s'était passé?
Toutes ces questions sans réponses tournaient dans sa tête, sans vouloir se faire oublier et sans avoir pour le moment de réponse. Mais pas d'inquiétude, il saurait, ce n'était qu'une question de temps, la vengeance pouvait patienter jusqu'au moment le plus propice.
Il saurait.....Il trouverait.....quitte à chercher autant de temps que cette carte qu'il avait mis près de deux ans à trouver. Quitte à mettre deux ans ou plus, sa colère et sa rancune ne faibliraient pas et seraient apaisées...il le vengerait!! Rien ne l'empêcherait d'accomplir cette vengeance! Rien!!
Il se jura qu'une fois qu'il aurait rassemblé à nouveau les Légendaires et que, ensemble ils auraient trouvé ce qui annulerait l'accident Jenovia.... et bien là il se consacrerait à ce nouveau but, même seul si ses amis ne voulaient pas l'y aider! Rien ne le ferait changer d'avis! Ca se paierait!!
Une fois tout cela accomplis, et que les alysiens auraient retrouvé leur âge véritable, alors il chercherait et, qu'importe le temps que ça prendrait, il trouverait ce qui avait causé la disparition de son ancien groupe, ce qui les avait tué, car après temps de temps sans nouvelle, ils ne pouvaient plus être en vie. Ses dents se serrèrent à cette pensée, et il s'essuya rageusement les yeux de sa main gauche. La boule de colère en lui sembla s'enfler sous ses pensées vengeresses. Et quand il l'aurait trouvé cette cause, ce responsable il la ou le détruirait, sans le moindre remords ou regrets.
C'était une promesse....
Et rien ne l'en empêcherait!!

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Jeu 10 Juin - 23:05

«Orientation»

- «Sérieusement Danaël, avoue!» S'agaça Gryf en tapant furieusement du pied par terre, bras croisés tandis que leur trois amis restaient silencieux derrière eux. On sentait une certaine tension d'ailleurs. Le jaguarian essora négligemment ses longs cheveux roux et demanda «On est perdu hein?»
Il se mordit la lèvre inférieure, refusant de regarder ses amis en face. C'était plus facile à dire qu'à faire tiens. Il faisait vraiment ce qu'il pouvait...ce n'était pas sa faute tout de même...si?
- «J'en ai assez! Ca fait des heures qu'on tourne en rond!!» Cria la princesse déchue, fatiguée et transie de froid. Dire que son chef (bien-aimé) lui avait promit qu'ils étaient presque arrivé à la ville. Rien qu'à songer qu'à cet instant ils auraient pu être à l'auberge et pas sous une pluie battante et glaciale, ça la mettait hors d'elle. «Peux-tu nous dire où on est alors?» S'énerva-t-elle, menaçant celui qu'elle aimait de son bâton-aigle.
Le chevalier ouvrit la bouche pour répondre mais n'en eut pas le temps, une trosième personne s'en mêla. «Calmes toi Jadina! Ne crie pas sur Danaël...» tempéra Shimy en posant une main apaisante sur la tunique trempée de sa ''meilleure'' amie qui lui jeta un regard surpris. Le blond lui fut à deux doigt de remercier l'elfe pour sa confiance et son soutient...sauf qu'elle enchaîna par les mots «Tu pourras lui hurler dessus et le frapper avec ton bâton après qu'il ait admit nous avoir totalement perdu sous une pluie glaciale, dans un froid mordant, en plein cœur d'une forêt touffue sans doute pleine de créatures agressives!» Elle avait dit ces mots d'une voix dangereusement trop calme, presque effrayante.
Un lourd silence tomba sur le groupe et quatres paires de regards noirs se tournèrent vers le chef qui eut envie de disparaître.
- «Mais..» Commença maladroitement le chevalier, les yeux rivés vers le sol boueux, tentant en vain d'essayer de s'expliquer face à quatre amis furax, mouillés, glacés et épuisé. Il avait un peu peur tout d'un coup...
- «Franchement comment tu as réussis à nous perdre hein?! D'habitude tu sais bien lire une carte!» Râla à nouveau son meilleur ami, que l'eau glacé, quand elle lui tombait dessus en trombe, le rendait de très mauvaise humeur. «Tu l'as fait exprès ou quoi?» Enchaîna-t-il en posant ses mains sur ses hanches, le regard mauvais. Il détestait rester sous la pluie dans possibilité de s'abriter.
Razzia gardait le silence, tremblant de froid, préférant rester silencieux plutôt que hurler inutilement sur son chef. Ou peut-être avait-il tout simplement mal à la gorge. Cependant il finit par murmurer, d'une voix assez faible, preuve que la seconde solution était plus vraisemblable : «Za ne zert à rien de lui crier dezzus, z'est pas za qui nous fera retrouver notre zemin plus vite!»
Danaël hocha la tête, n'ayant qu'une envie, c'est qu'on oublie les griefs contre lui «Attendez, je vais regarder encore la carte, j'ai peut-être tout simplement raté un croisement!» Il recula sous un arbre et déplia le papier qui était jusque là rangé dans sa cape.
- «Tout simplement?» Railla le roux, s'essorant les cheveux une fois de plus: «Si cela veut dire encore marcher pendant des heures, je vais vraiment être de mauvaise humeur. Et tu n'as pas envie de vivre ça mon vieux! Crois-moi!» Il éternua, son regard s'assombrissant davantage tandis qu'il fixait son meilleur ami.
Celui-ci déglutit et bafouilla, repoussant une mèche trempée de son front: «Tu crois que c'est facile? Il fait nuit et il pleut à verse! Et moi aussi je suis gelé je te signale!» Que le jaguarian baisse d'un ton, il était fatigué et glacé lui aussi. Il était aussi mécontent de lui que les autres l'étaient. Ce n'était donc pas la peine d'en rajouter.
- «Oui justement, j'en ai marre!
- Moi aussi!
- J'ai envie d'un bon feu!
- Z'en ai azzez de zette forêt moi auzzi!»
Danaël grimaça et se pencha sur la carte, essayant de refaire tout leur parcours depuis le début afin de trouver où ils étaient. La carte était mouillée, les couleurs un peu délavées bref elle n'était presque plus visible. «Attendez...» balbutia-t-il, regardant chaque recoin du plan qu'il tenait. Il le manipula un peu trop et le bout de papier tomba en lambeaux. «Heu....je l'avoue! On est perdu! Désolé!» Il esquiva la taloche que voulut lui flanquer l'elfe derrière lui.
Gryf soupira, secouant ses mèches trempées «Mais c'est pas possible ça» Grogna-t-il en se prenant la tête dans les mains, fatigué d'avance. «Qu'est qu'on fait alors monsieur le chef?»
Un long silence tomba et Razzia soupira «Z'ai compris, ze vais ezzayer de trouver une grotte!!» Il s'éloigna puis stoppa et lança ironiquement par desssus son épaules «Evitez de bouzer ou ze ne vais pas vous retrouver!!» Tous eurent un rire nerveux et Danaël donna l'impression de vouloir disparaître sur place. Le regard de l'elfe élémentaire était assez effrayant d'ailleurs.
- «Ne t'en fais pas vieux! Je ne vais plus suivre le chef pour cette nuit!» Râla celle-ci, admirant la quantité d'eau qui tomba de ses cheveux lorsqu'elle les tordit. «T'as intérêt à retrouver le chemin demain matin Danaël ou gare à toi!» Il hocha la tête, ne voulant pas la contrarier plus qu'elle ne l'était déjà.
- «Quand je pense que tu te vantais d'avoir un très bon sens de l'orientation» railla Gryf en levant les yeux au ciel. «C'est pas ton jour on dirait!» asséna-t-il ensuite, avant de tourner le dos à celui qui les avait perdus.
Le blond n'osa rien dire, n'osa pas protester...Il avait fait une boulette, cela ne se reproduirait plus...
Et puis où était le problème hein?
Même les plus grands héros peuvent se perdre bêtement...
Pas vrai?

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Ven 11 Juin - 21:45

Cuisine (post tome 12)

- «Qu'est que tu fais Jadina?» Demanda le jaguarian, repoussant sa mèches noires derrière sa tête, surpris par l'attitude de sa chef qui semblait bien décidée à faire quelque chose.
Elle posa son fardeau sur la table et se tourna vers le Jaguarian qui haussait les sourcils. Elle déclara ensuite «C'est évident, c'est mon tour de faire la cuisine!» dit-elle comme si c'était une évidence - «L'autre jour c'était Razzia, hier c'était Ténébris, avant c'était toi. Shimy ne peut pas faire la cuisine puisqu'elle ne voit rien donc c'est mon tour! Logique n'est ce pas?» Elle sourit et se rattacha mieux les cheveux, sous le regard quelque peu terrifié de son ami roux. Il semblait d'ailleurs tétanisé!
Gryf eut ensuite une horrible sueur froide. Un terrible souvenir lui revenant en mémoire. «Heu t'es certaine que c'est une bonne idée?! Je veux dire...Razzia adore s'en charger! Ténébris aussi! Laisses-les faire!» Il était trop jeune pour mourir, surtout d'une intoxication alimentaire, et ne désirait aucunement souffrir d'un terrible mal de ventre. Et il ne voulait pas mourir de faim non plus!
- «Non Gryf! Je veux le faire à mon tour, ce n'est pas parce que je suis le chef que je peux me permettre de ne rien faire!» Déclara la brune, posant les composant du repas qu'elle voulait préparer sur la table. «Vous allez voir, vous n'allez pas en revenir!» Et, tout sourire, elle se mit au travail sous le regard accablé, inquiet, mal à l'aise de son ami à fourrure.
Celui-ci se passa la main sur la figure: «Dire qu'on s'était accordé des vacances, c'est pas pour les passer au lit victimes d'indigestion ou intoxication alimentaire...» Il avait sifflé cela entre ses dents mais fut parfaitement entendu par son amie.
Elle se se retourna brutalement, ses yeux ayant viré à un vert lumineux tandis qu'elle tonnait, terriblement agacée, menaçante: «DE QUOI?» En croisant son regard, en entendant son ton de voix, on n'avait plus qu'une envie: fuir le plus loin et le plus vite possible.
Le roux se fit tout petit et murmura, s'écrasant: «Rien..» Et préféra filer rejoindre les autres pour les prévenir de ce qui allait leur tomber dessus. Peut-être Razzia pourrait-il convaincre Jadina de le laisser l'aider ou de le laisser faire?! C'était peu probable mais cela valait le coup d'essayer.
Restée seule Jadina fronça les sourcils et souffla «Mais il exagère! Je sais parfaitement cuisiner!!» Elle en avait parfois fait lorsqu'elle était plus jeune et celui qui les avait goûté l'avait toujours félicité d'un grand sourire, sans avoir l'air écœuré non? C'était la preuve que sa cuisine était réussie!

Jadina, âgé de 7 ans était pensivement assise sur un banc dans le jardin du palais, balançant ses jambes tandis qu'elle attendait l'arrivée de son ami Halan qui venait passer l'été dans son royaume. Elle était impatiente qu'il arrive, elle l'aimait bien. Qu'est-ce qu'elle pourrait faire en attendant qu'il arrive? Elle n'aimait pas rester sans rien faire.
- «Je sais! Je vais lui demander aux cuisiniers de faire un gâteau!» S'exclama-t-elle en bondissant littéralement sur place. «Halan adore les sucreries lui-aussi!» Fière de son idée, elle se mit à galoper dans les jardins puis dans les couloirs.
Elle se précipita jusqu'aux cuisines mais se fit intercepter au passage par la gouvernante. «Alors princesse Jadina! Il ne sied pas à votre rang de courir ainsi dans les couloirs! Où semblez-vous si pressé de vous rendre?»
La petite s'exclama, souriante «Je veux faire quelque chose pour souhaiter la bienvenue à Halan! Alors je vais demander aux cuisiniers de faire un énoooooorme gâteau pour la collation qu'il y aura à son arrivée! Ca va être génial!! Une pâtisserie qu'on aime tout les deux!!»
La vieille femme sourit doucement «Si vous voulez faire plaisir à votre fiancé princesse, offrez quelque chose que vous aurez fait vous même! Il n'en sera que davantage ravi! Puisque ce sera un cadeau qui vient de vous, de votre affection pour lui.»
La petite cligna des yeux, sembla réfléchir et s'exclama, d'un ton soudain enjouée «J'ai compris!» Elle repartit vers les cuisine, ignorant les appels de la gouvernante qui lui rappelait de ne pas courir dans les corridors. Elle était vraiment trop pressée, impatiente et fière de son idée.
Elle arriva dans la cuisine et attrapa la veste d'un des chefs «Cerealyal!!» s'exclama-t-elle, surexcitée, se retenant de sautiller sur place à nouveau. Vraiment elle avait hâte de s'y mettre.
L'homme baisse les yeux vers elle, souriant presque paternellement «Oui princesse, auriez-vous un désir de plats particulier? Une pâtisserie pour vous et le jeune prince?
- Est-ce que je pourrais faire moi-même quelques petits biscuits pour Halan s'il te plaît? J'aimerais lui offrir quelque chose que j'aurais fait moi-même!» Ses yeux pétillaient tandis qu'elle exposait son idée, à la fois impatiente d'agir et curieuse d'essayer de préparer quelque chose.
Cerealyal soupira, se massant les tempes: «Vous savez...une princesse ne doit...
- S'il vous plaît!» Les yeux suppliants de la petite princesse auraient fait craquer n'importe qui et le vieux cuisiner acquiesça, se disant que ce n'était qu'une manie qui lui passerait.
Quelques heures plus tard, le jeune prince aux cheveux verts, dans un maintient impeccable, buvait tranquillement une tasse de chocolat chaud. Jadina attrapa l'assiette où se trouvait ses gâteaux, profitant de l'absence des adultes et s'exclama, enjouée: «Regardes Halan! Je t'ai préparé moi-même des petits gâteaux, t'es pas obligé de tout manger hein! Juste un si tu veux mais j'espère qu'ils te plairont, je les aient fait pour toi!» Elle savait qu'il y avait d'autres pâtisseries qui avaient l'air plus appétissantes que ce qu'elle avait fait, y compris le sublime gâteau qui était leur préféré à tout les deux. «Tu veux bien en manger juste un?»
Le garçon sourit et en attrapa un, le croquant immédiatement. Il se figea et avala, empêchant toute émotions de mauvaises augures d'apparaitre sur son visage. Il se força à le manger en entier, souriant et dit gentiment pour ne pas lui faire de peine, conscient qu'elle avait vraiment fait de son mieux: «Tu te débrouilles vraiment bien Jadina, ils ne sont pas mal du tout! Pour une première fois tu as bien réussi ton coup!» Le compliment fit tellement plaisir à la petite qu'elle en oublia de lui en proposer un autre. Ainsi à chaque visite, Halan mangea de bon cœur, le sourire aux lèvres, les (atroces) essaies culinaires que la petite fille puis adolescente faisait en secret.


Jadina hocha la tête avec satisfaction. Oui Halan mangeait tout sans grimace, c'est que c'était bon non? Hochant la tête pour affirmer ses pensées, elle se remit au travail en étant certaine de faire quelque chose de délicieux.
Au bout d'un temps interminable elle arriva face à Razzia et à Gryf qui se tendirent en voyant et surtout en sentant ce qu'elle avait préparé.
Le jaguarian toussota et demanda, hésitant «Heu...y a quoi là-dedans?!
- Surprise!» fit-elle, les faisant frissonner d'appréhension. Elle fronça ensuite les sourcils, agacée «Où sont Shimy et Ténébris?» Elles ne les avaient pas vu depuis un moment. De plus, en temps normal, chaque fois qu'elle cuisinait, l'elfe trouvait le moyen de venir critiquer l'odeur, la texture et alors l'apparence, bref venait ironiser sur ses talents de cuisinières. Ce qui finissait souvent en bagarre!
Les deux autres haussèrent les épaules, affirmant avec sincèrement qu'ils n'en savait absolument rien. Au fond d'eux-même ils songèrent néanmoins ''Elles ont fuit avant que Jadina n'arrives, les lâcheuses!!'' Mais eux durent s'assoir et se servir, sachant qu'ils savaient intêret à tout avalé et, surtout, à aimer.

Pendant ce temps, sur le toit de la petite maison (vacante) que les Légendaires avaient emprunté pour les quelques jours à venir, Ténébris et Shimy regardaient les étoiles en mangeant un plein sac...de fruits.
- «Passes-moi une pomme s'il te plaît!
- Tiens! Tu veux des cerises aussi? Elles sont vraiment bonnes!»
Comparativement au début de la fille de Darkhell dans le groupe, les tensions n'existaient presque plus entre elles. Bien qu'elles se lancent encore et toujours des défis divers elles n'étaient plus aux limites de se battre comme avant.
Une fois le sac terminé, Ténébris croisa les bras sous sa tête et regarda le ciel étoilé «Tu as flairé le vent toi aussi hein?» Rit-elle, pourtant sans se moquer vraiment de Jadina qui se trouvait, attablée en face de deux pauvres garçons tétanisés, juste dans la maison en dessous d'elles.
L'elfe leva les yeux au ciel et répliqua: «Vu que mon odorat est beaucoup plus développé depuis que je suis aveugle, je dirais que.. oui... j'ai vraiment senti qu'il fallait que je fuis!
- Moi j'ai pas attendu de sentir pour fuir!» Répliqua Ténébris avant de froncer les sourcils «Pauvres Gryf et Razzia par contre!
- Jadina aurait vraiment été furieuse si tout le monde était partie!» répondit l'elfe sur le ton de l'évidence en haussant les épaules.
- «Certes...et au pire, s'ils sont malades, on les soignera...» Ricana la fille de Darkhell en se redressant.
Shimy lui jeta un coup d'œil et répliqua «Parles pour toi, en ce qui me concerne...que Gryf se débrouilles tout seul ou qu'il appelle sa chère et tendre dont j'ignore l'identité!
- Tu as la rancune tenace toi!
- Ca t'étonnes?!
- Non...Non pas vraiment.»

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Sam 12 Juin - 12:48

«Crépuscule et Aube»

Aube, défroissant la robe du corps d'humaine qu'elle avait emprunté (à court terme bien entendu), se tourna vers son frère et demanda, fronçant les sourcils «Tu m'expliques la signification de tout ça?
De quoi? Tu m'as suivit là-dedans non? Donc tu devrais bien comprendre tout ça!» Répliqua l'autre, en haussant les épaules, l'air blasé. Il reprit son observation, un sourire presque enfantin sur les lèvres. «C'est amusant non?» Rajouta-t-il en riant, désignant leurs ''jouets'' d'un large geste de la main. Il lui en fallait généralement peu pour rire ou s'amuser. Un vrai gamin...dire qu'il avait plusieurs milliers d'années d'existence...voir plus. D'un autre côté, là où eux, les dieux, vivaient, on s'ennuyaient vraiment très très vite. Ce petit retour à Alysia semblait lui avoir donné un coup de jeune. Il avait adoré effrayer et taquiner ces humains. Il en riait encore quand il y repensait.
Aube, pour sa part, se sentait un peu nostalgique. Elle aurait préféré aller faire un petit tour chef les elfe, peuple qu'elle avait toujours préféré aux humains (chaque dieu pouvait avoir ses préférence non?). Cette planète qu'ils avaient abandonné il y a tant de temps, le gardien qui avait fauté en s'amusant à mettre en jeu les pierres (lui, si elle l'attrapait elle allait lui passer le savon du millénaire!). Elle soupira et se posa sur une large falaise, imité rapidement par son frère cadet (et bien oui, elle était plus âgée, le crépuscule venait après l'aube!). «C'est parce que tu t'ennuyais que tu es revenu sur terre?» Elle pensait à une autre raison. Vérifier que le gardien, la porteuse et les Kréa-Khaos étaient toujours efficace, à la limite paniquer tout le monde comme ils avaient fait dans la ville l'autre jour. «Pourquoi eux? Ils ne sont pas si intéressant que ça!» Bon d'accord une équipe aussi hétéroclites, composée des trois espèces (humains, elfe et jaguarian) c'était très intéressant mais à part ça...elle, elle s'ennuyait vraiment...
Crépuscule eut un petit gloussement: «C'est là que tu te trompes sœurette, je te rappelle que je vois l'avenir.» Il n'en dit pas plus, un sourire mystérieux aux lèvres. Ca aussi il adorait, parler en énigmes. C'était vraiment un gamin, avec un sens de l'humour qui ne faisait rire que lui et les siens.
Aube n'insista pas, se promettant cependant de lui tirer les vers du nez dès qu'ils seraient repartis. Elle toussota et dit «Tu vas vraiment détruire Alysia s'ils échouent?
- Qui sait? J'ai peut-être simplement envie de leur faire peur!» Sourit l'autre «Sérieusement..tu sais ce que je veux!
- Oui mais ce n'est pas évident pour eux de le comprendre!
- Je sais...c'est pour ça que je vais les pousser à bout!» Déclara Crépuscule dans un sourire sadique, en se frottant le menton.
Sa sœur fronça soudain les sourcils et demanda «Tu as pensé à ce que tu vas dire à Miséry, qu'ils échouent ou réussissent?» Elle fut surprise de le voir sursauter. Quoi il n'y avait pas penser?
Le dieu de la destruction se tourna vers elle, étonné: «Que veux-tu dire? Qu'est ce qu'il vient faire là-dedans le frangin?
- Et bien soit les Légendaires échouent et tu détruits Alysia, soit ils réussissent et cela condamne ses jaguarians. Rappelles-toi qu'il leur a donné sa corne, c'était un cadeau qu'il a fait aux jaguarians et uniquement aux jaguarians non?» Le problème qu'elle soulignait, c'est que Misery était très exclusif, il n'allait pas admettre ou accepter que des humains aient osé voler et se soient servis du cadeau qu'il avait fait à ses protégés. Ca allait vraiment l'énerver!
- «Et bien si les Légendaires réussissent, il viendra lui-même à Alysia récupérer la corne et la rendre à ses homme-bêtes favoris, que veux-tu que je te dises?» Crépuscule se détourna et commença à s'envoler pour suivre les Légendaire, ça l'amusait de les voir se débattre avec les éléments et la montagne. «Ca sera marrant à voir d'ailleurs! L'annulation de l'accident Jovénia annulée! Hahah!!» Visiblement il s'amusait bien. Et il était bien le seul d'ailleurs (pour le moment).
Aube lui emboîta le pas en grognant «Et si tu détruits Alysia hein?» Là ça serait plus dur de ''rattraper le coup''. Misery allait piquer une crise de nerfs. Elle ne comprenait pas pourquoi d'ailleurs... C'était peut-être parce que justement, il était Miséry?!
Son frère se tourna vers elle à nouveau, s'immobilisant à plusieurs mètres au dessus du sol pour dire, innocemment «Et bien..je lui proposerais de créer de nouveaux jaguarians sur une des planètes près desquelles notre fratrie se trouve?»
Sa sœur doutait que cela suffirait mais elle n'osa le lui dire de vive voix, la fierté de Crépuscule risquant d'être mise à mal par un éventuel reproche. «Bon..» Concéda-t-elle avec fatalisme mais également amusement «Allons-y dans ce cas!»

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Dim 13 Juin - 19:54

«Phobie»

L'élément liquide se referma autour de lui, glacial et impitoyable. Il était entrainé vers le fond par le poids de ses vêtements imbibés d'eau, par le poids de son épée, de son armure...il se débattit mais n'arrivait pas à remonter. La peur l'envahit comme une vague dévastatrice. Un souvenir particulièrement traumatisant remonta dans son esprit, le tétanisant au plus mauvais moment.
Je ne veux pas mourir...Je ne veux pas...
De l'air...j'ai besoin d'air...

La vision de la surface, inaccessible, et de la lumière qui s'y reflétait ramena à sa mémoire un souvenir de son enfance. Un chose qui ne lui était pas revenu à l'esprit depuis longtemps.
Un souvenir traumatisant.
Où il y avait de l'eau, de la glace, de la lumière...

Ramené brusquement à la réalité, il eut un sursaut de révolte devant sa situation et ce qui l'attendait s'il ne faisait rien pour remonter. Et il fit de violents mouvements pour revenir à l'air libre, mais n'arrivait pas à se hisser, à se diriger vers le haut, à coordonner ses mouvements, coulant à pic un peu plus à chaque instants. La peur envahissait son esprit de façon de plus en plus palpable.
Il ne savait pas nager..
...Il n'avait jamais voulu apprendre!
Ca allait le tuer...
...comme il avait failli mourir cette fois-là...

Il n'arrivait plus à retenir son souffle, ses poumons réclamaient l'air qu'il n'avait plus depuis de trop longues secondes, presque une minute entière. Il n'était pas habitué à retenir si longtemps sa respiration, n'ayant jamais nagé sous l'eau...et il ne pouvait plus tenir. Son instinct de suivie l'obligerait à inspirer d'ici peu, et ce serait de l'eau qu'il avalerait et dans ce cas, il était fichu.
Il allait mourir...
Il allait se noyer...

...La frayeur devint terrible et il eut un sursaut de vigueur, réussissant à remonter d'à peine quelques centimètres. Ses muscles commençaient à lui faire mal, sa tête lui tournait de façon atroce. Ses poumons le brûlaient. Il lutta contre l'instinct de prendre une grande inspiration, sachant que ça le condamnerait.
De l'air, il avait besoin d'air...
Il vit soudain une silhouette dans l'eau...sa vue se brouillait déjà et il ne la reconnut pas. Celui ou celle qui avait plongé nagea rapidement vers lui, avançant à une vitesse impressionnante, signe d'une grande maîtrise au niveau de la natation. Juste à temps car, à cet instant, il ne put réussir à retenir pus longtemps son souffle et avala une gorgée d'eau. A demi-suffoquant, il sentit son esprit s'engourdir, il se sentit basculer vers l'inconscience. A cet instant une main sur referma sur son poignet.
Il était sauvé...
Comme cette fois-là...

*******

Danaël, âgé de 8 ans regardait son frère de 11 ans et ses amis qui s'amusaient à faire des glissades sur le lac gelé qu'il y avait à proximité d'Oroban. Leurs éclats de rire lui parvenaient, lui donnant vraiment envie de les rejoindre. Mais son frère n'avait pas voulu qu'il vienne, disant qu'il était un peu trop jeune et que il ne pourrait pas le surveiller tout le temps. Le petit blond fronça les sourcils: C'était dangereux et alors? Son frère y allait bien lui! Sans réfléchir davantage il se faufila jusqu'au petit lac. La glace semblait solide et vu les nombreuses chute du groupe de jeunes de 10 ,11 et 12 ans, il ne semblait pas y avoir trop de danger. Son frère était assez loin, il ne le verrait peut-être pas?! L'envie de s'amuser l'emporte sur le malaise à l'idée de désobéir.
Il s'élança sur la glace, maladroitement, et se dirigea, difficilement, vers le centre du lac.
Ganja s'immobilisa dans une glissade maitrisé, reprenant son souffle entre deux éclats de rire. C'était vraiment amusant de faire ça, dommage au ça ne soit possible que l'hiver. Soudain il vit son meilleur ami se figer net, et son visage devenir aussi blanc que la neige. Le roux s'écria alors d'une voix paniquée «NON DANAËL! NE VAS PAS AU MILIEU DU LAC!»
L'autre se retourna, comme leurs autres amis, et leurs sangs se glacèrent dans leurs veines en voyant l'enfant à l'endroit où la couche de gel était la plus fragile.

Le petit stoppa en entendant le cri de son frère mais trop tard, un craquement de mauvaise augure retentit à ses oreilles, faisant naître en lui un sentiment de peur absolue presque instinctif, et la trop fine couche de glace céda, le faisant couler à pic dans l'eau froide. Il poussa un cri de frayeur qui fut étouffé quand il avala une gorgée d'eau qui le fit tousser. Il entendit d'autres cris mais ne put les identifier, il se débattit mais rien n'y faisait, il ne pouvait rester à la surface.
Ses vêtements alourdis par le liquide et le froid, qui rendait ses gestes durs et lents, le firent couler, il vit l'élément liquide se refermer au dessus de lui. La peur paralysait tout son corps et ses pensées étaient chaotiques: ''Au secours!! Papa! Grand frère!!''' Il n'avait jamais été aussi terrifié. Il voyait la surface devenir plus lointaine, et ferma les yeux, espérant que tout cela ne serait qu'un horrible cauchemar. Il était glacé, il ne pouvait plus bouger, il sentait une brume qui tombait sur son esprit. Il avala malgré lui une nouvelle gorgée d'eau et suffoqua, à la recherche d'air. Ses mouvements devinrent saccadés et il essaya désespérement et en vain de remonter.

Enfin il sentit qu'on le saisissait et qu'il était tiré à la surface. Il émergea, avalant avec bonheur une grande goulée d'air froid. Il était pressé contre quelqu'un un tout petit peu plus grand que lui. Dans un brouillard, il distingua des mèches rougeâtres. Une toux brutale le secoua et il s'agrippa à son frère avec l'énergie du désespoir, tandis que celui-ci se tenait du mieux qu'il pouvait à la planche tendu par ses amis pour l'aider à rester à la surface.
- «Tenez-bon! Ganja est partie chercher de l'aide! Votre père et le sien vont arriver!!» Cria quelqu'un, il ne savait pas qui. Ce garçon reprit, d'un ton affolé: «Par Shyska...C'est dingue ça! Ikaël...t'es cinglé! Plonger comme ça, presque sous la glace! T'aurais pu te noyer!
- J'allais pas le laisser couler comme ça!» Répliqua le roux avant de tousser, l'air atteint lui-aussi par la température glaciale de l'eau. Il passa un de ses bras autour de son cadet grelottant et sanglotant et lui chuchota, doucement: «Je ne te lâcherais pas! Ne t'en fais pas!»

*******

Il aurait pu mourir cette fois-là..
...il serait mort s'il avait été seul!!
Depuis ce jour, il paniquait dès qu'il était sous l'eau, dès qu'il n'avait plus pied, dès qu'il coulait.

Il rouvrit brusquement les yeux, voyant plusieurs visages penchés sur lui. Il se redressa, encore étourdi. «Qu'est...qu'est ce qui s'est passé?» Il reconnût, outre ses amis, les Fabuleux qui le regardaient d'un air tout aussi soulagé que le reste de son groupe.
Toopie haussa les épaules «T'es tombé à l'eau et t'as coulé à pic!» Elle laissa passer un léger temps de silence puis reprit «On était sur l'autre rive! Tes amis n'avaient pas vu que t'avais été projeté à l'eau alors Shaki a plongé et t'as repêché!» Le ton qu'elle employait sous-entendait qu'elle pensait qu'il devait remercier son sauveur rapidement et sans discussion. Dans son intérêt...
Danaël remarqua, en effet, que le combattant aux mèches verte était enveloppé dans une couverte et avait les cheveux encore dégouliants. Il balbutia à son attention «M..Merci Shaki!»
L'autre eut un vague sourire et un signe de la main pour lui dire que ça n'était rien et que c'était bien naturel. Michi-gan demanda alors, doucement «Et toi Danaël, ça va?
- Je crois oui...!» Il eut un faible sourire tandis que ses amis l'entouraient, soulagés et riants désormais de cette mésaventure qui n'était déjà plus qu'un simple souvenir.
Le blond ne riait pas lui. Il resserra sa couverture autour de lui, quelque peu honteux, il avait encore failli se noyer, et encore une fois on l'avait sauvé. Il avait paniqué quand il avait coulé, il n'avait rien fait comme il fallait, parce qu'il ne savait pas nagé, parce qu'il avait eu une crise de paniqué dès qu'il avait été totalement sous l'eau sans appuie ou prise pour sortir...
Foutue phobie!

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Lun 14 Juin - 21:51

«Et si Shimy avait un (Petit) Frère??»

Shimy rêvassait, assise sur un arbre par loin du terrain d'entrainement. Confortablement installé sur une large branche, appuyé contre le tronc, genoux ramenés contre elle, elle rêvassait en regardant le ciel, s'amusant de la forme qu'avaient les nuages. Elle n'était pas allé à l'entrainement de sa mère pour devenir elfe élémentaire. Elle n'avait pas envie de s'entrainer....vraiment pas.
Son épreuve c'était le lendemain! Raison de plus pour elle de ne rien faire aujourd'hui!!
Soudain elle aperçut une petite silhouette qui courrait vers le tronc. Un enfant pas plus âgé que 4 ans qui tenait un lion elfique nouveau-né dans ses bras. Elle se redressa soudain surprise. Un lion elfique? Elle en voulait un depuis si longtemps?!
- «Shhhimmyyyy!! Papa nous t'as envoyé un cadeau d'anniversaire! Regardes» Dit il en levant le félin roux et noir à bout de bras. «Tu viens voir?!» s'écria-t-il, visiblement impatient de lui donner.
Elle sourit et descendit à la vitesse de l'éclair, rejoignant le petit qui lui laissa l'animal avec bon cœur. Un air doux apparut sur son visage et elle berça la petite créature qui poussa un petit miaulement adorable. L'adolescente de 16 ans rit et ébouriffa les cheveux du petit garçon.
- «Il faudra écrire à papa pour le remercier!!
- Tu vas l'appeler comment?!» S'enquit le petit sans faire vraiment attention à ce qu'elle disait.
- «Hum...» Elle regarda la petite bête dans les yeux avant de sourire. «Lionfeu!»
L'enfant eut un grand sourire et tendit les mains avec un air suppliant. L'elfe plus âgée eut un sourire amusé et lui mit le petit félin dans les bras. Le garçon leva ses immenses yeux rubis vers celle aux mèches bleues et s'exclama «Joyeux anniversaire grande sœur!»
Celle-ci se mit à genoux devant le petit blond et le serra dans ses bras, tendrement. Il y en avait au moins deux qui pensaient à elle dans cette famille. Ma mère a sans doute oublier, pensa-t-elle avec une mauvaise fois totale.


*********

Une silhouette dépourvu d'armure de l'escouade elfique apparut brusquement aux côtés de Shamira qui sursauta et lança «D'où tu sors toi?» Elle ne semblait pas ravi de le voir ici, signe que sa présence n'aurait pas du être sur ce navire.
L'elfe ''clandestin'' avait, comme tout le monde, douze ans physique, des longs cheveux blonds-roux comme ceux de Shamira et des yeux aussi rouge que ceux de celle-ci. Il bondit du pont du navire des elfes pour atterrir sur celui des Légendaires en criant «SHIMMMYYYY!» Et sauta littéralement au cou de cette dernière qui rit doucement surprise d'un tel accueil. «Tu m'as manquééééé!!!»
Elle le serra brièvement contre elle, à la surprise générale, en disant «Oui Fisik! Ca fait une éternité!Presque deux ans!!» Elle semblait heureuse de le voir. Les autres Légendaires haussèrent les sourcils. Qui était cet elfe? Il semblait jeune vu son attitude... Ou était-ce un ami d'enfance?
Le petit croisa les bras et dit, l'air sincèrement contrit: «J'suis désolé, c'est la faute à maman, elle me laissait pas venir te voir!» Il refusait de la lâcher, lui faisant ensuite un sourire à faire fondre les glacier. Évidement la cible n'y résista pas. Et elle lui passa une main affectueuse dans les cheveux.
- «Vraiment?» Murmura la jeune elfe élémentaire, en jetant un coup d'œil sur le capitaine qui la dominait depuis son propre bateau, l'air sévère. Elle siffla alors entre ses dents «Comment c'est étonnant...» en levant les yeux au ciel, l'air quelque peu désespérée par cette révélation.
- «Je t'ai entendu Shimy!» Lança la capitaine de l'escouade bleue qui observait ces effusions d'un air neutre ou plutôt sévère, presque désaprobateur.

*********

Gryf resta muet face à la jeune elfe, ébloui par la robe qu'elle portait, par sa beauté, et balbutia, incertain des mots à prononcer: «Shimy...tu es...tu es...as..» Il ne put terminer sa phrase car une tornade blonde le bouscula presque tandis que le jeune Fisik attrapait la main de l'elfe aux mèches bleues, un air heureux sur le visage. Il venait d'ailleurs de couper toute discussion entre Gryf et son amie. Il l'a fait exprès, pensa immédiatement le premier, quelque peu vexé.
Le blond était d'ailleurs vêtu d'une tenue qui le rendait totalement adorable. Son sourire éclatant aurait illuminé n'importe quel cœur sombre «Tu danses avec moi? S'il te plaît! S'il te plaît!!» Sa voix était pleine d'espoir, joyeuse. On aurait presque oublié qu'il avait bousculé Gryf pour adresser la parole à Shimy.
L'elfe élémentaire jeta un coup d'œil au jaguarian puis sourit au blond «Mais bien sûr! Viens» Et ils partirent sous le regard décomposé et surpris du roux.
Celui-ci avait d'ailleurs du mal à y croire: «Comment peut-elle accepter si rapidement une invitation à danser avec un garçon pareil?» Ce garçon (un vrai gamin, vu son attitude) avait un caractère pire que le sien et pourtant Shimy lui cédait tout.
Razzia posa une main sur l'épaule droite de Gryf et Michi-Gan fit de même avec la gauche.
- «A défaut de te zervir de ton flair....
- ....Apprends à observer mon ami»
Ils semblait avoir compris quelque chose qui avaient échappé aux autres Légendaires ou Fabuleux. Le roux cligna des yeux, ne comprenant absolument pas. Les deux haussèrent les épaules, l'air de dire au jaguarian de laisser tomber.
Vexé il se détourna et aperçut lune nouvelle personne qui venait d'entrer «Wouha comme elle est belle!!!» Il la rejoignit avec une grâce insoupçonné chez lui et fit «Capitaine Shamira, me ferez vous l'honneur de m'accorder cette danse?» Il eut un sourire ravi lorsqu'elle accepta. Et puis zut, que Shimy se débrouille, il n'en avait rien à faire!! Enfin c'est ce qu'il pensait...un peu..enfin il croyait. Et s'il n'avait pas fait preuve de mauvaise foi totale il aurait peut-être pu voir que Fisik n'avait pas vraiment une attitude d'adulte ou de jeune adulte mais plutôt une de jeune adolescent. Peut-être lui fallait-il entendre pour comprendre aussi mais ça n'était pas pour tout de suite apparemment.
Fisik d'ailleurs, dansant avec Shimy, un grand sourire heureux aux lèvres lança un «Merci sœurette!!» joyeux. Il était vraiment content de la retrouver après tout ce temps où ils avaient été séparés.
L'elfe élémentaire, de meilleure humeur, répliqua «Pour une fois qu'on peut se voir, je n'allais pas t'envoyer sur les roses petit frère!!»
Ce dernier regarda soudain à gauche et fit, d'un ton curieux mais amusé: «Hé! Ton ami l'homme-bête a invité maman à danser..
- Il veut se prendre un râteau je crois!!» Analysa froidement son aînée, lui faisant ainsi comprendre qu'il ne devait pas s'occuper du roux. Elle lui lança ensuite un regard attendri et demanda, doucement: «Alors qu'est que tu fais de beau en ce moment?»

*********

La guerre était fini, Elysio s'était sacrifié pour vaincre Darkhell, au grand désappointement du jeune Fisik qui appréciait beaucoup le mage. Pendant qu'il se morfondait, Danaël puis Kash-Kash faisaient un petit discours sur la réconciliation entre elfes et pirahnis. Shamira n'accepta d''inaugurer le bâtiment que si Shimy l'y aidait. Celle-ci accepta, amorçant une réconciliation mère-fille devant tout le monde, surprenant tout le monde également, qui ne s'attendait pas à entendre la froide Shimy dire ''maman'' ainsi. C'était en effet du jamais vu, surtout pour Jadina.
Fisik, entre Danaël et Gryf lança, brandissant le poing en l'air «Ouais!! Va-z-y grande sœur, tu es la meilleure!!» Il souriait, ravi de voir cette réconciliation familiale qu'il espérait depuis un bon moment.
Il y eut trois légendaires pour lancer un «Grande sœur?» estomaqué, surtout Gryf.
Faut dire que Shimy et Fisik ne se ressemblaient pas du tout.
Razzia et deux des Fabuleux lancèrent, blasés «Nous on l'avait compris!! C'était presque évident!!»

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Jeu 17 Juin - 20:50

Journée d'Hivers parmi tant d'autres

Dans un manoir à l'est d'une grande ville, un enfant se réveilla se matin-là en pleine forme, prêt à débuter une journée de jeux, de rires et d'autres choses avec sa famille. Il s'assit dans son lit et regarda par la fenêtre, s'apercevant que l'aube venait à peine de se lever. Il se frotta les yeux, laissant échapper un petit bâillement et il bondit hors du lit, se dirigeant vers l'ouverture sur l'extérieur, grimpant sur un coffre se trouvant juste en dessous pour regarder dehors, car il était encore trop petit pour regarder dehors grâce à sa propre taille. Ses yeux s'écarquillèrent d'émerveillement et un grand sourire enfantin se dessina sur ses lèvres. De la neige, un large manteau de neige!! Ca voulait dire tellement de jeux en perspectives!! Avec son frère! Avec ses amis! Quelle belle journée en perspective!!
Sortant lentement de sa chambre, il n'alla pas vers celle de son père, à l'autre bout de la demeure, mais dans celle d'à côté. Après avoir ouvert les rideaux, il s'approcha lentement, à pas de loup, du lit où dormait un garçon d'environ 3 ans de plus que lui, aux cheveux de couleur apparemment roux-rouge. Celui-ci ne semblait pas avoir entendu quoique ce soit et la luminosité soudaine ne sembla pas le tirer du sommeil profond dans lequel il était plongé! Une vraie marmotte!!
L'enfant réveillé, qui devait avoir dans les 6 ans, se hissa sur le lit et eut un sourire (auquel manquait deux ou trois dents) en serrant contre lui ce qu'il avait amené de sa chambre, un oreiller. Il se redressa légèrement, prenant appuie, prit une grande inspiration et bondit, tel un félin, sur l'endormi en criant «GRAND FRERE!! REVEILLES TOI! IL A NEIGE!»
Sous le choc, le concerné se réveilla en sursaut, faisant tomber son cadet à la renverse, celui-ci poussant un petit cri de surprise en heurtant le sol. Après avoir repris son souffle, se disant qu'il devrait être habitué, le roux posa ses yeux sur son adorable petit frère qui le fixait de ses grands yeux bleus océan emplis d'innocence, un large sourire aux lèvres, remontant en même temps sur le lit. Petit monstre!! Presque tout les matins, c'était le même cirque, la méthode changeait assez souvent cependant!! Mais tout de même!
Ses yeux azur se plissèrent dangereusement tandis qu'il attrapait sa propre ''arme'': «Attends voir....»
L'enfant blond n'eut pas le temps qu'esquiver le coup de polochons qu'il se prit sur la tête et une vraie bataille commença. L'aîné abandonna bien vite son arme de tissu et de plumes pour une attaque bien plus sadique: les chatouilles sous les éclats de rires de son cadet qui ne pouvait rien faire pour s'esquiver. C'était la plus terrible de ''torture'' et le plus vieux abusait ''honteusement'' de sa force.
- «Arrêtes!!» supplia le plus jeune, des larmes de rire au coin des yeux, se débattant pour le repousser. Mais l'impitoyable aîné continua sa torture jusqu'à ce que le blond réussisse à saisir l'oreiller abandonné par le rouquin pour lui en donner un coup sur le tête. Vengeance!! Mais la bataille reprit de plus belle. Vive les batailles de polochons! Ils semblaient adorer cela!!
Et sur ces entrefaites, la porte s'ouvrit sur un homme blond, la réplique de Danaël en plus vieux, qui haussa un sourcil devant la scène. Les deux garçons se calmèrent net en le voyant et descendirent du lit, prenant une allure beaucoup plus calme, voire totalement sérieuse pour l'aîné.
- «Encore?» souligna leur père un petit sourire aux lèvres, attendri sans vraiment le montrer. «Allez vous préparer.» Ordonna t'il simplement avant de ressortir, laissant ses fils dans la pièce.

Peu de temps après les deux garçons étaient côte à côte à la grande table, en face de leur père, mangeant calmement. Si l'aîné échangeait quelques mots avec lui, au sujet de ses cours et de son entrainement, le cadet n'avait rien à dire. Il n'avait que 6 ans et n'avait pas encore réellement de leçons à étudier ou de percepteur: l'éducation d'un chevalier commençait réellement à 7 ans, à tout les niveaux. Ce qui n'empêchait pas le petit blond d'avoir enquiquiné son frère pendant des heures pour qu'il accepte de commencer à lui apprendre à lire! Ikaël avait refusé, disant qu'il n'avait plus qu'un an à attendre et que lui n'avait pas le temps de lui donner des cours!!
Danaël n'avait donc que peu de chose à dire à son père. Et ça le chagrinait un peu: parfois il avait vraiment l'impression que seul son grand frère se souciait de lui dans cette maison. Il baissa les yeux sur son bol, écoutant sagement la conversation. Il songea alors à ce qu'il allait faire dehors, à quels jeux il allait se livrer dans la neige, s'il arriverait à convaincre son frère de venir avec lui.
Il tourna rêveusement le regard vers la fenêtre qui laissait voir le terrain derrière la maison, couvert d'un doux manteau blanc, promesse de longues heures de jeux. Il sourit légèrement à cette pensée.
Un bruit de chaise le fit sursauter et il se concentra à nouveau sur les autres occupants de la pièce.
-«Bien» fit alors leur père, en se levant «Je serais toute la journée au Palais avec les Faucons d'Argents, je compte sur toi pour étudier Ikaël et sur toi Danaël pour ne pas l'ennuyer.»
Un double «oui père» quasiment synchrone le fit sourire et il sortit de la pièce, ébouriffant au passage une chevelure rouge et une autre blonde.

********

Ikaël était penché sur son cours de la veille, relisant ce qu'il avait fait durant la soirée, afin d'être sûr qu'il ne s'était pas trompé. Le précepteur allait arriver d'ici quelques minutes et il n'avait guère envie de le décevoir par un travail raté ou emplit de fautes. Il était décidément un élève discipliné et appliqué, un peu trop selon certains. Beaucoup semblait trouver l'enfant un peu trop sérieux parfois. Tout le contraire de la tornade qui lui tenait lieu de petit frère.
Un petit grincement le fit lever les yeux vers le blond, qui était agenouillé sur la chaise d'en face de lui, les bras croisés sur la table et le menton posé dessus, le fixant de ses immenses yeux bleus clairs. Un long moment passa ou le roux attendit la question ou la demande, bien qu'il se doutait de ce que le plus jeune allait dire. Finalement, n'entendant rien, il engagea la conversation. «Quoi?» finit-il donc par dire, sans une once d'exaspération dans la voix. Il était habituée à être espionné de la sorte par le petit blond. Celui-ci faisait toujours ça quand il voulait lui demander quelque chose.
L'interpellé, s'amusant sa suivre les veines du bois de la table de son doigt demanda, l'air de rien, presque innocemment: «Tu as cours toute la journée alors?» Il y avait un étrange espoir clairement compréhensible derrière ces paroles. C'était une demande de venir s'amuser dehors!
-«Oui..et tu le sais très bien!» répondit l'aîné, baissant à nouveau les yeux sur son livre jusqu'à ce qu'un nouveau grincement de chaise les lui fasse lever. Quoi encore? Qu'est-ce que le petit allait inventer maintenant? Car il n'allait visiblement pas renoncer à son idée de le traîner dehors!
- Tu peux pas venir jouer avec moi alors?» Cette fois, il n'y avait plus rien de subtil, c'était clairement une demande. Le petit lui demandait de lâcher ses cours pour venir jouer avec lui.
Mais il avait du travail. Il pourrait peut-être plus tard, s'il était suffisamment appliqué, ou le lendemain mais pas tout de suite. La réponse fut donc claire et nette: «Non!» Il essaya de ne pas faire attention à la petite moue malheureuse de son petit frère. Il ne pouvait pas venir avec lui de toute façon, même s'il voulait: il devait travailler. Il n'était pas du genre à s'éclipser avant l'arrivée du précepteur lui! Il referma son livre et tenta de faire un semblant d'ordre parmi ses parchemins.
L'enfant le plus jeune poussa un soupir et enfoui son visage dans ses bras, refusant de bouger. Il n'avait pas envie d'aller s'amuser tout seul. Faire un bonhomme de neige d'accord mais comment on pouvait faire une bataille tout seul? Et le reste...tout seul c'était vraiment pas drôle!!
Un silence passa, troublé seulement un le crissement de la plume.«Pourquoi tu ne vas pas t'amuser avec Shad ?» demanda finalement son grand frère, replongé dans ses lignes soigneusement écrites, vérifiant sans doute l'orthographe ou la grammaire.
Le blondinet releva la tête et la secoua, expliquant à haute voix la raison dont il s'était souvenu le matin même alors qu'il allait se précipiter chez son meilleur ami. « Y peut pas, aujourd'hui, il y a sa cousine qui se....heu...marie! Y a toute sa famille chez lui, il va surement s'amuser plutôt avec ses cousins.» Il n'avait donc rien à faire là-bas. Il le verrait demain et puis voilà. Rien à dire de plus.
- Et Nathaniel?
- Il est malade. Hier il se sentait pas bien. Et Sitkar est partit avec ses parents pour quelques temps dans une autre ville!!» Expliqua à nouveau le petit, prenant une moue triste en disant ça. Il allait vraiment s'ennuyer! Ce n'était pas drôle!
Le roux soupira intérieurement. Décidément, son frère n'avait pas de chance. Aucuns de ses amis ne semblait disponibles. Ca le mettait ma à l'aise de l'envoyer balader comme ça!
-«Et puis..» reprit le petit blond avec une nouvelle petite moue, adorable cette fois: «Shad, Sitkar et Nathaniel... ce sont mes amis mais c'est pas pareil qu'avec toi. On a jamais jouer ensemble en hiver. L'année dernière t'avais une pneu...heu pneumonie et tu n'as pas pu sortir et l'année d'avant....» Il ne termina pas sa phrase, prenant un air triste. L'année d'avant, leur mère était morte, donc l'envie de s'amuser n'avait pas été trop présente. Il lança un regard suppliant à son aîné, occultant le fait qu'ils auraient très bien pu jouer le lendemain. Il était vraiment trop impatient pour repousser à demain!
Le jeune rouquin prit une grande inspiration, sentant son sérieux flancher. Il baissa les yeux sur son travail de la veille et reposa sa plume dans l'encrier. Danaël releva les yeux vers son frère, comme sentant son hésitation. Celui-ci avait suspendu son activité de relecture de son travail. Il avait l'air d'hésiter, de peser le pour et le contre en lui. A vrai dire c'est vrai que toute cette neige, ça ne donnait pas envie de travailler. Et puis Père lui en voudrait-il s'il faisait ça? Oui surement, mais c'était la première fois et il ne recommencerait pas avant un long moment (ou pas du tout).
Peut-être faudrait-il mieux sécher ses cours journalier qu'être dissipé ou rêvasser toute la journée non?
Il regarda un court instant par la fenêtre puis baissa les yeux sur ses cours, prit une grande inspiration et les repoussa. Il releva ensuite les yeux vers son petit frère et prévint: «Première et dernière fois que je sèches les cours! N'essaie pas de me faire recommencer.» Il avait prit un air faussement menaçant qui sembla marcher vu que l'autre hocha rapidement la tête.
Le blond, ravi de ce ''oui'' enfin entendu, promit tout ce que son grand frère voulait et sauta de la chaise pour se précipiter vers la porte, surement pour enfiler manteau, bottes et écharpe. Le roux regarda une dernière fois ses cours, repoussa les remords au fin fond de sa conscience. Rater ses cours une fois, c'était pas la mort! Et lui aussi avait envie de s'amuser...il n'avait que 9 ans après tout. Et avec cette pensée enfantine à l'esprit il rejoignit son cadet. La gouvernante les regarda sortir en souriant malgré la situation et fit prévenir le précepteur que son élève venait de filer et que ce n'était pas la peine qu'il vienne. Les enfants s'étaient enfuis tout les deux!

********

- «On fait un bonhomme? Hein? Dis? S'il te plaît?» fit le petit blond, s'amusant à sautiller partout, en vrai boule d'énergie sur patte qu'il était.
Rajustant son écharpe (manquerait plus qu'il attrape une autre pneumonie!) il sourit et leva une main «Du calmes! Oui on va commencer par ça!»
Le petit poussa un cri de joie et ramassa une petite boule de neige qu'il s'amusa à rouler sous le regard amusé de son aîné.

….......................

Danaël semblait ravi, fier et tout cela: «Tu vois? Il est super hein? Il est beau hein?
- Il a une drôle de tête...et un nez bizarre!
- C'est ça qui est drôle non?
- Oui...mais...utiliser une flèche cassée comme nez? Des épines de sapin comme cheveux? Des bout de bois comme yeux? Et...t'as pas mis de bouche!
- Mais il est beau hein?
- Je dirais plutôt ''drôle'' moi...
- Mais heu..
- Je plaisante frangin, je plaisantes!!»
….......................

«Héééé Grand frère!»
Le roux se retourna et se prit la boule de neige en plein figure. Un instant surpris il lança ensuite, un sourire sauvage aux lèvres: «Attend voir petit monstre!!» Et Danaël se prit une véritable risposte/averse de boules de neige en riposte. Il n'avait évidement aucune chance!
- «HAAA Non! C'est pas juste, t'es plus grand et plus fort, tu lance plus loin!» Il finit allongé dans la neige, vaincu par 30 boules envoyées par son frère et qu'il avait reçu à 7 ayant fait mouche en ce qui le concernait.
Quelle humiliation!!

….......................

L'aîné haussa un sourcil surpris: «..Qu'est ce que tu fais au juste?
- Regardes, quand je me couche dans la neige et que j'agite les bras, ça fait une silhouette ailée!
- Je vois...Relève toi maintenant, tu vas être trempé!
- Mais c'est drôle!» Protesta le petit, roulant dans la neige pour recommencer un peu plus loin. Ce que c'était plaisant de creuser comme ça dans la neige! Il n'avait pas envie de s'arrêter! «Viens essaies! C'est vraiment amusant!!»
Le roux, peu désireux d'attraper une nouvelle pneumonie répondit: «Je n'en doutes pas...mais ce qui seras beaucoup moins drôle, c'est quand tu attrapera une bonne grippe!» Le petit blond, refroidit, se releva. Et son frère signala: «Il faut rentrer c'est l'heure du repas! La gouvernante nous appelle!
- Mais j'ai encore envie de jouer!!» Répliqua l'enfant dans une petite moue, avant qu'un gargouillis de le fasse rougir sous le regard moqueur de son frère.
- «On y retourneras après...et comme ça, tu pourras faire sécher tes vêtements!»

********

Le rouquin était assis dans un large fauteuil devant la cheminée, enveloppé dans une couverture terminant sa tasse de chocolat apportée par la gouvernante quelques instants plus tôt. Il n'avait finalement aucun remord à avoir raté ses cours. Il avait oublié à quel point c'était amusant de jouer dans la neige, à quel point il aimait ça! Finalement c'était une bonne idée! Il se ferait sans doute un peu réprimandé pour avoir filé et raté ses cours mais quelle importance?
Son cadet revint à ce moment, livre à la main et grimpa à côté de lui sur le fauteuil. Se glissant aussi sous la couverture, il attrapa la tasse encore pleine que lui passa son aîné puis lui tendit le livre. «Tu me lis une histoire Grand frère?» Demanda-t-il d'un air aussi adorable qu'il pouvait, sollicitant encore une fois son aîné adoré. Puisque son père n'avait jamais le temps (ou plutôt rarement le temps) de faire ça il demandait à son frère.
Jamais Ikaël n'aurait penser que des yeux bleus océan pouvaient être une arme aussi redoutable...Ce petit devenait dangereux !!
- «D'accord....» Soupira t-il, souriant avec gentillesse, ouvrant l'ouvrage à une page précise. Il laissa son cadet se blottir contre lui après avoir bu presque d'un trait sa boisson chaude, à tel point qu'il ne craignit qu'il ne s'étouffe mais non. Il commença à lire, s'amusant à changer son ton selon les passages. Plusieurs fois, le blondinet bailla, passant une petite main lasse sur ses yeux, les frottant légèrement avant de se blottir de nouveau contre son aîné, les paupières à demi-baissées.
Il s'endormit finalement, respirant lentement et calmement, blotti contre le roux, emmitouflé dans la large couverture. Le plus vieux sourit et reposa le livre, passant doucement la main dans les mèches claires du plus jeune. Il était vraiment mignon comme ça!! C'était dans ces moments là qu'il se disait qu'il était vraiment heureux de ne pas être fils unique!
Il sursauta en entendant la porte d'entrée: leur père était revenu. C'était l'heure de se faire tirer les oreilles. L'entendant discuter avec la gouvernante, il se dirigea lentement dans cette direction, tête basse, mains derrière le dos, se préparant aux réprimandes justifiées.
Sans aucun doute, il allait être puni.
Mais bon il allait assumer!
Et il ne le regrettait même pas en plus!!


********

- «Ha non!! JE NE VEUX PAS! VOUS ALLEZ ME METTRE DE LA MOUSSE DANS LES YEUX!» Hurla le gamin, se plaquant les mains sur les cheveux, l'air brutalement sauvage, dans l'eau mousseuse jusqu'au cou. La gouvernante poussa un soupir énervé, l'enfant était impossible, il détestait avoir du savon dans les yeux et c'était la guerre ouverte quand il fallait prendre un bain. Pour l'instant la présence de l'aîné calmait le jeu mais dès qu'ils seraient trop vieux pour être lavés ensemble, elle n'osait penser à ce qu'elle allait vivre comme enfer. Qui calmerait le petit hein?
Son frère qui se passait une serviette dans les siens lui jeta un coup d'œil amusé et fit, l'air de rien et terriblement moqueur «Pouille mouillée qui a peur d'un peu de savon!» Il avait conscience d'être entendu par les autres mais c'était calculé. La gouvernante haussa un sourcil surpris et s'immobilisa dans la ''lutte'', surprise par une telle intervention mais également soulagée de le voir agir.
L'enfant de 6 ans rougit brusquement de colère et s'exclama, projetant un peu d'eau par terre.«J'AI PAS PEUR GRAND FRERE!» Il se sentait vexé. Le roux aurait pu le soutenir quand même. Il n'aimait pas avoir du savon dans les yeux lui non plus. Quel traître sur ce coup-là!!
Celui-ci pencha la tête de côté, un petit sourire aux lèvres. «Ho?» fit-il avec curiosité et un soupçon de moquerie, lui faisant ainsi comprendre qu'il ne le croyait absolument pas.
Ne se rendant absolument pas compte qu'il se faisait avoir, Danaël lança, furieux: «LA PREUVE!» et attrapa le savon pour s'en mettre plein les cheveux. «Tu vois!! Je l'ai fait! Et toc!
- Ca irais plus vite si tu étais docile dès le début!» Fit son frère avant d'éclater de rire tandis que le bond, comprenant qu'il s'était fait roulé rougissait de honte et de rage contenue.

********

- «HA NON! PAS VOUS! VOUS ME FAITES TOUJOURS MAL!» La tornade blonde alla se réfugier derrière le jeune roux qui, en tailleur sur le canapé, terminait de se peigner. «Je veux que ça soit grand frère qui le fasse!» Fit-il avec un rien d'agacement, lançant un regard noir à la femme qui lui avait fait mal en lui démêlant les cheveux. Il ne la laisserait plus les toucher...comme d'habitude jusqu'au lendemain où il aurait (encore) oublié cette résolution. Il tourna la tête vers son aîné «Tu veux bien alors?» Il lui tendit son peigne, plein d'espoir. Le roux ne lui faisait jamais mal lui!!
Celui-ci, sans rien dire, attrapa l'élastique qui trainait à côté de lui et s'attacha les cheveux en un catogan soigné. Ses mèches lui tombaient en dessous des épaules maintenant. Personne ne comprenait son envie de les laisser pousser mais son père ne s'y était pas opposé. Et vu le niveau à l'épée que le gamin avait, ou le fait qu'il s'en tirait très bien dans les bagarres, personne n'osait le traiter de fille. Il soupira, et marmonna un «D'accord..» préférant accepter plutôt qu'aider à une course-poursuite dans toute la maison.
L'enfant, ravi, se montra docile et souriant, laissant son aîné retirer les nœuds présents dans la tignasse dorée. «Dis...
- Oui?
- Pourquoi tu te laisse pousser les cheveux?
- Il est déconseillé de traiter de fille quelqu'un qui a u peigne dans les mains petit frère!» Le ton faussement menaçant fit glousser son cadet qui se laissa aller sans crainte contre lui. Le roux sourit gentiment, passant l'outil de coiffure avec application dans les boucles d'or.
L'enfant protesta cependant, voulant ''rassurer'' son frère: «Mais j'ai jamais dit ça hein! Ca te va bien même!!C'est que ca fait un an que tu te les laisse pousser et que tu les coupes à peine, pourquoi?
- J'ai envie de les avoir longs! Ca te conviens comme explication?!
- Ouiiii!» chantonna l'enfant blond en laissant son frère achever le démêlage. «Et puis t'as de beaux cheveux!! Ils sont la même couleur que les fleurs dans le jardin! Tu sais..les heu...les..heuu...
- ...les amaryllis?
- Oui c'est...c'est ça!! Les fleurs rouges!!»

********

Cette nuit-là, le temps était nettement moins clément, une véritable tempête de neige s'était abattu sur la partie nord du pays, là où se trouvait la capitale. Le tonnerre, les éclairs et la grêle s'y étaient également mis. Inutile de dire que de la neige, il n'y en aurait plus le lendemain avec tout ce qui tombait à l'extérieur! C'est que ça tonnait fort en plus!
Dans son lit, bras croisés sous sa tête, un rouquin écoutait les craquements en grinçant des dents. Il n'aimait pas vraiment ça mais il n'en avait pas peur, ou plutôt il n'en avait plus peur. C'est juste que ça l'empêchait de dormir...il allait donc attendre que ça se calme, que ça craque moins fort. Il sourit néanmoins en repensant qu'il n'avait pas été puni finalement, son père avait passé l'éponge, étant de très bonne humeur. Mais bon, il avait conscience que ce n'était pas une chose à refaire.....trop souvent. Après tout il s'était vraiment bien amusé aujourd'hui!
Le bruit de la porte de sa chambre s'ouvrant le fit se redresser et il frotta ses yeux engourdis, se rendant vaguement compte qu'il était plus proche de sombrer dans le sommeil qu'il ne pensait. Une petite voix le fit baisser son regard vers le bords de son lit. Une petite silhouette se tenait là, presque misérablement. Il marmonna un «Oui?» ensommeillé, se frottant une nouvelle fois les yeux.
Une voix se fit entendre, révélant l'identité dont le roux se doutait: «Grand frère?
- Quoi?» répondit-il en étouffant un bâillement. Il avait cependant une idée sur la raison de la venue, en plus nuit d'orage, de son frère dans sa chambre. C'était assez facile à deviner en même temps. Il savait que le blond avait horreur de l'orage, comme lui au même age.
Le petit garçon se hissa difficilement sur le lit. « Je....j'ai fait un cauchemar et y a trop d'orage, j'arrive pas à me rendormir.....Je peux....rester avec toi?» demanda-t-il adorablement, d'une petite voix, montrant bien qu'il avait un peu peur.
Le plus vieux sourit, bien que cela ne pouvait se voir dans l'obscurité. «Bien sûr...» fit-il gentiment «Tant que tu ne ronfles pas et que tu ne gigotes pas!» plaisanta t'il ensuite, faisant rire le plus jeune qui se glissa près de lui, baillant presque aussitôt.
- «Bonne nuit...
- Ouais toi aussi...!»

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Dim 20 Juin - 23:26

«Politique et Responsabilités»

Halan soupira, s'asseyant un peu mieux sur son siège, réajustant un peu mieux son manteau. Il écoutait sagement son père qui était en conseil. Il passa une main dans ses cheveux verts avec ennuis, écoutant d'une oreille discrète les problèmes de frontières, d'économie, d'impôts. Tout cela faisait partie de la politique, de ce que devait faire un roi, que ce soit celui de Larbos, de Sabledoray ou de n'importe quel autre. Il ne réagit que lorsque l'on aborda les problèmes que causait les pirates à leur flottes. Et son père parlait de mobiliser l'ensemble des navires de guerres à combattre cette menace maritime qui menaçait les transports et le commerces.
Il se leva et protesta: «Mais Père, nous avions des accords avec le royaume voisin, celui d'envoyer une partie de nos troupes et de notre flotte pour les aider à combattre les troupes du sorcier noir qui les harcèlent depuis quelques temps. Et les recherches des guildes? Des arènes de monslaves? On ne peut mobiliser toutes nos troupes ou nos flottes juste pour des pirates!»
Son père lui lança un regard lourd de reproche face à cette interruption. «Si tu avais mieux écouté Halan, tu saurais qu'ils sont loin de ne faire que ''peu'' de dégâts, ils mettent le commerce, donc l'économie en péril. Et en ce qui concerne les accords...» Il eut un sourire moqueur et sarcastique «...nous n'avons qu'à les briser, ca ne sera pas la première fois que tu verras ça!» Et il se détourna, préférant ignorer son fils. Son fils qui avait laissé partir sa fiancée sans protester! Il ne lui adressa plus la parole de la réunion.
Des rires s'élevèrent à cette interruption, et Halan rougit, préférant soudainement se faire oublier et se taire suite à cette allusion à Jadina qui avait rompue les accords de mariage peu de temps avant pour suivre un chevalier dans des idées de groupe de héros. Le prince aux mèches vertes maudit une nouvelle fois ce blondinet, ce foutu ex-lieutenant qui lui avait ravi l'attention de celle qu'il aimait.
Que son ancien groupe n'espère pas être rémunéré pour leur tâche...la mission était considérée comme ratée! Non mais ho!
Il refoula l'amertume et la sourde colère qui l'envahissait lorsqu'il pensait à ce rival inattendu qui était arrivé sans même qu'il puisse seulement prévenir cela. Il n'avait même jamais pensé qu'il puisse avoir quelqu'un qui se mettre entre Dina et lui...Qui se mettrait entre deux fiancés sincèrement? Deux héritiers du trônes qui plus est....Jadina avait tranchée, elle avait tout laissa tombé pour suivre ce chevalier!!
Mince! Il aurait du aller la chercher lui même tiens!
Mais qu'aurait-il pu faire? Refuser et lutter contre Jadina? Mettre des tensions encore plus vives entre leur deux royaumes?
Déjà que ces relations étaient gâtées de par l'annulation du mariage. A croire que Jadina n'en avait que faire de la politique. Elle était partie sans regrets, sans remords, sans même s'excuser auprès de lui. Savait-elle seulement l'humiliation que lui avait vécu pour elle? Parce qu'il l'aimait et l'avait laissé faire? Parce tout le monde riait de lui derrière son dos en disant que la princesse avait préféré un chevalier?
Lui ça ne le faisait pas rire, ça lui donnait plus envie de pleurer...s'il n'avait pas été si fier
.

Il était un prince après tout...et il devait montrer l'exemple. Il était égoïste...fier.. il le savait et se sentait vraiment mal à l'idée qu'elle l'ait ainsi laissé tomber. Elle n'avait peut-être pas de sentiments pour lui mais lui si...sincèrement...pourquoi avait-elle si peu respectée ce qu'il ressentait...elle aurait pu au moins s'excuser (auprès de lui) d'ainsi rompre tous les accords de mariage signés par leurs parents...s'excuser auprès de lui, de ce que cette annulaton allait provoquer pour lui. N'avait-elle cure de ce qu'il ressentait?
C'est à peine si elle lui avait parlé...et pour le peu qu'elle lui avait dit, il n'y en avait que pour ce ''Danaël'' qu'il commençait vraiment à détester!! Et encore plus à chaque fois qu'il y repensait! La jalousie le rongeait tout entier et un peu plus chaque jour..Ce chevalier avait de la chance de venir d'un autre pays...de Larbos tiens! Sinon ça fait longtemps qu'il lui aurait fait réglé son compte!

Jadina avait été égoïste pour la première fois de sa vie...elle avait refusé l'avenir qu'on avait décidé pour elle....Elle avait choisie une autre voie que celle tracée par leurs parents pour la première fois de son existence. Et sans remords, sans un regard en arrière.
Il soupira et regarda son père, la couronne puis ses propres mains. Ce n'était pas un jeu de diriger un pays. Mais rien ne pouvait fonctionner dans les lois, sans la politique. Ce serait l'anarchie s'il n'y avait pas de règles, de personnes pour donner des ordres.
Croyait-il seulement à ce qu'il tentait de se persuader?
Pas vraiment...ou plutôt quelque chose l'empêchait d'y croire!

Quelque part, il admirait Jadina pour avoir tout brisé, pour avoir choisie la liberté. Il jeta un coup d'œil à son père, à ses cheveux grisonnants et à son visage sévère. Voulait-il devenir comme lui?
Quelque part...enviait-il aussi son ex-fiancée pour le courage dont elle avait fait preuve? Il savait qu'il n'en manquait pas, qu'il se battrait sans peur (presque sans peur) aux côtés de ses hommes dans une bataille. Il ne serait pas de ceux se terrant à l'arrière et donnant simplement des ordres aux officies. Non...il serait aimé par son peuple parce qu'il agirait! Parce qu'il serait concerné!

En fait..Ce qui lui faisait peur, c'était de briser tout ce qu'il était...s'il partait, s'il faisait comme Jadina....Qui succéderait à son père? Qui dirigerait le royaume? Le peuple de Sabledoray comptait sur lui, son ce qu'il incarnait...l'avenir du pays.
Il enviait Jadina oui...son courage et son culot, sa vaillance...et il ne l'aimait que davantage lorsqu'il pensait à ça...mais d'un autre côté, il ne pouvait s'empêchait de la blâmer pour ainsi fuir ses responsabilités. Qu'allait devenir son pays sans héritier? Le trône allait-il tomber entre les mains d'un intrigant qui n'aurait de ''royal'' qu'un lien de sang avec les monarques? Comment ne pouvait-elle pas s'en soucier?!
Et ses parents? Son pays? Avait-elle pensée à ce qu'ils ressentaient?
Ainsi abandonnés par la seule et unique héritière du trône!
Il n'arrivait pas à comprendre, à concevoir..ils avaient été élevés dans l'optique de devenir roi et reine, de diriger, d'assurer une stabilité dans leur pays...la politique faisait partie intégrante de leur existence et ce depuis leur naissance.
Il n'avait pas réussie à s'en défaire...
Et Jadina avait réussie sans difficulté dès qu'elle en avait eu l'occasion. Il l'admirait pour ça mais lui en voulait également...
….de l'avoir ainsi laisser tomber.

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Sam 26 Juin - 10:06

Ceci est une préquelle à "After Year" Cela se passe après que les Légendaires aient disparus et qu'Erwaël (agé à l'époque de 5 ans) ait été séparé de sa soeur jumelle.

«Accepter»

Erwaël ferma les yeux, refoulant les petites larmes qui ne demandait qu'à couler le long de ses joues. Il était tout seul...ses parents ne revenaient pas, sa sœur était partie avec ses grand-parents et lui, qu'est ce qu'il devenait dans tout ça? Son oncle était gentil et sa tante aussi mais ce qu'il voulait, lui, c'était autre chose, c'était que tout redevienne comme avant. Ils ne reviendraient vraiment pas?
- «Hé!» Un petit roux était penché devant lui, les yeux emplis d'inquiétude et de compassion. «Tu n'as pas faim?» Il n'aimait pas voir son cousin adoré si malheureux, sans qu'il ne puisse rien y faire.
L'autre secoua la tête, la gorge serrée, et renifla. Il ne voulait rien...sauf ses parents et sa sœur jumelle qui lui manquait tellement. «Non...» Il n'avait vraiment pas faim. Il voulait être seul! Et attendre...espérer que son vœu se réalise. Espérer qu'ils soient vite revenus.
Aniel sentit ses yeux le piquer, voir le blond se laisser ainsi dépérir lui déplaisait vraiment mais qu'est ce qu'il pouvait y faire? «Peut-être qu'ils reviendront un jour?» Les deux enfants de 5 ans n'avaient pas vraiment la même conception que les adultes de ce qui se passait. Le mot ''mort'' était si abstrait pour eux. Et pour le petit rouquin, son oncle lui manquait aussi. Jamais il ne l'avait pas vu pendant aussi longtemps.
Soudain une femme apparut dans l'encadrement de la porte, ses longs cheveux noirs tombaient en boucles dans son dos tandis que ses yeux d'or étaient emplis de compassion. «Erwaël...il faut que tu manges quelque chose!» déclara-t-elle d'une voix douce mais ferme, refusant de voir l'enfant se laisser dépérir.
- «Je n'ai pas faim tante Lénéya!» murmura-t-il d'une voix à peine perceptible, brisée, tandis qu'il levait une petite main sous s'essuyer les yeux. Il était tellement malheureux! Emeralda lui manquait! Pourquoi il n'avait pas pu rester avec elle ET avec son oncle en même temps? Pourquoi les deux autres adultes avaient emmené sa jumelle et leur cousine Circé en même temps? Ce n'était pas juste! Ils n'avaient pas le droit!! Son père voulait que sa sœur et lui restent ensemble ici! Tandis que ces pensées passaient dans son esprit il se remit à pleurer un peu plus fort, se recroquevillant sur lui même sous le regard malheureux de son cousin impuissant à le consoler. La mère d'Aniel et d'Alienor s'approcha alors et souleva le petit blond dans ses bras, le tenant dans une étreinte rassurante et affectueuse. Il se laissa aller en sanglotant, gémissant qu'il voulait ses parents, qu'ils voulait sa jumelle...qu'il voulait que tout redevienne comme avant.
Il accepta finalement de manger un peu, plus pour faire plaisir qu'autre chose, il chercha son oncle des yeux mais celui-ci était absent...comme pour ajouter à son malheur.

*******

Erwaël renifla...il s'était perdu. Il avait voulu chercher sa famille tout seul mais s'était perdu en arrivant dans ce lieu. L'herbe était très haute, il y avait plein de rochers et de drôles de bruits. Un crissement le fit sursauter mais ce n'était qu'une brindille sur laquelle il avait marché. Ses parents étaient forcement quelque part non? Il renifla et cria, désespérément. «Où...OU ÊTES-VOUS? POURQUOI VOUS NE REVENEZ PAS?» Il n'eut évidement aucune réponse et il s'écroula, sanglotant sans pouvoir s'arrêter. «C'est ma faute? J'ai fait quelque chose de mal? J'ai pourtant pas fait de bêtises! Alors pourquoi je ne peux pas vous voir? Pourquoi on m'a séparé d'Emeralda? Pourquoi tout redevient pas normal?» Il restait à genoux dans la terre, à pleurer sans pouvoir s'arrêter, sa peur et son chagrin ayant atteint leur limites, il n'en pouvait plus. Il était fatigué!
Il se rendit à peine compte que la pluie commençait à tomber, trempant ses vêtements, ses cheveux, il renifla et se recroquevilla sur lui-même, voulant plus que tout revoir ceux qui lui manquait tant.
Un bruit, un souffle dans son cou le fit sursauter et il se retourna face à un animal qui ne devait surement pas être amical. Il se jeta en arrière, terrifié. Et se redressa pour fuir, sentant le prédateur se lancer à sa poursuite et il n'en paniqua que davantage. Malgré son jeune âge, il savait qu'il ne parviendrait pas à s'échapper seul! Il fallait que quelqu'un vienne. Il ne voulait pas être dévoré!
- «Papa...au secours! PAPA!» Mais ses appels restaient sans aucune réponse. Les larmes augmentèrent sur ses joues. Pourquoi son père ne venait-il pas le sauver, le protéger?
Il trébucha et s'étala brutalement au sol, se couvrant un peu plus de boue dans l'intervalle. Il se redressa, les larmes au yeux, son genou le brûlant et la peur le paralysant. Il était adossé à un rocher et la bête s'approchait de lui, crocs retroussés. Pourquoi ne venait-il pas? POURQUOI?
Un sanglot désespéré le secoua «Papa...» Mais personne ne venait...Il vit la créature se ramassait sur elle même, prête à bondir. A cet instant, le désespoir l'envahit et il tenta, une ultime fois «PAPA!»

La bête passa à l'attaque et bondit. Mais elle n'atteignit jamais sa cible car une silhouette s'interposa soudain entre l'enfant et elle et la frappa d'un mortel coup d'épée. Le carnivore s'effondra dans l'herbe aux pieds de celui qui l'avait abattue. Pendant quelques instants, seul le souffle du vent et le bruit de la pluie furent audible. Erwaël tremblait autant de froid qu'encore de peur, ses dents claquaient nerveusement. Même dans l'obscurité, il reconnaissait les longs cheveux attachés en queue de cheval et l'épée d'argent. L'homme haletait, visiblement il avait courut pour venir jusqu'ici. Il ne portait pas son armure, et sa tunique était tout aussi trempée que celle de son neveu.
Celui-ci réprima un nouveau sanglot et balbutia «Oncle Ikaël?» d'une voix un peu roque, tremblante. Quelqu'un était venu...il n'avait pas été abandonné en fait.
L'homme se retourna, le fixa pendant quelques instants «Bon sang! Disparaître comme ça ..» puis la claque partit presque avant qu'il ne l'eut vraiment réalisé. L'enfant plaqua la main sur sa joue, figé, une sourde culpabilité remontait en lui sans qu'il sache pourquoi. Son oncle semblait furieux. Puis celui-ci cria, prenant le pas sur tout autre chose «PETIT CRETIN! Pourquoi est-ce que tu as fait une telle bêtise? Tu réalises que tu aurais pu te faire dévorer par cet animal? A ton avis que se serait-il passé si je n'étais pas arrivé à temps? QU'EST-CE QUI T'AS PRIS DE PARTIR COMME CA?» Après la sauvetage, il ne pouvait pas passer trop facilement l'éponge. Ce qui s'était passé était grave, l'enfant avait failli se faire tuer tout de même... S'il était arrivé ne serait-ce que quelques secondes plus tard...A cette pensée, il serra les dents, la colère issue de l'inquiétude toujours là.

Erwaël eut un sanglot, et balbutia entre ses larmes «Mais...C'est parce que...je voulais...retrouver papa et maman!! J'voulais retrouver Emeralda! Je veux les voir....Tu as dit qu'ils ne pouvaient pas revenir..a..alors j'ai voulu les chercher moi-même!» Il s'arrêta, incapable de continuer, tentant d'essuyer les larmes qui coulaient de ses yeux sans qu'il ne puisse plus les arrêter.
Le visage de son oncle s'adoucit légèrement et ses yeux s'attristèrent. «Comme quoi la vérité vaut vraiment mieux...» Il posa un genoux au sol, et plaça ses mains sur les frêles épaules du petit. «Je suis désolé Erwaël!» L'enfant le fixa d'un air si désespéré que sa gorge se serra mais il poursuivit. «Tes parents ne reviendront pas! Et tu ne peux les chercher toi-même! Ils sont partis dans un endroit dont on ne peut revenir et où personne ne peut les retrouver avant très longtemps! Et Emeralda...tu la reverra sans doute un jour, elle est juste dans un autre pays.» Que c'était dur, lui-même souffrait toujours de ça mais il devait très fort, encore une fois, pour dire la vérité à ce petit.
Le petit blond cligna des yeux et chuchota «Très...longtemps? C'est où cet endroit?» Il ne comprenait pas, ne concevait pas... «Et puis...Pourquoi? Ils m'avaient promis qu'ils reviendraient vite!» Il chercha une réponse dans les yeux de son oncle. Son père disait toujours qu'il fallait respecter ses promesses alors pourquoi lui ne le faisait pas? Ce n'était pas juste!!
Le roux soupira et souleva l'enfant dans ses bras, lui frottant doucement le dos, dans un geste paternel et réconfortant. «Tu comprendra quand tu seras grand Erwaël mais pas maintenant...» Le petit ne répondit pas, passant ses petits bras autour du cou de son oncle et fermant les yeux, tentant de se couper du monde ne serait-ce qu'un moment.

*******

Aniel était à la fenêtre, inquiet, ses mains plaqué sur la vitre. Lénéya le souleva alors, ferme «Il est tant d'aller te coucher Any!» Mais le petit se débattit, protestant qu'il voulait attendre un peu.
Il dit, d'une voix tremblante «Juste 5 minutes maman!! Je veux voir si papa revient avec Erwaël!»
Elle soupira, inquiète elle-aussi. Quand elle avait remarqué l'absence de son neveu, elle l'avait cherché partout et quand Ikaël était revenu, il avait semblé comprendre quelque chose et était parti on ne savait où. Le petit était-il parti tenter de retrouver ses parents, suivant une logique enfantine? Probablement...ils auraient du le voir venir. Et elle ne pouvait se pardonner cela, pourvu que son époux retrouve vite le petit blond avant qu'un nouveau drame ne leur tombe dessus.
Soudain la porte d'entrée s'ouvrit et le soldat entra, tenant un petit garçon couvert de boue dans les bras. Aniel poussa un cri de joie et se précipita vers eux, sautant des bras de sa mère pour cela.
- «Papa! Erwaël!» cria-il, accueillit par un doux sourire de l'homme aux mèches flamboyantes.
Son cousin ouvrit un œil et regarda le petit roux d'un air surpris. Il était content de le voir...il avait été inquiet lui-aussi, comme son oncle et sa tante? Soudain, se sentant étrangement honteux, il enfouit son visage contre l'épaule de l'adulte qui le portait, refusant de croiser le regard doré de l'autre enfant. Pourquoi se sentait-il comme ça? Parce qu'il avait fait une grave bêtise?
Aniel pencha la tête de côté «Pourquoi il est comme ça? Il est malade?» Il regarda avec une légère angoisse le petit blond qui tremblait un peu dans les bras du roux.
Sa mère le souleva soudain dans ses bras et son père répondit «Il est juste fatigué je pense, et toi tu dois aussi aller te coucher! Tu verras ton cousin demain, d'accord?
- Oui papa!» Marmonna l'enfant se laissant enfin emmener dans sa chambre sans protester.

*******

«Dis...ils ne reviendront vraiment...jamais?» Sa voix était neutre, mais on pouvait déceler un frêle espoir dans son regard, une infime espérance qui ne pouvait sans doute pas être bénéfique à trop long terme. Il voulait une dénégation? Ou une confirmation? Il ne le savait sans doute pas lui-même. Il ne savait plus où il en était. Toute sa vie s'était écroulée, il avait perdu tant de repères.
Le roux soupira, son cœur se serrant. Il répondit, douloureusement «Non...jamais» Ca lui rappelait des souvenirs remontant à son enfance. Des souvenirs qui lui laissaient un gout amer, un pincement au cœur...ce n'était plus la même douleur qu'à l'époque mais une mélancolie qui ne le lâchait pas. C'était normal...c'était humain. Erwaël n'oubliera sans doute pas totalement son chagrin mais lui pouvait faire en sorte de rendre sa vie la plus heureuse possible. Aniel pourrait l'y aider ...grâce à sa bonne humeur, à sa joie constante et à son affection pour son cousin.
Le petit se laissa passer une longue chemise blanche puis grimaça quand le plus vieux lui frictionna les cheveux d'une serviette. «Et toi oncle Ikaël? Tu ne me laisseras pas hein? Et Tante Lénéya non plus? Et Aniel non plus?»
C'était la seule famille qui lui restait...il ne voulait pas la perdre aussi. L'homme sourit gentiment et le reprit dans ses bras «Bien sûr que non Erwaël! Je serais toujours là...nous serons toujours là je te le promets! Nous sommes ta famille non? » Et quelque part au fond de lui, il eut l'impression de se répéter. C'était effectivement quasiment la même chose qu'il avait dîtes à son frère lorsque leur père avait péri.

*******

Lénéya caressa doucement les mèches blondes et bouclés de son neveu qui la fixa avec un petit sourire triste et contrit «Désolé d'être parti comme ça tante Lénéya!» Il rit légèrement quand la petite main de sa cousine, blottie sur les genoux de sa mère, se posa gentiment sur sa joue. La petite se tortilla ensuite pour aller jusqu'à lui à quatre pattes sur le lit. Ils la laissèrent faire, amusés.
La brune sourit et dit «Ce n'est pas grave Erwaël!» Il leur avait fait peur mais l'essentiel était qu'il soit vivant. La terreur qu'il avait éprouvé était sans aucun doute une punition suffisante. Il fallait maintenant qu'il se repose, il avait attrapé froid avec toute cette pluie glaciale tombée la veille. Quand elle repensait à cette soirée d'angoisse, elle frissonnait encore. Heureusement que son époux avait retrouvé leur neveu. Lui aussi semblait bouleversé, la perte de son frère avait été très douloureuse pour lui. Elle se sentait également triste...elle appréciait énormément son beau-frère.
Mais qu'Erwaël disparaisse comme ça...ils ne l'avaient pas prévu. Dire qu'il avait failli mourir.

L'enfant se sentait triste, toujours autant pour ses parents mais aussi parce qu'il se rendait confusément compte à quel point il avait inquiété tout le monde. Il avait été bête...stupide!
Il baissa les yeux sur Alienor qui le regardait avec un grand sourire, il s'amusa à lui attraper les mains, la faisant glousser jusqu'à ce qu'elle dise, dans un petit rire «Whaël!» Il se figea et la regarda, stupéfait quelques instants. Elle répéta «Ewhaël!» avant de battre des mains, satisfaite.
Lénéya se retint d'éclater de rire en voyant la tête que faisait le blond, qui semblait quelque peu bloqué par le fait que sa petite cousine tentait de dire son prénom. C'était adorable! Il faisait presque la même tête qu'Aniel quand sa petite sœur avait réussi à dire son prénom.
Erwaël semblait alors un peu plus heureux et serra sa cousine dans ses bras. «Merci Alienor! J'en avais besoin!»
Ce fut le début de la fin de sa dépression. Il se remit à sourire, à rire...et à vivre dans sa ''nouvelle'' famille. Au fil des années, le souvenir de ses parents devint flou, sa tristesse remontait parfois mais devenait plus mélancolique qu'autre chose.
Emeralda continuait de lui manquer mais la séparation forcée finit par être acceptée, le lien fut moins ressenti et l'enfant souffrit moins de cette absence.
Il savait, au fond de lui, qu'un jour il la reverrait.

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Mer 30 Juin - 22:10

«Les temps de l'innocence»

Ils attendaient des visiteurs du royaume d'Orchydia, qui se trouvait être proche de celui de Sabledoray. N'empêche qu'il y avait de la route à faire, mais ces invités seraient là d'ici demain. Et le jeune prince s'ennuyait à mourir, assis dans le petit salon aux côtés de sa mère. Celle-ci, depuis que l'annonce de cette visite avait été faite, lui avait débité encore en encore des recommandations diverses et variées. «Tu vas rencontrer la jeune princesse d'Orchydia! Je comte sur toi pour être un gentil garçon!» ou «N'oublie pas que la réputation de notre famille passera par ton attitude!» ou encore «J'espère que tu t'entendra bien avec la jeune princesse Jadina!» ou encore «N'oublie pas les règles de savoir-vivre!», règles qu'elle lui rappela une bonne vingtaines de fois. Pour un enfant aussi jeune que lui, c'était franchement pénible! Il n'avait que 5 ans et toutes ces préoccupations d'adultes lui passaient par dessus la tête. Il avait envie de bouger, de s'amuser, il en avait assez d'être enfermé dans ce petit salon,...mais comme il était un 'gentil garçon' il disait, presque à chaque fois «Oui maman!». Il avait juste compris qu'une petite princesse de son âge allait venir le voir...et qu'elle resterait, avec sa mère, tout l'été. Et que cela recommencerait tout les ans. Il en était ravi! Il allait avoir une amie! Mais il ne comprenait pas pourquoi les adultes se répétaient autant et ne le laissait pas tranquille.
Il était quand même impatient de rencontrer cette Jadina!

**********

Jadina hochait docilement la tête face à la pluie de recommandations que lui faisait sa mère. «Sois aimable avec le prince Halan!», «Souviens-toi des bonnes manières» et tout ça...elle n'écoutait plus à la fin. Elle était impatiente d'arriver...de rencontrer ce nouvel ami. Ce...fi...fian....Fiancé (c'était un mot qu'elle avait entendu de la bouche de son père mais elle ne savait pas ce que cela voulait dire) qui avait son âge, un garçon...super! Elle qui se sentait seule!
Elle regarda par la fenêtre, admirant le paysage. Ils venaient de passer la frontière de Sabledoray. D'ici un ou deux jours ils seraient au palais du monarque de ce pays.
Elle était impatiente de rencontrer cet Halan!

**********

Intriguée n'était pas vraiment le terme qu'on aurait pu employer pour définir ce que ressentait la petite fille brune aux yeux verts, débout à côté de sa mère. Non....Elle était plus tôt amusée. Amusée par ce qu'elle voyait face à elle. Ce n'était pas la reine de Sabledoray qui la faisait sourire légèrement, c'était plutôt ce qui se cachait derrière elle. Un petit garçon du même âge qu'elle, cinq ans environ, qui le regardait avec curiosité de derrière sa mère. Quand leurs regards se croisèrent, il sursauta et se planqua à nouveau. Elle se mit à rire légèrement. Et s'approcha un peu, curieuse.

- «Halan....» fit sa mère avec amusement tandis que celle de Jadina souriait légèrement. «Où sont passées tes bonnes manières? Va donc lui dire bonjour!» Le gamin lui jeta un regard bleuté un peu angoissé et fixa à nouveau la petite princesse qui s'approcha légèrement jusqu'à être mis distance. La mère du petit prince le poussa finalement en avant et il parcourut la distance restante à pas lent.
Il avait les rouges un peu rosées et semblait mal à l'aise. «Bon....Bonjour Princesse Jadina» bafouilla t'il finalement, les yeux rivés au sol, se tordant un peu les mains. «Je suis ravi....de faire.....votre connaissance!
- Je suis enchantée Prince Halan» répondit elle dans une légère révérence. Elle s'approcha un peu plus, le fixant dans les yeux (et le mettant mal à l'aise). «Tu as les cheveux verts....» continua t'elle d'un ton un peu, comme si elle étudiait quelque chose d'intéressant. Elle venait de casser l'atmosphère des présentations mais n'en avait rien à faire. Elle voulait s'amuser un peu!
- «Halan? Tu n'aurais pas oublier quelque chose?» l'interpela sa mère, d'un ton plus amusé qu'autre chose. Il rougit, secoua la tête et détala aussi vite que ses jambes le pouvaient. Sa mère le rappela mais cette fois il n'obéit pas et disparut dans les jardins. Non! Il ne ferait pas de baisemain!!
- «Qu'est qu'il a maman?» demanda la petite fille en se retournant vers sa mère.«Pourquoi il fuit comme ça? J'ai fais quelque chose de mal? J'ai raté les présentations?» Elle semblait un peu inquiète à cette idée. Elle ne voulait pas décevoir sa famille ou la ridiculiser devant des étrangers.
Celle-ci répondit, se mettant à la hauteur de son enfant: «Non! Je crois que tu lui fais un peu peur....Il n'a pas jamais du voir des filles de son âge avant! Il doit être très timide!»
Jadina pencha la tête de côté et regarda du côté où il était parti, cligna des yeux et se lança à sa poursuite, un grand sourire aux lèvres. «HAAAALLANNN ATTTTENDDSSS!»
Les deux mères la regardèrent partir dans un soupir simultané et s'entre-regardèrent.
- «Ca aurait pu être pire....ils auraient pu se détester au premier regard! Vous ne pensez pas?
- Là j'ai plutôt l'impression qu'elle va s'amuser à l'effrayer!» Déclara Aderyd, se laissant aller à sourire un peu. «Mais oui, réjouissons-nous que le premier contact ait été aussi positif!»

********

Jadina fixait les buissons depuis un petit moment, silencieuse et finalement, elle en eut assez d'attendre. «Tu vas rester là encore combien de temps?» s'impatienta t'elle. Il était pas drôle! Comment allaient-ils jouer s'il restait cacher?! Non vraiment il était pas drôle son...fian....fiancé. «Allez sors de là!» Pas de réponse, elle fronça les sourcils et s'approcha, écartant les branches cria: «BOUH!» cria-t-elle soudain sans prévenir. Elle éclata ensuite de rire, satisfaite du résultat.
Un petit cri de surprise lui signifia qu'il ne s'attendait pas à ça. Il trébucha et tomba par terre, sur le dos. Clignant des yeux il les écarquilla à nouveau en la voyant s'approcher. Et recula un peu, s'appuyant sur l'herbe sous lui, complètement crispé. «C'est pas...drôle!»
- «Tu vas encore partir en courant?» demanda la princesse, se penchant sur lui, se disant que c'était plutôt drôle de lui courir après. Il se redressa en effet pour.....se carapater vers les rangées de haies un peu plus loin. Finalement, ce n'était pas fini.
- «Ha? C'est un jeu alors?» s'enquit-elle en partant à sa poursuite, un petit rire franchissant ses lèvres.
********

Il s'assit sur le rebord du petit bassin circulaire occupant le centre des jardins, et regardant son reflet avec humeur. Il était un peu furieux envers lui-même. Il avait promis a ses parents d'être gentil et poli avec sa fiancée et il fuyait devant elle. Pourquoi il avait peur comme ça? Elle n'avait pourtant rien fait de mal?! Et il n'était pas timide d'abord!
Il poussa un profond soupir et rouvrit les yeux pour voir un autre reflet dans l'eau. Écarquillant les yeux il se retournant brusquement et vit la petit fille juste devant lui. Il poussa un petit cri de surprise et, voulant reculer un peu, tomba à l'eau. Résultat, il était trempé comme une souche.
- «Tu t'es fait mal?» demanda aussitôt la petite brune en lui tendant la main pour l'aider, souriant tout de même en le voyant dégouliner un peu. Il était presque mignon!
- «Nan...mais j'suis mouillé!» fit-il en prenant la main pour sortir de l'eau. «Pas trop, c'était pas profond....mais ….maintenant mes vêtements sont trempés!» Gémit-il, anticipant la dispute qui allait sans aucun doute lui tomber dessus quand sa mère verrait tout ça.
- Il fait chaud dans ton pays alors... ça va sécher non?» tenta Jadina, essayant de positiver. «Et il y avait pas trop d'eau, ça devrait aller vite non?
- Ouais mais ça va se voir, ça va faire des tâches et maman ne va pas être contente» marmonna t'il en voyant sa tenue tout neuve à moitié trempée. Pourquoi il avait sauté en arrière? Elle n'allait pas le manger quand même. Elle était même plus petite que lui!
- «Mais si elle le voit pas?» fit alors la brune en ayant l'air d'avoir une idée, un sourire étrange se dessinant sur ses lèvres.
- «Elle le verra.....princesse Jadina!» Le petite fronça les sourcils et se planta juste devant lui, le faisant sursauter. Il leva un regard interrogatif vers elle, se demandant pourquoi elle se fâchait.
- «Pas de ''princesse Jadina''! C'est trop bizarre d'être appelé comme ça par un garçon du même âge que moi» Elle avait posée ses petites mains sur ses hanches, l'air très sérieuse. Mais avec sa taille et ses joues rondes, c'était plus comique qu'autre chose. Cependant Halan était trop piteux pour en rire.
- «Comment voulez vous que je vous appelle alors?» fit-il, sincèrement étonné, car plongé dans le protocole depuis qu'il savait parler. Le seul écart était le droit de dire ''maman'' mais seulement jusqu'à sept ans après il devrait passer à ''mère''. Comment presque tout les enfants de bonnes familles à cette époque. Il était aussi plongé dans des cours de ''bonnes manières'' depuis un bon bout de temps et était donc très poli. Cette tornade qu'était Jadina le surprenait donc pas mal, en dehors du fait que c'était la première fille de son âge qu'il fréquentait.
- «Jadina! C'est mon prénom! Et on a le même âge!» décréta la gamine «On s'appelle par nos prénoms, d'accord Halan? Et on se dit ''tu''!» ordonna-t-elle, levant un index menaçant dans sa direction, le faisant rapidement hocher la tête, obéissant.
Il balbutia donc, de bonne grâce:«D'accord....Ja....Dina». Puis il tenta un sourire avant d'éternuer. «C'était quoi ton idée alors?» demanda t'il en jetant un nouveau coup d'œil sur ses vêtements trempés qui garderaient des tâches s'ils séchaient comme ça au soleil.
La petite eut un sourire, comme si cela était une évidence: «Ben....Tu as un autre costume pareil?
- Oui!
- Alors tu n'as qu'à demander à un domestique et tu change! Comme c'est le même, ta mère ne verra rien!» Elle eut un rire espiègle «Et demande aussi au domestique de rien dire! Comme ça! Ca restera notre secret!»
Il ouvrit des yeux ronds, il n'avait jamais pensé à ça, essuyant avec fatalisme les disputes de sa mère, tête basse et supportant sans mot dire les reproches.

********

Si les deux mères remarquèrent que Jadina et Halan restèrent invisibles pendant le reste de l'après-midi, elles ne se posèrent pas de questions. Les enfants avaient tendance à oublier toute notion du temps quand ils s'amusaient. Et tant mieux s'ils s'entendaient bien, c'était le but recherché en même temps. Quand enfin ils revinrent enfin, parlant à voix basses, l'air plus complices que plus tôt dans l'après-midi (où le seul garçon fuyait la seule fille comme si sa vie en dépendait), elles ne virent rien du clin d'œil et n'entendirent pas le «tu vois? Elle n'a rien remarqué» que Jadina chuchota à son nouvel ami. Pas plus qu'elle ne virent l'immense sourire d'Halan et le fait que sa tenue était très très légèrement différente. Les deux petits s'agitaient trop pour qu'on le voit de toute façon.
Par contre, ce qu'elle remarquèrent, ce fut le diminutif que le jeune prince semblait avoir trouvé pour la jeune princesse ''Dina''. Mais elle ne s'en formalisèrent pas. Là encore ça paraissait normal. Et ça ne semblait pas déranger la petite princesse.
Tandis que le brune entrainait son (petit) fiancé qui avait promis de lui montrer les Chocapiks des gardes, la mère d'Halan se tourna vers celle de Jadina et conclut d'un sourire.
- «Et bien....cela semble bien se passer pour le moment...
- Oui....espérons pour eux que ça dure puisqu'ils sont fiancés!» acquiesça tristement la blonde.

Mais le destin en décida autrement en soufflant, vingts années plus tard, à Darkhell l'idée de créer la Temporhell pour laquelle il avait besoin du jade qui surmontant le bâton-aigle de la princesse Jadina. Celle-ci manqua d'être enlevé plusieurs fois. Et fut blessée lors d'une de ces tentatives.
Halan, voulant être certain de sa sécurité, inquiet pour elle, envoya alors les Faucons d'Argents pour la protéger lors du voyage qu'elle devait faire jusqu'à Sabledoray.
Il n'aurait jamais pu se douter de la tournure que cela prendrait ....

Fin


Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Jeu 1 Juil - 13:50

«Passé modifié, Présent changé...» (Et si Ceydeirom avait réussi son coup de changer le passé?)

Ils se débattaient désespérément, tous...mais leurs liens étaient trop serrés. Ils avaient été jeté dans une pièce étroitement close, un des vieux cachot installé par Darkhell dans son château. Séparés de son arme par des murs de pierre, Danaël ne pouvait pas l'appeler. Il s'agita inutilement sentant l'épée d'or heurter la porte ,enduite d'un puissant anti-mag, et retomber au sol. Tout prévu...Ce Ceydeirom avait absolument tout prévu. Il les avait toisé avec ironie puis était partie sans un regard en arrière, entrainant un prince qui avait balbutié quelques excuses à celle qu'il aimait, incapable de soutenir son regard. Il semblait avoir quelques remords...trop tard! Même s'il changeait d'avis, les pirates étaient trop nombreux pour qu'il puisse faire quoique ce soit.
- «Qu'est-ce qu'on va devenir?» Chuchota Jadina d'une voix brisée, les larmes aux yeux. Elle regardait Razzia qui luttait contre ses liens mais qui s'immobilisa quand un des pirates, qui les surveillaient, lui posa la lame contre la gorge en lui recommandant de rester calme, que ça serait bientôt terminé. Les yeux vers de la princesse se tournèrent ensuite sur Shimy, qui avait été jetée à plat ventre par terre au centre de la pièce, afin d'éviter tout contact des ses avec le sol ou un des murs. Puis elle regarda Gryf qui se tortillait mais qui se calma quand sa gorge fut très légèrement entaillé par un sabre. Puis elle reporta son attention sur Danaël dont la joue bleuissait suite au coup que Halan lui avait envoyé. Il ne la regardait pas, cherchant sans doute un ultime plan désespéré pour s'en sortir. C'était sans doute déjà trop tard...Ceydeirom avait du partir dans le passé, ce n'était surement plus qu'une question de minutes avant que sa vie ne soit totalement modifiée...Elle eut un sanglot.

Un des pirates répondit à la jeune princesse, un sourire ironique aux lèvres «Ce que vous allez devenir princesse? Rien de bien méchant, vous aurez la belle vie, vous allez devenir reine de deux royaumes...et vous oublierez tout de cette vie-là. Les autres...vos amis...et bien ils se débrouilleront!» Il parla ensuite à voix basse avec ses équipiers et ils décidèrent, d'un commun accord de les laisser seuls pour, selon leurs dires, qu'ils profitent un maximum de leur dernières minutes de cette vie.
Un silence tomba, puis Shimy s'écria «Razzia! Fais quelque chose bon sang!» Elle essaya, sans succès de rouler sur le dos mais les liens tordaient trop ses mains.
- «A quoi za zervirait maintenant? Z'il a dézà utilizé la machine, z'est zans doute trop tard! Ze n'est plus qu'une queztion de minutes avant que le prézent ne zoit changé ze penses!» Il ne bougeait pas, restant immobile, perdu dans le vague. Impossible de savoir à quoi il pensait à cet instant mais il chuchota: «A quoi bon alors?
- Depuis quand es-tu si défaitiste Razzia?» S'écria Gryf, les yeux écarquillés, réussissant tant bien que mal à se mettre sur les genoux. «Ca ne te ressembles pas!» Il aurait tellement aimé pouvoir se libéré lui-même. Faire quelque chose, ne pas attendre bêtement que leur destin change, se remodèle.
- «Ze suis réaliste Gryf! Z'est fichu! Zi Danaël ne rencontre par Jadina, les Légendaires ne zeront jamais formés. Za veut dire que ze vais redevenir un ex-criminel recherché et poursuivi...et peut-être finir à Barek...si Darkhell ne me truzide pas d'abord pour l'avoir trahit!» Il semblait accepter douloureusement son sort, étrangement résigné. Pensait-il à Ténébris? Ou à autre chose?
Shimy continua de son côté, d'un ton tout aussi morne. «Et moi...Si je ne reste pas l'elfe élémentaire de ma génération, à défendre le pays elfique, je vais rester prisonnière de Darkhell.» Elle n'osait penser qu'elle allait peut-être mourir. «C'est moi qui m'en sort le plus mal!» Un piètre tentative pour faire de l'humour noir dans cet atmosphère dramatique. Personne ne rit, tous étaient à bout!
Gryf poursuivit, malheureux «Je vais continuer à errer dans les montagnes à chercher mon peuple sans le trouver...» Il soupira «Seul et sans amis...sauf si j'arrive finalement à les trouver!» Vague tentative de positiver dans ce désespoir total. Et inutile, il avait la gorge serrée à l'idée de perdre ses amis, ses seuls amis. Ce n'était pas juste....tout ça pour satisfaire l'égoïsme de deux personnes?!
Jadina eut un sanglot «Je ne veux pas épouser Halan!...» Même s'il avait un peu l'air d'avoir du remord, elle ne pouvait pas lui pardonner de l'avoir ainsi trahit. Il l'aimait oui et alors? Elle ne l'aimait pas elle! Et...quel égoïste. Elle le détestait, il la dégoûtait.
Gryf releva les yeux sur Danaël qui restait silencieux, regardant intensément la porte. «Finalement c'est toi qui t'en tire le mieux!» Et c'était le cas de le dire. Il ne serait pas un ex-criminel en cavale, il ne serait pas un monslave en fuite, ni une personne prisonnière de Darkhell et torturé (peut-être tué), ni forcé de se marier avec quelqu'un qu'il n'aimait pas...oui définitivement il s'en tirait bien lui.

Le pirate était à l'affut dans les fourrés...épiant le camps, regardant les adultes qui gardaient une immense tente. Il aperçut les Darkhellions...devant la tente un blond qui tira son épée tout en sonnant l'alerte. Des dizaines de soldats réagirent à ce signal.
Il eut un sourire mauvais...


Dans le présent, au même moment...la voix du blond parvint à ses amis. «J'ai...un plan! Si on arrive à se libérer maintenant! Et qu'on se précipite vers la machine qui doit toujours être allumée et qu'on s'engouffre à l'intérieur pour empêcher Ceydeirom de modifier le passé! Tout rentrera dans l'ordre!» Son chuchotement fit sursauter les autres qui semblèrent reprendre un peu d'espoir.
Gryf, cependant, cligna des yeux «On a pas le temps Danaël, ça fait trop longtemps qu'il est parti!
Oui, et rien n'a encore changé n'est-ce pas?!» répliqua le leader du groupe. «Razzia!» Cria-t-il brusquement. Le guerrier hocha la tête et fit craquer ses liens, se précipitant vers ses amis pour les libérer. Puis il défonça la porte, faisant sursauter tous les pirates. Le chevalier s'exclama alors: «Le monde a encore besoin des Légendaires mes amis!! Allons-y!» Et ils se précipitèrent tous vers les bandits pour les arrêter et se frayer un chemin jusqu'à la machine à voyager dans le temps.

Trop tard...
Au même instant, dans le passé, Danaël s'écroulait devant la tente de la prince, assommé après avoir été frappé par une queue de Darkhellion.
Enfin, ça c'est ce que beaucoup crurent.
Personne ne vit la silhouette enfantine aux mèches grises se cacher à nouveau dans la forêt...
Un autre faucon massacra le Darkhellion qui allait arracher la toile de la tente protégeant la princesse, la sauvant sans qu'elle ne soit apparut au regard des soldats.
L'attaque de Darkhell avait échoué...encore une fois..
La mission de l'armée d'élite pouvait continuer...
Deux personnes ne se rencontrèrent pas...
Et le destin fut changé...


Dans le présent...la Temporhell, à l'étage du dessus s'éteignit brusquement, Et l'un des pirates dissimula les morceaux de jade pour empêcher tout poursuite (précaution désormais inutile).
Ceydeirom avait gagné...
Au même instant, tout autour d'eux sembla devenir flou, une douleur aigüe leur vrilla la tête, le corps tout entier. Des cris leurs parvinrent...signe que tout le monde étaient touchés. L'impression de tomber dans la plus totale des obscurités, de souffrir le martyr. Des souvenirs qui s'effaçaient petits à petits...pour être remplacé par ce qui aurait du se produire avec ce passé modifié...
Et d'un coup tout devint noir...
Le présent venait de changer radicalement...
...et peut-être irrémédiablement.

*********

Froid..Douleur...un malaise indéfinissable comme si elle avait fait une trop longue chute.

- «Hé!» fit une voix, tandis qu'on la secouait doucement. «Votre Altesse!» Insista la voix. Elle voulait dormir. Qu'on la laisse en paix...elle ne se sentait pas bien. Soudain elle ouvrit les yeux, s'encrant dans la réalité. Une femme se tenait devant elle, en tenue de domestique de Sabledoray, et avait un ait inquiet. «Vous allez bien majesté?» s'enquit-il avec sollicitude. «Ou alors êtes-vous souffrante?» Elle semblait sincèrement inquiète, comme à chaque fois qu'un monarque aimé tombait malade. Jadina hocha faiblement la tête, étourdie et resta quelque instant dans le vague.
Quelque chose n'allait pas...une sourde impression de malaise la prit mais il lui semblait, paradoxalement, que tout était normal. Qu'est-ce que cela voulait dire? Tout allait bien pourtant!
Elle répondit, d'une voix incertaine... «Je crois...j'ai juste fais un mauvais rêve!» Elle s'assit sur son lit, se massant les tempes avec un rien de malaise. Quelque chose n'allait pas....c'était un sentiment qui na la quittait pas depuis son réveil. Étrangement cette impression disparut aussi vite que l'on souffle une flammèche. C'était ridicule. Le pays était en paix, tout allait bien... «Tout va bien, Aide-moi à me préparer Perle!» Ordonna-t-elle d'un ton quelque peu hésitant, comme si donner ce genre d'ordre était étrange, comme si elle n'avait plus l'habitude. Mais c'était ridicule n'est-ce pas?
Quelques instants plus tard, elle arrivait dans le petit salon privé où seule la famille royale était admise. Au passage elle se regarda dans la glace. Une jeune femme d'environ 25 ou 26 ans, aux cheveux noirs, délicatement coiffée, aux yeux verts, à la peau mate. Elle était vêtue d'une robe blanche et verte. Elle ne semblait pas malheureuse...pourtant elle pensait toujours, et cela ne la quittait pas, que quelque chose n'était pas normal. Ce sentiment si fort à son réveil devenait de plus en plus faible, comme s'il était progressivement effacé par ce qui était, pour la jeune reine, l'habitude et la normalité de la situation. Parce que tout était normal, n'est-ce pas?

A peine fut-elle entré dans la pièce privée de leur famille que deux petites tornades s'agrippèrent à ses jambes en criant «MAMAN!» Elle baissa les yeux vers deux petits garçons de deux ans au maximum, des faux jumeaux sans aucun doute. L'un était brun avec des yeux bleus et l'autre avec des mèches vertes avec des yeux tout aussi vert. Tout deux avait un teint doré, à mis chemin entre le pâle (de leur père) et le mate (de leur mère). Ils se mirent à parler en même temps à toute vitesse, tentant leurs bras vers elle pour qu'elle les prenne un peu dans les siens. «Bonzour maman!»lancèrent-ils ensuite d'une petite voix d'enfant commençant tout juste à parler.
Jadina sentit toute son impression bizarre était balayée par la bouffée de tendresse qu'elle ressentit.
Elle se pencha, prenant les deux enfants dans ses bras. «Azul! Elémir!» Les deux petits babillèrent quelques mots sans queue ni tête, mais réussissant tout de même à expliquer, avec leurs mots, que ''papa'' était venu les réveiller lui-même, au lieu des serviteurs comme d'habitude, et que c'était chouette!
Elle regarda les deux enfants avec douceur et décida, une bonne fois pour toute que cette étrange impression était du à un mauvais rêve (dont elle ne se souvenait plus mais passons) et que tout était normal, tout allait bien. Comment aurait-il pu en être autrement?!
Soudain un homme se leva de la table un peu plus loin. Elle ne l'avait pas remarqué sur le coup. C'était Halan, avec ses cheveux verts, ses yeux bleus et son sourire amusé qu'elle ne connaissait que trop bien.
Un très très court instant, elle sentit comme une bouffée de colère en le voyant mais cela disparut lorsque Azul tira sur une de ses mèches pour attirer son attention sur lui. Ce sentiment disparut pour ne plus réapparaître...
Pourquoi aurait-elle été en colère contre lui alors qu'il n'avait absolument rien fait? Il était un bon roi, un excellent père et, malgré le fait que leur mariage ait été arrangé, ils s'entendaient quand même bien, comme tous les couples royaux dans leur cas.
Alors où était le problème?
Bientôt il n'y en eu plus car la situation, qui était on-ne-peut-plus-normal, chassa définitivement cette impression.

Et elle ne la ressentit plus.
Les dernières réminescences de son 'existence' parallèle, telle qu'elle était avant que Ceydeirom ne change le passé, venaient de disparaître

Halan justement, depuis son réveil éprouvait comme une étrange impression de malaise. Il se sentait coupable et venait d'avoir du mal à croiser de regard de son épouse. Mais c'était stupide n'est ce pas? Il n'avait rien fait...et quand Elémir, descendant des bras de sa mère courut vers lui pour se jeter dans les siens, il oublia ce sentiment...qui ne réapparût pas. Il baissa tendrement les yeux sur le petit aux mèches aussi vertes que les siennes qui lui montrait le dessin qu'il lui avait fait, lui expliquant ce que c'était entre deux babillements. Il remercia l'enfant en riant, le félicitant de son 'talent' artistique.

Il était heureux....
Il avait une famille telle qu'il l'avait toujours voulu...
Il était roi et était aimé par son peuple...
Vraiment il n'y avait aucun problème...

Il posa les papiers qu'il consultait avant l'arrivée du dernier membre de sa famille et s'amusa à faire tourner son fils dans ses bras, faisant éclater de rire celui-ci, sous le regard amusé de la brune et impatient (que ce soit son tour) du petit brun.

Cette impression de culpabilité ne réapparut plus, comme pour Jadina, son existence avait définitivement changée.
Tout était normal...
...n'est-ce pas?


*********

Froid..Douleur...un malaise indéfinissable comme s'il avait fait une trop longue chute.

- «Danaël? Hé Dan! Réveilles toi!»
Il ouvrit les yeux, entendant qu'on l'appelait et vit un visage penché sur lui. Une pensée rapide traversa son esprit brumeux, lui disant que quelque chose n'allait vraiment pas. Mais cette pensée fut soufflée aussi rapidement qu'on bougie que l'on veut éteindre. Une autre part de lui trouvait tout absolument normal. «...S...Shad?» Sa voix tremblait, légèrement hésitante.
L'autre haussa un sourcil et demanda, plein de sollicitude: «Ca va vieux? Tu t'agitais dans ton sommeil comme si tu faisais un cauchemar?! Tu es un peu pâle aussi, tu n'es pas malade j'espère?»
Il avait la bouche pâteuse et une terrible migraine. «Geuh! J'ai un mal de crâne atroce!» Il se sentait lourd, fatigué, comme si quelque chose s'était passé sans qu'il sache quoi.
Cela était accompagné d'une drôle d'impression comme si quelque chose n'était pas normal...mais c'était stupide n'est-ce pas? Il voyait bien que tout était comme d'habitude...
L'autre fronça les sourcils. «Tu sais qu'Ikaël nous interdit de boire en service? C'est pas parce que c'est ton frère, parce que tu es le plus gradé après lui, et parce que tu es heureux d'être bientôt non seulement père mais aussi oncle, que tu peux aller te saouler discrètement le soir! Et tu m'as même pas prévenu en plus! Faux frère! Ami indigne!» Il avait prit un air faussement furieux et il était évident qu'il plaisantait. «Tu veux que j'aille faire un rapport au chef ou quoi? S'il l'apprend tu seras de garde jusqu'à la fin de la mission, gradé ou pas!» Il semblait sérieux mais en même temps, on avait l'impression qu'il allait éclater de rire. Quel type bizarre quand même...
L'autre lui jeta un coup d'œil perdu, comme s'il ne comprenait pas tout ce qui se passait. Cependant il se reprit rapidement et balbutia, d'un ton hésitant: «J'ai rien bu hier soir...» Il en était sûr pourtant! Il passa maladroitement sa main dans ses cheveux blonds, se relevant lentement sous le regard exagérément sévère de son meilleur ami. Et, après quelques ablutions, enfila une chemise neuve pour remplacer celle quelque peu chiffonnée de la veille. Puis il enfila mollement son armure, passant son épée, et gardant son casque sous son bras gauche.
Il n'avait rien bu mais ne se sentait pas très bien, comme s'il avait été inconscient très longtemps, et pourtant il se souvenait très bien de ce qu'il avait fait la veille, et il n'y avait rien d'éreintant dans tout ça. Et il avait bizarrement le vertige...une sourde impression de malaise ne le quittait pas...à nouveau il eut l'étrange impression que quelque chose n'allait pas. Mais quoi? C'était ridicule.

Son ami aux cheveux noirs fronça les sourcils, un tout petit peu plus sérieux devant cette dénégation: «A d'autres! T'as tout les symptômes de la gueule de bois! Et ça se voit en plus!» Son ton de voix, légèrement réprobateur, fit rentrer la tête à son ami qui eut le bon goût de faire un sourire contrit de circonstance pour s'excuser de quelque chose qu'il n'avait pourtant pas fait. «Et donc...» Il lui flanqua une tasse entre les doigts «...Tiens du café! Avales-le en vitesse! Ton frangin m'a envoyé chercher son capitaine...donc toi! Par conséquent grouilles-toi! Tu as 15 minutes avant que sa patience n'arrive à ses limites! C'est le temps de retard que tu as le droit d'avoir TOI!
- Haha...» Il avala presque d'un trait le liquide brûlant, manquant de s'étouffer, et se sentit un peu mieux tandis qu'il sortait d'un pas rapide de la tente. Le jeune capitaine alla directement vers la rivière pour se rafraichir un peu, répondant aux personnes qui le saluaient sur le chemin. Il se passa un coup d'eau glacé sur le visage, ce qui acheva le le réveiller. Il observa pendant quelques secondes son reflet dans la rivière. Il avait toujours cette étrnage impression. Secouant la tête pour sortir de ces étranges pensées il se rafraichit une nouvelle fois le visage. Et rapidement il oublia ce sentiment qui lui traversait l'esprit, trop plongé dans ses préoccupations et obligations.

Il avait autre chose à se soucier que de repenser à un stupide pressentiment sans importante.
Cette impressions disparut alors pour ne plus (jamais) réapparaître.

*********

Froid..Douleur...un malaise indéfinissable comme s'il avait fait une trop longue chute.

Razzia se réveilla brusquement, une horrible impression le prenant à la gorge. Mais, tandis qu'il regardait autour de lui, il se calma, tout était normal dans leur petite maison perdue à l'écart d'un village. Pour eux, deux des plus grands criminels d'Alysia. Ténébris devait déjà être réveillé elle-aussi mais il ne savait pas trop où elle était.
Il fit quelques pas...perdu. Une drôle d'impression l'englobait comme si quelque chose n'allait vraiment pas...mais pourtant tout lui semblait comme d'habitude. Il chassa donc cet étrange pressentiment. Soudain une silhouette entra dans la pièce, un grand sourire (faisant presque peur) aux lèvres. «Salut très cher gendre! J'viens voir ma petite-fille tu permets?»
Razzia posa un regard encore embrumé sur le sorcier qui était (physiquement et étrangement) plus jeune que lui, avec une peau d'un blanc laiteux, des yeux rouges et des cheveux gris foncé emmêlés. Il marmonna d'un ton quelque peu hésitant «Darkhell, Circé dort encore! Ce n'est qu'un bébé!!»
Une autre silhouette, portrait craché du sorcier sauf qu'il avait une peau dorée et des yeux bleus, arriva aux côté de son double «Tu vois, je te l'avais dit!» fit-il triomphalement.
- «Tais-toi Elysio! Ma petite Circé a le droit de voir son grand-père quand cela lui plaît!» Décréta Darkhell avec un air terriblement sérieux. Quoique cela donnait plus envie de rire qu'autre chose.
- «En l'occurrence, c'est toi qui a envie de la voir! Un bébé de même pas un an ne peut pas avoir d'avis sur la question!» Et il y eut, suite à cette réplique, un furieux échange de regards noirs. Elysio ajouta, un sourire en coin aux lèvres «Et puis....Grand-père oui mais bon, t'es plus jeune que son père, ça va la perturber la pauvre petite!» Il esquiva le coup de poing que son 'jumeau' voulait lui envoyer sur le crâne. Razzia retint un rire devant la dispute.
Étrange quand il savait que 5 ans plus tôt, il voulait encore tuer Darkhell pour ce qu'il avait fait à sa ville mais Ténébris, après un an d'hésitation, avait fini par le retrouver, quittant les forces de son père avec un peu de regrets, à la grande surprise du sorcier. Et puis...il s'était passé pas mal de chose. Darkhell avait obtenu une étrange pierre on-ne-savait-où: la pierre de Jovénia et s'en était servit pour se rajeunir. Pas de chance, il y avait eu un petit problème et il s'était retrouvé amnésique. C'est comme ça qu'Elysio était apparut. Les Zar-Ikos avaient alors concocté, à la demande de Ténébris, un philtre de mémoire mais la personnalité du jeune Elysio était telle qu'il avait refusé de disparaître et le résultat était que de un, ils étaient devenus deux.
De plus, Darkhell s'était étrangement radouci depuis qu'il était grand-père...et semblait beaucoup moins ''mégalomane'' et plus humain. Il devait aussi y avoir un ''effet'' Elysio dans tout ça. Son double positif l'influençait dans le bon sens. Le sorcier noir était donc devenu moins maléfique.
Comme quoi les miracles étaient vraiment possibles...

Il sortit de ses pensées en voyant Ténébris revenir avec leur fille dans ses bras, à la grande joie de Darkhell d'ailleurs. Elysio se contenta de lever les yeux au ciel en souriant avant d'accepter de prendre sa petite-fille dans ses bras, sous le regard soudain agacé de son double qui râlait pour la prendre à son tour sous les yeux amusé de leur fille. L'ex-ombre rouge devenu homme 'juste' et père de famille les rejoignit , amusé par cette attitude, voulant récupéré un peu son enfant lui-aussi. Non mais ho! Lui était son père!

Tout était comme d'habitude...
...Tout était normal.
Razzia chassa donc cette étrange impression...
...qui ne revint pas...

*********

Froid..Douleur...un malaise indéfinissable comme s'il avait fait une trop longue chute.

Gryf se redressa quand on lui secoua l'épaule. Ses yeux se posèrent sur son jumeau qui le regardait avec un rien d'amusement. «Ben alors Anoth, tu t'endors sur le trône maintenant?
- C'est rien Kel, je dois juste être fatigué!» Marmonna le roux en se frottant les temps, fatigué.
Devenu roi depuis peu, il avait du mal à s'y habituer. Toutes ces règles, ces lois, n'étaient pas simples à retenir. Il restait hanté par son passé de monslaves, même si ses cauchemars à ce sujets étaient moins nombreux qu'avant. Jetant un coup œil à son frère il sourit.
Dire qu'il aurait pu ne jamais les retrouver, c'était eux qui l'avaient ramassés dans la neige, après qu'il eut échappé à une attaque de monstres des neiges. Atteint par une crise de Chakounia il avait été calmé et endormi par des jaguarians attirés par le bruit. Ils avaient reconnu leur prince perdu et l'avaient ramené chez eux, le soignant, lui greffant un Katseye et avaient presque été émus par le bonheur qu'avait éprouvé leur prince Anoth qui, découvrant ses semblables et apprenant qu'il avait un frère, avait versé quelques larmes de bonheur, craignant que tout cela ne soit qu'un rêve.
Il n'était plus seul...
...Il ne le serrait plus jamais...
Gryfenfer le monslave en fuite avait disparu..
...Restait uniquement le jeune roi Anoth-Cha...

Il se sentait heureux au milieu des siens, heureux d'avoir retrouvé sa famille...et jamais il n'aurait voulu les quitter à nouveau. Plutôt mourir que les perdre encore, avoir encore affaire aux humains à qui il ne pourrai jamais faire confiance.

Si une étrange impression le prit...
...La joie qu'il éprouvait d'être revenu chez lui, toujours présente 4 ans après, la chassa sans espoir de retour.


*********

Froid..Douleur...un malaise indéfinissable comme si elle avait fait une trop longue chute.
Shimy se redressa brusquement sur son lit, étouffant un cri. Rien...elle regarda sa chambre avec hésitation. Elle reconnaissait tout, tout était normal. Alors d'où venait cette impression de malaise?
Elle secoua la tête, chassant ces pensées parasites. Attrapant son sabre d'or, cadeau de son propre peuple, elle sortit de sa chambre, s'immobilisant devant le miroir pour effleurer de ses doigt l'étrange marque qu'elle avait sur le front. Puis elle haussa les épaules, et reprit son chemin, salué au passage par les elfes. Elle n'éprouva plus ce malaise par la suite...
Elle était observé, de loin, par une étrange femme toute vêtue de bleue et entouré de guerriers aux armes dorées avec des auréoles au dessus de leur tête. «Ainsi le passé à été modifié, le présent n'est plus le même...mais ce n'est pas grave. La réincarnation d'Anathos est certes vivante mais elle a l'arme d'or...tout pourra se finir positivement quand le dieu déchu arrivera. Anathos mourra de la même façon que si le passé n'avait pas été changé, par une arme forgé avec son propre sang, le sang de sa réincarnation!»

Et, effectivement...le futur montra qu'elle avait raison...



FIN



Dernière édition par Dragonna le Sam 10 Juil - 21:44, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Sam 3 Juil - 11:15

«Changement» (Et si Danaël s'était fait attrapé dans la salle aux Trésors d'Oroban et n'avait, par conséquant, pas fuit avec ses amis, que se serait-il passé?)

Ils courraient tout en direction de l'ouverture faîte par Elysio dans le mur, ouverture qui était en réalité le plafond à moitié effondré. Danaël ignorait les cris derrière lui, conscient sur son frère était en train de le maudire pour ce qu'il faisait et de lui ordonner de revenir immédiatement avec l'Alystory. Tout irait bien, ils vaincraient Anathos et après ils pourraient s'expliquer...il ne brisait pas définitivement les liens avec lui non...c'était juste provisoire, le temps de vaincre le dieu déchu. Même s'il s'était expliqué, jamais il ne les aurait laissé partir avec le bien le plus précieux et le plus sacré d'Alysia.
C'était clair et net...il connaissait son frère! Et même s'il comprenait parfaitement son point de vue, lui avait un monde à sauver!
Dans un bond, il évita la boule de feu envoyée par Darkhell et lança, dans un même temps, le livre sacré à Shimy qui l'attrapa au vol, avant d'obliquer vers la gauche pour éviter une nouvelle attaque magique. Tandis qu'il courrait, désormais légèrement en retard, pour suivre ses amis dans la montgolfière qui se trouvait, par chance à portée, Shaki envoya sa hachette à la tête de Darkhell, le sonnant à moitié pour le compte. Se reprenant vite, fou de rage, le sorcier focalisa toute son attention sur lui, oubliant le blond, tandis qu'Elysio lui se rendait compte que les autres étaient toujours là. Pas de chance pour eux...
Il concentra son énergie dans ses mains, les visant, et Shimy hurla, paniquée «QU'EST CE QUE TU ATTEND JADINA! SERS-TOI DE TA MAGIE POUR NOUS FAIRE PARTIR! ON EST PLUS DANS LA SALLE AU TRESOR LA!» La situation était urgente, il fallait fuir et rapidement. Elysio allait les trucider. Une bombe lancée par Toopie déconcentra le mage aux yeux bleus qui l'esquiva d'un coup d'aile, envoyant le projectile explosif ailleurs en le frappant de son pied, oubliant ses cibles pendant quelques secondes.
La princesse refusa, ne quittant pas celui qu'elle aimait du regard, il arrivait en courant dans leur direction. «Danaël ne nous a pas encore rejoint Shimy!» protesta-t-elle sous le regard impatient de son amie qui trouvait que la situation était critique et qu'ils ne pouvaient se permettre d'attendre trop longtemps, que même si leur ami était chopé, ce ne serait pas si grave pour lui puisque c'était quand même son frère, son ancien groupe et des amis (les Fabuleux). Enfin elle espérait...
Sauf que le blond, déstabilisé par une nouvelle boule de feu envoyée par Darkhell (qui visait Shaki mais l'onde de choc fut brutale), trébucha sur un coffre à moitié enfoui sous des pièces, et s'étala lourdement sur le sol. Tentant de se relever, légèrement sonné, il s'aperçut que sa jambe lui faisait terriblement mal: il s'était blessé dans sa chute. Il cria alors: «FUYEZ! VITE! NE VOUS OCCUPEZ PAS DE MOI! VOUS SAVEZ QUOI FAIRE!»

Il décrocha sa clé elfique et la lança de toutes ses forces en direction de ses amis au moment même où deux soldats, faisant fi des dangers qu'étaient les deux mages ailés, le clouaient brutalement au sol. Jadina attrapa la clé au vol et hésita, les larmes au yeux, à abandonner son leader et bien-aimé.
Finalement elle se résigna lorsqu'elle vit Darkhell et Elysio qui s'apprêtaient à les envoyer définitivement dans l'autre monde. Elle déploya alors sa puissante magie et le ballon partit à toute vitesse vers le nord. Au même moment, Toopie lança ses bombes vers le duo pour déconcentrer les sorciers, aidant de ce fait les héros déchus en fuite, et il y eut une énorme explosion.
Des débris des projectiles explosifs furent envoyé en pluie sur les personnes présentes dans la salle aux trésors. Danaël vit que l'un de ceux qui le maintenaient levait un peu plus son bouclier pour le protéger autant que lui-même se protégeait mais songea que ce n'était pas le moment de formuler des remerciements. Il entendit des voix venant de devant lui, celles des fabuleux et de son frère.
- «Toopie, tu es sûre que c'était une bonne idée?» Cria Shaki d'une voix étouffé, se protégeant la tête de ses bras, grimaçant certainement sous la pluie de débris qu'il recevait.
- «Un peu moins maintenant!» Répliqua la gamine dans une voie rendue aiguë par la légère panique qu'elle devait éprouver. Elle n'avait, contrairement aux soldats, aucun moyen de se protéger.
- «Est-ce qu'au moins Darkhell et son complice sont hors d'état de nuire?»
Danaël, en entendant son frère dire ça, se surprit à espérer que oui. Il n'avait plus la force de lutter contre les deux sorciers à l'heure actuelle et puis il était prisonnier. Il y avait peu de chance (aucune chance plutôt) qu'il puisse fuir. Puis tout se calma, tout s'arrêta. Tout redevint calme...
Et il entendit la voix de Michi-Gan retentir dans le silence auparavant revenu. «Re...Regardez! A l'endroit de l'explosion....mais qu'est-ce que c'est que ce truc?»
Le blond releva la tête et vit un portail magique grand ouvert, brillant dans le ciel. Le Gardien avait du intervenir pour sauver ses guerriers. Il ne devait pas avoir le temps de les ressusciter encore sans doute. La situation était surement trop urgente. Plongé dans ses pensées, il n'entendit pas ce que disait les autres mais la voix du chef du trio de héros parvint à nouveau à ses oreilles tandis que les soldats le relevaient sans douceur. «Mais...C'est quoi cette histoire de fou? Les Légendaires qui volent l'Alystory Darkhell et Elysio en vie?» Le chevalier retint un sourire quelque peu ironique. Personne ne semblait comprendre la situation.
Personne...et c'était d'autant plus normal que même les légendaires eux même avaient eu du mal à croire l'histoire de Ténébris sur Anathos. Alors comment eux l'auraient-ils compris?
L'un des deux qui le retenaient lança «Commandant! Celui-ci n'a pas pu fuir! Qu'est-ce qu'on fait de lui?» Le concerné se retourna vers eux et écarquilla les yeux en s'apercevant que son cadet avait été capturé. La situation était devenue tellement confuse, lorsque les deux sorciers étaient arrivés, qu'il n'avait pas remarqué que seuls quatre des Légendaires, plus Ténébris, avaient pu prendre la clé des champs. Au moins, maintenant ils allaient pouvoir avoir quelques explications...
Le prisonnier haussa les épaules, comme s'il ne se souciait pas d'avoir été attrapé alors qu'en fait, au fond de lui, il se sentait mal. Tous le regardaient, il ne voyait que des regards noirs, froids, curieux ou perçant posés sur lui. Tout le monde le voyait comme un criminel. Il en eut un court instant un douloureux pincement au cœur. Puis il fut presque traîné jusque devant son frère, se retenant de gémir de douleur chaque fois que sa cheville blessée (à moins qu'elle ne soit enflée ou peut-être fracturée?) heurtait le sol couvert de pièces d'or . Il ne lutta pas non plus, conscient de l'inutilité de la chose dans un tel moment.

Le roux était pâle, sa peau et son armure couvertes de traces sombres résultant de l'explosion. Ses yeux brillaient de colère et ses lèvres étaient si pincées qu'elles en paraissaient presque blanches. Un lourd silence tomba, le prisonnier refusant de détourner ou baisser les yeux, refusant de paraître honteux pour un acte qu'il ne regrettait pas et qu'il referait si c'était à refaire. Il serra les dents et durcit ses traits, malgré l'étrange appréhension qui le tenaillait. Cependant il ressentit le besoin de s'expliquer, de dire quelque chose pour plus ou moins se justifier: «Ikaël...Je...Je peux..» Le regard noir que lui envoya son frère bloqua la suite de sa phrase dans sa gorge, le rendant incapable de dire quoique ce soit. Un lourd silence glacial tomba dans la pièce, les cris à l'extérieur ayant cessé avec l'arrêt des catastrophes. Jamais atmosphère n'avait été si lourde entre eux...jamais il ne l'avait...regardé comme ça! Il se sentait mal à l'aise, et il ne savait pas vraiment ce qui allait se passer maintenant, ça ne lui plaisait guère. La situation semblait un peu critique pour lui...
Puis enfin le commandant leva la main pour asséner une claque violente et retentissante au blond qui vacilla sous le coup, les yeux écarquillés, choqué car il ne s'y attendait absolument pas. Un léger goût de sang emplis sa bouche. Mince c'est qu'il avait frappé fort...vraiment fort! Il aurait sans doute été envoyé au sol sous le coup s'il n'avait pas été fermement retenu par les deux autres faucons d'argent.
Il y en eu plusieurs, parmi les Fabuleux ou les soldats, pour grimacer, ayant l'impression d'avoir senti passer la baffe tellement elle avait parut forte, même à ceux qui regardaient tout simplement.
Le roux semblait véritablement en colère et le fait qu'il ne dise absolument rien ne faisait que alourdir encore plus l'atmosphère tendue. Il faisait, pour le coup, franchement peur...Finalement le soldat parla, d'une voix aussi dure que tranchante et glaciale: «C'est un peu tard pour les explications...» Il plissa les yeux et ajouta, refroidissant encore plus sa voix: «Je ne veux plus t'entendre! N'aggraves pas ton cas!» Il lui tourna le dos et donna quelques ordres au reste de ses hommes, n'accordant plus un seul regard à son petit frère. Il s'empara de l'épée de son cadet qui était toujours au sol. Puisqu'il était du même sang que le blond et qu'il tenait fermement l'épée, son possesseur aurait du mal à appeler son arme une fois qu'ils seraient sortis du palais et des limites d'anti-magie. Même s'il doutait que son 'captif' ferait quelque chose....
Danaël baissa alors les yeux, se mordant la lèvre inférieure, refusant de dire quoi que ce soit, ignorant sa joue qui le brûlait désagréablement. Jamais depuis leur enfance son aîné n'avait levé la main sur lui...et, même à l'époque, jamais aussi fort..ça le mettait en colère et en même temps une bouffée de honte le prenait sans qu'il ne sache pourquoi. Il avait voulu voler l'alystory pour sauter Alysia du dieu déchu, pas pour...Il sentit qu'on lui liait les poignets dans le dos puis qu'on le poussait en avant. Pourquoi avait-il honte? Parce qu'il s'était fait prendre? Il ne savait pas!
Alors qu'ils arrivaient à l'extérieur, son frère revint à sa hauteur et, sans même lui accorder un seul regard rabattit, d'un geste sec, la ''capuche'' de sa cape sur sa tête. Puis, sans même prononcer un mot, le roux remonta vers le début de la file. Son attitude froide et distante irritait profondément son cadet qui aurait aimé lui expliquer la situation, même s'il aurait du le faire tout de suite après que son groupe ait été encerclé. Au lieu de ça il avait uniquement parlé de la présence de Ténébris...
Ce nouveau geste, fait sans justifications, l'agaça tout autant: «Hé!» protesta-t-il, se rendant ensuite compte que son aîné faisait cela pour empêcher qu'on le reconnaisse. Pourquoi donc? Il eut vite la réponse en entendant certaines insultes lancées dans sa directions Visiblement l'annonce du vol de l'alystory (mais pas l'identité de ses voleurs) avait déjà précédé les soldats et les habitants n'appréciaient guère l'acte. Ikaël avait donc rabattu sa capuche pour éviter que l'on voit son visage....maigre consolation, ca devait être pour ne pas qu'on les associe...monsieur le soldat modèle, pensa-t-il amèrement, était trop fier et inquiet de sa place, et des répercussions que ça allait avoir sur lui, pour se préoccuper de mes raisons. Sur cette preuve de totale mauvais fois (c'est lui qui n'avait rien expliqué non?) il se laissa conduire jusqu'à la prison de la ville tandis que le crépuscule tombait petit à petit, colorant le ciel de couleurs flamboyantes.

*****

Après qu'on lui retiré son armure, il fut littéralement jeté par les gardes dans la cellule, heurtant le sol sans douceur, sous le regard impassible de son aîné qui tourna les talons sans rien dire, ses hommes à sa suite. Danaël l'entendit vaguement parler aux gardiens de la prison. Il se redressa difficilement (ce n'était pas simple avec les poignets liés dans le dos) et s'appuya au mur.
Quel idiot avait-il été de se faire prendre de la sorte! Quel perte de temps...comment ses amis se débrouillaient-ils? Et si Anathos les avait déjà trouvé?
A cet pensée, sa gorge se serra tandis que des frissons d'angoisse le parcouraient. Une boule se forma dans son ventre, lui donnant mal au cœur. La peur pour la vie de ses compagnons l'envahit, sans penser un seul instant qu'il était peut-être la réincarnation désirée par le dieu déchu. Lequel de ses amis serait censé être le 'nouveau corps' d'Anathos? Comment pourraient-ils affronter la porteuse? La vaincre? Et s'ils perdaient? Lesquels de ses amis mourraient? Lequel servirait de corps d'accueil?
Il redressa brusquement la tête. Tant pis...il ne pouvait rester sans rien faire. Il fallait qu'il le convainque de le laisser sortir, et rapidement. Mais comment? Comment le convaincre? Ce n'était pas évident à faire!
Il tourna la tête vers la porte à barreaux et, entendant toujours son frère un peu plus loin, s'écria dans un dernier espoir: «IKAËL!» Il reprit, d'une voix plus faible, certain désormais d'avoir attirer son attention vu le silence qu'il y eut suite à son appel. «Je vais... tout te dire! S'il te plaît...Laisses-moi t'expliquer! La vie de mes amis est surement...menacée...alors je t'en prie, je t'en... supplie...écoutes-moi!» Il se fichait de sa fierté à cet instant, se fichant de supplier, d'implorer qu'on le laisse se justifier. Il était fou d'inquiétude pour ses amis et prêt à tout pour pouvoir les aider, peut-être même les sauver. Si, pendant qu'il était en prison, il arrivait quoique ce soit à Gryf, à Razzia, à Shimy ou pire que tout à Jadina...jamais il ne pourrait se le pardonner. Imaginer qu'ils soient peut-être en train de mourir lui piqua douloureusement les yeux, lui serra le cœur, le rendant encore plus malade d'angoisse. Il voulait être écouté, compris, mais son frère ne vint pas, le laissant seul avec sa peur, avec sa douleur.

Désespéré, le blond s'effondra à nouveau sous le regard goguenards des gardes surveillant sa cellule. Il aurait aimé ignoré leurs commentaires, leurs sarcasmes mais c'était plus facile à dire qu'à faire. Ils semblaient ravis de son désespoir...
- «Quel honte pour leur famille! Déjà avec l'accident Jovénia...
- Quand on pense à ce qu'était son père, à ce qu'est son frère, ouais lui ça doit être vraiment...
- La ferme!» siffla le blond, coupant le soldat de la prison dans sa phrase, profondément agacé envers ces médisants. «Laissez ma famille en dehors de ça! Ils n'ont rien à y voir!»
Au fond de lui il espérait, mais ne l'aurait jamais avoué même sous la torture, que son aîné n'aurait pas d'ennuis à cause de ce qu'il avait fait. Trop souvent des gens était mis au ban parce que des membres de leur famille avaient commis des actes terribles. Les rires qu'il reçut en réponse à son intervention le convainquirent qu'il ferait mieux de ce taire, que ses paroles n'étaient pas prises en compte, prises au sérieux. Actuellement il n'était rien d'autre qu'un prisonnier, un héros déchu...
Il vacilla jusqu'au fond de sa cellule, grimaçant sous les élancements de sa cheville. Et il s'écroula contre le mur, se coupant du reste du monde, des sarcasmes et moqueries des gardes, de la noirceur de sa prison, de l'odeur de renfermé, de la froideur....il ne pensait à rien d'autre qu'à ses amis.
Et espérait, au plus profond de lui, que quelqu'un accepte de l'écouter.
Et peut-être, malgré lui, refusant de se l'avouer, voulait-il qu'il revienne.


*****

Il ne sut combien de temps s'était écoulé avant que des voix ne le tire de son espèce de torpeur. Il sortit alors de ses pensées, songeant qu'il avait du s'endormir pour ainsi de plus trop savoir où il était. Mais rapidement tout lui revint. Il avait été capturé dans la salle du trésor, enfermé ici en prison après s'être pris une baffe mémorable et un froid mépris de la part de son unique famille encore en vie. Et il n'avait aucune idée de ce que devenaient ses amis. C'était le pire moment de toute sa vie...qu'il était horrible ce sentiment de se sentir impuissant à aider ceux que l'on aimait. Que c'était dur d'être ainsi ignoré alors qu'il désirait maintenant se justifier pour ce qu'il avait fait.
Une ombre le recouvrit soudain et il leva les yeux vers Ikaël qui le dominait, les yeux posés sur lui, neutre mais attentif. Les gardes, eux, avaient disparu, au grand soulagement au captif qui ne pouvait plus les voir en peinture. Mais malheureusement ils reviendraient surement...
Le soldat ouvrit la porte de la cellule et la referma derrière lui avant de lui parler, d'une voix à la fois calme et patiente. «Bien! Je t'écoutes Danaël!» Murmura-t-il donc tranquillement, en croisant les bras. «Maintenant que j'ai fait un rapport aux autorités de Larbos, je dois partir à la recherche de tes amis et de Ténébris, déclarés traîtres à l'Alysia. Je préférerais, avant notre départ, écouter ta version des faits. Hier soir, tu as clairement sous-entendu avoir une bonne justification non?» Il semblait moins en colère, ayant sans doute eu le temps de se calmer entre temps, peut-être était-ce d'ailleurs la raison pour laquelle il avait refusé de l'écouter la veille. Bien que sa fureur à ce moment-là était plus que justifiée et parfaitement normale.

Danaël, trop heureux qu'il soit disposé à l'écouter, ne se fit pas prier pour absolument tout raconter depuis que ses amis et lui avaient retrouvé Darkhell et Elysio et qu'ils avaient été sauvé par Ténébris. L'explication dura un petit moment et il conclut en disant «...Je...Je sais que ça paraît invraisemblable, incroyable. Mais...» Son frère fit alors un pas en avant, tirant soudainement son épée, le faisant sursauter. «Hé! Tu fais quoi là? Attends...» s'inquiéta-t-il. Le soldat l'attrapa presque brutalement par l'épaule et le tira ensuite légèrement en avant afin de pouvoir trancher les liens qui retenaient toujours ses poignets. Libéré, le blond se les massa avec soulagement, avant de murmurer, mal à l'aise «Tu aurais pu me détacher autrement, tu m'as fait un peu peur sur ce coup-là!
- C'était le but Danaël!» répliqua l'autre avec un air légèrement sadique pour ensuite reprendre, plus sérieusement «Je prends bonne note de ce que tu m'as raconté! Mais toi tu vas rester en prison jusqu'à ce que nous retrouvions tes amis et donc jusqu'à ce que les Faucons d'Argent reviennent!» Il avait dit ces mots d'un ton sans appel ,signifiant clairement que cela ne changerait pas. Ou que lui-même n'avait rien à dire là-dessus. Il devait surement y avoir un peu des deux.
Le blond écarquilla les yeux, et tenta de protester, voulant lui aussi retrouver ses amis, toujours aussi inquiet pour eux: «..Mais...je..»
L'autre leva une main pour lui imposer le silence avant de dire, d'une voix plus douce et habituelle, ultime preuve qu'il le croyait: «Danaël, sois raisonnable c'est ta parole contre celle des autorités de Larbos! Elles m'ont ordonné de retrouver les Légendaires! Et même si maintenant je comprend que votre acte était justifié, je ne peux pas te libérer comme ça! Vous avez volé l'objet le plus sacré d'Alysia! Larbosa est fou de rage!» Il soupira, se mettant ensuite à la hauteur de son cadet «Moi...je te crois...mais ma parole...vu nos liens ne pèse pas très lourd! Tu sais comment ça marche n'est ce pas!?»
Et c'était vrai. Les autorités ne pouvaient être certaine de l'impartialité du commandant vu la situation. Néanmoins elle n'en avaient rien dit ou montré, bien que c'était évident qu'elles n'en pensaient pas moins.

Le plus jeune, se souvenant des paroles des gardes, demanda soudain «Tu n'as pas eu d'ennuis alors?» Il ne le pensait pas, sinon l'autre le lui aurait signalé mais il voulait tout de même être certain. Il avait décidé de commettre ce vol pour sauver Alysia de la menace d'Anathos et pas causer des problèmes à qui que ce soit. Et surtout pas à lui...
- «Pourquoi en aurais-je eu?» S'étonna l'autre en haussant les sourcils, surpris par une telle question.
Danaël baissa les yeux, mal à l'aise et s'expliqua maladroitement: «Parce que...je suis ton frère...justement!»
Un sourire mi moqueur, mi blasé se dessina sur le visage de son aîné: «Non...heureusement notre roi ne pense pas comme ça! Il me fait confiance!» Il resta un temps silencieux et ajouta «En même temps, faire ça le jour du Héros Day! Vous auriez aussi pu nous envoyer un message pour nous prévenir » Il avait dit ça, pour détendre plus ou moins d'atmosphère.
L'autre eut un sourire à la fois amusé et contrit: «Ce n'est pas comme si on avait le temps d'attendre que tous les héros présents en ville soient partis! On ne savait pas quand Anathos allait nous trouver!» Il n'osa pas dire que peut-être, il avait déjà trouvé ses amis. Que c'était peut-être déjà trop tard, à sa grande inquiétude.
- «Certes...» Un temps de silence passa puis le roux écarta quelques mèches blondes de la main droite et examina le bleu qui couvrait la joue gauche de son petit frère: «Excuses-moi...j'ai t'ai vraiment frappé fort!
- Je l'avais mérité je pense, à ta place j'aurais fait pareil!» Il sous-entendait par-là que le sujet ne devait plus être abordé. Il ne lui en voulait pas pour la claque et il n'y avait pas besoin d'y revenir.
- «Et ta cheville?» S'enquit ensuite le grand frère soudain plus concerné que la veille. «Tu boitais hier!» Malgré sa colère, il avait quand même remarqué ça. Amusant...
- «J'espère que ce n'est rien...» murmura le blond en la massant légèrement, grimaçant lorsqu'il appuya à un endroit précis.Ca ne devait pas être rien finalement.
- «Je vais demander aux gardiens de faire venir quelqu'un!
- Merci..»
Ikaël eut un faible sourire puis, se relevant, tourna les talons et s'apprêta à sortir de la cellule mais il s'immobilisa, main sur la poignée, et murmura «Je suis obligé de te laisser là maintenant mais je te ferais sortir dès notre retour!» Il partit, laissant le blond dans une profonde solitude angoissée, tandis que l'un des gardes, revenu entre temps, refermé la porte à double tour. Danaël se sentait un tout petit peu mieux maintenant qu'il avait été compris mais était toujours aussi inquiet. Comment allaient ses amis? Et si c'était Darkhell et Elysio qui les avaient retrouvé? Et s'ils étaient déjà morts?Il se recroquevilla sur lui-même, refoulant ses larmes de peur pour cinq des personnes les plus chères à son cœur. Il ne pouvait rien faire, il était impuissant à les aider, inutile...il ne pouvait pas les sauver, même si c'était encore possible. Il restait inutile, enfermé entre quatre mur dans cette prison.

*****

Il ne savait pas vraiment combien de temps s'était écoulé, il n'avait pas compté les jours. Cette cellule allait le rendre dingue, il ne la supportait plus du tout. Il jeta un œil noir à sa cheville bandée...qui le démangeait horriblement. Rien de cassé mais elle était terriblement enflée...
Enfin un soir des pas le firent relever mollement la tête. Son frère entra dans la pièce sans prendre la peine de refermer la porte derrière lui. Il semblait épuisé, ses traits étaient tirés, des cernes se dessinaient sous ses yeux.
Danaël, demanda, pris d'une angoisse soudaine «Il...s'est passé quelque chose..n'est-ce pas?
- ..Restes assis petit frère!» La voix de son aîné était beaucoup trop douce et trop hésitante pour que tout aille bien. Il semblait triste également, désolé pour lui. Ce fut son regard qui fut comme un avertissement pour le plus jeune que quelque chose d'horrible était arrivé. Mais QUOI?
Une peur panique se cristallisa dans les veines du blond qui balbutia «Qui...qu'est-ce qui s'est passé?» Il sentait son cœur battre fortement dans sa poitrine et entendait les battements dans ses oreilles, sa gorge était sèche et il frissonnait. Une sensation de mal-être l'envahit lentement, comme un poison qui se déversait dans son sang et ses veines. Qui? Un de ses amis était...ou alors ils l'étaient tous? Cette pensée créa une boule dans sa gorge et lui piqua les yeux.
- «Anathos avait trouvé tes amis. C'est Shimy qui devait être sa réincarnation car elle portait sa marque sur son front. Je ne vais pas entrer dans les détails mais ce dieu déchu ne pouvait se réincarner que dans quelqu'un portant sa marque.
- Sa marque...» répéta le blond. Un horrible pressentiment l'envahit. Non...Est-ce que...
- «Jadina a réussit à le convaincre de repousser la possession et à les affronter dans un combat loyal...et elle a décidé d'éloigner Shimy des lieux où se déroulerait ce combat. Seulement..» Ikaël semblait hésiter et continua, sous le regard affolé de son cadet, posant délicatement ses mains sur ses épaules pour le forcer à rester assis et immobile. «Il n'y avait pas que ton amie elfe qui portait la marque, elle était autre part!»
Les yeux bleus de son petit frère s'écarquillèrent d'horreur tandis qu'il disait, douloureusement «Ma clé...elle était aussi sur ma clé, la clé que m'avait donné..Shimy. Et ma clé je l'ai envoyé à....» Il eut l'impression d'avoir reçut un violent coup de poing dans le ventre. «NON! DIS MOI QUE CE N'ES PAS VRAI! PAS JADINA!» Le regard fuyant de son aîné suffit comme réponse. Il eut l'impression d'être pongé dans une eau pire que glacée, que tout s'arrêter autour de lui, l'air lui manquait de plus en plus. «Non...non...» Sa voix se brisait petit à petit...ses yeux s'emplirent de larmes et soudain le barrage craque. «MAIS COMMENT EST-CE POSSIBLE? POURQUOI?» Il s'empoigna les cheveux, se les tirant à se faire mal. Sa respiration devait erratique, comme s'il avait du mal à respirer entre ses pleurs et sa douleur.
Sa crise sembla presque effrayer son frère qui le secoua «Danaël! Reprends-toi!» Il allait sombrer dans un état catatonique si cela continuait.
Mais le concerné se recroquevilla sur lui-même, murmurant des choses que l'autre ne parvenait pas à saisir, c'était clairement un état de choc. «Pourquoielle...qu'est-cequej'aifaitpourmériterça...» Et ainsi de suite. Recroquevillé ainsi, genoux ramenés contre son le torse et bras les entourant, agité de tremblement, il était à la limite de se balancer d'avant en arrière, clairement en état de choc. «JesuistoutSeul...ellestmorte..jen'aiplusrien» Sa voix devenait de plus en plus faible, fragile. Son regard semblait peu à peu s'éteindre tandis qu'il se noyait dans un tourbillon de souffrance. «Non...cen'estpaspossiblec'estuncauchemar» Il parlait aussi tellement vite qu'on ne pouvait vraiment savoir ce qu'il disait. Il fallait agir avant que son était n'empire.
Le roux hésita durant quelque secondes et leva une main (la droite) pour asséner une claque au blond qui, sous le choc, revint à la réalité et ne retomba pas dans cette spirale de souffrance se mettant à sangloter désespérement. Puis l'aîné passa doucement un bras autour de ses épaules, l'attirant contre lui et murmura, apaisant «Tu n'est pas seul...tes autres amis sont encore là, je suis là moi aussi!
- Je...je veux mourir...» sanglota le blond, aux limites de sa résistance, épuisé et malade de douleur et de chagrin. Peu à peu ses larmes redoublèrent et il s'agrippa faiblement à son seul soutien présent. Il pleura la perte de la seule personne qu'il avait réellement aimé, de la fin d'une époque heureuse.
Il n'était pas seul...c'était vrai..
...mais son cœur était en lambeaux...
Et ne guérirait peut-être jamais...


*****

Une pièce vide, un blond appuyé contre un mur, dans un coin, comme privé d'envie de vivre...encore une fois.
- «Tu vas rester longtemps...ça comme....à dépérir?» fit une voix quelque peu agacée, tandis que son propriétaire le fixait avec tout autant d''exaspération. «Ce n'est pas ça qui la fera revivre tu sais!»
Il ne leva même pas les yeux sur son frère et chuchota, borné: «C'est ma faute...je lui ai donné ma clé elfique...c'est MA faute!
- Écoutes...» Commença doucement son frère, d'une voix apaisante, présentant la crise qui menaçait de frapper son cadet.
Celui-ci ne le laissa pas terminer sa phrase. «ELLE EST MORTE IKAËL!» Sa voix se brisa et frappa le mur du poing, incapable d'arrêter les larmes qui roulaient sur ses joues pâles tandis qu'il s'effondrait à genoux. «Ma faute...c'est ma faute...» Sa voix devenait monocorde, ses yeux se perdaient dans le vide. «J'aurais du mourir à sa place!»
L'autre l'attrapa fermement par le bras pour le remettre debout. «Ne dis pas ça!
- C'ETAIT MA CLE, LA CLE QUE M'AVAIT DONNE SHIMY! C'EST MOI QUI AURAIT DU MOURIR! MOI ET MOI SEUL!! ET PAS...» Il ne put achever sa phrase qu'il se prit une claque retentissante, la troisième depuis le début de toute cette histoire, et toujours de part de la même personne. Cette fois un peu sonné il regarda celui qui l'avait frappé d'un œil noir de colère. «Qu'est-ce qui te prends?» Cracha-t-il, déchargeant toute son agressivité soudaine sur le roux qui lui faisait face.
L'autre semblait tout autant en colère: «Tu aurais dû mourir c'est ça que tu veux dire? Mais qu'est ce qui te prends te dire des choses pareilles? Tu avais été capturé! Si tu avais gardé ta clé, Anathos aurait prit Shimy! Quelle aurait été la différence au final pour Alysia? Ce n'est pas ta faute Danaël! Le seul et unique responsable, c'est ce dieu.» Ses paroles eurent un certain impact sur le blond qui fut incapable de répondre, il tremblait et eut un sanglot nerveux. Il regarda avec désespoir son aîné qui détourna les yeux maladroitement, ne sachant quoi dire pour apaiser sa douleur. C'était si dur...si difficile..il ne savait plus quoi faire!
Enfin ses mots, prononcés lentement et tristement résonnèrent: «Je...Comment je peux continuer maintenant? Elle est morte...je ne la reverrais jamais...» Il leva une main pour essuyer les larmes qui roulaient sur ses joues, dans un geste lent et presque inconscient. Il était brisé...désespéré, n'avait plus goût à la vie.
L'autre soupira tristement et posa ses mains sur les épaules du plus jeune avant de dire, semblant hésiter un peu «Ce serait te mentir si je te disais que je comprends ce que tu ressens. Mais crois-tu vraiment qu'elle aurait voulu que tu te laisses mourir ainsi?»
Un regard perdu fut posé sur lui et la voix tremblante lui parvint, le faisant presque trembler tant il y perçut de détresse: «Je...Je ne pourrais jamais lui dire que...que je l'aimais!
- Je suis persuadé qu'elle le savait...» répondit l'autre. Il aurait fallu être aveugle pour ne pas le voir, même les non-concernés le voyaient. Il continua ensuite, essayant de l'aider à se relever: «Si tu l'aimais réellement..Fais honneur à sa mémoire! Ne laisses pas Anathos se servir plus longtemps de son corps, de l'empêcher de reposer en paix! Bats-toi pour cet idéal que vous avez toujours prôné, pour Alysia que vous avez toujours voulu protéger!»
Danaël eut un dernier sanglot et essuya rageusement ce qui lui restait de larmes. Son frère avait raison, totalement raison. Anathos devait payer...non..la vengeance n'était pas la meilleure des conseillères mais la pire. Il devait lutter contre le dieu pour protéger Alysia, pour faire honneur à la mémoire de sa bien-aimée mais pas pour simplement la venger. Il empoigna alors son épée «Très bien...tu as raison grand frère!» Il se mit en position de défense, comme s'il le défiait dans un entrainement à l'épée et c'était surement le cas: «Avant que je ne retrouve les autres, il faut que je change!...D'ici que je les retrouve, comme noud l'avons prévu tout les cinq,...je vais devenir...plus fort, je ne peux vaincre Anathos en restant le même!» il prit une grande inspiration et lança «En Garde Ikaël!» il était prêt, prêt à s'entraîner, prêt à devenir une nouvelle personne. Son frère le regarda tristement mais accepta le défi.

*****

Gryf était reparti à Jaguarys....il garderait toute da vie cette horrible balafre lui barrant le torse...
Razzia avait perdu un bras....et était parti de son côté, il ne savait où, avec Ténébris.
Celle-ci, grâce à l'intervention de ses pères n'avait rien de grave, juste une blessure qui avait très vite guérie. Mais ceux-ci avaient péris, tout comme le Gardien.
Shimy était aveugle et allait le rester...Shamira l'avait ramené dans le pays des elfes depuis un bon moment, presque depuis que les Légendaires blessés avaient atterrit dans le camps, prêt d'un an auparavant.
Un an...Un an entier
..Presque le temps que certain avaient mis à guérir...Ils avaient failli mourir...
S'il avait été là...cela n'aurait rien changé au final...
Soit il aurait tout aussi gravement blessé que ses amis..
..Soit il aurait servit de réincarnation parce qu'il aurait gardé sa clé.


*****

Dans un autre lieu... loin de celui où se trouvaient les deux frères, loin des Jaguarys, loin du pays elfique...une brune aux yeux rouges s'immobilisa en entendant une voix dans sa tête. «Ma principale descendante a péri mais cela reste son sang, je ne peux intervenir directement pour mettre fin à la menace mais toi tu es là...tu es aussi ma descendante et, de plus, la fille de Darkhell». La voix irradiait de magie, mais était également douce, bien que puissante.
Ténébris murmura, sous le regard surpris de Razzia qui rajustait sa cape pour cacher son bras manquant «Qu..Quoi?
- A qui tu parles Ténébriz?» S'étonna son compagnon de voyage et de cœur, levant la tête de la carte qu'il consultait. Il cherchait, selon ses dires, un temple où reposait un être du nom d'Amy.
La seule fille répondit, d'un ton quelque peu perplexe: «J'entends une voix féminine dans ma tête Razzia, une voix qui pulse se puissance magique!
- Tu peux zentir za toi?» S'étonna le châtain, la regardant fixement.
Celle aux yeux rouges haussa les épaules, amusée «Je suis la fille de Darkhell et donc j'ai des notions en matière de magie.» Elle ignora quelques instants son 'fiancé' pour penser, à l'intention de cette voix, si elle était réelle «Qui..êtes vous?»
La réponse lui parvint immédiatement, accompagnée d'un sentiment de profonde satisfaction. «Je suis...Jadilyna! Ravie de te rencontrer mon autre descendante!»

FIN

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Mar 6 Juil - 17:30

«Guerre» ("Suite" du OS précédant)

Gryf ferma les yeux quand la lame frôla sa gorge, coupant un ou deux poils dans l'affaire. Mais l'arme mortelle s'était déjà retirée avant même qu'il déglutisse. Rouvrant les yeux, il se retrouva face à deux yeux couleur rubis qui le fixait d'un air narquois. Derrière lui, Razzia et Shimy se relevait en vacillant, sonnés par les coups qu'ils s'étaient pris. Une belle raclée...
- «Et...c'est tout?» Décréta Ténébris en se retournant vers ses compagnons, qui, muets suite à cette attaque surprise ne purent rien dire. «Et si j'avais été un des infernaux? Vous seriez morts!» Elle fit une pause et lança froidement «Mais qu'avez-vous donc fait durant cette année écoulée?»
Elle avait changé, une aura écrasante l'entourait, au point que pendant quelques instants, Shimy douta que ce fut bien elle, que la personne devant elle soit bien humaine et le lança haut et fort à la figure de l'autre fille, à la surprise générale et au grand amusement de la concernée. Mais rapidement le jaguarian confirma que c'était bien la fille de Darkhell qui leur faisait face.
La sorcière se tourna alors vers son bien-aimé et lui demanda, d'un ton plus doux et également presque inquiet: «Alors Razzia? Des nouvelles?» Un long silence angoissé tomba sur la clairière où tous se trouvaient, tous frissonnèrent comme si un courant d'air glacé les avait frappé. Tous les regards étaient tournés vers leur équipier interrogé, le temps semblant s'être arrêté.
- «Oui..Da...Danaël z'est fait capturé par les infernaux il y a une zemaine!» Il avait baissé les yeux en disant cela, son cœur se serrant tandis qu'il imaginait ce que son ami devait subir.
Tandis que Gryf retenait un frémissement et que Shimy serrait légèrement les poings, l'inquiétude les envahissant autant l'un que l'autre, le châtain de son côté repensait au plan et plaignait leur leader qui allait sans doute terriblement souffrir. Ténébris s'était pourtant portée volontaire pour être prise mais le blond avait insisté, c'était elle leur carte maîtresse dans cette guerre, c'était lui qui allait servir de cible. Après tout, le frère d'un des organisateurs du grand 'plan' (dont Razzia lui-même, contrairement à Ténébris, ne savait absolument rien) savait forcement des choses sur le déplacement des différentes armées et surtout sur la position exacte des autres Légendaires. Il était effectivement une proie bien plus intéressante qu'une ancienne criminelle...Elle avait étrangement décidée de partir de son côté après avoir entendu une étrange voix dans sa tête, celle de Jadilyna. Et pendant presque un an, il n'avait plus eu de nouvelles d'elle. C'était il y a un mois qu'ils s'étaient revus...puis il avait été cherché Gryf à Jaguarys avant de revenir au point de rendez-vous en prenant Shimy au passage dans le camps des armées elfiques affrontant Anathos. C'était aussi là qu'il avait appris, par un des trois Fabuleux la capture de leur chef. Une très mauvaise nouvelle pour beaucoup mais une 'bonne' pour les organisateurs du plan. Bien que cela n'empêcha pas de s'en faire quand même...
La brune inspira profondément, dissimulant son inquiétude et lança «Parfait...tout se déroule comme nous l'avons prévu!» Son sourire soudainement satisfait en intrigua plus d'un, elle savait quelque chose que les autres ignoraient. C'était évident qu'il leur manquait quelque chose...
Shimy lança d'un ton douteux, n'étant pas au courant de toute l'affaire: «Nous?
- Par ''nous'' je voulais dire les autres, Danaël et moi!» Et elle n'ajouta rien, ne préférant rien dévoiler avant le bon moment. Un plan ne marchait que mieux s'il était seulement su par un petit nombre de personnes. Question de précaution...

*******

Un blond s'effondra sur le dos, haletant, couverts de bleus, de blessures. Un coup en plein ventre acheva de le plonger dans une semi-conscience.
- «Attends Dark-Gryf, ze crois qu'il est dans les vapes là!» Intervint Dark-Razzia en fixant leur frêle prisonnier qui refusait toujours de dire quoique ce soit.
- «ENCORE? Si cela continue comme ça, on est pas prêt de le faire parler! Et donc pas prêt de trouver ses potes!» S'énerva le Jaguarian bleu et blanc cessant de cogner sa victime.
- «Gr...Gryf!» Réussit à articuler le blond à peine conscient, attirant l'attention de ses deux tortionnaires qui sursautèrent, ne s'attendant pas à ce qu'il parle: «T'as rien dans les pattes contrairement à lui!» Il toussa en un filet de sang coula d'une des lèvres coupées. «Stupide copie!»
Le double du jaguarian leva une main, toute griffes sortie pour cogner, déchiqueter le visage de ce petit impertinent mais une main le stoppa dans son acte. Anathos venait d'arriver, accompagné de l'infernal de Ténébris. Celle-ci émit un ricanement en voyant l'état du captif. Immédiatement, le blond ferma les yeux, tremblant, un goût amer dans la bouche, son cœur battant à tout rompre, préférant feindre l'inconscience. Il ne voulait pas voir Anathos, non jamais, plutôt mourir.
- «Pourquoi continuer dans cette voie?
- Seigneur?!
- Il est évident que quelqu'un de le trempe de ce chevalier ne va pas céder sous la torture physique...je pense donc que je vais m'employer moi-même à passer à la...mentale. Qu'en penses-tu, mon très cher Danaël?» Il avait peu à peu adoucit sa voix jusqu'à ce qu'elle n'est plus rien de semblable avec son habituelle, devenant celle de la personne lui ayant servi de réincarnation. Du même temps, il frôla d'un doigt la joue pâle et marquée de coups du blond. Ce dernier préféra se murer dans un silence évocateur et dans sa douleur. Jamais il ne parlerait, qu'importe les promesses doucereuses et les mensonges que prononçait le dieu déchu...
Jamais...

Ils avaient un plan, il devait tenir sa part, jamais il ne trahirait son frère, ses amis, les siens pour une promesse illusoire qu'Anathos ne tiendrait certainement pas. Pourquoi l'aurait-il fait d'ailleurs? Lui qui était si manipulateur, si cruel et sans-coeur...
Jadina était morte et il devait vivre avec cette idée...jamais elle ne reviendrait..
Il tint...jusqu'à ce que la nuit tombe...et il finit par céder, son esprit malmené, torturé, blessé criant "grâce" face aux paroles du dieu, de plus en plus douceureuses, parfois terriblement menaçantes. Le chevalier était à deux doigts d'éclater en sanglots mais, il ne pouvait pas résister, il craqua et parla, avouant ce qu'il n'aurait pas du dire avant trois jours...
Avant de sombrer enfin dans la douce torpeur qu'était l'inconscience, il espéra que le plan marcherait tout de même comme prévu, même avec trois jours d'avance. Ou tout aurait été fait pour rien...
Lors qu'une vague période de réveil, il crut voir une silhouette adulte penchée sur lui, elle lui caressa presque maternellement la joue, et une douce énergie se diffusa dans ses veines. Faiblement il articula difficilement un ''merci'' à peine audible et elle répondit, tout aussi doucement. «Le destin va bientôt jouer son rôle! Voyons si Anathos sera à la hauteur de ce que j'ai écris pour lui...et toi chevalier, prends patience, ta douleur connaîtra bientôt le début de sa fin. Si tu ne peux plus tenir...j'ai quelque chose à te proposer..» Et elle lui chuchota quelque chose à l'oreille. Puis elle disparut aussi rapidement qu'elle était venu, laissant presque croire au blond qu'il avait simplement rêvé. Mais quelque chose en lui soufflait que cette apparition n'avait rien d'un rêve...


*******

Attaques...chutes....douleurs...
Des combats acharnés qui commençaient: Gryf contre son double, Shimy contre le sien, Razzia également, Ténébris qui croisait le sien dans l'intérieur du château du dieu déchu. Une guerrière conduite devant le dieu déchu...
Tension...colère...haine...mauvais souvenirs, tout cela se mêlait dans un cocktail explosif de sentiments divers et variés. Un combat titanesque venait de débuter, le castelwar secoué par les affrontements continuait sa route vers son destin. C'était le début de la fin mais tous l'ignoraient bien que presque tous les alysiens l'espéraient. Quelque part, flottant étrangement dans les airs, une personne vêtue de bleue, entourée d'étranges cercles dorés eut un sourire satisfait. Quelque chose avait changé dans on plan d'origine mais elle pouvait tèrs bien rattrapé la situation et en venir au même résultat. Il fallait juste jouer serré.


…..

Une personne enveloppée dans une cape, anxieux et mal à l'aise, observait les déplacements du castel d'Anathos un peu plus loin et se précipita vers un camp puis dans une tente, la panique l'envahissant un peu plus à chaque pas, son coeur battant la chamade. Il cria, mettant tout le campements en état d'alerte... «LE CASTELWAR D'ANATHOS EST EN VUE...» et il stoppa net en voyant ce qu'il voyait à l'intérieur. Shaki et Toopie jouaient aux cartes mais deux autres faucons d'argent, certain d'entre eux étaient beaucoup trop détendu et seul le leader avait l'air sérieux, même la définition exacte serait plutôt angoissé/mal à l'aise/sur les nerfs.
D'accord...il y avait du laissé aller là?! Mis à part le roux qui semblait légèrement à cran (normal quelque part) les autres étaient assez relax. Trop même Michi-Gan piqua une crise de nerfs et cria, son visage virant peu à peu au cramoisi «....DÎTES, C'EST PAS LE STRESS QUI VA VOUS TUER, CA C'EST CLAIR ET NET! BOUGEZ VOUS UN PEU!! ANATHOS SERA LA D'ICI QUELQUES HEURES!» Tous se levèrent brusquement et se mirent à envoyer des messages, à se tenir prêt à agir, prêt à déclancher le plan. La panique commença peu à peu à se répendre dans le campement, les soldats agissant enfin et stressant enfin. Des réactions totalement normales vu la situation légèrement urgentes à laquelle ils étaient en train de faire face. Tout le plan était bousculé car devant être déclanché plusieurs jours plus tôt. Heureusement que tout était prêt quand même ou sinon la situation aurait été plus que dramatique.
Ikaël se releva au même moment, surpris et un peu paniqué «Mais...il a trois jours d'avance!» Il avait brusquement pâli comme s'il s'inquiétait de la signification de tout ça, et quelque part ça devait vraiment être le cas. Cela voulait dire que Danaël avait craqué sous la torture avant la date prévue. Et ça n'était pas du tout rassurant...
Shaki dit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas «Faux croire que Danaël n'a pas tenu aussi longtemps qu'il le pensait, ou alors on a été trop optimiste!» Il se maudit de son manque de tact quand Toopie et Michi-Gan le foudroyèrent du regard, énervés qu'il dise de telles chose à voix hautes.
Sans l'écouter (heureusement), le commandant retrouva son calme et son rôle de chef, demandant au chef des Fabuleux, malgré le léger tremblement de sa voix: «Où se trouve t-il? A quel distance?
- A peu près à 15 kilomètres d'ici...Je pense qu'on a jusqu'à ce soir! Il sera à l'emplacement du piège au crépuscule je suppose!» A peine eut-i-il terminé son rapport que son ami s'était déjà mis à utiliser son cristal pour entrer en communication avec Shamira et Halan qui se trouvaient dans le pays elfique avec les pirahnis.
Le plan était en marche...

…..

Le combat fut long....Douloureux..le sang coula à nouveau, le dieu multipliant actes magiques sadiques et moqueries cruelles. La surprise vint de Ténébris qui semblait avoir acquis une puissance magique incroyable. Son sang était même, par moment, vert...Elle protégea le blond captif au péril de sa propre vie. Pour Jadina...pour la mémoire de celle qu'elle savait désormais être sa demi-sœur. Les autres Légendaires les rejoignirent petit à petit, chacun leur tour, stupéfiant à chaque fois le dieu qui semblait prendre très mal le fait de perdre. Le jaguarian se précipita pour détacher son meilleur ami qui était vraiment mal en point.
- «Ca va Danaël?» Demanda-t-il doucement, posant une main inquiètes sur son épaule tandis que les autres formaient un rempart protecteur entre eux et Anathos.
La voix du chevalier semblait presque monocorde tandis qu'il disait: «Oui...ça va Gryf, je ne suis pas en état de me battre alors va-z-y, et flanques une raclée à ce monstre!» Il ne lui demanderait pas de venger Jadina, parce que la vengeance n'avait jamais rien apporté de bon.
…...
Le plan prévu marcha comme sur des roulettes...
...l'union de tous les peuples et mondes d'Alysia, rassemblés pour défendre leur planète contre le monstre qui la détruisait.
Ténébris avait son propre rôle à jouer...Elle arriva derrière Anathos et le blessa d'une de ses lames avant de l'empoigner fermement..
...Et ce fut à Jadilyna de jouer...
Elle prit possession du corps de son ancienne descendante, profitant que Anathos ne pouvait pas bouger...et la lutte commença, entre les deux entités. Même si le dieu était plus fort, la grande magicienne ne se laissait pas faire....des éclairs verts émeraudes volaient en tout sens, détruisant la pierre, rasant les arbres. Les vaisseaux d'Halan, les pirahanis et les Légendaires eux-même eurent du mal à éviter tout ça. Ténébris fut cependant brutalement jetée au sol...libérant le dieu de la poigne presque magique (certainement magique) qui le retenait
...les combattants du bien crurent que tout était fichu, qu'il allait tuer la grande magicienne sans qu'elle puisse vraiment agir...Ténébris ne povuant à ce moment-là plus bouger, vidée de toute son énérgie magique, à peine consciente.
...Mais...
Une étrange femme apparut brusquement, attrapant le poignet du dieu déchu, l'empêchant d'agir en l'obligeant à reprendre l'apparence de la personne qu'il avait possédée. Danaël sursauta, la reconnaissant...que faisait-elle là? Pourquoi intervenait-elle? Incapable de regarder celle qu'il avait aimé mais qui n'était à cet instant plus qu'une apparence physique, il passa rageusement sa main sur ses yeux, refoulant les larmes qui ne demandaient qu'à couler.

Au même moment...
Face à quelqu'un dont les pouvoirs étaient bloqués...
Face à l'apparence actuelle du dieu, une apparence qui lui facilitait la tâche à elle...
Jadilyna agit...et déploya la totalité de sa magie, de sa puissance...
Il il y eut alors une énorme explosion de magie...
Amy protégea les Légendaires...
La femme vêtue de bleue ne subit étrangement aucun dommage..
...Une seule vérité... «Votre monde est sauvé Légendaires!Bravo à vous!»
C'était certes la fin de la guerre...
….mais aussi le début du Deuil


*******

Danaël s'éloigna de ses amis, se sachant lâche de ne laisser qu'une simple lettre sur son lit, que Gryf trouverait à son réveil. Mais il ne pouvait rester avec eux, trop de choses lui rappellerait Jadina. Trop de choses acéreraient son cœur brisé. Il avait besoin de s'éloigner, de vivre autrement...et plus comme avant, parce que rien ne serait comme avant. Il devait faire autre chose, les Légendaires pouvaient continuer d'exister sans lui. Parce que lui ne pouvait plus continuer comme un légendaires, plus jamais. Avec Jadina était mort son idéal, ses motivations, ses envies, bref tout ce qui faisait de lui ce qu'il était avant Anathos. Il n'était plus le même...il ne serait plus jamais le même. Son frère était au courant, les Fabuleux aussi...mais ses amis, il n'avait pas eu le courage de le leur dire, il était donc parti en laissant simplement un mot, espérant au fond de lui qu'ils comprendraient. Il s'immobilisa dans cette clairière, là où il savait qu'elle le trouverait.
- «Je suis là!» Lança-t-il dans le silence qui l'entourait, attendant que celle qui lui avait proposé cette rencontre arrive. Cette mystérieuse femme qui les avait savuvé face à Anathos, qui était toujours une adulte et qui semblait avoir des pouvoirs quasi-divins.
- «Tu as réfléchie à ma proposition chevalier?» fit une voix douce derrière lui, le faisant faire lentement volte-face. Il se retourna vers une femme toute de bleue vêtue, qui était entouré de tris étranges personnes (une fille, un elfe et un géant) possédant de drôles d'auréoles et des armes d'or semblables à la sienne. «Est-ce un oui comme je le présume?
- Effectivement...j'accepte de vous suivre!» Il ne savait pas s'il regretterait son choix un jour. il ne savait qu'une seule chose: il fallait qu'il s'éloigne, qu'il coupe les ponts avec ses amis ou il ne se remettrait jamais de la mort de la seule personne qu'il avait réellement aimé...et ce nouveau groupe lui semblait être la meilleure solution. Des inconnus...une nouvelle histoire à écrire, rien qu'il ne sache...rien et le mystère, l'inconnu c'est ce qui lui fallait comme baume pour ses blessures au coeur.
Tous lui sourirent. L'autre fille lui fit un sourire joyeux et lança «Alors dans ce cas, bienvenue dans ta nouvelle famille!»

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Lun 26 Juil - 15:08

«Nouveau Look» (Gryf et Kel-Cha)

- «Vous avez besoin d'une nouvelle apparence si vous voulez être un ''nouveau Gryf'' mon prince!»
Telle avait été l'entrée en matière de Garfilda après que le jaguarian roux ait terminé sa courte déprime qui avait déjà duré presque un an, le temps qui s'était écoulé depuis la mort de son meilleur ami. Une semaine de repos forcé imposé par son frère jumeau qui en avait profité pour lui parler à fond de leurs parents, de leur cité, de leur histoire, histoire de le remettre plus ou moins à jour question connaissances jaguariennes vu que l'aîné avait perdu la mémoire. Gryf s'y était prêté de bonne grâce, curieux qu'il était au sujet de son peuple qu'il avait retrouvé depuis si peu de temps.
Ensuite plusieurs semaines s'étaient écoulé où il avait passé parfois des jours entiers dans la montagne sans revenir à la cité, et quand revenait c'était couvert de bleus, de petites blessures et totalement épuisé et affamé. Si Kel avait manqué la crise la première fois, il semblait s'y être plus ou moins habitué...même s'il l'obligeait à chaque retour après une longue absence (de plusieurs jours) à se reposer durant 24 heures. Gryf n'avait jamais réussi à l'en dissuader...il n'avait jamais le dernier mot avec son frère, c'était terrible! D'un autre côté, qu'on soit ainsi aux petits soins pour lui ne le dérangeait pas plus que ça, c'était assez agréable quelque part.
Bref ce jour-là il s'était entrainé dans la montagne rigoureusement et était rentré épuisé, s'écroulant sur son lit avec une seule envie: dormir. Il ne se doutait pas qu'il ne pourrait pas se reposer avant un petit moment. Deux démons avaient quelque chose de prévu pour lui et ce n'était surement pas le repos qui était au programme, pour une fois.
Elle l'avait donc pris par surprise, il ne l'avait même pas entendu venir. S'écroulant par terre sur le coup de la surprise, il balbutia, stupéfié: «N....Nouveau Look?»
Il n'avait aucune idée de ce qui l'attendait...vraiment aucune idée...
Prendre un bain ça d'accord...
Choisir une tenue classe, blanche avec du doré et du vert ça encore....ça allait...
Mais..

Un hurlement perçant fit sursauter tous les jaguarians présent dans le palais....c'était un cri plein de souffrance et de détresse qui soulignait toute la douleur de celui qui l'avait poussé.
- «AIIIIIIEEEEE!!» La malheureuse victime fit un éffort désespéré pour échapper à la personne qui le torturait. Sans effet, il était maintenu dans une poigne de fer. «ELOIGNEZ CE TRUC....CE...CET ENGIN DE TORTURE DE MOI!!» il plaqua ses mains sur sa tête, serrant les dents, bien décidé à se protéger ainsi, il faudrait l'attacher pour continuer!! Il ne se laisserait pas faire! Jamais!
- «Mais...enfin prince Gryf c'est juste un peigne» balbutia le malheureux serviteur qui tentait de démêler la tignasse rousse du frère du roi. Celui-ci était d'ailleurs plié en deux de rire sous le regard assassin de son aîné.
- «Arrêtes de te poiler Kel!!» Rugit la victime, folle de rage. Il éloigna l'arme de torture d'un geste de main et le peigne atterrit à l'autre bout de la pièce. La jaguarian qui le tenait jusqu'à présent sortit sous un geste de son monarque et sous le regard noir de son prince. D'accord il laissait Kel-Cha régler le problème parce que lui rendait les armes...
Le roi essuya ensuite une petite larme de rire au coin d'un de ses yeux et répliqua, doucement et posée ment: «Enfin Gryf, tes cheveux...c'est un paquet de nœuds! Il n'ont pas du voir un peigne depuis...depuis...hem..longtemps!» Au fond de lui, Kel se doutait que le dresseur de monslaves qui avait retenu son frère en captivité durant des années n'avait certes pas pris la peine de laisser Gryf prendre soin de lui comme les autres jaguarians et lui-même le faisaient.
- «Et alors? Je donne juste un petit coup sur le dessus quand il le faut, le reste qui me tombe dans le dos pas besoin, ça me donne un genre.» Fit fièrement le plus vieux (de quelques minutes) en croisant les bras et prenant un air buté. Il n'était pas prêt de changer d'avis apparemment.
- «Ca fait surtout enfant sauvage...» Marmonna Kel, passant sa main sur son visage d'un air blasé. C'était sûr que, vêtu juste d'un pantalon, le torse barré d'une cicatrice et les cheveux en désordre, son frère ne faisait pas vraiment...princier. Il préféra cependant ne rien dire, il aurait pu le vexer.
L'autre leva un sourcil suspicieux: «Quoi?
- Rien..» Il prit une profonde inspiration et dit «Tu l'as dit toi-même, c'est un peu comme si tu étais mort en même temps que Danaël il y a plus d'un an non?» Il alla ramasser le peigne, posa son sceptre et se mit, doucement, à coiffer son jumeau qui après quelques instants de crispation se calma petit à petit. Le jeune roi se débrouillait bien et arrivait à défaire, avec beaucoup de patience, les nœuds sans faire mal à son frère. Ce qui semblait être un miracle quelque part....et ça lui rappelait un peu leur enfance...
Gryf baissa les yeux vers le sol, hésitant et murmura «Oui...il faut que je change, que je devienne quelqu'un de plus fort, de différent...je ne peux rester celui que j'étais!» il crispa les poings, tremblant. Il enrageait en repensant à ce combat, à la mort de son ami. A cela s'ajoutait la colère pour ne pas avoir penser à la clé alors que lui aussi, comme Danaël et Jadina, avait entendu le récit de Shimy. Il passa ses mains sur son visage et déglutit. «...il faut que je sois plus fort...plus puissant, plus rapide ou je ne pourrais jamais vaincre cet Anathos....»
Kel termina de défaire un nœud particulièrement tenace et s'attaqua au suivant, réfléchissant en même temps à quelque chose qu'il savait mais que Gryf, de part sa perte de mémoire ignorait totalement désormais. Après avoir pesé le pour et le contre, il prit une profonde inspiration et demanda. «Tu te souviens de tes crises de Chakounia?
L'autre roux haussa les épaules, avant de répondre d'un ton un peu hésitant«Pas vraiment! Juste que ma vitesse et ma force semblaient décuplées...et que ça me filait une migraine de Girawa!» Il grimaça en sentant qu'on tirait légèrement sur ses cheveux et croisa les bras, continuant «Pourquoi?
- Qu'est-ce que tu penserais de...» Kel se mordilla la lèvre et se lança finalement à l'eau «...pouvoir non seulement décuplée cela par dix mais en plus en gardant un parfait contrôle de toi-même?
- QUOI?» Gryf s'était retourné, manquant de tomber par terre sous ce geste brusque qui lui causa également un léger mal de crâne parce que son frère n'avait pas eu le temps de lui lâcher les cheveux avant. «C'est...C'est possible? Sérieusement?» Balbutia-t-il les yeux écarquillés.
- «Oui...Il existe un Katseye spécial qui, s'il est maintenu, dans un diadème, à la verticale, te protège des crises de Chakounia mais qui, si tu le tourne à l'horizontal, te permet d'en déclencher une super crise....» Il fut coupé dans ses explications par la surexcitation de son frère.
- «...Mais c'est génial! Tu pourrais me le trouver! Hein? Dis?» Gryf s'était levé et avait posé ses mains sur les épaules de son jumeau, un immense sourire aux lèvres, la perspective de ce peut-être moyen de vaincre Anathos le ravissant.
- « Attends, ce n'est pas sans risque pour ta santé, tu dois te limiter à une par jour. Il dois y avoir 24 heures de ''repos'' après chaque utilisation. De plus cette ''transformation'' est limité dans le temps...Alors promets-moi que tu ne forceras pas...que tu respecteras ces consignes!» Il avait changé sa voix et la dernière phrase était plus un ordre qu'autre chose. On voyait là le côté ''monarque'' du roux.
Gryf cligna des yeux devant l'air terriblement sérieux de Kel-Cha. Ces consignes ne devaient vraisemblablement pas être prise à la légère. Il hocha la tête «Bien Sûr...mais tu te rends compte, une puissance multiplié par 10! Une puissance de 10 jaguarians en pleine crise de Chakounia mais avec un contrôle total...» Il n'arrivait pas à y croire. Il pourrait vaincre les Infernaux, Anathos avec une telle force!
- «Bien sûr, c'est pour ça que je te l'ai proposé frangin! Encore une chose! Cette multiplication temporaire de ta force entraîna une légère métamorphose....tout aussi limité dans le temps bien entendu. Je te laisse tout de même une semaine pour y réfléchir! Je te demande de respecter ce délai avant de me donner ta réponse!»
Gryf soupira et hocha la tête. Il sentait que cette décision ne devait effectivement pas être prise à la légère. «D'accord...D'accord...une semaine!»
Mais au fond de lui...Il avait déjà choisi..

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Lun 26 Juil - 23:31

«Disputes familiales»

Une chambre plongée dans l'obscurité car les rideaux étaient fermés, un enfant qui boudait dans son coin. Telle était la scène que l'on pouvait plus ou moins distinguer dans l'obscurité quand on entrait dans cette pièce. Il était assez tard, le soleil n'allait pas tarder à se coucher et le froid allait rapidement s'installer, comme il était normal que cela se fasse en cette fin d'automne. Une silhouette indéniablement adulte entra dans la pièce et écarta les tissu empêchant la lumière de passer.
- «Razzia...tu as vu ta sœur?» Demanda une femme aux cheveux châtains et aux yeux verts, vêtue d'une robe dans les tons verts. Le petit garçon, toujours assis sur le lit, se mordit la lèvre, ramenant ses jambes contre lui et les entourant de ses bras, l'air boudeur. Un hématome virant peu à peu au bleu foncé marquait son menton, une autre marbrait son bras gauche et des marques de poussières maculait sa peau ici et là . Il s'était disputé avec sa sœur...encore une fois. Elle l'avait sauvé une nouvelle fois des golden Skull et lui avait ensuite, comme toujours, hurlé dessus en disant qu'il était nul, faible, lâche et qu'elle en avait marre de lui sauver la mise tout le temps. Et il ne savait pas comment mais cela avait dégénéré et dispute et ils s'étaient battus...il ne savait même plus comment il avait fait pour parvenir à ça d'ailleurs. Il avait juste été en colère et avait tenté de la repousser quand elle lui avait flanqué une trempe. Il avait perdu d'ailleurs...il n'osait pas lever la main sur elle, étant trop doux et trop gentil pour se défendre. Il ne le faisait pas avec les Golden Skull, il n'allait certainement pas débuter avec Sheyla. Il n'était pas du tout bagarreur et n'avait aucune envie de commencer aujourd'hui. Pourquoi d'ailleurs se battre quand on pouvait lire un bon livre?
Le garçon de presque 12 ans cracha, énervé: «Ze...ne zait pas et ze m'en fiche!» Il passa ensuite une main dans ses cheveux en bataille. Sa mère fut étonné, ses enfants, surtout son fils aîné qui était doux et calme et plutôt docile, ne se battaient jamais vraiment. Elle se demanda brièvement ce qui avait causée cela mais préféra le convaincre d'aller chercher sa sœur.
- «Halàlà...Il va bientôt faire nuit...j'aimerais que Sheyla soit rentrée avant! Dans une ville comme la notre, qui sait qui peut trainer dans les ruelles le soir...» Elle se retourna vers le lit mais savait déjà que c'était inutile, elle l'avait déjà entendu partir.
Totalement prévisible...

******

Un homme en armure d'argent arriva dans le jardin attenant à sa maison, heureux d'être rentré après une longue réunion entre gradés. Il sentait poindre la migraine et était vraiment fatigué. Tout ces pourparlers pour finir presque en queue de poisson. Il avait presque l'impression qu'avoir passé la journée à débattre n'avait eu aucune utilité. Il leva doucement les mains et retira son casque, laissant ses longs cheveux blonds flotter aux vents. Dire qu'il allait falloir qu'il y retourne...ça promettait tiens, les réunions continueraient tant que les décisions ne seraient pas définitivement et irrévocablement prises. Il venait juste vérifier, durant le court moment de pause que les soldats avaient eu, que ses fils allaient bien. Dire qu'il allait devoir repartir dans moins d'une heure. Ces réunions étaient vraiment pénibles. Il adorait son métier de soldat mais parfois il y avait des contraintes agaçantes, comme là. Surtout quand certaines personnes n'arrivaient pas à se mettre d'accord. D'accord c'était en prévision d'une mission délicate mais bon...quand même...
Prenant une grande inspiration il leva les yeux vers le ciel, apercevant alors des nuages d'aspect menaçant planant au dessus de lui tandis que des lueurs synonymes de crépuscules illuminaient le ciel. Un orage allait sous-peu éclater...parfait..vraiment parfait, ce n'était pas le jour le meilleur qui soit...Il espérait que les accords seraient rapidement décidés et signés cette fois...
Il aperçut alors une petite silhouette au cheveux rouges recroquevillée contre un arbre, et il s'approcha alors de son fils aîné, son regard s'adoucissant légèrement. Il remarqua que le petit garçon avait les lèvres pincées, les jambes ramenées contre lui et il les entouraient de ses bras, l'air boudeur. Il avait une ou deux marques sur le bras et le visage, preuve qu'il s'était visiblement battu avec quelqu'un. Son père toussota et l'enfant leva les yeux vers lui. «Qu'est-ce que tu fais là tout seul? Où est ton petit frère? Vous êtes toujours ensemble normalement à une heure pareille.»
Le regard bleuté de son fils s'assombrit et il marmonna entre ses dents, détournant le regard: «Je ne sais pas où il est et je m'en fiche!». Il semblait en colère...d'accord, son adversaire était facile à deviner en fait. Mais qu'est qui avait bien pu se passer pour qu'il se battent comme ça?
Nathanaël cligna des yeux et regarda attentivement son premier enfant avant de demander «Il s'est passé quelque chose?» Apparemment ses fils s'étaient battus pour il ne savait quelle raison. Si il était surement évidant que l'aîné avait gagné le combat, le cadet semblait avoir pris la fuite pour bouder de son côté. «Pourquoi vous-êtes vous battus? Vous vous entendez bien d'habitude pourtant!» Son fils de neuf ans et son frère de 6 ans s'entendaient généralement bien en effet, même s'il se disputaient de temps à autre. Dans ces moments-là, il fallait savoir quoi dire pour les réconcilier s'ils n'y parvenaient pas seuls de leur côté. Leur père avait fini par bien savoir comment s'y prendre. Pas de mérite...c'était ses fils après tout.
Le petit roux siffla, d'un air énervé: «Rien! Je m'en fiche de lui, qu'il se débrouille!» Il frappa le sol du poing, visiblement toujours en colère après le petit blond. Une grosse dispute pour changer...
Son père soupira, il n'avait pas le temps de chercher Danaël et le temps n'allait pas tarder à passer à l'orage en plus de la nuit qui tombait. Il savait à quel point son second enfant en avait peur (normal vu son âge). «Halàlà je me demande bien où il peut être! Il serait préférable qu'il rentre bientôt! Vu le ciel, un orage risque d'éclater bientôt... Cela m'inquiéterait vraiment qu'il ne soit pas revenu quand moi je reviendrait tout à l'heure!» Disant ces mots il s'était lentement retourné pour partir. Quelque secondes après avoir achevé sa phrase, il n'eut pas besoin de jeter un coup d'œil en arrière pour savoir qu'Ikaël était parti.

******

Dans le monde elfique, sur une île paisible, c'était le main dans une maison d'apparence aisée, une dispute avait lieu, une elfe aux cheveux blonds-roux hurlait sur un homme aux mèches bleus.
La seule femme lança alors, d'une voix presque effrayante mais qui n'avait aucune effet chez son mari qui y était habitué: «C'EST DE TA FAUTE TOUT CA!
- COMMENT CA, MA FAUTE? QUI LUI BRISE SES RÊVES D'ENFANT EN DECIDANT DE SON AVENIR SANS LUI DEMANDER SON AVIS! SHIMY A FUGUE PENDANT LA NUIT A CAUSE DE CA ET DE NOTRE DISPUTE!» S'écria un elfe aux courtes mèches bleus foncées et aux yeux dorés. Il jeta un coup d'œil un peu inquiet à la petit forme recroquevillée sous la table, effrayée. Le lion elfique de sa fille ne semblait pas aimé les entendre hurler de la sorte.
La capitaine d'escouade répliqua, ponctuant sa phrase d'un large geste de la main: C'EST POUR SON BIEN QUE JE FAIS CA!» Elle semblait certaine de ce qu'elle avançait et ne pensait apparemment pas briser le cœur d'une petite elfe qui voulait juste, comme elle l'avait déclaré joyeusement aux diner, être vétérinaire. Elle lui avait alors froidement dit que dès qu'elle aurait sept ans, elle commencerait une formation d'elfe élémentaire pour devenir celle de cette génération.
- «HA OUI? POURQUOI TU CHOISIS A SA PLACE ALORS?» ironisa le père de la concernée. Il n'avait pas aimé non plus que sa femme prenne cette décision sans lui demander d'abord son avis. Déjà qu'elle était souvent absente à cause du devoir. En plus, elle venait dire que dès l'année prochaine, elle emmènerait Shimy avec elle dans la capitale, sans lui qui plus est. La petite fille, quelque peu traumatisée par cette double nouvelle, avait fondue en larmes et s'était enfui. Elle ne risquait certes rien sur cette île paisible mais quand même...c'était le matin et il n'avait pas trouvé sa petite chérie en allant la réveiller tout à l'heure. Elle avait du fuir soit pendant la nuit, soit tôt le matin, tout ça à cause d'une stupide dispute entre ses parents et à cause (aussi, un peu) de sa mère. Son père savait néanmoins où et comment la retrouver.
Shamira acheva la dispute par un :«ELLE ME REMERCIERA UN JOUR!» Puis elle passa près de lui, l'ignorant royalement et ajouta «Maintenant il faut la retrouver..et rapidement, il n'y a aucun danger réel sur cette île, mais quand même...
- ..Si tu n'avais pas commencé à crier hier soir..» marmonna son mari en se massant les tempes, les oreilles encore bourdonnantes. Il jeta un coup d'œil par la fenêtre, regardant les lueurs du soleil qui se levait. S'il n'avait pas été aussi inquiet et stressé, il aurait pensé que c'était une belle journée.
- «Pardon?» fut la réponse menaçante soulignée par un regard presque mauvais.
Sous le regard noir, il rentra la tête dans les épaules. «Rien rien...Je vais chercher de mon côté et toi du tiens, ça ira plus vite!» Elle hocha la tête et parti, sans un regard en arrière. Il attendit quelques instants puis s'agenouilla devant la table. «Lionfeu? Tu m'aides à retrouver Shimy?»
La petite boule de poil eut un petit miaulement, lécha la main de l'elfe et partit, la truffe au raz du sol. Celui aux mèches bleus lui emboita le pas, souriant devant son idée génial.

******

Anoth grogna, il s'était disputé avec Kel ce matin et ils avaient boudés, chacun dans leur coin, durant toute la journée. Très bien mais maintenant il commençait à s'inquiéter un peu. D'habitude son affectueux jumeaux revenait bien pus vite que ça et s'il ne le faisait pas...Mais zuteuh il l'avait toujours fait. Et bien pour une fois ce serait lui que le chercherait! Pourquoi on ne pourrait pas inverser les rôles pour changer?! Fier de son idée et de sa décision, son enfantine rancœur oubliée, il se dirigea d'un bon pas vers la sortit de sa chambre. Du haut de ses 6 ans, il n'avait pas l'habitude de faire quelque chose tout seul...loin de là, il n'était d'ailleurs pas à l'aise du tout lorsque c'était le cas. Il avait un jumeau...il faisait TOUT avec son jumeau. Il n'aimait pas être seul...sauf quand il boudait, là d'accord, il voulait bien être tout seul.
Il se frotta le menton, imitant par là le tic de son père quand celui-ci réfléchissait ou qu'il était plongé dans ses pensées en rapports avec le royaume. Alors s'il était Kel...où est-ce qu'il irait? Il méditait quelques instants sur cette question...
Les cuisines?! Ha non ça c'était lui! Il avait faim d'ailleurs...mais il ne mangerait que quand il aurait retrouvé Kel et pas avant...il était inquiet finalement mais n'était pas prêt de l'admettre.
La tour de la corne?! Ha non c'était interdit?! Impossible qu'il soit là bas! Il faudrait de plus être lui pour esquiver les gardes...en toute modestie bien entendue.
La salle de bain? Il grimaça et chassa l'idée. Kel n'était pas avide des bains au point de passer la journée dedans quand même. Même si c'était juste pour se cacher!
[i]La salle d'études?!....Noooonn sérieusement?!
Il n'était pas studieux à ce point là et n'allait pas bosser s'il boudait, il était comme lui sur ce point, il se cachait pour ruminer ses sombres pensées.
Il se fit à faire les cent pas, croisant les mains dans son dos, il ne remarqua même pas les gardes qui le regardaient avec surprise et amusement. Finalement il s'immobilisa, frappant du poing droit dans la paume gauche. Et il s'élança en sautillant presque là où il pensait trouver son jumeau. Il eut soudain une pensée très négative et changea son allure, partant alors au pas de course.

******

Sheyla grimaça, massant sa cheville bizarrement enflée. Elle avait trébuché alors qu'elle courrait et n'avait pas pu se relever. Elle s'était surement foulée cette fichue cheville. Du haut de ses 10 ans, elle ne se sentait pas fière. Courir comme ça, droit devant elle, sans regarder où elle allait. Les Golden Skull rigoleraient bien s'il la voyaient. Tout ça pour une dispute....une stupide et insignifiante dispute. Pour quelque chose qui se répétait presque chaque jour en plus.
Son frère n'aimait pas se battre, contrairement à elle. Ca elle l'avait toujours vu, toujours su...
Quel mal y avait-il à aimer l'histoire, l'archéologie, la lecture?
Aucun...c'était un garçon calme, discret, passionné par les écrits, les ruines. Il ne faisait rien de mal. Il était gentil, affectueux...mais, du point de vue de Sheyla beaucoup trop doux...
Elle n'aimait juste pas qu'il se fasse martyrisé ainsi, sans même tenter de se défendre. Elle aurait aimé juste qu'il le fasse de temps en temps...il était fort pourtant...n'est ce pas?

- «Zheyla?» fit une voix qu'elle connaissait et aurait reconnu entre mille, c'était celle de son aîné. Elle leva les yeux vers lui, il la regardait, le visage neutre mais était clairement essoufflé. «Ha! Ze t'ai enfin trouvé!» Il eut alors un faible sourire et s'accroupit face à elle. «Za va?
- Je me suis tordue la cheville, je peux plus marcher...» Elle détourna la tête et marmonna, vexé «Tu peux rire si tu veux!» Un coup d'œil vers razzia l'aurait informé qu'il n'avait même pas envie de se moquer d'elle. Il ne trouvait rien de risible dans la douleur d'autrui.
- «Pourquoi ze rirais? Za te fait mal non?» Il se retourna pour lui présenter son dos, et posa un genou à terre «Grimpes!» Il lui ordonnait ainsi de grimper sur son dos et se bien se tenir. Il allait la ramener ainsi à la maison sans qu'elle ne pose ne serait-ce qu'un pied par terre, pour éviter qu'elle aggrave d'état de sa frêle cheville blessée. Elle passa ses bras autour de son cou tandis que lui passait les siens derrière son dos pour la soutenir. Puis il se releva, la soulevant ainsi sans problème, à sa grande surprise. Elle n'avait jamais remarqué une telle puissance physique...d'accord elle n'était pas lourde mais il n'avait même pas légèrement vacillé sous le fardeau qu'il portait et il n'avait que deux ans de plus qu'elle en plus. Question taille il n'y avait pas grande différence...
- «Whaaa ce que tu es fort grand frère!» Fit-elle, impressionné par la facilité avec laquelle il la portait et la rapidité avec laquelle il marchait avec un ''tel fardeau''. Même si elle n'était PAS lourde!
Le châtain rougit et murmura, embarrassé par le compliment «Ze..zait!» Mais n'ajouta rien d'autre.
Elle s'abstint de lui demander pourquoi il ne se défendait pas dans ce cas. Elle ne voulait pas, en ce moment, relançant un dialogue de sourds, une dispute sans intérêts. Elle leva à la place les yeux vers le ciel, le trouvant magnifique ainsi enflammé par les lueurs du crépuscule.
- «J'aime les couchers de soleil...
- Moi...auzzi!» Dit le plus âgé, levant ses yeux noisette vers les cieux au dessus d'eux. Tout était calme en ce début de soirée.
Il espérait que cette paix durerait...

******

Il ne le vit pas arriver et ne l'attendit pas arriver, trop occupé à bouder très maturement pour un enfant de son âge. Son frère qui s'immobilisa à côté de lui, mains dans les poches. Le petit blond était dans un état encore plus lamentable que son frère vu qu'il était moins fort et avait perdu la ''bagarre'' qui les avait opposé. Une fine goutte lui tomba sur le visage...il allait pleuvoir il faudrait peut-être rentré. Une main posée sur son épaule le fit sursauter et il se retourna, se retrouvant ainsi face à son frère qui le fixait avec calme. «Tu veux quoi?» Lança-t-il avec un air boudeur.
- «Te ramener à la maison!» répondit son frère comme si cela était une évidence.
«Je rentres pas avec toi!» Râla le gamin rancunier. Même s'il était certain qu'il aurait tout oublié le lendemain. Il allait repousser la main de son grand frère quand soudain...un craquement retentit.
CRAC...
Le coup de tonnerre les fit tout deux sursauter, le plus vieux de surprise et le plus jeune de frayeur. Il s'agrippa alors à la tunique bleue de son grand frère, oubliant alors la dispute enfantine qui jusqu'ici les opposait et les mots qu'il venait de dire lui-même. Il réprima un tremblement tandis qu'il levait les yeux sur le ciel orageux, vers les nuages noirs et menaçants.
«Voilà ce qui arrive quand on traîné dehors sous de tels nuages...» dit tranquillement le plus vieux sans paraître décontenancé le moins du monde. Le petit lui enviait un tel courage!
«Je...Je les avait pas vu!» balbutia le plus jeune, tremblant, attrapant la main gauche de son frère, sa chaleur le rassurant un peu. Il était là et ils allaient rentrer à la maison.
- «Tiens? Je pensais que tu ne voulais pas rentrer avec moi?» Plaisanta gentiment le plus vieux, ébouriffant les mèches blondes dans un geste qui se voulait rassurant.
- «Me laisses pas tout seul! J'ai peur!» gémit l'enfant, les larmes aux yeux, refusant de lâcher sa main. Pendant qu'ils parlaient ainsi une pluie de plus en plus battante leur tomba dessus.
Un soupir puis le roux sourit «Allez rentrons avant que l'orage ne devienne vraiment violent!»
Ce furent trempés qu'ils arrivèrent chez eux.
La gouvernante les enguirlanda tout deux et ils finirent la soirée emmitouflés devant la cheminée à parler, à lire et à s'amuser un peu aux échecs.
Le petit blond comprit vite qu'à ce jeu, il n'avait aucune chance!

******

- «..Heu...Kel?» tenta Anoth en voyant son frère de dos, dans la neige, en train de bourder. «Faut rentrer là, t'es carrément en dehors de la cité et si les gardes te voient! Papa va hurler!» Sortir de la cité était déjà interdit mais alors-là un enfant et qui plus est un prince, le roi leur père n'en serait pas heureux du tout...L'aîné des jumeaux attendit une réaction...qui ne vint pas. Cela le vexa un peu.
- «…» Son cadet de quelques minutes ne bougeait pas et se contenta, pour toute réponse, de croiser les bras pour montrer qu'il lui faisait toujours la tête. Et accessoirement qu'il avait froid mais ça il ne voulait pas le dire. Question de fierté enfantine sans doute...
- «Tu boudes?» tenta son frère avec hésitation, ne sachant pas vraiment quoi dire pour le calmer, sentant une colère sourde par leur lien déjà très fort à l'époque, comme chez tous les jumeau se respectant. Il s'approcha et s'assit à côté de Kel, tentant de croiser de regard. Sans succès.
- «...» Son jumeau avait ramené ses jambes contre lui et avait caché son visage sur le dessus.
- «D'accord...tu boudes!» Grogna le plus vieux attrapant son jumeau par la taille et le tirant en arrière, le faisant pousser un glapissement de surprise. Il le tira alors vers la cité, le trainant plus sur la neige qu'autre chose mais l'autre se débattait, lui hurlant des choses sans queue ni tête.
Il finit pas dire quelque chose de compréhensible: «Lâches-moi»
- «Nan on rentres! Papa va être fâché sinon!»
- «C'est moi qui serait puni pas toi!»
- «Il va dire que c'était mon idée!»
- «Mais non!»
- «Mais si!»
La dispute à peine reprise fut interrompue par un éternuement brusque de la part de part du ''plus jeune''. Cela suffit à arrêter net Anoth qui ouvrit de grands yeux.
- «TU ES MALADEEEEEE!
- Ne cris pas voyons...» souffla Kel, qui avait soudainement le nez qui coulait et la migraine. Les cris de son frère en plein crise d'angoisse finirent pas alerter les gardes.
Ils finirent tous deux au lit avec une bonne grippe...

******

Shimy ramena ses jambes contre elle, se frottant le visage de sa main. Elle avait pas mal pleurée et se sentait fatiguée, et puis elle avait froid et faim. Mais c'était la faute de sa mère aussi, pourquoi décidait-elle de TOUT comme ça? Si encore elle avait décidé de lui apprendre l'escrime ou le tir à l'arc, elle aurait été ravie mais là, l'emmener sur l'île de la capitale sans son père, c'était vraiment égoïste de sa part. D'accord ce n'était que dans un an mais quand même. Et puis...pourquoi ils avaient criés comme ça? Elle n'aimait pas ça, ça lui faisait peur, elle avait pleuré pendant la nuit mais ils ne l'avaient pas entendu. Pourquoi? Elle voulait rester avec son père elle! Sa mère ne revenait déjà pas souvent, pourquoi fallait-il qu'elle gâche ses trop rares visites?
Elle n'avait pas envie d'être une elfe élémentaire, ça ne lui plaisait pas. Elle avait envie de faire ce qu'elle avait décidé elle. Elle voulait s'occuper d'animaux, comme son lion elfique que son père lui avait offert pour ses 6 ans. Elle en était là de ses réflexions quand un miaulement se fit entendre et elle sentit une langue râpeuse sur sa main. Puis une chaleur sembla bondir sur ses genoux.
- «Lionfeu?» Murmura t'elle, surprise en prenant la petite créature dans ses bras, la serrant contre son cœur. L'animal miaula joyeusement et lui lécha affectueusement le visage, la faisant rire pendant quelques secondes. Elle adorait son lion elfique, il était toujours là pour elle.
Un elfe aux cheveux bleus arriva alors, essoufflé et son visage sembla reprendre des couleurs et se détendre lorsqu'il vit sa petite fille: «Shimy?
- Papa...?» Lança-t-elle dans un mélange de crainte (il avait crié très fort lui aussi) et de soulagement (il était venue la chercher!) et elle demanda, ne sachant pas si elle éprouvait de la déception ou de la crainte en disant cela: «Maman n'est pas avec toi?» Son père lui fit signe que non. Elle se détendit, bien que très légèrement déçue de ne pas la voir. La cherchait-elle ailleurs?
L'autre s'approchant pour la prendre dans ses bras, l'enveloppant dans sa veste pour la réchauffer car elle était un peu mouillée. Lionfeu sauta au sol et courut autour du père de sa maitresse, impatient de rentrer à la maison.
La petite gémit, se blottissant contre lui: «Je veux pas faire ça papa...je veux pas...maman peut pas me forcer hein? Elle peut pas?!
-Malheureusement, faire changer d'avis à ta mère, ou la convaincre c'est quelque chose s'apparente à la mission impossible.» L'entendre parler ainsi de Shamira fit rire la plus jeune, tandis que l'homme se relevait, prenant le chemin pour rentrer.
- «Mais....» murmura soudain la petite, reprenant le sujet «Pourquoi...elle...
- Elle aurait du te demander ton avis, c'est vrai.
-Pourquoi moi?
-Je ne sais pas....» Shimy poussa un profond soupir et baissa la tête, regardant Lionfeu qui courrait devant, revenant vers eux joyeusement, ne comprenant pas le drame qu'elle vivait pour le moment.
- «Tu viendras me voir?
- Shimy...Tu n'es pas encore partie enfin! Il reste douze mois, cinquante deux semaines, un an donc...» Pour une enfant si jeune, c'était long mais pour lui, cela passerait surement trop vite.
- «Je veux pas partir!»
Au fond d'elle même, la petite elfe savait que sa mère n'obtiendrait pas un pardon facile pour lui avoir fait ce double coup: avoir décidé de son avenir et ne pas la laisser avec son père. D'accord elle ne partirait que l'année prochaine mais quand même! Elle ne voulait plus la voir!

Fin



Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Mar 27 Juil - 12:35

Petit Cadeau pour Ketch'Up, en réponse à son petit défi...

«Dans le Noir»


Jadina prit une inspiration et rouvrit les yeux, ignorant la douleur qui se faisait de plus en plus lancinante dans son dos. Elle ne voyait que les yeux brillants des monstres-araignées qui les entouraient, la lueur verte de son bâton-aigle, la chaleur des bras amicaux et protecteur de Gryf qui la soutenait, prêt à la défendre dès la prochaine attaque. De nombreuses questions l'envahissaient, certaines douloureuses et terrifiantes. Danaël y arriverait-il? Y avait-il une ultime épreuve? Et surtout...si le temps était écoulé ou s'il réussissait, les épreuves prendraient-elles fin? Les monstres partiraient-ils? Sans doute n'auraient-il même pas le temps de savoir tout ça...
- «J'ai peur Gryf...» chuchota-elle, tremblante/ Elle avait du mal à reprendre son souffle, elle avait froid. Il y eut un silence, seulement brisé par les cliquetis des créatures s'approchant de plus en plus, tellement grandes, nombreuses et à peine blessées par les coups de griffes du jaguarian.
- «Moi aussi...» Avoua son ami, dont le regard se teintait de crainte et de désespoir face à son impuissance dans la situation actuelle. Au fond de lui, le roux espéra que la mort serait rapide....car il ne se faisait à cet instant que peu d'illusions. Le Gardien ne donnerait que la pierre à Danaël...et rien d'autre...peut-être accepterait-il de libérer les faucons d'argent mais il ne ressusciterait sans doute pas les amis de celui qui avait vaincus les épreuves....Il repoussa la vague de découragement qui l'envahit...Il avait peur de mourir...il ne voulait pas mourir...Il ne voulait pas que Jadina meure...mais ils ne s'en sortiraient pas. C'était une évidence bien ancrée en lui...mais il ne périrait pas sans combattre, ses instincts ne le lui permettrait pas de se laisser tuer sans se battre jusqu'au bout. Il ne se laisserait pas faire...jamais! Ce n'était pas dans sa nature de faire cela...
Une lame verte et blanche s'abattit sur eux, Gryf bondit tel un ressort et frappa de toutes la forces de ses griffes la patte de la bête pour tenter de la parer. Il y réussit mais la force du coup le projeta au sol ou il resta quelques instants, sonné. Une lame frappa Jadina qui n'évita que trop tard, et elle poussa un cri sous cette blessure qu'elle venait de recevoir. Ces monstres jouaient avec eux ou quoi? Pourquoi n'en finissaient-il pas plus vite?
Une vague de douleur, de froideur l'envahit et elle roula sur les genoux, ses doigts crispés à lui faire mal sur son bâton-aigle. Elle avait mal...tellement mal. Un nouveau coup la fit pousser un cri de douleur qui fit revenir Gryf à lui. Une vague de révolte envahit le jaguarian. Jamais...il ne laisserait pas Jadina mourir...il mourrait pour ça mais il la sauverait. Se relevant malgré les blessures qu'il avait reçu pendant qu'il était au sol, il saisit son amie par le bras, comme il avait saisit Danaël par la cape plus tôt et tourna plusieurs fois sur lui même...de plus en plus vite...avant de la propulser «Va y Jadina!» Cria-t-il en direction de la brune. «Va aider Danaël...rejoins-le...» Les créatures de l'ombre se jetèrent alors sur lui, ne lui laissant le temps de penser seulement trois mot...Adieu mes amis...
La princesse fut ainsi vers le haut des escaliers, elle atterrit sur les marches, un peu plus bas que le blond avant elle. Heureusement d'ailleurs car elle n'aurait pu se hisser à la seule force de ses bras, pas avec la blessure grave...trop grave...qu'elle avait dans le dos. La douleur était assez déchirante comme ça, elle savait qu'elle avait perdu trop de sang, qu'elle n'avait que peu de chance de survie si elle n'était pas rapidement soignée. Elle avait trop de blessure et se sentait faible, étourdie et fatiguée...si fatiguée...seule sa détermination et son inquiétude pour Danaël lui permirent de se relever, et d'avancer pas à pas vers la porte, s'aidant de son bâton-aigle comme appui pour avancer.
Elle vacilla vers la sortie, la franchisant après un ultime regard en arrière, dont elle aurait pu s'abstenir car elle ne vit pas Gryf...seulement les monstres qui étaient comme lancé dans une mêlée furieuse. Il n'y avait que peu de chance que son ami ait pu survivre...à une telle attaque.
Il avait déjà eu tant de mal contre une seule de ces créatures alors que pourrait-il faire contre des dizaines?
Les larmes envahirent ses yeux et roulèrent sur ses joues mais elle avança...lentement vers la pièce où était le Gardien...ignorant le troll qui pleurnichait dans son coin sur son armure perdue en plus de son nouveau fouet et entra, concentrant sa magie sur le jade de son sceptre au cas où...
Comme elle eut raison...
...Elle concentra ses ultimes forces pour frapper celui qui allait tuer le chevalier qu'elle aimait...
Cet effort fut de trop, ses jambes la lâchèrent, ses forces abandonnèrent...elle ne sentait plus la douleur, plus la faiblesse...juste la fatigue, une grande lassitude.

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Mer 28 Juil - 12:10

Petit Os prenant place dans "l'univers" d'After Year, une anecdote du passé d'Emeralda et Aaron.

«L'histoire se répète....ou pas?»


Aaron avait l'air boudeur «Kasak s'en va...parfait! Qu'il me laisse seul!» Le fils d'un des gardes, chargés de sa protection, avait parfois pris soin de lui et le jeune prince s'était attaché à lui. Mais aujourd'hui, le jeune adolescent partait on ne savait où. Et cela vexait et faisait de la peine à l'argenté. Avec qui s'amuserait-il quand Emeralda et Circé ne seraient plus là? D'accord Kasak avait 7 ans de plus que lui...mais il était comme un frère pour lui. Avec qui parlerait-il? A qui confirait-il ses malheurs? Avec qui s'entrainerait-il en secret? Il se mit très maturement à bouder. Ca ne dura pas lorsque Emeralda, avec un grand sourire, lui dit que elle, elle était toujours là.
Son père expliqua avec patience: «Il pars apprendre le maniement des armes dans l'académie de Kelbokuto!» Le garçon ne voulait pas devenir simple garde, mais plus que ça et pour parvenir à ce but, il lui fallait des maîtres d'armes. Et quel meilleur moyen que cette école? Le meilleur choix quand les parents ne pouvaient se permettre de s'offrir les bons soins d'un maître à domicile comme dans les grandes familles de chevaliers. Un garde n'avait qu'une modeste fortune...et encore ''fortune'' était un bien grand mot, même si Halan payait assez bien ses soldats. Cette école était très réputée qui plus est.

Emeralda tourna la tête vers le monarque chez qui elle passait l'été. «Mais....Roi Halan...Aaron ne va pas partir lui aussi hein?» Son ton inquiet de perdre son meilleur ami aurait attendri n'importe qui. C'était l'un des seuls garçon qu'elle avait fréquenté, outre son frère et son cousin qu'elle n'avait plus vu depuis presque deux ans. Aaron était un compagnon de jeu fantastique, toujours plein d'idée aussi espiègle qu'amusante. Très rebelle dans son genre, il adorait faire discrètement le mur pour aller se promener et lui faire visiter les grands marchés de son pays. Puis il prenait une mine adorablement contrite devant les gardes quand ceux-ci les rattrapaient.
L'homme sourit et dit, avec un amusement plus que visible «Bien sûr que non...sa tâche est de devenir Roi de Sabledoray...» Son sourire espiègle s'élargit, il se baissa et chuchota à l'oreille de la petite blonde surprise, sous l'œil curieux de son fils qui n'entendit pas la suite «...Et aussi de prendre soin de toi!» Il adorait taquiner les deux enfants sur ce sujet-là, surtout qu'ils ne comprenaient pas bien toute l'histoire. C'était amusant...et ça lui rappelait Jadina et lui-même au même âge. Eux non plus, à l'époque, n'avaient pas réellement comprit tout ce que leur temps passé ensemble signifiait, ce que le mot ''fiancailles'' voulaient dire...

Emeralda pencha la tête de côté et murmura, timidement «Vraiment?» Elle ne semblait pas comprendre ce qu'il voulait dire. Elle n'avait que 7 ans après tout, elle n'était pas forcement apte à comprendre les engranges de la politiques et des alliances entre pays.
Un petit rire secoua le roi aux mèches vertes qui se redressa et expliqua, avec une patience et une grande douceur comme à chaque fois qu'il prenait soin de ses enfants ou des deux petites nouvelles princesses «...Chaque humain a une place prédestinée dans le monde, tout le monde a un rôle à jouer...on appelle ça la destinée...Le futur n'est pas forcement écrit à l'avance mais il peut être légèrement distinct.» Il laissa planer un court silence et reprit, à nouveau taquin, yeux plissés «...Et vous deux...
- Nous deux quoi papa?» Fit Aaron de sa petite voix innocente, ses pupilles pétillantes de curiosité enfantine.
L'interrogé eut un petit sourire en coin et ébouriffa alors les cheveux de son fils presque vigoureusement, lui faisant pousser un petit cri de surprise car il ne s'y attendait absolument pas. Il répondit d'un ton sibyllin.. «Un jour...vous comprendrez tout les deux, allez jouer maintenant! Et amusez-vous bien....»
Les deux petits se regardèrent et murmurèrent «D'accord...» Il partirent, en riant et en courant, rejoindre Circé, laissant Halan sur place. Le roi leva les yeux au ciel et chuchota «Mais parfois...les places prédestinées ne le sont pas....n'est-ce pas Jadina?» Sa voix, à peine perceptible, sembla se perdre dans le silence qui s'était installé autour de lui. Sa seule réponse fut une légère brise qui fit bouger ses cheveux dans le sens du vent. Était-ce un «Oui?». Qui pouvait le dire?
Personne..

Fin

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Sam 31 Juil - 21:52

Je l'avais posté sur l'ancien forum, je le remets ici ^^
Bonne Lecture ^^

One-Shot 14 : Avoue! Tu l'aimes? (Entre le tome 2 et le tome 3)

Cela se passa peut de temps après l'épisode du gardien, les cinq héros avaient décidés de se poser à Oroban pour quelques jours avant de partir à nouveau on ne savait où, la raison la plus importante étant que Razzia était malade et devait gardé le lit quelques jours. Le châtain avait insisté sur le fait qu'ils pouvaient se détendre un peu et le laisser seul, qu'ils aillent s'amuser, que Danaël en profite pour revoir ses anciens amis. Jadina avait donc pris d'autorité Shimy par le poignet, malgré ses hautes protestations, pour la tirer vers les boutiques indiquées par un blondinet serviable qui ne savait pas dire non au sourire de la brune, sourde aux protestations de la jeune elfe. Gryf était partit faire du tourisme de son côté, laissant au leader la possibilité d'aller voir à certaines personnes, pouvoir leur parler à nouveau, les revoir, bref tenter d'améliorer quelque peu leurs relations.

Nul étonnement donc, que Danaël ait profité de ces quelques jours de «vacances» pour rendre visite à son ancien groupe, ceux-ci étant ravi de revoir le jeune héros, "étrangement" bien plus chaleureux à son égard depuis quelques temps. Bref il avait été trainé par Aaron et Shad à l'auberge pour manger quelque chose, son frère étant embarqué de même malgré une ou deux inutiles protestations comme quoi il avait de l'entraînement et du boulot (mauvaise excuse). Personne ne l'avait écouté, pour changer, la présence du blond donnant des envies de désobéissance à Shad. Danaël ricana en songeant que quand il était là, l'autorité de son frère (vis-à-vis de certains faucons) partait en fumée....mais celui-ci ne disait jamais rien vis-à-vis de ça. Était-il heureux de le voir lui-aussi? Possible? Et puis après ce qui s'était passé avec le gardien, leur relation s'était améliorer.


**********

Donc le premier événements suspect (à ses yeux) eu lieu ce jour là, durant ce repas. quand il disait suspect, ce fut le premier élément d'une succession de choses qui lui parurent incompréhensibles.
D'abord, au cours du repas, Ikaël fronça soudainement les sourcils et regarda Danaël comme s'il voulait voir à travers lui quelque chose que seul lui pouvait voir. Le blondinet, qui était (pourtant) définitivement un chef de groupe depuis près de cinq ans, depuis qu'il avait laissé tomber son frère et le groupe de celui-ci pour son propre idéal, se redressa aussitôt sur sa chaise, droit comme un I.
Un tel regard signifiait forcement qu’il avait fait une gaffe ou dit quelque chose de mal. Un réflexe, mué par l'habitude, le fit frissonner malgré lui, prêt à avouer sa gaffe, rentrant la tête dans les épaules, prêt à essuyer le savon. Les habitudes avaient vraiment la peau dure.
Son frère se trompait rarement , c’était un fait établi qu'il avait eu mainte fois l'occasion de vérifier quand il était lui-même un faucon d'argent...et même après (ou avant). Il avait donc dû faire quelque chose de travers pour s’attirer cette mine inquisitrice. Il attendit courageusement la sentence, revêtant le rôle de pauvre martyr qui ne lui allait pas du tout d'ailleurs...(les yeux de Girawa battu ne marchant pas...enfin plus sur le roux).
Mais rien ne vint. Cependant la suite fut étrange. Il se posa des questions pour le reste de la journée.
Ikaël fit un «Mmmm» des plus suspicieux et se concentra ensuite sur son assiette, tandis que Aaron et Shad échangeaient un étrange regard complice et sourirent bizarrement avant de faire de même.
Danaël déglutit, pensant avoir échapper au pire, même si une foule de questions se bousculaient sous son crâne, dont celle-ci: Mais qu'est que ce «Mmmm» voulait dire? Hein?
Il se sentait mal à l'aise tout d'un coup. Son frère avait quelque chose en tête ou alors il ne le connaissait plus.

*******

Danaël, des fois, aurait PRESQUE préféré être fils unique, ça aurait été moins compliqué que de s'inquiéter ou de se poser des questions. Mais il était une personne gentille, serviable et il tentait toujours d'aider les gens qu'il aimait. Ce n'était donc pas qu'il n'aimait pas le roux, bien au contraire, mais bon là il se sentait mal parce que des tas de questions se bousculaient violemment dans sa tête. Et il ne savait pas par où commencer. Parce qu'il était inquiet. Surtout que le frangin en question n'agissait définitivement PAS comme d'habitude
Devant lui, assis sur un banc dans le parc/jardin de leur «manoir» familial, le roux lisait un livre (jusqu'ici rien de bizarre) de couleur blanc avec un titre qui ne laissait aucune ambiguïté «L'amour et ses Symptômes»

Non Franchement, il avait tord de s'inquiéter là? Il exagérait peut-être? ALERTE!! Ce n'était pas normal que son frère lise un truc pareil!! Il était malade! Une fille l'avait ensorcelé ou un truc dans le genre!! Jadina aurait trouvé ça romantique mais lui sentait bien qu'il était de s'inquiéter et de vérifier si 1)Cette fille aimait vraiment son frère et si 2)c'était une fille bien, tant qu'à faire. Et pas une groupie qui ne s'intéressait à son aîné que pour sa fortune (hé oui leur famille était riche et Ikaël était l'héritier en tant que premier né) et sa position dans la société et l'armée. C'était son devoir de petit frère, nan mais ho!

Il s'approcha et toussota, après s'être assis à côté de lui, se frottant la nuque, une légère rougeur de gêne sur les joues, mal à l'aise à l'idée d'aborder un tel sujet avec lui: «Heu....Grand frère? On peut parler un peu? Enfin si tu n'es pas trop occupé...hein!» Bon sang, pourquoi il était si mal à l'aise à l'idée que son frère soit avec quelqu'un? Pourquoi sa voix tremblait-elle? Simplement parce que, populaire comme il était, il pouvait toujours y avoir une sangsue qui ne s'intéresserait qu'à sa fortune ou son poste de commandant et pas à ce qu'il était vraiment. Et ça, il n'y tenait pas.

C'est que c'était dur à recoller les morceaux d'un cœur brisé!
Et parce que tout les seconds enfants font ça quand leurs aîné(e)s se trouvent quelqu'un....
Aussi....
…NON Il ne piquait pas une crise de jalousie!! C'était bon pour les mômes de faire ça!


Après un léger temps de silence, il eut enfin une réaction venant du roux.« Oui?» Répondit celui-ci en levant les yeux de son bouquin, l'interrogeant du regard. Bien...il semblait de bonne humeur...
Un instant passa, durant lequel Danaël prit une grande inspiration et balbutia, se passant toujours la main sur la nuque, gêné au possible. «Tu sais....si tu veux parler de....hem j'suis là hein....
- Vu qu'en la matière, tu n'es pas doué, tu ne peux donc guère m'aider sur ce point!» Asséna son aîné avec un sourire mystérieux et ironique à la fois. «Mais merci tout de même, bien que je n'en ai pas besoin pour le moment.» Et il se remit à lire, sans prendre davantage garde à son petit frère.
Danaël resta figé quelques instants, puis cligna des yeux, étonné: Hélà il venait de l'envoyer promener là? Et.....Comment ça il n'était pas doué? Il toussota et insista, légèrement vexé «Sûr?
- Mais oui....je t'assures, tout va bien...Je n'ai pas besoin de parler, il n'y a aucun problème...» Le rassura Ikaël en tournant une page de son bouquin.
Danaël souffla, vexé, sentant que cette futur belle-sœur là, il n'allait pas la supporter si elle changeait comme ça son grand frère. Pourquoi celui-ci lirait un livre pareil sans raison hein? Il lui mentait à cause d'elle, c'était sûr et certain, pour ne pas se faire charrier. Il fronça les sourcils, rouge en repensant aux derniers mots du roux (comment ça il n'était pas doué?), ne remarquant pas le sourire amusé de son aîné par dessus le livre.
Celui-ci laissa ses propres pensées l'envahir: Tiens....il pense vraiment que c'est moi qui suis amoureux? Songea le roux en jetant un œil à son cadet qui avait les bras croisés et semblait attendre quelque chose (Un Aveu? Il n'avait rien à avouer).
- «...Intéressant...» analysa t'il à voix haute, s'attirant un regard interloqué d'un petit frère qui n'avait vraisemblablement rien suivi. Et il eut un petit rire derrière la couverture du bouquin, qu'il referma ensuite, ravi de la tournure que prenaient les choses. «Tiens tu devrais lire ça, ça t'aidera surement....à être u peu moins lent dans la matière.
- J'ai pas besoin d'un bouquin, je sais parfaitement ce qu'est l'amour.» marmonna le plus jeune, posant l'ouvrage à côté de lui, en lançant un regard noir à Ikaël. Comment ça il n'était pas doué?
- «Vraiment?» demanda son frère en le fixant dans les yeux, ses mots ayant été peints d'un ton mystérieux, comme s'il avait demandé «Tu en es vraiment sûr?». Et suite à cette question rhétorique, prononcée d'une voix étrange, l'aîné planta là son cadet, et partit, laissant derrière lui un blond profondément vexé de ce manque de considération. Il attendit d'être seul pour prendre le livre dans ses main et relire le titre, hésitant pour ensuite se remettre à marmonner.
- «J'ai pas besoin de lire un bouquin moi....» râla, pour la forme le blondinet, tournant comme ça les pages, pas qu'il était intéressé mais bon. C'était juste de la curiosité!

************

Le blond revint rapidement à la charge, sans démordre de son idée fixe. Alors c'est qui?» Insista-t-il (encore), l'air de rien, en s'appuyant au meuble devant lequel son ainé était assis. Il continuait à l'asticoter malgré tout les dénégations de son frère parce que, pour lui, une telle attitude était révélatrice (Et c'était vraiment amusant de l'embêter).
- «Mais pourquoi veux tu absolument que je vois une fille?» S'étonna le grand frère, intérieurement mort de rire, repoussant un feuillet qui encombrait son bureau. C'est fou ce que ces deux derniers jours l'avaient amusé, son frère redoublait d'astuces pour tenter, sois disant, de le piéger et le faire avouer. Mais il n'y avait RIEN à avouer.
- «Ben pourquoi aurait tu lu ce livre sinon?» attaqua le blond, préparant un coup pour tenter le mettre «échec et mat» son frangin, le faire avouer quoi....il allait lui tirer les vers du nez ou il ne s'appelait plus Danaël.
L'autre pencha légèrement la tête de côté: «Je m'instruisais peut-être?
- On ne lis pas un livre sur les symptômes de l'amour juste pour s'instruire!» s'exclama le plus jeune, se demandant si l'autre ne se moquait pas de lui. Bonjour la confiance fraternelle! Pensa le blond, croisant les bras et affichant un air montrant clairement ses pensées face à ce manque de «confiance». Preuve total de mauvaise foi d'ailleurs vu qu'il ne lui disait rien lui non plus mais bon. Ca il n'était pas prêt de se l'avouer.
Mais pourquoi il ne voulait pas avouer hein? C'est peut-être parce que...
Parce que....ce n'était pas une fille?

Le blond ouvrit soudain la bouche, mué par cette illumination soudaine, faisant hausser un sourcil au roux qui rigolait bien intérieurement.
Qu'est qu'il va encore me sortir? C'est bien amusant de le voir énoncer toutes ces suppositions mais j'aimerais bien qu'il réfléchisse pour lui-même, histoire de changer...c'est bien pour ça que j'agis comme ça ces derniers, pour le faire réfléchir à ses sentiments pour le princesse Ja.... Les pensées d'Ikaël furent coupées net quand Danaël parla, le désarçonnant pour le coup, car il ne s'y attendait pas à celle-là. Non...Vraiment pas.
- «C'est....C'est Ganja!» Face aux yeux ronds de son frère qui ne semblait pas avoir compris ce qu'il voulait dire, il continua, sûr et certain de ce qu'il avançait. «Tu sais, moi ça ne me dérange pas alors tu peux me le dire et tu devrais assumer aussi! Il n'y a rien de honteux à préférer les...» Il vit soudain son frère s'écrouler sur la table, les épaules secouées d'un fou rire silencieux. Mais quoi? Qu'est ce qu'il y avait de si drôle?
Ca dura quelques minutes, pendant lequel Danaël observa le rouquin se marrer silencieusement et presque vraiment, son sérieux habituel ayant soudainement disparu. Finalement l'autre se redressa et réussit à dire, réprimant ce même fou-rire, désignant la porte, signifiant que la discussion était close pour le moment: «Allez j'ai du travail, on reparlera plus tard, d'accord?» Danaël lui jeta un regard suspicieux mais obtempéra, sortant sous le regard moqueur de son frère. Il ne démordait pas de son idée, que Ikaël n'avait même pas tenter de démentir (un fou-rire, çà compte ou pas?). La seule chose que marmonna le blond en retournant à l'auberge fut: «Bonjour le déni...mais ça me dérange pas moi qu'il le soit...
- Qui est quoi?» Demanda Jadina, levant les yeux d'un livre sur la magie. Un de ses sourcils haussé en voyant le blond sursauter en l'entendant et rougir comme une pivoine.
- «Non rien....» marmonna le blond qui finalement, n'était sûr de rien et ne voulait pas affirmer quelques chose basé sur une supposition.
Quoique....

*********

- «Tu sais pas la meilleure Gryfenfer? Il pense que je préfère les hommes maintenant.....» annonça Ikaël, l'air de rien. Les yeux de l'autre roux s'ouvrirent, s'écarquillèrent même, sa lèvre inférieure trembla et il ne put réprimer plus longtemps ce qui montait en lui. Pendant que l'homme-bête se poilait (c'est le cas de le dire), presque écroulé sur la balustrade du pont, le soldat s'autorisa lui-même un sourire amusé. Celle-là, Dan risquait d'en entendre parler longtemps quand tout serait fini, quoiqu'il il serait sans doute suffisamment mort de honte quand il comprendrait son erreur .
Le jaguarian se reprit finalement et, essuyant une ou deux larmes de rire balbutia, d'une voix un peu tremblante. «Niaf Niaf il est exceptionnel, il comprends pas que c'est lui qui devrais réfléchir à ses sentiments pour elle. Et au lieu de ça, il s'inquiète pour toi, qui n'a d'ailleurs encore personne dans sa vie.
- Inconsciemment amoureux, il faudrait qu'il ouvre les yeux là quand même....
- Tu le fais trop en douceur....pour Jadina c'est pareille, quoiqu'elle semble déjà plus s'en rendre compte ses derniers temps.» annonça l'ex monslave en haussant les épaules, il se redressa et termina la conversation en lançant «Faut que je rentre, ils vont se demander où je suis!»

*********

Gryf regardait le plafond de sa chambre, allongé sur son lit, sans penser à rien, songeant que cet ''vacances'' avaient peut-être assez durer. Qu'est-ce qu'ils pourraient bien faire à présent? Dans quel direction pourraient-il partir? Soudain la porte s'ouvrit et une brune entra, s'asseyant sur la seule chaise de la chambre. Gryf ouvrit un œil et après avoir reconnu sa visiteuse marmonna un vague «Salut...» en s'étirant, puis en se remettant en position assise.
- «Bonjour...» répondit la princesse, l'air un peu de chercher ses mots.
- «Qu'est que tu veux?» Demanda l'homme-bête en fixant la brune dans les yeux, celle-ci sembla hésiter puis avoua la raison de sa venue.
- «Je m'inquiètes pour Danaël...»
L'intérêt du roux fut aussitôt éveillé par les mots de la jeune princesse et il releva la tête, retenant le sourire qui menaçait d'envahir son visage.
Il s'en rends compte?
Enfin?

- «Tu vois hier soir, il a voulut me parler....» commença t'elle.
Elle ne se rendit pas compte que le félin était à deux doigts de sauter de joie. Mais qu'il se retenait autant qu'il le pouvait. Intérieurement il exultait: OUI! Se reprenant un peu pour ne pas paraître suspect, il demanda, innocemment: «Hem...et?
- Et bien, on était dehors...près de la fontaine sur la place...» Elle ne comprenait pas pourquoi son ami avait un sourire menaçant de faire six fois le tour de son visage, comme un gamin qui a enfin eu ce qu'il voulait.
- «Oui je vous vois bien, sous la voûte céleste, dans un magnifique décor...» Fit Gryfenfer, en totale exagération.
Jadina eut une toux discrète, l'air de rien avant d'articuler, un peu gêné par son attitude. «Heu oui et là... il m'a avouer que...
- QUE QUOI?» Fit le roux à deux doigts d'exécuter une danse de la victoire, Jadina écarquilla les yeux devant cet enthousiasme et cette joie un peu incompréhensible.
- «Il m'a avouer les raisons de son attitude étrange des derniers jours!
- Ha....Donc il t'a enfin dit que...
- Son inquiétude vis-à-vis de son frère, tu sais il s'en fait beaucoup pour lui.»
BRAM
Gryfenfer s'effondra au sol, passant de à deux doigts de bondir de joie à accablé en moins de trente secondes et sous peu en mode Dois-je en rire ou en pleurer?
Jadina cligna des yeux et balbutia, se pencha, étonné «Heu..Gryf?»
Il se redressa et, fixant la princesse dans les yeux, fit d'une voix tremblante et sérieuse, n'arrivant toujours pas à y croire: «Attends que je résume: Danaël et toi sous vous êtes retrouvé dehors, sous les étoiles, dans un lieu (romantique sois dis en passant) où il n'y avait presque personne, et il a prouvé à quel point il avait confiance en toi en te confiant son inquiétude pour son frangin?
- Heu....oui.» Acquiesça la brune, rougissant un peu au résumé qui faisait penser vraiment à un instant propice à une déclaration.
J'y crois pas....c'est....désespérant! Et Gryfenfer préféra en rire, s'écroulant sur son lit, littéralement plié en deux, sous le regard à la fois surpris et vexé de la brune.
- «Enfin Gryf, qu'est qu'il y a de si drôle?
- Je crois qu'il se fait des idées, simplement parce que si son frère refuse de lui dire quoique ce soit, c'est parce qu'il n'y a rien à dire sans doute. Et Danaël prend alors ça pour du déni.
- Je me disais aussi....il a tendance à s'emballer facilement hein?
- Ikaël en a bien rit aussi sur le coup....bon et si tu essayais de le faire changer d'avis? Ca ne sera plus drôle bientôt...ça va devenir lourd.
- Oui je vais essayer...Il va se rendre ridicule si ça continue.»
Elle sortit, encore rougissante en pensant à la façon dont son ami à fourrure avait résumé la discussion qu'elle avait eu la veille avec Danaël.
Sous les étoiles....
Seuls tout les deux....
Lieu un peu romantique....
Preuve de confiance....
Ca fait vraiment penser à un moment propice à la déclaration d'amour, en effet....
Dommage que ça n'était pas ça...
Hem...Oui Vraiment Dommage!


*******

- «D'accord....Je me suis fait des idées....mais je m'inquiétais pour toi.
- Ce n'est rien, c'était drôle de te voir paniquer comme ça...» ricana le plus vieux, plissant les yeux pour montrant au blondinet qu'il se moquait totalement de lui. Danaël rougit de honte et porta son verre à ses lèvres, histoire de détourner l'attention de lui. Finalement il s'était planté sur toute la ligne, et cette méprise serait sans doute ressortie souvent par le roux (histoire de se moquer de lui) si celui-ci n'était pas aussi sérieux en temps normal. Shad et Aaron s'entre-regardèrent, se demandant si la question devait être posée ou pas. Finalement le brun décida une approche toute en douceur. «Donc si j'ai bien compris dans ton groupe, il y a deux filles : une elfe (Shimy) et la princesse Jadina....» Résuma le plus comique des quatres, l'air soudain très sérieux.
- «Oui, c'est ça....mais tu le savais non?» S'étonna le jeune chevalier blond, haussant un sourcil surpris, l'air étonné d'une telle question.Malheureusement pour lui, il ne voyait pas où son ancien camarade voulait en venir. Dommage pour lui...il allait tomber tout droit dans le piège.
- «Oui oui c'est pour préparer le terrain pour la suite...» Ricana à voix basse Shad, se frottant mentalement les mains. Un étrange rictus se dessina son son visage.
- «Hein?» Fit Danaël, haussant un sourcil surpris, ne semblant pas comprendre où son ex meilleur ami voulait en venir, Aaron haussa un sourcil et sembla vouloir dire quelque chose mais le brun le fit taire en levant une main.
- «A propos de la princesse justement....» Commença Shad, souriant jusqu'aux oreilles, tandis que le chevalier face à lui, absolument pas méfiant, prenait une gorgée de sa boisson. «….Tu l'aimes?»
Le blond s'étrangla et recracha ce qu'il buvait à la tête de son interlocuteur, c'est-à-dire Shad qui cligna placidement des yeux avant de lever les mains pour essorer ses cheveux.
Danaël, qui du coup, avait avalé un peu de sa boisson de travers toussait et son frère lui tapait avec sollicitude dans le dos, et Aaron fixait la scène, amusé. Celui-ci finit par intervenir. «C'était un peu directe quand même là, non?» murmura t'il, portant le verre à ses lèvres, l'air de ne absolument pas s'intéresser à la discussion. Face à eux, le blond reprit son souffle et redressa la tête, fixant son ami dans les yeux, sourcils froncés et sembla chercher ses mots quelques instants.
- «Shad...tu.....tu....» Commença le blond, semblant hésiter entre protestation, négation ou colère. L'interpellé répliqua par un grand sourire, l'air le plus innocent du monde, pas effrayé pour deux sous face un potentiel de colère qui ne viendrait certainement pas.
- « Je ... quoi?» fit-il, un sourire angélique (qui le rendait paradoxalement flippant) aux lèvres. «Ta réaction est un aveu...mon cher ami....»
Les yeux bleus s'arrondirent et un mélange de panique et de gêne envahit le jeune homme, le faisant dire presque aussitôt en repartie: «Mais....Mais pas du tout....ca...ca ne veut rien dire!» Le blond virait peu à peu à l'écarlate et enfoui son visage dans ses mains en entendant le ricanement moqueur de son ami qui n'en croyait pas un mot.
- «Mais si Mais si....Et je suis sûre que tu as eu le coup de foudre dès le premier jour...» continua le brun, asticotant le blond, bien décidé à le faire avouer.
- «Shad...Arrêtes maintenant.....tu vas le faire mourir de gêne.» Fit Ikaël en regardant son frère effondré sur la table marmonnant des dénégations peu crédibles.
- «Comme c'est romantique...de tomber amoureux, dès le premier jour, et au premier regard» sourit le jeune faucon, couvrant son ami d'un regard moqueur et taquin, ne prenant pas garde la demande de son chef qui n'était (pour une fois) pas un ordre.
- «Shaaaddddd....» supplia le blond, rouge de gêne, qui aurait aimé disparaître. Jamais l'autre ne l'avait «attaqué» de la sorte, et jamais il ne s'était retrouvé dans une telle situation. Pour être honnête, il ne savait que faire. Malheureusement pour lui, le brun aux yeux océan revint à la charge.
- «Mais si, ta réaction est significative, tu l'aimes!
- Mais ...mais...c'est juste une amie...et je....» Tenta de dire de blond, essayant inutilement il faut le dire de s'échapper du piège tendu par son ex-meilleur ami. Il venait de sortir l'excuse classique dans ce genre de situation, celle à laquelle personne ne croit. Face au sourire narquois de Shad qui, il le voyait bien, ne croyait pas un mot de cette ''excuse'', il sentit encore ses joues le brûler.
- «Whoa t'a atteint un sacré degré de rougeur Dan!» Remarqua le dit ami en souriant jusqu'aux oreilles, et pouffant ensuite devant une telle réaction, synonyme d'aveu. Il n'avait plus qu'à le faire le dire à voix haute, son ami le remerciait plus tard.

Le blond s'effondra sur le table, son visage n'étant ensuite plus visible vu sa position. Il fit rapidement l'inventaire de ses possibilités:
1- Fuir: Impossible, il était coincé entre le mur et Ikaël. Et en plus ce n'était pas très glorieux...et Shad prendrait ça pour un «aveu». Et même si lui et les Légendaires partaient demain , Shad l'attendrait toujours au tournant quand il reviendrait (il serait bien obligé de repasser à Oroban) pour une deuxième attaque identique.
2- Nier les «accusations» de Shad: Déjà fait...C'était dur de nier vu qu'il était rouge comme une pivoine, et dur de nier avec aplomb quand on prône la vérité.....et impossible surtout d'embobiner son frère, Aaron et Shad à la fois. …
....Il venait d'avouer mentalement là?
Avouer quoi bon sang?
3- Boire jusqu'à s'écrouler sur la table?
Heu non mauvaise idée, d'abord parce que son frangin ne le laisserait pas picoler jusqu'au sommeil éthylique, et ensuite parce qu'il aurait une gueule de bois épouvantable demain, et enfin parce que si cela arrivait Shimy et surtout Jadina lui feraient sa fête.
4- Supplier Ikaël de faire taire Shad? Non! Il avait sa fierté quand même! Et ce n'était pas sûr que son frère coopère (c'est qu'il avait l'air de bien se marrer lui aussi, le traître!) ou que Shad obéisse. Et ce serait équivalant à une dérobade, donc un «aveu», Shad reviendrait à la première occasion à la charge.
5- Faire le coup des «yeux de Girawa battu» à Aaron, lui arriverait à faire taire Shad! Généralement, ça marchait et il avait déjà expérimenté la chose avec succès. Le problème, c'est que Aaron semblait être pour une bonne rigolade ce soir, il ne l'aiderait donc pas. Si même son ami le plus calme était contre lui....que pouvait-il faire?
6- Pleurer?
Ha non Il avait sa fierté!! Il n'en était pas question. Et ils pourraient prendre ça pour un aveu ces monstres.
7- Prier les dieux pour qu'ils lui viennent en aide..... Non on oublie, il était pas désespéré à ce point. Et bon...ca ne marchait pas en plus.
8- Mimer l'ébriété. Sauf qu'il avait pas assez bu pour que ça paraisse crédible.
9- Supplier Shad d'arrêter? Il serait capable de prendre ça pour un «aveu». Et c'est ce qu'il faisait depuis un petit moment. Et ça ne marchait pas.
10- Avouer. RAHHHH Mais Non ça n'allait pas du tout!! Avouer quoi d'abord? Il n'avait RIEN à avouer d'abord!

Il n'avait pas de possibilités donc?
Merveilleux....

Il redressa lentement la tête pour voir Shad le fixer avec un air taquin, Aaron avec un regard curieux et son frère avec un sourire quelque peu amusé.
Ils sont tous les trois contre moi?
Bon je suis fichu c'est sûr....

Shad choisit cet instant pour revenir à la charge, voyant le blond le fixer comme si il était l'incarnation du mal sur Alysia. C'est à dire avec un mélange de rancune, d'un chouïa de colère et aussi d'un peu de peur. «Pourquoi tu ne veux pas avouer? Lui...» Il désigna le rouquin «....C'est ton frère et Aaron et moi tes amis, c'est pas comme si c'était des étrangers qui te cuisinait non?»
Danaël aurait vraiment aimé disparaître ou s'enfuir mais comme il ne pouvait pas, il prit une grande inspiration, vida d'un trait son verre et répliqua avec aplomb, sourcils haussés. «Comment peux tu affirmer une telle chose?» S'indigna t'il mais il fut faire face à trois répliques venant de chacun des trois autres:
- Parce que ça se voit...?
- Parce qu'on te connaît?
- Parce qu'il est facile de lire en toi?»
Inutile de lutter, songeant le blond avec désespoir, c'est perdu d'avance.
Il serra les dents, partagé entre exaspération, colère et gêne et parce qu'il n'avait aucune idée de comment répondre aux «attaques» de son ami.
Tout ça parce que monsieur Shad s'était mis en tête qu'il était amoureux de Jadina. D'accord c'est vrai qu'elle était très belle avec ses longs cheveux noirs et ses yeux d'émeraude. C'est vrai que son courage et sa force lui valait son respect, c'est vrai que sa générosité et sa gentillesse le touchaient en plein cœur. C'est vrai que ses sourires faisaient s'accélérer celui-ci. Il était heureux quand elle était près de lui....
Elle était...

Se rendant compte qu'il rougissait et que les trois autres, surtout Shad, lui jetaient des regards narquois, il poussa un gémissement désespéré et s'effondra (encore) sur la table, son frère ayant retiré à temps le verre pour ne pas qu'il le touche. Il se sentait ridicule, et surtout parce que depuis qu'on le titillait à ce sujet des tas de questions tourbillonnaient dans sa tête, surtout sur ce qu'il éprouvait pour Jadina.
Amour ou pas?
Il savait juste que la première fois qu'il l'avait vue, son cœur avait battu plus fort, et il avait senti ses joues le brûler, il l'avait trouvé mervei.... Secouant la tête, il leva des yeux perdus sur son frère qui suivait la conversation sans y participer, puis sur Aaron qui lui lança un sourire d'excuse, semblant le prendre en pitié. Mais on ne pouvait plus arrêter Shad apparemment...le regard de son ami lui disait clairement de se débrouiller tout seul.

Finalement le blondinet n'y tint plus en lança enfin, entre ses dents, le visage appuyé dans ses mains et prononça enfin les mots qui lui pesaient sans qu'il en soit conscient. «D'accord....Je....Je.....» Il prit une grande inspiration «Je l'aimes! Ca va tu es content?» Il défia du regard le dragueur de service qui lui sourit en retour, l'air ravi.
- «Très!»
Le blond s'effondra sur la table, épuisé mentalement et en même temps soulagé d'un poids. Quelque part, ça faisait du bien de l'avoir compris et de l'avoir dit. Finalement ça faisait du bien de se confier à quelqu'un. Mais Shad n'en avait pas finit avec sa torture et, se penchant, chuchota d'un ton complice.
- «Maintenant tu n'as plus qu'à lui dire....
- …..» Il ne reçut en réponse qu'un regard noir et le blond se resservit un verre, refusant visiblement de répondre. Il ne pouvait pas le laisser tranquille, juste un peu? Non c'était trop demandé apparemment. Il venait de prendre conscience de ses sentiments, il pouvait faire ''une pause'' avant de se déclarer non? Et puis il n'était même pas sur que c'était réciproque!
- «Je sais c'est le plus dur. Mais tu n'es pas obligé de dire ça tout de suite» convint le brun en faisant de même et leva son verre, lançant un clin d'œil à son ami d'enfance
- «C'est dans ce moments que le courage à tendance à se faire oublier hein?» Rit Aaron, recevant un regard fatigué et un peu désespéré du blond qui eut un vague sourire amusé en réponse. Sauf que Shad en remit une dernière couche. Il leva son verre et prononça cinq mots d'une voix amusé.
- «Allez... à ta future déclaration!»
Et d'esquiver la double taloche, l'une lancée par Danaël et l'autre par Aaron qui trouvait que maintenant ça suffisait les taquineries.

FIN

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   Sam 6 Nov - 14:33

Sirius et Irosadera: Le Sorcier et le Démon

Cet OS, défi de Soli, contient des spoilers sur les chapitres à venir de sa fanfic et donne des informations sur la mienne «Toward the Past».
Si vous n'en avez lu aucune, vous risquez de ne pas tout comprendre (en particulier pour comprendre qui sont Sirius, Anthor et autres).
Je le redis, si vous lisez cet OS, vous aurez des SPOILERS sur la fic "Entre deux mondes"!
Si cela ne vous dérange pas, bonne lecture ^^


Spoiler:
 

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Série de One-Shots sur les Légendaires   





Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

Série de One-Shots sur les Légendaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Série de One-Shots sur les Légendaires
» Parting Shots (1999)
» Boite à one shots
» Hot Shots (1 et 2)
» Multi shots avec une silvia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendaires : Nouvelle ère :: Papotage en règles :: Créations de fans :: Ecritures :: Les fictions terminées-