Site créé pour ceux qui veulent discuter entre estimateurs positifs de la direction de la BD.
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Toward The Past

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageAuteur
MessageSujet: Re: Toward The Past    Jeu 10 Juin - 14:13

Chapitre 24: La vie reprend son cours (Un peu tout le monde)

Il avait toujours pensé que si l'un d'eux deux devait être tué parce qu'il était le chef, cela devait être lui puisqu'il était le commandant. Nat, en temps que capitaine, courrait théoriquement un peu moins de risques. Alors pourquoi? Pourquoi le fils de Darkhell avait tué Nathanaël? S'était-il trompé? Était-ce lui qui était en vérité visé par cette attaque?Il ne le saurait probablement jamais...Il frappa à la porte, qui s'ouvrit pour laisser apparaître le visage de la gouvernante, déjà vêtue de noir, couleur de deuil, et dont le visage défait ne s'atténua que pour l'inviter à entrer. Il arriva dans la pièce, servant de salon, où se trouvaient les deux frères orphelins. Une famille brisée...un adolescent de 15 ans projeté trop vite à l'âge adulte, un enfant de 12 ans dont l'enfance, si elle n'était pas terminée, était détruite, marquée de façon irrémédiable. Pourquoi le destin était-il si cruel? Il ne comprenait rien à ce qui s'était passé cette nuit-là mais comptait bien mettre les choses au clair, et surtout arrêter le fils de Darkhell pour le flanquer à Barek jusqu'à la fin de sa vie. Nathanaël ne voudrait pas qu'on le venge dans le sang...il aurait désiré une vengeance où le justice jouerait un rôle. C'était un homme si droit, si juste, si respectueux des lois, de la vérité, de la royauté.
Une boule lui nouait la gorge....tandis que les souvenirs l'envahissaient... Nat était partit, était mort...Plus jamais on ne le reverrait, lui reparlerait..
Il laissa un bref instant son esprit le ramener quelques mois en arrière, avant cette cruelle mission, avant tout...quand il avait hérité de cette position. Un souvenir qui remontait à près d'une année, à l'époque où ils plaisantaient sur le fait d'être les deux chef de cette armée. Une époque révolue, brisée.
Le présent ne serait plus jamais comme avant.
Et pour plusieurs destins, tout allait changer.

Deux faucons d'argent parlaient dans la cour de leur caserne, près des montures, peu avant un départ en mission. L'un avait des cheveux blond, attachés en une queue de cheval lui tombant dans le dos, et des yeux bleus avec une peau assez pâle. L'autre avait un teint hâlé, deux yeux noisette et une cascade de mèches châtain clair nouée de la même façon que son compagnon.
- «Dis Galaad, tu ne trouves pas ça drôle? Je me retrouve capitaine et toi commandant! Beaucoup de personnes penseraient que ce serait l'inverse qui arriverait!» remarqua le blond en passant la main sur la tête de son culbutor, concentrant cependant son attention sur son voisin qui semblait perdu dans ses pensées, bien qu'il en sortir rapidement lorsqu'il lui parla.
Le brun eut alors un petit sourire amusé «Peut-être ton père, au moment de raccrocher son épée, trouvait-il que j'étais un meilleur successeur que toi?» Il enfonça le clou en affichant un sourire provocateur, fier et faussement vantard. Il avait beau avoir presque 30 ans, il aimait toujours taquiner ses amis.
Nathanaël plissa les yeux et répliqua, sans dissimuler son ton railleur «Bien sûr ou plutôt voulait-il éviter que des mauvaises langues disent que j'avais obtenu un poste de commandant par mes relations, parce qu'il est mon père!» il haussa ensuite les épaules, signifiant qu'il se satisfaisait très bien de sa situation. «De plus tu mérites vraiment ce poste! C'est toi le héros de la précédente mission, c'est toi qui a su gérer cette crise! Moi je ne pense pas que j'aurais fait mieux, donc vraiment tu le mérites!» Continua-t-il, retirant son casque et tournant son regard azuré vers celui, émeraude, de l'un de ses meilleurs amis. Il était content pour lui, vraiment et sincèrement. Ce poste ne l'intéressait pas en fait, il aimait beaucoup sa place de capitaine et ne l'aurait jamais échangé.
Galaad eut l'air un peu embarrassé «Non pas tant que ça...Je suis sûr que tu aurais pu le faire aussi, j'ai juste..réagis vite!» En personne très modeste, il détestait les avalanches de compliments envers sa personne. Il était certes heureux de cette promotion mais était légèrement angoissé face à toutes ces responsabilités qui lui tombaient dessus. «C'est drôle...il y a une semaine, j'étais encore un lieutenant, j'obéissais à tes ordres et tout d'un coup je gagnes deux grades et je suis désormais supérieur hiérarchiquement. Ca me fait bizarre de penser que maintenant c'est toi qui va devoir m'obéir!»
Nathanaël sourit et lui lança un regard taquin du haut de ses 29 ans «Avoue que tu en jubiles intérieurement!» plaisanta-t-il, n'ayant cure de peut-être dépasser les limites avec son ami d'enfance, une des personnes en qui il avait le plus confiance. «Tu es le chef maintenant, le commandant...avoue que tu en es ravi!»
Galaad leva les yeux au ciel, amusé malgré lui devant les taquineries de son ami. Évidement qu'il était ravi, n'importe qui le serait d'avoir obtenu ce grade, cette promotion si prisée par certains membres ambitieux mais qui ne tombaient pas toujours entre leurs mains. Cependant, son visage perdit rapidement les signes de bonne humeur affiché jusque là tandis qu'il pensait à de multiples problèmes pouvant survenir: «Hum...
- Quoi? Cela t'inquiètes?» Demanda le blond, son sourire s'effaçant lentement de son visage.
Le brun soupira et murmura: «Être le plus gradé signifie qu'on est plus souvent pris pour cible Nat, tu devrais le savoir, c'est quand même toi le plus haut placé, hiérarchiquement, après moi. J'ai conscience des risques, de mes responsabilités, de tout ce que je dois gérer désormais! Ce n'est pas rien, j'espère en être capable! J'ai la responsabilité de tout notre groupe, je dois m'en montrer digne.
- Bien sûr que tu l'es! Je suis plus que satisfait d'avoir quelqu'un comme toi pour commandant!
- Et je suis moi-même vraiment ravi de t'avoir pour capitaine, tu es le meilleur des seconds!»


L'homme regarda tristement le fils de son meilleur ami, effondré sur le canapé de la pièce principale, son petit frère endormi dans ses bras, et refusant visiblement de le lâcher. «Ca ira Ikaël?» demanda-t-il à voix basse, posant une main sur l'épaule du roux qui ne réagissait qu'à peine. «Dis quelque chose...» insista-t-il en adoucissant sa voix autant qu'il le pouvait, pour mettre plus en confiance le garçon brisé par l'injustice que venait de lui infliger le destin. C'était si cruel, si injuste...des enfants si jeunes ne devraient pas vivre ça...pas seuls. Mais le jeune garçon ne semblait pas vouloir d'aide, semblait vouloir prouver qu'il y arriverait seul. Néanmoins Galaad refusait de le laisser seul au tout début de ce deuil. Si le roux gardait trop de douleurs et de chagrin en lui, il irait vraiment mal..
L'autre leva la tête et le fixa quelques instants, avant de sembler le reconnaître. Il détourna rapidement le regard, incapable de soutenir celui de son chef. «Oui...je crois.» Balbutia-t-il, visiblement toujours sous le choc, caressant machinalement les boucles blondes de son cadet. Il avait passé près de trois heures (ou plus?) à consoler et rassurer son petit frère en larmes, ayant un mal fou à retenir sa propre détresse, jusqu'à ce que le plus jeune s'endorme, épuisé, agrippé à son ainé. Les prochains jours seraient sans doute vraiment difficiles pour ces pauvres gamins...
Mais, malgré toute son envie de se laisser aller, Ikaël ne le pouvait pas, ne le voulait pas, parce qu'il n'était pas seul non plus à cet instant. Il ne pouvait pas craquer une nouvelle fois devant son supérieur tout de même. Il fallait qu'il soit fort...responsable, qu'il ne craque pas...pas maintenant.

Galaad soupira et secoua la tête, abattu «Je vais te donner une permission. Même s'il est peu probable qu'on reparte rapidement en mission; il faut mieux, au vu des circonstances que tu restes ici quelques temps.» Il désigna Danaël d'un mouvement de la main «Il va avoir besoin de toi! Et si tu repartais trop vite, il en ferait surement une crise d'angoisse terrible!» Et parfaitement justifiée. L'enfant n'était pas prêt à être seul à nouveau pour le moment. Il fallait l'aider à surmonter cette perte et seul celui qui le tenait à l'instant dans ses bras le pouvait. Un nouveau départ le terrifiait plus qu'autre chose...il pourrait en tomber malade.
Machinalement le plus vieux des deux fils de Nathanaël resserra sa prise sur son petit frère, se mordant douloureusement la lèvre pour ne pas lui-même fondre en larmes tandis qu'il repensait aux évènements qui s'étaient déroulés durant ces derniers jours:. «Je comprends commandant!» Il hésita un court instant puis fit, d'une voix étranglée «Merci..»
L'homme lui fit un triste sourire et lui ébouriffa gentiment les cheveux, avant de partir lentement. Le silence régna après que la porte de la demeure se soit refermée. Alors seulement, sans témoins, sans personne pour le voir ou l'entendre, le jeune garçon laissa le chagrin le submerger à nouveau.
Il ne pouvait plus le garder en lui..
...il fallait qu'il évacue sa douleur..

...Mais il ne voulait pas le faire devant quelqu'un, il voulait paraît fort, digne de confiance, digne d'être un appuie pour son frère, il ne voulait pas s'effondrer comme ça. «Je ne sais pas si j'y arriverais père, je ne sais pas si je pourrais....» Il passa tristement sa main dans les soyeuses boucles blondes, et ne put retenir un sanglot. Il se sentait seul, il avait mal au cœur, mais n'avait personne à qui se confier, à qui parler. Il fallait pourtant qu'il surmonte...Pour celui qui, pour le moment, dormait sans se douter de ce que lui ressentait vraiment.
Il n'était pas idiot, il le savait bien qu'une..montagne de responsabilités venait de lui tomber dessus!
Dont celle d'élever désormais lui-même l'enfant de douze ans qui dormait blottit dans ses bras et dont la douleur reviendrait dès son réveil. ... Ikaël se passa la main sur le visage, épuisé. L'avenir l'inquiétait, lui faisait peur parce qu'il était seul pour l'affronter, seul avec tellement de devoirs et de responsabilités.
...Il ne pouvait plus être juste un (gentil) grand frère...


********

Le blond de 12 ans se précipita vers le groupe prêt au départ. Une sourde angoisse lui étreignait la gorge, une peur panique guidait ses pas vers sa cible. Son frère qui allait à nouveau le laisser seul, partir loin, en mission, longtemps...et qui pourrait...Il n'avait pas le droit. Il avait passé quatre mois à Oroban sous l'insistance du commandant mais reprenait désormais sa place dans la petite armée.
«Cela passera vite..» La voix de son père résonnait dans son esprit, lointain souvenir, une mémoire qu'il ne voulait oublier parce qu'il ne lui restait plus que ça. Des larmes lui piquèrent les yeux, tandis qu'il accélérait sur les derniers mètres, évitant les soldats qui le regardaient passer avec tristesse ou avec compassion ou encore avec surprise. De nouveau la voix de son père résonna dans son esprit lacéré: «Ne t’inquiètes pas pour nous, nous serons vite de retour.» Et seul Ikaël était revenu. Et si cette fois lui aussi ne revenait pas?! Il ne s'en remettrait jamais! Il n'avait pas le droit de le laisser sans personne, de l'abandonner. Il n'avait pas le droit de partir et de ne pas revenir! Non il ne pouvait pas lui faire ça! Il ne le laisserait pas faire. «Ne pars pas!» Il s'agrippa alors au bras droit de son aîné qui sursauta sous l'attaque qu'il avait pourtant anticipée. «Ne me laisses pas tout seul!» supplia t'il dans un sanglot, les larmes aux yeux. Le souvenir encore traumatisant su départ (sans retour) de son père le hantait toujours et il ne pouvait s'empêcher de le superposer au départ qui avait lieu en ce moment même. Ses pensées revenant, il resserra encore plus sa prise sur le bras de son grand frère. Non! Il ne le laisserait pas partir! Il ne voulait pas que ça recommence!
Le roux chercha de l'aide (du regard) vers ses compagnons qui se détournèrent tous plus ou moins, gênés et préférant le laisser se débrouiller. Dans un soupir il posa ses mains sur les épaules de son petit frère «Écoutes je vais revenir, c'est promis!» fit-il d'une voix douce, essayant de repousser l'enfant pour pouvoir monter sur son culbutor.
Danaël fronça les sourcils, secouant la tête négativement: «C'est aussi ce que disait père.. il disait que lui et toi vous alliez vite être de retour!» répliqua-t-il, refusant de lâcher prise.
Comment lui dire, lui expliquer? Le plus vieux le serra brièvement contre lui et demanda, doucement «Tu me fais confiance?» en lui passant la main dans les cheveux pour le rassurer.
Le plus jeune leva la tête vers lui, surpris par une telle question: «Bah oui bien sûr!
- Alors écoutes! Je te promets que je reviendrais! Je reviendrais toujours! Il faut que je reparte en mission! Mais cette fois, s'en est juste une de routine, il n'y a vraiment que très très peu de risques, ce n'est donc absolument rien!» Il éloigna doucement son cadet de lui, le regardant hésiter mais accepter de lui obéir. « Tout ira bien petit frère, tu n'as pas à t'en faire pour moi! Je tiens toujours mes promesses!» ajouta-t-il dans un doux sourire, ébouriffant les mèches blondes comme les blés.
L'enfant hocha la tête, les larmes aux yeux et recula jusqu'à se retrouver aux côtés des enfants de son âge qui le regardèrent gentiment ou curieusement. Il ne quitta pas son frère des yeux tandis que celui-ci se hissait sur sa monture et partait ,lentement, avec le reste de son groupe.
Ce fut une fois rentré chez lui que le petit blond éclata en sanglot, commençant une trop longue et angoissante attente, recroquevillé dans un coin de sa chambre.
Il m'a promit de revenir..
...il me l'a promit...
Je...Je dois lui faire confiance!


********

- «Dan...Tu vas attraper froid tu sais?» Fit son meilleur ami, un gamin aux mèches bleues-vertes coupée courtes et dressées sur le haut de sa tête , à la peau mate et aux yeux chocolat [1] en se hissant sur la barrière près de lui. Son ami lui faisait peur depuis peu, il se laissait un peu dépérir aussi. Ses parents disaient que c'était le chagrin et l'inquiétude pour son frère qui faisaient ça. Pourquoi personne ne lui venait en aide? Ne venait le consoler ou le rassurer hein? Sitkar secoua la tête et décida de tout tenter pour ne serait-ce que le faire parler.
- «….» Une écharpe autour du coup, emmitouflé dans un manteau assez chaud, le blond ne daigna pas répondre. Il gardait les yeux fixés à l'horizon. Il calculait encore et encore le temps qu'il restait théoriquement, imaginait ce qu'ils devaient faire, s'il étaient déjà sur le chemin du retour.
L'autre tenta encore sa chance: «Et tu n'as pas faim..ou soif...ou sommeil?» Il espérait pouvoir le convaincre de rentrer se mettre au chaud. «Il fait vraiment froid!» ajouta-t-il après un temps de silence. «Ikaël n'apprécierait pas que tu tombes malade tu sais?» Mais il n'eut pas plus de résultats.
Un souffle de vent glacé les fit tout deux frissonner. Mais le blond ne daigna pas dire quoique ce soit: «…..» Il leva une main rageuse et chassa de petites larmes qui envahissaient ses yeux.
- «Rester là ne le feras pas revenir plus vite tu sais? Une semaine encore, tu ne vas pas rester là une semaine entière, jours et nuits?» L'autre secoua la tête, accablé, comment aurait-il pu expliqué à son ami à quel point il était inquiet et à quel points il était hanté par les mauvais souvenirs.
Danaël sauta à terre et rentra chez lui, trainant les pieds, refoulant son angoisse, ses inquiétude, repensant amèrement à son attitude enjouée, insouciante alors que son père était déjà mort et qu'il ne le savait même pas. Il avait l'impression qu'il ne pourrait plus être heureux avant un long moment.

********

Regulus, Malka et Kenga se tenaient debout sur la falaise, regardant la ville en dessous d'eux et plus précisément une grande; très grand bâtisse un peu à l'écart de la cité en question.
- «Alors c'est là Kelbokuto?» Demanda le roux en se protégeant les yeux du soleil avec sa main. Il eut une moue ennuyée et analysa froidement: «Vu la taille, je dirais que non seulement on doit s'y ennuyer à mourir mais en plus que ça doit être un truc de riches, où il a le fleuron de la société!» Les deux autres levèrent les yeux au ciel dans un parfait ensemble. Quelque part, leur ami n'avait pas tord. Il avait presque correctement définie la chose...sauf que ça n'était pas que tout le fleuron de la société ou les riches...les élèves doués pouvaient y être accepté, même ceux sans le sou...
L'école en question était immense, composé de plusieurs bâtiments séparé par des terrains d'entrainements, des petits bassins entourés de végétations. Étant donné qu'elle était connue et prisée, il y avait des gardes, sans doute d'anciens élèves qui montaient la garde ici et là.
Kenga assura sa prise pour mieux descendre la falaise à la suite de son ami: «Pourquoi ton Artanis est toujours là? Ca va faire huit ans qu'elle est élève ici non?»
Le brun attendit d'avoir de meilleures prises pour pourvoir répondre. «Je crois que c'était un souhait de son père qu'elle vienne étudier là. Quand il est mort elle a eu le choix entre respecter sa volonté ou revenir. Elle a voulu lui faire honneur.» Expliqua-t-il en posant enfin le pied au sol, suivit de ses amis. Ils n'étaient plus qu'à une centaine de mètre du mur d'enceinte de la grande école ninja.
Celui aux cheveux couleur caramel avec des mèches blondes se tourna vers son ''chef'' «Hé! Le pauvre Cygnus doit se retourner dans sa tombe! Sa fille chérie va être enlevée!!» Il préféra se taire sous le regard noir qu'il reçut des deux autres. D'accord ce n'était pas drôle du tout!
Cependant le fils de Sirius eut un ricanement : «Je pense au contraire qu'il serait flatté qu'elle le soit par le fils de son meilleur ami, il aurait approuvé notre mariage sans problème je pense!» ajouta-t-il l'air sûr de lui. Quelque part, il n'avait pas tord! Et ce même si Cygnus avait connut l'identité caché de Sirius pendant des années...Il aurait réellement accepter que le fils du ''fils de Darkhell'' épouse sa fille....sans rire, il l'aurait vraiment bien prit! Regulus soupira, se passant la main dans les cheveux, pensif. Ca faisait maintenant cinq mois que son oncle était mort et qu'il avait vraiment tout appris sur son père. Tout le monde dans la famille l'avait bien prit, de Melian à Evendel en passant par Regulus et Cassiopée. Ce n'est pas comme s'ils n'avaient aucun doute en plus! Pas mal d'indices le laissait présager, qu'il travaillait pour le sorcier. Mais ils ne lui en voulaient pas...il avait été honnête...et le fils de Darkhell avait tiré sa révérence une bonne fois pour toute. Il y avait toujours des causes et des raisons....son père avait ses propres raisons et avait arrêté, pourquoi lui en vouloir dans ce cas? Il n'était plus le fils de Darkhell maintenant!

Kenga eut une grimace «Heu...tu penses déjà au mariage?» Ses mèches brunes striées de blond furent brusquement agitées par la brise de ce début de soirée tandis qu'il atterrissait aux côtés de son meilleur ami. «Tu vas pas un peu vite?» s'amusa-t-il, marchant aux côtés de son premier et meilleur ami. Il le connaissait depuis longtemps et avait patiemment écouté chaque rapport de visite à Oroban que Regulus lui avait raconté, il en avait donc appris pas mal sur la famille du brun, ainsi que sur Artanis. Il adorait taquiner son frère d'arme et désormais chef de groupe à ce sujet d'ailleurs. C'était le blagueur de leur ''bande'' depuis l'enfance. Ils n'étaient pas vraiment encore des vrais héros connus en Alysia (ils n'avaient même pas commencé) mais cherchaient d'autres membres et aussi un nom, accessoirement.
Regulus se permit un sourire railleur: «Je blagues mon cher!» Il n'était évidement pas question de mariage, cela faisait longtemps qu'ils se s'étaient pas vu et il ne savait même pas ce qu'elle ressentait pour lui. «Je ne suis pas un bourreau des cœurs comme toi moi...» Il fit un clin d'œil à Malka qui étouffa un gloussement sous le regard blasé de leur ami. Le pire, c'est que c'était vrai!
Kenga mina ensuite une air d'intense soulagement, poussant un soupir de même nature de façon plus qu'exagérée. «J'ai eu peur!» ricana-t-il ensuite, s'attirant un regard faussement offensé et un autre hilare.
Regulus haussa ensuite les épaules, posant ensuite les yeux sur le haut mur de l'école ninja, diverses possibilités lui passant par la tête. «Bon...Comment entrer là-dedans?» Il avisa un arbre un peu plus loin et eut un sourire inquiétant. «Je sais comment entrer...Ca va être rapide vous allez voir...
- ...et tu sais aussi comment ressortir?» interrompit Malka, les mains dans les poches de sa tuniques, ayant parfaitement compris où les pensées de son ami l'avait mené. Quel tête en l'air celui-là!
Son chef se figea. Réflexion faite....il devait faire encore un peu le point, songea-t-il en se laissant tomber à terre, au pied de l'enceinte de l'école. «Z'avez une suggestion les gars?
- Hum non...mais...moi j'ai une question...Pourquoi tu tiens tant à la faire sortir si tu n'es pas amoureux d'elle, tout ce que tu vas arriver à faire, c'est irriter sa famille non?»
Bonne question, Regulus s'adossa un peu mieux au mur, les oreilles aux aguets au cas où un garde aurait l'idée de faire le tour de l'école pour vérifier chaque mur. «Parce que c'est un serment, une promesse qu'on s'est fait...et je tiens toujours mes promesses!»


Sous le regard jaloux et malheureux d'un Ganja de huit ans, Regulus et Artanis discutaient, assis dans l'herbe. Le jeune garçon de 14 ans fit doucement, la serrant dans ses bras. «Je suis désolé Artanis, tellement désolé!» Il avait la gorge serré. Il ne connaissait pas bien Cygnus mais le respectait énormément et au vu des récits de son père, c'était vraiment quelqu'un de bien.
Elle renifla, s'agrippant à la tunique de son ami, se fichant à l'instant des convenances et de tout le reste. Son père ne reviendrait jamais de mission. C'était tellement injuste. Pourquoi devait-elle endurer ça. «C'est pas juste!» hoqueta-t-elle dans un sanglot désespéré. «Je n'ai pas revu père depuis un an à cause de cette école de ninja! Je n'ai pas pu le saluer ou le voir une dernière fois avant qu'il ne parte en mission!» Ses larmes redoublèrent, tandis qu'il lui caressait maladroitement les cheveux, incapable de dire un seul moi, la laissant vider son sac, son chagrin.
Regulus ne savait pas quoi dire, il n'avait jamais vécu tel drame. Il ne pouvait comprendre ce qu'elle ressentait ou prétendre comprendre. «...» il continua cependant à chercher quoi dire.
Elle releva les yeux vers lui «Tu sais...j'ai été a cette école pour lui faire plaisir mais ça m'a surtout empêché de voir ma famille, de le revoir une dernière fois lui-même! Et maintenant je dois retourner là-bas? Ce sera quoi la prochaine fois? L'annonce de la mort de mon petit frère?» Elle frappa dans le vide, ou plutôt dans l'épaule du brun qui grimaça de douleur.
Il ne dit toujours rien. Avait-il le droit de l'influencer de quelque manière que ce soit? Avait-il le droit de lui faire la leçon? De dire qu'il comprenait ce qu'elle ressentait alors que ce n'était pas totalement vrai? Finalement, après un long silence, il murmura «Tu n'es pas obligé d'y retourner tu sais!» Il ne savait pas s'il avait bien choisie les mots, s'il avait eu raison de dire ceux-ci.
Elle releva des yeux gonflé de larmes vers lui «Mais ce serait ne pas faire honneur à sa mémoire, j'aurais tellement aimé qu'il soit fier de moi!» Elle s'écarta de lui, regardant doucement le jardin autour d'eux puis baissa les yeux vers le sol, arrachant machinalement des brins d'herbe.
- Il l'était Arté, il t'adorait, tu le sais!» Il prit une grande inspiration, le cœur lourd et fit doucement, décidant de l'aider à prendre une décision: «Fais ce qui te sembles le plus juste, le plus raisonnable, fais ce que tu désires faire!» Il se laissa tomber dans l'herbe, regardant mollement le ciel et la nuages, n'osant plus croiser le regard de la jeune fille.
Elle sourit faiblement, sachant aussi bien que lui à quel point c'était vrai. Elle devait devenir ce qu'elle voulait être. «Tu crois qu'il serait heureux que je continue?
- Surement!
- Mais si c'est pour en sortir juste pour épouser un type que je connais pas, ou que j'aurais rencontré dans cette école, c'est même pas la peine! Ou si c'est pour tomber sur un employeur horrible non plus...
- T'en fais pas!» Fit Regulus, prit d'une inspiration soudaine, se redressant d'un bloc «Je viendrais te chercher quand tu auras terminé tes études là-bas, comme ça tu ne sortira pas pour le mariage ou pour des types qui vont t'embaucher comme mercenaire mal payée!» Il continua, soudain beaucoup plus enthousiaste «J'vais former un groupe de héros avec des amis et je te promets de venir te chercher quand ce sera le moment!» Il avait au moins atteint un but: lui faire provisoirement oublier sa tristesse et sa douleur.
Artanis sourit tristement et tapota de son index le front de son ami «Et bien..que de projets d'avenir tu as Reggy! Si tu me le promets, je vais te croire alors!»


Le jeune homme se redressa sous le regard de ses deux amis. Il était temps de tenir sa promesse et de la sortir de là. Il était certain que Cygnus ne lui en voudrait pas tant que ça s'il était toujours de ce monde. Enfin il le pensait...et il l'espérait!

********

Ils étaient de retour, dans une ligné parfaite, un presque défilé qui prit fin devant le palais. De nombreux enfants avaient accourus pour être les premiers à sauter sur leur(s) frère(s), père, cousin(s), oncle(s) bref sur ceux qu'ils attendaient, et d'autres enfants étaient simplement venus admirer les hommes en armures, ce groupe qui faisait tant rêver. Danaël arriva parmi les premier sur la place, réajustant ensuite son écharpe. Il crispait ses poings, adressant à il ne savait qui de multiples prières pour le retour en bonne santé de celui qu'il attendait ''faîtes qu'il soit là'' ''faîtes qu'il soit là et qu'il aille bien''
Il releva brusquement la tête, et un immense sourire illumina son visage quand il vit le commandant qui lui faisait un clin d'œil avant de lui indiquer l'arrière de la file. Il allait bien, il était là. Le petit blond se précipita, n'attendant même pas que tous descende de leurs culbutors, il accéléra dès qu'il le repéra de loin, évitant les soldats qui souriaient avec indulgence en le voyant passer.
Ganja redressa la tête, observa la ''menace en approche'', imagina ce qui allait suivre et ensuite, nonchalamment, murmura «Trois...» faisant lever vers lui le regard d'un roux quelque peu surpris par cette soudaine idée de compter. Un sourire moqueur se dessina sur les lèvres du premier tandis qu'il enchainait «..deux..» Visiblement son ami ne comprenait toujours pas, à sa grande satisfaction: «Un....» Il plissa les yeux et asséna le coup final «Zé...» Cette fois il ne put finir car le petit de presque treize ans le prit de vitesse.
- «GRAAAANDDDD FREEERREEE» Une tornade blonde venait de littéralement bondir sur le roux qui vacilla et s'écroula par terre sous la ''violence'' de l'impact «Tu es revenu! Tu vas bien! C'est super!!» S'écria-t-il, enchainant les phrases à toutes vitesses, fou de joie et refusant de lâcher sa prise. Le soulagement l'envahit telle une vague, balayant toutes ses inquiétudes.
Le jeune soldat secoua la tête, se reprenant du choc tandis que son cadet s'agrippait à lui en enchainant les phrases, disant encore et encore à quel point il était content de le revoir. Avant la mort de son père, cela l'aurait probablement à la fois amusé et agacé d'être accueilli de la sorte. Maintenant voir la joie et la soulagement du petit blond le toucha vraiment. Et il le serra dans ses bras et disant, dans un sourire affectueux «Je t'avais bien dit que je reviendrais! Je tiens toujours mes promesses!» Il sourit et finit par dire «Tu veux bien me lâcher? Le temps que je laisse mon culbutor à la caserne, que l'on rentre et que je retire cette armure?
- ...Non!» fit l'autre après un temps d'hésitation.
Ganja descendit à son tour de sa monture, lâchant du regard les deux frères pour se diriger vers sa mère qu'il avait aperçut. Celle-ci tenait une lettre à la main et semblait inquiète. Elle le serra brièvement dans ses bras mais semblait vouloir lui faire part d'une nouvelle peu rassurante.
Bientôt ce fut communicatif et l'inquiétude le gagna également: «Mère? Que se passe-t-il?!
- C'est à propos d'Artanis..» Fit l'autre, l'air angoissée et de ne pas comprendre la situation. Elle hésitait visiblement sur comment lui dire ce qui s'était passé.
- «Ma grande sœur? Que lui est-il arrivée?
- Elle a été...Hum...enlevé par un garçon qui s'est ''infiltré'' dans l'école de Kelbokuto l'autre nuit!»
Ganja resta pétrifié quelque instants, puis vira à un écarlate significatif de grande fureur et, sans se soucier de la foule cria: «REGULUS JE VAIS TE TUEEERRRR» Visiblement il était très perspicace.
En effet, à des kilomètres de là, Regulus éternua brusquement...

A suivre

[1] On le voit dans le tome 12, page 15, avec Shaki, c'est lui qui dit «Vite! Envoyez le signal!» j'ai eu envie d'utiliser un faucon qu'on avait déjà vu dans la BD donc voilà j'ai choisi au pif!^^


Dernière édition par Dragonna le Jeu 5 Aoû - 16:18, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Mar 15 Juin - 23:33

Chapitre 25: Voir son Oncle pour la seconde fois sans le savoir (Sirius et ses Neveux)

Danaël eut un sourire taquin et fit, ironiquement «Alors monsieur le plus jeune commandant de l'histoire des Faucons d'Argent, as-tu des nouvelles sur notre mission?!» Il esquiva la taloche en riant : «Je blague grand frère, ne te fâche pas pour si peu!!» Son sourire taquin aurait fait fondre la colère de n'importe qui de sa famille. Et vu qu'il n'en restait plus qu'un ...(enfin c'est qu'ils pensaient tout deux)...il en profitait honteusement.
Le roux d'une vingtaine d'années leva les yeux au ciel, l'air fatigué d'avance. Il expliqua cependant, avec une infinie patience «Jusqu'ici le royaume déplorait l'existence des arènes clandestines de monslaves et les arrêter était difficile vu qu'ils ne cessaient de changer de lieu. Toutefois cette fois, un autre problème de pose. Ces dresseurs font capturer de véritable monstres, allant parfois jusqu'à Klafooty pour cela. Et ils les dressent dans l'optique d'attaquer...des hommes! Dans le but de voler (ou plutôt piller), détruire, menacer!» Son explication laissait évidement passer très clairement ce qu'ils devaient faire pour palier à cela, leurs objectifs et leur mission.
Danaël plissa les yeux avec un dégoût plus que lisible. «Donc on doit les arrêter...et les monslaves, je suppose qu'on est obligé de les abattre?» Il avait grimacé en disant ces mots, l'air écœuré par cette cruauté. Il détestait faire ça...d'accord c'était les ordres mais il n'y avait vraiment pas d'autres solution? Ils étaient forcés de les tuer?
- «Je sais que ça n'a rien de plaisant, mais...s'ils sont dressés à attaquer les hommes on ne peut les relâcher dans la nature!» Répondit son frère d'un air résigné, montrant que cela lui déplaisait également. Il déplia la carte pour mieux vérifier où se situait leur objectif.
- «Je comprends!» Murmura le bond d'un air résigné, l'air triste de cet état de fait. Son aîné avait raison, ils ne pouvaient prendre le risque de remettre les monslaves en liberté s'ils étaient formés par leur dresseurs à attaquer et peut-être (sans doute) à tuer des hommes. «C'est juste...que..» il ne put finir sa phrase, ne sachant plus vraiment quoi dire. Qu'est-ce qu'il aurait pu dire? C'était un ordre!
Le roux lui lança un regard rapide puis sourit, amusé, et lui ébouriffa les cheveux. «Ca va, je comprend!» Un silence suivit, seulement brisé par les froissements de la carte qui était à nouveau roulée. Puis le plus gradé murmura, d'une voix assez faible «Tu lui ressembles vraiment...de plus en plus» Il avait beau y être habitué, voir son frère avec cette armure, ce casque, ces longs cheveux...il ne pouvait s'empêcher de repenser à son père. Et généralement dans ces cas là, il s'inquiétait encore plus pour son cadet que la normale...la mort de son père étant encore assez présente dans son esprit cinq ans après...même si il en souffrait, qu'ils en souffraient moins...moins qu'avant!!
Danaël se mordilla la lèvre, il était habitué à cette remarque, tout le monde le lui disait, il était le portrait craché de son père, les mêmes cheveux blonds et les même yeux bleus, les mêmes sourires...Mais..ca lui faisait mal de penser ça, ça lui rappelait...ça leurs rappelait qu'ils étaient orphelins: «Je trouves que tu lui ressembles aussi...c'est juste que pour toi c'est au niveau du caractère!» Les deux échangèrent un faible sourire complice. Puis le plus jeune toussota et brisa l'atmosphère quelque peu mélancolique «Alors...on part quand?
- Demain matin...» Répondit le roux en se passant une main dans les cheveux, l'air un peu fatigué.
Le plus jeune hocha la tête:«D'accord!!» Un coup d'œil supplémentaire sur Ikaël le fit ajouter «Et reposes-toi un peu grand frère!» Il avait des cernes impressionnantes, sa première mission de commandant l'épuisait vraiment. Il se donnait trop de mal! Ca devait être l'angoisse de tout diriger sans doute!!
Alors qu'il allait franchir le seuil de la tente, une voix l'interpella: «Danaël...
- Quoi?
- S'il te plaît! Ne fais rien de trop audacieux, ne pars pas seul de ton côté, n'essaie pas de jouer les héros. Ces types sont, d'après les sources, dangereux! Ne fais rien d'inconscient!!
- Je te le promets grand frère paranoïaque et sur-protecteur!!» répondit son cadet dans un large sourire taquin, amusé par cette inquiétude à son égard (et un peu touché aussi, mais il n'allait pas l'admettre aussi facilement). Il avait 17 ans! Il n'était plus un enfant! Et il aurait bien aimé que l'autre le comprenne aussi.
Un sourire fatigué mais amusé lui fut renvoyé: «Fiches le camps d'ici! Toi aussi vas te reposer!
- D'accord!

******

- «Au nom du roi Larbosa, nous sommes venus mettre un terme à vos activités criminelles et clandestines!! Veuillez vous rendre sans opposer de résistance!!» Le roux avait prit une voix forte, claire, ferme, une voix de chef, de leader, d'envoyé du roi. Il ne semblait plus du tout nerveux, semblait même oublier que c'était sa première mission qu'il exerçait en tant que commandant.
Un homme au visage masqué partit d'un grand rire et lança :«Alors comme ça vous croyez pourvoir arrêter notre petit trafic? Nos activité? Essayez plutôt de survivre à ça!» Il lança un sifflement qui avait tout d'un signal. Danaël fronça les sourcils, mal à l'aise et ayant un mauvais pressentiment.
Des dizaines de monslaves sortirent alors de l'ombre, hurlant de colère ou de frayeur. Les hommes en armures, surpris, sortirent tous leurs armes. Des flèches se mirent à pleuvoir sur les créatures qui reculèrent pour certaines, fuir pour d'autres et les dernières attaquèrent les yeux injectés de fureur. Des combats commencèrent partout tandis que certains des hommes en armes se défendaient aussi contre les attaques d'hommes (dresseurs ou spectateurs complices). Des cris de douleur, venant surtout des monslaves, résonnèrent un peu partout, couvrant la cohue des combats plus ou moins violents. Ce fut avec écœurement et peine que de nombreux monslaves furent ainsi abattus par l'élite des chevaliers de Larbos, qui ne pouvait pas vraiment agir autrement.
Danaël abattit, non sans dégoût, une créature bleutée avec une drôle de carapace et des cornes tordues. S'épongeant le front il s'élança ensuite à la poursuite d'un des dresseurs qui tentaient de prendre la fuite. C'était bien celui à qui Ikaël avait parlé un peu plus tôt, il n'allait pas le laisser partit, c'était sans aucun doute le chef.
Celui-ci stoppa près d'une large porte, aux épais barreaux et cracha «Je n'irais jamais en prison gamin!! Plutôt mourir!! En fait...C'est même plutôt toi qui vas crever!!» lança-t-il avec un air mauvais, donnant un large coup de pied dans une espèce de levier. La grille se leva et une silhouette monstrueuse en émergea. La créature était une espèce de....gargouille, ou de salamandre plutôt, quadrupède, de la taille de deux Chocapik à peu près et long comme un seul, dépourvue d'ailes, aux écailles vert foncé sur le dos et blanc sur le ventre, chacune de ses pattes étant pourvues de griffes acérées comme des serres. Des pics noirs parcouraient son dos et sa mâchoire possédait des crocs acérés qui dépassaient de ses gencives noires. La bête avait un cou plutôt court mais large et couverts d'écailles qui semblaient plus fines qu'ailleurs. Deux longues cornes dépassaient de son front plat, surmontant deux yeux rouges.
L'homme fixa le bond d'un air mauvais et lança «J'te souhaites une mort lente et terriblement douloureuse morveux!» Et il détala par une porte dérobée, 'couvert' par la créature qui semblait voir dans le blond son repas du soir.
Danaël frissonna en portant son regard sur la bête qui racla le sol d'un coup de griffe et qui, dans un grondement sourd, se jeta sur lui. Le blond attendit les derniers instants et bondit de côté, roulant sur le sable et se redressant aussitôt, infligeant dans les secondes qui suivirent un violent coup d'épée sur le dos de l'écailleux, parallèlement aux écailles dorsales. Le rugissement fit sursauter de nombreux combattants quelques mètres plus loin. Le jeune soldat ne pouvait pas perdre contre une bestiole pareille, çà en aurait été risible, il n'était certes faucons d'argent que depuis trois ans, il n'avait certes que 18 ans mais il n'allait pas perdre contre un truc pareil, il n'allait pas se faire tuer aujourd'hui. Le jeune garçon bondit en arrière, observant chaque gestes de la créature aux sombres écailles qui marchait vers lui dans l'étroit couloir, poussant des grognements agressifs. Du sang coulait de ses plaies sur le sol, et la bête découvrit ses crocs pour bondir en avant. Tout deux était arrivé dans l'arène désormais vide autant de monslaves que de spectateurs ou dresseurs, tous se battants un peu partout contre les faucons d'argent ou, pour certains, fuyant.
Danaël banda ses muscles et sauta, atterrissant sur le dos de la grosse salamandre qui s'immobilisa, arquant le dos pour tenter de jeter son agresseur au sol. Le jeune blond leva ensuite son épée et l'abattit sur l'épaule gauche de la créature, l'entaillant profondément et mettant presque l'os à nu. Celle-ci, sous la douleur s'effondra, et son adversaire tomba au sol, en lâchant son épée sous le choc. Aussitôt il roula sur le côté et tenta de l'attraper, esquivant habilement un coup de griffe de la bête folle de rage qui voulait clairement de déchiqueter. Il réussit à refermer ses doigts sur le pommeau de la lame qui étincelait sur le sol.
Aveuglée par la souffrance et la colère, l'écailleuse créature tenta de le mordre mais ses dents se plantèrent dans l'armure sans la traverser (mais l'entaillant bien tout de même) il flanqua un coup d'épée au niveau de l'arcade sourcilière, et un nouveau cri de douleur résonna dans le bâtiment. D'un coup de patte, la bête frappa enfin Danaël, le projetant au sol dans un choc plus que douloureux, les griffes ayant cruellement entaillé la peau là où l'armure ne le protéger pas. Il ne put retenir un cri de douleur qui ramena toute l'attention de son ennemi animal sur lui.
Des bruits divers et de moins en moins lointains arrivèrent aux oreilles du blond, ses amis venaient d'arriver, surement alerté par les rugissements de la créature sauvage. Des crissement et des sifflements informèrent le jeune soldat qu'une pluie de flèches s'abattait sur elle. Aveuglée par la colère et la douleur, la bête changea de cible et et chercha ses nouveaux attaquants du regard, tout en frappant à nouveau le blond d'un coup de queue aussi violent qu'une massue, défonçant sa protection au niveau de l'épaule gauche.
Danaël, étourdit pour le coup, attrapa faiblement son épée, et se releva, chancelant, déchiré par la douleur de ses blessures, celle-ci le pliant presque en deux. Des points de couleurs passaient devant ses yeux, et des violents vertiges l'assaillaient. Il rassembla ses dernières forces pour donner un ultime coup. Son arme étincela lorsqu'il la leva et il l'abattit sur la gorge de son adversaire animal. Celui-ci, après un cri assourdissant, s'effondra pour ne plus jamais se relever. Son adversaire victorieux tenta de reprendre son souffle, étourdi.
Ses amis le rejoignirent précipitamment et Sitkar regarda la bestiole avec un air indéchiffrable avant de marmonna «J'ose pas imaginer ce que ce type voulait faire avec un truc pareil!» Il remarqua alors le sang qui tâchait l'armure abîmée en plusieurs endroit. «Dan, t'es blessé!» s'écria-t-il tandis que Shad et Aaron se retournaient brusquement vers eux en entendant ces mots. Le brun vint même soutenir son ami, un air inquiet inscrit sur le visage. A raison vu la blessure...
Le blond eut un faible sourire et secoua la tête, épuisé «Non...c'est...rien!! Je vais...bien!!» Comme pour démentir ses propos, ce fut à cet instant que ses jambes le lâchèrent et qu'un voile lui tomba sur les yeux. Il sentit sa conscience partir. La dernière chose qu'il sentit fut qu'on le maintenait debout (sans doute Shad qui l'avait retenu), la dernière chose qu'il entendit fut «Appelez un guérisseur vite!! Et prévenez le commandant!!»
Puis ce fut le noir total...

******

Sirius marchait lentement dans la ville, se demandant pourquoi il était venu ici. Il se faisait vieux, il avait près de 50 ans maintenant. Presque l'âge d'être grand-père, songea-t-il en riant intérieurement.
Il avait eu envie de refaire un court voyage, chose qu'il n'avait presque plus faite depuis la mort de Nathanaël. Il avait besoin de bouger, de s'avérer..et depuis longtemps voulait revenir sans cette ville.
Ca faisait cinq ans que son petit frère était mort. Il souffrait moins désormais, ayant occulté son passé à Larbos de façon plus ou moins complète. Il n'était jamais retourné à Oroban non plus, cela faisant parti de son passé qu'il voulait oublier. A quoi cela servait-il de pleurer ou de regretter?
Il ignorait aussi ce qu'étaient devenus ses neveux... Si le cadet était lui-aussi devenu un soldat comme son frère et son père ou s'il avait, comme lui, décidé de changer de voie et de faire ce qui lui plaisait et pas ce qu'on voulait qu'il fasse. ...Mais il n'avait vraiment pas la force d'aller le voir par lui-même, ca aurait remué trop de choses en lui, il n'était pas prêt à faire ça. Et tout ce qui le rattachait à son enfance avait disparu. Nat était mort...à quoi cela servait-il de ruminer de vieux souvenirs? Juste à faire souffrir davantage ….et rien d'autre.
Alors qu'il sortait du côté ouest de la ville, dans l'idée de rejoindre le port et de prendre un bateau pour rentrer, il vit de nombreuses tentes, des culbutors et des armures qu'il ne connaissait que trop bien. Il se figea et toute couleurs déserta son visage qu'il enfoui dans ses paumes, atterré par l'ironie de la situation: ''Pourquoi le destin me déteste-t-il à ce point? Ca l'amuse de me remettre comme ça en face de mon passé? Et fichu pouvoir de divination qui ne m'a pas prévenu!'' Il poussa un profond soupir et passa la main dans ses cheveux qui devenaient légèrement grisonnants par endroits. Des cris et de l'animation du côté du camps prouvaient qu'il se passait quelque chose, peut-être de grave.
Il perçut, tendant l'oreille, les échos des conversations un peu paniquées qu'il y avait dans le camps.
- «Un guérisseur! On a des blessés dont un grave!
- Il y en a dans cette grande ville non? Allez les chercher!
- Le commandant est à deux doigts de la crise de nerf! Sa patience est à deux doigt du point de rupture là!» Visiblement il se passait quelque chose de grave (ou s'était passé).
Sirius, qui s'apprêtait à passer son chemin, s'immobilisa, posant machinalement la main sur sa sacoche où de nombreuses herbes, et du matériel de soin, se trouvait. Des blessés? Est ce que...Il secoua la tête.
Fallait qu'il arrête! Soit il se fichait de ses neveux, soit il ne s'en fichait pas! Et rien ne disait qu'il (ils?) faisai(en)t parti(s) des blessés hein?
Il eut l'impression de voir le regard accusateur de Nathanaël et prit une profonde inspiration. Cette armée tout entière était rattachée à son passé, même si peu parmi les soldats se souvenaient du fils aîné d'Anthor, pour ceux qui l'avait connu, pour ceux qui avait encore son âge dans ce groupe d'élite. Son cœur se serra et il craqua. ''Et puis zut! Je suis vraiment trop sensible et rattaché au passé!''
Il s'approcha d'un jeune soldat qui ne devait pas avoir plus de 17 ans, à la peau mate, aux yeux violets et aux cheveux longs de couleurs châtain foncé. «Excusez-moi, il m'a semblé entendre que vous avez besoin de guérisseurs?» Il avait prit une voix calme et posée, idéale pour mettre en confiance. Il devait rester maîtriser, surtout ne rien faire qui puisse rappeler ''le fils de Darkhell'' (même si cette nuit-là il avait son masque, Ikaël l'avait vraiment vu de prêt lui).
Un lueur de soulagement apparut dans les yeux de son interlocuteur qui hocha la tête, soulagé «Oui! Nous avons de nombreux blessés plus ou moins graves mais le pire, je crois que c'est le frère du commandant, il a une plaie assez profonde au niveau des côtes!»
Sirius ne fit pas le rapprochement (pas encore) et déclara qu'il allait s'occuper du dit-frère. Il n'avait aucune doute, en toute modestie, sur ses capacités à soigner un blessé. S'il était bien équipé, il pouvait bien réussir ses soins dans la plupart des cas. Il emboîta le pas au jeune soldat sans se douter que, d'ici quelques minutes, le passé allait lui sauter au visage, cruel et impitoyable. Un passé que le destin n'allait pas le laisser oublier si facilement.

******

Il n'y était pas préparé...non, pas du tout...
...La seule et unique fois où il avait vu Danaël, c'était il y a 13 ans et le gamin avait 4 ans. Déjà à cette époque, la ressemblance avec son père était visible, évidente, et presque troublante.
Le portrait craché de son père...

Quand il vit le jeune homme aux longs cheveux blonds comme les blés, aux yeux d'un doux bleus azuré, il sentit son cœur se serrer à lui faire mal. Il retint à temps le nom qui n'avait pas été dit pendant 5 ans et qui menaçait de franchir ses lèvres. Ce n'était pas le moment d'attiser d'éventuels soupçons en confondant le fils et le père. Déjà que Ikaël le regardait d'un drôle d'air...
Son plus jeune neveu était gravement blessé et avait besoin de soins...c'était Danaël, et uniquement Danaël...il ne fallait pas qu'il commette la moindre erreur...
...Pas cette fois! L'histoire n'allait pas se répéter!! Pas encore une fois!

Il salua comme il se devait le gradé qui lui rendit un salut tout aussi poli. Puis il plissa les yeux, suspicieux et murmura «J'ai l'impression de vous avoir déjà vu...» Et ce n'était pas tout, il ressentait une étrange impression d'angoisse face à cet homme mais ne parvenait pas à savoir pourquoi.
Mais quand? Il y a 5 ans ou il y a 13 ans? Songea brièvement son oncle avant de dire que cela n'avait surement aucune importance, qu'il l'avait peut-être croisé tout a fait par hasard un jour. Le roux sembla se satisfaire de cette explication et raconta rapidement ce qui s'était produit pour que son cadet ait de telles blessures.
«Je vois...» Murmura Sirius en s'asseyant sur le bord du lit de camps pour mieux examiner le jeune blond. Rapidement il décela une épaule démise, deux côtés fêlées et une plaie assez importante qui lui arracha malgré lui une grimace.
Au même endroit que là où a été frappé son père...
...Le poison en moins!


Il secoua la tête, se reprenant. Il ne devait pas penser à ça, pas maintenant. La présence du roux le mettait singulièrement mal à l'aise. Il était certainement là plus par inquiétude pour son cadet que par méfiance envers lui,, n'empêche qu'il lui mettait la pression.
Soudain le blessé remua légèrement et ouvrit les yeux, doucement: «...I...Qu'est ce qui s'est passé?!» Il fronça légèrement les sourcils en voyant Sirius mais sembla deviner qui il était (un guérisseur!) et se tourna ensuite vers son frère qui poussa un soupir de soulagement bien audible pour les deux autres personnes présente dans la tente.
Le roux passa doucement sa main dans les mèches dorées, les écartant du front un peu trop chaud de son frère. «Tout vas bien!» Sa voix, considérablement moins formelle, fit sourire en coin Sirius qui faisait mine de ne rien voir, semblant se concentrer sur son travail de guérisseur.
L'autre eut un faible sourire contrit et murmura un faible «...Désolé d'avoir agis bêtement! Tu m'avais dit de ne pas partir seul de mon côté!» Une main levée par son aîné lui fit rapidement comprendre que c'était pardonné. Mais qu'il n'avait pas intérêt à recommencer un coup pareil!
Le blessé grimaça lorsqu'il fit un mouvement trop brusque et demanda, dans un souffle: «Et la mission?». Il semblait inquiet que son éventuel acte individuel n'ait causé quelques dommages à ce qu'ils devaient tous faire dans cet endroit. Ce n'était évidement pas dans ses intentions de provoquer un quelconque trouble, de causer des ennuis à son frère ou à leur groupe!

Sirius haussa un sourcil surpris, tandis qu'il terminait de comptabiliser les blessures, et songea que ce gamin était déjà bien sérieux pour son âge. Nat était comme ça à 17 ans? Il ne savait pas...et ne saurait sans doute jamais...il avait raté tellement de choses en faisant les choix qu'il avait fait. Il camoufla son trouble et sortant quelque chose de sa sacoche, ce qui parut tout sauf étrange aux deux autres qui ne faisaient même pas attention à lui. Heureusement, c'était assez dur pour lui comme ça!
Le commandant reprit un air plus sérieux et répondit: «La mission est terminée et réussie! Ganja a arrêté le chef du trafic et ils sont tous dans la prison de la ville!»
Soudain Aaron revint et s'exclama «Commandant, les autorités de la ville aimeraient s'entretenir au plus vite (comprendre maintenant) avec vous!» Il semblait fatigué, comme beaucoup des soldats du camps. La mission et ce qui avait suivi...tout cela avait été épuisant!
Le roux se redressa, l'air agacé par cette convocation qui tombait à un moment ne l'arrangeant pas vraiment. Il sembla pourtant se résigner et, après une autre vague caresse dans les cheveux et un doux «A plus tard!» il partit aux côtés du jeune soldat venu porter le message.
Sirius soupira (de soulagement?) et aida le blond à se redresser en position assisse. «Respirez un grand coup chevalier...» Il attendit que le jeune homme obtempère et d'un coup sec, remit l'os de l'épaule en place, arrachant un cri étouffé au blessé. «Désolé!» fit-il aussitôt, plus par habitude qu'autre chose.
L'autre secoua la tête pour signifier que ce n'était pas grave puis demanda, lentement, d'un ton presque hésitant!. «Qui êtes-vous?» Il engageait la conversation pour tenter d'oublier la douleur, et le fait que ses côtes le tiraient chaque fois qu'il prenait une inspiration.
- «Je m'appelle Sirius!» Répondit le sorcier, faisant attention à ne pas laisser trembler sa voix ou à croiser trop longtemps le regard de son neveu. Il ne fallait pas que l'autre remarque une éventuelle ressemblance avec son grand-père ou son père. Ca serait le bouquet!
Celui-ci répondit, lentement: «Moi c'est Danaël...» Il observa le brun qui désinfectait les diverses plaies qu'il avait, et retint une grimace de douleur quand ce fut le tour de la plus grave. «C'est bizarre, j'ai l'impression de vous connaître, de vous avoir déjà vu!» Mais il ne se rappelait pas vraiment ni où, ni dans quelles circonstances.
- «C'est drôle, votre frère a dit la même chose!» signala la brun, mine de rien, bandant nonchalamment le bras. Il avait dit cela comme ça, sans se rendre compte qu'il avait lancé cela justement sans réfléchir. Et il se mordit aussitôt la lèvre en se rendant compte de ce qu'il avait dit.
L'autre ouvrit des yeux ronds. «Comment savez-vous que c'est mon frère?» balbutia-t-il en se redressant d'un coup, surpris et gémissant de douleur suite à ce geste brusque.
Sirius eut un petit rire «J'ai entendu dire que le frère du commandant était blessé et, de plus, je doute qu'il aurait été...aussi démonstratif si vous aviez été un simple soldat sans lien avec lui!» Il avait prit le risque de taquiner un peu le blond. «Il vous aime beaucoup apparemment!»
Le blond rougit malgré lui et marmonna quelque chose d'indistinct. Sirius haussa un sourcil moqueur et termina de s'occuper des deux côtes fêlées. «Il faudra éviter de vous entraîner trop rudement ou de faire aller votre culbutor à trop grande vitesse pendant quelques temps! Vos côtes ont besoin de calme pour se ressouder correctement! Elle ne sont que fêlés, vous avez de la chance!» Il chercha ensuite quelque chose dans sa besace et attrapa le verre d'eau à portée de main. «La suite pourrait être désagréable pour vous! C'est pourquoi je vais faire en sorte que vous en soyez dispensé...si je puis dire!» Il fit tomber quelques herbes dans l'eau, sous le regard étonné du blond, mélangea jusqu'à ce que la ''potion'' soit d'une étrange couleur vert eau et la tendit au jeune homme. «Buvez cela!»
Danaël obtempéra, prenant le verre, et regardant le liquide d'un air assez méfiant. Il murmura avec curiosité: «Qu'est-ce que c'est?
- Une potion qui va vous faire dormir...une potion de sommeil en quelque sorte!
- Pourquoi?
- Vous voulez vraiment le savoir?
- Heu..oui?
- Votre plaie est très profonde, je pense qu'un simple bandage de suffira pas à l'aider à se refermer totalement!» Il vit toutes couleurs déserter le visage déjà pâle de son neveu qui sembla alors comprendre ce qu'il voulait dire.
Le blond avala dans une grimace le mélange et reposa le verre près du lit, il sombra dans le sommeil assez vite. Sirius soupira...il détestait vraiment faire ça. Il aurait préféré utiliser la magie mais craignait que quelqu'un se méfie (déjà qu'il donnait des impressions de déjà vu). De plus à trop utiliser la magie sur les gens, ceux-ci finissaient par (mieux?) y résister et donc le jour où son neveu aurait eu besoin de soins urgents par la magie, si son corps résistait un peu trop à la magie, cela pouvait s'avérer néfaste pour lui. Bref il allait le soigner d'une façon non magique. Et, surmontant son dégoût, il sortit de sa sacoche une aiguille et un fil. Ce qu'il détestait faire ça...
Une heure plus tard, il était déjà reparti, laissant un blond sur la voie de la guérison, avec quelques conseils pour se ménager.

*******

Une silhouette surgissant de l'ombre, au milieu des flammes...
Un masque menaçant sur le visage......
….un visage qu'il n'avait jamais pu voir réellement et pourtant jamais autre que lui n'avait vu ''le fils de Darkhell'' de si prêt. Mais non il n'avait pas vraiment eu le temps de voir quoique ce soit vu qu'il avait été assommé tout de suite.

Appuyé au mur, il était plongé dans ses pensées, songeant à un passé révolue, à une chose que laquelle il était impossible de revenir.
N'importe quoi...ce type ne pouvait pas lui faire penser au fils de Darkhell?! Rien à voir après tout le fils de Darkhell était une personne cruelle, sanguinaire, qui ne perdait surement pas son temps à soigner les gens sans rien demander en retour hein? Bien entendu...cette impression devait être autre. Il se laissa tomber sur son lit. Pourquoi cette impression ne le laissait-il pas en paix? Ca le travaillait mine de rien! Il chercha dans sa mémoire des éléments pouvant dire qu'il l'avait déjà rencontrer mais ne trouva rien. Peut-être était-ce trop lointain ou peut-être cette impression de déjà-vu venait d'autre chose, qui sait?
''Allons...il ressembles peut-être un peu à mon grand-père et à mon père mais franchement cela ne peut être que le hasard!! ''
Il hocha la tête, certain de ce qu'il avançait. Danaël lui jeta un coup d'œil surpris. «Il y a un truc qui ne va pas?» Voir son frère préoccuper avait tendance à l'inquiéter aussi, par extension.
L'autre sursauta et secoua la tête, revenant à la réalité: «Non...Rien!»
Il rangea cette idée dans un coin de son esprit, ce n'était plus la peine d'y songer après tout!

A suivre


Dernière édition par Dragonna le Mar 29 Juin - 17:39, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Jeu 24 Juin - 17:44

Chapitre 26 : Rencontres (Sirius, Darkhell, Korbo l'Ombre Rouge, Ténébris et Skroa)

Il leva les yeux du large morceau de parchemin qu'il consultait depuis quelques instants: «Je vois, c'est un projet intéressant et ambitieux, passionnant sur le plan magique...mais quel est le but exactement?» demanda l'homme brun, passant une main dans ses cheveux légèrement grisonnants , regardant le plan sure lequel était dessiné deux étrange statues qui se faisait face. Il s'agissait de deux créatures identiques dans deux positions différentes et sur l'une d'elle était posé un étrange cadran à trois niveau. Sur l'autre il y avait une sorte de réceptacle vide. Certes l'ensemble avait un côté artistique indéniable mais quel était son usage? Et pourquoi le sorcier avait-il besoin de son aide pour cela?! Et l'idée de Darkhell avait quelque chose d'étrange...
- «Le but?! Mais remonter le temps ou aller dans le futur Sirius, imagines la mine de possibilités que cet appareil peut donner!» s'exclama le sorcier noir, faisant se figer le jeune homme.
Celui-ci chassa la pensée qui lui avait frôlé l'esprit, presque par réflexe. Ce n'était pas possible! Le passé était inaltérable. Qu'est ce que cela impliquerait de changer des choses importantes? Il toussota et demanda, d'une voix un peu blanche: «Je pensais, qu'un jour, vous aviez dit qu'on ne pouvait, même en sachant l'avenir, le changer?! J'ai déjà essayé moi-même mais j'ai échoué!
- Certes on ne peut changer le futur rien qu'en s'appuyant sur des vision de divination ...cependant on peut le modifier en changeant le passé! En empêchant certain évènements de se dérouler. En sauvant des vies...» Darkhell avait conscience qu'il manipulait son plus fidèle associé en disant ces mots, ça ne lui plaisait pas vraiment, cependant il énonçait une vérité en disant cela. Cette appareil permettrait d'aller dans le temps, de changer des évènements. Si cela permettait de garder celui qu'il avait toujours considéré comme un fils auprès de lui, il était prêt à le manipuler un peu. Et il ne mentait pas, il le laisserait vraiment sauver des personnes mortes depuis des années avec sa future Temporhell. «Alors Sirius...m'aideras-tu à construire cette machine à voyager dans le temps?»
L'homme se tourna vers le sorcier et acquiesça, se demandant au fond de lui si cela était réellement possible. «Que faut-il que je fasse maître?» Le disciple du sorcier sombre était de retour.
Après de multiples discussions et mises au points, le sorcier le plus jeune sortit et se dirigea vers l'extérieur, indifférent au paysage connu qui l'entourait, un endroit qui le rassurait presque.

Soudain il croisa la route d'un colosse, une montagne de muscles aux cheveux châtain qui devait avoir dépassé ou atteint la trentaine, l'âge de Ténébris. Le masque qu'il portait sur le visage, son arme et ses vêtements ne laissait aucun doute. «L'ombre rouge n'est ce pas?»
Korbo s'immobilisa face à cet individu qui le fixait d'un air détaché, il semblait assez âgé et avait presque la même aura que Darkhell, signe qu'il utilisait lui aussi la magie. «A qui ai-je l'honneur?» Répondit-il d'un ton tout aussi poli. Il n'avait jamais vu cet homme auparavant, un visiteur?
- «Du temps où j'étais à votre place, je portais le nom de ''Fils de Darkhell''» Il eut un sourire presque malicieux «Bien que cela soit sans fondement, je n'ai aucun lien de parenté avec lui!»
L'homme qu'aimait Ténébris frissonna légèrement en entendant ce nom. Il avait grandit en entendant souvent parler de lui. Celui qui menait les troupes de Darkhell. Celui qui avait disparu de la circulation presque 8 ans auparavant. «Je ne pensais pas que vous étiez comme cela!» Fit-il avec honnêteté. Mais qu'est ce qu'il imaginait? Un être puissant? Plus jeune? Quoi au juste? Imaginait-il qu'il était le fils du sorcier et qu'il ressemblait à la jeune femme avec qui il combattait? Il avait conscience que voir ce visage n'était sans doute pas donné à tout le monde.
- «Ténébris ne vous a pas parlé de moi? Pourtant elle ne se prive pas pour me parler de vous!» Il se retint de préciser que cela l'amusait beaucoup de voir la jeune fille si...amoureuse. C'est vrai qu'ils semblait bien assortie..enfin à première vue. Il ne connaissait pas l'homme qui lui faisait face.
Korbo eut le bon goût de paraître gêné en entendant cela. «Enfin...Elle m'a parlé d'un certain Sirius, d'un Regulus mais je ne pensais pas que cela avait un rapport avec vous!» Même si elle ne parlait comme d'une famille qu'elle appréciait, il n'avait jamais fait le rapprochement avec ce mystérieux fils de Darkhell. La jeune brune lui avait juste dit, à ce sujet, que celui-ci avait cessé ses activités suite à la mort de quelqu'un de cher. Mais qu'il aidait toujours Darkhell dans ses expériences magiques. Jusqu'ici il ne l'avait jamais croisé et n'avait jamais pu mettre un visage sur ce titre.
- «Pourtant si, je suis Sirius et Regulus c'est mon fils, le frère de cœur de Ténébris.» Il n'avait aucune crainte à dire ça. C'était un soldat de Darkhell, il n'y avait que peu de risques qu'il le trahisse. Et de toute façon, il ne savait pas où il habitait, il ne connaissait pas son histoire. Qu'est-e qu'il risquait au fond? L'homme, ne serait-ce que par respect pour Ténébris avant la fidélité pour Darkhell, ne dirait rien. Il en était étrangement persuadé.
- «Korbo!» La jeune femme de 30 ans arrivait justement, et son sourire s'élargit lorsqu'elle vit Sirius qui la salua d'un signe de tête. «Je vois que tu as fait la connaissance de mon mentor! C'est lui qui m'a appris à me battre! Je suis certaine d'ailleurs...» Elle eut un sourire quelque peu sadique, dédiant de titiller l'adversaire: «...aujourd'hui je suis certaine que je le battrais à plat de couture!!
- Évidement que tu battrais Ténébris! Je ne suis plus tout jeune!» signala Sirius en enroulant une mèches grise autour d'un de ses doigts, amusé.
Elle fronça les sourcils, et lança d'un ton faussement réprobateur: «Tu n'es pas vieux!
- Comparativement à ton père, non surement pas...» Répliqua-t-il sans se départir de son sourire.
Elle leva les yeux au ciel, exagérant une exaspération sous le regard amusé de Korbo. Puis elle se tourna vers lui et expliqua «Sirius est au service de mon père depuis très longtemps. Il est devenu son apprenti à 18 ans après avoir fugué de chez lui à cause de son père tyrannique.» Elle envoya ensuite une œillade un peu craintive à son 'oncle' de cœur, craignant que cela ne lui plaise pas qu'elle dévoile ainsi son passé. Et si il voulait que tout cela reste un secret?
Le sorcier haussa les épaules et lança, indifférent «Ca s'est passé il y a des décennies, que veux-tu que ça me fasse maintenant? C'est la vérité et je n'ai rien a caché!» Il rajusta la large cape qui l'enveloppait. «Et quelques années après il m'a proposé de devenir le commandant de ses armées, et j'ai accepté!» Il chassa les souvenirs douloureux de son esprit. Cela ne servait à rien de les ressasser.
La discussion continua un bon moment, même si Korbo eut du mal à parler de son passé. Et certains éléments firent légèrement tiquer l'homme aux pouvoirs magiques, mais il ne dit rien, écoutant simplement. Au final chacun d'eux laissa à l'autre une bonne impression.
Comme quoi on peut être au service de Darkhell et avoir un cœur..puisque Darkhell en avait un (mais ne le montrait pas facilement).

********

Sirius reposa un livre dans la bibliothèque en soupirant. Non il n'y avait pas moyen...le jade de Gaméragashé était une pierre qui n'était trouvable que dans la famille descendante de la puissante Jadilyna, si l'on en croyait les livres et légendes portant sur elle. Selon ses descendantes, elle se serait transformé en ange-gardien de son propre sang à sa mort. Quelle histoire...était-ce vraiment une légende ou une réalité? Après tout la magie pouvait permettre tellement de choses...
- «Le fait est que seul ce bâton-aigle et le minerai à son bout pourrait nous aider à faire marcher cette Temporhell. Darkhell parle d'enlever la propriétaire de cette arme magique...» Après tout il avait fait pire durant sa vie n'est-ce pas? Et c'était juste un enlèvement...mais pour le moment, cela restait à l'état de projet. Le royaume de la princesse Jadina était loin et lancé une expédition là-bas devait être entouré de précautions. Cela ne se faisait pas à la légère...et étrangement que Darkhell prenne tant de pincettes avec ça le laissait perplexe?! Ca ne lui ressemblait pas d'agir ainsi...pourquoi enlever la princesse (sans la blesser) au lieu de simplement prendre le bâton? Étrange quand même! Il soupira et tourna les talons pour ressortir de la pièce, perdu dans ses pensées, sans vraiment prendre garde à ce qui l'entourait.
- «Tiens...tiens...le petit qui a pris un coup de vieux depuis la dernière fois?! Comment vas tu fils de mon ennemi juré?!» lança une voix sarcastique, le faisant stopper net. Sirius lança un coup d'œil en direction d'une large sphère dans lequel se trouvait un démon-galina qu'il connaissait pour lui avoir souvent parler. Celui-ci eut un sourire moqueur «Tu n'es toujours pas décidé à me faire sortir n'est-ce pas?» C'était une pitoyable tentative qu'il voulait tout de même tenter...on ne savait jamais.
- «Non...Pas vraiment non...et je ne suis pas son fils!» Il s'apprêtait à partir, sans faire plus attention que ça à son interlocuteur prisonnier. Il lui avait parler de temps à autre durant toutes ces années et savait quel félon cet être pouvait être. Il ne connaissait que trop bien ses techniques fourbes pour manipuler les gens. Il ne tomberait jamais dans le piège.
- «Allons qu'est-ce que Darkhell t'a donné de si exceptionnel, qu'est-ce qu'il a de si...de mieux que moi...justifie ta loyauté!» lança t'il dans un ricanement provocateur, persuadé que l'autre n'aurait pas de réponse. Il devait être manipulé jusqu'aux bout des ongles...et ce depuis longtemps...
Sirius plissa les yeux. «Je n'ai pas à me justifier devant vous...j'ai choisie d'être son disciple!» Il eut un sourire presque machiavélique et ajouta, sarcastique «Ce qu'il a de supérieur à vous? De plus grands pouvoirs, beaucoup plus de finesse et de classe, un humour acide et mordant, une fille avec un fort potentiel, une capacité à éprouver des sentiments...Bref tout ce dont vous vous êtes dénué!» Il avait l'air très satisfait de la tournure de la situation. «Vous ne lui serez jamais supérieur je pense, n'essayez même pas, c'est perdu d'avance...et vu que vous êtes prisonnier, vous aurez de toute façon du mal!»
Skroa s'étouffa de rage en entendant ces mots. «Tu te crois malin?» S'il était libre, ce foutu sorcier disciple de Darkhell mordrait la poussière, il en était sûr. «Tu ne sais pas de quoi je suis capable!»
Sirius bailla, l'air ennuyé par la discussion et tourna les talons sans répondre, partant sans un regard en arrière. Il ignora les menaces dont l'abreuva le Galina. Il n'avait plus de temps à perdre à se moqueur de lui. Il partit donc rejoindre le sorcier auprès de la Temporhell pour parachever les détails finaux. Sans prendre garde aux rageurs "Je me vengerais" du prisonnier derrière lui.


A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Mar 29 Juin - 10:28

Chapitre 27: La pierre de Jovénia (La Gardien, Sirius, Danaël et Razzia)

Darkhell referma ses mains sur la pierre colorée, légèrement rosée, que le Gardien venait de lui donner. A ses côtés Sirius la regardait avec curiosité. Cette pierre permettait vraiment de rajeunir? Il comprenait que Darkhell soit tenté mais lui ne l'était pas, beaucoup moins que l'idée de voyager dans le temps. Idée abandonnée puisque jamais la princesse n'avait pu être capturée par les darkhellions. La temporhell était donc sans doute condamnée, à moins d'un miracle, à prendre la poussière dans les caves du château. Quel tristesse quand on pensait au temps qu'il avait fallu pour la bâtir. Il aurait presque eu envie de 'maudire' son neveu pour son zèle.
Alors qu'ils s'apprêtaient à repartir, la créature des dieux lança, à l'intention du brun le plus jeune les mots suivants: «Tu ne vas pas profiter de la pierre mais pourtant tu as aidé Darkhell dans ce marché, tu as crée de nombreux monstres toi-aussi....donc es-tu certain de ne rien vouloir? Je ne peux te laisser partir sans récompense!» Cela semblait être une règle pour cet être.
Sirius lui lança un regard blasé, et sembla pensif quelques instants avant de dire en haussant les épaules: «J'avoue que je n'ai pas de désir particulier à l'esprit pour le moment! Je pense que la pierre est un prix suffisant, je n'ai fait qu'assister mon maître!» Il ne désirait pas de récompense.
Qu'est-ce qu'un homme âgé comme lui pourrait faire comme souhait? Il ne désirait pas se servir de la pierre, certes mais bon.... Il secoua la tête, peu intéressé; «Non vraiment je ne désire rien!» Ce n'était pas la peine de lui offrir quelque chose, il n'avait pourtant rien fait de spécial pour mériter cela. Tout avait été fait grâce à Darkhell! Il n'avait donc aucun mérite!
- «Vraiment?» Fit le gardien d'un ton doucereux avec un fantôme de (ce qui semblait être un) sourire, sur le visage. «Vraiment rien? Je ne peux vraiment pas vous laisser partir sans même une mince récompense car vous avez aidé Darkhell dans ce marché que j'ai passé avec lui! Je me permets d'insister, je dois vous offrir quelque chose...» Sa voix avait quelque chose d'enjôleur, comme si on ne pouvait refuser ce qu'il proposait. Il semblait soudainement calculateur bien que toujours aimable. Savait-il quelque chose que le plus jeune des deux sorciers ignorait? Peut-être bien...
Le brun aux yeux bleus soupira et stoppa. Mais que demander? Sirius n'en avait aucune idée. Et Darkhell allait s'impatienter s'il tardait trop. Alors qu'il allait refuser une nouvelle fois un flash lui vrilla l'esprit, le faisant vaciller. Sa vision s'obscurcit quelques instants et des voix parvinrent à ses oreilles. La vision du futur....ou plutôt des mots en provenance du futur (sans doute) le frappèrent.

«Cependant, plutôt que nous achever, le Gardien a préféré faire de nous de monstrueux serviteurs à sa solde....»
…....
«Je suis sûr que nous réussirons à passer les épreuves du gardien. Et avec la pierre de Créscia, nous briserons le charme de Jovénia...mais je libérerais les faucons d'argent de cette malédiction dont vous avez été victimes, c'est une promesse.»

Sirius sursauta et cligna des yeux...Il ne connaissait aucune de ces deux voix. La première était grave, et n'avait rien d'humaine. L'autre était douce, enfantine et lui rappelait vaguement quelque chose sans qu'il puisse savoir quoi. Elle avait évoqué l'armée d'élite qu'il ne connait que trop bien et, en ce qui concernait la première, elle avait parlé du gardien ainsi que d'une malédiction qu'il avait lancé. Les deux avaient forcement un rapport l'une avec l'autre. Transformés en monstres? Était-ce cela la malédiction? Les Faucons d'argent allaient-ils venir ici? Mais pourquoi? Et qui était celui qui promettait de les libérer. C'était un enfant vu la voix. Cette voix lui disait très vaguement quelque chose...mais qui? Quand? Il n'en avait aucune idée. Il ne comprenait pas cette 'vision'. Pourquoi venait-elle comme par hasard au moment où le gardien lui demandait de souhaiter quelque chose? Avait-il un rapport avec ça? Il allait apparemment maudire les Faucons d'ici peu...Fallait-il qu'il fasse un 'vœu' à l'intention du Gardien pour que cette vision se réalise ou pour qu'elle n'ai pas lieu? Les deux étaient possibles..
L'un des sujets de ses pensées rappela alors sa présence, et demanda d'un ton toujours aussi neutre la question suivante: «Le futur que vous avez aperçu vous donne-t-il des idées de demandes?»
Sirius jeta un coup d'œil suspicieux au gardien et demanda, presque froidement «Est-ce vous qui avez provoqué cela?» La création des dieux lui avait-elle montrée cela comme menace? Il pouvait s'attendre à tout de la part d'un être aussi puissant.
L'autre eut un rire qui parut presque effrayant: «Pas vraiment...vous avez des visions qui vous viennent au bon moment dîtes-moi! C'est un don rare que vous possédez! Voulez-vous que je vous donne la possibilité de la maîtriser parfaitement?»
Rien ne l'intéressait vraiment...et il se sentait capable de gérer son pouvoir seul, alors que demander? Il décida de dire, totalement au hasard, sans se douter qu'il assurait le futur de deux personnes, afin de faire en sorte que sa vision 'se réalise': «Si un jour des personnes de mon sang viennent ici et échouent aux épreuves...ne les tuez pas!» Il trouvait lui-même cette demande étrange. Après tout rien ne disait que cette dernière 'vision' avait un rapport avec ses enfants ou ses neveux mais il agissait par instinct. La mort de son frère lui avait appris qu'on ne pouvait changer le futur et qu'en tentant de le faire, on pouvait plutôt l'amener à se réaliser. Il préférait donc simplement demander à ce que 'son sang' se meure pas ici.
Le gardien eut l'air un peu surpris mais acquiesça rapidement, l'air à nouveau amusé. Quelle demande amusante...il lui demandait d'épargner des membres de sa famille mais ne disait rien pour ceux qui éventuellement les accompagneraient (il devait s'en moquer)...très bien, il en prenait bonne note. «Très bien, je ne les tuerai pas mais ça ne veut pas dire que je ne leur ferai rien...» L'autre ne répondit rien à ça...il avait demandé il ne pouvait plus réclamer quoique ce soit. Au moins il était assuré qu'ils ne mourraient pas s'ils venaient (stupidement) ici pour chercher une des pierres (mais pourquoi le feraient-ils?). Et les dernières paroles du gardien lui confirmèrent qu'il venait d'amener le futur à se réaliser avec cette histoire de 'malédiction' lancé par cet être de magie.
Celui-ci murmura, d'un ton à nouveau neutre: «Et bien je vous souhaite un bon retour Mage Sirius..
- Et moi une bonne continuation Gardien!» Il souhait mentalement bonne chance aux prochains petits malins qui tenteraient de rafler une pierre à cet être mystique. C'est qu'il ne semblait pas vraiment prêt à les céder sans faire payer un prix (très fort) à ceux qui les voulaient .

*******

Les lunes étaient rondes et pleines dans le ciel. Il faisait doux, et tout était calme. Deux personnes montaient la garde autour du feu tandis que les trois autres dormaient du sommeil du juste. L'un des deux, un chevalier, tourna la tête vers son compagnon, un colosse aux cheveux châtain.
- «Dis moi Razzia....» La voix du plus jeune était à peine audible, comme si engager la conversation était difficile pour lui. Il voulait parler de quelque chose de difficile pour lui.
L'ancien ''Korbo'' se tourna vers le jeune homme d'environ 22 ans: «Hum?» il semblait à peine sortit de ses pensées. Visiblement c'était le moment idéal pour engager une discussion sérieuse.
L'épéiste hésita, comme si poser une telle question lui coûtait puis se lança: «Quand tu étais l'ombre rouge....» Il vit son ami se crisper et s'excusa mentalement avant de rependre d'une voix plus apaisante «Tu as du entendre parler du ...fils de Darkhell?» Son cœur battit soudainement plus vite, un étrange sentiment se rependit en lui. Une envie de savoir pour pouvoir venger son père...
Un temps de silence ou l'autre resta totalement immobilisa avant qu'il ne réponse. «Qui n'en a pas entendu parler Danaël?!» Il savait très bien ce que son ami voulait dire mais préférait jouer la carte de l'incompréhension pour retarder le moments de possibles aveux. Il n'était pas idiot!
Le chef de leur groupe secoua la tête «Non, est-ce que tu l'as déjà vu? Vous travailliez tous les deux pour Darkhell non?
-....» L'autre prit une grande inspiration et demanda, d'une voix trop sérieuse: «Pourquoi veux-tu savoir cela Danaël? Cela fait des années qu'il n'agit plus non?
-....Je...Je ne sais pas qui il est, ni quel âge il a mais vu que le sorcier noir est très vieux, son fils doit avoir une quinzaine à une vingtaine d'années de plus que Ténébris..» Il ne vit pas le petit sourire amusé de Razzia à ce commentaire. Il était trop occupé par ses pensées pour prendre garde à ce qui se voyait sous ses yeux. «...Cet homme a commis de grands crimes! Il doit payer, comme son père ou sa sœur!»
Razzia leva les yeux vers la voûte céleste et demeura plongé dans un long silence avant de lâcher, l'air de rien «Mais à toi...qu'est-ce qu'il t'as fait?» murmura-t-il d'un ton très sérieux et très calme, fixant le plus jeune dans les yeux, faisant frissonner celui-ci malgré lui et ajouta: «Ne me ment pas, je sens bien qu'il y a quelque chose de personnel dans ton désir de le retrouver!»
Danaël déglutit, ayant l'impression que son ami lisait en lui comme dans un livre ouvert. Ca l'effraya légèrement. Il se reprit cependant bien vite et lança au châtain, d'un voix toutefois moins maitrisée: «Tu sais ce qu'on ressent quand on perd ses parents n'est-ce pas? Lui...il m'a infligé ça! Il a tué mon père! Je me suis promis que j'enfermerais ce monstre à Barek un jour ou l'autre!»
Le colosse eut une étrange lueur dans ses yeux, quelque chose qui fit froncer les sourcils de son équipier. Puis il demanda, d'un ton toujours égal: «Comment s'appelait ton père?»
Il se prit un regard méfiant de la part du blond qui demanda, lentement: «Pourquoi?
- Il est possible que j'en ai entendu parler...j'aimerais juste savoir le nom pour voir s'il y a un rapport!
- C'était le capitaine Nathanaël! Il servait l'armée d'élite des Faucons d'Argent!» Cette fois, il vit les yeux de son ami se plisser et fut convaincu qu'il savait quelque chose. «Tu sais?!
- Ténébris m'en a parlé comme de quelque chose qui avait 'mal tourné' mais rien de plus!» Razzia n'osait dire qu'il connaissait toute l'histoire. Il regarda ensuite le blond du coin de l'œil. Maintenant qu'il y pensait, il voyait quelques vagues ressemblances physiques avec Sirius. Il se mordit la lèvre inférieure, mal à l'aise. «Tu sais...» Il toussota, sa voix tremblant un peu «Quand je suis arrivé à Casthell pour la première fois, il n'y vivait p...plus depuis un moment! J'ai entendu dire qu'il s'était retiré quelques années avant mon arrivée.» Il n'osait pas dire qu'en réalité, Sirius n'avait jamais vécu là-bas...et il ne pouvait pas dire quoique ce soit, éprouvant, dès qu'il ouvrait la bouche pour le faire, une pointe de culpabilité venue d'on se savait où. Le visage de celle qu'il aimait toujours semblait apparaître, accusateur, devant ses yeux dans ces moments-là...et il repensait à tout l'histoire de l'apprenti de son ancien maître.
Et là il ne pouvait plus rien dire, il en était tout simplement incapable...incapable d'achever sa trahison envers le sorcier noir. Il se sentait pathétique! Mais en même temps, Sirius l'avait traité comme un membre de sa famille, avait été si chaleureux, si humain...qu'il ne pouvait pas..le dénoncer de la sorte. Il touchait encore le fond...ou son passé le taraudait trop...Il poussa un profond soupir, se passant la main dans les cheveux, ses yeux se perdant dans le lointain.

- «Tu ne sais vraiment rien sur lui alors?» Demanda Danaël, l'air de rien, mais le châtain le vit bien crisper le poing, et devina que la plaie ne s'était pas totalement refermée. «..Tu ne l'as vraiment jamais rencontré?» reprit le chevalier, cachant mal sa curiosité et son impatience. On lisait pourtant en lui comme dans un livre ouvert, même si on savait rien de toute l'histoire. Sa demande était compréhensible et légitime sauf que...non ce n'était ni bon, ni raisonnable de tout lui déballer maintenant! Ca ne serait bon pour personne et surtout pas pour lui.
Razzia décida de lui donner une ou deux informations au compte-goutte afin que le blond ne soit pas trop suspicieux à son égard, car il avait bien du voir qu'il cachait quelque chose: «Si...une ou deux fois! Dans les couloirs de Casthell...tu sais, il ne dirigeait plus les troupes de Darkhell à ce moment-là, mais il l'aidait encore sur ses expériences magiques...je lui ai bien parlé une ou deux fois, avec Ténébris. Mais il ne m'a jamais dit son nom, son origine ou quoique ce soit d'autre. C'était une personne très mystérieuse. Il gardait toujours son masque sur le visage, même là-bas, et je crois que seul le sorcier noir et sa fille connaissaient son visage.» L'ex ombre-rouge n'aimait pas mentir. Mais pour l'avoir subit, et le subir encore, il voulait pas faire tomber son nouvel ami dans le cercle vicieux de la vengeance, surtout que celle-ci était plus ou moins injustifiée. Tant qu'il ne saurait rien sur Sirius, il ne chercherait pas à le retrouver. Et puis que pouvait-il dire? Quelque chose comme ''Il s'appelle Sirius, il vit dans le petit village de ****, il a une famille...ha et au fait justement, c'est ton oncle du côté de ton père et ce n'est pas lui qui a fait de toi un orphelin mais quelqu'un d'autre!'', c'est ça? C'était risible rien qu'à y penser! Il était hors de question qu'il dise cela à voix haute. Il ne voulait pas traumatiser son nouvel ami en plus. Mais lui cacher la vérité sur tout l'histoire lui pesait aussi...que faire? Il le saurait peut-être un jour de toute façon? Était-ce à lui de tout lui dire? Non certainement pas.
Parfois il aurait préféré ne rien savoir sur lui, mais Ténébris lui avait raconté tant de choses. Il avait ainsi appris à connaître celui qui se cachait derrière le titre de ''fils de Darkhell''. Et surtout lui savait la vérité, il aurait aimé dire: ''Ce n'est pas lui qui a tué ton père Danaël...'' mais ça non plus il ne pouvait le lui expliquer, parce qu'il devrait alors lui raconter tout le reste. Et il était probable que son leader ne le croit pas. Cette histoire était vraiment incroyable en plus!
- «Ce que j'aimerais mettre cette pourriture à Barek avec Ténébris!» Grogna le blond en serrant le poing, comme s'il aurait aimé frapper celui qu'il croyait être l'assassin de son père.
- «Si tu dis ça juste pour te venger Danaël...ce n'est pas très bon pour toi, j'en sais quelque chose!» murmura son ami, rajustant le Léviathan dans son dos. Mais il était un peu hypocrite en disant cela puisque lui-même voulait faire payer Darkhell pour ce qu'il avait fait à sa ville et à sa famille. Il n'en voulait pas spécialement à Ténébris (elle avait son âge quand sa vie avait été détruite) mais avait été obligé de la mettre en prison. Il avait encore le cœur serré lorsqu'il repensait à tout ça.
Son chef s'énerva en entendant ces mots: «Il n'y a pas que ça! Il y a tout le reste, tout ce qu'il a fait! C'est un assassin! Il ne vaut pas mieux que Ténébris sur ce plan!» Il rajouta, voyant le rictus de son compagnon «...Je veux dire il est même pire qu'elle!» Il ne voulait pas blesser son ami sur ce point, sachant qu'il aimait encore la fille du sorcier.
Razzia haussa les épaules «Tu le hais, ça j'ai bien compris!» il n'osa pas en dire plus. Il craignait paraître trop ...suspect de part son attitude.. Dire que lui savait la vérité mais ne pouvait pas la dire.
Danaël se crispa et grogna «Qu'il soit maudit lui et le reste de son sang!» Il pensait visiblement toujours que le ''fils de Darkhell'' était véritablement son fils et donc le frère de Ténébris.
C'était normal quelque part. Rien ni personne n'avait pensé autre chose. Comme quoi cette couverture marchait très bien! Le châtain aurait certes pu démentir cette réplique mais comme personne ne lui demandait...il n'avait pas envie de le dire. Le colosse retint d'ailleurs un rire nerveux en entendant ces mots: ''S'il savait qu'il se maudit lui-même là...il va se porter la poisse à dire des trucs pareils!'' mais n'osa pas répondre à cette dernière réplique.

*******

Une silhouette, un sorcier masqué tentant d'utiliser une étrange pierre...
Cinq personnes arrivant pour l'arrêter...
...Un combat violent, difficile..
...Et soudain un geste discret, d'un des cinq combattant, impossible de savoir lequel
La pierre rosée qui tombe et se brise, une explosion, une déferlante de magie, un vent étrange parcourant la planète...des centaines d'enfants...et plus aucun adulte...

Il se réveilla en sursaut. Décidément son don ne venait que quand ça lui chantait. Qu'est-ce que c'était pénible. Il secoua la tête, quelque chose allait mal tourner. Un groupe de héros allait venir affronter Darkhell et l'un d'eux allait briser la pierre de Jovénia. Devait-il prévenir Darkhell? Il ne savait pas vraiment...Razzia avait trahit le sorcier, Ténébris était en prison...et lui..il n'avait guère envie d'être le prochain sur la liste. Il ne savait pas combien de temps le châtain se tairait sur son compte, puisque qu'il n'avait visiblement rien dit jusqu'ici. Non...Il n'allait rien faire. De plus personne n'allait mourir....non? Et cet accident de magie n'allait surement pas durer!
Il ne savait pas à quel point il se trompait...
Et il ne savait pas à quel point c'était proche d'arriver...

Il soupira et se dirigea vers son fils qui parlait avec petit frère. «Alors Regulus? Tout s'est bien passé?» Les deux garçon, celui de plus de 30 as et celui de 22 ans se tournèrent d'un même coup vers lui, aussi heureux l'un que l'autre (bien que l'aîné le soit certainement plus).
- «Oui grâce à mère, il n'y a eu aucun problème!
- Tant mieux...comment l'avez-vous appeler?
- Nous avons pensé à...» Regulus hésita un court instant et continua, presque timidement «à Nathaniel...une sorte d'hommage à mon oncle sans reprendre totalement son nom.»
Les yeux se son père s'adoucirent, montrant son approbation. «C'est un beau nom en effet..» Il eut alors l'étrange impression que l'enfant était né à temps. Que la naissance ait eu lieu plus tôt que prévu était une chance. Il ne sut pas d'où venait cette impression.

*******

Les Légendaires étaient arrivés dans le village. Même ici leur réputation les avait précédé. Ils furent accueillis comme il se doit. Et Danaël reconnût Sirius «Dîtes...Vous ne seriez pas le guérisseur que j'ai rencontre il y a 5 ans?
Si et je me souviens bien de vous chevalier. Et je vois que vous avez changé de voie également!
Oui...et encore merci pour votre intervention! Je me suis parfaitement remis grâce à vous!»


*******

Sirius croisa les bras, attentif au chevalier qui avait demandé à lui parler. Ils étaient sur la haute colline qui dominait tout le village et qui faisait un poste d'observation vers tout les points cardinaux. Le mage ne regardait pas son interlocuteur, préférant admirer le coucher de soleil à l'horizon. Finalement il engagea la conversation, dissipant le malaise ambiant «Alors chevalier? Que me voulez-vous?» Il avait une vague idée mais préférait demander, on ne savait jamais qu'il se trompe. Malheureusement pour lui, ce ne fut pas le cas.
- «Je trouve cela étrange tout de même Sirius...ce village est le plus proche de Casthell, je ne pensais même pas qu'une telle proximité était possible. Les monstres évitent volontairement les habitations, n'attaquent pas les habitants. Sans vouloir vous offenser, je serais en droit de trouver cela louche non? Avez vous une explication quand à ce 'miracle' d'être épargné par Darkhell?» Il se méfiait, son intuition se trompait peu souvent et là quelque chose lui disait que ça ne tournait pas rond, qu'il y avait une atmosphère étrange. Pourquoi le sorcier épargnerait-il cet endroit perdu et sans intérêt?
Le guérisseur ne répondit pas, ses cheveux sombre mais grisonnant flottant dans le sens du vent «Et vous chevalier, vous avez bien tout abandonné du jour au lendemain non? Pourquoi avoir fait quelque chose de si important sur un coup de tête?!» Il avait posé la question l'air de rien, sans même jeter un coup d'œil au jeune homme, voulant le remettre à sa place sans élever même la voix. Il n'eut pas de réponse, à sa grande satisfaction. Il poursuivit donc: «Alors ne me demandez pas de comptes! Et n'accusez pas le village de quoi que ce soit!» Et c'était vrai. Personne ne savait qu'il était le '''fils de Darkhell'' ici. Mais les monstres du sorcier avaient toujours contourné le village, ne l'avait donc jamais traversé ou survolé. Cela ressemblerait pour n'importe qui de l'extérieur, à un traitement de faveur. Et c'était le cas. Même les gens du village soupçonnaient des alliances ou accords avec le sorcier mais personne n'avait jamais rien pu prouver. Ce n'était pas Danaël qui pourrait démontré quelque chose avec le peu d'informations qu'il avait en main. Heureusement pour lui...il n'avait aucune envie de se battre...
Le blond ravala à temps le ''comment savez-vous ça?'' qu'il avait sur le bout des lèvres et plissa les yeux «Vous me faîtes la morale?» Il ne sut pas s'il voulait ou non une réponse. Il se sentait étrangement menacé mais en même temps quelque chose en lui disait qu'il ne risquait rien.
L'autre ne se retourna pas, fixant l'horizon, où, au loin, on apercevait le début des terres occupées par Darkhell. Le blond reprit: «Ou peut-être êtes-vous du côté du sorcier noir?» Il essayait apparemment de le faire réagir. De plus ce village, si près de Casthell, n'avait réellement jamais subit quoique ce soit. Il y avait quelque chose louche là-dessous non? Certains des habitants devaient obligatoirement travailler pour le sorcier!
Un petit rire lui parvint comme unique réponse. «Non...Rien de tout ça! Vous êtes suffisamment vieux pour faire vos propres choix! Je vous posez simplement une question indiscrète comme vous nous avez accusé d'aider Darkhell!» Il haussa les épaules «Je n'avais aucunement l'intention de faire la morale à qui que ce soit....je suis assez mal placé pour faire ça d'ailleurs!» En effet sur la question de tout abandonner pour suivre une voie qu'on avait soit-même choisie, il ne pouvait pas vraiment faire la leçon à quelqu'un...ça serait un peu culotté. Et son neveu avait l'air très heureux.
Danaël ravala ses questions. Il devait plus ou moins la vie à ce type..il s'abstint donc de le braquer avec des questions trop indiscrètes. De plus cette homme avait une aura, il s'imposait dans une discussion. Cette silhouette qui le dominait depuis le haut de la colline, à peine quelques mètres devant lui, lui rappelait amèrement son grand-père, Anthor, silhouette synonyme de peur, de douleur et de chagrin. Un frisson le parcourut lorsqu'il eut cette pensée. Ce type ressemblait vraiment à son grand-père physiquement, il n'y avait aucun doute là-dessus. Le hasard faisait bizarrement les choses parfois.
Soudain la voix tranquille parvint à ses oreilles «Le destin est une chose cruelle n'est-ce pas? Même si on le connaît à l'avance on ne peut le changer ou le modifier! En faisant cela on risque au contraire de provoquer les évènements, de les accélérer ou alors de ne rien d'être d'autre qu'un spectateur impuissant qui souffrira de ne rien n'avoir pu faire.
- Pourquoi me parlez-vous du destin? Vous êtes médium?
- Plus ou moins...et qu'importes qu'on veuille le modifier de tout ses forces, c'est une chose imprévisible, impitoyable qu'on ne peut changer...il joue parfois des tours inattendus...j'en sais quelque chose.
- Je ne comprend pas!
- Il n'y a rien à comprendre, je ne vous fais pas de prédiction mais une mise en garde! Rien n'arrive pas hasard! Tout était écrit à l'avance...» Et il partit, laissant son neveu dans une mer d'interrogations diverses. Les dés étaient lancés, demain les pions avanceraient et ce serait l'échec au roi. L'histoire allait connaitre un tournant et pour une fois il n'avait aucune envie d'intervenir pour empêcher cela.


A suivre
Prochain Chapitre: L'Accident Jovénia


Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Mer 7 Juil - 21:05

Chapitre 28: Jovénia (Sirius, Regulus, Vertig/Skroa)

Sirius s'immobilisa, quelque chose tombait du ciel, une sorte de poudre dorée, qui parfois formait de petites boules lumineuses. Cette ''pluie'' dorée lui tomba dessus, et un étrange sentiments l'envahit. Il sentit son corps réagir, une aura lumineuse sembla l'entourer et une vague de chaleur de parcourut, laissant d'étranges fourmillements dans ses muscles. Il s'aperçut qu'il rétrécissait, que ses mains redevenaient petit à petit fines, blanches, et dépourvu des traces calleuses qu'elles portaient depuis plusieurs années. Ses cheveux, qui avaient toujours été longs, ne changèrent pas plus que ça, retrouvant juste éclat et vivacité d'antan.
Il passa une main presque tremblante sur son visage et se rendit compte que celui-ci, jusqu'ici anguleux, s'arrondissait à nouveau, reprenant des traits clairement enfantin. Ses vêtements lui parurent soudain trop grand, il nageait littéralement dedans.
La stupeur le figea quelques instants...et il comprit, il avait rajeuni, il ne savait pourquoi mais il avait rajeuni....mais jusqu'à quel point?! Il s'approcha du lac situé à côté du village et s'observa.
Un enfant...il était redevenu un enfant, un jeune adolescent d'à peine 12 ans...sa peau avait perdu son teint légèrement doré qu'il avait gagné durant toutes ces années, redevenant laiteuse. Il avait récupéré ses mains fines et frêles qui ''n'avaient rien de celles d'un guerrier ou d'un chevalier'' selon son père. Il avait beau nager dans sa tenue, il se rendait compte qu'il avait aussi récupéré son physique fragile et frêle qui le rendait si 'faible' au yeux de son père.
Merveilleux...C'est quoi ce délire? Darkhell! Qu'est que vous avez fichu au juste?
Soudai il se figea, sentant que quelque chose n'allait pas...il se remémora alors la vision qu'il avait eu peu de temps auparavant, la dernière en date pour être précis.

Une silhouette, un sorcier masqué tentant d'utiliser une étrange pierre...
Cinq personnes arrivant pour l'arrêter...
...Un combat violent, difficile..
...Et soudain un geste discret, d'un des cinq combattant, impossible de savoir lequel...
La pierre rosée qui tombe et se brise, une explosion, une déferlante de magie, un vent étrange parcourant la planète...des centaines d'enfants...et plus aucun adulte...

D'accord
..La pierre de Jovénia avait du se briser dans l'affrontement et voilà le résultat. C'était une pierre divine, créée et utilisée par les dieux. Elle était donc d'une puissance incroyable. Ce qui voulait dire que, toute la planète devait être touchée....et une grande question se posait...étaient-ils tous bloqués définitivement à douze ans ou allaient-ils grandir à nouveau? Il écarta cette question, sachant qu'il aurait vite la réponse...Il retourna rapidement chez lui, sans prendre garde aux exclamations sur son chemin, les habitants étant plus ou moins choqués de ce qui leur été arrivé.
Arrivé dans sa chambre, il ferma les yeux....génial, le retour de la fragilité...les potions fortifiantes de Darkhell, que le sorcier lui avait donné pendant un an pour renforcer son corps, ne faisaient pas effet puisqu'il était retombé à douze ans. Il eut un sourire désabusé...ca lui rappelait des souvenirs à la fois heureux et douloureux. Il eut l'impression d'entendre la voix de Nathanaël qui criait qu'il n'était pas faible, juste un peu trop maigre. Il était redevenu le garçon frêle et maladif qui n'arrivait pas à tenir une épée plus de 5 minutes, qui s'essoufflait rapidement...heureusement que Darkhell lui avait donné cette potion lorsqu'il avait dix-huit ans. Il ne savait s'il aurait tenu si longtemps sans...et il ne serait pas devenu ce qu'il était aujourd'hui, ni ce qu'il fut dans le passé...
Il eut un léger sourire «Heureusement que j'ai la formule de cette potion et la façon de l'utiliser pour reprendre un physique fort et résistant! Enfin une apparence moins frêle que celle-là!»
La porte s'ouvrit alors et Regulus entra en coup de vent «PERE! Non mais vous avez vu ce qui..» Il stoppa «..Se passe?» Il se tut et fit finalement avec un grand sérieux «Sauf votre respect père, quand vous aviez douze ans vous aviez presque l'air d'une poupée de porcelaine...et ceci n'est pas une critique!»
Sirius haussa un sourcil presque moqueur «Quelle façon poétique de définir mon physique...jamais personne n'y a pensé dans mon enfance!»
Non les remarques de son père étaient beaucoup plus narquoise, rabaissantes, humiliantes et montraient à quel point il le décevait encore et encore.
Regulus se frotta la nuque et ajouta, un rien taquin: «Si Elendel était là (et il est dans le coin d'ailleurs), il dirait que vous ressemblez à une fille!»
Son père, entrant dans son jeu fit craquer ses doigts et répliqua, l'air de rien: «Qu'il essaye...et s'il ose seulement y penser il va devoir apprendre rapidement à éviter les Fireball! J'ai eu un très bon professeur pour apprendre à les faire!»
L'autre brun eut un petit rire nerveux: «Vous êtes de mauvaise humeur...n'est ce pas?
- Tout à fait!» Sirius s'aperçut avec un rien d'amusement que son fils lui ressemblait comme deux gouttes d'eau à ceci-près que il était plus musclé, avait un teint plus mate et des yeux violets. Tout à coup il comprit pourquoi Anthor, il y a des années, la seule et unique fois où il avait croisé son enfant, avait aussi vite deviné le lien de parenté entre Regulus et lui. Ca coulait de source..au premier regard pour qui le connaissait.
Son premier fils haussa les épaules et hocha la tête «Tout le monde est furieux...sauf les enfants du village, ceux de moins de douze ans, qui eux semblent trouver ceci très amusant....et les plus vieux aussi qui eux....» Son sourire laissait présager une boutade sous-entendue mais l'autre ne lui en laissa pas le temps.
- «Ne finit pas ta phrase, sale gosse!» Avertit le sorcier, plissant les yeux d'un air menaçant.
L'autre prit un air presque offusqué «Je n'y pensait même pas Père!» Puis il éclata de rire sous le regard blasé de son interlocuteur. Il se reprit ensuite «Et bien...heureusement que Nathaniel n'est qu'un bébé ou il aurait été très perturbé par ce changement!» C'était certain..ses parents remplacés par des enfants, ça aurait traumatisé un tantinet un enfant déjà capable de reconnaître les personnes qui l'entourait. Heureusement le fils de Regulus n'avait que quelques jours. Finalement le fait qu'il soit né plus tôt que prévu était véritablement une très bonne chose.
- «Il faudra lui expliquer quand il sera plus grand...
- ...Oui..surtout si on ne trouve pas d'antidote à cet état...
- Je pense savoir d'où cela vient mais dans ce cas, je ne vois pas vraiment comment faire pour inverser a situation!» il n'ajouta rien et son fils n'insista pas. Il savait que son père connaissait de nombreuses choses en rapports avec la magie mais ne voulait pas tout partager, certaines de ces arcanes devant rester un secret. Peut-être n'avait-il aussi aucune envie d'inverser cet incident magique?

*********

Sirius rentra au village, un nuage de mauvaise humeur planant au dessus de lui, la main crispée sur son épée. Le château était vide, sauf des Darkhellions qui volaient au dessus su Casthell en appelant leur maître disparu dans des cris aigus. Il rajusta la sacoche qu'il emportait toujours avec lui...pensif. C'était quand même bizarre qu'il n'est pas trouvé le corps de Darkhell non?
Soudain des voix se firent entendre, des voix qu'il connaissait.
Malka se tenait un peu plus loin, penché sur quelque chose, interrogatif «Mais d'où il sort lui? Le plus proche village est sacrément éloigné quand même!
- C'est un vrai enfant ou un adulte rétrécie?» Interrogea Kenga en rajustant le bandeau qui lui tombait encore une fois devant les yeux.
- «Et c'est quoi l'oiseau bizarre qui est avec lui?» fit une troisième fois, à peine plus enfantine que les autres. Elle provenait d'un jeune jaguarian de 8 ans à peine, à la fourrure châtain avec quelques rayures d'une douce couleur blonde, identique à celle des cheveux mais celle-ci était un peu spéciale: elle possédait des reflets doré, roux très clair et même miel avec quelques mèches platines qui parsemaient sa chevelure de quelques trainée d'argents. Comme beaucoup de ses semblables hors de Jaguarys, il avait été retrouvé dans une large cave où se tenait des ventes de monslaves, endroit trouvé et dénoncé par les Éternels, bande que formaient Régulus, Malka, Kenga et Artanis. Craquants totalement devant la bouille adorable que jeune Kelmi-Nhou, âgé d'à peine 5 ans à l'époque, il l'avait pris avec eux, laissant les autres monslaves retrouver leur liberté.
Sirius s'immobilisa, surpris. Qu'est-ce que trois des compagnons de son fils faisaient ici? Surtout le plus jeune qui ne décollait (presque) jamais de son chef en temps normal. Peut-être étaient-ils ici pour s'entraîner. Et l'absence des deux autres étaient facilement explicable: Nathaniel évidement. Ils resteraient tous dans le coin au moins pendant la première année
- «Qu'est-ce qui se passe ici?» Demanda-t-il, s'approchant lentement tandis que trois têtes se tournaient vers lui, prenant aussitôt un air soulagé. Tiens...ça voulait dire qu'on avait besoin d'un guérisseur ça...à tout les coups...Ils avaient apparemment trouvé quelqu'un de blessé...
- «M'sieur Sirius!» S'écria le jaguarian en courant vers lui, son étrange pendentif s'agitant à chaque nouveau pas «Il y a quelqu'un d'évanoui par terre! Il respire mais il bouge pas!!
- Ha?» Il s'approcha et posa un genou au sol, examinant le garçon inconscient. Il avait des cheveux brun ébouriffé et une peau dorée, légèrement mate. Ses vêtements....c'était cela le plus bizarre, il n'avait qu'un pantalon rouge déchiré, d'une chemise jaune et bleu en lambeaux et qu'il semblait s'être enroulé dans une large bande de tissu violette.
Mais...Impossible ces vêtements...
Il retourna rapidement l'inconnu (qui ne l'était plus trop à ses yeux) et examina son visage. Quand il vit l'étrange cicatrice qu'il avait au visage, il sentit son cœur s'arrêter de battre.
Darkhell...
Il est vivant...et victime comme tout le monde de l'effet Jovénia.

Il se sentit étrangement heureux de cette découverte. Le sorcier avait, bien qu'ils n'aient aucuns liens de sang, agi comme un père pour lui durant toutes ces années. Sa mort n'était pas une chose que Sirius souhaitait. Loin de là...Il examina rapidement le sorcier rajeuni et ne vit là qu'une insolation.
- «SKRROOAAA»
Ce fut plus un réflexe qu'autre chose, il roula prestement sur lui côté, évitant l'attaque en piqué de l'oiseau vert qui fondait sur lui et l'attrapa par le cou. Il n'eut bien sûr qu'aucun mal à le reconnaître, il était là lorsque Darkhell avait essayé la pierre sur le Galina. Les yeux sombres de l'oiseau se posèrent rageusement sur lui mais il ne prononça pas un mot, préférant se faire passer pour un simple animal. C'était effectivement plus sûr...pour lui.
- «L'oiseau doit penser que vous alliez faire du mal à son maître!» Fit le plus jeune avec beaucoup de sérieux, hilarant pour âge d'ailleurs. «Il a l'air très fidèle!»
Sirius eut un sourire narquois et répondit, calmement, appuyant légèrement sur le sarcasme «Bien entendu, il est normal pour un animal domestique de défendre son maître n'est-ce pas?»
Les yeux de l'oiseau s'écarquillèrent et il lança un ''Skroa'' rageur ainsi qu'un regards colérique. Nul doute que c'était dans ses intentions de faire ça.
Mais pourquoi? Il avait eu 1000 fois l'occasion de tuer Darkhell depuis la défaite de celui-ci n'est-ce pas? Visiblement le sorcier n'était pas en état de faire quoique ce soit et Skroa avec ses idées sadiques et déloyales auraient forcement trouvé quelque chose pour lui nuire.

- «Heureusement qu'il nous a fait signe en volant au dessus de nous pour nous amener ici!» Déclara Kenga, ignorant les pensées du seul qui connaissait tout. «Sinon on ne l'aurait pas trouvé!»
Le mage plissa les yeux, regardant son 'ennemi' dans les yeux et siffla entre ses dents «A quoi tu joue exactement?» La réponse fut un regard moqueur et un sifflement tout ce qu'il y avait de volatile. Skroa n'avait pas l'intention de lui répondre de quelques manières que ce soit.
- Vous avez dit quelque chose Sirius?
- Non...Rien!»

*********

Darkhell s'était finalement réveillé et il s'était avéré qu'il était amnésique, sa mémoire était vide de toutes informations. C'était un peu inquiétant mais cela devait être du à l'onde de choc qui avait suivie la destruction de la pierre de Jovénia. La magie du sorcier noir avait du être affectée et cela lui avait fait perdre ses souvenirs. Comme il ne savait plus qui il était, Melian lui avait choisit un nom: Elysio. L'amnésique était doux, curieux, aimable et semblait avoir une grande volonté de rendre service au gens. Personne ne soupçonnerait jamais qu'il s'agissait de Darkhell!
Elysio s'était aussi pris d'affection pour 'Vertig', appréciant que cet oiseau dont il ne se souvenait pas lui soit aussi fidèle. Sirius n'avait trouvé ni moment, ni occasion pour éloigner l'oiseau et maintenant il ne pouvait plus. A son grand regret...mais quoique soit les plans de Skroa, le sorcier sans mémoire ne risquait pas grand chose tant que le Galina était sous cette forme. Heureusement...et mieux valait qu'il reste avec Elysio plutôt qu'il disparaisse dans la nature à ruminer un plan quelconque.
Cette nuit-là, Sirius sortit et s'isola, légèrement au dessus du village, emmitouflé dans une large cape bleue. Il commençait à nouveau une cure de cette potion magique visant à faire disparaître sa fragilité physique mais encore une fois, c'était long. S'asseyant contre un tronc d'arbre, il ferma les yeux, savourant la fraîcheur de la nuit. Le monde avait rajeuni mais était toujours le même quelque part, la nature ne changeait pas elle...
Un frôlement et un battement d'ailes le firent rouvrir les yeux. Il soupira «Qu'est-ce que tu veux?
- On a laissé tomber le vouvoiement? Sale petit insolent!» Grogna l'oiseau, se posant sur un rocher à quelques mètres de lui. «Et regardes-toi! Un gamin frêle et fragile! Si j'étais sous ma forme adulte, je pourrais te massacrer en moins de deux!» Cracha l'oiseau d'un ton méprisant.
Sirius haussa les épaules, pas plus perturbé que ça: «Le problème c'est que ce n'est pas le cas! Tu n'es en ce moment qu'un fragile et impuissant oisillon dénué de pouvoirs! Je pourrais t'écraser si je voulais!» Il avait pris exactement le même ton, se moquant sans remords de son adversaire diminué.
Skroa ébouriffa ses plumes sous l'effet de sa colère: «Je retrouverais ma taille adulte avant vous! Et Darkhell et toi vous le paierez très cher!» Il avait crié la fin de sa phrase, déployant ses ailes comme s'il brûlait de se jeter au visage de son ennemi mais ne le faisant pas, par crainte d'une représailles quelconque question pouvoirs magiques. Ce sorcier devait être fort, même rajeuni...Darkhell l'avait formé après tout. Les yeux noirs de l'oiseau vert se plissèrent et il cracha «Je le promets!»
L'autre leva les yeux au ciel, blasé: «Sans blague? Je suis mort de peur!» Il omis bien évidement de dire que l'accident Jovénia avait affecté ses pouvoirs magiques et qu'il ne parvenait à s'en servir que difficilement. Chose qui changerait probablement avec un peu d'entrainement.
Skroa laissa passer un temps de silence et pencha la tête de côté, titillant un peu l'ancien commandant, des forces du sorcier noir, qui lui faisait face: «Je me demandes...pourquoi tu ne me tue pas?» Il fut secrètement ravi de le voir tressaillir. Haaa il avait touché un point sensible?
- «...Je ne suis plus un assassin...» Dit Sirius en détournant le regard, le portant sur le lac en contrebas. Il n'était plus le fils de Darkhell ou l'apprenti de Darkhell...il était juste Sirius.
Skroa émit ce qui ressemblait à un caquètement: «Sans rire? Que le fils de Darkhell tienne de tels discours n'est pas crédible!» Il savait qu'il prenait des risques mais se moquer de son adversaire futur (c'était un évidence pour lui) était plaisant.
L'autre leva les yeux au ciel «Je ne suis pas son....pfff laisses tomber et tu n'es pas mieux que lui d'un certain point de vue!» Il n'avait aucune envie de s'abaisser au niveau du galina.
Vraiment aucune envie.

A suivre


Prochain Chapitre: Vieilles connaissances


Dernière édition par Dragonna le Dim 11 Juil - 12:13, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Ven 9 Juil - 15:37

Chapitre 29: Vieilles connaissances (Sirius, Regulus et ses neveux)

Elysio était parti un jour (avec Skroa/Vertig) laissant un mot disant qu'il allait tout faire pour inverser l'accident Jovénia. Sirius, suite à plusieurs évènements divers, du partir avec Regulus dans une ville à proximité de Klafooty, laissant le reste des Éternels (et son petit-fils) dans leur village. Les potions qu'il avait fabriqué et prises l'avaient à nouveau renforcé, il pouvait donc à nouveau se battre dans se fatiguer trop rapidement. Idem pour ses pouvoirs qu'il maitrisait à nouveau, petit à petit. Dans chaque ville où ils passaient, ils entendaient les gens maudire les Légendaires, dire qu'ils avaient bien fait de dissoudre leur groupe, que tout était de leur faute. Rien de très réjouissant en définitive. De même le groupe des Faucons d'Argent, sous prétexte que le chevalier Danaël avait été parmi eux, étaient aussi quelque peu mis au ban et mal vu par les Alysiens. Chose totalement stupide selon les mots de Regulus. Sirius était assez d'accord avec lui...d'ailleurs.
Et puis, il y avait une autre raison pour laquelle il était venue ici. Un souvenir d'une vision qu'il avait eu lorsqu'il était allé avec Darkhell chez le gardien. Ses neveux allaient avoir affaire au à ce dernier. Il en était certain maintenant. Qui plus est...une nouvelle vision avait confirmé ces pensées.
Il tentait vaguement ou plutôt il espérait pouvoir avertir son neveu du danger...car il savait qu'il ne pourrait le faire changer d'avis. On était têtu et fier dans la famille...trop parfois..

*******

- «REGULUS!» fit une voix forte et furieuse depuis la gauche. Quelqu'un non seulement le reconnaissait mais était aussi en colère après lui. Pour le reconnaître, il devait donc l'avoir connu enfant ou croisé depuis Jovénia. Quelque chose de mauvais pouvait se produire lui dit son instinct!
Le concerné sursauta et se retourna vers un garçon qu'il reconnût aisément. «Tiens Ganja...comment vas-tu?» Lança-t-il dans un gigantesque sourire emprunt de bonne humeur.
Ca n'adoucit pas l'autre: «Toi ! Ca t'aurais tué de revenir de temps en temps à Oroban après avoir....enlevé ma sœur? Tu sais à quel point on était inquiet! Une lettre de temps à autre et plus de nouvelles depuis trois ans! Espèce de....de...
- Effectivement...ma femme me l'a proposé une fois ou deux...de venir..te voir!
- Qu...QUOI? Vous êtes marié?» Il souffla et se passa la main sur le visage «Merci de me mettre au courant après très cher beau-frère!» On le sentait sarcastique sur la fin de la phrase.
Regulus eut un sourire amusé et lui tapota l'épaule avant de dire, d'un ton compatissant «Et ce n'est pas tout, nous sommes certes mariés mais il y a autre chose...» Il eut un grand sourire ravi et acheva, d'un ton empli de bonne humeur «...J'ai le plaisir de t'annoncer...que tu es l'oncle d'un adorable petit garçon de...» Il n'eut pas le temps de finir sa phrase...chose compréhensible vu l'effet bombe que son annonce eut sur son interlocuteur.
Ganja se figea, les yeux largement écarquillé et hurla «ET VOUS ATTENDIEZ QUOI POUR ME DIRE TOUT CA?» Plusieurs regards se tournèrent vers lui avec stupéfaction. C'était rare l'entendre crier comme ça. Il était normalement assez calme...
Son beau-frère haussa les épaules. Il connaissait une autre personne qui, bien que sachant l'existence de ses neveux et de sa nièce, ne les avait jamais rencontré. Ce n'était pas son attention, il comptait bien un jour présenter Nathaniel à son oncle. «Ca va...Il n'a qu'un an et quelques jours! Tu l'aurais rencontré un jour.»
L'autre lui jeta un regard méfiant et demanda, légèrement moins en colère, après avoir vérifié que son groupe s'était pas encore totalement sur le départ: «Il s'appelle comment au fait?
- Nathaniel!» Il sortit quelque chose d'une poche de sa tunique «Là...regardes! J'ai une miniature faite par son grand-père.» L'autre attrapa le papier où était dessiné le portrait au fusain, retenant un sifflement d'admiration face au talent de celui qui l'avait fait. «Ce portrait a été fait par Sirius?» demanda-t-il d'un ton intéressé, avant d'écarquiller les yeux face à la bêtise de ses propos.
- «Qui d'autre?» Railla Regulus avant de plaquer sa main contre sa bouche en se rendant compte de ses paroles. «Pardon!» Balbutia-t-il alors, honteux d'avoir ainsi rappeler la mort de Cygnus à son fils. Ganja secoua la tête, murmurant que cela n'avait rien de grave. L'autre lui murmura qu'il pouvait garder le dessin en attendant de voir l'enfant en vrai.

*******

De son côté Sirius achevait de parler avec le roux aux yeux bleus. Ses étranges connaissances de Klafooty avait légèrement attiré intérêt mais aussi méfiance de la part de son interlocuteur. «Vous savez...» il fit une pause, après que l'autre lui ait résumé en quelques mots la mission qu'il devait faire. «...je doutes que les pierres, si elles existent bien et ont bien été créer par les dieux, puissent être prise par n'importe qui!» Il reposa son verre vide, sans quitter des yeux le gradé qui semblait quelque peu mal à l'aise sous ce regard perçant. Où bien était-ce à cause des regards en coin (de natures diverses) qu'il subissait depuis tout à l'heure, de la part de pas mal de personnes parmi celles sachant que le chevalier Danaël avait été parmi son groupe. Sirius lui parlait d'une façon formel, avec le respect du à son grade mais le roux décelait autre chose dans son regard, quelque chose qu'il n'arrivait pas à décrypter.
Néanmoins les dernières paroles du guérisseur l'intriguèrent fortement et le rendirent encore plus méfiant si cela était possible: «Vous m'avez l'air bien informé...
- J'ai beaucoup voyagé, je me suis beaucoup documenté!» répondit doucement Sirius lui tendant comme convenu une carte du pays de Klafooty qu'il avait dessiné des mois auparavant, lorsqu'il avait accompagné Darkhell chez le gardien. Il ne pouvait empêcher le destin de son neveu (le gardien avait promit de ne tuer aucune personne de son sang) mais il pouvait tout de même l'aider à y aller sans encombre. Il aviserait après...selon les évènements qui en découleraient.
- «..Je voulais dire que c'était étrange que vous en sachiez autant sur ces pierres divines pour me mettre ainsi en garde...ce parchemin révélant leur existence est, de plus, censé être unique.» expliqua le commandant, faisant tourner son verre entre ses doigts.
L'autre lui jeta un coup d'œil perçant, amusé, plongeant son regard azur dans le sien. Il savait quelque chose que lui ignorait, c'était certain. «Je vous l'ai dit, quand on voyage, on découvre beaucoup de choses!
- Hum...» Visiblement le roux n'était pas convaincu mais cela n'avait aucune importance, il sentait bien qu'il n'aurait aucune explication supplémentaire. De plus, cet homme ne lui était vraiment pas étranger. Certes il l'avait déjà croisé plus d'une fois sous son apparence adulte (et avait trouvé une sacré ressemblance avec son grand-père) mais il y avait autre chose. Quelque chose en plus...une impression réelle de déjà vue mais c'était vague, lointain. Il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus.
Sirius soupira, examina son verre vide puis demanda, lentement, en plongeant un regard indéchiffrable dans celui plus sérieux de son premier neveu: «Pourquoi avoir accepté une mission si difficile commandant?»
L'autre, ne s'attendant pas à une telle question, balbutia: «Je vous demande pardon?
- Ne me dites pas que c'est pour inverser l'accident Jovénia, je me doute que c'est le cas. Non ce que je vous demande c'est pourquoi avoir, vous, accepté de prendre autant de risques et d'en faire prendre à vos hommes, dans une région aussi ingrate et dangereuse que Klafooty?
- C'était une mission, ordonnée par le roi, et je l'ai accepté...» répondit platement le garçon lui faisant face, écartant une mèche rouge qui s'était dégagée du reste de sa queue de cheval. Sous le regard presque moqueur de son interlocuteur il fronça les sourcils «Pourquoi un tel sourire narquois?
- Vous l'avez accepté sans conditions je présume? Dîtes plutôt la vérité, à savoir que on vous en a donné l'ordre, profitant que votre réputation avait pris un méchant coup depuis l'accident Jovénia.» Il vit le poing du roux se crisper et ajouta, narquois «J'ai raison, n'est ce pas?»

Un regard noir fut sa première réponse, et un léger silence s'installa avant qu'Ikaël, d'une voix sourde réponde enfin «Que vouliez-vous que je fasse d'autre? A cause de....» Il n'acheva pas sa phrase et soupira «On ne faisait plus appel à nous...tout ça parce que...» Il ne semblait pas vouloir terminer sa phrase. Il avait également l'air en colère mais se maitrisait.
Sirius parla à sa place, achevant la phrase: «....le chevalier Danaël est votre frère et un ancien de votre groupe?» Il avait exprès appuyé sur certains mots, parfaitement conscient de jouer avec les nerfs du roux. Il savait qu'il allait probablement trop loin mais l'autre semblait avoir quand même besoin d'en parler, ne serait-ce qu'un peu.
Ca se sentait....peut-être parce qu'il était proche de lui par le sang. Ou parce que les tremblements de sa voix ou son regard étaient sans équivoque.
Cette fois la crispation du commandant fut clairement perceptible et il cracha, d'une voix à peine perceptible «Je n'aurais jamais du le laisser partir!» il serra les poings «Et maintenant, monsieur disparait dans la nature sans assumer les conséquences de cet acte! Et sans se soucier des répercussions! Où est passé son fichu idéal dont il était si fier?» Il passa une main non gantée dans ses cheveux, comme pour se calmer. Il ne le disait pas tout mais il était évident que l'année écoulée depuis l'accident l'avait pas été facile pour eux...pour lui. «Il faut bien que quelqu'un rattrape ses erreurs puisqu'il semble en être incapable!»
Entendre sans cesse les plus ''charmants'' commentaires sur le groupe de son frère, les insultes à leurs égards...perdre honneur et réputation parce qu'il était son aîné, son ancien supérieur. Il n'avait vraiment pas eu le choix de prendre cette mission...plus personne ne faisait appel à eux, à son groupe.
Sirius haussa un sourcil, retenant un ricanement amusé. Il le laissait vider son sac et cela semblait marcher. Il toussota alors et demanda «Donc vous avez accepté cette mission pour racheter sa faute, donc son honneur n'est ce pas?» Son ton était léger, comme si la conversation elle-même l'était. Ce n'était pas le cas. En lui-même il voyait en effet un certain point de vue (mais était-ce celui de son neveu?)..
Si on ''blâmait'' Ikaël à cause de la ''faute'' de son frère, l'inverse serait possible, la réussite de la mission rejaillirait sur le cadet qu'on laisserait surement en paix!

L'interrogé manqua de s'étouffer et s'exclama, abasourdi. «Q..Quoi?» il ne l'aurait jamais admit et voilà que quelqu'un devinait tout, comme s'il lisait en lui facilement. Bon ce Sirius il l'avait rencontré plusieurs fois mais pas au point qu'il puisse le décrypter aussi bien. «Non! C'est mon devoir de faire cela! Ce n'est pas pour lui que je fais ça!»
Sirius eut un sourire et répondit «Très bien, veuillez m'excuser commandant!» Il se leva et ajouta d'un ton plus doux «Cependant, ne lui en voulez pas pour quelque chose qui n'est rien d'autre qu'un accident! Les Légendaires s'en veulent sans doute assez sans qu'on les couvrent en plus de reproches!» Puis il prit congé, après quelque formules de politesses et sortit, faisant signe, au passage, à Regulus de le suivre. Au fond de lui, il songea que soit son neveu mentait très mal, soit il devait être persuadé de ce qu'il disait sans arriver à comprendre ce qu'il ressentait vraiment...peut-être même y avait-il un peu des deux. Quoiqu'il en soit c'était quand même une tête à claques, comme son père! Il s'immobilisa soudain, les yeux plissés. Une vision le frappa le plein fouet.

- «Il va payer pour l'accident Jovénia...
- Ouais il va se faire roussir les mèches haha!»
Flammes...
...Chaleur...
Une silhouette aux cheveux blonds prise au piège au cœur d'un brasier...
...avec au dessus ...
Un...Mois.

Il rouvrit les yeux et inspira profondément. «Regulus! On rentres! Maintenant!» ordonna-t-il, rajustant sa sacoche et n'attendant pas l'autre brun.
Son fils fronça les sourcils, accélérant pour rester à la hauteur de son père «Pou...Pourquoi?
- Ton cousin est en danger...ou plutôt va être en danger sous peu.
L'autre écarquilla les yeux et tourna la tête vers le roux qui parlait avec Ganja un peu plus loin, avant de faire un discret signe de main dans sa direction: «Mais...il était là le cousin!»
Sirius leva les yeux ciel, retenant son ton un peu pressé: «Pas lui, l'autre!
- Haaaa...quand?
- Dans un mois! J'ai vu quelque chose qui me rend persuadé que c'est bien dans quatre semaines!
- Oui, largement le temps de rentrer quoi...»

*******

- «Il va payer pour l'accident Jovénia...
- Ouais il va se faire roussir les mèches haha!»
Deux torches furent lancées dans les herbes hautes et sèches qui formaient la plaine. Des crépitements se firent entendre, suivi d'une odeur de brûler. Et bientôt ce fut l'incendie.
Les animaux paniquaient, les oiseaux volaient dans tout sens. Danaël s'immobilisa alors qu'il se digigeait vers le village de sirius. Il s'était souvenu des donc de médium du guerisseur et avait voulu lui demander de ''l'aide''pour tenter d'inverser l'accident Jovénia.
Le chevalier vit alors une lueur rouge-orangé au loin. Il prit une grande inspiration, réfrénant sa panique en comprenant qu'il y avait le feu, que les hautes herbes autour de lui flambait pour il ne savait quelle raison. Il ne pouvait aller vers le nord, car il y avait un précipice au bout. Il devait tenter de se faufiler entre les brasiers, et prendre le risque de se roussir la cape. Il n'allait pas mourir bêtement comme ça...mais comment ce feu avait-il pu se déclencher ainsi? Il ne faisait pourtant pas si chaud? Et il n'y avait pas d'orage. D'accord la région était assez sèche mais il n'y avait personne, n'est-ce pas? Comment cela avait-il pu se produire? Il sentit une grande inquiétude l'envahir. Mais il la chassa rapidement, se concentra sur la façon dont il devait s'en sortir...rapidement. Du calme...il ne fallait pas paniquer...
Une silhouette, sur les hauteur, baissa la main qu'il avait placé au dessus de ses yeux pour examiner la scène avec attention. Dans une envolée de mèches noires comme l'onyx, la personne se mit à courir dans la même direction que le blond mais en étant, lui, en dehors du piège de feu.
Plus loin, deux personne: une aux cheveux blond-caramel et un autre à la chevelure rousse-rouge faisaient craquer leurs poings avec, à leurs pieds, des personnes assommées et ligotées, des torches éteintes auprès d'eux. Les responsables du brasier à n'en point douter et ils avaient été surpris par les deux héros , amis du cousin du piégé. Et on ne touchait pas à la famille...que cela soit la sienne ou celle d'un ami. Les liens du cœur et du sang, c'était sacré! Malka envoya sadiquement un coup de pied à l'un de ceux qui avaient tenté de tuer le chevalier en mettant le feu. «Quelle bande de...d'abrutis! Il y a notre village dans le coin, et si le feu arrivait jusque là-bas hein?» Il était fâche, aucun doute là-dessus. Kenga préféra ne rien dire, attendant que son ami se calme...et espéra que Regulus allait réussir à sauver son cousin.

Danaël courrait, suffoquant sous la fumée qui l'enveloppait progressivement. Il étouffait dans cette chaleur, le feu l'entourait. Où était-il? Comment se sortir de ce piège brûlant?! L'air lui manquait de façon progressive, il toussait sous pouvoir s'arrêter. Sa tête lui tournait, il avait de plus en plus de mal à avancer. Il sentait la peur qui commençait à l'envahir et la panique n'était surement pas la meilleure conseillère à cet instant. Il ne voyait plus rien, la fumée était trop épaisse, trop proche. Il se mit à sprinter en direction de la falaise qu'il distinguait faiblement. Retenant autant qu'il pouvait son souffle il commença à grimper la paroi rocheuse, grimaçant tandis que ses mains le brûlaient à chaque contact avec la roche brûlante. Il finit par arriver en haut, ses poumons criant grâce. Prenant une goulée d'air trop chaud et de fumée, il eut à nouveau une crise de toux qui le fit tomber à genoux, suffoquant et ne pouvant plus bouger cette fois. Sa tête lui tournait, des points de couleur dansaient devant ses yeux. Il s'écroula au sol, à peine conscient. Non...il ne pouvait pas mourir, pas comme ça et pas maintenant...c'était trop stupide. Soudain des bruits de pas, dominant les crépitements des flammes et les cris des animaux en fuite, parvinrent à ses oreilles. Entrouvrant des yeux embrumé par une semi-conscience il distingua une sombre silhouette, qui était comme entouré par une aura rouge, qui n'était autre que le halo des flammes en contrebas, et dont les yeux violets brillaient étrangement. Une sombre inquiétude le prit...quelque chose dans cette apparition l'effrayait sans qu'il ne sache pourquoi. Et alors une voix retentit alors, de façon lointaine, dans son esprit. «Cette image me hantera toujours...il faisait nuit et sa silhouette sombre se détachait sur les flammes, qui faisaient comme un halo autour de lui, et je ne voyais que ses yeux...qui brillaient étrangement. On dirait dit un démon...et ca en était un!» Il n'eut pas le temps d'y songer davantage qu'il se sentit partir, lentement. «Qui...» Une toux violente le secoua à nouveau et il perdit totalement conscience.
Le nouveau venu le souleva et passa un bras du blond derrière son cou pour le soutenir (enfin..le traîner plutôt) et l'écarta jusqu'à l'autre bout de la falaise, qui dominait un lac en contrebas.
Il sauta et tous deux crevèrent la surface de l'eau, sombrant sous l'eau sous l'effet du choc puis remontant presque immédiatement. Regulus parvint à la surface, nageant plus instinctivement qu'autre chose tandis qu'il cherchait son cousin des yeux. Il le repéra à deux ou trois mètres de lui, en train de couler. Voyant que le blond n'avait pas repris conscience au contact de l'eau froide, il nagea rapidement vers lui, l'empoigna et le ramena sur la berge. Il tomba ensuite à genoux sur la terre humide, toussant et crachant le peu d'eau qu'il avait avalé. Un souvenir parvint à sa mémoire.
- «Mais papa pourquoi je dois apprendre à nager?! C'est ennuyeux!
- Tu me remerciera un jour quand ça te sauvera la vie ou celle de quelqu'un d'autre!»

Il eut un faible sourire. Son père avait raison ce jour-là. Il se tourna vers le blond et vérifia qu'il allait bien. Oui...il était juste évanoui. Rien de grave. Il se tourna vers les personnes qui arrivaient. Son père, son frère, sa sœur, ses coéquipiers (dont sa femme) s'arrêtèrent devant lui. Sirius regarda le haut de la falaise puis son premier fils. «Tu es fou Regulus...» signala-t-il avec un air faussement accablé.
Le concerné eut un faible sourire amusé «Je tiens ça de vous père! Nous sommes une famille de têtes à claques non?» Le sous-entendu était plus que clair. Sirius eut un rire quelque peu amer à ces mots.C'était certain...cela devait être un trait familial.

A suivre.

Prochain Chapitre: «Guide»


Dernière édition par Dragonna le Dim 11 Juil - 12:29, édité 3 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Ven 9 Juil - 23:18

Chapitre 30: Guide (Sirius et ses neveux)

- «Je sais où trouver quelque chose qui t'aidera à découvrir ce qui inversera l'accident Jovénia»
Telle avait été l'entrée en matière de Sirius peu après que Danaël ait repris conscience. Il avait également accepté de le guider jusque là-bas, gratuitement.
Et le voyage avait commencé...
D'abord dans un quasi-silence...
...puis ils avaient parlé de plus en plus..
Danaël remarquait cependant que Sirius semblait éviter de le regarder parfois...et il ne comprenait pas pourquoi...


********

Le combat contre le monstre avait été brutal et Sirius avait été projeté au sol, c'était Danaël qui avait achevé la créature non sans mal. Alors qu'il rengainait il remarqua quelque chose par terre, un petit éclat couleur or. Tandis que son guide revenait, enlevant les feuilles de ses cheveux, il se pencha pour examiner l'objet et devina sans mal l'identité de son propriétaire.
- «Hé Sirius vous avez perdu votre...» Il ramassa le petit pendentif qui trainait au sol et le regarda avec surprise. C'était exactement le même que celui de son frère mais en doré. Et lui aussi semblait pouvoir s'ouvrir. Il n'eut pas le temps d'approfondir son observation que Sirius lui arracha le bijou des mains, l'air soudain trop sévère, presque colérique. Danaël sursauta; il ne l'avait pas vu venir.
Le brun parla, lentement: «Tu as....regardé à l'intérieur?» Sa voix menaçante fit tressaillir Danaël. Mince! Ce type fichait vraiment la trouille quand il s'y mettait vraiment.
Faiblement le chevalier articula un «Non...Je vous assure!» hésitant mais sincère. Un long silence passa puis Sirius tourna les talons, enfonçant le collier dans la poche intérieure de sa tunique.
- «Tant mieux...» Il y avait un sacré sous-entendu à ce stade. Qu'est-ce qu'aurait fait le médium s'il avait ouvert le pendentif et vu ce qu'il y avait à l'intérieur. Il aurait été obligé de tout avouer!
Danaël réprima un petit rire nerveux et lui emboita le pas après avoir murmurer des excuses pour sa curiosité mal placée. Un geste de main que l'autre fit sans se retourner l'assura que le pardon était accordé. Sirius de son côté sentit le soulagement l'envahir. Ca n'aurait pas été simple d'expliquer à son neveu pourquoi il y avait des miniatures de Nathanaël, de lui et de ses parents à l'intérieur. Il aurait été alors obligé de lui dire qu'il était son oncle...avec tout ce qui allait avec bien sûr.

********

Danaël jeta le sac de provisions au sol et s'écroula, se frottant le visage de ses mains, l'air profondément abattu, voire même déprimé. Il tremblait, les poings serrés et sa respiration était hachée, lourde, comme s'il avait du mal à reprendre son souffle. Ses yeux étaient rougis et il semblait perdu dans quelque chose que lui seul savait. Il avait visiblement appris quelque chose en ville, quelque chose de profondément douloureux. Mais quoi?
Sirius lui jeta un coup d'œil surpris et fit, doucement «Quelque chose ne va pas?» Il avait cependant une vague idée. C'était même évident vu le temps qui s'était écoulé...
La réponse mis du temps à venir mais elle vint, presque dans un sanglot étranglé «C'est...juste...une mauvaise nouvelle!» Il se leva brusquement et articula lentement «Excusez-moi!» Et il partit dans la forêt un peu plus loin sous le regard compatissant de Sirius qui, sans rien savoir, avait parfaitement compris quelle mauvaise nouvelle affligeait ainsi son neveu.
Même quand il revint, Danaël refusa d'en parler.
Les jours suivant, il sembla terriblement déprimé!


********

- «NATHANAËL! ATTENTION!» La peur dans cette voix le fit sursauter autant que le prénom employé. Le prénom de son père...Il n'eut guère le temps d'y penser qu'on le cloua brutalement au sol, le faisant éviter la chute de rochers qui l'aurait certainement emporté s'il n'avait pas bougé. Le cœur battant il se releva en tremblant. La voix, à sa droite, lui parvint comme lointaine «Tout va bien Danaël?» Le ton était neveux, hésitant. Sirius s'était-il aperçut de son lapsus? Certainement. Mais il n'ajouta rien reprenant la marche...
L'endroit où se trouvait la carte était droit devant, et l'excitation à l'idée de la trouver chassa ce qu'il venait de se passer de l'esprit du chevalier...
...provisoirement bien sûr.

********

C'était le soir, une ultime halte avant leur séparation puisque la carte des pierres divines avait été trouvé. Le chevalier avait longuement hésiter. Mais il se lança, ses interrogations le taraudant beaucoup trop à cet instant: «Sirius...» Fit soudain Danaël, rompant le calme qui s'était installé dans leur camps, silence uniquement brisé par le feu qui brûlait entre eux.
Le brun releva les yeux «Quoi?» Son ton de voix était sec et froid, signe clair que l'envie de parler n'était pas présente, qu'il exigeait qu'on lui fiche la paix.
Manque de chance, Danaël voulait des réponses: «Pourquoi m'avez-vous appeler Nathanaël tout à l'heure?» Il se rendit compte du ton accusateur de sa voix. Mais il ne pouvait s'empêcher de se rappeler la façon dont le guérisseur avait crié ce nom. Il l'avait pris pour quelqu'un d'autre et ce quelqu'un d'autre semblait être une personne chère à ses yeux.
Seul le silence lui répondit «…» Le médium avait pris un air pincé signifiant clairement un refus de s'expliquer.
Danaël ne se laissa pas démonter et insista, jouant une carte au hasard; «C'était le nom de mon père...et je lui ressemble comme deux gouttes d'eau. M'avez vous, pendant un court instant, pris pour lui?» Il fut étrangement satisfait de voir son guide tressaillir, cela lui servant de réponse positive. C'était presque un aveu d'ailleurs.
Un profond soupir se fit entendre et Sirius murmura: «Je...j'ai connu ton père.» Il se mura à nouveau dans le silence, espérant que l'autre lui ficherait la paix.
Pas de chance pour lui, l'autre insista «Ha? Comment?
- Il m'a aidé à une époque...et on était plus ou moins amis jusqu'à une certaine période.» Il mentait très bien, comme lui avait souvent dit Darkhell. Lui aimait répondre qu'il manipulait la vérité à sa convenance pour en dissimuler certain aspect. Il ne pouvait dire la vérité à son neveu...pas maintenant...il préférait la dire aux deux en même temps à un autre moment...
- Et...
- Il me rappelait un peu...mon frère..au début en tout cas!
- Vous avez un frère?» s'étonna presque le blond. Puis, voyant l'air quelque peu abattu de son interlocuteur comprit et se mordit la lèvre, honteux. Quel tact il avait...il était décidément champion à ce niveau!
- «....Oui j'avais un petit frère! On était très proches enfants mais des idéaux différents nous ont séparés. Nos liens ont été endommagés par les désaccords et la distance. Et puis....» Il serra le poing, son visage devenant blême tandis que les mauvais souvenirs lui revenaient, douloureux et pernicieux. «...Il est mort...sans qu'on est réellement pu se réconcilier....si ce n'en n'est un ersatz avant qu'il ne meurt....presque dans mes bras.» Des images sombres et sanglantes lui revenaient, lui rappelant une des pires nuit de sa vie. «...Il ne me restait rien d'autre que le regret...qu'il ait fallu que mon frère meure pour que...cela arrive.» Il jeta sèchement le bout de bois qu'il taillait jusque là dans le feu qui projeta, ici et là, quelques étincelles. Il n'aurait pas du en parler, la plaie n'avait jamais vraiment cicatrisé et l'impression de culpabilité était toujours là «C'est ma faute s'il est mort...jamais je ne pourrais me pardonner..» Ses mèches sombres cachaient le haut de son visage et son regard, rendant impossible toute possibilité de voir son expression. Il ne voulait rien dire de plus..c'était clair...et compréhensible.

Danaël se mordit la lèvre, honteux d'avoir posé la question, d'avoir ainsi eu une telle curiosité mal placée. «Je suis désolé!» Sa voix de son guide tremblait, montrant que la souffrance de ce souvenir était toujours présente. Les mots qu'il entendait lui faisaient étrangement mal. Son frère aussi était mort aussi...et lui n'avait même pu lui parler avant, perdre quelqu'un d'aussi proche sans avoir d'abord pu s'expliquer, pardonner...se réconcilier. «C'est ça qu'il y a dans votre pendentif n'est de pas?» Il n'eut pas besoin de réponse et se sentit honteux à l'idée qu'il est failli ouvrir ce bijou renfermant de précieux souvenirs. Il se mordit la lèvre inférieure, détournant le regard, ignorant l'impression de piqûre et de brûlure au niveau des yeux. «Je ne dis pas que je comprend ce que vous ressentez...» Il déglutit, crispant les poings et articulant d'une voix blanche «...Mais moi j'ai aussi perdu mon frère!» C'était la première fois qu'il disait cela à haute voix et pas qu'il y pensait. Le dire donnait à cette douloureuse réalité une nouvelle dimension. Une boule se forma dans sa gorge et il baissa rapidement les yeux, serrant les poing à s'en faire mal pour chasser ses idées noires. «Moi...je n'ai même pas pu mettre les choses au clair avec lui...nous nous sommes quittés fâchés! Et maintenant...ça ne sera jamais possible!» Il se souvenait à peine de quand datait leur dernière discussion et encore moins de ce qu'ils s'étaient dit, si elle s'était bien passée ou non. Cette constatation soudaine lui infligea une brusque déprime. C'était tellement douloureux quand il y pensait...il aurait du...vraiment du...
- «Je suis désolé!» Murmura Sirius, d'un air parfaitement modelé, parce qu'il savait la vérité mais ne pouvait pas lui dire. C'était qu'il serait capable d'y aller directement le petit chevalier têtu. Il laissa planer un temps puis dit. «Tu vas vraiment tenter cette quête pour les pierres divines?»
Danaël serra la carte entre ses doigts, l'air soudainement déterminé. «Bien entendu, je ne renoncerais jamais avant d'avoir annulé l'accident Jovénia. Jamais. C'est mon unique but pour le moment!» Il avait l'air si droit, si sérieux à cet instant. Rien de risible....rien du tout.
- «Hé bien...Tu ne vois pas loin dis-moi!» s'amusa l'autre d'un air un peu curieux. La ressemblance avec Nat était telle qu'il ne pouvait repousser l'envie de le taquiner.
L'autre prit la perche qu'on lui tendait sans même s'en rendre compte: «Je me fixe des objectifs dans l'instant présent!» Puis il prit vraiment conscience du 'faux reproche' que l'autre lui avait infligé.
Sirius ricana un peu, plissant les yeux: «Certes...
- Vous parlez...comme mon père...» murmura Danaël, il ne savait pas si cela l'attristait, le rassurait ou l'emplissait de mélancolie. Son frère parlait aussi comme ça parfois...cette constatation soudaine augmenta sa déprime endeuillée de quelques crans. Fallait pas qu'il pense à ça...
- «Vraiment?» répondit le brun avec un étrange sourire que le blond ne comprit pas. La désagréable impression que quelque chose lui échappait ne le lâchait pas du tout. C'était un sentiment assez désagréable.

********

C'était le moment de se dire adieu, ça faisait près de quatre mois qu'ils voyageaient ensemble et maintenant cela touchait à sa fin, par une réussite. Quatre mois sur le temps qu'avait mis Danaël pour retrouver cette carte...plus d'un an au total. Le chevalier était heureux, heureux d'avoir enfin atteint la première partie de son but, maintenant il ne lui restait plus qu'à retrouver ses amis.
Alors qu'ils allaient se séparer à un carrefour, les yeux de Sirius devinrent un peu lointain et, d'une voix presque sourde, il dit, mimant une transe à la perfection: «Tu pourrais connaître l'échec mais que dans cas tu seras tout de même plus heureux que si tu avais connu la réussit» Un lourd silence plana au dessus d'eux tandis que les mots atteignaient leur destinataire, qu'ils prenaient sens dans son esprit même s'il ne comprit pas leur réelle signification. Les yeux bleus du guérisseur fixaient le vide avec une placidité qui aurait déstabilise n'importe qui. Quelque secondes plus tard, son regard s'était rallumé.
Danaël se retourna alors vers le médium, surpris et articula d'un ton stupéfait «En quoi un échec pourrait me rendre heureux? Comment pourrais-je être satisfait d'échouer?» Le ton très sérieux de son ex-guide l'étonna tout autant que les mots eux-même.
Quelque chose n'allait pas....cette personne avait réellement l'air de savoir ce qui allait se passer avant même que ça ne soit arrivé...et semblait en plus pouvoir lire en lui, ce qui le mettait un poil mal à l'aise.
Il serra les poings et demanda, faiblement «Que voulez-vous dire? Je ne comprend pas...» Les mots que l'autre lui avait adressé n'étaient pas clairs...vraiment pas.
Sirius eut un faible sourire et dit «Je t'ai fait une prédiction Danaël...à toi de la déchiffrer...tu la comprendras le moment venu! Et je peux te garantir que tu seras réellement heureux si tu échoue!Mes prédictions se révèlent souvent exact, même si parfois j'aurais aimé me tromper!» Il prit ensuite un air beaucoup plus sérieux, ce qui n'était pas peu dire vu qu'il l'était déjà énormément: «Je pense que tu ne vas pas m'écouter mais sois prudent...a côté de ce qui t'attend, Darkhell n'avait rien de difficile!» Son avertissement et son ton de voix auraient fait frissonner le plus endurcie des héros et ce fut le cas de son neveu qui sembla un peu nerveux.

Le chevalier blond le fixait d'un air surpris, ne s'attendant apparemment pas à ce que son guide sache tant de choses sur son but et ne lui en dise rien, mais s'exclama, malgré la présence d' un certain malaise «Je suis prêt à tout pour inverser l'accident Jovénia! Peut-être même à me sacrifier! Rien ne m'arrêtera!» Ses yeux bleus brillaient de détermination. Il était vraiment sûr de lui...trop peut-être. Il tirait sa force de sa capacité à maîtriser la situation...et il pensait la contrôler...
- «Même pas des mises en garde contre celui qui garde les pierres?» interrogea le mage avec un rien d'amusement et de perplexité. Que le guerrier face à lui était prévisible. Autant que son petit frère Nat l'était de son vivant...la même assurance, la même confiance...cela lui serra le cœur.
- «Rien ne me fera changer d'avis Sirius, ne dîtes rien!» fit fermement le blond, un air de totale confiance (en lui) gravée sur le visage. «Si vous voulez me faire renoncer, je préfère ne rien savoir!» Il voulait y arriver, réparer sa faute et était prêt à (presque) tout pour ça!
Le médium haussa les épaules et s'éloigna lentement, et murmura, tout de même assez fort pour que l'autre l'entende «Aussi tête à claques que son père et son frère!» avant de légèrement concentrer sa magie...et de disparaître....dans un flash lumineux. Ou bien n'était-ce qu'une diversion pour se planquer derrière le bosquet le pus proche et s'éloigner ainsi sans soucis? Seul lui le savait...
Danaël sursauta et se retourna, balbutiant un «Quoi?» perçant mais...Sirius s'était déjà volatilisé «Il connait ma famille?! A ce point-là?!» Ca le gênait qu'on semble le connaître aussi bien. Cette personne l'avait sauvé plus d'une fois, et laissait en lui une drôle d'impression de déjà vue, autant en adulte qu'en version douze ans. Qui était-il? Cela l'agaçait terriblement de ne rien savoir...et il aurait aimé découvrir la vérité...Il se promit alors qu'il la saurait un jour....
Mais pas maintenant...il avait des choses à faire. Serrant la carte dans ses mains, un sourire heureux et satisfait aux lèvres, il se dirigea vers le nord, à la cherche de ses amis...il était temps de reformer les Légendaires.

********

Ses amis étaient vivants, son frère et ses amis retransformer en humains. Bien sûr il n'avait pas eu la pierre...mais au fond de lui ils se sentait heureux de ne pas l'avoir eu...valait-elle tout les sacrifices qu'il aurait du faire s'il l'avait eu? Les mots du médium résonnèrent alors en lui, comme un obscur rappel. «Tu pourrais connaître l'échec mais que dans cas tu seras tout de même plus heureux que si tu avais connu la réussite» Il se figea puis sourit. Oui Sirius avait eu raison...il était heureux d'avoir échouer. S'il avait eu la pierre, il aurait été seul...Gryf, Razzia, Shimy et Jadina seraient morts et son frère et les autres condamnés à rester des monstres.
Alors qu'il s'éloignait avec ses amis, il se figea...une boule remontant dans sa gorge. «Attendez-moi, j'ai oublié de dire quelque chose à mon frère!» Il retourna au pas de course auprès des Faucons d'Argent qui partaient au même moment de leur propre côté. «Hé! Ikaël!»
Le roux se retourna, un léger sourire aux lèvres «Qu'y a t'il petit frère? Tu as oublié de me dire quelque chose?» Il fit le regard hésitant du plus jeune et se demande brièvement ce qu'il voulait.
Le blond hésita un court instant, puis renonça à ce qu'il voulait faire, se contentant de serrer rapidement son aîné dans ses bras dans une étreinte aussi brève qu'affectueuse (comme pendant leur enfance) avant de détaler dans un «A un de ces jours!» fuyant réellement la discussion sous le regard stupéfait du roux qui n'avait pas eu le temps d'esquisser le moindre geste.
- «HE! ASSUMES UN PEU TETE A CLAQUE!» s'écria-t-il tout à coup en comprenant que le plus jeune avait voulu (enfin) parler sérieusement, mettre les choses au clair et s'était lâchement débiné. S'il n'avait pas été aussi fier, il se serait dit que lui aussi pourrait engager la discussion.
La réponse presque sur le même ton et pressée fut :«ON EN PARLERA UNE AUTRE FOIS, FINALEMENT J'AI PAS LE TEMPS!» Et son cadet disparut, rejoignant ses amis. Il n'était pas prêt à avouer qu'il était en tord finalement...la prochain fois il n'hésiterais pas...la prochaine fois...une nouvelle fois...Maudite fierté!
L'aîné, ignorant les rires étouffés de ses hommes, soupira «Ca aurait été l'occasion de parler pourtant! Ce sera pour la prochaine fois» Il eut un sourire plus amusé et affectueux et murmura «Fichu tête de mule! Autant que moi...» il retourna auprès de ses hommes en pensant que la prochaine fois, que l'autre soit d'accord ou non, ils parleraient.

A suivre.

Prochain Chapitre: Frères et Oncle

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Sam 10 Juil - 19:55

Chapitre 31: Frères et Oncle (Sirius, ses neveux, Darkhell et Elysio)


Comment en étaient-ils arrivés là? Comment avait-il se retrouver presque coincé de la sorte? Tout avait commencé de façon pourtant simple. Il avait jusqu'ici échappé à Skroa après que celui-ci ait pris une raclée mémorable en essayant de le tuer quelques mois plus tôt. En voyage, il avait fait halte dans une ville plutôt calme, avant de se préparer à rejoindre «Les Éternels» à Rymar pour ensuite se rendre à Oroban pour le Héros Day qui avait lieu dans 6 mois. Sur le chemin donc, grâce à sa chance légendaire, il était tombé sur...les Faucons d'Argent (comme par hasard, le destin devait le détester) dont le chef avait été blessé à l'épaule gauche par une créature aux lames venimeuses. Il le remit d'aplomb sans trop de difficulté (en toute modestie). Tout aurait pu s'arrêter là si...Les Légendaires ne s'étaient pas pointés au même moment et si Danaël,n'était pas venue voire comment il allait avant de tenter de nier, en totale mauvaise foi, qu'il s'était inquiété quand Ganja lui avait parlé de la blessure de son frère (s'il n'était pas inquiet? Pourquoi était-il venu si rapidement, un air presque angoissé graver sur le visage hum?!). Le blond, fuyant alors le sujet, s'était à ce moment tourné vers lui et avait exigé des explications.
- Pourquoi était-il toujours là lorsque l'un d'eux était en difficulté/danger?
- Comment savait-il autant de choses? Sur eux...sur tout?
- Qu'est-ce qu'il voulait à la fin?
Sirius avait soupiré et accepté de s'expliquer, comprenant qu'il ne pouvait plus retarder l'échéance. Et leur dit à tout deux de le rejoindre sur la colline au sud du village, seuls à la nuit tombante.
Il répondrait à toutes leurs questions...
...Ils sauraient tout...


********

Ils étaient hors de vue du village, seul, sans personne à l'horizon. Les groupes respectifs avaient accepté cette absence rapide sans une demande d'explication. Les Légendaires avaient un peu grogné devant les secrets que leur ami allait leur faire mais ne dire rien de plus. Danaël surpris seulement le regard presque compatissant de Razzia à un moment mais ne comprit pas pourquoi son ami le regardait ainsi.
Sirius prit une grande inspiration! «Commençons par le commencement....» Il leva les yeux vers le ciel nocturne et continua, d'une voix calme mais sérieuse «Votre père n'était pas fils unique! Le saviez-vous?» Il n'ajouta rien, attendant de voir comment il réagirait à cette information.
Étaient-il au courant ou non? Les deux frères sursautèrent et échangèrent un regard. Danaël, voyant l'air perdu de son aîné regarda Sirius et secoua la tête. «Non....»
Le guérisseur reprit, d'un ton de plus en plus neutre: «Votre père avait un grand frère de six ans son aîné. Votre grand-père Anthor ne l'aimait pas, le considérait comme la honte de la famille parce qu'il était faible et maladif.» Il baissa les yeux vers l'herbe à ses pieds qui ondulait sous la légère brise présente. «Quand il a eu 18 ans, il en a eu assez et il a fugué! Votre père est sans doute la seule personne, ou presque, à qui il a manqué.» Le ton un peu amer n'échappa pas aux deux autres. Pas besoin d'être un génie pour le détecter qui plus est. Est-ce que cet homme voulait dire qu'il était leur...oncle?! Comment pouvaient-ils le croire?
Le roux plissa les yeux, les échos d'une conversation remontant à sa mémoire, un souvenir lointain datant de l'époque où il avait 7 ans, avant la mort de sa mère. Pourquoi cela lui revenait-il maintenant? Parce qu'il y réfléchissait sérieusement? Les paroles qu'échangeaient son père et son grand-père, tout lui revenait soudainement d'une façon lointaine, comme un écho, à peine perceptibles. Comment pouvait-il se souvenait d'une scène datant d'environ de 20 ans? Parce que c'était sans doute la première fois où il avait vu son père se rebeller et élever la voix contre son grand-père, qui encore et toujours critiquait, rabaissait et le regardait d'un air presque méprisant.
- «Ne viens pas te plaindre s'il devient un faible, comme lui!»
- «Il n'était pas faible père! Il a toujours fait de son mieux! Il voulait vraiment vous satisfaire!
- Et ce n'était pas assez!»

Il se souvenait de la colère de son père, de son visage tout d'un coup décomposé lorsque la première phrase et ce «lui» avaient été prononcé. Pas de nom, juste un «lui» qui avait semblé important pour son père. A l'époque il avait demandé mais sa seule réponse avait été un vague «Je te le dirais quand tu seras plus grand!» Et rien d'autre. Son grand-père avait toujours été froid et dur, exigeant toujours le maximum, n'hésitant pas à lever la main sur eux...sur lui. Combien de fois avait-il entendu les mots «faible», «insuffisant», «minable» être prononcé à son encontre. Qu'importe les efforts, ce n'était jamais assez...il en fallait toujours plus, faire toujours mieux...
Et puis il y avait autre chose...Ce visage familier, ses yeux d'un bleu azur du même ton que les siens, ou ceux de son frère, ou encore de leur père. Ces longs cheveux noirs bouclés qui, lorsque le mage était adulte, lui rappelait un peu son grand-père. Le souvenir vague d'une toile dans un grenier le fit sursauter. Le Tableau! Il y avait bien un garçon d'environ 18 ans dessus, à côté de leur père et même si l'individu en face de lui en avait physiquement douze, la ressemblance était plus que frappante. «Donc...vous êtres le frère de notre père!
- Me crois-tu Ikaël?» Il venait de prendre le risque de passer au tutoiement mais le roux ne lui en tint pas rigueur. Il semblait plongé à moitié dans ses pensées.
Puis enfin il sembla revenir à la réalité. «Il y a trop de coïncidences pour que ça soit un hasard!» finit-il par dire, faisant sursauter son frère qui lui lança un coup d'œil perdu, n'ayant pas fait les même rapprochements que lui.
Soudain il se figea...bien sûr qu'il en avait des ''preuves'' que tout cela était vrai. Le médaillon semblable en tout point à celui de son frère mais en doré, avec le symbole qu'il ne connaissait que trop bien dessus . Le fait que Sirius l'ait appelé Nathanaël.. Finalement, il fit confiance au jugement de son aîné et demanda, d'un ton hésitant: «Prouvez le! Votre médaillon! N'y a t-il pas la preuve dedans?»
Sirius sourit et retira le pendentif qu'il cachait sous sa tunique, le lançant à son plus jeune neveu «Il s'appelle reviens! J'y tiens!» Le blond l'ouvrit délicatement, et resta sans voix avant de le passer à son frère. La miniature de gauche était une reproduction du tableau qu'il y avait dans le grenier de leur demeure. Celle de droite représentait leurs grand-parent avec un tout jeune Sirius et un bébé qui se trouvait dans les bras de sa mère. Lentement le devin demanda, sourire aux lèvres: «Preuve suffisante?»
Question stupide, elle était plus que suffisante...
Le blond releva alors la tête, avant de renvoyer le bijou à son propriétaire légitime: «Pou...Pourquoi n'êtes vous jamais revenu? Aviez peur de votre père?! Ou était-ce parce que vous aviez tout laissé, abandonné derrière vous?
Sirius eut un rire amusé: «Non ce n'était pas pour ça...et accessoirement, certainement pas le dernier point...qui est, soit dit en passant, ce que tu as fait toi aussi.» Il avait pris un ton taquin mais tout de même légèrement sérieux. Danaël vira au cramoisie, et se mordit la lèvre, gêné. Son oncle reprit d'un ton un peu plus sérieux, presque nerveux: «Non, il y a une autre raison. Je m'étais fait une nouvelle vie, loin de tout...j'avais ensuite fondé une famille...Je..» Il ne termina pas sa phrase, les mots lui manquant. Aurait-il le courage d'aller jusqu'au bout? D'avouer qui il était réellement? Quelle identité il avait endossé pendant des années?
- «Notre père avait 12 ans quand vous êtes partis et 38 quand il est mort. Cela vous a laissé 26 ans où vous auriez pu reprendre contact! Pourquoi ne l'avez-vous pas fait? Détestiez-vous notre famille au point de briser à jamais les ponts?! Et dans ce cas pourquoi nous aider de la sorte mon frère et moi?» Le roux eut malgré lui un mouvement de recul sous le regard que posa son oncle sur lui, un regard doux mais légèrement douloureux. Quelque chose manquait...une chose fondamentale...
Soudain Danaël se figea...Sirius n'avait-il pas avoué qu'il avait un petit frère qui était mort...dans ses bras?! Mais dans ce cas pourquoi disait-il aussi que c'était sa faute?
Il se tourna vers le brun et demanda, lentement «Pourquoi m'avez vous dit que votre frère...notre père était mort par votre faute? Ce n'est pas vous qui l'avez tué n'est ce pas?» Ses mots s'étranglèrent dans sa gorge quand il vit en entendit la réaction de son oncle. Un rire nerveux le fit stopper se phrase: Sirius avait une main plaquée sur son visage, ses épaules tremblaient....Il...riait?! Mais pourquoi? Ses nerfs le lâchaient ou quoi?
Petit à petit leur oncle se calma et regarda son neveu avec un air indéchiffrable. «J'attendais cette question Danaël...j'aurais du plus réfléchir à mes paroles à cet instant. On dirait bien qu'en quelque sorte, je me suis trahi..» Il leur tourna un bref instant le dos, sortant quelque chose de l'intérieur de sa cape. «La vérité est que...» il leva la main, incendiant un tas de bois mort placé là on ne sait quand ou par qui. L'acte magique fit sursauter les deux autres qui ne s'y attendaient pas. Un silence puis la voix du brun leur parvint à nouveau, cette fois dénuée de tout sentiment. Une voix qui aurait fait peur à toute personne ne le connaissant pas... «Dis-moi Ikaël...je suppose que tu te souviens de tout ce qui s'est passé la nuit où ton père est mort n'est-ce pas?» Le roux ne put pas dire quoique ce soit. Cette voix, bien que juvénile, lui rappelait quelque chose....des flammes, une cape, des cheveux noirs... «Te souviens-tu donc...de moi?»

Et il se retourna: une silhouette enveloppé dans une cape noire, une épée à pommeau d'argent à son côté, ses cheveux sombres libres et volant au vent, et des yeux bleu qui étaient posés sur lui...le haut de son visage étant caché par un masque..un masque qui n'atait que trop bien connu..ce qui raviva le souvenir toujours présent dans l'esprit du seul roux. Une silhouette sombre, avec une épée tachée de sang à la main, éclairée par les flammes qui brûlaient ici et là, allumées par la magie sans aucun doute. Le fils de Darkhell...
Le souvenir de la peur, de l'horreur, de la douleur lui revinrent aussi brutalement qu'une claque et il vacilla légèrement. Danaël vit son frère devenir blême et faire, certainement malgré lui, un pas en arrière. Il comprit alors, son sang se glaçant dans ses veines. «C'est...Vous êtes...
- Le fils de Darkhell!! Tout à fait très cher neveu! J'étais l'apprenti de Darkhell et l'ancien commandant de son armée!» il eut un sourire qui parût terrifiant à cause du masque «Le fils de Darkhell n'a jamais été son fils! Amusant non?» Il redevint sérieux «Le fait est que personne, si ce n'est Ténébris et moi, ne sait ce qui s'est réellement passé cette nuit-là!»
Danaël posa une main sur le bras de son frère qui avait fait un pas en avant, les doigts crispés sur son épée. Sous ce contact, l'aîné sembla comprendre et se calma. Malgré la colère qui l'envahissait, il voulait des réponses. «Alors expliquez-vous!»
Sirius ferma les yeux et dit, lentement, retirant son masque dans le même mouvement «Le fils de Darkhell est mort en même temps que Nathanaël cette nuit-là. Si je n'avais pas eu ce don pour la divination, je n'aurais même pas été présent sur les lieux.» Un sourire amer se dessina à nouveau sur ses lèvres. «Parfois je me dis que j'aurais préféré ne pas le posséder.» Un silence puis il reprit, d'un ton presque distant comme s'il voulait se détacher de son souvenir «Une personne voulait se venger de moi et à découvert, je ne sais comment qui j'étais réellement et mon lien avec votre père. Au lieu de s'en prendre directement à moi, il a décidé de m'atteindre en tuant mon frère. Je suis...arrivé trop tard pour le sauver. Nat...alors qu'il était en train de mourir se souciait plus de moi et du fait que je puisse fuir que de lui-même...de moi, celui qu'il s'était juré d'enfermer à Barek...Ce crime n'est pas resté impuni, j'ai tué le véritable responsable de mes propres mains alors qu'il avait visiblement décidé de s'en prendre ensuite à vous puis à ma propre famille.»
Ikaël se figea...mais oui cette nuit-là les soldats avaient retrouvé deux corps dont un, connu, dépouillé de son armure et un autre, inconnu, qui portait la dite-armure. Personne n'avait vraiment compris. Tous avait pensé que le deuxième était un complice du fils de Darkhell! A cette époque, lui-même était trop déprimé, désespéré pour vraiment tout suivre mais maintenant, avec le recul et l'expérience...rien ne tenait vraiment debout.

********

Le silence s'éternisa....après de longues discussions. Plus aucun d'eux ne savait quoi dire à ce moment-là. Sirius les regarda avec un air si sérieux que tout deux tressaillirent, mal à l'aise...il semblait lire en eux, savoir à quoi ils pensaient. C'était assez désagréable comme sensation.
Il fit un pas en avant, puis un autre...et les dépassa tout deux, passant entre eux, leur disant au passage des mots qui semblèrent retentir autour du trio qu'ils formaient «Le destin est une chose qui est parfois cruelle et imprévisible, et il ne faut pas remettre à plus tard ce qu'on peut faire maintenant, lorsqu'on en a l'occasion! Je l'ai appris à mes dépents, je n'ai pas vraiment pu me réconcilier avec Nat qu'alors qu'il était sur le point de mourir et je ne sais même pas si on peut réellement nommer ça une véritable réconciliation! Je ne veux pas que vous vivez ça...mais c'est à vous de voir!»
Sur ces paroles sibyllines il s'éloigna lentement, jusqu'à rejoindre la ville, disparaissant de leur vision, les laissant méditer sur la discussion qui venait d'avoir lieu. Un lourd et douloureux silence plana quelques instants entre les deux frères qui se jetèrent un coup d'œil en coin avec un rien de malaise. Ils ne savaient pas quoi en conclure...
Compréhensible vu ce qui venait de se raconter...il y avait quoi choquer n'importe qui...

Danaël se laissa tomber au sol, le frappant du poing sans rien dire. Il ne savait visiblement pas par où commencer. Levant les yeux sur son aîné, il murmura, lentement «Qu'est...ce que tu penses...de tout ça?» Lui même se sentait terriblement perdu, ne savait quoi en penser, tout lui paraissait si compliqué. Il avait du mal à faire la part des choses, c'était trop...tellement de choses avaient été remis en cause avec toutes ces informations. C'était difficile de savoir où il en était...
- «Je n'en sais rien...je ne m'attendais pas à ce que...» Il ne termina pas sa phrase. Tout deux avaient eu la même pensée au même moment: ''à ce que le fils de Darkhell, qu'ils avaient haït pendant toute ces années soit leur oncle en réalité et qu'il n'avait pas tué leur père en fait!''. Tant de choses qui changeaient en quelques instants. Le roux s'assit à côté se son frère et ajouta, lentement «Tout ça me paraît trop...
- Ca ne peut pas être un mensonge...» coupa le blond «Je le sais...c'est un sentiment que j'ai...il n'avait pas l'air de mentir...» La tristesse du brun était palpable, ce n'était pas le visage et la voix d'une personne voulant dissimuler, cacher, manipuler les autres. Il leur avait dit la vérité.
Son ainé acquiesça, lentement: «C'est aussi ce que j'ai pensé...» Il repensa à la mort de son père, à cette silhouette au cœur des flammes, ses yeux qui, maintenant qu'il y pensait étaient hantés, lointains...ce n'était pas le regard de quelqu'un qui venait de tuer mais de quelqu'un qui, comme lui, avait perdu quelqu'un cette nuit-là. Et le corps du faucon d'argent retrouvé plus tard, ce n'était pas l'un des leur mais un intrus qui avait apparemment volé une armure...on avait pensé à un complice du fils de Darkhell à l'époque. Maintenant qu'il y pensait...ce n'était pas logique! Il se rendit compte qu'il serrait les poings à s'en faire mal (surtout du côté blessé), il avait un goût amer dans la bouche, ayant l'impression de...de...
Une main se posa soudain sur son épaule et une voix inquiète parvint à ses oreilles «Ca va grand frère?» Danaël avait du s'apercevoir de son trouble, il avait souvent l'œil pour ce genre de choses.
Il sortit de ses pensées et tourna la tête vers le blond, murmurant d'un voix hésitante: «Oui...je crois! Je repensais à ce qu'il s'était passé cette nuit-là! Je comprends maintenant certaines choses qui étaient jusqu'ici restée obscures». Un nouveau silence plana entre eux jusqu'à ce que l'aîné tousse légèrement et dise enfin d'une voix sans hésitation «Il faut qu'on parle Danaël, et sérieusement...ça fait longtemps qu'on aurait du le faire!» C'était là une réalité. Ils n'étaient plus très proches c'est vrai et tout ça à cause de différents qui n'avaient jamais été réglés, il était temps de mettre les choses au clairs une bonne fois pour toute.
Le blond tressaillit et se mordilla la lèvre, mal à l'aise, ne sachant par où commencer «….» Il ne savait pas quoi dire pour débuter la discussion désormais inévitable.
L'autre eut un sourire amusé et dit, d'une voix distincte et sincère: «Je suis désolé! Je suis vraiment borné parfois moi aussi!» Le blond sursauta et se tourna rapidement vers lui, les yeux écarquillés. L'autre continua, sans se préoccuper du regard posé sur lui «J'ai mal pris le fait que tu partes comme ça, presque sur un coup de tête, sans prévoir vraiment autre chose que l'instant présent..» Quelque part c'était compréhensible. N'importe qui aurait pris froidement ce départ précipité et soudain, c'est que ça avait, en plus, mis à mal les relation entre Larbos et Sabledoray mais aussi avec le pays d'origine de la princesse. Visiblement à ça non plus son cadet n'avait pas pensé. «Et il y avait aussi toutes les conséquences...tu l'as sauvé très bien mais...en la laissant partir avec toi tu as quelque peu mis à mal des relations diplomatiques et politiques entre trois pays.
- Ce n'était pas une décision soudaine, ça faisait un moment que cette idée de groupe et d'idéal tournait dans mon esprit. Et...c'est elle qui a choisie de me suivre...je ne l'ai pas forcé, tu le sais!» A vrai dire sur l'instant il n'avait pas pensé aux conséquence, frappé sans le savoir par un coup de foudre. Il n'avait pas non plus pensé aux problème qu'allait avoir son ancien groupe...il avait été un peu égoïste cette fois. «Je ne pouvais plus Ikaël, je n'étais pas fait pour être soldat, pour obéir aux ordres, à la politique..Je..» Il serra les poings... «Je suis désolé moi aussi...»
Un soupir retentit et l'autre répondit, lentement «Pas la peine de t'excuser, tu as suivit tes convictions...ton idéal...je n'aurais pas voulu que tu reste si c'était pour ne pas être heureux.»

Danaël, le cœur plus léger eut un faible sourire avant de le perdre pour dire, d'un ton teinté de malaise et d'hésitation: «Je pense que...que ….Père ne serait pas fier de ce que je suis devenu…» Un héros déchu, responsable du rajeunissement de la totalité d'Alysia. Et pas fichu d'y trouver un antidote. Tu parles d'un héros, d'un idéal...de ce qu'il voulait vraiment être. C'était loin de la personne extraordinaire qu'était leur père. Très loin même....il ne lui ressemblait que physiquement, c'était Ikaël qui lui ressemblait pour le reste. Lui ne faisait qu'échouer...il n'avait pas eu la pierre de Créscia (bon d'accord, il était ravi de ne pas l'avoir eu en fait), se laissait manipuler par les dieux (sans Gryf qu'aurait-il fait? Skroa aurait sans doute gagné, les dieux auraient détruits Alysia.. ou les jaguarians seraient livrés à un funeste destin parce qu'il leur aurait volé la corne!). Il en avait parfois assez d'être un chef, un héros, d'ainsi parcourir le monde. Il était parfois fatigué. Parfois il aurait aimé s'arrêter...vraiment.
Un léger rire retentit à sa gauche «Qu’est que tu racontes encore? Bien sûr que si…..tu as choisi ta voie, il n’aurait pas voulu que tu en suives une qui ne te rendrait pas heureux!» C'était vrai, Nathanaël avait souvent dit à ses fils qu'ils pouvaient choisir la voie qu'ils désireraient. Leur père n'avait pas voulu leur faire subir que lui (en fait c'était plutôt: ce que Sirius...) avait subit.
L'autre hausse les épaules, pas plus convaincu que ça: «Quelle voie en effet….»Ironisa-t-il.
- «Danaël, tu sais très bien, autant que moi que Jénovia...était un accident….» Le blond eut un sourire amer, c’était bien l’une des rares personnes à ne pas (plus) lui tenir rigueur de l’indicent Jénovia. Le roux continua: «Je suis certain qu’il serait fier de ce que tu es devenu!» Il passa un bras amical autour des épaules de son cadet. Il termina, avec un sourire: «Tout comme moi je le suis!» Ces derniers mots, ajoutés à voix basse, montrait bien qu'il était sincère dans ses propos et que ce n'était pas des paroles en l'air.«Et ne t'avises pas de répéter ça à quelqu'un!»
Détournant la tête pour cacher sa gêne, l'autre balbutia un «C'est bon je ne suis plus un gamin!» Mais il ne tenta pas de se dégager et sourit, un poids ayant enfin quitté sa conscience. Il accepta mollement l'étreinte fraternelle, oubliant pendant un court moment tout le reste.
Il se sentait mieux..vraiment mieux...
Ikaël brisa l'atmosphère détendue pour dire d'un ton concerné et dénue de toute moquerie: «Et bien petit frère...je crois que tu as besoin d'un peu de vacances...tu m'as l'air un peu à bout là...»
Le blond rouvrit les yeux: «Hein?» articula-t-il avec surprise, ne s'attendant pas à entendre ça.
Comment avait-il deviné?

*******

Sirius s'éloignait, sourire aux lèvres, après un ultime coup d'œil derrière son épaule. Ca y était il avait tout dit, tout avoué...à eux de décider quoi faire désormais...ils avaient de nombreux choix....
Allaient-ils se réconcilier? C'était plus le moins le conseil qu'il leur avait donné....C'était à eux et uniquement à eux de voir s'ils voulaient le faire ou non... Il avait fait ce qu'il avait pu...vraiment tout ce qu'il avait pu
. Au fond de lui, il souhait que ses neveux fassent ce que Nat et lui n'avaient jamais pu faire, si ne n'est l'impression de réconciliation lors de la mort de son cadet...il aurait aimé qu'eux le fasse sans que la mort ne plane sur eux...et maintenant était le meilleur moment...
Car ce mauvais pressentiment ne voulait pas le quitter, il se sentait réellement mal à l'aise. Depuis peu il n'avait plus aucune vision, seulement des sentiments d'angoisse. Il était certain que quelque chose de grave allait arriver mais quoi? Impossible de le savoir, cela le frustrait terriblement.

Soudain une lueur argenté parvint de sa gauche et il tourna légèrement la tête, se figeant devant la silhouette qui se tenait à ce moment devant lui. «...N...Nat?» Sa voix tremblait, il ne parvenait pas à croire ce qu'il voyait. C'était impossible...cela n'existait pas...ca ne pouvait...
Le fantôme, car cela en était un sans le moindre doute, tourna lentement la tête dans la direction où se trouvait ses fils puis reposa son regard sur lui. Sa voix douce et lointaine sembla résonnait dans la rue vide: «J'étais un peu inquiet...mais je suis rassuré maintenant!
Même s'il se doutait de la réponse, le mage demanda, doucement:«Inquiet pour qui? Pour eux?
L'apparition hocha brièvement la tête: «Merci de ce que tu as fait...A un de ces jours Sirius!» Et la silhouette se volatilisa comme si elle n'avait jamais été présente ici.
Un très lourd silence s'abattit sur le sorcier qui eut un petit rire nerveux avant de murmurer «J'ai des hallucinations maintenant? Je n'ai pourtant rien bu! Ne me dîtes pas que je peux voir les fantômes maintenant quand même!»
Seul le silence lui répondit, il se passa dans un soupir la main dans les cheveux et s'éloigna un peu plus, sortant du côté opposé de la ville, loin des soldats, des autres Légendaires, de ses neveux...jusqu'à être seul sous un arbre, à l'écart. Il avait besoin d'être seul!
Il s'appuya contre le tronc et se laissa aller, fermant les yeux pour savourer l'air frais de la nuit.

Soudain un crépitements d'origine magique parvint à ses oreilles, le faisant lentement rouvrir ses paupières jusqu'ici closes. Devant lui se tenait Darkhell et Elysio....tout deux avaient des ailes, et des vêtements différents. «Tiens...vous vous êtes séparés en deux?» s'étonna-t-il, pas plus tétanisé que ça, un peu vexant pour l'un de ses deux interlocuteurs, amusant pour l'autre.
Le sorcier noir explosa, sans crier trop fort évidement: «J'étais amnésique et tu t'es bien gardé de tout me dire!» Cependant il ne semblait être pas si fâché que ça. Sirius avait été son allié pendant tant d'années qu'il ne pouvait plus vraiment être fou de rage contre lui. Il considérait cette personne comme un fils depuis longtemps....et avait même, sans vraiment ne prendre conscience, endossé une figure paternelle pour le garçon perdu qu'il avait recueilli à Casthell. Ca faisait si longtemps...
Elysio intervint, d'une voix douce et pleine de bon sens:«Il ne faut pas bousculer quelqu'un qui n'a plus de mémoire! Tu le sais bien pourtant non?» Il avait un sourire amusé, et semblait apprécier de taquiner son double à la moindre occasion. Il était également difficile de savoir qui était le chef dans le duo. Il fallait mieux ne pas poser cette question-là si on tenait à la vie d'ailleurs...
- «Ben voyons..» grommela Darkhell en croisant les bras, l'air fâché. Il se reprit et pointa le doigt sur son ancien apprenti «Venons-en au fait...Sirius! Tu as des pouvoirs de divination n'est ce pas?» Avant même que l'interrogé ne puisse répondre, il continua, accumulant les questions sans laisser l'autre en placer une: «As-tu vu quelque chose récemment? Genre...une vision d'un avenir où un dieu mégalomane et destructeur se réincarnait dans un être vivant, un humain...» Elysio leva les yeux au ciel en entendant ça...il était clair que l'ancien sorcier noir sous-entendait que ce serait bien que leur ancien apprenti sache l'identité de la réincarnation en question.
- «Désolé Darkhell..» Soupira le mage en se passant une main dans les cheveux «Mes pouvoirs divinatoires sont terriblement flous depuis quelques temps! Je n'ai plus que des pressentiments...
- Mais mince! Il arrive aussi à bloquer les pouvoirs divinatoires des gens à Alysia?» enragea le sorcier aux ailes rouges et blanche, frappant sa paume droite de son poing gauche.
- «C'est le cinquième devin qui nous dit ça!» Soupira Elysio en se massant les tempes d'un air fatigué. Il ajouta d'un air épuisé «bon on retourne voir le Gardien, on en a assez fait pour aujourd'hui!»
Darkhell sembla hésiter pour lança «Va s'y seul! Je te rejoins plus tard: J'ai quelque chose à faire!» Une fois que son double eut disparut via un portail magique, il se retourna alors vers l'ancien commandant de ses troupes et fit «J'aurais jamais cru qu'un jour je protégerais Alysia comme ça!»
Sirius eut un sourire légèrement taquin et répliqua, avec un rien d'exagération: «Si le danger est si redoutable que ça, vous êtes l'un des mieux placé pour y faire face!
- Je t'ai déjà dit qu'avec moi la flatterie ne prenait pas!» renvoya le sorcier en fronçant les sourcils, faussement furieux. Puis il redevint sérieux et demanda: «Sérieusement...que dirais-tu de nous aider à lutter contre cette menace?»
S'accordant tout de même un léger temps de réflexion, avant de répondre, l'autre dit finalement: «Je ne sais pas...je n'ai plus vraiment envie de me battre!» Plus pour le moment...il en faudrait beaucoup pour lui donner envie de reprendre la lutte.
Déçu mais pas en colère, le sorcier le plus fort secoua la tête: «Je vois..dommage, une aide supplémentaire aurait été la bienvenue!
- Pourquoi n'allez-vous pas libérer Ténébris dans ce cas là.» Et il ajouta, voyant son interlocuteur se figer «Vous n'y aviez pas pensé?»
Visiblement....non

A suivre.

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Dim 1 Aoû - 21:07

Chapitre 32: Accepter de quitter ceux qu'on aime (Danaël, Nathanaël (Hé oui vous ne rêvez pas) et les autres en arrière plan

Une atroce douleur...
Il se souvenait vaguement avoir vu Jadina tendre la main vers lui les larmes aux yeux, avoir sentit ses propres yeux s'emplir de larmes de peur, de douleur...
Puis plus rien, le noir...

Une silhouette étrangement lumineuse apparut devant ses yeux tétanisés. Un homme aux cheveux blonds et coiffés comme les siens, avec des yeux du bleu même bleu que ceux de Sirius, d'Ikaël ou de lui-même. Une armure bleu-argent le recouvrait, et seul le casque manquait.
- «P...p..Père?!» Sa voix était à peine un murmure, pleine d'incrédulité et de douleur. Rêvait-il? Avait-il perdu conscience après l'attaque subi par Anathos? Était-ce une torture du dieu pour l'empêcher de reprendre le contrôle de son corps.
- «Oui Danaël, c'est bien moi..» L'homme, l'adulte identique aux souvenirs de son fils eut un triste sourire, passant une main, aussi fantomatique que l'était l'autre blond, dans les mèches ébouriffées de son second fils. «Même si je suis heureux de te revoir et de te parler...j'aurais préféré que cela soit le plus tard possible...» Son fils était trop jeune pour mourir, il n'avait même pas trente ans. Il avait encore toute la vie devant lui.
Danaël, vu son regard, ne comprenait pas ce qui se passait, et regardait avec crainte autour de lui, cherchant une issue dans l'obscurité qui les entourait. «Que...que se passe-t-il?»
L'autre ouvrit la bouche pour répondre, mais n'en eut pas le temps. Autour d'eux, comme pour répondre au plus jeune, tout se déchira, les laissant voir une scène...et Danaël cria, terrifié, horrifié plutôt: «JADINA!» Elle était là, à genoux, transpercée par une gigantesque épée tenue par un être..dont la voix malfaisante parvint à ses oreilles. «Prosternez vous devant Anathos...»
Anathos..
Dans son corps..
Il s'était réincarné, par sa faute, à cause de cette clé elfique
...Il ferma les yeux, malade de culpabilité, de chagrin. Que se passait-il? Que lui était-il arrivé? Son corps semblait toujours être vivant non? «Que...que se passe-t-il?»
Le cri de Ténébris, disant à ses amis de ne pas foncer sans réfléchir lui fit rouvrir les yeux. Il n'aurait pas du les rouvrir, non il n'aurait pas du. La vision du massacre, du sang qui coulait. Il ferma les yeux, au bord du malaise. Non..il ne le supportait pas. Que cela s'arrête...que...
Le silence revint...et il rouvrit les yeux, se retrouvant dans le calme et l'obscurité, seul son ''père'' était toujours là, le regardant avec douceur et calme. «Est-ce qu'ils sont....
- Non...ils ont été sauvés...Sinon ils seraient sans doute ici!» Danaël soupira de soulagement, rassuré. Il y eut ensuite un temps de silence pendant lequel Nathanaël semblait chercher ses mots avec soin, puis il murmura, avec beaucoup de douceur: «Mon fils... J'ai quelque chose à te dire, quelque chose de terrible...» Les yeux bleus de son père semblaient le transpercer et soudain le plus jeune eut peur, il ne voulait pas entendre la suite, pas cette vérité qu'il ne présentait que trop. Il aurait aimé se boucher les oreilles mais cela ne servait à rien et il le savait. «Je suis désolé d'avoir à te le dire...mais...» La voix semblait à la fois proche et lointaine, douce mais ferme. Danaël ferma les yeux....il sentait monter en lui une envie de pleurer...mais rien ne venait...pas étonnant il n'était qu'une âme sans corps. Il entendit alors la fin de la phrase de son père «..Tu es mort..et ton âme erre, tu es ce que l'on appelle un fantôme!»
Une sensation atroce de froideur l'envahit, il vacilla telle une flammèche sur le point de s'éteindre. Ses pensées niaient l'atroce réalité «Non...» Cela ne pouvait pas être vrai, non. «Je ne peux pas être mort père...j'ai encore tant de choses à dire, à faire.» Ses amis étaient en dangers, il avait demandé sa main à Jadina, il devait encore s'excuser auprès de son frère. Il était trop jeune...il ne voulait pas. «Ce n'est pas possible!» Il avait encore tant de choses à faire, à vivre, à ressentir...
L'homme soupira et posa une main sur l'épaule de l'âme encore errante, et l'ancien leader des Légendaires ressentit comme une sensation de froideur, comme si de l'eau glacée avait coulée à cette endroit. «Anathos a pris possession de ton corps en détruisant, pour cela, ton esprit. Mentalement parlant, tu es mort! Ton corps vit toujours mais...appartient à un autre désormais.
- Non, c'est un mensonge!» Il se dégagea et se retourna, tentant de percer ce brouillard qui les envelopper...et il crut avoir une étrange lueur un peu plus loin. Il s'élança dans cette direction. Ca ne pouvait pas être réel...c'était une ruse d'Anathos. Si celui-ci avait bien pris le contrôle de son corps, il allait le lui reprendre.

Les ténèbres se dissipèrent soudain autour de lui. Il arriva dans un camps...qu'il ne connaissait que trop bien. Tous les soldats étaient sombres, certains parmi ceux qu'il avait connu, avec qui il s'était bien entendu, ses anciens amis, avaient l'air déprimés. Des gardes surveillaient les entrées des tentes, ne laissant passer personne. Danaël ne devina que trop bien qui était dans ces lieux gardées. Ses amis, blessés, peut-être entre la vie et la mort. Une boule se forma dans sa gorge. Il entra dans l'une d'elle, traversant le tissu sans problème, sans que personne ne lève les yeux à son entrée. N'était-il qu'un fantôme, comme l'avait sous-entendu son père, si c'était bien lui?
Jadina si pâle, entourée de bandages tachés de sang...un guérisseur la veillait. Était-elle si en danger que ça? Si gravement blessé que ça? Allait-elle mourir...comme...lui!? Non..Non il n'était pas mort, ce n'était pas possible! Son âme avait juste était chassé hors de son corps...il lui suffisait de reprendre ce dernier.
Razzia...mutilé et à qui il manquait un bras. Il s'agitait faiblement sur son lit, semblant fiévreux et Ténébris, les yeux encore rougis et gonflés lui passait un chiffon humide sur le front sous la surveillance d'un elfe et d'un faucon, ainsi que de Michi-Gan dont le regard était aussi triste que celui de la fille de Darkhell.
Gryf, à demi conscient pleurait, un bras lui cachant les yeux. Il semblait ignorer les paroles de Toopie ou de Shaki. Il était muré dans son chagrin, dans sa douleur.
Shimy était vraisemblablement en état de choc, bercée dans les bras de sa mère. Le blond la regarda, il aurait aimé lui dire que ce n'était pas sa faute mais la sienne, qu'il aurait du lui penser à la clé mais il sentait bien qu'elle ne l'entendrait pas, tout comme elle ne le voyait pas.

Malade de culpabilité, de chagrin, il sortit lentement de la tente, errant tristement dans le camps, sans savoir ni que penser, ni quoi faire. Il entra dans la tente du commandant, presque par accident. Elle était vide, à l'exception d'une personne. Ses longs cheveux rouges tombaient non attachés dans son dos, presque emmêlés, le rendant plus que reconnaissable. Une silhouette seule dans l'immense tente, assise sur un des lits, presque prostrée sur elle-même. Pas besoin de voir cette personne de face pour savoir qu'elle souffrait, que le chagrin la brisait.
Danaël, le cœur lourd, contourna son frère. Celui-ci avait enfoui le visage dans ses mains et ses épaules tremblaient. Le blond tendit la main et frôla la main de son aîné, reculant brusquement comme il ressentait...peut-être par empathie...la tristesse du jeune homme. Celui-ci eut un frisson, différent des précédents, peut-être avait-il senti, plus ou moins, le contact.
Un sanglot étouffé retentit dans le silence de la tente. Danaël se figea, s'il avait toujours eu son corps, il aurait eu l'impression que son cœur s'immobilisait à l'écoute de ce son. Son frère abaissa ses mains, le regard rivé au sol. Il semblait épuisé, la peau de son visage était pâle et ses traits tirés, des cernes presque noirs soulignaient le dessous de ses yeux rougis. Sa voix tremblante résonna «Ce n'est...pas possible!» puis, après quelques instants Ikaël murmura, d'un ton brisé «Pourquoi dois-je perdre tous les membres de ma famille, les uns après les autres? Pourquoi?» Il baissa les yeux vers le sol, serrant les poings «...D..Danaël...»
Il..Il...Le concerné ne parvenait pas à y croire, jamais il ne l'avait vu dans un tel état...depuis..il ne se souvenait même pas depuis quand. C'était si lointain, si...le voir comme ça, il ne l'aurait jamais cru. Et il ne pouvait rien faire, n'étant qu'un impuissant spectateur de cette scène.
Une larme unique fut chassée d'un geste de main avant même de tomber au sol. Le soldat passa une main sur son visage, sans doute pour cacher les autres de spectateurs qu'il n'y avait pourtant pas.
Il pleure. Comme Gryf, Comme Shimy...Le blond ressentit une violente détresse face à ce chagrin. Il ne l'avait jamais vu pleurer...jamais ou alors il ne s'en souvenait plus. Son frère n'avait plus versé une seule larme depuis la mort de leur père. Était-ce pour lui qu'il en versait aujourd'hui?
Ne le détestait-il pas après ce qui s'était passé?
Peu à peu, l'horrible réalité prenait réellement effet sur lui. Je...Suis..mort..Il regarda ses mains, voyant le sol par transparence. Personne ne l'entendait, ne le voyait, il n'était pas là pour eux...Il était...un fantôme, une simple âme errante. Une brusque envie de pleurer monta en lui. Les fantômes peuvent-ils pleurer?

Il sentit soudain une main sur son épaule et se retourna vers son père qui le fixait avec tristesse. «Ne restes pas là Danaël, tu te fais souffrir....viens maintenant!» Son fils laissa vaguement son père le serrer dans ses bras. Il aurait aimé que tout ne soit qu'un horrible cauchemar mais non...il ne rêvait pas. Son père était mort aussi et s'il le voyait, pouvait lui parler ou le toucher c'est qu'il...qu'il...était mort lui aussi. Un sanglot secoua l'âme fragile qu'il était devenu. Nathanaël chuchota alors: «Je sais...C'est dur, ça fait mal, mais nous ne pouvons pas rester...
- Mais...» Balbutia Danaël et se retournant une ultime fois vers le roux, le cœur (enfin façon de parler) serré à lui faire mal. Ils étaient tous...tristes...si tristes...comment pouvait-t-il les laisser ainsi? Il stoppa encore, regardant douloureusement autour de lui, ce monde qu'il devait quitter.
Son père soupira tristement: «J'ai eu du mal moi aussi, quand je suis mort, quand je vous voyais, Ikaël et toi...mais je n'ai pas eu le choix, comme tu le l'a pas non plus!»
Le plus jeune ramena ses bras contre lui, comme s'il avait froid. «Pourquoi suis-je toujours un enfant si je suis mort? Mon âme est celle d'un adulte pourtant!
- Le fantôme a généralement l'apparence que l'on avait au moment de la mort Danaël!» expliqua doucement Nathanaël, passant lentement un bras autour des épaules de son fils, qui cette fois ne ressentit plus cette sensation de froideur, plus maintenant qu'il avait compris et accepté son état.
Au fond de lui, une sensation amère l'envahissait. Il était mort, il était la cause de la peut-être destruction l'Alysia, tous ses proches souffraient par sa faute, et il serait physiquement un enfant pour toujours. Il ferma les yeux. Après tout qu'est-ce que ses remords, ses regrets ou son chagrin changeraient? Rien...
C'était trop tard...
Mais il ne pourrait jamais se pardonner à lui-même...
...Jamais
Tout comme il ne pouvait se douter que, ce monde qu'il quittait, il y retournerait dans deux ans. Mais qu'il ne serait, de toute façon, plus jamais le Danaël que tous connaissaient jusque là.

A Suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Mar 3 Aoû - 16:20

Chapitre 33: Deuil et Guerre (beaucoup de monde)


Il n'avait plus rien de celui qu'il était 13 mois auparavant. Il n'avait plus rien du fier commandant des Faucons d'Argent, plus rien de celui qui gardait sans cesse un visage fermé, un masque inexpressif ou presque. Plus rien de celui qui obéissait aveuglement aux ordres. Non il était....quelqu'un d'autre à présent, il avait changé.....
Tout cela s'était fini ce jour...ce jour où ce masque était fissuré....ou il avait perdu la seule famille qui lui restait, où il s'était retrouvé ''seul''. A croire que leur famille souffrait de malchance...
Ce jour où Ténébris, fuyant son regard, mais étant la seule 'consciente' des Légendaires lui avait annoncé la nouvelle d'une voix tremblante. Quand il l'avait presque brutalement interrogé, angoissé après avoir vu l'état des quatres amis du blond et avoir remarqué l'absence plus que visible de ce dernier. «Où est Danaël? Où est mon frère?» Ténébris avait d'abord refusé de répondre, mal à l'aise, comme si elle ne savait pas quoi dire....ou qu'elle hésitait....mais devant son regard à lui, elle avait fini par raconter ce qui s'était passé. Et ce jusqu'à ce que les mots arrivent, imprévisibles et douloureux. «Votre frère a été possédé par un dieu maléfique....» suivit d'un «Je suis ...désolée...». Puis, poussé par Shamira, elle avait tout raconté, absolument tout. Ses explications avaient éclairci la situation et les évènements.
Gryf était vivant mais une plaie barrait son torse, s'il avait perdu beaucoup de sang, il allait s'en tirer. Razzia avait perdu un bras mais était toujours vivant, Shimy avait eu les yeux crevés et était plus ou moins en état de choc mais vivait toujours également. Jadina était la seule dans un état vraiment critique, entre la vie et la mort. Le récit de Ténébris du combat et de la possession qui l'avait précédé avait eu quelque chose de terrifiant. Surtout quand elle avait dit que le dieu avait volé le corps de son frère et avait sans doute détruit son âme pour cela.
En d'autre termes...il était mort....vu la description qu'elle lui avait faîtes d'Anathos.

Il n'avait pas voulu y croire mais le regard de Gryf quand celui-ci avait repris conscience, de Razzia, les sanglots de Shimy....la vérité l'avait frappé de plein fouet, c'était vrai.....son frère était....Il s'était retenu jusqu'à être seul, jusqu'à être sur que personne ne voie couler ses larmes. Il s'était isolé, voulant et cherchant la solitude le temps de....même maintenant il avait encore du mal à y penser, même si la douleur était un peu moins forte maintenant qu'il avait pleinement réalisé la situation.
Mort...
Et dire que la dernière fois qu'ils s'étaient vu, ils s'étaient presque battu. Leur relation avait touché le fond ce jour là. Comme il regrettait de ne pas l'avoir écouté. Ca n'aurait sans doute rien changé mais...quand il y repensait, il s'en voulait de ne pas avoir vu....le regard de son cadet lorsqu'ils étaient face à face, un regard où se mêlait la détermination et la douleur. Ce n'était pas le regard d'un traître, d'un criminel... il n'aimait pas ce qu'il était en train de faire!! Il n'éprouvait aucune joie à lui faire face.


Il releva les yeux, ce soir, la végétation, l'air dénué de toute odeur de sang, de fumée...ce sentiment de sécurité, qui ne serait que trop bref, ne parvenait pas à le calmer, à l'apaiser. Il songeait que cela ne serait réellement possible que quand Anathos serait mort.
Rien que la mort...à quoi cela servait-il de venir, d'aller dans ces lieux détruits, pour voir le résultat du passage du dieu déchu? L'espoir aussi fragile qu'illusoire de trouver, peut-être, des survivants?! Ou peut-être une façon d'entretenir sa haine pour le dieu déchu qui avait tué son frère?
La colère et la douleur étaient deux émotions qu'ils côtoyaient de toute façon souvent désormais. L'impossibilité de faire son deuil tant qu'Anathos serait vivant...tant que son frère ne reposerait pas réellement en paix. Parmi toutes les pensées douloureuses et déprimantes qui l'envahissait trop souvent ces derniers temps, des questions revenaient sans cesse, persistantes et d'autant plus irritantes qu'elles n'avaient point de réponses. Il aurait aimé tuer Anathos lui-même si cela n'allait pas à l'encontre du plan de Jadina, si méticuleusement construit. Il était l'élément essentiel du piège mais...il aurait...tellement...voulu...

- «Ne te laisses pas envahir par la haine cousin!» fit soudainement une voix venant de sa droite. Elle provenait d'un garçon aux cheveux bruns foncés et aux yeux violets, habillé d'un ensemble vert foncé et noir, avec, accrochée à la ceinture, une épée à la lame couleur de nacre et au pommeau doré. Les deux chevaliers se connaissaient mieux maintenant. Le beau frère de Ganja...c'était aussi son propre cousin. Il avait son propre groupe de combattants: Les Éternels: Malka, Kanga, Artanis (la sœur de Ganja et la femme de Regulus), Kelmi-Nhou (un jaguarian) ainsi que deux membres apparemment (?) provisoires: Cassiopée (la petite sœur de Regulus) et Evendel (le petit frère de Regulus). Ce groupe faisait un merveilleux travail d'équipe...et faisait également preuve d'une grande et redoutable efficacité. Néanmoins les voir faisait parfois souffrir le roux, surtout quand Regulus et son frère se mettaient, devant les autres Éternels blasés, à se crier dessus. Sirius, de son côté, allait et venait, faisait on ne savait quoi, repartait on ne savait où. Bref il agissait étrangement...
Ikaël lança un regard peu avenant à Regulus qui se tenait adossé à la falaise près de lui et cracha, froidement. «De quoi te mêles-tu? Tu ne comprends rien! Tu n'as pas perdu ton frère, ou un de tes amis! Tu n'as rien perdu!» Il voulait qu'on le laisse seul avec sa douleur...il n'avait pas besoin de mots creux ou vide de sens. Ce n'était pas peine de lui dire ce genre de chose...ça ne servait à rien.
Le brun lui lança un regard doux et compatissant, emplis de tristesse. «La haine ne conduit à rien, tu le sais?» C'était stupide de lui faire la morale ainsi mais il voulait dire quelque chose, ne pas le laisser ruminer ainsi sa douleur et sa colère. «Et ça te fais du mal d'y penser sans cesse...»

Le roux serra le poings «Comment ne puis-je pas en ressentir? Anathos...a..il a pris le peu qui me restait. Il a tué mon frère, il sème le trouble et le chaos à Alysia!» Il se tourna vers le chef des Éternels et éleva légèrement la voix «Combien de personnes ont été tués par ce dieu déchu Reg? Combien? Combien de villes et de villages ont été détruits?! Combien de temps les gens vivront dans la peur?» Ces questions n'attendaient pas de réponses...
Le plus âge soupira et leva les yeux vers le ciel étoilé. Il n'avait de toute façon pas de réponses à ces questions. Il changea donc de sujet, profitant de cette paix qui ne durerait pas, de ce lieu encore recouvert de végétation qui ne le serait peut-être plus demain. Ikaël, après un soupir, s'assit près de lui, les yeux rivés au sol. Regulus repoussa un petit caillou du pied «Tu lui en veux toujours hein? Même si tu sais qu'elle n'y ait pour rien au final...»
L'autre eut un sourire amer. Comment faisait-il pour si bien lire en lui?
Oui...Il n'en voulais pas qu'à Anathos, il en voulait au destin, aux.. autres dieux, à....lui-même, et..à Shimy peut-être?
Non
...Il la revoyait, effondrée, pleurant et lui disant à quel point elle était désolée, que tout était de sa faute. Il la revoyait traumatisé par les événements, angoissée car plongée dans un noir définitif, effondrée d'avoir dit ''oui'', il y a des années, à il ne savait pas quoi. Elle s'en voulait tellement qu'elle n'en était allée que plus mal. Il n'avait pas pu lui en vouloir, pas en voyant l'état, aussi bien physique que mental, dans lequel elle était, presque brisée. Il n'avait pas pu...même si, au début, lorsque Ténébris avait raconté l'histoire, il avait ressenti une immense colère à son égard ....maintenant c'était fini...enfin il le pensait, parfois il se sentait amer en y repensant. Peut-être, inconsciemment, ne pourrait-il pas lui pardonner totalement ça...peut-être faudrait-il bien plus de temps que ça pour que ce persistant ressentiment amer, mesquin et inconscient s'atténue. Peut-être avait besoin d'en vouloir à quelqu'un d'autre? Peut-être qu'il lui en voulait toujours d'avoir donné sa clé à Danaël?...même si c'était stupide, même s'il savait que penser à ça était stupide. Le temps...encore lui...c'est le temps qui finirait pas effacer sa douleur, faire oublier sa colère, comme il le faisait pour chacun.

Regulus soupira et regarda lentement le ciel. «Tiens...on voit bien l'étoile d'Orion ce soir...Quand j'étais jeune, mon père me disait que quand elle était plus brillante, cela était un bon présage...» Une remarque lâchée comme ça, peut-être pour détourner l'attention de son cousin de ses sombres pensées. Celui-ci, prenant une grande inspiration, il leva les yeux vers le ciel emplis d'étoiles. Des souvenirs ne cessaient de le hanter, des flashbacks de son enfance. Il revoyait le petit blond, quand celui-ci était enfant, s'accrocher à sa manche, le suivre partout avec des yeux brillants d'admiration, lui poser question sur question, au point d'en être agaçant avant de se blottir contre lui, faisant fondre sa colère ou son énervement comme neige au soleil. Il se remémorait avec tristesse ses gestes d'affections envers lui, sa façon maladroite de lui montrer son soutien et sa confiance quand il était adolescent. Leur serment «Vérité et Justice au dessus de tout» qu'ils avaient fait enfants, leur désirs de devenir des chevaliers comme leur père, des héros prônant ces deux valeurs. Il se souvenait de ses larmes à la mort de leur père, de ses bêtises qui le faisait plus rire qu'autre chose, de son entrée chez les faucons et de la fierté qu'il avait ressenti vis-à-vis de son cadet ce jour là. Toutes les fois où il l'avait réprimandé, le sourire insolent qui lui était souvent renvoyé. Leurs disputes aussi.....qui parfois tournaient plus au jeu qu'autre chose, quand ils ne se mettaient pas à se crier dessus sur le champs de bataille, faisant totalement fi du danger.
«Je viens de te sauver la vie, quand est ce que tu vas me lâcher?
Quand tu comprendra que les ordres que je donne sont fait pour être suivis
»
Et son départ du groupe, pour suivre son propre chemin....une annonce brutal (ou murement réfléchi depuis un moment?) quand il était partie sauver la princesse. Ce qui avait entaché, abimé leur lien. Ca avait été une séparation brutale, à laquelle personne ne s'était préparé. Oui c'est vrai, il lui en avait voulut, vraiment voulu sur le coup. Même si ça n'avait pas vraiment duré.
«Danaël, ne fais pas quelque chose que tu pourrais regretter!
Désolé mais j'ai choisi un idéal, assez des ordres dictées par la politique.
»
Ce n'était pas du tout le fait de l'avoir laissé partir qu'il regrettait. Non puisqu'il avait sauvé la princesse. Non. Il avait l'impression d'avoir été minable depuis ce jour envers lui, incapable de le comprendre vraiment. Et maintenant c'était trop tard...il le comprenait oui mais il avait fallu qu'il le perde pour ça. Qu'il le perde alors qu'ils venaient d'avoir la pire confrontation qu'ils auraient pu avoir, s'étant quittés fâchés sur un champs de bataille, et après, lors des ''recherches'' il l'avait maudit mentalement sans savoir qu'au même moment..il...mourrait! .
Il se sentait minable, stupide...malgré les paroles de Gryf, plus tard, qui lui avait dit que non, Danaël ne pensait pas ça, ne lui en voulait pas...qu'il n'aurait pas voulu qu'il se sente si coupable.
Il savait que le jaguarian avait raison...mais il ne pouvait s'en empêcher. C'était plus fort que lui.

Il baissa la tête, le cœur lourd. Des souvenirs continuaient à remonter dans son esprit, sa propre voir adulte, réminiscence d'un passé que parfois il aurait aimé oublier. Ces temps-ci, en effet, cela lui faisait plus mal qu'autre chose. Vraiment mal. Il avait parfois l'impression qu'il sombrait dans la dépression et avec toutes ces pressions, ces batailles continuelles...ces pertes...ce n'était pas simple de rester fort..personne ne lui en voudrait s'il craquait...ne serait-ce qu'un peu.
«Si tu pars, ce ne sera pas la peine de revenir parmi les faucons, car tu n'en feras plus partie»
Si je n'avait pas dit ça, serait-il revenu?
Il savait que c'était idiot de penser ça mais ….si son frère était resté un faucon, il n'aurait jamais eu cette fichue clé elfique sur lui et jamais ce maudit dieu ne lui aurait volé son corps. Mais c'était le passé.....ça ne servait à rien de le regretter. A rien...
Pourtant...Ca faisait si mal de savoir que plus jamais il ne le verrait. Qu'il allait falloir «le tuer» pour se débarrasser d'Anathos. Un sacrifice nécessaire.....mais si douloureux.
Et tellement injuste....
«Grand frère»

Plus jamais il n'entendrait ces mots......plus jamais il ne le verrait, le l'entendrait, ne se disputerait avec lui. Il regrettait tellement d'avoir été aussi obtus, aussi buté, de ne pas avoir accepté de l'écouter. Il aurait du...ça n'aurait surement rien changé...mais...Il secoua la tête, à quoi cela servait-il de penser ''et si'' dans son esprit si ce n'est se faire encore plus mal? Rien. Il fallait juste laisser faire le temps, le laisser cicatriser ces plaies qui le faisait souffrir...qu'importe le temps que cela prendrait, ça arriverait tout de même. Il ne le savait que trop bien...

Lentement, après un silence qui lui parût durer une éternité il chuchota :«Ton père avait raison Reg...» Celui-ci tourna la tête vers lui, tranquillement, silencieusement, écoutant sans dire ne serait-ce qu'un mot, posant doucement une main sur l'épaule du roux. «Le destin est une chose qui est parfois cruelle et imprévisible, et il ne faut pas remettre à plus tard ce qu'on peut faire maintenant, lorsqu'on en a l'occasion!!» Comme il regrettait de n'avoir pas pris plus de temps pour mieux le comprendre, pour mieux réparer les discordes du passé. «Je ne suis qu'un imbécile, j'ai fais les même erreurs que lui...et je...» Le début de réconciliation ce soir-là, où ils avaient tout appris, ça n'avait été qu'un début justement...même si leurs rapports semblaient s'être améliorés...ce n'était que...une simple ébauche de...
- ...Tu es devenu le complice d'un sorcier diabolique?» Ironisa soudain Regulus, lui lançant un sourire moqueur bien à lui, très semblable à celui de son père. «Ca le fait pas avec ton rôle de commandant Ikaël!» plaisanta-t-il, d'un air assez taquin. «Et tu copie mon père là en plus! C'est lui qui es censé être le Girawa boiteux de la famille!!» Il assortit cette dernière réplique d'un petit clin d'œil.
- «Très drôle...» Marmonna le roux en levant les yeux au ciel. La boutade du brun amena cependant un petit sourire aux lèvres du roux, pour la plus grande satisfaction de son cousin.
Peu à peu, la discussion avec Regulus lui fit oublier que cela faisait 12 mois jour pour jour que Anathos s'était réincarné.

********

Les Vulturs attaquèrent brutalement, sans prévenir, fondant sur la petite armée comme des vautours sur une carcasse. Les chevaliers dégainèrent leurs épées. Et le combat débuta. Regulus fit un salto arrière et s'éloigna ainsi de celui qui l'avait attaqué, son épée décrivit une courbe parfaitement maitrisé et s'abattit sur une des ailes du vultur qui poussa un glapissement de douleur. Reculant en sifflant de colère, du sang coulant de la membrane de son aile, la bête grogna et se jeta que son ennemi qui esquiva l'attaque. L'arme surement magique qu'il détenait fendit l'air une nouvelle fois et brisa l'articulation de la même aile, faisant choire la créature du mal au sol. Un nouveau coup l'acheva. Le fils de Sirius n'eut guère le temps de reprendre un souffle, qu'il n'avait même pas perdu, que deux nouveaux ennemis s'en prirent à lui.

Plus loin Malka jouait de ses deux fins sabres, lardant de zébrures sanglantes les deux vulturs qui l'affrontaient. Kenga s'en tirait à peu près aussi bien, malgré les éraflures sur ses bras. Cassiopée et Artanis, dos à dos, s'entre-aidait dans un duo parfait, la seconde utilisant ses techniques ninja et la première ses pouvoirs de soins et de protection que son père lui avait appris. Kelmi-Nhou bondissait de droite à gauche, ses griffes déchirant ailes et peau, couvrant Toopie qui lançait grenade sur armes de son cru, à deux pas d'une paroi, évitant ainsi de se faire prendre par derrière. Plus loin Evendel s'en triait à peu près bien lui aussi. Shaki abattit son arme sur le crâne d'un vultur et flanqua un coup de pied à un autre. Un troisième le frappa, l'éjectant au sol mais Michi-Gan, en trois bonds, évita son adversaire actuel pour rejoindre son ami et trancher le bras de celui qui le menaçait.
Les Faucons ne semblaient, pour la plupart, n'avoir que peu de problèmes. Malgré tout, certain avait déjà péri, parmi eux certains ayant croulé sous le nombre trop important (que voulez faire à cinq contre un?).

Ikaël abattit un nouveau vultur, il ne savait pas à combien il en était, il n'avait pas compté. Il n'était pas à l'aise, quelque chose n'allait pas....vraiment pas. Soudain un cri retentit à sa gauche «Commandant, attention à droite!» Il recula brusquement, évitant une rafale de magie verte qui frappa l'un de ses hommes et un vultur qui s'effondrèrent tous les deux, n'ayant pas vu l'attaque à temps. Le temps sembla se suspendre quelques instants où chacun, de chaque camps, fut surpris, puis le combat reprit avec tout autant de hargne.
- «Hawww quel chef, laissez un de ces hommes se faire abattre à sa place!» fit une voix ironique venant d'un haut rocher. Dark-Jadina se tenait debout, le toisant avec ironie. La peur envahit certains des combattants présent.
Une infernale...comment allait se finir ce combat?
Plus loin Sirius s'immobilisa quelques instants, le temps de reprendre son souffle. Puis il s'élança dans la direction où avait lieu le combat, bénissant une nouvelle fois ses donc divinatoires qui s'étaient enfin débloqués. Tout en courant, il sortit un masque de l'intérieur de sa veste et le posa sur son visage. Anathos, si cette histoire parvenait à ses oreilles, saurait surement qui il était, en admettant qu'il ait accès aux souvenirs de Danaël, mais les infernaux eux ne pourraient pas.

***********

Dark-Jadina frémit...qui était cette personne? Masquée mais on distinguait tout de même deux iris bleues, les cheveux noirs au vent et son aura magique pulsait de magie noire. Un silence de mort sembla planer quelques instants avant qu'une attaque magique n'envoie voltiger plus loin un vultur qui barrait la route à ce nouveau venu.
Au même moment l'une de ces créatures attaqua Evendel qui bascula et tomba lourdement sur le dos, à la merci de son adversaire pendant quelques instants, adversaire qui fondit sur lui. Le jeune chevalier ferma les yeux, le cœur battant mais aucune douleur ne vint. Rouvrant les yeux il vit que quelqu'un s'était interposé. «Mer...Merci Ikaël!»
Son cousin hocha la tête, laissant le petit frère de Regulus repartir, visiblement vers les Fabuleux pour leur donner un coup de main, pour attaquer à nouveau le vultur. «Plus...plus aucun membre de ma famille ne périra des mains d'Anathos ou de ses sbires! Tu entends maudite créature? Plus Aucun!» Le combat reprit, et il fut rapidement rejoint par Regulus au moment d'être submergé par le nombre.

De son côté, Sirius fixait Dark-Jadina avec un calme assez déstabilisant. L'infernale demanda, ironiquement «A qui ai-je l'honneur?
- Mon nom ne vous direz rien! Disons simplement que je suis...le fils de Darkhell!»
Dark-Jadina plissa les yeux, cet individu cachait son identité pour mieux se protéger? Cela ne durerait pas «Ayez l'obligeance de retirer ce masque!» une attaque magique de couleur verte fusa vers le sorcier qui lui faisait face. Sirius riposta assez rapidement, bloquant l'attaque sans qu'aucune expression de traverse son visage. Impossible de savoir s'il avait eu du mal ou non à parer.
- «Je préfère ne pas dévoiler mon visage, ne m'en veuillez pas surtout!»
Et le combat commença.

Soudain un cri retentit à ses oreilles, il esquiva souplement une nouvelle attaque magique et risqua un coup d'œil dans la direction du cri. Son neveu venait de basculer dans le vide suite à une double attaque de vulturs. Regulus avait attrapé sa main par réflexe et se retrouvait plaqué au sol, ne le retenant que d'une main et tendant difficilement l'autre pour mieux essayer de le remonter. S'ils étaient sous leurs apparences adultes, son fils aurait pu le remonter. Mais là avec le même âge et une force amoindrie, Regulus n'avait que peu de chance de réussir seul. Sirius ne pouvait cependant rien faire car Dark-Jadina repassa à l'attaque, il dut à nouveau contrer en songeant qu'ils devraient se débrouiller seuls.
En espérant que les deux combattants s'en tireraient sans trop de problèmes...
Un des Vulturs attaqua, sifflant de rage et ses griffes s'abattirent sur son adversaire sans défense qui venait de rengainer son épée pour pouvoir attraper l'autre main de son cousin. Si l'une des pattes griffue ripa sur l'armure bleue-argent, l'autre frappa le roux au visage, le faisant pousser un cri de douleur. Il plaqua aussitôt sa main sur la plaie, serrant les dents sous la sensation de brûlure qu'il ressentait. Et il éloigna le maléfique volatile d'un coup de pied.
Regulus dut rapidement se protéger aussi le visage quand deux vulturs fondirent sur lui, et il aurait pu être gravement blessé, n'ayant qu'un dérivé d'armure le protégeant à peine, si une silhouette châtain n'avait pas frappé l'une des créatures du mal en plein ventre, s'en servant ensuite comme appuie pour atterrir à côté du fils de Sirius. Un tomahawk savamment lancé heurta le même vultur, l'assommant et le faisant s'écraser en bas de la falaise. Une flèche transperça l'autre adversaire volant. Kenga venait de changer d'arme en voyant son leader en danger. Avoir deux armes, une permettant d'attaquer à distance et l'autre pour le combat rapproché, c'était pratique disait-il avec beaucoup de raison. Il exécuta un rapide quart de tour à gauche pour en lancer une autre, qui transperça l'aile d'un vultur avant de se prendre un coup dans le ventre qui le propulsa au sol. Une intervention d'Evendel l'empêcha de se faire bêtement tuer.
Ces monstres étaient coriaces et si on ne faisait que les blesser légèrement, on pouvait se retrouver vite en danger...
Regulus serra les dents pour ne surtout pas lâcher sa prise et articula «Merci les gars!» Shaki allait venir l'aider à remonter Ikaël mais il dut attaquer un nouveau vultur. Il y en avait combien comme ça? Le brun se pencha et lança «Hé! Ca va?» Il faisait allusion à la blessure que son cousin avait au visage, et était inquiet en voyant le sang qui coulait malgré la main pressée sur la plaie. Le roux sentait que son œil n'avait pas été touché, sinon il aurait surement eu bien plus mal que ça. N'empêche qu'il saignait beaucoup et que cela l'empêchait de voir de cet œil là pour le moment.

Soudain, une véritable explosion de magie souffla tout sur son passage, signalant sans doute la fin du duel de magiciens qui avaient eu lieu un peu plus loin entre Sirius et Dark-Jadina. Certains Faucons furent projetés à terre sous le souffle de l'explosion. Shaki et Kelmi plongèrent au sol pour éviter d'être emportés par le souffle. Les Vulturs voltigèrent en tout sens.
Quelque chose venait de prendre fin...
Le vent de l'explosion de magie retomba, les deux magiciens étaient visiblement essoufflés. Dark-Jadina exerçait une prise mal assurée sur son bâton aigle et Sirius avait mis un genou à terre, et était parcouru d'étranges éclairs rouges. Ses yeux étaient devenus écarlates, la magie noire crépitait littéralement autour de lui. L'infernale eut, malgré elle, un mouvement de recul. Ce sorcier n'arrivait pas à la cheville de son maître, c'était clair et net, il était également loin d'égaler Darkhell. Mais il était plus fort que celle à partir de qui elle avait été créer. Et sa magie maléfique était plus efficace que celle du bâton-aigle. Dark-Jadina n'avait jamais voulu oser les incantations interdites, sentant qu'elle pourrait, si elle faisait ça, faire quelque chose de terrible pour son maître. Elle ne voulait pas risquer de faire intervenir Jadilyna qui serait sans doute contre son maître ou tenterait de la détruire, elle.
De plus, ce sorcier qui lui faisait face semblait avoir perdu le contrôle de sa magie, sa colère ayant...semblant avoir décuplé provisoirement ses pouvoirs.
Mais était-il réellement en colère? Ou était-il plus fort qu'il ne prétendait l'être? Qui pouvait le dire?
La magie sombre était pleine de dangers mais aussi de surprise, car totalement imprévisible. Elle ne savait pas ce qu'il pouvait faire, elle avait beau réfléchir, elle avait beau savoir le point faible de la magie noire, elle ne le maîtrisait pas.
Que faire? Que faire? Ordonner aux Vulturs de tous se concentrer sur lui?
Elle plissa les yeux, et son bâton émit son lueur presque sinistre entre ses mains. Les Vulturs, comme répondant à un signal abandonnèrent leurs actuelles proies, abandonnant ceux qu'ils auraient pourtant pu tuer.

Sirius, sous son masque, eut un sourire terrifiant et satisfait. Paarrfaiittt...c'est ce qu'il voulait. Éloigner les Vulturs, d'Elendel, de tout le monde... mais surtout de Regulus et Ikaël afin que le premier puisse enfin aider le second à remonter au lieu de le retenir d'une main et de se protéger de l'autre. Avec toutes ces attaques incessantes, il pouvait à peine se protéger, sans l'intervention de Shaki, de Kelmi-Nhou et de Kenga, ils seraient peut-être tombés tous les deux.
Il laissa les vulturs se précipiter tous sur lui, puis leva ses yeux rouges vers l'infernale, un sourire mauvais aux lèvres. Elle comprit, trop tard, qu'elle venait de commettre un énorme erreur.
Les Vulturs étaient vraiment nombreux, trop nombreux cette fois....et le petit groupe composé des Éternels, des Fabuleux et de quelques faucons d'argent (un groupe d'éclaireurs) n'auraient pas eu le dessus malgré toutes leurs compétences. Le fils de Darkhell voulait, depuis le début, l'obliger à leur ordonner une attaque massive sur lui.
Sirius serra les poings, la magie crépita encore plus autour de lui, il fallait qu'il le fasse...en une seule attaque...c'était dangereux mais c'était sa magie...elle lui obéirait du moment qu'il ne perdait pas le contrôle...qui lui avait déjà assez échapper comme ça.
Éliminer les vulturs et juste les vulturs, il visualisait les créatures dans son esprit, se concentrait uniquement sur eux...
Enfin il cessa de refouler sa magie et rouvrit des yeux, ayant virer à l'écarlate, sur Dark-Jadina qui eut, malgré elle un mouvement de recul devant le sourire terrifiant qu'il afficha.
- «Désolé...mademoiselle!» Fit la voix assourdie du sorcier «Vous venez de perdre cette bataille!...Et vos vulturs»
Et il relâcha sa magie....
...Un flash illumina toute la surface du combat. Les Faucons présents dans le camps plus loin se précipitèrent pour la plupart dans cette direction, craignant le pire.

Ils avaient gagné cette bataille...les vulturs, pour le plus grand nombres, s'étaient fait éliminée. Dark-Jadina, furieuse avait battu en retraite avec ceux qui restaient. Sirius attendit qu'elle eut disparu pour tomber à genoux au sol, reprenant avec difficulté son souffle. Son cœur reprit une allure normale, ses yeux se fermèrent un court instant. Il en avait trop fait, il le savait, il avait poussé trop loin sa force, sa magie...Darkhell aurait sans doute applaudit sa performance mais en lui-même Sirius savait qu'il avait commis une erreur, une erreur qu'il fallait éviter de commettre quand on maîtrisait la magie noire. Il avait certes contrôlé ses sentiments afin que ceux-ci ne dirigent pas la magie mais il avait trop forcé...la dernière attaque était une faute, qu'il payerait surement d'une façon ou d'une autre.
La douleur de ses blessures, car il avait tout de même été touché à plusieurs reprises, par la magie ou pas certains des vulturs se réveillaient petit à petit. Il rouvrit les yeux, sentant peu à peu la lassitude envahir ses membres, son corps. Il était épuisé, et une étrange froideur l'envahissait, signalant la faiblesse extrême qu'il ressentait. Du coin de l'œil, il vit Regulus et Shaki remonter Ikaël du bord de la falaise. Il entendit une partie des hommes du roux arriver sur les lieux.
Bien...tout allait bien...
Il sombra dans l'inconscience...


*******

- «Tu as eu beaucoup de chance que ton œil n'ait pas été touché!» murmura Regulus, assis près de son cousin «Mais d'après mon père, tu garderas une belle cicatrice!»
Le roux hocha la tête, passant une main hésitante sur la plaie cicatrisée qui marquait son visage. Ca aurait pu être pire, effectivement. «Et vous? Tout va bien?
- Evendel a l'avant-bras gauche cassé mais ça se remettra, apparemment, sans problème. Malka a une plaie à la jambe gauche et deux côtes cassées mais là encore aucun problème ça se remettra. Kenga a l'épaule droite démise et la cheville gauche foulée. Michi-Gan une belle blessure à la jambe, Shaki une plaie à la tête sans gravité. Et tes hommes sont plus ou moins blessés eux aussi mais là j'ai la flemme de te faire un topo complet pour eux.»
Ikaël rit légèrement et demanda ensuite, avec hésitation «Et ton père?
- Ses blessures ne sont pas gravissimes. Il est surtout épuisé je dirais...Il a dit que même lorsqu'il était ''le fils de Darkhell'', il n'avait jamais autant forcé sur sa magie...» Un silence sans équivoque suivit ses paroles.

Plus loin, dans une tente totalement vide, Sirius jeta un œil dans miroir, et eut un petit rire amer. Il avait payé sa sur-utilisation de magie noire du dernier combat... Sa peau avait toujours sa teinte légèrement dorée, ses cheveux étaient toujours aussi noirs, comme l'onyx. Son caractère n'avait pas changé non plus il le sentait et sa magie était aussi toujours là...
Non ce qui avait changé...c'était que...Ses yeux n'étaient plus bleus...comme l'étaient ceux de son frère, de sa mère, de Cassiopée, de Danaël ou d'Ikaël....non...il étaient devenus...
...pourpre..
...Un rouge violacé...
Un mélange de bleu et de rouge...
….la ressemblance physique avec Darkhell ...aurait pu, désormais, être signalée...

Il reposa le morceau de verre, et se passa un peu d'eau fraîche sur le visage, se disant que ce prix à payer aurait pu être plus cher qu'un simple changement de couleur d'yeux.

A suivre

Prochain chapitre: "La vie continue pour ceux qui restent"

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Jeu 5 Aoû - 18:04

Chapitre 34 : Mélancolie et Souvenirs

Sirius se tenait devant la tombe, pensif. La cérémonie venait de s'achever, et peu à peu tout le monde s'était éloigné, retournant pour la plupart vers les navires. Le sorcier, qui s'était tenu à l'écart s'approcha des tombes désertées de toutes présences humaines. «Comment dire....de même que je n'ai pas su quoi dire sur la tombe de ton père, je ne sais pas quoi dire sur la tienne..» il soupira, se passa une main tremblante dans les cheveux. «C'est...difficile à dire mais......vraiment je suis désolé. J'ai l'impression d'avoir été inutile...autant pour Nat que pour toi. Où étais-je pour ton frère et toi quand il est mort? Où étais-je pour toi après Jovénia? Où étais-je pour Ikaël lorsqu'il a perdu chez le Gardien?» Il regarda les fleurs devant ses pieds, touches de couleurs dans l'ambiance triste et endeuillée qui planait ici. Il prit une grande inspiration et reprit «J'ai l'impression, parfois, d'avoir vraiment tout raté, vraiment...été inutile au final. Incapable de sauver Nat, incapable de te sauver toi...J'ai abandonné ma famille et mes amis pour tenter de trouver une vie meilleure....l'ai-je trouvé? Oui mais j'ai du faire tant de sacrifices. Comme toi quelque part...» Il avait souffert, vraiment souffert, surement plus que s'il n'était pas parti. «J'ai été un frère pitoyable, je suis un oncle pitoyable...»
Une voix l'interrompit derrière lui «Mais tu es un grand sorcier..., un père formidable et un grand-père génial!» Son plus jeune fils le rejoignit, ses yeux fixés sur la tombe devant eux. «Et tu n'est pas un si mauvais oncle que ça, tu...
- Je n'ai jamais été là pour eux Evendel...et je ne pense pas qu'Ikaël ai besoin de moi!» Ironisa son père, levant les yeux au ciel avant de se replonger dans ses pensées.
- «Je crois qu'il a besoin que quelqu'un le comprenne...» Remarqua Evendel en jetant un coup d'œil derrière son épaule, vers son cousin qui parlait avec Cassiopée et Regulus. Ganja et Artanis parlaient un peu plus loin. Les autres Éternels, respectant le deuil de leur chef, se tenaient à distance. Il posa à nouveau les yeux sur la tombe «Qu'est-ce que je pourrais dire? J'aurais aimé te connaître cousin, d'après les récits des Fabuleux, de mon père des Faucons d'Argent et d'Ikaël, t'étais quelqu'un de formidable. Je pense qu'on se serait bien entendu tout les deux. J'espère que tu reposeras en paix maintenant...Adieu Dan!» Et lentement, le troisième enfant de Sirius partit, la tête basse, sans doute plus triste que son visage ne le laissait entrevoir.
Resté seul devant les trois tombes, celui qui avait été le ''fils de Darkhell'' se posta devant la tombe de ce dernier et fit «Je....pour vous non plus, je ne sais pas où débuter. Seulement...merci de m'avoir recueilli, d'avoir ainsi pris soin de moi. Je ne vous l'ai jamais réellement dit mais vous avez été pour moi comme un père pendant toutes ces années.» Un souffle de vent fit voler ses cheveux, et il soupira, avant qu'un triste sourire ne se dessine sur ses lèvres «Ne vous en faîtes pas pour Ténébris...» Il repensa à la concernée, blottie dans les bras de Razzia, cachant son chagrin à la vue de tous «...je pense qu'elle est entre de bonnes mains.»

*******

Il n'avait voulut voir personne, n'avait voulut parler à personne.
Qu'on le laisse faire une seconde fois son deuil. Oui..Une seconde fois...il avait espéré, stupidement, à l'instar des Légendaires (même si ceux-ci ne l'auraient surement pas admis, comme lui) que sauver Danaël était possible. Un espoir stupide mais un espoir qui lui avait, au même titre que le désir de vengeance et de protection d'Alysia, de tenir et de se battre. Espoir stupide, vain, illusoire...maintenant il en avait bien conscience mais pouvait-on lui reprocher de l'avoir ressentis? Personne ne le pouvait, supposait-il, qu'aurait ressenti une autre personne à sa place? Il vida d'un trait le verre qu'il s'était versé...et le reposa presque brutalement sur la table, ignorant le reste, ignorant ce qu'il avait à faire à présent. Il se sentait mal, terriblement mal. Il aurait tant souhaiter revenir en arrière, changer certaines choses pour l'empêcher d'agir stupidement, bêtement.
«Piège dans lequel je n'aurais jamais souhaité vous voir tombé tant il me fais mal au cœur de voir mon propre frère et ses amis héros déchu faire alliance avec la sorcière Ténébris pour piller les joyaux de Larbos.» Il ferma les yeux en se remémorant la colère, la déception qui l'avait envahit à ce moment-là. Il n'avait pas cru ce qu'il voyait, ce que Danaël était en train de faire. La dernière fois où il l'avait vu, où il lui avait parlé...il aurait tant aimé, après tout ça, que cette dernière se soit passé autrement...qu'ils se soient pas quittés fâches. La culpabilité n'en aurait pas été si forte, si grande «Alors on en est arrivé là hein?» Un court moment, il avait espéré que l'autre rendrait les armes, se montrerait raisonnable. S'il avait su la véritable raison de ce vol...si seulement... «Je le crains mon frère!» Un regard douloureux, résigné...un combat qui aurait commencé et se serait fini il ne savait comment si les deux sorciers n'étaient pas arrivés à cet instant.
Pendant les deux longues années qui avaient suivis, il avait aidé à évacuer des villes pour que leurs habitants se cachent, quand il ne combattaient pas les Vulturs, comme ce combat au cours duquel il avait récolté une méchante cicatrice au niveau de l'œil. Chaque vultur qu'il abattait le rapprochait un peu plus du combat final, de la défaite d'Anathos. Il aimait penser à cela...cela l'aidait à tenir aussi.
Et..aujourd'hui... maintenant...maintenant que c'était fini. ..que c'était enfin fini...Il fallait qu'il tourne la page, qu'il laisse le temps faire son œuvre, penser ses plaies...
- «Qu'il arrêtes tous de dire qu'ils sont désolés!!Personne...Personne ne peut comprendre...ce que je ressens, personne....Il ne savent pas ce que j'ai réellement perdu...ma dernière famille, la dernière personne qui me rattachait à mon passé. Je...Je n'ai plus de famille...je suis seul...tout seul!
- Vraiment? Personne ne te comprends Ikaël?» Intervint une voix douce, brisant le soudain silence.
Le roux se retourna, surpris, vers son oncle qui était adossé à la porte de la cabine du bateau qui venait de repartir de l'île où était enterré les deux sorciers et Danaël. Sirius n'avait pas dit un mot depuis la fin de la bataille, juste murmuré quelques paroles audibles seulement pour lui-même, sur les tombes de son neveu et de Darkhell, alors que tout le monde s'éloignait. Depuis son visage ne reflétait plus rien, et ce n'était pas faute de ses fils ou des autres membres des Éternels d'avoir essayé de le faire parler. Sirius avait longuement fixé le corps sans vie de Danaël à la fin de la bataille, avait fermé les yeux, frissonné comme s'il se contenait et une unique larme avait roulé sur sa joue. Ikaël avait très bien compris à quoi il pensait, quel souvenir était remonté à sa mémoire...oui son oncle comprenait parfaitement ce qu'il ressentait .
- «Vous n'êtes pas seul mon oncle! Vous avez Tante Melian, Regulus, Cassiopée, Evendel, Artanis et Nathaniel. Vous avez une famille...» Il souffrait, c'était normal, c'était humain.
Les yeux désormais pourpres de son oncle se fermèrent et il soupira. «C'est ta famille aussi Ikaël...tu le sais! Tu es et tu seras toujours le bienvenue si tu veux nous voir, nous parler...et que sais-je!»
Une famille qu'il ne connaissait pas...ou à peine...même s'il s'était rapproché de Regulus pendant cette année de lutte contre Anathos. «Vraiment?» Un court silence «Est-ce vraiment ma famille?
- Ils te considèrent comme tel...n'aimerais-tu pas connaître ta tante, ton petit-cousin, en savoir plus sur moi et mon passé? Nous n'avons jamais vraiment eu le temps de parler. Evendel et Regulus ne demandent pas mieux que se rapprocher encore plus de toi, tout comme Cassiopée.
- Je ne sais pas...
- Tu as tout ton temps pour réfléchir!» Un silence tomba sur la cabine, Sirius marcha jusqu'au hublot et regarda dehors. «Ce n'est pas ta faute et tu le sais très bien!
Le roux sursauta et répliqua, presque agressivement: «Vous êtes mal placé pour dire ça mon oncle, vous vous en voulez toujours pour la mort de mon père non?
- Sauf que je suis vraiment responsable...dans un sens...c'était quelqu'un qui voulait se venger de moi.» il regarda doucement les planches sous ses pieds et ajouta «...Je n'ai jamais su comment il avait su mon lien avec Nathanaël....peut-être quelqu'un l'avait-il aidé, je pense que je ne saurais jamais..»
Ikaël, comme pour penser à autre chose, comme pour cuper court aux pensées culpabilisatrices de son oncle, demanda «Mon père savait vraiment qui vous étiez?...Il savait... que le fils de Darkhell était en réalité son frère?» Cela lui paraissait parfois tellement invraisemblable. Que devait ressentir son père quand une expédition était lancée pour tenter d'arrêter celui qui avait terrorisé la population si longtemps?
- «Ho oui il le savait...nous nous sommes croisés trop fois...» Seul le silence lui répondit «Tu devines que j'ai pu m'en sortir à chaque fois...j'avais beau être son frère, je crois que ses avertissements comme quoi il allait m'enfermer à Barek n'étaient pas des menaces en l'air!» Dire que Nat, alors qu'il était en train de mourrir, lui disait de fuir..qu'il ne voulait pas que les faucons le capturent...
Un faible sourire se dessina sur les lèvres du roux, peut-être parler ainsi du passé, de son père, d'anecdotes lui faisait-il du bien. «Trois fois?» s'étonna-t-il. Son père n'avait pourtant jamais parlé de ça à l'époque. Même si ''le fils de Darkhell'' était un criminel reconnu.
Sirius hocha la tête, triturant son masque caché dans la doublure de sa cape. «Une fois, celle où il a découvert qui j'étais. A cette époque...» Il se retint à temps de dire que Danaël venait de naître et reprit «...tu avais trois ans..» Il vit tout de même une ombre passer devant les yeux de son neveu qui ne dit cependant rien. «Je m'en suis tiré...en l'assommant...d'un coup de pommeau d'épée..
- C'est une manie chez vous?» plaisanta Ikaël, se souvenant parfaitement de comment lui-même avait été mis au tapis la première et seule fois où il avait rencontré et ''affronté'' le fils de Darkhell.
Celui-ci sourit légèrement mais continua, redevant soudain sérieux : «La troisième fois, c'était lors de la nuit où...
- ...Où il est mort!» Acheva Ikaël «Je le sais, j'étais là aussi..» Il plissa les yeux «Et vous m'avez assommé...avant de vous enfuir.
- Je t'ai assommé deux fois en fait!» Corrigea le brun avec un sourire moqueur. «Tu n'étais pas vraiment sur tes garde première fois.» Il se souvenait du jeune soldat, de la nouvelle recrue semblant si fier, si déterminé. Et cette nuit tragique avait brisé sa jeunesse...
Son neveu fronça les sourcils: «La première fois aussi, c'était vous?
- Je voulais...hum...t'éloigner de celui qui voulait s'en prendre à ton père.» Il posa une main sur la table et poursuivit, s'y appuyant «J'ai des visions divinatoires, comme tu le sais...j'avais vu qu'il allait me menacer en s'en prenant ensuite à toi. J'ai donc décidé de te mettre en sureté.»
Le plus jeune resta silencieux de longues minutes, un peu replongé dans les souvenirs de cette nuit tragique. Il resta pensif quelque instants puis demanda «La lettre, c'était vous?
- Tu veux dire la flèche envoyée dans le camps? Oui c'était moi...Je demandais à ton père ne me retrouver à un endroit précis, je voulais l'avertir qu'il allait se faire poignarder dans le dos!»
Le roux, devant ce silence, demanda «Il n'est pas venu?
- Il ne m'a pas cru! Il refusait de faire confiance au fils de Darkhell! Même si j'ai dit que c'était en temps que ''frère'' que je voulais lui parler! Il m'a dit qu'il avait confiance en ces hommes, que jamais l'un d'eux ne le trahirait» Il s'interrompit. Quelque part, c'était vrai, ce n'était pas un de ses hommes qui l'avait tué.
Soudain le silence fut brisé par Ikaël «Vous aviez dit ''trois fois'', comment s'est déroulé la seconde fois?» Pourquoi son oncle avait sauté cette fois-là? S'était-elle déroulée différemment des deux autres? S'y était-il passé quelque de grave?
Sirius eut un petit rire et lui lança un regard amusé «.Tu devais avoir 13 ans à l'époque» Un temps de silence suspendit le court du récit puis il reprit «...Tu me croirais si je te disais...qu'il m'a laissé partir alors que j'étais à sa merci?»
Définitivement oui...l'autre le cru. Le plus jeune eut un sourire un peu forcé et murmura, l'air mélancolique «Quelque part, ca ne m'étonne pas de la part de mon père...»
L'autre eut l'air beaucoup plus doux pendant quelques instants «Oui, c'était bien lui...dans sa nature..» Il fit une pause «...rassures-toi il n'a pas eu d'ennuis! Personne n'a su.
- Je sais..sinon je l'aurais appris d'une façon ou d'une autre..»
Sirius s'abstint, bien sûr, de signaler qu'il avait mis ''hors d'état de (lui) nuire'' son petit frère avant de filer cette fois-là aussi.

A suivre


L'histoire s'achève...bientôt... avec...
L'épilogue

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Ven 6 Aoû - 0:06

Épilogue: Toward The Past (Danaël, Nathanaël, Ikaël et Sirius)


Un mois...
Un mois que tout était fini...

Les Légendaires étaient partis de leur côtés, on ne savait où et les Fabuleux aussi...
Ikaël et ses compagnons étaient repartis aidé à la reconstruction d'Oroban.
Et eux?
Ils étaient rentré prendre quelques temps de repos avant que les Éternels ne repartent à l'aventure.
Ce soir là, allongé dans l'herbe près de chez lui, Sirius observait les étoiles, ce qu'il avait toujours aimé faire, même pendant la guerre d'Anathos. Il ferma les yeux, laissant son esprit dérivé...vers son passé, tandis que la dernière conversation qu'il avait eu avec son neveu lui revenait à l'esprit.

*******

Sirius reprit son souffle, appuyé à un arbre. Il baissa les yeux sur la plaie la plus grave qu'il avait. Une simple plaie, aucun côtes ou autres touchés. Juste du sang qui coulait abondamment. Idem pour son épaule, rien de grave. Il arracha la flèche enfoncée dans celle-ci, se mordant la lèvre jusqu'au sang. Il jeta le trait au sol, étourdi et reprit son souffle, haletant, gardant yeux clos quelques instants. Les troupes de Darkhell ne tarderaient plus désormais. Il était blessé et ne pouvait plus se battre, il lui suffisait de les rejoindre. Ces foutus soldats n'oseraient certainement pas l'y suivre. Quand même...s'il avait su que les Faucons d'Argent étaient dans le coin, il y aurait réfléchis à deux fois, il aurait été plus subtile que ça.
- «Mince, c'est vraiment pas mon jour!»
Un bruit le fit tressaillir, il leva une de ses mains, des étincelles rougeâtres la parcourant de plus en plus tandis que la magie s'y concentrait. Il fit rapidement le tour de l'arbre, sa main se levant à la vitesse d'un éclair. Au même moment un éclat argent brilla dans la nuit et il sentit la pointe d'une lame lui frôler la gorge.
- «Génial, c'est vraiment vraiment pas mon jour!»
Qui était le petit-génie qui tentait de l'arrêter qu'il le fasse dégager vite fait?

….Ho parfait, vraiment parfait, le destin devait lui en vouloir...

Sirius eut un sourire amer et fit, d'un ton presque badin «Salut Frangin! J'aimerais te dire que je suis content de te voir mais je vais me contenter, ce coup-ci, de te dire de reculer lentement et de ranger cette épée...immédiatement!
- Ne sois pas stupide Sirius, il y a des Faucons d'Argent partout dans cette forêt, tu ne peux pas t'enfuir!!» S'exclama Nathanaël, l'épée tendue, essayant de ne pas trembler. Il aurait véritablement préféré que cela soit quelqu'un d'autre qui le coince ainsi. Ca n'avait rien de plaisant pour lui. «Ca ne sers à rien de résister! Sois raisonnable! Rends-toi sans faire de résistance !! Les autorités prendront ça en compte!» tenta-t-il, espérant l'empêcher de faire une erreur, mais son frère ne fit pas disparaître sa sphère de magie, qui grandit d'un millimètres, puis de deux.
- «Je vais vraiment le faire Nat! Si ton épée a le malheur de n'avancer que d'un seul millimètre». La main du brun tremblait mais la boule de magie y grandissait petit à petit, réchauffant lentement l'air autour d'eux. Les yeux bleus de Sirius semblaient emplis de ''paillettes'' rougeâtres. Son souffle légèrement éraillé signalait qu'il était essoufflé ou que sa blessure le faisait souffrir. Sa main non utilisée pour son sort de magie était plaquée sur sa blessure. L'autre plaie, celle à l'épaule, saignait toujours sans que rien ne soit appliqué dessus.
Pendant un instant, Nathanaël fut inquiet...les blessures étaient-elles graves?
Les dents serrés du plus vieux témoignaient qu'il souffrait de ses blessures mais ne flanchait pourtant pas. La magie lui avait donné une certaine résistance à la douleur ou à l'épuisement physique. Il n'avait vraiment plus rien de celui qu'il était dans son enfance, il était plus fort, plus assuré, et il était au service d'un sorcier maléfique.
Son ennemi...son adversaire...quelqu'un qui semait trouble et chaos sur Alysia.
Le temps sembla se suspendre pendant de trop longue minutes, autant pour l'un que l'autre. Nat croisa le regard de son frère, presque celui d'une bête traquée. Et il le sut, il sut que Sirius ne se rendrait pas sans combattre, sans se battre jusqu'au bout, qu'il ne se laisserait pas piéger, qu'il préférait mourir que d'être emprisonné. Nathanaël resserra sa prise sur le pommeau de son épée, ses doigts étant presque blanchis par sa tension soudaine. Que faire? Que faire? Qu'est-ce qu'il devait faire? La boule qu'il avait dans la gorge le fit légèrement trembler, et le regard bleu si semblable au sien s'aiguisa, la boule de magie grandit d'un bon centimètre. La lueur de l'attaque finirait pas alerter les autres, et le bruit qu'elle pourrait faire après avoir été projeté aussi. Sirius ne bluffait pas. Le chevalier ne savait pas quoi faire....vraiment pas. Avait-il peur? Craignait-il vraiment d'être tué? Son frère le ferait-il réellement?
Une petite goutte de transpiration coula sur son front. La tension devait être tout aussi forte chez Sirius. Sa voix lui parût incertaine quand il murmura, soudainement et lentement: «Trêve?»
L'autre plissa les yeux «C'est ça! Tu me demande de faire confiance à un soldat?
- Non de faire confiance à ton petit frère!»corrigea l'autre à voix basse, à peine audible.
L'aîné haussa un sourcils presque moqueur. «….Père m'aurait déjà tué à ta place!» Signala le sorcier dans un rictus ironique. «Il ne serait pas fier de toi sur ce coup-là!»
Le blond plissa les yeux d'un air sombre: «Je ne suis pas notre père!Et je me fiche de ce qu'il pense!» C'était effectivement fini depuis longtemps, il suivait ses propres idées désormais.
- «Encore heureux!» grogna le brun, faisant un signe de tête pour lui ordonner de ranger son arme d'abord. Le plus jeune obtempéra et recula lentement, abaissant son épée petit à petit. Sirius l'observa d'un regard méfiant et fit disparaître son attaque magique. «Fiches le camps Nat!» Son regard toujours parcourus d'éclats rouges était presque inquiétant. «Et ne me suis plus! Je vais rejoindre l'armée de mon maître!»
Nathanaël plissa les yeux, pensant peut-être à dire quelque chose pour le faire changer d'avis mais renonça, sentant que c'était inutile. Il se contenta de murmurer «Cette vie te plaît vraiment?
- Cela ne te regardes pas mon frère! Ma vie ne regarde que moi!
- Et ta famille?
- Tu es ma famille!
- Tu sais très bien de qui je parle!» s'exclama le blond avec un agacement certain.
Sirius sortit négligemment une sphère de verre de l'intérieur de sa cape. Il la lança et la rattrapa une ou deux fois, sous le regard de plus en plus méfiant de son frère. «Va-t-en mon frère, les troupes de Darkhell pourraient venir me chercher elles-même d'un moment à l'autre tu sais?!
- Tu me demandes de te tourner le dos? Tu peux rêver!
- C'est drôle, c'est ce que je pensais dire moi aussi...»
Nathanaël lança un coup d'œil rapide par dessus son épaule en entendant un appel le concernant quand soudain le brun lança la boule à ses pieds, la faisant ainsi éclater. Une fumée blanchâtre entoura le capitaine qui, au bout de quelques secondes, sentit comme une lourdeur envahir ses membres. Il tomba à genoux, combattant la lassitude qui l'envahissait, sa tête était lourde, ses yeux se feraient d'eux même. «...qu'est-ce...» Il s'écroula totalement sur l'herbe, incapable de finir sa phrase. La dernière chose qu'il entendit avant de sombrer dans le sommeil fut «Quand je dis ''va-t-en'', tu obéis à ton grand frère, espèce de tête à claque
Puis...plus rien....Quand il s'était réveillé, Sirius avait évidement disparu.


******

Sirius fut brusquement tiré de ses pensées et de ses souvenirs par Nathaniel qui venait de littéralement lui sauter dessus en criant «GRAND-PERE!» Le petit avait 10 ans. Il avait des yeux verts forêt et des cheveux châtains-ocres tombant sur ses épaules, légèrement ondulés.
Le sorcier rouvrit ses yeux pourpres. «Tu ressembles à ton grand-père Nathou!» le taquina-t-il, énonçant une vérité qu'Artanis avait du voir elle-aussi. Comment ne pas le voir?
Le petit bout de chou croisa les bras. «M'appelles pas comme ça! Et puis c'est toi mon grand-père non? Je te ressemble pas tant que ça, je ressembles surtout à maman!» Il attrapa tout de même une de ses mèches comme pour vérifier qu'il n'avait pas changé de couleur de cheveux depuis tout à l'heure. La petite moue qu'il affichait était vraiment adorable.
Sirius lui frotta la tête, déclenchant un éclat de rire «Mais non pas moi...ton autre grand-père, Cygnus!» Le souvenir de son ami était aussi précis que s'il l'avait vu la veille. Sa mémoire était vraiment trop bonne parfois. Il savait que son meilleur ami d'enfance aurait adoré leur petit-fils. C'était même pour lui une certitude absolue.
L'enfant le regarda et demanda «Le père de maman?» l'autre hocha la tête. «Je l'ai jamais connu....tu crois qu'il m'aurait aimé?»
L'interrogé eut un petit rire, et eut un sourire malicieux «Bien évidement! Ne dis pas de bêtise, comment n'aurait-il pas pu aimé un garçon aussi adorable et intelligent que toi?» Il était certain que Cygnus aurait réellement adoré le petit, tout comme lui-même l'adorait.
- «Graanndd-ppèèrrreee!» rit Nathaniel en évitant le nouvel ébouriffage de cheveux et, du coup, tombant à la renverse dans l'herbe. Il y resta quelques intants puis demanda. «C'est joli comme nom Cygnus, ça vient de quoi?» s'enquit-il, curieux comme toujours, s'asseyant à côté de son grand-père.
Sirius leva une main, désignant le ciel. «Tu vois l'étoile brillante ici? C'est l'étoile qui, selon une légende, se nomme l'esprit du vent du nord. Maintenant regarde la constellation en dessous.»
L'enfant regarda avec attention le ciel et vit «Ca...Ca a une forme...d'arc?» osa-t-il, lançant un coup d'œil à Sirius, comme craignant l'erreur.
L'autre hocha la tête et continua «Cygnus était, dans la légende, un héros dont l'arme de prédilection était l'arc. Il était extrêmement bon mais tout aussi modeste. Un jour...» Il continua son histoire, surveillant du coin de l'œil le petit qui s'endormait petit à petit.
Un peu plus tard, caressant les cheveux du petit, il attrapa son médaillon et le regarda, triste. Il s'ouvrit d'un geste précis du pouce. Depuis combien de temps n'avait-il pas fait ce geste?
Du côté droit une miniature-portrait de son petit frère, à gauche ses parents. Bizarrement il avait gardé la deuxième, pas parce qu'il les aimait mais parce qu'il se refusait à oublier le passé, à renier ses origines. Et maintenant?
C'était fini...Anathos était mort, Danaël, Darkhell et Elysio aussi...
Plusieurs pans de son passé s'était écroulés...
Mais il n'était pas seul...Il ne serait jamais seul...L'avait-il seulement vraiment été?
Nathanaël, Cygnus, Gauvain, Darkhell, Ténébris, Melian, Regulus, Cassiopée, Evendel, Artanis, Nathaniel, Danaël et Ikaël.
Sur tous ces noms, seuls huit étaient encore en vie... Tous les autres l'avaient quitté...

Il referma son médaillon et un sourire triste se dessina sur ses lèvres. Il fallait tourner la passé du passé pour vivre le présent et se préparer à passer à celle du futur.

******

Il était assis à une table, ouvrant la boîte posée devant lui. C'était une des rare chose qui lui restait. Sa maison, comme Oroban tout entier d'ailleurs, avait été détruite par le Castellwar, il n'avait eu le temps que de sauver peu de chose. Il regarda avec de la tristesse mêlée de nostalgie les lettres que son père avait été écrits à sa mère et inversement, des lettres que lui-même avait envoyé à son frère cadet alors que celui-ci attendait seul chez eux qu'il revienne de mission. Il trouva même une ou deux lettres signées de Sirius. Toutes ces traces du passé, preuve que ces personnes avaient réellement existé. Quand lui-même aurait disparu...qui le regretterait?
Sirius surement, Regulus probablement...ses amis aussi.
Mais il était le dernier représentant de cette partie de la famille...

Il plongea la main sous sa tunique (il ne portait pas son armure) et regarda son médaillon. Son père l'avait reçu à sa naissance, puis l'avait donné à sa mère et il avait enfin échu entre ses mains. D'une douce et rassurante couleur argentée, ornée de deux fines ailes blanches, comme celle sur son armure. D'un geste précis des doigts, il ouvrit le pendentif. On pouvait y mettre des miniatures mais lui n'y avait jamais pensé à regarder...à vrai dire l'avait-il seulement ouvert un jour? Non...quand sa mère le lui avait donné, elle avait dit qu'il contenait quelque chose de précieux pour son père.
Et effectivement, le pendentif contenait une image de Sirius et une autre de Cyrielle.
Le roux sentit sa gorge se serrer légèrement. Il laissa son regard glisser vers cette boîte, qu'il avait empoignée entre deux souvenirs (il avait aussi réussi à sauver la toile (juste la toile, pas le cadre évidement) représentant leur famille au grand complet.;..la seule où il était tous les quatres. Et soudain des petits ovales attirèrent son attention, il en prit un. C'était lui, à 13 ans, il avait des cheveux tombant sur les épaules et un petit air sérieux. Quand il saisit l'autre, un soupir lui échappa, une reproduction de la toile familiale. Étrange, ça il ne se souvenait pas de quand elle avait été faite. Il saisit la troisième...c'était son frère, comme il le pensait. Âgé de 10 ans sur la miniature, il avait un large sourire, ses boucles tombaient autour de sa tête. Il avait vraiment l'air...angélique comme ça. Le souvenir revient en lui avec une facilité presque déconcertante.

******

- «Arrêtes de bouger!» fit une personne qui tenait un carnet et un fusain, d'un air agacé, dérangé alors qu'il traçait les traits par les mouvements du sujet.
L'enfant se balança quand même sur son tabouret, l'air impatient. Ses yeux regardait curieusement autour de lui. Il ne semblait pas avoir plus de dix ans. Il avait l'air d'en avoir assez de rester immobile. Se faire dessiner le portrait, lorsqu'on était un enfant bougeant, n'avait rien de plaisant.
«Ne bouges pas!» répéta l'artiste, un peu plus énervé que lors de sa précédente intervention.
Le gamin grimaça, ayant l'air d'en avoir vraiment assez de rester immobile. Ses petites jambes se remirent à bouger et il tourna la tête, vers la fenêtre, soudain fasciné par un oiseau bleu qui passait devant. Il était vraiment distrait par pas grand chose.
Un adolescent roux, assis dans un fauteuil, attendant que cela soit terminé, son propre portrait terminé s'exclama: «DANAËL!» d'un voix autoritaire et clairement agacée. Le petit blond sursauta, et cessa tout mouvement. Redevenant docile, il n'esquissa plus un seul geste jusqu'à ce que tout soit terminé. L'homme remercia le jeune adolescent de son intervention.
Après que l'artiste air pris congé, promettant que les résultats seraient livrés dans une semaine, le petit blond marmonna d'un ton vexé «Pourquoi il faut faire nos portraits?» râla-t-il en cognant dans un petit caillou.
- «Je te l'ai déjà dit, nos grands-parents maternels en ont demandé à père! Ils veulent savoir ce que nous devenons!» Dit le plus vieux, réajustant l'écharpe de son cadet pour ne pas qu'il attrape froid alors qu'ils sortaient faire un tour, autant pour laisser le blond se défouler un peu.
Danaël grogna et marmonna «Pourquoi ils viennent pas nous voir alors?» Il détestait vraiment poser pour un portrait, même si le dit portrait était en réalité une miniature.
L'autre soupira et répéta, pour la énième fois: «Père est fâché avec eux! Cela te convient comme réponse?»
Le petit releva la tête et sourit, s'élançant brusquement en avant. «Père!»
L'homme accueilli l'enfant souriant d'un air doux et demanda, légèrement taquin «Alors ça y est, la torture est fini?»
Ikaël les rejoignit, amusé malgré lui «Oui et il y en a un qui ne sait pas ce que veut dire ''rester immobile''» Il ébouriffa les mèches dorés de son frère qui se dégagea mis râlant, mi riant.
Son père sourit et dit, d'un ton complice à son plus jeune fils «Tu sais moi aussi j'avais horreur de rester un trop long moment immobile à ton âge!» Ho oui il se rappelait bien les efforts que faisait Sirius pour le traîner devant un artiste et ensuite son frère le rappelait sans cesse à l'ordre. Lui par contre était d'une grande patience, sachant rester immobile pendant des heures sans bouger. Il s'était toujours demandé comment son aîné faisait.
L'enfant écarquilla les yeux et s'exclama, enthousiaste «C'est vrai?» Il n'avait pas idée à quel point il ressemblait à son père. Cela était amusant.
- «Alors père, comme s'est passé votre dernière mission? Hier vous nous aviez dit que vous nous raconteriez!» intervint le premier fils, ne cachant pas son impatience, attirant sur lui un regard amusé. Le petit blond prit rapidement le parti de son frère et réclama lui aussi un rapport.
- «Et bien..Le fils de Darkhell nous a échappé!» Devant les mines déçues de ses fils, il ajouta, cachant ce qu'il ressentait vraiment «Mais, il y a une différence par rapport à avant, nous avons pu le blesser, la prochaine fois sera surement la bonne!»
Danaël gonfla la poitrine et s'exclama, certain de ses paroles «Je vous aiderais quand je serais plus grand Père! Et je mettrais le fils de Darkhell en prison!!» Le petit blond semblait certain de ce qu'il disait. Son frère ricana, et le plus jeune lui tourna alors le dos, comme s'il avait l'intention de bouder. Il sembla également vexé par le double rire que cela provoqua.
Son hilarité passée, le roux intervint à son tour «Le fils de Darkhell est-il vraiment humain?»
Son père le regarda, comprenant le pourquoi de la question. Cet être était si insaisissable que parfois on doutait de son humanité. Mais lui savait bien qu'il était un humain...et il connaissait aussi la vérité sur son identité.
- «Est-tu impatient de partir en mission mon fils?» demanda avec amusement Nathanaël, éludant la question, en ébouriffant tendrement les mèches rousses de son premier enfant. «Ne sois pas si pressé, il te reste deux ans!»


******

Le roux baissa les yeux sur le médaillon et, lentement retira les portraits de Sirius et de sa Mère. Il remplaça le premier par la miniature de Danaël et le second par la reproduction du tableau familiale. Puis il referma le bijou, le gardant serré dans son poing, laissant les souvenirs heureux voguer en lui. Un sourire triste se dessina sur ses lèvres. Il rouvrit le poing, regardant le pendentif qui scintillait. Y arriverait-il? Il avait changé, il s'en rendait compte. Il était moins sévère, il n'obéissait plus aussi aveuglement aux ordres...
Il avait fait beaucoup d'erreurs...
...et certaines n'étaient plus réparables.

Il se leva, rangeant précieusement ses souvenirs matériels dans ce lieu qui lui servait désormais de demeure. Puis il ferma les yeux sur le futur qui l'attendait, sur le devoir qu'il devrait bientôt accomplir à nouveau. Demain ils repartiraient tous en mission. Demain il n'aurait plus le droit de douter. Il savait qu'il était différent, qu'il devait en tenir compte.
Ils étaient des survivants..
...Ils devaient reconstruire Alysia.

Il rouvrit les yeux, plus déterminé. Il ne doutait plus. Il ferait survivre l'idéal de son frère tout en restant un soldat. Il ferait en sorte que ceux qu'il aimait, de là où ils étaient, soient fiers de lui. Ces résolutions pleins la tête, il rejoignit les Faucons d'Argent.

A des kilomètres l'un de l'autre, l'oncle et le neveu resserrent au même moment la main autour de leur pendentifs respectifs et le glissèrent sous leur tunique. L'un se tourna vers son petit fils, l'autre vers ses compagnons. L'un supportait cette nouvelle perte familiale avec tristesse et fatalité, continuant à vivre, et l'autre avait décidé d'aller de l'avant, de continuer pour la mémoire du frère disparu. Malgré tout, tout deux gardait un lien...
un lien...

..vers le passé

FIN


Voilà...
Ici s'achève..Toward The Past, commencée en Mars. A la base, je ne comptais pas aller si loin dans l'histoire, elle devait être centré uniquement sur Nathanaël et finir au moment où il mourrait. Sirius devait n'être q'un pretexte pour tel ou tel évênements. Les choses ont bien changé pendant l'écriture. Sirius est devenu le héros et Nathanaël a fait une belle sortie à la moitié de l'histoire.
J'espère que vous avez aimé cette fanfic, que les personnages ont su vous toucher, les originaux comme les canons.
Et je vous dis..

...A bientôt pour une Nouvelle Fanfic.

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    





Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

Toward The Past

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Tales of the Past
» L'Ombre du passé / The shadow of the past
» [3DS] THE LEGEND OF ZELDA : A Link to The Past...le remake
» Gin'iro no Kami no Agito (Origin - Spirits of the Past)
» [2010] Past Life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendaires : Nouvelle ère :: Papotage en règles :: Créations de fans :: Ecritures :: Les fictions terminées-