Site créé pour ceux qui veulent discuter entre estimateurs positifs de la direction de la BD.
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Toward The Past

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageAuteur
MessageSujet: Toward The Past    Mer 17 Mar - 15:45

Prologue

L'orage claquait, faisant grimacer le petit garçon de 6 ans qui se bouchait les oreilles à l'aide de son oreiller. Il détestait vraiment ce bruit, vraiment. Si son père l'avait vu se cacher ainsi, il l'aurait déjà frapper, gifler en le traitant de fillette, de poltron et il aurait sans doute été consigné dans sa chambre pour la journée à venir sans manger (ou si peu) et....sans pouvoir voir son petit frère....ou sa petite sœur qui allait naître...qui était en train de naître.
Déjà qu'il était faible...et qu'il avait une santé fragile.
Déjà qu'il faisait honte à son père de part cette faiblesse, de par sa fragilité.

Il était un physique doux, frêle...qui laissait présager qu'il serait sans doute très efféminé une fois adulte, et ses boucles noirs encadrant un visage aux joues encore rondes et aux grands yeux bleus ne pouvait qu'affirmer ces dires.

Il sortit une petite médaille de sous sa chemise, elle était dorée avec deux ailes blanches gravées dessus et derrière, un S en lettre d'argent, délicatement gravée et ressemblant à une lettre d'enluminure. S pour symboliser la première lettre de son prénom, le nom d'une étoile...pas qu'il brille évidement. Décidément il avait des pensées un peu déprimantes pour un enfant de son âge. Il était peut-être un peu trop sérieux, mais on lui mettait tant la pression.
Le doré, le métal le plus précieux....le premier....la couleur des héritiers, des premiers nés. La représentation de son fardeau. Le poids de ses responsabilités, de son statut de futur chef de famille, d'héritier d'une grande fortune d'une famille où l'on était chevaliers de pères en fils.
Son père crachait parfois froidement qu'il ne la méritait pas...il était le premier né certes mais il était faible, frêle et avait la santé plus que fragile. Pourtant sa mère plaçait de grands espoirs pour lui elle aussi, voyant en lui peut-être un chevalier mais plus un intellectuel, un savant, un guérisseur, peut-être même un mage qui sait?
Il était passionné, à 6 ans, non pas par les armes (que ce soit les arcs ou les épées) ou par les culbutor, ou par les armures non...il aimait les animaux, les plantes, il aimait regarder les étoiles, aimait étudier plus qu'être dehors à débuter quelques maniements d'arme que l'on pouvait apprendre à son âge (comme le tir à l'arc). Bref...il désespérait un peu le patriarche de la famille. Et était souvent corrigé en conséquence.
Parfois assez brutalement.
Il n'avait que 6 ans mais avait débuté un entrainement déjà trop dur pour lui, et il avait mal partout le soir, cela couplé à l'apprentissage de la lecture, de l'histoire ou de la géographie, de l'écriture, des sciences diverses, même au niveau adapté à son âge....tout cela était épuisant.
Il faisait pourtant de son mieux pour satisfaire ses parents...
...vraiment de son mieux! Mais ce n'était jamais assez bien pour son père, ce n'était jamais assez, c'était toujours insuffisant, insatisfaisant....il restait un faible, une mauviette
... Il sursauta quand la porte s'ouvrit, laissant place à la silhouette de son père.
Descendant précipitamment du lit il se tint bien droit, les yeux baissés vers le sol.
- «J'espère qu'à l'avenir tu prendra en compte que tu es un premier né, un héritier...et que tu dois montrer l'exemple...que tu dois t'en montrer digne!» L'enfant tressaillit mais ne broncha pas.
Alors c'était dit....il avait un frère..puisque cette menace et ce que cela sous-entendait étaient très clairs. .Il n'eut guère le temps de se réjouir, ne sut pas immédiatement s'il le devait car l'homme ajouta. «Au moins si ta faiblesse est trop désespérante, il me restera un second fils!» Ces mots froids, tranchants étaient peut-être pire qu'une gifle. L'enfant se mordit la lèvre inférieure, refusant de dire quoique ce soit, retranché dans un silence respectueux. Alors, ignorant la légère douleur qu'il ressentit dans son cœur, l'enfant voulut tout de même savoir quelque chose à propos de cet enfant qui venait juste de ne naître. «Père...comment l'avez vous appelé?» Osa t'il enfin, mains croisées dans le dos, les yeux enfin relevés sur l'homme qui régissait sa vie depuis 6 ans.
- «Nathanaël..»

Chapitre 1: Solidarité


- «Mais qu'est-ce que j'ai fait pour avoir un incapable pareil comme fils aîné?»
L'enfant toussa, crachant la poussière qu'il avait avalé lors de son énième chute durant cette entrainement à l'épée, ses cheveux noirs collaient à son front et à sa nuque sous l'effet cumulé de la chaleur et de la sueur. Il avala avec difficulté sa salive, grimaçant sous la soif qu'il ressentait. Le reproche passa sur lui comme un souffle de vent. Ce n'était pas la première fois qu'il entendait ça.
A 10 ans, l'entrainement n'avait fait qu'augmenter question difficulté et tout cela ne faisait que le fatiguer d'avantage. Il toussa à nouveau et se releva, essuyant de sa manche le sang qui coulait de sa lèvre fendue. Son père eut un rictus méprisant devant cet enfant maigre, frêle qui tombait trop souvent malade (Deux pneumonies et autres en 10 ans, ce n'était pas de la faiblesse ça?) et qui s'épuisait trop vite. Ho bien sûr, pour le reste, ce qui concernait l'étude il n'y avait aucun problème, l'enfant était même au dessus, très au dessus des espérances qu'avaient les instructeurs au début. Curieux, intelligent, apprends très vite et ayant une mémoire incroyable, il rendait fier tout ses percepteurs.
Au moins il ne me fait pas honte dans tout les domaines.
L'apprentissage des armes était, par contre, une véritable catastrophe, et s'il n'était pas doué en tir à l'arc, ce serait un véritable incapable! Le tir à l'arc n'était rien comparé au maniement d'une épée. L'arme de métal était trop lourde pour l'enfant fragile qu'était son fils aîné et celui-ci échouait, encore et encore, arrivant à peine à se défendre, n'arrivant même pas à esquisser une serait-ce qu'une feinte ou une attaque.
A ce rythme, l'enfant ne pourrait jamais, à 15 ou 16 ans, devenir un membre des Faucons d'Argent. Il échouerait aux «épreuves» de qualifications.
Un nouveau coup, plus fort que les autres, sur l'épée du gamin et celui-ci s'effondra au sol, ne pouvant retenir la grimace de douleur quand son dos heurta la terre battue. Il leva une main tremblante pour essuyer le sang coulant de la coupure sur son épaule droite.
- «Tsss Mauviette!»
Il ne répondit pas, se redressant, ignorant les courbatures et la fatigue, refoulant les amères sentiments qui tourbillonnaient en lui. Il faisait de son mieux, vraiment mais n'y arrivait pas. Il n'était pas fait pour ça, il le sentait au fond de lui, mais comment le dire à son père? Comment lui, celui qui portait tout l'héritage familiale sur les épaules, celui qui était l'aîné, le futur chef de famille pouvait dire une telle chose?
TOUS les aînés devenaient chevaliers (quoique les cadets aussi mais moins systématiquement), c'était une tradition familiale!

Son père leva son épée, grommelant: «Évites de te faire désarmer en quelques minutes cette fois, que je puisse évaluer ton piètre niveau! Tu n'as plus que 5 ans, tu le sais non? Cinq ans avant de vraiment devoir faire tes preuves!
- J'essaierais père..!» Il ignora la douleur de son épaule blessée légèrement, la fatigue et l'agacement face à ses échecs à répétitions.
La pression qu'il subissait l'épuisait également à tout niveau.
Le combat d'entraînement tourna vraiment court et il fut une nouvelle fois projeté au sol, ne pouvant retenir cette fois un gémissement de douleur. Il était épuisé, haletant. C'était fini, il ne pourrait plus rien faire aujourd'hui, vraiment plus rien, il n'en pouvait plus. Chacun de ses muscles le faisait souffrir terriblement.
- «Debout!»
Il aurait bien aimé mais ne pouvait pas...ça ne servait à rien. Roulant avec difficulté sur les genoux, il ferma les yeux, chassant le vertige qui l'avait pris suite à son redressement un peu trop brusque.
- «Ce n'est pas vrai! Tu ne peux déjà plus? Je t'ai dit de te lever!» S'énerva l'homme, foudroyant son premier fils du regard, aussi intransigeant qu'un geôlier. Il ne récompensait que les efforts et estimait actuellement que l'enfant n'en faisait pas assez!
- «S'il vous plaît père, je ne peux plus....reprenons plus tard s'il vous plaît!
Tu es déjà fatigué! Je rêve! Tu es encore plus faible que je ne le pensais! Tu ne vas pas retomber malade quand même?» L'agacement de son entraîneur était plus que visible, comme si sa patience était dépassée. «DEBOUT!»
L'enfant obéit, les jambes tremblantes, il prit une grande inspiration et leva son épée, ignorant la lourdeur dans ses bras, ignorant la fatigue qui pesait sur ses épaules.

Un enfant blond aux yeux bleus sortit de la maison, ayant échappé à la surveillance de sa mère quelques instant auparavant. Il marcha dans le jardin, évitant doucement les plantes pour ne pas risquer de les écraser. Il arriva enfin à la barrière et d'ici avait la vue la plus intéressante sur le terrain d'entrainement. D'ailleurs son père et son grand frère y étaient, il pourrait les observer sans les gêner, du moment qu'il restait silencieux.
Assis dans l'herbe, il demeura pensif. Son père agissait bizarrement, il était toujours froid et sévère avec son frère mais avec lui, tout en restant dur était moins exigeant. Son frère lui avait dit que c'était parce qu'il était plus jeune, qu'il était né en deuxième. Franchement, il ne comprenait vraiment pas ce que ça changeait. A 4 ans, ce genre de préoccupation lui passait par dessus la tête. Il joua quelques instant avec sa médaille. C'était la même que celle de son frère, sauf qu'elle était argenté et que c'était un N doré qu'il y avait derrière. N comme la première lettre de son prénom.
Nathanaël...
Il aimait bien son nom, il le trouvait beau, et sa mère lui disait qu'elle l'avait toujours aimé aussi et que c'était pour ça qu'elle le lui avait donné. Le petit lâcha le bijou, parfois il avait l'impression d'être plus aimé que son frère. Celui-ci était souvent malade. L'année derrière, il avait eu une maladie vraiment grave, même l'enfant blond ne s'en souvenait plus, n'ayant que 3 ans à cette époque.
Il sursauta quand le garçon aux cheveux noirs fut, une fois de plus, jeté au sol, désarmé. Vraiment son frère n'était pas doué. Il se leva cependant quand leur père leva la main, pour frapper l'ainé de la fratrie. Le garçon brun pressa sa main gauche contre sa joue, se mordant la lèvre inférieur et n'osant pas lever les yeux. Il ne reçut par de seconde gifle, le petit blond s'étant soudainement interposé.
- «Père! Arrêtez!»
L'homme fut surpris d'entendre son deuxième fils, un enfant de 4 ans, lui parler sur ce ton. Fronçant les sourcils, il durcit sa voix et ordonna «Files Nathanaël, cela ne te regardes pas! Ton frère est faible, il faut bien l'entrainer pour palier à ça!
- Sirius n'est pas faible!» Protesta l'enfant, presque scandalisé par une telle affirmation. L'autre garçon marmonna au plus jeune d'arrêter de le défendre comme ça inutilement, que ça ne servait à rien mais le petit n'écouta pas, convaincu d'avoir raison. Sirius était assez frappé comme ça! Pas besoin de plus! Et il n'était PAS faible, juste souvent fatigué!
L'homme eut un ricanement presque méprisant mais ne répondit pas, ayant aperçu un de ses amis venir dans sa direction, il ignora donc ses fils pour accueillir le soldat. «Lionel que me vaut ta visite?»
Les deux hommes discutèrent un court moment, et celui situé le plus haut sur l'échelle hiérarchique se tourna vers ses fils «Rentrez tout les deux!» Mais Nathanaël s'approcha du nouveau venu et regarda avec fascination l'armure bleu-argent orné des deux ailes.
- «Elle est belle!»
L'homme eut un petit sourire amusé «Merci petit mais tu devrais obéir à ton père»
L'enfant eu une petit moue mais obéit, filant à toute vitesse rejoindre son frère qui rentrait d'un pas lent vers le manoir.


A suivre

Vous avez bien entendu compris qui est Nathanaël? Wink

Cherchez pas les Légendaires là-dedans, aucun n'est encore né (et c'est pas pour tout de suite ^^") mais c'est toujours le même univers!

Pour ceux qui trouvent le père sévère là-dedans, je vous rappelle quand même que c'est une époque moyenâgeuse, même si c'est de l'héroïc fantasy ^^
Et ce genre d'époque, les héritiers c'était important!


Dernière édition par Dragonna le Jeu 4 Nov - 18:06, édité 3 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Jeu 18 Mar - 19:47

Chapitre 2: Enfance

- «Quand je serais grand! J'en serais un moi aussi!» S'exclama le petit, un air déterminé sur le visage. A 5 ans c'était adorablement irrésistible. «Je protégerais tout le monde, toi,mère, père, la ville et....»
Sirius, maintenant âgé de 11 ans, leva les yeux au ciel, amusé: «Ca me paraît plus qu'évident, puisque je ne risque pas de faire honneur à la famille, va bien falloir que toi tu t'y mettes!» Son ton ne contenait ni ironie, ni sarcasme. Il était juste un peu amer, mais son frère était heureusement trop jeune pour s'en rendre compte.
Le blondinet haussa les sourcils: «Pourquoi tu dis ça?
- Je suis faible Nat! Père l'a dit!
- Mais non t'es pas faible!» C'était une idée fixe chez le petit, il ne voulait pas voir la vérité. Une vérité que même Sirius admettait: il était beaucoup trop fragile pour être chevalier.
- «Si Nat, je tombe trop souvent malade, je suis fragile, trop maigre, trop fin...» Il flanqua une pichenette sur le front de son cadet qui secouait énergiquement la tête de gauche à droite. «Et après, Père voudra que tu te marie, et que...» bon ce n'était pas pour maintenant (quoique pour lui les fiançailles pouvaient ne pas tarder!) mais c'était amusant de voir la tête que faisait le gamin.
- «Je veux pas me marier!» S'exclama Nathanaël d'un air boudeur. Sirius se retint de lui dire qu'ils n'auraient le choix ni l'un ni l'autre, à tout les coups. «C'est nul!» marmonna l'enfant en croisant les bras. Son frère ricana et posa son livre, soulevant son cadet pour le prendre dans ses bras.
- «T'as raison, c'est un peu tôt pour en parler! On verra quand tu seras plus grand!» Le blond se débattit en riant pour que l'autre le repose par terre. Ce qu'il fit finalement, un sourire amusé aux lèvres. Je suis pas impatient de te voir commencer l'entraînement Nathanaël, je sens que Père ne va plus te lâcher suite à ça! Ils arrêtèrent de plaisanter en entendant leur mère les appeler. Leurs percepteurs respectifs étaient arrivés.


_________________


Un claquement résonna dans la chambre, précédé d'un violent éclair. L'enfant tomba brutalement du lit dans un cri de surprise. Le choc acheva ce qu'avait débuté l'orage: le réveiller totalement. Il se dégagea totalement des draps encore enroulés autour de sa taille en grognant de douleur suite à sa chute. Regardant les draps par terre, il hésita. Arriverait-il à les remettre tout seul? Il essaya...échec total la couverture était trop lourde pour ses petits bras. Poussant un soupir, il regarda la porte. S'il allait voir ses parents, ça allait barder...pour lui. Et la gouvernante qui était au rez-de-chaussée, il n'avait pas envie d'aller en bas maintenant! Avec la nuit et l'orage, cela lui paraissait si loin!
Son père dirait qu'il n'était qu'une mauviette pour avoir peur de l'orage et il s'était assez mis en colère pour la journée. Il renifla, sursautant sous un nouveau claquement de tonnerre.
Et son frère? Père ne voulait pas qu'il passe la nuit dans une autre chambre que la leur, sur ce point l'enfant en voulait beaucoup à l'homme. Et il ne voulait pas que Sirius se fasse punir à cause de lui.
Un court instant, un désir rebelle (et surtout un nouveau coup de tonnerre) éclaira sa détermination et il sortit doucement, arrivant dans un couloir sombre. Lentement il marcha jusqu'à la chambre de Sirius, située à côté de la sienne. Il entra lentement, manqua de tomber après avoir trébucher sur un livre et marcha à tâtons vers le lit de son frère. «Sirius!»
Un grognement, l'autre s'enfonça sous les draps.
- «Réveilles-toi!» Il grimpa sur le lit et secoua son grand frère pour le tirer du sommeil profond dans lequel il était plongé. «S'il te plaît!»
Enfin la silhouette de son aîné se redressa en position assisse et sa voix ensommeillée retentit «Nat, qu'est que tu veux à une heure pareille?»
Nathanaël, bien qu'ils n'y voyaient tout deux quasiment rien, baissa les yeux et murmura, honteux d'avouer pareil chose en plus d'avoir réveiller l'autre: «J'ai peur!»
Sirius attrapa à tâtons la lumite qui se trouvait dans un tiroir de la petite table près de son lit et éclaira le visage du gamin avant de bailler «Cauchemar? Désolé je suis trop fatigué pour te raconter une histoire!» C'était peut-être sec comme réponse, mais son cerveau fonctionnait au ralenti, il n'aurait pas du lire si longtemps hier soir!
Le gamin secoua la tête et murmura «L'orage m'a réveillé, et j'suis tombé de mon lit, j'arrive pas à remettre les draps dessus!»
Un soupir. Sirius sentit poindre la migraine. «Et?
- Je peux rester avec toi?
- Ben...moi je serais d'accord mais si père l'apprend...
- Je me réveillerais avant lui et j'irais dans ma chambre!» Répondit le plus jeune, comme si c'était une évidence.
- «….» L'aîné resta septique quand à cette capacité, impossible à son avis, pour un enfant de 5 ans.
- «Je dirais que tu t'étais pas réveillé et que je me suis mis quand même là! Comme ça si il punit l'un de nous deux, ça sera moi!» S'exclama le petit blond, presque suppliant. «J'ai peur de l'orage!» répéta t'il, espérant faire céder son (gentil)grand frère.
- «Bon...D'accord! Mais juste cette fois hein?» Il sentit que ça ne servait à rien de répéter ça à chaque fois, le gamin ne retenait pas!
Heureusement pour eux, leur père ne sut jamais ces instants de «faiblesse» de son plus jeune fils.


_________________


- «Dis Sirius....» Fit le petit de 7 ans, passant une main dans ses cheveux. Ils étaient tout deux dans le jardin, une nuit d'été, observant le ciel étoilé, autant pour leur culture personnelle d'astrologie que de profiter de l'absence de leur père, parti en mission avec les Faucons d'Argent.
L'enfant de 13 ans lança un regard interrogateur à son frère qui le fixait, les genoux ramenés contre son torse. «Quoi?» demanda t'il, sortant de ses pensées. Il ruminait depuis un moment, songeant avec un rien d'agacement que dès demain son maître d'arme reprendrait l'enseignement de l'épée et il souffrirait à nouveau. Après tout, il ne restait que 2 ans avant qu'il ne doive passer les tests pour tenter d'entrer dans le même groupe que son père. Ce qu'il voulait lui, tout le monde s'en fichait.
Nathanaël toussota et murmura, interrogateur. «Il vient d'où ton prénom? Mère a dit qu'elle te l'avait donné en pensant à une étoile!» Mais quelle étoile? Il ne la trouvait pas dans le ciel, et il avait cherché pourtant!
Sirius se redressa en riant et pointa du doigt un groupement d'étoiles «Tu la vois cette constellation?
- Ha oui! C'est laquelle?» Demanda le blondinet en se laissant tomber dans l'herbe pour mieux voir le ciel sans risquer de se payer un torticolis.
Son frère sourit doucement et expliqua: «C'est celle du Lion Elfique, l'étoile tout à droite, qui est là où se trouverait l'œil, c'est celle de Sirius. On dit qu'elle est jumelle de celle de Regulus qui, elle, est la dernière à l'extrémité de la queue du lion. Ce sont les deux plus brillantes de la constellation!»
Il eut un rictus moqueur «Je te raconterais bien l'histoire de la constellation du Lion Elfique et de Cassiopée (la constellation de la magicienne trahie) mais tu es un peu vieux pour ça maintenant!
- Dommage tu racontes bien!» Murmura le plus jeune sans tourner la tête vers lui. Ce n'était pas grave, il la chercherait dans un livre!
Haussement de sourcil de l'autre qui eut un faux rire sans joie: «Haha...merci de dire que je ferais un bon ménestrel, à défaut d'autre chose! Faut bien que je sois bon dans un domaine!
- C'est pas ce que je voulais dire!» S'affola Nathanaël en se redressant d'un coup, effrayé à la simple idée d'avoir vexé son frère adoré.
Un rire plus amusé le fit refermer la bouche tandis que Sirius se redressait à son tour, lui ébouriffant les cheveux avec douceur. «Je plaisantes Nat! Ne prend pas tout au premier degrés!
- C'est pas drôle!
- Ha bon?»


____________________


Nathanaël s'esquiva sous le regard bienveillant de son professeur d'escrime qui partait lui-même, satisfait des capacités de son jeune élève. A 7 ans, il était plus que prometteur. Peut-être son père relâcherait-il un peu la pression qu'il exerçait sur son aîné de 13 ans? Il y avait cependant peu d'espoir. L'homme était si sévère.
Nathanaël fit le tour du manoir pour rejoindre son frère dans son endroit préféré, c'est-à-dire les limites nord du domaine. «Sirius!» Le blond rejoignit le brun qui était assis sur une barrière un peu plus loin, une sorte de carnet dans les mains, un fusain entre deux doigts et ayant un air pensif sur le visage: «Tu écris quoi?» Demanda le plus jeune en tentant de regarder. Échec total, le garçon de 13 ans referma le petit livret.
- «Je n'écris pas...j'ai étudié tout l'après-midi déjà, je ne vais pas m'épuiser encore plus.» Il joua à faire tourner son fusain entre ses doigts pendant quelques instants avant de le glisser entre deux pages de son carnet à couverture de cuir.
Le petit pencha la tête de côté, plissant les yeux avec un rien de taquinerie: «Tu dessines alors?» suggéra t'il, cherchant ce qu'on pourrait faire d'autre qu'écrire avec ce genre d'objets.
Un petit sourire se dessina sur les lèvres de Sirius avant qu'il ne réponse: «Non plus...même si je pourrais effectivement.
- Ben alors tu fais quoi?» S'impatienta le gamin, devenu à la fois curieux et agacé par ses échecs.
L'autre haussa les épaules et posa le carnet sur ses genoux. Puis il fixa avec douceur le blond, voulant savoir où en était son cadet dans son apprentissage: «Alors, ça s'est bien passé?
- Hum...C'est dur le tir à l'arc, j'me suis blessé à la main! Mais j'ai réussi à planter la flèche dans le dernier cercle! Mais j'aime bien l'épée, c'est amusant!» Il décrivit avec enthousiasme son cours, rappelant que c'était drôle, qu'il aimait manier l'épée, qu'il serait le meilleur et que....Sirius le coupa cependant.
- «Ce n'est pas censé être amusant Nat, ce n'est pas un jeu!» Le réprimanda gentiment mais fermement son aîné sans quitter des yeux le paysage devant lui (ce n'était certes que la ville mais bon..)
- «Mais je sais bien!» Marmonna le plus petit en croisant les bras, avant de finalement se hisser sur la barrière à côté de Sirius qui, plus instinctivement qu'autre chose, se tendit un peu, prêt à le rattraper en cas de chute.
Il soupira, un peu maussade «Au moins Père sera content de voir qu'un de ses fils ne lui fait pas honte!
- Mais pourquoi il aurait honte? Le précepteur a dit que tu étais le garçon le plus intelligent qu'il connaissait parmi tous les élèves qu'il avait eu jusqu'ici!» Affirma le plus petit, certain de chacune de ses paroles, indigné d'entendre son frère se dénigrer ainsi.
- «Mais je ne serais jamais un bon chevalier Nat! Je ne serais jamais un Faucon d'Argent, pas parce que je ne veux pas, pas parce que je refuse d'obéir aux ordres mais parce que je me suis fait une raison: je suis faible, maladif, fragile. Une personne comme moi ne deviendra jamais un grand chevalier, ou le membre d'un ordre de chevaliers. J'ai préféré me faire une raison depuis toutes ces années plutôt qu'être douloureusement déçu.
Le blond objecta faiblement: «Mais Père dit que...
- Je n'y arriverais pas Nat! Je le sais! Je me connais! Je ferrais de mon mieux puisqu'il le désire tant mais ça ne servira à rien. Même si je réussissais les qualifications, ce dont je doute, je ne tiendrais jamais le rythme et je me ferais réformer très vite!» Sa voix douce mais résignée aurait fait mal au cœur à son frère s'il avait perçu la véritable signification de ce discours mais il était trop jeune et n'en perçut clairement que les émotions et le sens premier.
Nathanaël le regarda, perdu. Ce jour là il n'avait pas tout compris mais savait que son frère était malheureux. Lentement il agrippa la tunique du noiraud et se blottit contre lui, cherchant instinctivement à apaiser la légère douleur qu'il avait perçu dans sa voix.

Toute sa vie il regretta de n'avoir véritablement compris que malheureusement beaucoup trop tard, ce qu'avait son père à son frère aîné. On ne pouvait pas forcer quelqu'un à une chose qu'il ne pouvait pas faire, qu'importe son envie. Sirius savait qu'il n'y arriverais pas et ne s'était pas bercé d'illusion. Finalement il n'était qu'un enfant qui avait quand même tenté d'avoir la reconnaissance de son père. Mais tout cela, le petit blond ne le comprit que trop tard.


______________


Sirius soupira, jetant un coup d'œil à son frère qui travaillait consciencieusement. Il avait 8 ans maintenant et lui-même 14 ans. Il ne restait plus qu'une seule année avant la date fatidique où il ferait la honte de son père, de sa famille. Si je ne me fais pas renier et déshérité, j'aurais de la chance! Car son père n'était pas n'importe qui. Étant lui-même très gradé dans le groupe de soldats et étant pratiquement certain de décrocher un jour le poste de commandant, il ne voulait pas que son premier fils lui fasse honte.
Sirius soupira, mal à l'aise. Outre ce petit problème qui en était plutôt un gigantesque..Il y en avait un autre. Et de taille: Son meilleur ami qui s'appelait Cygnus venait d'apprendre de la bouche de ses parents que, puisqu'il avait désormais 14 ans, ils allaient le fiancer à une jeune fille d'une ville proche. Et Sirius sentait que ça lui tomberait aussi dessus sous peu.
Fiançailles organisées...
Mariage arrangé...
Décidément, la place d'hériter, c'est pénible, vraiment...on a peut-être la richesse de la famille entre les mains, on est peut-être le futur chef de famille mais il yen a des désagréments. Pourquoi c'est moi le premier né hein?
C'est pas à un gamin faible et trop souvent malade de faire l'honneur de sa famille. Dire qu'il y en avaient qui enviait cette place. J'vous la laisse ma place, bande d'idiots qui ne voient que le bon côté des choses!
- «La fiancé de Cygnus, elle est comment?» Demanda Nat en relevant les yeux de son livre, reposant sa plume dans l'encrier. Il était toujours curieux de ce genre de chose.
Sirius haussa les épaules. Il n'en savait rien et le pauvre concerné non plus. Il ne la rencontrerais que le mois prochain. Il avait même l'air assez déprimé la dernière fois qu'il l'avait vu. «J'espère qu'ils s'entendront bien, ils ont le même age apparemment!»
Nathanaël eut une petit moue et demanda «Et toi? Papa va te trouver une fiancée aussi?»
Le brun eut une grimaça et ricana «Sans doute...» Il ajouta, par sadisme «Et pour toi aussi quand t'aura l'âge!»
Nathanaël laissa tomber sa plume, pétrifié, la bouche grande ouverte puis il s'écria «Ha non! Je me marierais jamais! C'est toi qui va te marier!» L'idée semblait le terrifier plus qu'autre chose, au grand amusement de son frère.
- «C'est pas comme si on avait le choix! On devras tout les deux faire un beau mariage arrangé avec une jolie fille de bonne famille (riche) et avoir des taaasss d'héritiers!» Il aurait mieux fait de se taire, car c'est ce qui l'attendait sans doute sous peu lui même mais surement pas avec 4 à 6 ans, comme pour son ami. Fiançailles ne voulaient pas dire Mariage. Bref en attendant il enfonça le clou, s'amusant comme un petit fou: «J'espère pour toi que tu auras des fils, parce que sinon Père piquera une crise!
- JE VEUX PAS ME MARIER ET ENCORE MOINS AVOIR D'ENFANTS!»
Sirius n'y tint plus, il s'écroula sur la table, gloussant devant la réaction typiquement enfantine de son cadet. Il ne lui signala pas qu'il se répétait pour le moment et qu'il ne dirait plus ça un jour! C'était vraiment comique de voir la tête qu'il faisait en disant ces mots!

A suivre.

Prochain chapitre: "Deception"


Dernière édition par Dragonna le Lun 5 Avr - 9:26, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Sam 20 Mar - 23:22

Chapitre 3: Déceptions

Il avait 9 ans. Depuis trois ans il avait commencé l'apprentissage des armes. Il se débrouillait bien au tir à l'arc, mais pas aussi bien que Sirius (c'était la seule arme que son frère semblait pouvoir maitriser). La maîtrise de l'épée par contre, il s'en sortait bien. Il avait même battu le brun à plusieurs reprises, ce qui avait fait (n'ayons pas peur des mots) enrager leur père. S'il avait su, avait avoué le petit blond, il aurait fait semblant de perdremais Sirius lui assurait qu'il était ravi qu'il soit si doué.
A 15 ans, son frère était devenu un adolescent très beau mais toujours aussi délicat, fragile, et souvent malade. Les jours restant avant celui où auraient lieu les épreuves qualificatives diminuaient de plus en plus. Sirius perdait l'appétit, ne souriait plus, ne riait plus que peu. Il était angoissé, stressé, malheureux. Son frère avait maigrit, cela était indiscutable. Leur père l'entrainait plus que jamais, beaucoup trop même. Nathanaël s'en inquiétait vraiment, il aurait aimé faire quelque chose mais ne pouvait pas.
- «Sirius, ça va?»
Il posait vraiment des questions stupides! Bien sûr que non ça n'allait pas, l'autre n'avait pas besoin de lui répondre pour que ça se voit.
Nathanaël s'entrainait donc avec beaucoup d'application, maniant remarquablement bien l'épée pour son âge. A 9 ans, il était vraiment doué, et terriblement prometteur. Plus d'une fois son père avait sourit en lui ébouriffant les cheveux, ce qui avait fait gonfler son cœur de joie jusqu'à ce qu'il entende son père dire, inévitablement: «Toi au moins tu fais honneur à la famille!» ou quelque chose de de genre. Il baissait alors la tête, blessé et peiné. Pourquoi son père gâchait toujours tout comme ça?
Il croisa les bras, profondément exaspéré. Lui qui aimait beaucoup son père, sa mère et son frère ne pouvait véritablement trancher. Il obéissait avec application à son père, écoutait avec beaucoup d'attention sa mère et suivait son frère partout et le soutenait.
Comme tous les enfants il voulait la reconnaissance paternelle, il voulait qu'on soit fier de lui. Mais paradoxalement, il était également solidaire vis-à-vis de Sirius, ne supportant pas qu'on parle de lui comme ça.
Tout cela le perturbait donc "un peu"....parce que ça restait contradictoire. Il écoutait alors en silence l'un ou l'autre, tentait de protestait quand Sirius se rabaissait mais gardait lèvres closes lorsque son père criait sur ce dernier. Il n'était pas un enfant rebelle, bien au contraire, c'est pour ça qu'il ne s'opposait plus à son père depuis ses 7 ans, l'homme n'acceptant plus ce genre de comportement de sa part.
Il savait qu'il était prometteur, que lui arriverait sans doute à entrer dans le groupe dont faisait partir son père, à le rendre fier. Il aurait cependant aimé que Sirius soit félicité aussi, ou tout du moins encourager... pas traiter comme un boulet envers qui on avait que peu d'espoirs.
Il aurait aimé être là d'ici deux jours, quand son frère passeraient ces épreuves, pour pouvoir l'encourager, pour pouvoir le soutenir. Mais il savait que c'était stupide et illusoire, cela se déroulerait dans la caserne et les non-soldats ne pouvaient y entrer.
Il pouvait juste l'encourager le matin avant qu'il n'y partes.
Et le soutenir moralement...
Pourtant il savait au fond de lui....
Il savait que Sirius n'y arriverait pas.
Et c'est pour ça, pour lui, qu'il avait peur. Car il craignait qu'une punition ne s'abatte sur son frère adoré.


_____________


Nathanaël soupira.....l'atmosphère chez eux était horrible. C'était comme si son frère n'existait plus. Leur père ne lui parlait plus que par nécessité, et l'ignorait le reste du temps. Sirius semblait, lui, abattu, démoralisé devant son cuisant échec dont il avait été pourtant certain. Mais que pouvait-il dire ou faire? Ce n'était pas comme si personne ne s'y attendait non plus....
Ho....Pour ce qui était du tir à l'arc il n'y avait eu aucun problème, non...ce qui avait posé problème, c'était l'épée comme toujours. Il n'avait pas assez d'endurance ou de force. Bien qu'il y ait du potentiel derrière ses techniques, il n'avait pas assez de capacités physiques pour les exploiter. Ce n'était pas sa faute, ce n'était pas la négligence non plus, il avait tout sauf négliger l'entrainement. C'était juste que, comme il l'avait dit souvent dit, son corps n'avait pas suivit sa volonté. Il le savait, il ne s'était guère fait d'illusions, malgré son désir de gagner la fierté ou l'affection de son père.
Sirius n'avait pas dit un mot depuis cet échec, il y a une semaine, ne desserrant pas les lèvres aux repas familiaux, restant dans la bibliothèque ou dans sa chambre le reste du temps.
Nathanaël avait envie de pleurer...
Sirius allait mal et personne ne le voyait. Est-ce que tout le monde s'en fichait? Le petit blond renifla et se recroquevilla sur la barrière où il était assis.
Son frère était l'un des rares à avoir échoué en plus, cette année il y avait eu beaucoup de bons éléments. Il avait pourtant vraiment fait de son mieux, mais ça n'avait pas été suffisant.
Dont le meilleur ami de son frère d'ailleurs, qui était aussi celui qui semblait apprécier le plus Sirius (à part leur mère et lui bien sûr!). Il releva les yeux vers la route pavée menant au manoir et vit alors une silhouette qu'il ne connaissait que trop bien. «CYGNUS!» Cria t'il en sautant à terre et en se précipitant vers lui. Le jeune (nouveau) faucon, aux yeux verts forêt et aux longs cheveux châtains-ocres attachés en queue de cheval, sourit et se laissa, de bonne grâce, sauter dessus par le petit blond de 9 ans. «Elle est super belle ton armure!» Cela ne l'en décida que davantage à en obtenir une dans six ans. «C'était dur les qualifications? Siry n'a pas dit grand chose....T'as de la chance, elle est trop belle! Je peux pas attendre que ça soit mon tour! Et sinon tu viens voir père ou mon frère? Parce que tu sais, Sirius déprime beaucoup!»
Le châtain posa la main contre la bouche du plus jeune en souriant et murmura avec un amusement non feint. «Calmes-toi un peu toi! Oui je viens voir Sirius!»
Les deux garçons, en effet, se connaissaient depuis qu'ils avaient 5 ans, et s'entendaient extrêmement bien. Cygnus avait toujours défendu son ami contre les brimades, les petits crétins qui profitaient de leur avantage, du fait que le jeune garçon était 'faible' pour s'acharner sur lui, trouvant en lui un bouc émissaire idéal. On se demandait parfois comment le parfait futur petit chevalier pouvait aussi bien s'entendre avec ce garçon frêle, fragile, maladif, toujours plongé dans les livres et incapables de supporter un trop long entrainement.
Nathanaël songeait souvent que c'était pour ça qu'ils s'entendaient si bien, justement parce qu'ils étaient si différents. Que leur amitié était du genre de celle qui durait, qui perdurait. Enfin il espérait que ça serait le cas. Et lui-même adorait le châtain.
Celui-ci soupira et leva les yeux vers le ciel, pensif: «Votre Père a du mal à l'accepter hein?
- C'est si évident que ça?» La légère amertume dans la voix du plus jeune était plus que perceptible.
L'autre tapota le front du blond en disant, d'une voix faussement sévère «On ne critique pas ses parents jeunes homme!»

_____________

Le repas familial était toujours aussi froid, leurs parents échangeaient quelques mots et les deux enfants restaient silencieux. Enfin Nathanaël mangeait normalement, plongé dans ses pensées mais attentif, au cas où lui serait posée une ou deux questions. Sirius lui chipotait un peu mais la correction qu'il avait prise quelques jours plus tôt à propos de son idée de manger moins l'avait convaincu de revenir à une alimentation normale.
Nathanaël soupira...seul Cygnus semblait pouvoir faire parler son frère ou le faire sourire. Et le jeune homme avait plus ou moins réussi à convaincre son propre père de parler avec le leur. Et celui-ci avait plus ou moins accepté l'idée d'un fils précepteur ou guérisseur. Malgré tout il s'était beaucoup plus tourné vers son second fils, qui portait actuellement beaucoup de ses espoirs sur ses frêles épaules. Néanmoins quelque chose attendait encore son frère. Et pourtant ils s'en doutaient tout deux depuis un moment.
- «Sirius...»
Le garçon reposa doucement ses couverts et répondit docilement «Oui père?» Son attitude rebelle s'était quelque peu atténuée face à l'atmosphère froide et tendue qui régnait dans le manoir. Il vivait mal son échec, malgré qu'il s'y était préparé et que seuls son ami et son frère (et plus ou moins sa mère) l'aient réconforté ne faisait que lui donner encore plus l'impression d'être minable.
- «Tu a as 15 ans, presque 16. Il est temps pour toi de te fiancer. Nous avons choisie, ta mère et moi, une jeune fille que tu épousera quand tu aura 21 ans. Ainsi vous aurez le temps d'apprendre à vous connaître.»
Nathanaël vit son aîné pâlir mais ne dit rien. Il sentait qu'un jour, ça serait son tour. Quelle âge avait cette fille? Était-elle mignonne? Gentille? Il regarda tristement son aîné qui se contenta d'hocher la tête, murmurant un «Oui..» étranglé.
Le blond ne dit rien, ne protesta pas. Il était trop jeune pour pouvoir vraiment participer à une discussion si importante, il n'était que le cadet après tout.
Mais...était-il le seul à voir que Sirius était malheureux?

A suivre


Prochan chapitre: "Choix"
(Période des 15 à 18 ans de Sirius, donc des 9 à 12 ans de Nathanaël.)

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Lun 22 Mar - 20:58

Chapitre 4: Choix

- «Vous êtes...hum...très belle!» Toussota Sirius après un trop long et lourd silence, sa voix sonnant avec malaise.
Derrière le plant de rosiers où il s'était prudemment retranché, Nathanaël porte la main à son front, l'air désespéré. Son frère n'était pas doué...non vraiment pas.
- «...et...élégante!»
Franchement pour quelqu'un qui passait beaucoup de temps plongé dans les livres...il n'en avait pas assez lu sur les histoires d'amour. Son niveau de romantisme était pitoyable!
La jeune fille eu un pâle sourire, et murmura «Ne vous forcez pas Sirius, cela se voit que vous êtes mal à l'aise.»
Le concerné eut une pâle grimace, hésitant. Ce n'était pas une question de mauvaise volonté. Non rien à voir. Sa fiancée était pourtant jolie. Elle avait de longs cheveux soyeux et de couleur brun clairs, une peau pâle et laiteuse et de grands yeux verts. Non...elle était belle aucun doute là-dessus et cultivée, il l'avait remarqué durant leur discussion. Alors où était le problème? C'est juste qu'il n'était pas à l'aise, qu'il avait l'impression d'être un autre.
- «Vous non plus Elenna ne vous forcez pas, je sais bien qu'épouser quelqu'un comme moi ne sera pas une partie de plaisir!» Murmura t'il d'un ton calme, sachant parfaitement qu'il n'avait pas d'illusions à se faire. «C'est juste que nous n'avons pas le choix»
Nathanaël, s'il n'avait pas voulu rester cacher, lui aurait sans doute crier dessus pour avoir dit une telle chose. Grand frère, t'es pas faible! C'est pas ta faute si tu es souvent malade!
A sa grande surprise, la jeune fille répondit «Que vous ne deveniez pas chevalier m'importe peu, au moins, si nous nous marions, je ne craindrais pas pour votre vie comme celles qui attendront que leur époux soldat revienne.» Elle surprit le regard surpris de son fiancé qui ne semblait pas y croire. Ce qu'elle avait dit était si surprenant pour lui après tout ce qu'il avait entendu comme critiques de la part de son père. La jeune fille reprit: «Honnêtement, ce n'est pas votre santé qui m'importe dans ce mariage. Pour ma part je suis ravie que vous soyez jeune, beau et cultivé, le reste n'importe! C'est juste que, comme vous dites, nous n'avons pas le choix!» Elle soupira, se replongeant dans la contemplation du jardin face à eux. Ce n'était donc pas Sirius qui la gênait mais l'obligation de l'épouser. Non lui il était assez attendrissant, beau et intelligent. Non...le problème ici était qu'elle n'avait pas le choix.
C'était pareil pour lui.
- «Puisque nous n'avons pas notre mot à dire, essayons au moins de nous entendre?!» Proposa t'elle avec douceur «Ou sinon cela risque d'être pénible de vivre ensemble non?» Ils eurent un maigre sourire suite à ces mots. C'était vrai, autant faire preuve de bonne volonté. Se rebeller ne servait à rien à leur âge en plus.
Sirius prit une grande inspiration et commença: «Vous avez raison essayons d'apprendre à mieux nous connaître....mais je vous préviens que je serais jamais plus musclé que ça...
- Je m'en moque de votre physique, je préfère vos connaissances! Et personnellement je ne vous trouve pas mal du tout!» rit-elle en posant ses yeux sur les fleurs d'un bosquet près d'eux.
Sirius, légèrement rouge, toussota, continuant à se descendre: «Je suis de nature maladive...» Avertit il donc en baissant les yeux, rependant à tout ces hivers où il était resté cloué au lit, brulant de fièvre. Il était obligé de lui dire ça, sinon ce serait malhonnête.
- «Je vous soignerais!» Répondit-elle en haussant les épaules, comme pour montrer que tout cela lui importait peu.
- «Je suis pessimiste et j'ai une très mauvaise opinion de moi-même!
- Je vous ferez changer d'avis! Moi je suis trop optimiste! Cela sera équilibré comme relation!» rit-elle, ravie de le voir légèrement sourire suite à cette réponse.
Néanmoins il continua: «La seule personne qui m'apprécie vraiment dans ma famille, c'est mon petit frère!» C'était tristement vrai, son père était exigeant, sa mère le soutenait, favorisant son frère et lui devait porter de trop nombreux espoirs sans beaucoup d'appuis. Oui...le seule personne qui l'aimait dans cette maison c'était Nat. Songeait t'il avec tristesse. Certes il s'en était rendu compte mais ça faisait quand même mal. Il avait pourtant tout fait pour être apprécié à sa juste valeur mais ce n'était jamais assez bien.
La voix de la jeune fille le tira de ses sombres pensées: «Ca prouve au moins que vous savez vous y prendre avec les enfants! C'est une bonne chose!» Elle lui jeta un coup d'œil, un sourire au coin des lèvres: «Sirius voyons, dressez moi un bilan plus positif que ça, on ne nous demande pas notre avis alors inutile d'essayer de me dissuader non?»
Ils s'entre-regardèrent et éclatèrent de rire. Derrière son buisson, Nat haussa les sourcils. Il avait du loupé quelque chose. Un coup ils étaient terriblement tendus et quelques instants après, ils riaient comme si ...ils se connaissaient depuis longtemps.
Définitivement, il avait raté quelque chose!

_______________________

- «Alors elle est gentille?» Demanda Nathanaël assis dans le fauteuil dans la chambre de son frère. Il préférait ne pas lui dire qu'il les avaient épiés durant leur discussion et lui demandait donc son avis personnel sur la situation. Sirius hocha la tête, hésitant. Oui ça allait, le premier contact était plutôt bien passé. Heureusement d'ailleurs, car leur père n'aurait jamais accepté que ça se passe autrement. C'est vrai que quelque part lui parler l'avait soulagé, elle était une fille très sympathique, ils s'entendraient sans doute très bien. En espérant que tout se passe bien...
- «Tu es amoureux?» demanda le blond en descendant de son siège pour se planter juste sous le nez de son grand frère, un sourire moqueur aux lèvres.
Sirius flanqua une pichenette sur le front de son frère en disant «Dis pas de bêtises toi!» Comment pouvait-il dire ça? Elenna et lui ne se connaissaient que depuis leur rencontre de la veille. La famille était repartie dans la ville voisine le matin-même, après avoir signé toute la paperasse définissant les deux jeunes gens comme fiancés. «Quand ça sera ton tour je rirais bien.» Ignorant l'air totalement horrifié de son cadet à cette idée, il murmura, se frottant le menton «Je me demande comment elle sera...Brune comme Elenna?» Il avait envie d'embêter son frère, et quoi de mieux que de l'attaquer sur ce genre de sujet? L'autre avait tendance à réagir en exagération face à ses moqueuses attaques.
- «Non...J'ai pas envie qu'on dise que je te copie!» Bouda le plus jeune, baissant les yeux vers le sol, cherchant de mauvaises excuses comme toujours.
Sirius leva les yeux au ciel en pensant quelque chose ''mais bien sûr!''. Et il continua, amusé par son jeu d'embêter son cadet sur le sujet ''futur mariage'', c'était vraiment amusant de voir ses réactions exagérées. «Blonde comme toi ?
- Non. Je veux pas épouser quelqu'un qui me ressemble!» Grogna le plus jeune, tandis que son aîné haussait un sourcil surpris devant cette réponse.
C'est pas parce qu'elle serait blonde qu'elle lui ressemblerait pour autant! Quelle mauvaise excuse, quelle mauvaise foi! Il devrait chercher de meilleure excuses pour refuser ou dire qu'il ne veut pas! Sortant de ses pensées moqueuses, le plus vieux repassa à l'attaque: «Et les belles chevelures noires, tu en penses quoi?
- Pas plus!» Grogna le plus jeune, montrant des début d'exaspération grandissante. Mais quand allait-il le laisser tranquille avec ça? Qu'il s'occupe plutôt de sa fiancée au lieu de l'embêter sur le sujet ''a quoi ressemblera la tienne?'' C'est pas comme s'il aurait le choix de toute façon.
- «Et les cheveux châtain?
- Nooonnn!» s'agaça le blond de 9 ans, virant peu à peu au rouge vif, signe qu'il allait sans doute craquer sous peu. Il ne lui en fallait pas beaucoup à son âge.
- «Bon ben il ne te reste plus que les rousses alors! Surtout que le rouge c'est ta couleur préféré! Penses à le dire à Père pour qu'il choisisse en conséquence!»
Sa seule réponse fut son oreiller lancé en pleine figure tandis que Nathanaël repartait dans sa propre chambre, énervé par les taquineries sur ce sujet, comme tout enfant qui se respecte. Sirius ricana «Hé t'as pas répondu!» Il se dit qu'il devrait arrêter avec ça, les enfants détestant vraiment toutes les plaisanteries sur le sujet. Secouant la tête avec malice, il décida d'attendre un peu pour l'embêter à nouveau sur ça. Qu'il soit plus vieux, par exemple d'ici un ou deux ans ça ne serait que plus drôle!
On se demandait parfois qui était le plus gamin des deux!


_______________________

Cygnus marchait à côté de son ami, désormais âgé de 18 ans. Tout deux avaient bien grandis, le châtain était un excellent soldat, Sirius émerveillait les autres guérisseurs. Néanmoins qu'un jeune homme comme lui ait échoué à devenir chevalier n'était pas passé inaperçu. Les mauvaises langues avaient bon train et plus d'une fois Cygnus avait du intervenir pour remettre à leur place un groupe de parfaits imbéciles qui s'amusaient à descendre Sirius, profitant de leur avantage physique et numérique. Décidément il y avait des choses qui ne changeaient pas, à son grand regret. Il aurait vraiment aimé que son meilleur ami ait la paix.
- «Je suis ravi de te voir en un seul morceau vieux frère!» sourit le noiraud en rajustant ses livres sous son bras avec insouciance. Il avait entendu que le groupe serait de retour cet après-midi et, loin d'être venu assisté au retour de son père (ne lui en demandons pas trop non plus) il était venu revoir et parler avec son meilleur ami, qui lui avait manqué comme à chaque fois qu'il partait.
Celui-ci, alors qu'ils marchaient dans les rues, lui avait de bonne grâce raconté sa mission, ce qu'ils avaient vu et entendu. Soudain il s'interrompit et murmura «Excuses-moi!» avec un rien de malaise.
L'autre lui jeta un coup d'œil discret, et demanda l'air de rien «Pourquoi tu t'excuses?» Ils s'étaient immobilisés près de sa demeure et il s'interrogeait sur l'attitude de son ami. Que signifiait ses excuses? Avait-il fait quelque chose?
- «Ca ne te donnes pas envie d'entendre tout ça?» Bafouilla l'autre, retirant son casque d'une main pour passer l'autre entre ses longues mèches soyeuses. «Si c'est le cas je suis désolé, ce n'était pas mon intention!
- Un peu mais ça ne sert à rien d'avoir des regrets puisque je n'y serais de toute façon pas arrivé!» Il laissa passer un temps de silence, jetant un petit coup d'œil à droite. «Je vois tout de même un léger avantage à ma situation!» Murmura le plus frêle d'un ton pensif, et étrangement amusé.
L'autre haussa un sourcil étonné: «Lequel?
- Si j'étais un Faucon d'Argent, je subirais ce que subissent les (ou la quasi-totalité des) grands frères (et sans doute certains des pères ou peut-être même des oncles) dans des circonstances identiques à celles aujourd'hui...c'est-à-dire un retour de mission qui a duré assez longtemps».
Cygnus, en fils unique qu'il était, ne comprit pas le 'danger', pas encore. «Et c'est quoi ce qu'ils subissent?» demanda t'il en toute innocence. Il eut un léger frisson en voyant le sourire de son ami et comprit soudainement le 'danger'.
Trop tard. Il n'avait plus le temps de fuir!
Une tornade blonde passa en coup de vent près de Sirius, s'écriant: «CYYGGNUSSS!» pour sauter au cou du châtain, qui perdit l'équilibre, et le fit tomber par terre. C'était la première fois que Nathanaël pouvait voir l'ami de son frère quand celui-ci revenait de mission. En effet, les fois précédentes, c'était toujours quelques jours plus tard donc évidement ce n'était pas pareil! Il ne pouvait pas manifester sa joie de le revoir en bonne santé de la même façon.
Sirius eut un sourire carnassier. «...Si j'en étais un c'est moi qui aurait subi ce plaquage au sol! Je te l'ai dit, c'est un des avantages que je vois de ne pas en être un finalement!»
Se faire clouer au sol par un gamin (ou une gamine, voire les deux, c'était selon les cas), c'était hem amusant?..et les victimes prenaient ça bien généralement. Sirius plaisantait d'ailleurs en disant ça, et en réalité ça ne l'aurait pas plus gêné que ça, mais il avait eu envie de faire un peu d'humour pour prévenir (ou plutôt tenter de prévenir) son ami de ce qui l'attendait.
Visiblement celui-ci avait comprit mais trop tard!
Cygnus éclata de rire sous le regard surpris du plus jeune et se redressa en position assise, poussant gentiment le jeune adolescent de 12 ans tout en commençant à raconter, de bonne grâce et une nouvelle fois, sa mission. Sirius, de son côté, ramassa le casque que son ami avait lâché en tombant, ignorant le très très léger pincement qu'il eut au cœur. Il était heureux comme il était et les regrets ne menaient à rien.
- «T'en fais pas Cygnus, t'arrivera à l'esquiver la prochaine fois!» Ricana t'il tandis que le blond grimaçait en s'entendant traiter de la sortes.
- «Ce n'est pas grave Siry, j'adore ton frère!
- Comme tout le monde!...» Mais son ton n'avait plus rien d'amer lorsqu'il disait ça, après tout ça n'était que la vérité. Souriant il attrapa son cadet par le col afin de le pousser de son ami pour que celui-ci puisse enfin se relever totalement.

_______________________

Sirius referma le livre qu'il lisait attentivement depuis un bon moment et se laissa aller sur sa chaise, pensif. Pourquoi était-ce si difficile? Il était pourtant déterminé, ce n'est pas comme si il allait regretter quoique ce soit. A part peut-être une ou deux chose...Bref...il ne devait pas flancher! Son esprit était fort et combattif, il ne changerait jamais d'avis! Avait-il envie de finir sa vie à soigner des gens et/ou à éduquer des enfants, avoir les siens suite à son mariage avec Elenna pour faire honneur à son père qui ne préoccupait plus que de son frère?
Tss...à quoi bon?
Sérieusement, ça ne changerait rien qu'il le fasse ou pas, sauf que si faisait ce qu'il désirait faire, il n'aurait pas un sou. Il attrapa sa plume et la plongea dans l'encrier, attrapant de quoi écrire trois lettres et se mit à tracer les mots qu'il destinait aux trois personnes qui semblaient se soucier vraiment, réellement de lui. Son frère, son meilleur ami et sa fiancée, c'était bien les seuls. Même sa mère ne semblait plus ne se focaliser que sur son cadet. Ce qui le blessait, bien qu'il refusa de l'avouer à voix haute.
Le grattement de la plume sur le papier fut une des seules choses clairement audible dans sa chambre durant une bonne partie de la nuit. Bientôt il serait enfin libre...et il ferait ce qu'il voudrait réellement....quitte à faire de douloureux sacrifices.
Le matin vint plus tôt qu'il ne le pensait, à sa grande surprise. Il se redressa du bureau sur lequel il s'était assoupi. Il n'avait que peu dormi. Et pour la première fois il n'en ressentait pas vraiment de séquelles de cette nuit blanche. Tant mieux, il avait trop à faire pour dormir, pour le moment. Après avoir passé de l'eau glacée sur son visage, il enfila une tunique propre et rangea rapidement ses papiers écrits durant la nuit, lettres et autres, dans une cachette afin que personne ne les trouve. Ou tout son plan serait gâché. Il sortit de sa chambre, baillant légèrement et passant une main hésitante dans ses cheveux quelque peu emmêlés. Il croisa sa frère dans le couloir, celui-ci était à moitié endormi, ses mèches blondes comme les blés encore en désordre et ses yeux mis-clos. «Attention à ne pas te prendre la porte ou à rater une marche Nat!» Il descendit rapidement l'escalier, se composant un visage calme et obéissant.
C'était inutile d'attirer l'attention maintenant...

_______________________

Cygnus regardait Nathanaël qui se battait avec un jeune garçon de son âge. Leur maître d'arme les avait laissé quelques instants, leur interdisant de stopper leur entrainement pendant sa courte absence. Les deux enfants, rivaux, ne se firent évidement pas prier. Chacun d'eux rivalisait avec l'autre de techniques peu ou moins fair-play, d'estoc plus ou moins maîtrisés.
- «Il est doué quand même!» remarque le châtain avec douceur, ne voulant pas braquer encore plus son meilleur ami qui était déjà d'une étrange humeur.
Sirius retira d'entre ses lèvres le brin d'herbe qu'il mâchouillait avec ennuie. «Moui...» Il soupira «Mon père n'arrête pas d'en parler, il est fier de ses capacités!» Il secoua la tête avec tristesse, son frère avait donc sa voie toute tracée sans qu'il ne puisse donner son avis, quoiqu'il en était ravi puisqu'il voulait justement faire ça, heureusement d'ailleurs.
- «Tu t'inquiètes pour lui? Pourquoi? Ce n'est pas comme si c'était l'enfer tu sais?» Rit l'autre en levant les yeux au ciel, esquivant ensuite le petit coup de poing envoyé par son ami.
- «Sérieusement, j'aimerais juste que notre père voit que nous ne sommes pas des pions, c'est tout!» Il se laissa tomber dans l'herbe, pensif. «Je me marie dans 2 ans!»
Cygnus haussa un sourcil «Haaa...moi aussi!» Il surpris le regard amusé de l'autre qui se contenta de marmonner entre ses dents que c'était trop tôt. Qu'il n'était pas prêt à être un époux et encore moins un père. «C'est sur que c'est rapide mais rien ne vous oblige à être parents dans l'année qui suit tu sais?» Il surpris un coup d'œil ironique dans sa direction. «D'accord en ce qui me concerne, j'ai le temps. Toi non, ton père veut que tu es un héritier rapidement c'est ça?»
Hochement de tête de la part de Sirius qui arracha un autre brin d'herbe «Ca m'énerve!» Même s'il n'y pouvait rien. Même s'il refusait, même s'il hurlait qu'il n'était pas d'accord, ça ne changeait rien.
- «Tu ne l'aimes pas?» interrogea son meilleur ami, l'air un peu inquiet quand à l'avenir de son ami.
Celui-ci soupira «Je la vois juste comme une amie...je ne sais pas vraiment en fait! C'est trop rapide tout ça!»
Ils furent coupé dans leur discussion par une énième victoire de Nathanaël qui s'écria joyeusement «Vingt à Zéro» d'un ton triomphant tandis que son adversaire allait ramasser son arme plus loin en se frottant la tête, humilié une nouvelle fois.
Sirius sourit tendrement et murmura «C'est sûr, lui il est vraiment doué!»
Il fera bien honneur à la famille contrairement à moi...
Ce sera un véritable Faucon d'Argent, un héros, un garçon juste, droit, honnête qui fera la fiérté de notre père.
Il sera parfait jusqu'au bout...contrairement au vilain petit canard que je suis!

Sirius prit une grande inspiration et se tourna vers son ami pour demander, sa décision désormais irrévocable:«Cygnus? j'ai quelque chose à te demander...»

A suivre!
Prochain Chapitre: Engrenage


Dernière édition par Dragonna le Lun 5 Avr - 9:33, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Sam 27 Mar - 22:48

Chapitre 5: Engrenage

Nathanaël essayait de faire bonne figure, ce n'était pas simple, il détestait ce genre de soirée. Tout ce monde ici pour parler de tout sujet, allant de la politique aux histoires familiales, ça l'énervait vraiment. Peut-être aussi parce que ses parents ne lui témoignaient que peu d'attention durant ces moments ou que son frère restait avec ses amis. Il jeta un coup d'œil en direction du brun qui riait avec Cygnus, ce dernier étant accompagnée de sa fiancée. Ils avaient l'air de bien rire tous ensemble, le jeune garçon décida alors ne pas les déranger. Ils avaient surement mieux à faire que s'occuper d'un gamin de 12 ans. Son frère et ses deux amis étaient presque adultes après tout. Lui n'était encore qu'au seuil de l'adolescence. Mais depuis peu, leur père lui jetait des coups d'œil plus intéressé qu'avant, d'une part par son talent à l'épée, plus qu'appréciable, élevé pour son âge. D'autre part, il y avait autre chose mais il ignorait quoi.
- «Nathanaël! Viens ici!»
Il sursauta et se dirigea à pas lent vers son père, affichant alors sur son visage un air à la fois doux et calme, teinté de sérieux. Le visage du ''parfait petit garçon'' pour reprendre les expressions ironiques de Sirius. «Oui père?»
L'homme posa doucement une main sur l'épaule de l'enfant qui leva un œil confus vers lui. Qu'avait-il fait pour mériter ce geste d'affection? Cela cachait forcement quelque chose! Il eut vite confirmation de ses doutes. L'homme désigna un couple en face d'eux. «Mon fils, je te présente mes amis: Kain et sa femme Ariane.» L'homme était un homme aux cheveux brun foncé et aux yeux verts, la femme avait des cheveux noirs et des yeux bleutés. Tout deux le regardait avec un sourire indulgent aux lèvres. L'enfant décida alors de ne pas décevoir ses parents et d'être le garçon le plus courtois possible. Il ne fallait pas plaisanter avec les bonnes manières dans la ''haute société'. Surtout dans les familles de chevaliers ou l'on se soumettait à la politique, aux rois, à un groupe d'élite. Il pencha donc légèrement la tête en murmurant du ton le plus aimable: «Enchanté de faire votre connaissance!» D'une nature docile, il ne lui serait jamais venu à l'idée d'être insolent dans un moment pareil! Il était d'un naturel doux, obéissant et bien qu'ayant parfois des preuves d'individualisme fort, il n'aurait pas défier l'autorité.
Le couple eut un sourire, l'homme étant presque satisfait de ce qu'il voyait «Je vois que tu n'exagérait pas mon ami, ce garçon me plaît beaucoup!» et la femme répondit à la salutation de l'enfant, amusée par sa légère timidité suite à ça.
Nathanaël cligna des yeux, presque perdu. Qu'est que cela voulait dire? Avait-il raté quelque chose? Il jeta un coup d'œil à son père, se demandant pourquoi il avait l'air aussi satisfait lui aussi.

Puis la dénommée Ariane se retourna et appela d'un voix douce «Cyrielle! Viens ici!»
Un temps trop court au goût du blond passa puis une petite fille de son âge se présenta devant lui. Il la détaille avec malaise, comprenant soudainement ce que tout cela voulait dire. Elle avait 12 ans, comme lui et était vêtue d'une robe couleur ''ciel de nuit'' soit un bleu très foncé. Sa peau était dorée par le soleil, montrant qu'elle ne passait pas ses journée à l'intérieur. Elle avait de grand yeux bruns (presque noirs). Enfin ce qui le fascina presque, ce fut les longs cheveux d'un beau roux tirant sur le rouge. Les longues mèches flamboyantes tombaient jusqu'en bas de son dos, légèrement ondulés. Elle était mignonne mais...pourquoi son père voulait-il ainsi la lui présenter? Il rougit un peu et ses doigts trituraient sa tunique, il ne savait pas quoi dire.
- «Et bien Nathanaël où sont passées tes bonnes manières? Arrêtes de la gêner en la dévisageant ainsi et salue la comme il se doit!» ordonna son père, révélant ainsi à son fils que la petite fille serait sans (aucun) doute sa fiancée.
Le blond retint à temps sa grimace, et fit une légère révérence «Bonjour Cyrielle, je suis ravi....de faire votre connaissance!» Il se sentait terriblement mal à l'aise, adressant des excuses mentales à son frère pour s'être moquée de lui quand il avait rencontré Elenna. Il n'osait pas lever les yeux sur la gamine face à lui, ne sachant pas quoi dire.
Tout aussi gênée, la jeune fille lui rendit la pareille «Enchantée Nathanaël!» Sa voix était douce, claire. Confusément le jeune garçon songea qu'elle devait très bien chanter. Il secoua aussitôt la tête, se demandant ce qui lui prenait.
- «Mon cher Anthor...» sourit Kain, fixant les deux enfants avec douceur «Je pense que nous devrions les laisser seuls, sans la pression que nous exerçons sur eux, cela les mets mal à l'aise!»
Nathanaël entendit son père rire, à sa grande surprise, et les regarda partir avec sa mère et celle de Cyrielle, le laissant seul avec cette dernière. Enfin, pensa t'il, se décrispant en même temps que la jeune adolescente. Simultanément, les deux enfants soupirèrent de soulagement.
- «Je suppose que nous sommes fiancés désormais?» Songea la jeune rousse, se dirigeant avec lui vers la terrasse donnant sur le jardin. Il hocha la tête avec un rien de malaise. Ho leurs parents n'avaient rien dit du tout mais c'était clairement sous-entendu, eux n'avaient guère leur mot à dire. «Sans vouloir vous offenser Nathanaël, je ne pensais pas que ça arriverais si vite!» Elle s'appuya à la rambarde de pierre, levant les yeux vers le ciel étoilé.
Le blond haussa les épaules «Mon frère l'est depuis qu'il a 15 ans, soit depuis 3 ans. Je m'attendais plus ou moins à ce que soit mon tour un jour ou l'autre!» Il ne savait pas trop quoi dire, n'ayant fréquenté que peu de filles de son âge, et tout d'un coup ça lui tombait dessus. «Peut-être pourrions nous nous tutoyer si nous sommes bien fiancés? Et même si nous nous sommes trompés et que ça n'est pas le cas, quelle importance?
- Je suis d'accord avec...toi!» murmura l'autre, l'air soulagé.
Nathanaël s'appuya à côté d'elle, la dévisageant avec un peu plus de curiosité «D'où viens tu?
Elle sourit avec amusement et répondit «De Matasa, la ville portuaire!» Elle lui décrivit rapidement la ville, avant de reporter à nouveau son attention sur les étoiles.
- «A Rymar?» Demanda l'autre en cherchant dans sa mémoire ses souvenirs de géographie.
Elle hocha la tête et se tourna vers lui. «Et toi, tu vis à Larbos, ici à Oroban? » Il hocha la tête à son tour. Amusé, il pencha la tête et sourit «Alors comme ça nos père sont amis?» Elle semblait quelque peu septique en disant ces mots, comme si elle n'y croyait pas vraiment.
- «Ca expliquerait que tes parents soient venus d'aussi ''loin''. Te trouver un fiancé serait une bonne raison non?» Il haussa les épaules, sans rajouter quoique ce soit. Cette fête sentait le piège, disant Sirius, et il avait bien raison. Il décida d'être aimable au possible avec cette fille embarquée sur le même bateau que lui et murmura avec gentillesse «J'aime bien ta couleur de cheveux, ça me rappelle les Amaryllis que ma mère aime tant.» Il n'osa pas dire que c'était d'ailleurs sa couleur préférée. Il détestait quand Sirius avait raison! Il perdit tout son sérieux en entendant la fillette se mettre à rire doucement face à de compliment. Rougissant sans savoir pourquoi il détourna la tête en se retenant d'avoir l'air boudeur.
- «Ne te forces pas!
- Je ne me forces pas, c'était sincère!»
Ils échangèrent un regard amusé et elle reprit tranquillement «Qu'est que je pourrais dire dans ce cas? Hum...Tu as de beaux yeux!
- Un peu basique!» Rit Nathanaël dans un sourire sarcastique.
Elle haussa les épaules, l'air pourtant satisfaite «Je sais, je suis mal à l'aise quand il s'agit de faire des compliments sur commande!
- Sérieusement j'aime beaucoup le rouge! Je trouves tes cheveux vraiment beaux!» Le blondinet avait toujours été d'une sincérité désarmante et le rousse eut l'air surprise quelques instants avant de sourire plus sincèrement qu'avant. Elle fixa un court instant les cheveux miel du son (peut-être) fiancé et se décida à répliquer.
- «Toi avec tes boucles blondes, t'as vraiment l'air totalement innocent tu sais?» répliqua t'elle sincèrement, c'était vrai qu'avec son visage, aux grands yeux océan, encadrés de mèches dorées, il avait l'air d'un adorable prince dont rêverait n'importe quelle petite fille nourrie aux légendes ou aux contes. Mais pas elle, elle ne croyait guère au prince charmant, elle savait depuis toute petite qu'elle épouserait celui que ses parents, et non elle, choisiraient.
- «On me le dit souvent, ma mère me dit...que je suis, quelle est l'expression déjà?...ha oui, à croquer!» Nouvel échange de regards, nouveaux sourires. Cyrielle sourit, il ne ressemblait pas à ses garçons/gamins de son âge qui lui tournaient un peu autour dans sa ville ou à ceux que son père lui avait déjà présenté, il avait l'air vraiment aimable, gentil et désintéressé, forcé comme elle. De toute façon, contrairement aux autres fois, elle n'avait pas le choix.
Nathanaël soupira, ce n'était pas Cyrielle qui était en cause mais son père. Pourquoi le fiancer si vite? Alors que pour son frère, ça avait été à 15 ans? Avait-il prévu quelque chose? Il se sentait mal à l'aise et aurait aimé en parler à Sirius.
- «Tu as un frère Nathanaël? Tu en parlais tout à l'heure!» Fit soudainement la rousse en lui jetant un coup d'œil, le faisant sursauter.
Les grands esprits se rencontrent on dirait, songea t'il brièvement avant de balbutier «Oui» d'un ton hésitant. Le hasard était effrayant parfois.
Cyrielle eut l'air surprise de son embarras mais ne rajouta rien, se contentant de lui demander «Je suis fille unique, je me demande ce que ça fais d'avoir un frère!»
Nathanaël soupira et jeta un coup d'œil vers l'intérieur «Je l'aime beaucoup mais ca irait mieux chez nous si mon père acceptait le fait que Sirius soit d'une nature maladive et ne puisse pas être chevalier, mais il n'a jamais accepter son échec. J'ai presque l'impression qu'il attend avec impatience son mariage pour se débarrasser de lui et mon entrée chez les Faucons d'Argent pour faire de moi le principal héritier de la famille. Au moins il a bien choisie sa fiancée, lui et Elenna s'entendent bien! » Il aurait aimé parfois être suffisamment rebelle pour pouvoir défendre son aîné.
L'autre eut l'air surprise et posa une main sur l'épaule du blond, ne sachant quoi dire pour le réconforter. «Désolée de t'avoir demandée ça!»
Nathanaël sourit doucement et secoua la tête pour montrer que ça n'avait aucune importance. «Tu veux que je te présente Sirius?»

A suivre

Et oui...Cyrielle, il s'agit bien sûr de .....vous l'avez tous deviné ^^

Prochain Chapitre: Adieu Sirius


Dernière édition par Dragonna le Ven 7 Mai - 18:40, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Lun 5 Avr - 17:22

Chapitre 6: Adieu Sirius

Était-ce vraiment l'unique solution? Hein? Fuir lâchement sans un regard en arrière?!
Sérieusement ce n'était peut-être pas meilleure idée qui soit. Il y avait tellement de risques à partir ainsi, à l'aveuglette. Sans savoir vraiment où se rendre, sans savoir si ses projets maigres seraient possibles. Il lui arrivait encore d'hésiter...même quelque jour avant son départ.
Non...s'il ne partait pas, quel serait son avenir?
Marié, père d'enfants (qui ne vaudraient sans doute pas leurs cousins ou cousines aux yeux de son père) et guérisseur de profession. Sans oublier qu'il y avait 8 malchances sur 10 d'être déshérite avant son mariage au profit de son cadet. Et que personne ne nie ce point, il avait entendu ses parents en parler un soir! Le sujet était débattu entre eux, ce qui signifiait qu'ils allaient le faire...sans aucun doute! Alors quel avenir avait-il encore ici? Aucun, autant aller forger le sien ailleurs pour réussir correctement sa vie d'adulte! Choisie son propre destin et pas un qui a été tracé pour lui par quelqu'un d'autre!
Oui..franchement, pourquoi rester? Y avait-il une personne pour qui il pourrait rester? Une raison qui le ferait rester? Sa mère ne se préoccupait plus que de son petit Nathanaël chéri!! Et il pensait ça sans une once de jalousie, c'était un fait, une constatation et pas une pensée amère.
Son petit frère serait sans doute celui qui souffrirait le plus de son départ mais....Nathanaël avancerait mieux s'en faire sans cesse pour le boulet faible qu'il était! Il s'en remettrait
Il abandonnait aussi un ami, un presque frère derrière lui, quelqu'un qu'il connaissait depuis la plus tendre enfance, son plus grand confident, ami, la personne en qui il avait le plus confiance mais...Cygnus pourrait trouver un ami qui serait vraiment son égal, pas quelqu'un qu'il devrait défendre contre les railleries (même maintenant), qui serait con compagnon d'armes. Bref un type bien, un chevalier, un véritable ami. Pas un boulet comme lui incapable de se défendre.
Restait sa fiancée, une personne douce et sensible qui semblait l'apprécier pour ce qu'il était mais...Elenna méritait mieux qu'un type inutile et maladif comme lui!
Décidément son père l'avait vraiment conditionné à avoir une bien basse opinion de lui. Il ne parvenait pas...plus à penser autrement.

Il ouvrit une besace et y fourra de nombreux vêtements, deux ou trois livres importants (un sur les herbes médicinales, un sur la magie et un autre) une carte d'Alysia. Il ajouta également une bourse contenant des pièces économisées depuis un longs moment. Refermant son maigre bagage, il regarda par la fenêtre la lune qui brillait dans le ciel nocturne. Un trouble le prit soudain, une ultime hésitation à quitter son doux foyer sans un regret ou un retour en arrière.
Suis-je bien certain? Dois- je faire ça? Ou devrais-je rester et laisser mon père régir ma vie ainsi? Sous le simple prétexte que je ne suis pas son digne fils?
Il enfila une tunique assez chaude et simple, ne montrant pas qu'il était le fils d'un chevalier de renommé, qui commandait toute une armée de dit-chevaliers. Porter des habits trop riches serait significatif et ce n'était pas sûr alors que son plan marcherait.
Manquerait plus qu'on le ramène chez lui à l'aube...
Il enfila un manteau de couleur sombre par dessus ses vêtements avant de ceindre un fourreau contenant une épée qu'il avait discrètement amenée dans sa chambre le jour même pour préparer son départ (une condition physique limité ne voulait pas dire qu'il ne savait pas de battre). Enfin il posa une enveloppe sur son lit non défait, certain qu'ainsi on la trouverait rapidement. Le reste était entre les mains de Cygnus et il lui faisait confiance. Il passa la lanière de son bagage sur son épaule et sortit lentement. Respirant calmement il descendit le grand escalier et se dirigea vers la porte, sortant à l'extérieur.
Il était dehors. Une boule se forma dans sa gorge et il ne put s'empêcher de regarder en arrière. Était-il véritablement certain? Allait-il tout envoyer balader comme ça? Juste pour vivre comme il voulait? Était-ce vraiment la meilleure des solutions? Son habitude à l'obéissance, depuis son plus jeune âge, le freina un peu. Pouvait-il abandonner ainsi les rares personnes qui l'aimait? Avait-il le droit de les laisser tomber comme ça? Secouant la tête, il se retourna, marchant vers la ville, prêt à partir sans hésitation.

- «Ou est-ce que tu vas Sirius?»
Il tressaillit en reconnaissant la voix enfantine qui résonnait derrière lui, basse mais un peu angoissée. «Ca ne te regarde pas Nat!»
L'enfant le rattrapa et se mit devant lui, ses petits sourcils froncés, essayant d'avoir l'air impressionnant du haut de ses 12 ans sans que ça n'est beaucoup d'effet sur l'ainé de 18 ans. «Si...ca me regardes! Tu as un bagage, tu pars de nuit sans rien dire à personne! tu...tu t'enfuis!» Accusa Nathanaël en pointant du doigt son aîné avec indignation.
- «Quelle perspicacité, on te l'a soufflé ou quoi?» Ironisa son frère en levant les yeux au ciel, ignorant l'air interloqué qu'eut le blond à cette réplique presque cinglante. «Oui je m'en vais! J'en ai plus qu'assez d'être la honte de la famille, le canard boiteux, l'incompétent et toutes les choses charmantes que notre père dit sur moi! J'en ai assez de ne pas être moi, de tenter d'être ce que notre père veut que je sois! Je veux vivre sans avoir sur les épaules une pression continuelle!» Il reprit son souffle, bien qu'il n'ait pas crié pour autant, ayant plus siffler ces mots qu'autres choses. Il eut quelques remords en voyant les larmes dans les yeux bleutés de son petit frère. «Excuses moi Nat mais il faut que je m'en aille, je ne supporte plus de vivre comme ça!
- Mais...Sirius, tu ne peux pas partir comme ça!» gémit le blond tandis que le brun s'éloignait à nouveau après l'avoir contourné. Il ne pouvait pas le laisser partir, l'autre n'avait pas le droit de l'abandonner comme ça.
L'ex futur guérisseur se retourna, regardant son cadet en larmes, le cœur un peu serré et répondit, secouant la tête. «Qu'est que ça changerait que je partes ou pas? Je serais de toute façon un boulet, pour ma famille et mes amis autant que pour le reste!
- Ce n'est pas vrai! Tu n'es pas faible!» Riposta le plus jeune avec indignation sans cesser de pleurer. Il en avait assez d'entendre son aîné se rabaisser ainsi sans cesse, répétant ce que leur père lui criait depuis des années. Pourquoi ne voulait-il pas voir son propre point de vue? Pourquoi avait-il une opinion si basse de lui-même? Parce que trop peu de personne avait cru en lui? Parce que dans sa famille, seul lui l'encourageait vraiment? Quoiqu'il en soit, Nat chuchota à nouveau «Tu n'es pas faible Siry...»d'une façon presque pathétique.
- «Ha bon! Qui a attrapé sept pneumonie en dix-huit ans hein?» ironisa, encore, Sirius en levant à nouveau les yeux au ciel devant ce déni de la réalité. Combien de fois avait-il failli mourir de maladie? Combien de fois avait-il été cloué au lit par la fièvre alors qu'il ne faisait pas si froid que ça? Même si ça s'était améliorer avec les années...il continuait à être fragile au niveau de la santé.
- «Justement c'est rare de survivre à autant comme ça!» attaque le blond, bien décidé à ne pas lâcher prise cette fois, terrifié par l'idée du départ de Sirius. Ce n'était pas faux mais bon...
- «A force j'ai du devenir résistant c'est tout! Je tombe sans cesse malade, je suis faible, je me fatigue a une vitesse incroyable! Je suis un incapable au combat! Quand va tu ouvrir les yeux bougre de Girawa!? Je suis faible! Rentres toi ça dans le crâne! Arrêtes de fuir la réalité, la vérité!» S'énerva Sirius sans élever la voix, avec beaucoup d'agacement cependant. Il reprit son calme en entendant les sanglots du plus jeune, et murmura la gorge serrée, d'une voix cependant plus douce que précédemment: «Au revoir petit frère! Portes toi bien et fais attention à toi!» Il fit demi-tour et continua à marcher, espérant que Nat lâche prise, avant que lui-même ne craque.

Mais l'enfant ne semblait pas décidé à le laisser partir il agrippa la manche du manteau de son frère et chuchota avec désespoir, sentant qu'il ne pourrait rien faire de plus pour le retenir «Pars pas Sirius, s'il te plaît!» Il eut un sanglot qui fit stopper, une nouvelle fois, son aîné.
Sans se dégager, il se retourna et posa les mains sur les frêles épaules du petit blond, avant de demander, d'une voix aussi douce que possible: «Quel est mon avenir ici Nathanaël?»
- «Mais...Tu» Tenta le plus jeune, avant de se rendre compte qu'il ne trouvait pas de réponse adéquate. Il ne savait pas...
- «Mais rien, je n'ai pas vraiment d'autre avenir ici à part celui projeté par notre père. Guérisseur oui mais était-ce vraiment que je voulais? Il ne m'a jamais demandé! Me marier et avoir des enfants? Donc je ne sers qu'à avoir des héritiers en fait...» Le ton désabusé de Sirius fit avoir un nouveau sanglot à Nathanaël qui s'agrippa presque instinctivement à lui. Vaguement le plus vieux le serra dans ses bras. «Nat! Laisses moi partir maintenant! Ne rends pas les choses inévitables plus dures qu'elle ne le sont!» Chuchota t'il doucement, exerçant ensuite une légère pression sur les épaules de l'autre pour l'enjoindre à reculer. L'enfant renifla et le lâcha, fixant sur lui deux yeux azur gonflés de larmes. Sirius prit une grande inspiration, chassant la culpabilité qui le prit à la gorge: «Je suis désolé Nat! Il n'y a pas d'autre solution! C'est la meilleure pour moi, pour que je puisse vivre comme je le veux moi!»
Nathanaël hocha la tête se frotta les yeux de sa manche et le regarda avec une telle tristesse que le plus vieux soupira une nouvelle fois. Il n'avait pas prévu que son frère l'intercepte ainsi. Non il ne l'avait pas prévu sinon il aurait préparé ses paroles en conséquences. Il posa à nouveau ses mains sur les épaules du blond et dit, avec douceur. «Promets moi une chose Nat!»
Deux yeux tristes mais curieux se posèrent sur lui. «Quoi grand frère?
- Si tu as des enfants un jour. Promets moi de les traiter de la même façon, qu'il y en ait un de fragile ou pas, de faible ou pas. Traites les de façon égale les uns des autres. Pas de favoritisme cruel comme a fait notre père! D'accord?»
Le blond marmonna quelque chose ressemblant de près ou de loin à «J'aurais pas d'enfants vu que je me marierais jamais!»
Décidement c'était une idée fixe chez lui!
Le brun rit doucement devant cette attitude enfantine puis secoua la tête «Nathanaël, sérieusement....
- Tu crois vraiment que j'aurais envie que mon fils aîné, si j'ai un fils, soit traité comme toi? Crois tu vraiment que je maltraiterais mes enfants comme l'a fait père avec toi? Jamais! Et père n'aura pas à se mêler de leur éducation s'il est encore vivant quand j'en aurais!»
Sirius sourit, jamais Nat n'avait été aussi mature que ce soir. C'était juste les mots qu'il avait besoin d'entendre! Une promesse de Nat qu'il ne laisserait pas leur père réagir aussi sa vie ou celle de sa future famille! Brave petit!
Il serra une dernière fois son cadet contre lui, passant sa main dans les boucles couleurs des blés, et fit ensuite un pas en arrière. «Je dois partir Nat! Prends soin de toi petit frère et sois heureux! A un de ces jours...peut-être!»

Il tourna les talons et partit en courant, sans attendre la réponse. Sans se retourner, la peur de faiblir dans sa décision serrant son cœur et l'empêchant de cesser sa course le poussait en avant. Il sortit rapidement de la ville et s'immobilisa, reprenant son souffle.
- «Sirius!»
Il se retourna vers son meilleur ami qui se tenait à quelques pas de lui, tenant un Girawa par la bride. «Tu es vraiment certain?
- Oui! Ne me demandes pas ça toi aussi! Je viens de convaincre Nat de me laisser partir, j'ai failli céder à ses suppliques alors ne t'y met pas non plus!» Souffla Sirius, semblant à deux doigts de craquer, effectivement. Cygnus secoua la tête, comprenant bien ce que ressentais son ami, prêt à exploser après tant de pression exercée par son père. Le brun lança un coup d'œil vers lui: «Tu donnera les lettres à Nat et Elenna hein?» Le faucon hocha la tête, un peu mal à l'aise d'avoir su si tôt les projets de son meilleur ami sans avoir tenté ne serait-ce qu'une seule fois de le dissuader. Mais justement par amitié il ne dirait rien. Il respecterait les choix de son amis, les premiers que ce dernier faisait dans sa vie, se libérant enfin des décisions prises par son père.
Sirius se hissa sur la monture et la tourna dans a direction de Rymar. «Je vais à Masata, j'arriverais sans doute à trouver un navire là-bas pour ce que je veux faire!» Il soupira et regarda son meilleur ami pour dire, d'une voix émue: «Merci Cygnus...sans toi, je n'aurais pas pu...y arriver.
- De rien...tu as été comme un frère pour moi durant toutes ces années. Ce n'est qu'un juste retour des choses que je t'apporte mon soutien dans la décision la plus importante de ta vie!
- Tu..
- Je prendrais soin de Nathanaël quand il sera dans le groupe, ne t'inquiètes pas! Je te promets de veiller sur lui! Et je lui donnerais ta lettre..ne t'en fais pas!»
Sirius sourit vraiment pour la seconde fois de la soirée, il n'avait même pas besoin de parler que son ami savait déjà ce qu'il allait lui dire. Cette confiance le touchait vraiment: «Je..t'enverrais de mes nouvelles si je peux! Adieu mon ami!» Il talonna sa monture qui partit sur la route, et il ne jeta pas un regard en arrière.
Une page de sa vie venait de se tourner, définitivement.
Bien qu'il pourrait les revoir un jour s'il le voulait, pour le moment il n'en avait pas l'intention, voulant disparaître jusqu'à trouver enfin sa voie! Ce ne fut que une fois que sa ville natale fut hors de vue qu'il put enfin laisser couler ses larmes, sans pour autant ralentir l'allure. Il tenta de ne pas penser à la réaction de sa famille, de ses parents, le lendemain, la devinant pourtant sans peine.
Pardon Nathanaël, mais je n'avais vraiment pas le choix!

A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Sam 17 Avr - 21:18

Rappel ou Présentation des personnages. (Je dois en inventer beaucoup puisque la majorité des personnages des «Légendaires» ne sont pas encore nés)
Sirius: 18 ans. Frère ainé de Nathanaël. Premier fils d'Anthor, l'actuel commandant des faucons d'Argent. Actuellement déshérité et en fuite. Objectif inconnus mais (quelque peu) dangereux.
Gauvain: 19 ans. Meilleur ami de Cygnus (après Sirius) et Frère aîné de Gareth, Agravain et Gaheris. Actuellement Faucon d'Argent (et héritier de sa famille).
Cygnus: 18 ans. Fils unique de sa famille. Meilleur ami de Sirius et Gauvain, et sans doute bon ami de Nathanaël dans l'avenir. Actuellement Faucon d'Argent
Agravain et Gaheris: 14 ans. Jumeaux et Cadets de la famille de Gauvain. Rêve d'Avenir inconnu. Sans doutes des futurs chevaliers (tradition familiale?)
Nathanaël : 12 ans. Second fils d'Anthor. Héritier de la famille. Futur Chevalier.
Gareth: 12 ans. Meilleur ami de Nathanaël. Benjamin de la famille de Gauvain. Rêve de devenir comme Gauvain (on vous dit que c'est un truc de famille!)
Arthur, Tristan, Galaad et Yvain: Entre 12 et 13 ans: Amis de Gareth et de Nathanaël. Chevaliers en devenir à priori. (NON! Arthur n'a pas de super épée magique ici! On est à Oroban, pas à Camelot!)

Ouais y a beaucoup de chevaliers en devenir (sans compter ceux qui le sont déjà), mais que voulez-vous, on est parmi les futurs FA non?
Faut bien imaginer des (futurs) compagnons d'armes pour Nathanael!
Quoi? Heu oui j'aime les Légendes de la Table Ronde...comment vous avez deviné? ^^"

Chapitre 8: Chagrin (Nathanaël)

Même le Héros Day ne pouvait pas le dérider....pourtant il aimait beaucoup cette journée. Rien ne le faisait sourire, ni ses amis surexcités, ni les défilés des groupes de héros (dont celui de son père), ni la musiques, le tourbillons de couleurs, de sons et d'odeurs. Un jour que tout le monde appréciait (sauf les criminels bien sûr), la fête la plus importante d'Oroban, la plus aimée du peuple, un jour de fête et de réjouissances. Cette année, de plus, le fils du roi des elfes était présent et c'était une chose assez rare, bien que le jeune garçon soit amis avec le fils du roi de Larbos.
Mais tout cela lui importait peu, vraiment rien ne l'intéressait ces temps-ci.
Rien...
Ca faisait un mois...
Un mois que Sirius était parti il ne savait où pour faire ou devenir il ne savait quoi.
Un mois que son nom était proscrit chez eux...que son père jurait qu'il n'avait qu'un fils, qu'un enfant et que sa mère ne le niait pas.
Un mois qu'il n'avait plus de frère...que celui-ci avait été renié, déshérité. Ca ne l'aurait même pas étonné si son père ne l'avait pas déjà effacé son nom des papiers officiels de la famille.
Un mois que c'était lui l'héritier de la famille. Lui qui était, selon ses parents, déjà promis à un grand avenir qui semblait déjà tout tracé.
Qu'est qu'il s'en fichait de l'héritage...puisqu'il n'avait plus Sirius.

Un nouveau soupir le secoua tandis qu'il s'installait un peu mieux sur la barrière où ses amis et lui s'étaient installés pour regarder le défilé. Il aurait sincèrement préféré resté chez lui mais sa mère l'avait mis dehors pour qu'il se change les idées selon elle.
Comment pouvait-elle être aussi indifférente hein?
Il ne voulait pas repenser au jour qui avait suivi la fuite de son frère, aux hurlements de rage de son père. Il aurait voulu oublier tout ce qui avait été dit sur son aîné. Et quand, une fois son père parti, il avait fixé sa mère, dans l'attente de quelque chose, espérant qu'elle au moins ne rejetterait pas son fils, assumerait quelque peu sa responsabilité dans la fuie de Sirius.
Rien...elle ne lui avait rien dit d'autre que de lui ordonner d'aller rejoindre son maître d'arme.
Comment était-ce possible? Comment pouvait-on se soucier si peu de son frère? C'était la question qu'il se posait si souvent depuis quatre semaines. Il ne savait pas pour quelles raisons Sirius avait toujours été traité ainsi, avec une telle indifférence. Il n'avait rien fait pour mériter ça pourtant! Il était si studieux, si sérieux, si obéissant...alors quoi? C'était juste parce qu'il était souvent malade?
Il se frotta vigoureusement les yeux, refusant de pleurer.
Il avait 12 ans, il n'était plus censé...pleurer comme un bébé..
On lui avait interdit de pleurer...
Et il n'était pas seul...


- «Nathanaël!» s'exclama son meilleur ami, un petit roux aux yeux verts, en le secouant, le faisant revenir à la réalité. «Regarde! C'est le prince des elfes!»
Le petit blond regarda d'un œil assez désintéressé les deux jeunes hommes présents sur des montures magnifiquement harnachés. Tout deux au environ de la vingtaine, ils riaient et saluaient le peuple, se laissant aller comme leur jeune âge le leur permettait encore. Le jeune Larbosa était un peu plus en avant, ses cheveux auburn tombant en cascade bouclée sur ses épaules et ses yeux noirs fixait la foule avec autant d'amusement que d'indulgence, un sourire de même nature aux lèvres. Il semblait pourtant un peu plus ''coincé'' que son ami. Celui-ci riait franchement, faisant de grands gestes pour saluer les habitants présents. Il avait la peau mate et des cheveux d'une couleur châtain-miel, assortis d'yeux bleus. Nul doute qu'il devait avoir beaucoup de succès.
- «Mais regardes! C'est notre futur roi quand même! Et son ami, c'est le prince des elfes!
- Tu l'as dit, prince des elfes! Kash-Kash ne sera roi que si son peuple l'élit, c'est mon père qui me l'a dit!» La voix détachée et désintéressée du blond fit fondre l'air joyeux de Gareth. Il souffla, l'air profondément vexé de voir son ami si malheureux un jour censé être au contraire heureux. Il était pas drôle!
- «Ben va-y boudes! Je m'en fiche! Je vais voir Arthur, Galaad, Tristan et Yvain!» Il fit une petite pause, l'air pensif et ajouta «Si tu vois mes frères! Ben...tu ne m'as pas vu d'accord?» Et le jeune garçon de 12 ans s'éclipsa en vitesse, sans doute pressé de retrouver des personnes qui, elles, avaient envie de se réjouir en ce jour de fête. Il reviendrait sans doute d'ici peu pour voir comment il allait mais, pour le moment, il avait envie de s'amuser. Normal pour un adolescent de son âge!
Nathanaël soupira, détachant son regards des deux princes pour se réinteresser au sol. Rien ne semblait pouvoir le dérider pour le moment. Vraiment rien du tout! Il enviait Gareth qui lui avait encore ses trois grands frères, et qui osait s'en plaindre comme si c'était une plaie! Lui aurait vraiment aimé que Sirius soit encore là.

Une main ébouriffa brusquement ses cheveux, manquant de le faire tomber de la barrière où il était installé. Il se retourna alors pour se retrouver nez-à-nez avec Cygnus qui le fixait, un sourire légèrement moqueur aux lèvres. Le jeune homme était accompagné d'un de ses compagnons, le grand frère de Gareth, pour être précis. Il se nommait Gauvain et avait 19 ans. Il avait de longs cheveux auburn et des yeux verts. C'était un garçon honnête et juste, doté d'un grand sens de la famille et de la loyauté. Derrière les deux faucons se trouvaient deux autres garçons plus jeunes de 14 ans, Agravain et Gaheris, jumeaux et tout deux châtains aux yeux ambrés il ressemblaient davantage à leur mère qu'à leur père, contrairement au deux autres fils de la famille. Ils semblaient plus avoir été ''ramassés'' au passage qu'autre chose vu l'air ennuyé qu'ils affichaient à devoir rester avec Gauvain pour le moment.
- «Nat! Qu'est que tu fais là tout seul? Tu n'étais pas avec tes amis?
- Gareth et les autres se sont rapprochés pour mieux voir quand vous passerez! Moi...je m'en fiche! Je suis pas d'humeur!» Il avisa les jumeaux qui s'éclipsaient, profitant que les deux 'héros' avaient l'attention ailleurs. Il ne dit pourtant rien, indifférent à tout ce qui l'entourait comme depuis un mois.
Cygnus soupira, l'air soudain attristé. «Nat! Ne te rends pas malade quand même!
- Je ne me rends pas malade! Laisses-moi tranquille! Tu vas bientôt devoir défiler non? Tu devrais aller te préparer!» Répliqua agressivement le blond en lui lançant un regard agacé. Comment Cygnus pouvait-il faire comme si ne rien n'était hein? C'était pourtant le meilleur ami de son frère!
- «Hoo mais le petit devient légèrement insolant!» Ricana le soldat, s'attirant un regard noir sans que cela l'inquiètes pour autant. «Nat! Écoutes, je ne devrais vraiment pas te la donner maintenant mais...j'ai quelques chose pour toi!» Il lui tendit une lettre cachetées. «C'est de la part de Sirius, il m'avait demandé d'attendre que tu sois assez grand pour comprendre avant de te la donner mais...je pense que tu l'es!»
Nathanaël prit le rouleau soigneusement entouré d'un ruban et scellé à l'aide de cire. Une lettre de Sirius? Écrite avant son départ? Mais....pourquoi Cygnus ne lui avait pas dit avant? Relevant la tête, il s'aperçut que les deux soldats étaient partis rejoindre leur groupe, leur moment de défiler approchant à grand pas.
Lentement, la bouche presque sèche, il déplia le rouleau que formait la lettre et la déplia, les lignes écrites par son frère apparaissant devant ses yeux.

Nathanaël...
Quand tu liras ses lignes, je serais loin, et impossible à retrouver (j'espère). Je sais, ce n'est pas la meilleure façon de commencer une lettre...moi même ça me déprime un peu de l'écrire, te connaissant et sachant déjà quelle sera ta réaction à ma disparition.
Je ne sais pas vraiment comment t'expliquer ça. Parce que j'aimerais que toi tu comprennes.
Sincèrement j'aurais préféré que ça se passe autrement. J'aurais préfère avoir d'autres choix.
Notre père m'a sans doute maudit, traité de tout les noms et m'a infligé le traitement mérité pour tout fils aîné en fuite/fugue/ayant renié sa famille.
Je t'entend déjà dire que non, tu n'en veux pas de cet héritage et que tu veux que je revienne tout de suite le reprendre! Je doute que père me le rendrait d'ailleurs. Et je n'en veux pas, tu le mérites plus que moi en plus! Toi tu fais vraiment honneur à la famille!
Sérieusement petit frère, je suis parti parce que j'en avais assez! Ca ne pouvait plus durer! Je ne le supportais plus. J'étouffais totalement chez nous! Crois-moi je n'étais pas heureux!
Non! Tu n'as rien à voir avec ça! Rassures-toi tu es bien le seul avec Cygnus que j'aimais vraiment dans cette vie que je supportais plus que je ne vivais. Si tu n'avais pas été là, si j'étais enfant unique, ça ferait longtemps que j'aurais claqué la porte de la maison!
Depuis ma naissance, j'ai été bousculé, injurié, on m'a rabâché un nombre incalculable de fois la même chose. Je crois n'avoir jamais vraiment rien décidé par moi-même.
Père avait déjà tout prévu pour moi. Mes goûts importaient peu dans l'affaire. Ho je sais, tout le monde ou presque est logé à la même enseigne. Je le sais...même si ça dépassait un peu les limites dans mon cas. Et c'est aussi un peu ma faute si père était aussi exigeant envers toi.
Si je n'avais pas été faible...Si je n'étais pas de nature maladive...
J'aurais pu atteindre les objectifs que père avait fixé pour moi et toi tu aurais eu la paix!
Mais voilà, je ne suis qu'un être fragile et je ne pourrais jamais rendre fier notre père. Je ne pourrais jamais être un véritable chevalier. Alors il a tenté de régir ma vie autrement: M'enlevant encore une fois le droit de choisir ma fiancée, m'en imposant une sans même me prévenir. Il l'a fait pour toi aussi d'ailleurs. J'espère d'ailleurs que ça marchera entre Syrielle et toi (Alors j'avais raison hein? Tu préfère les filles aux cheveux rouges!).
J'ai toujours été attiré par la magie Nat! Mais tu penses bien que père n'aurait jamais admis ça!
Je ne pouvais pas être chevalier? Très bien, il m'imposerait donc une voie de guérisseur. Voie tout aussi "honorable" selon lui même si ce n'était qu'une voie "de secours" pour que je sauvegarde un minimum l'honneur de la famille!
Je suis peut-être égoïste...
Mais je veux simplement choisir quoi faire de ma vie.
J'en ai assez de recevoir des ordres pour ne gagner que des réprimandes en retour, qu'importe les efforts que je fournis pour obéir.
Est-ce trop demander un peu de reconnaissance?
Était trop dur pour père de m'encourager une fois dans ma vie? Ou même de me féliciter une fois? Rien qu'une seule fois?
Crois-moi je n'ai jamais reçu en récompense de mes efforts ! J'ai pourtant fait de mon mieux pour le satisfaire.
Mais maintenant j'en ai assez! Je veux être ce que je suis, pas ce que les autres veulent que je devienne!
Je vais quitter Larbos et aller m'installer dans un autre pays.
Ne tentes pas de me retrouver quand tu sera plus vieux Nat! Tu ne me reconnaîtra pas!
Peut-être t'enverrais-je des lettres si je le peux!
Je te demandes juste de comprendre. Tu peux m'en vouloir, me détester si tu le veux, ca serait normal.
J'espère que tu seras heureux p'tit frère! Ne pleures pas ma fugue! Je ne le mérites pas! Je suis conscient d'être un lâche! Et de t'abandonner!
Pardonnes-moi!
A un de ces jours peut-être!
Sirius.

Nathanaël releva le nez de sa lettre, s'essuyant fébrilement les yeux de sa manche. La boule dans la gorge lui faisait mal. Pourquoi n'avait-il pas vu à quel point son frères souffrait avant? Pourquoi n'avait-il pas pris sa défense plus souvent? Comment avait-il pu être aussi aveugle?
«La seule personne qui m'aime vraiment dans cette famille, c'est mon petit frère!» Ce qu'avait dit Sirius à Elenna ce jour-là prenait soudain tout son sens. Il avait été aveugle ou n'avait pas voulu voir la vérité.
D'un côté ses parents, figures de l'autorité qu'il n'avait jamais contesté, qu'il ne pourrait pas contesté même maintenant. Et de l'autre son frère, sans cesse rabaissé, calomnié. Ses maigres prises de position n'avaient rien changées à la situation.
Il rangea lentement la lettre dans une poche de la tunique, pensif. Il ne savait plus trop que penser que tout ça. Il était sans doute encore trop jeune pour véritablement comprendre.
Un jour peut-être...
Quand je serais un faucon d'argent et que je parcourais le monde..
Je le reverrais un jour?

Il releva la tête tandis que la musique baissait d'intensité. Et une voix retentit dans la grande rue: «Et maintenant le clou de ce Héros Day, de retour de leur dernière mission, victorieux comme toujours...Les Faucons d'Argent!»
Il releva la tête et regarda de défilé, les cris de la foule ne lui parvenant que par intermittence. Un bref instant, il s'imagina parmi eux, victorieux, courageux, loyal...tel que son père voulait qu'il soit, tel qu'il voulait être vraiment.
Pour la première fois en 4 longues semaines, il sourit tristement...
Le destin était quand même ironique parfois...

A Suivre

Prochain Chapitre sur Sirius: Voyage I


Dernière édition par Dragonna le Jeu 22 Avr - 22:24, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Jeu 22 Avr - 22:24

Chapitre 8: Voyage (Sirius)

L'homme se frotta la tête, regardant le jeune homme face à lui, assis à la table de la taverne du port:«Tu voudrais qu'on t'emmène là-bas?» interrogea t'il en tapotant la surface de bois des doigts.
«Oui..je n'ai pas vraiment de quoi vous payer le trajet mais je peux me rendre utile.» répondit le jeune brun en jetant des regards un peu inquiets autour de lui, comme s'il craignait quelque chose.
Le capitaine se frotta le menton, pensif: «Hum...qu'est que tu sais faire?» Demanda t'il, prenant quelque peu en pitié ce garçon qui lui semblait perdu. Il avait l'air d'avoir fait un long voyage pour venir jusqu'ici. Il ne lui demanda pas ses raisons, ça ne regardait pas.
- «J'ai des connaissances de guérisseurs et je suis très bien renseigné en ce qui concerne la géographie et l'astronomie. Je peux me battre un peu à l'épée et je suis un...bon archer je pense.» Sirius baissa les yeux vers son verre, faisant mélancoliquement tourner le liquide ambré d'un léger mouvement de poignet, songeant que si l'homme refusait, il devrait se débrouiller autrement. Faire un détour par les terres lui prendrait une éternité et il n'avait pas assez d'argent pour ça mais s'il était obligé, il devrait se résigner.
- «C'est bon gamin je te prend, tu t'occupera de nous trouver le meilleur chemin pour nous rendre là-bas et tu soignera les malades et les blessés, d'accord?» fit l'homme, prenant en pitié ce gamin qu'il pensait perdu ou en danger. S'il pouvait lui filer un coup de main en l'emmenant dans cet endroit, et qu'en échange le gamin pouvait lui être un peu utile, pourquoi pas?
Le sourire du jeune homme s'épanouit sur son visage: «Oui merci!» Il semblait si heureux que le capitaine ne regretta pas un seul instant sa généreuse acceptation.
Et n'eut pas à le regretter une seule fois depuis...


Sirius était appuyé contre le mât du navire, les yeux rivés sur le ciel empli d'étoiles, une chose magnifique qui ne changerait probablement jamais. Il reporta son attention sur la carte qu'il tenait sur ses genoux et traça un signe, à l'aide de son fusain, sur le papier.
Une petite voix le tira de ses pensées: «Tu ne dors jamais la nuit?» Il leva les yeux vers la jeune fille assise sur le rebord, dos à la mer. Elle devait avoir l'air d'avoir environ 10 ans et des cheveux couleur sable, attaché en un catogan maladroit. Un bandeau bleu entourait son front, empêchant les mèches de tomber devant ses yeux verts feuillage.
Il répondit dans un léger sourire: «Et toi Seresil, tu n'as pas sommeil?
- Je ne suis plus un bébé, je n'ai pas besoin de me coucher tôt!
- Moi non plus!» Répliqua t'il avec amusement, traçant un nouveau symbole sur la carte. «En revanche, si le capitaine t'attrape, ça sera tirage d'oreille au programme et consignation dans la chambre pour la nuit. Tu devrais faire comme Olbatar, ton jumeau est quand même plus sérieux que toi!»
La petite se mit à rire et répliqua, sautant sur le pont «Si papa a quelque chose à redire là-dessus, il a qu'à me coucher lui-même, comme ça il sera certain que je suis au lit! Et Olb n'est qu'un trop gentil garçon!» Une chose était sûr, les deux enfants étaient aussi différents que le jour et la nuit. Seresil était une gamine joyeuse et imprévisible, désobéissante, curieuse qui parlait un peu trop. Olbatar était un garçon calme et silencieux, qui observait longuement avant de faire quoique ce soit ou de parler. Même physiquement il était son total opposé avec ses mèches sombres et ses yeux bleutés.
- «Hooo et toi une petite fille gâtée!» plaisanta le jeune homme en enroulant la carte, avant d'en sortir une autre sur laquelle il dessina un long tracé en pointillé. C'était autant celle pour le capitaine que les siennes, ça lui était utile de préparer son plan à l'avance quand il en avait le temps.
- «Qu'est que tu fais?» Demanda t'elle en s'approchant de lui en sautillant, nul doute que les personnes dans la cale avaient compris qu'elle avait quitté sa chambre.
Sirius, sachant qu'il ne pourrait pas la renvoyer au lit par les mots répondit: «Mon travail Seres...je prépare les cartes en regardant les étoiles. C'est pour ça que ton père m'a engagé! Et aussi pour soigner les éventuels blessés!
- On peux se diriger sur les mers en regardant les étoiles?» S'amusa la petite, s'asseyant en tailleur face à lui, emmitouflée dans sa légère pelisse qu'elle avait emporté avec elle. Ce n'était sans doute pas la première fois qu'elle passait la nuit sur le pont. Elle ne risquait pas grand chose non plus, il y avait des hommes de garde à chaque extrémité du bateau.
Le jeune homme attrapa un livre près de lui et l'ouvrit, regardant quelque chose et répondant en même temps: «Théoriquement c'est plus fiable qu'une boussole! Mais il faut savoir les lire!»
La gamine leva les yeux vers le ciel, une moue pensive aux lèvres avant d'hausser les épaules. Elle ne savait pas se servir de la nature pour faire quoique ce soit. «Papa dit que je devrais apprendre tout ça parce que le bateau sera à moi un jour et que je devrais reprendre son...heu...ce qu'il fait!
- Il a raison!» Sirius rangea les cartes lui appartenant dans son sac et dit d'un ton léger «Tu devrais aller dormir maintenant!» il se leva et se dirigea vers la cabine du capitaine, les autres cartes sous le bras, plongé dans ses pensées.

L'homme était penché sur un livre de compte lorsqu'il entra «Salut gamin! Laisses-moi deviner, ma fille passe encore la nuit à la belle étoile?» s'amusa t'il en refermant son ouvrage dans un claquement étouffé. Il rangea les papiers éparts sur la table dans le même mouvement.
Sirius leva les yeux au ciel, l'air faussement désespéré: «Je pense que je n'ai pas besoin de répondre?!» plaisanta t'il pour ainsi lui montrer qu'il avait en effet compris.
Le capitaine rit «Effectivement, mais pas besoin d'angoisser, nous sommes en été et il n'y a pas de pirates dans les environs en ce moment. Les troupes du roi du pays voisins sillonnent cet mer donc il y a peu de risques au fond.» Il saisit les cartes que Sirius lui tendait et jeta un œil sur l'une d'elle. Un court silence passa puis il s'exclama «Bien vu gamin, cette route fait certes faire un détour mais elle est plus sûre! C'est pour ça que tu m'as emprunté ces cartes et ces livres? Pour tout prévoir?»
Sirius haussa les épaules, un sourire énigmatique sur le visage. «J'ai aussi indiqué les quatres points cardinaux actuels vu la positon du navire. D'ailleurs...là nous sommes tourné vers l'ouest, et la direction à prendre est vers le nord.
- Effectivement, nous ferons un quart de tour sous peu! J'ai légèrement dévié de ma direction, heureusement que tu l'as vu maintenant gamin!» L'homme se laissa tomber dans un fauteuil présent dans la pièce, portant sa pipe de bois à ses lèvres. «Tu te débrouilles bien Sirius, j'envisagerais presque, si tu n'étais si décidé à aller là-bas, à l'engager comme membre de mon équipage.»
Le jeune homme écarta une mèche sombre de devant son visage et répondit, baissant les yeux avec fatalisme «Votre proposition me flatte capitaine Raddock. Surtout après la générosité dont vous avez fait preuve en acceptant de me prendre à bord! Mais je ne puis accepter, ayant déjà des projets personnels me tenant à cœur!
- Manquerait plus que l'inverse petit gars, l'incertitude c'est la mort, je l'ai toujours dit! Et bien.. si tu ne désires pas la vie de marin que je te propose de mener sur mon navire, c'est ton choix. J'aime les gens déterminés! C'est tout à ton honneur d'avoir déjà tout prévu pour ton avenir!» Il attendit la réponse possible du jeune homme mais n'en eut aucune. Haussant les épaules, il abandonna son idée et revint au début de la discussion. «Nous serons au port qui t'intéresse dans deux semaines.» L'informa-t-il d'un ton calme, tandis que le jeune homme déroulait l'une des cartes et la calait sur la petite table de la cabine. «Va dormir Sirius, tu es bien pâle, faudrait pas que tu tombes malade!»

A suivre...

Le prochain chapitre sera...encore sur Sirius ^^


Dernière édition par Dragonna le Jeu 27 Mai - 8:37, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Dim 25 Avr - 12:15

Chapitre 9: Darkhell (Sirius)


Sirius se tenait derrière un rocher, reprenant son souffle. Il laissa son cœur reprendre un rythme normal. Il se récapitula les évènements de ces deux dernières semaines. Après avoir débarqué là où il désirait, il avait fait ses adieux au capitaine Raddock et à ses deux enfants avant de partir. Il avait acheté un Girawa afin de se rendre dans un village perdu à l'ouest. Là il avait fait halte pour quelques jours, afin de bien préparer la suite de son voyage.
Un homme, à l'auberge, avait dit à plusieurs de ses compagnons: «Le lac à l'ouest? Ouais c'est là que les troupes de Darkhell qui passent souvent dans le coin prennent des réserves d'eau! Ils contournent peut-être le villages mais vu ce qu'il font plus loin, on se doit d'agir!»

Ces mots l'avaient intrigué et il avait attentivement écouté, sans pourtant avoir l'air d'espionner la conversation. Ces gens, les plus importants du village, avaient décidé d'empoisonner le lac afin de décimer les troupes de Darkhell qui prenaient toujours des réserves d'eau là-bas. Le poison allait être mis cette nuit, car selon les calculs, les troupes passeraient le lendemain dans la journée.
Une de ces personnes avaient tenté de s'y opposer «Mais...et si des voyageurs innocents prennent aussi de l'eau?» Sa question avait été accueillis par des rires, comme s'il avait dit une bêtise.
«Quel importance? Le roi nous pardonnera bien quelques sacrifices si on ampute sérieusement Darkhell d'une partie de ses troupes non?» Cela avait été approuvé par tout les autres, celui qui s'y était opposé ne rajouta rien, le visage sombre, la perspective de tuer des innocents ne le réjouissant pas du tout.

Sirius lui avait été plus qu'indigné. Non seulement ces personnes étaient des lâches, mais en plus si cela ratait, le village était condamné (Darkhell comprendrait vite qui étaient les recomposables). Et en plus, l'un d'eux mis à part, tous plaisantaient presque sur le fait de sacrifier des innocents? Mais c'était lamentable! Il avait donc décidé d'agir.
Se faufilant à la suite des empoisonneurs, il s'était rendus sur les berges du lac, les regardant verser les tonneaux de poison dans l'entendue d'eau. Un court moment, il se demanda comment ils feraient après pour éliminer le poison, s'ils avaient l'intention de le faire, bien sûr. En plus ils n'avaient aucun respect pour la nature!
Il était resté suite au départ des individus, et avait attendu. Les troupes de Darkhell n'avaient pas tardé à venir. Il avait attendu le dernier moment puis était sorti à la vue des monstres en disant «Je ne boirais pas cette eau à votre place, Elle a été empoisonnée par certaines personnes!»
Étrangement, après quelques paroles échangés, ils l'avaient cru...et l'un des dragonites avait prit un peu de cette eau dans une genre d'outre. Puis les troupes étaient parties, sauf celui qui avait pris de l'eau dans cette sorte de gourde. Il était grimpé sur le dos d'un darkhellion et avait sans doute mis le cape sur Casthell.
Pendant un instant, un bref instant, Sirius se demanda s'il avait bien fait...Darkhell n'allait sans doute pas apprécier cette tentative contre lui. D'un autre côté, il faut assumer ses actions, les villageois auraient du savoir et prévoir les risques qu'ils prenaient en empoisonnant ce lac. Sans compter que la phrase où ces gens ne se souciaient pas de sacrifier des innocents revenait en boucle dans son esprit. Et puis zut, qu'ils se débrouillent!

******

Darkhell regardait à l'extérieur de son château, ses yeux contemplant le territoire désolé, les rivières de lave, ses darkhellions qui volaient dans le ciel en poussant des cris aigus. Il était pensif, ses doigts tapotaient le rebord de la fenêtre. Ce qu'il avait appris l'intriguait beaucoup. Un homme avait empêché ses troupes de prendre de l'eau empoisonnée dans un lac à l'ouest, à plusieurs lieux d'ici. D'ailleurs il faudrait qu'il pense à massacrer les villageois pour cette technique pitoyable! Parce que cette personne n'avait pas menti, un des dragonite avait ramené un peau de cette eau, elle était bel et bien empoisonnée! Ces villageois auraient bien réussis à éliminer cette troupe-là! Et ça le mettait vraiment en rage!
Même si ça avait raté par l'intervention de ce gamin, il allait les trucider quand même!
Puisque ça avait raté ça serait juste rapide pour eux, voilà tout!

Et, au passage, il allait récupérer cette personne qui l'avait aidé, il se demandait bien pourquoi ce garçon était ainsi intervenu..Fort de cette décision, il convoqua ses dragonites.

******

Sirius ouvrit les yeux en voyant qu'il était entouré par les monstres de Darkhell. Cependant aucun d'eux n'avait une attitude menaçante, se contentant de le regarder. Pourtant le jeune homme savait qu'au moindre geste suspect, il se ferait immobilisé, capturé, voire tué. Ce qui n'avait rien de plaisant à imaginer ou à vivre.
Tandis qu'il se relevait, un de ces Dragonites s'approche et déclara d'une voix claire: «Notre maître, Darkhell, désire s'entretenir avec vous!» Il avait employé le mot «désire» mais tout dans le ton du monstre signifiait qu'il s'agissait bel et bien d'un ordre. Et que s'il refusait de les suivre, il serait emmené de force. Il n'avait pas beaucoup de solutions, de fait il n'y en avait que deux. Obéir ou résister inutilement. Le résultat serait de toute façon le même au final: il rencontrerait Darkhell aujourd'hui. Que ce soit de gré ou de force dépendrait donc de lui.
Il décida donc d'obtempérer, vu qu'en plus cela allait peut-être le conduire à obtenir ce dont il rêvait depuis si longtemps «Dans ce cas, il ne me reste qu'à vous suivre!» En plus il n'avait aucun envie de se battre, ou de se blesser, ou même de faire quoique ce soit de suicidaire pour le moment.
C'était pas comme s'il avait le choix de toute façon.
C'était inutile de résister inutilement...totalement inutile.

En partant, il avait vu le nuage de fumée en direction du village. Il aurait du se sentir coupable, ne serait-ce qu'un peu. Et même si ce fut le cas, il ne le montra pas.
Quand on fait quelque chose, on assume...
Ca valait autant pour eux que pour lui..


******

Il fut donc emmené à Casthell, il ne frémit pas en voyant le décor, car cela collait avec ce qu'il savait du sorcier. Bien sûr il avait peur mais qu'est que ça aurait changé? Rien, donc il garda une expression indéchiffrable et inexpressive sur le visage. Les Dragonites le firent entrer dans le château et deux d'entre deux le conduisirent dans des couloirs jusqu'à devant une porte.
«Notre maître est à l'intérieur, il t'attends....entre!» ordonna l'un d'eux, tandis que l'autre lui confisquait son épée. Inutile, il n'avait pas l'intention de s'en servir de toute façon.
C'était une pièce sombre, dont les seules lueurs provenaient de chandelles placées ici et là et qui n'apportaient qu'une atmosphère de clair-obscur peu rassurante. Un de ces chandelier était d'ailleurs posé sur la table, qui était elle couvertes de livres, de feuilles recouvertes qu'une fine écriture et de fioles emplis de liquides divers et colorés. A côté de cette table...se trouvait Darkhell.
Sirius frémit, sachant qu'il se retrouvait devant l'homme le plus puissant d'Alysia, un sorcier puissant, maléfique, qui devenait chaque année encore plus menaçant mais qu'aucune armée n'avait jamais pu approcher. Il ne devait pas perdre de vue qu'il s'agissait de Darkhell, connût pour être un être cruel qui avait tué tout ses rivaux en magie. Face à lui il ne voyait qu'une silhouette vêtue d'une large cape violette aux ornements rouge et argent, ces deux couleurs étant également celle du masque qui lui couvrait le visage sans permettre de voir ne serait-ce qu'une parcelle de peau, même au niveau des yeux, un morceau de verre pour chacun des deux empêchait d'en voir la couleur ou les sentiments qui les traversaient.
Sirius réprima à temps le frisson de peur qui le traversa et ferma un court instant les yeux pour reprendre son courage à deux mains. «Honoré de faire votre connaissance Darkhell!»
L'autre resta immobile durant quelques secondes avant de répondre, d'une voix dénuée de tout sentiments, qu'ils soient menaçant ou au contraire dépourvus de menace «Ainsi voici le jeune homme qui a eu...la...générosité de sauver mes troupes!» Le ton s'était peu à peu teinté d'amusement, mais restait paradoxalement très sombre. Sirius en déduisit que l'homme était intrigué plus qu'autre chose. Le sorcier reprit, posant le livre, qu'il lisait jusqu'à l'arrivé de son invité, sur la table prêt de laquelle il se trouvait. «Je me demande la raison pour laquelle tu as sacrifié ainsi tout les efforts des villageois à détruire cette armée que tu as sauvé? Bien que j'aurais parfaitement pu la renouveler, je te suis cependant reconnaissant de m'épargner un tel labeur!
- Pourquoi ai-je fais ça? La raison est simple Darkhell, je suis une personne loyale et non un lâche. Je déteste les coups en traitre comme empoisonner un point d'eau ainsi. Sans compter que cette petite technique sans honneur aurait pu faire d'autres victimes que votre armée. Un voyageur passant dans le coin et ignorant tout de l'empoisonnement de la source par exemple...
- Qui te dis que je ne fais pas de même?» Questionna Darkhell avec un amusement non feint cette fois. Pour une fois que quelqu'un jouait franc-jeu avec lui.
- «Pour autant que j'ai pu en entendre sur vous, vous envoyez vos...hum...vos monstres, je n'ai pas le souvenir d'avoir entendu que vous ayez utilisé des moyens aussi bas que le poison (ou les maladies) pour éliminer vos adversaires ou les populations que vous attaquez.» Il reprit son souffle, conscient de l'avoir presque retenu, sentant comme une atmosphère tendue dans la pièce pendant qu'il parlait.
Darkhell se mit alors à rire réellement, ce qui était plutôt bon signe si on connaissait le personnage. Franchement ce gamin l'amusait vraiment, il n'avait pas peur de lui dire les chose de front. Était-il suicidaire? Masochiste ou vraiment sérieux? Il reprit cependant: «Allez! Je suis certain que si tu m'as...''aidé'', c'est que tu as quelque chose à me demander....Donc que veux tu? Selon ta demande j'aviserais si je te l'accorde et te laisse partir en vie, ou si je te tue...» Au moins c'était clair et net.
Sirius regarda le sorcier dans les yeux (du masque), hésita un court instant, puis décida d'y aller au culot, prononçant quelques mots qui montrait sa détermination à prendre le risque de tout perdre (donc la vie) ou de tout gagner (pour devenir ce qu'il voulait être) «J'aimerais vous demander une faveur Darkhell....Prenez moi comme apprenti, je désirerais apprendre la magie!»

Le visage de Darkhell était bien entendu indéchiffrable à cause du masque, et de ce fait, c'était difficile de savoir ce qu'il pensait. Il finit pourtant par dire, d'une voix égale: «Tu n'as pas froid aux yeux toi pour me demander ça sans frémir!
- Je suis honnête! C'est la raison pour laquelle j'ai aidé vos troupes hier, pas seulement parce que j'ai un côté chevaleresque qui m'empêchait de cautionner cet acte lâche que les villageois allaient faire contre vous.»
Le sorcier eut un petit rire «En effet...Honnête, droit et juste....je me demande ce que tu fais là? Deviens chevalier gamin! Ca correspondrait mieux à ta personnalité!
- Je n'ai rien à perdre, j'ai déjà tout perdu! C'est pour cela que j'ose vous demander un tel service!» Répondit Sirius, ignorant le ''conseil'' de son interlocuteur.
Darkhell se frotta le menton, s'approchant du jeune homme, sans le quitter les yeux «Mais tu sais mon garçon, la magie est un talent qui requiert des facultés parfois innées? Penses tu les avoir?
- Je ne sais pas...» admit Sirius, sentant qu'être honnête envers lui serait plus sûre pour sa vie.
Le sorcier s'approcha un peu plus, examinant le jeune garçon avec un regain d'attention: «Tu as grandis dans une famille de chevalier si j'en crois le peu que j'ai vu de ton caractère! Mais tu sais...la magie n'est pas quelque chose qui s'apprend aussi facilement qu'une autre chose. C'est une arme bien plus fidèle qu'une épée, une lance ou un arc: tu ne peux pas la perdre, tu ne peux pas la briser, tu ne peux pas casser le bras qui l'utilise. Mais tu t'épuises tout aussi facilement que quelqu'un maniant les lames. Cependant, en contre-partie, la magie ne requiert pas non plus d'être une montagne de muscles!»
Sirius se retint de rire à cette dernière phrase et répondit «J'en suis conscient, je suis déterminé à passer par tout pour l'apprendre! Rien ne s'obtient facilement...»
Le sorcier plongea son regard masqué dans celui, bleuté, du jeune homme: «Je pourrais en effet t'apprendre la magie, tout sortes de magies, et pas seulement celle des arts obscurs que j'utilise tout le temps mais..qu'y gagnerais-je en échange si ce n'est le risque d'avoir un rival? Qui me dis que tu n'essaiera pas de me tuer un jour?»
Sirius eut un sourire sûr: «Ce n'est pas mon genre de poignarder les gens dans le dos, je ne serais jamais un traître! Je vous serais éternellement reconnaissant de l'aide que vous m'apporterez et je vous aiderais chaque fois que vous le désirerez! Vous n'aurez pas un rival mais le plus loyal des alliés.
- Hum..» Darkhell le fixa pendant de longue minutes de silence, sans que l'ex-futur chevalier ne sache ce qu'il pensait. «Tu m'intrigue gamin, tu sauves mes troupes et tu me demande un tel service, jurant ta fidélité éternelle en contre-partie? Étonnant, je me demande par quoi tu es passé pour si peu te soucier de ta vie, parce que je pourrais te tuer si je voulais non?
- Certes...vous pourriez!» Admit Sirius, faisant preuve d'un aplomb admirable même si au fond de lui, il était terrifié.
- «Et tu n'as pas peur?» Le ton du sorcier noir était plus intrigué qu'autre chose, il avait croisé les bras et s'était appuyé à sa table de travail. Il ne semblait prêt à le tuer mais il fallait rester prudent.
- «Montrer que j'ai peur ne changerais rien n'est-ce pas? Vous me tueriez de toute façon. Je ne m'abaisserais jamais à supplier quelqu'un inutilement...ou tout du moins...tant que ma seule vie serait menacée.
- Tu m'amuses mon jeune ami!» Le sorcier posa une main sur la table, tapotant le bois des doigts avant de murmurer «Après tout...pourquoi pas?» Il coupa court aux remerciements avant même qu'ils n'arrivent. «Je sens que tout cela va me plaire!»

A suivre

A suivre dans le chapitre 10: Accomplissement qui sera encore sur Sirius (et après, promis, on revient à Nathanaël)

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Lun 26 Avr - 21:55

Ce chapitre est court oui, mais c'est un chapitre de transition.

Chapitre 10: Accomplissements (Sirius et Nathanaël)

Sirius ferma les yeux, laissant le vent glacial fouetter son visage tandis qu'il respirait calmement l'air froid depuis une falaise des environs de Casthell. Il avait 21 ans maintenant et avait une maîtrise très correcte de la magie. Il s'était grandement amélioré à l'épée pour diverses raisons, il n'avait plus rien du gamin fragile qu'il était durant son enfance. Non...il était presque ce qu'on pourrait appeler un mage-chevalier ou un mage-sorcier, tout dépendait du point de vue. Il était enfin quelqu'un...Ce qu'il avait voulu être et pas ce qu'on voulait qu'il soit.
Il chassa ces amères pensées, le souvenir de son père rangé dans un coin de sa mémoire.
Je pourrais le frapper maintenant! Je n'ai plus peur de lui...
Je pourrais lui faire payer si je voulais tout les coups que j'ai reçu, toutes les critiques et le reste.
Mais...pour Nat et pour Mère, je ne le ferrais pas!
Je ne suis pas comme lui!

En trois années, il avait réussi à s'entendre de façon satisfaisante avec le sorcier, qui n'était pas si mauvais que ça au fond, enfin...le mot exact aurait été «supportable». C'est à dire qu'on pouvait cohabiter avec lui sans risque de recevoir une «FireBall» pour un mot de travers. Il fallait juste respecter certaines limites et ne pas lui désobéir (très mauvais ça!). Sirius n'avait pas envie d'être rebelle avec celui qui l'avait aidé à deux reprises.
Il inspira à nouveau l'air frais, se sentant toujours euphorique de ne plus craindre sans cesse d'être malade, de ne plus s'effondrer de fatigue au bout de trop peu de temps de combat. Savourant le fait d'avoir une santé normale...de n'être plus fragile, tout ça grâce à Darkhell. Une chose de plus qui le laisser déterminé à être un allié du sorcier, parce qu'il lui était véritablement reconnaissant.

Il ouvrit les yeux, blasé en sentant cet épuisement qu'il ne connaissait que trop bien pour l'avoir trop souvent vécu, il détestait cette sensation de chaleur qui prouvait qu'il avait de la fièvre, cette douleur dans sa gorge irritée. Mince, il était encore malade. Ce n'était pas le moment pourtant, vraiment pas! Cependant...il l'était moins que d'habitude, étrange...parce que lorsqu'il s'était écroulé, terrassé par une violente quinte de toux plus tôt, il s'était senti bien plus mal que ça.
- «Ca y est? Tu es de retour parmi les gens bien réveillés?» Le sorcier était debout prêt du lit, ne portant étrangement pas son masque (c'était la seconde fois que Sirius voyait son visage) et tenant une fiole emplie d'un liquide violet dans la main gauche. «Tu aurais du me le dire avant que tu avais une santé fragile, j'aurais pallié à ça dès le début!»
Le jeune homme fronça les sourcils, étonné d'une telle remarque alors qu'il s'attendait à une de ces piques acides dont le sorcier avait le secret: «Que voulez-vous dire?
- Cette potion que tu vois..» fit-il en montrant ce qu'il tenait à la main «..n'est pas un simple mélange de plantes, tu t'en doute venant de moi...et ce n'est pas vraiment de la magie noire non plus. C'est une magie, cela est clair comme tu le sais, mais plutôt bénéfique puisqu'elle soigne! Et accessoirement cette magie va renforcer petit à petit ton corps jusqu'à ce que tu es la santé d'un individu ''normal''. Pour être précis, elle va éliminer ta fragilité! Évidement tu devras en prendre plusieurs et cela pendant un bon moment, mais quand le traitement sera ''terminé'', ca fera effectivement cet effet....et cela définitivement.»
Sirius ne parvenait pas à y croire. Il ne se fatiguerait plus comme avant, n'aurait plus honte de ses faibles capacité physiques (car elles ne seront plus faibles), ne risquait plus la maladie grave à chaque refroidissement de température extérieure? C'était presque trop beau pour être vrai! «Me...Merci maître!» Balbutia t'il, véritablement reconnaissant.
- «Pour une fois...pour la seule fois où je prends un apprenti, je ne vais quand même pas te laisser mourir!» Fit Darkhell d'un ton égal, refusant sans doute de dire qu'il s'était attaché au gamin malgré lui. C'est que, mine de rien, ça pourrait lui bousiller sa réputation de sorcier noir, cruel et impitoyable si ça venait à se savoir! Et ça, il n'y tenait vraiment pas!
Et que ce gamin arrête tout de suite de le fixer avec autant de reconnaissance, ça le mettait mal à l'aise.


Il avait 21 ans maintenant et était un véritable guerrier pouvant utiliser la magie, il n'était plus le gamin sans forces et maladif d'avant! Il était toujours au service de Darkhell, on apprenait pas la magie en trois années à peine après tout. Parfois il partait en mission pour le sorcier, pour acheter telles choses, plantes ou animaux/monstres. Une autre fois, ce fut pour observer les mouvements de telles ou telles armées. Sirius aimait cette vie, il se sentait plus libre qu'il ne l'avait jamais été en 18 ans d'existence avec ses parents. Le sorcier était sévère mais l'avait mieux traité d'une certaine façon, admirant sa répartie, s'amusant de ses répliques parfois mordantes.
Il avait rencontré, un an auparavant, dans un petit village perdu de montagne, une jeune fille nommée Melian qu'il avait sauvé d'un monstre aquatique (qu'est qu'il fichait dans ce lac d'ailleurs?) particulièrement agressif. La jeune fille avait accepté la main qu'il tendait et avait dit, dans un sourire espiègle: «Et dire que je croyais que le coup du chevalier arrivant juste au bon moment pour sauver une jeune fille en détresse, c'était seulement dans les contes pour enfants!»
La phrase l'avait amusé et il avait répliqué, presque avec nonchalance «Je ne suis pas vraiment un chevalier...puisque j'utilise la magie!
- Vous au moins, vous êtes original....vous faîtes un peu des deux!» avait-elle répondue, du tac au tac.

Cette fille, il l'avait revu plusieurs fois, en secret. Elle riait avec lui, discutait de tout et de rien. Ils s'étaient découvert de nombreux points communs, comme la lecture, le savoir concernant les plantes et le fait d'aimer regarder les phénomènes du ciel (étoiles, lunes, et autres).
Sirius ne s'était jamais senti si humain en 21 ans d'existence.
Il aurait pu être parfaitement heureux, c'est vrai.
Si son frère ne lui avait pas manqué...
.....Mais cela, comme le reste, finirait par passer.


*********

Au même moment, à Oroban, une séance d'entrainement avait lieu dans un terrain d'entrainement situé derrière une grande maison. Quatre épées volèrent dans les airs, se plantèrent dans le sol, laissant leurs propriétaires stupéfiés. Les rares spectateurs de la «bataille» restèrent bouche-bée devant ce qui venait de se dérouler.
- «Mais mince! Même en s'y mettant à quatre on ne peut pas le battre!» glapit un jeune garçon de 15 ans nommé Galaad en allant la chercher, la mine défaite. C'était frustrant à la longue, son ami était vraiment trop fort! C'était impressionnant et un peu vexant pour eux d'un autre côté!
- «Il est trop fort!» s'exclama Yvain, en allant chercher la sienne, une moue boudeuse sur le visage. Il avait des raisons d'être un peu frustré vu que c'était la cinquième défaite qu'il se prenait de la journée. Il ignora Arthur qui le traitait de mauvais perdant entre deux esquives de coups d'épées, en plein duel avec ses amis Agravain et Gaheris.
Tristan, de son côté, l'air profondément vexé, fit de même, frappant une petite pierre du pied. «C'est pas possible d'être si fort! C'est pas humain! Il a un don ou quoi?»
Gareth soupira, rengainant la sienne et se tournant vers la barrière où étaient assis jeunes hommes, il s'avança vers celui de gauche en demandant, sans cacher son inquiétude «Dis Grand frère, tu penses que j'arriverais à devenir un Faucon d'Argent?»
Gauvain éclata de rire devant la question innocente et la bouille inquiète, et ébouriffa les cheveux du jeune garçon, l'air soudain paternaliste tandis qu'il prononçait ces mots «Mais oui ne t'en fais pas! C'est juste que Nathanaël a un véritable don à l'épée! Mais tu as un bon niveau toi aussi!» Assura t'il en regardant le blond en question qui se passait de l'eau fraîche sur le visage et la nuque. Il reporta ensuite son attention complète sur son cadet: «Vous serez tous pris demain, tous les 6. Toi autant que Nat, que Galaad, Tristan, Yvain et Arthur, comme les jumeaux ont été pris il y a deux ans, comme j'ai été pris moi même il y a un moment!»
Gareth hocha la tête et courut rejoindre ses amis pour reprendre l'entrainement. Cette fois il se mirent tous par deux, ignorant Arthur et les jumeaux qui se battaient toujours de leur côté.

De son côté, n'ayant aucun adversaire, Nathanaël hésita sur ce qu'il devait faire et , avisant Cygnus qui s'éloignait, lança qu'il rentrait et courut rejoindre le jeune homme de 21 ans qui marchait sur la route en direction de sa maison. «Attends!» cria t'il en le rattrapant.
Le châtain lança un coup d'œil par dessus son épaule et ralentit quelque peu l'allure «Qui a t'il Nat? Si c'est pour tenter de savoir quel genre de test tu vas passer demain, je ne te dirais rien.»
L'adolescent leva les yeux au ciel, marmonnant qu'il n'avait pas besoin d'aide pour réussir demain. L'autre ricana et lui lança une petite pique où il l'accusait clairement d'être un peu trop sûr de lui.
Le blond toussota et demanda, à voix basse «Est-ce que tu as des nouvelles de...Sirius?» Lui ne recevait rien, et pourtant il était certain que son père ne confisquait pas les lettres. Alors ça voulait dire que Sirius avait totalement coupé les points?Les avait rayé de son existence?
L'autre ne répondit pas, hésitant. Devait-il dire au jeune garçon que son frère lui écrivait à lui? Bon quatre lettres par ans, ce n'était pas grand chose mais...il en recevait. Et il était certain que son ami ne lui disait pas tout. «..Non.» Il préférait ne pas dire la vérité, pour le moment. Nat était encore trop jeune. Lui-même sentait, lisant entre les lignes, que Sirius lui cachait quelque chose de «terrible».
Était-il gravement malade? Prisonnier quelque part? Impossible à dire.
Et qui sait ce que son frère pourrait s'imaginer en lisant ça hein? Il ne faudrait pas qu'il parte, sur un coup de tête, à la recherche de son aîné, envoyant tout balader derrière lui.
Non il ne lui dirait rien pour le moment, surtout pas maintenant, pas alors que le jeune homme construisait son futur.
Ou Sirius ne lui pardonnerais jamais...

A Suivre.


Prochain Chapitre: Le "fils" de Darkhell

Ce chapitre se déroulera deux ans après ce que nous venons de voir....


Dernière édition par Dragonna le Sam 1 Mai - 10:24, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Ven 30 Avr - 22:18

Chapitre 11: Le "fils" de Darkhell (Cygnus- Sirius - Nathanaël)

Cher Cygnus.
Je m'excuse de ne pas t'avoir contacté plus tôt. Mon supérieur (si je puis le nommer ainsi) m'en a beaucoup demandé ces derniers temps. Non c'est pas la peine d'insister, je ne te dirais rien sur de que je fais! Tout ce que je peux te dire, c'est que j'aime ce que je fais!
Sache juste que , là où je vis maintenant (oui je me suis enfin installé quelque part!),c'est un trou perdu mais très beau, calme et tranquille. Et puis tu as certainement une famille, sans oublier tes obligations de Faucons d'Argent, alors oublie même l'idée de tenter de venir me voir compris?

Cygnus leva les yeux au ciel en murmurant «Quelle confiance, ça fait plaisir», avec un sourire au coin des lèvres, l'air faussement vexé. Sa femme pouffa, installant un peu mieux sa petite Artanis sur ses genoux. Le jeune homme aux mèches couleur bois reprit sa lecture. Cela faisait un an environ qu'il n'avait pas reçu de nouvelles de son meilleur ami, il n'avait jamais pu répondre mais était toujours heureux de savoir ce que l'autre devenait, après tout c'était lui qui lui avait fait promettre de lui ''écrire'' en échange de son aide pour fuir. Il regarda à nouveau la lettre, s'intéressant à la suite.
Je passerais un jour pour te voir, je te le promets! Peut-être dans deux ou trois ans ou plus, mais un jour je passerais vous voir! Je ne sais pas vraiment comment tu te portes, de con côté, je suppose que tu as épousé Lindorie non? As-tu déjà eu des enfants? Filles ou garçons? Bon qu'importe...j'espère que tu es heureux! Tu le mérites plus que n'importe qui je pense (vu que tu dois supporter mon père à longueur de missions).
Haussement de sourcil de la part du lecteur de la lettre qui s'interrompit dans sa lecture à voix haute pour dire d'un ton amusé: «C'est quoi cet interrogatoire en règle?» Il se demandait pourquoi l'autre se montrait soudainement si concerné par sa vie. Jusqu'ici il ne faisait que parler de sa propre vie (en omettant de dire quoique ce soit sur son emplacement ou son «supérieur»), et dans une dernière lettre reçue il ya deux ans et demi, il lui avait parlé d'une certaine «Melian», une jeune fille aux yeux bleu-verts et aux cheveux châtain. Rien de plus. Rien dans ses mots ne pouvaient signifier qu'il était amoureux ou quoique ce soit de proche de ça, il n'y avait aucun aveu caché! Pourtant il en parlais tellement que c'était évident qu'il l'aimait et que cela était réciproque. Tant mieux pour lui quelque part, il méritait vraiment d'être heureux lui aussi. Cygnus aurait cependant aimé avoir un aveu. Il était son meilleur ami oui ou non? Chassant ces sombres pensées, il reprit sa lecture.
Là où je vis (n'essaie pas de me retrouver avec ces maigres informations Cygnus, tu perdrais ton temps), le froid est mordant à cette époque de l'année. Les tapis de neige, c'est bien beau mais quand c'est au point d'être immobilisé et de ne pas pouvoir sortir du village, c'est moins drôle. Il faut vraiment être un enfant pour aimer ça! Une fois adulte on ne voit plus que les inconvénients! Néanmoins je continue à trouver ça beau....mais passons.
A propos de froid, je me demande d'ailleurs si les hivers le sont toujours autant à Oroban?! Fais attention à tes enfants si tu en as mon vieux! Ils pourraient facilement tomber malades!

Lindorie sourit tandis qu'elle se penchait pour lire en même temps que son époux, berçant leur fille dans le même mouvement. «Il pense toujours autant aux autres à ce que je vois.
- Ce serait bien qu'il pense à se trouver quelqu'un et à fonder une famille lui-aussi. A trop se préoccuper des autres, il va finir par oublier son propre bonheur!» marmonna Cygnus en passant un bras autour des épaules de la jeune femme, regardant un instant Artanis qui gazouillait en rivant sur lui ses grands yeux ambrés. Il se sentit fondre malgré lui. Il s'obligea à détourner le regard pour finir la lettre. Sirius changeait justement de sujet, abordant un nouveau ''point''.
Je me demande comment va mon petit frère. Il a 17 ans maintenant non? Je suis sûr qu'il est déjà bien parti pour monter en grade! Ca ne m'étonnerais pas de lui. J'aurais aimé être là le jour où il est devenu un Faucon d'Argent. Je suis certain que l'armure lui va très bien! Attends laisses moi deviner, il est déjà lieutenant c'est ça? Et si ce n'est pas le cas, ça ne va pas tarder à mon avis.
Cygnus se mordit la lèvre, sentant comme une amertume dans ces mots. Sirius regrettait-il parfois sa décision? Avait-il l'idée de repasser un jour à Oroban comme il l'avait dit plus haut dans la lettre? Il ne savait pas mais espérait que oui, qu'il voudrait un jour les revoir, même de loin et peut-être même entrer véritablement en contact avec eux.
Alors écoutes, Melian vient de me convaincre de te dire certaines secrets que je refusait jusque là de te rélèver....c'est-à-dire comment me contacter (je te préviens... je ne veux pas te voir venir) si tu le souhaittes (dire qu'au début de cette lette, je disais que je n'allais pas te rélèver quoique ce soit)....Voyons...par quoi commencer? Je t'ai caché pas mal de choses ces dernière années.
Cygnus pouffa en secouant la tête d'un air accablé «pas mal? Rien que ça c'est encore peu comparé à ce que tu me caches! Allez dis la vérité, il y a quelque chose entre Melian et toi hein? Et tu vas enfin me donner le lieu où tu es pour que je puisse d'écrire à mon tour?»
Je peux te révéler plusieurs informations sur ma vie avant de t'avouer ça...il faut que je te dise une nouvelle qui me rend vraiment heureux, euphorique, il faut que le l'écrives, puisque je ne peux le crier. Je t'annonces que...
Haussement de sourcil, cette fois surpris. Le chevalier passa au seconde parchemin et ses yeux s'écarquillèrent, tandis que sa bouche s'ouvrait et qu'il cessait la lecture. Lindorie eut un petit rire en voyant sa tête et demanda «Qui a t'il de si horrible d'écrit sur ce papier?» Son mari lui tendit la lettre, l'air vraiment choqué pour le coup. Elle le prit et continua à lire.
Je t'annonces que je me suis marié il y a deux ans ans avec Melian oui je ne te le dis que maintenant, je sais, j'aurais du te l'annoncer avant vu que tu es mon meilleur ami mais...je savais pas comment te le dire. Je suppose que tu t'en étais douté quand même qu'il y avait quelque chose entre elle et moi?!
Et si ce n'est pas le cas....Tu me déçois Cygnus!

Lindorie se mit à rire, tapotant l'épaule de son cher et tendre. «Allons ne fais pas cette tête, comme il le dis, tu t'en étais douté non? Il n'arrêtait pas de parler d'elle dans ses dernières lettres. Il n'aurait pas pu t'inviter au mariage vu qu'il se cache de son passé». Son époux secoua la tête et lui signifia de continuer à lire, ce qu'elle fit sans hésiter.
En même temps je te parlais beaucoup d'elle, t'aurais du voir anguille sous roche non? Bref aujourd'hui ce que je veux crier, écrire en grand, c'est que....J'AI UN FILS! Il a...heu...bon.. il aura 6 mois lorsque vous lirez cette lettre. Je l'ai appelé Regulus!
Elle sourit et dit, en serrant tendrement sa fille contre elle. «Il a une famille maintenant, une femme et un enfant, il doit être heureux. N'est ce pas ce qu'il a toujours cherché?
- Ne devrais-je pas montrer cette lettre à Nat?» Murmura t'il, se levant pour aller regarder par la fenêtre avec nostalgie. Des souvenirs revenaient à son esprit, autant ceux de son enfance, que les mots écrits par son ami dans ses anciennes lettres. Tout cela se mêlait en lui en un maelström douloureux, un pincement au cœur.
- «Qu'en penses tu?» Fit la jeune femme en lui rendant la lettre.
- «Je penses que Sirius ne le voudrait pas. Et puis comment réagirait-il en voyant que je lui ait menti toutes ces années en niant avoir des nouvelles? Comment réagirait il en apprenant qu'il a non seulement une belle-sœur mais aussi un neveu?»
Il serait bouleversé sans aucun doute et serait surement capable de tout claquer pour retrouver Sirius. C'était pour ça que le jeune homme avait défendu à son meilleur ami de dire quoique ce soit à Nathanaël de ses lettres ou des informations qu'il lui donnait sur sa vie.Nat m'oubliera, me croiras mort et ça faudra mieux! Voilà ce que disait Sirius dans une de ses anciennes lettres. Cela se voyait que ce n'était pas lui qui lui mentait à longueur de journée en niant avoir des nouvelles alors qu'il recevait des lettres. Cygnus baissa les yeux sur la lettre. Son ami avait un fils hein? Après tout, tant mieux pour lui. Il méritait de connaître le bonheur, d'avoir une famille unie et heureuse. Il lu les dernières lignes de la lettre.
J'imagine que tu es choqué, que tu te demandes pourquoi je ne dis pas tout ça avant, mais comprends moi je ne savais comment te l'annoncer! Bon j'attends une réponse où je vais surement me faire...tirer les oreilles par tes bons soins...mais bon, je l'aurais mérité je suppose?! Portes-toi bien mon ami.
Sirius.

Cygnus reposa les deux parchemins sur la table, pensif. En bas du second, il y avait bien le lieu où Sirius se trouvait. C'était sûr....c'était un village perdu. Il devait sans doute s'y plaire s'il s'y était installé. «Au moins....je peux l'informer sur ce qui se passe ici maintenant!» Intérieurement il se dit que son ami devait vraiment vouloir des nouvelles pour dire finalement où il se trouvait, vu la lettre il avait également du hésiter durant toute son écriture avant de finalement ajouter le moyen de le contacter, c'est à dire le lieu où il était.

***********

Sirius rangea le livre épais à couverture de cuir rouge sur les étagères et saisit les papiers étalés épart sur la table pour les réunir en une pile qu'il coinça sous un livre abandonné aussi sur le meuble. Il regarda machinalement les plans d'une étrange machine dessinée par Darkhell. Qu'est que cela pouvait bien être? Il l'ignorait et si le sorcier ne lui avait rien dit, c'est que ce n'était qu'un simple projet, s'il décidait de vraiment le mettre en œuvre, il lui en parlerait. Le jeune homme ouvrit rapidement un autre ouvrage, tournant rapidement les pages avec une mine concentré. Il finit par trouver ce qu'il cherchait et laissa son index gauche suivre les lignes, les yeux plissés.
- «Des recherches sur la divination? Intéressant? Aurais-tu des talents de médium?» Fit une voix derrière lui, teinté d'un certain intérêt mais aussi d'une légère moquerie.
Il sursauta et se retourna, voyant son maître de magie juste derrière lui. «Ha! Vous...Vous m'avez fait peur!» Sous le regard (sans doute) moqueur du sorcier il expliqua «Je fais des rêves étranges ces derniers temps! Et je vis souvent, dans les jours suivants, ce que je vois dans ces moment-là.
- Tu as des devins parmi tes ancêtres?» demanda le plus vieux d'un ton pensif, soudainement plus intéressé que quelques instants auparavant. Un pouvoir de médium ça pourrait être intéressant, s'il arrivait à le contrôler (dommage qu'aucun philtre magique ne pouvait aider à ce niveau-là) ça lui serait utile.
Sirius haussa les épaules, refermant le livre dans un petit claquement: « ….Aucune idée! Je n'ai jamais appris par cœur les noms de tous mes ancêtres, j'étais la honte de ma famille....» Son ton léger, indifférent à cet état de fait qu'il décrivait, montrait bien à quel point il avait changé.
Darkhell ricana devant cette attitude et continua «Et bien...essaie de mieux te concentrer, pour voir s'il s'agit bien de prémonitions et dans le cas où cela en serait, tu devrais t'entraîner, ça pourrait être utile non?!»
Sirius eut un sourire désabusé, un pouvoir de devin, ben voyons.... «Faut toujours que ce genre de chose m'arrive à moi!» Décidément il était verni. Il ne savait pas s'il devait rire de sa chance ou se désespère d'être encore en «marge» des autres. «Pour le moment c'est surtout des impressionnants, des images flous, comme un sixième sens sur-développé!»
Darkhell hocha la tête et n'ajouta rien, ne voulant pas lui dire que c'était bien de divination qu'il s'agissait, un pouvoir visiblement encore endormi mais qui se développait petit-à-petit, surement au fur et à mesure que sa magie grandissait. C'était même évident vu que ce pouvoir s'était réveillé après qu'il soit devenu un sorcier/mage.
Il secoua la tête, chassant ces pensées pour se concentrer sur sa tâche actuelle: «Dis moi Sirius, j'aurais besoin de quelqu'un pour conduire mes troupes lors d'une future attaque...aurais-tu...la gentillesse....de devenir le ''commandant'' de mes armées? Je suis certain que tu le feras à merveille!» Le jeune homme le regarda, d'un air interloqué avant de se rembrunir légèrement. Le sorcier reprit, pas vraiment surpris de la réaction:«...Quelque chose ne va pas? Tu n'as plus de problèmes question physique, tu peux donc te battre sérieusement. Et même si ta magie n'est pas encore puissante, tu te débrouilles suffisamment bien pour protéger ta vie et infliger des dégâts parmi les troupes ennemies non?»
Sirius se mordilla la lèvre, pensif avant de murmurer: «Non...c'est juste que...je...» Il hésita et avoua finalement, comme si cela lui coûtait «J'aurais aimé ne pas me retrouver en face de mon passé! Si je deviens celui qui dirige vos troupes, ça arrivera à un moment ou un autre non?»
Darkhell se mit à rire, amusé par le tourment du jeune homme et par son attitude soudain craintive avant de se diriger vers la table, attrapant l'une des feuilles qui y trainait, laissant ses yeux suivre les lignes qu'il avait lui-même écrite. «Et si tu portais un masque, comme moi? Pas vraiment le même mais quelque chose qui cacherait le haut de ton visage?»
Le jeune homme le regarda quelques instants avant d'hausser les épaules. En même temps, un sourire un peu amer se dessina sur ses troupes: Commander des troupes hen? C'était visiblement un truc de famille. Il se reprit, et songea qu'il s'en sortirait. «Si vous voulez....» Il se fichait du reste, il avait accepté de travailler pour Darkhell en échange de la permission de devenir son disciple, il devait se plier aux ''inconvénients''.

***********

Nathanaël était assis à la taverne des Trois Licornes, pensif, regardant son verre comme si il s'agissait de quelque chose d'extraordinaire. En face de lui Cygnus, Gareth et Gauvain discutaient de quelque chose de visiblement important. Pour l'instant, cela ne l'intéressait pas plus que ça, il était plongé dans ses pensées, songeant à quelque chose qu'il gardait pour lui et pour lui seul.
Ce fut la voix de son meilleur ami qui le tira de ses pensées: «NAT!» Il se redressa brusquement, regardant l'autre d'un air perdu. Le roux aux yeux verts leva les yeux au ciel en voyant que le blond n'avait rien suivi de la discussion. «Bon il va falloir tout reprendre depuis le début pour toi je suppose? Ou ton père t'en a parlé puisque c'est lui notre commandant?
- De quoi vous parlez au juste?» demanda le blond en se grattant la tête, quelque peu perdu.
Gareth soupira d'un air affligé et expliqua «T'as donc pas entendu les dernières nouvelles sur les troupes de Darkhell? Jusqu'ici il n'avait que des monstres à ses ordres, des Darkhellions et des Dragonites mais depuis peu il y a un humain qui les commande!»
Nathanaël, soudain plus intéressé, se pencha pour mieux entendre, histoire que la conversation ne tombe pas dans les oreilles des autres consommateurs de la taverne: «Un humain?»
Gauvain, tout en retirant un verre plein de la main de son petit frère en lui lançant un regard avertisseur, expliqua avec calme «En fait..on ne sait pas grand chose, si ce n'est qu'il est jeune, sans doute mon âge ou celui de Cygnus bref..dans les 24 ou 25 ans. Il a de très longs cheveux noirs attaché en queue de cheval (ou libres, ça dépend des fois). Le truc c'est son visage, tout le haut est caché par un masque noir, rouge et violet qui empêche de distinguer ses traits. Personne ne l'a approché assez prêt pour voir la couleur de ses yeux. Donc personne ne connaît son identité.»
Cygnus enchaîna avec un ton proche de la confidence et à ce stade ça devait un peu l'être «Selon les sources, il est un bon utilisateur de magie, et un excellent chef! Il se bat également avec une épée, bref c'est un mage-chevalier si on peut s'exprimer ainsi!
Un sorcier-guerrier plutôt, ça correspond mieux à ce qu'il fait, à son camps!» marmonna Gareth en récupérant son verre dans un regard noir lancé à son aîné.
Nathanaël resta pensif quelque instants. Un guerrier relativement jeune, bon bretteur et utilisateur de magie, cachant son visage derrière un masque. «Dites, vous ne trouvez pas qu'il ressemble à Darkhell sur certains points? Magie, Masque, à la tête des troupes du sorcier malgré son âge...»
Les autres s'entre-regardèrent puis Gauvain haussa les épaules «Effectivement Nat, beaucoup pensent en effet qu'il s'agit ...du fils de Darkhell»
Le blond crispa la main sur son verre. Ce type avait un enfant? Comment était-ce possible? Il imaginait mal une femme être séduite par Darkhell ou penser à cet homme comme quelqu'un pouvant aimer. Ce n'était pas logique...il y avait quelque chose qui clochait là.
Soudain Cygnus rompit le silence, changeant brusquement de sujet: «Au fait Nat, t'es prêt pour la mission j'espère? Ca n'a aucun rapport avec Darkhell mais bon...
- Bien sûr que je suis prêt, tu me prends pour qui?
- C'était juste pour savoir, ne t'en fais pas...j'ai entendu dire que la famille de Syrielle allait passer en ville, c'est la première fois depuis 5 ans que tu la revois non?
- Hem...oui.» Murmura le jeune homme, le rouge aux joues, trouvant soudainement la table très intéressante. Il la verrait donc juste avant de partir, la veille du départ pour être exact. Le père de la jeune fille venait en effet pour affaire à Oroban et ça aurait été l'occasion pour les deux jeunes promis de se voir mais il y avait la mission.

***********

Sirius retourna chez lui grâce à un darkhellion particulièrement docile qui le déposa dans la montagne, à environ une heure de marche de la maison où sa famille se trouvait. L'animal repartit, retournant à Casthell, sachant qu'il reviendrait chercher le jeune homme dès que son maître le désirerait. Depuis qu'il avait une famille, Darkhell avait étrangement insisté pour qu'il aille s'installer dans une petite maison à l'écart d'un village proche de la région de Casthell. Sa maison était évidement à l'écart (à cause du darkhellion qui allait et venait) mais ce n'était pas un problème.
Il ouvrit la porte, s'écriant dans un immense sourire. «Je suis revenu!» Il se sentait heureux pour la première fois de sa vie, heureux d'avoir sa propre famille, son propre bonheur.
Aussitôt une petite silhouette se dessina à la porte entre la pièce où il se trouvait et la cuisine. Le petit garçon d'environ un an, aux grands yeux violets et aux mèches aussi noirs que l'onyx le fixait avec d'abord de la surprise puis vite la joie illumina ses prunelles. «PAPA!» cria t'il en faisant maladroitement un pas vers le désigné.
Le cœur du jeune père se gonfla soudainement de joie et sa gorge se serra. Il s'agenouilla au sol en tendant doucement la main vers son fils «Oui Regulus, viens me voir! Viens voir papa!»
L'enfant s'avança de façon maladroite vers son père, vacillant sur ses petites jambes, pour finalement s'écrouler contre lui, levant la tête pour lui faire un grand sourire. L'homme se redressa, le petit dans les bras, caressant les mèches noires avec tendresse, toujours profondément heureux et fier de son fils.
Pendant un instant, un très court instant, il se demanda si son père avait ressenti la même chose quand cela lui était arrivé...
Après réflexion, il se dit que c'était peu probable.


A suivre.


Prochain Chapitre: Destin
Nat va se marier sous peu, Ténébris va naître très bientôt....
MAIS...la fic est (très) loin d'être finie car j'ai décidé d'aller "jusqu'au tome 12", vous verrez -_^

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Mar 4 Mai - 22:25

Chapitre 12: Boucle (Nathanaël, Sirius)

- «C'est une mission dangereuse?» Demanda la jeune fille à son fiancé tandis qu'ils marchaient dans les rues, côte à côte, profitant de ces quelques heures qu'ils pouvaient passer ensembles. En cette fin de journée d'été, le temps était doux, chaud et la ville était relativement animé à cette heure de la journée, le tout faisant une atmosphère fort agréable. Les deux jeunes promis avaient échangé quelques paroles et enfin Cyrielle avait fait part de ses inquiétude.
Nathanaël haussa les épaules avec fatalisme «C'est le lot de tout soldat de prendre des risques mais ne t'en fais pas, je suis bien préparé!» Ils s'étaient immobilisés près d'une fontaine aux sculptures originales. Le jeune homme s'y appuya, faisant face à sa fiancée.
- «Je sais...j'ai confiance en toi mais ….je ne voudrais pas qu'il t'arrive malheur!» expliqua t'elle avec tristesse, ne pouvant s'empêcher de songer au pire, à tout ce qui pouvait arriver à son fiancé durant cette mission clairement dangereuse.
- «Tout ira bien! Je sais que je m'en sortirais!» Chuchota le blond en laissant glisser ses doigts dans les longues mèches rousses-rouges, rajustant la fleure blanche qu'il y avait placé quelques temps plus tôt. Il sursauta lorsque la jeune fille posa la main sur son bras gauche.
Elle le fixa de ses prunelles marrons-ambré et murmura. «Nathanaël...Tu n'as pas peur?
- Si Cyrielle, je suis terrifié, c'est la première mission avec un si haut taux de risques que je fais! Mais tu n'as pas à t'en faire! Je reviendrais!
- C'est aussi ce qu'à dit mon meilleur ami la dernière fois que je l'ai vu!
- Je te le promet!» Il sourit et leva rapidement ses bras, détachant la petite médaille d'argent ornée de deux petites ailes blanche qu'il portait depuis sa plus tendre enfance. Il la regarda avec mélancolie puis la posa doucement dans la main de la jeune fille. «Tiens! Gardes là, ainsi tu auras quelque chose de matérielle pour penser et croire en moi!
- Mais Nat...je ne peux pas, tu y tiens tant!» S'alarma Cyrielle, voulant lui rendre le pendentif mais il lui maintint la main refermée sur le bijou.
- «Oui, j'y tiens...mais c'est justement parce que cet objet à de la valeur pour moi que je te le donne! Prends en soin d'accord?» Il sourit plus tendrement que précédemment. «Et quand je reviendrais, nous pourrons commencer à parler de notre avenir...que nous devons bâtir n'est ce pas?» Fit-il avec malice, reprenant les mots de son père (et de celui de Cyrielle) datant du matin même.
- «Oui...Parce que nous n'avons pas le choix de toute façon n'est ce pas?» Dit-elle d'un ton taquin, entrant dans son jeu.
-«Exactement...» Reprit-il d'un ton faussement sérieux, la faisant sourire encore plus largement. Ils échangèrent un regard et éclatèrent de rire. «Il ne nous reste plus que 24 mois avant le mariage!
- Je crois que pour nos parents, c'est encore trop long!»
Tout deux haussèrent les épaules à cette évidence, que leurs parents les lâchent un peu. Ils étaient encore jeunes et voulaient profiter de cette jeunesse, même si Nathanaël songeait qu'il serait tranquille après le mariage puisqu'il ne vivrait plus dans l'entourage de son père. Ca serait une bouffée de liberté.

*********

La mission se passa encore mieux que tout le monde ne le pensait. Nathanaël se démarqua d'une telle façon qu'il fut littéralement propulsé au grade de lieutenant dès le retour du groupe à Oroban. Chaudement félicité par tout le monde, surtout par son père, il souriait devant son triomphe, presque euphorique.
Les termes qu'il entendait étaient en effet plus qu'élogieux «C'est un vrai prodige», «Quel talent!», «Vous croyez que c'est notre prochain commandant?» à tel point que, à un moment, terriblement gêné, il n'aurait souhaité qu'une chose: s'éclipser et se faire oublier. Pourquoi insistait-on autant sur ce qu'il avait fait, il n'y avait rien de si exceptionnel que ça.
Il n'avait fait que son devoir n'est ce pas?


*********

Deux ans plus tard, l'homme lisait une lettre, elle était certes courte mais finissait sur ces termes: «Sirius....Nathanaël a 20 ans depuis cet automne, tu le sais n'est ce pas? Saches que sont mariage est prévu pour la date suivante......j'espère que tu y passera, même sans te montrer!» Bizarrement ça ressemblait à un ordre. Cygnus avait vraiment le chic pour faire se sentir coupable en ne disant pas grand chose. Nat se mariait avec la jolie Cyrielle alors? Un truc organisé que leur père avait bien joué finalement. C'était bien une des seules magouilles qui avaient marché d'ailleurs.
- «Tu iras Sirius?»
Il tourna doucement la tête vers sa femme, qui lisait par dessus son épaule. Le jeune père se mordilla la lèvre, puis attrapa leur fils et le posa sur ses genoux, lui caressant doucement les cheveux. «Je ne sais pas Melian....Je ne sais pas...»
Il avait peut-être simplement peur se revenir dans sa ville natale.
Mais il n'avait pas le droit d'ignorer ce genre de chose non plus...
Peut-être pourrait-il réunir les deux, grâce à Cygnus?!

Il sourit: oui il allait faire ça.
Et personne ne le verrait...

*********

Derrière un arbre, adossé au tronc, Sirius regardait la scène de loin. Dissimulé dans la pénombre nocturne il regardait les jeunes mariés qui discutaient à voix basse un peu à l'écart. Il perçut le rire de Nathanaël, différent de celui de son souvenir, plus mature, mué. Pour un peu il ne l'aurait presque pas reconnu. «Bravo Nat! Toi aussi tu as réussi ta vie! J'espère que tu connaîtra le bonheur d'avoir une famille, comme moi je le vis....» Une pensée rapide vers son petit Regulus, âgé désormais de trois ans lui vint à l'esprit, le faisant sourire. Il était temps de rentrer chez lui...il était temps pour lui d'aller retrouver sa famille...il n'avait plus rien à faire ici en ce moment...pour le moment.
Il recula d'un pas, disparaissant dans l'ombre, sa silhouette d'adulte de 26 ans s'évanouissant dans la nuit...quand le blond qu'il avait pour frère se retourna, comme pris d'un pressentiment. Un court instant leur regards se croisèrent avant que Sirius se tourne les talons, partant au pas de course et disparaissant dans la nuit. Il fut bien vite impossible à retrouver si quelqu'un avait tenté de l'attraper.
Cyrielle vit les sourcils de son époux se hausser et demanda avec inquiétude: «Il y a quelque chose qui ne va pas Nathanaël?» Le blond était en effet pâle, comme choqué.
- «Rien.., j'ai du rêver...» répondit-il avec tristesse. C'était impossible que son frère ait été là, qu'il ait pu être au courant que son mariage était aujourd'hui....à moins que...il tourna un regard suspicieux vers Cygnus qui parlait à sa fille. Non...son ami ne lui aurait pas menti depuis des années n'est ce pas? Aurait-il correspondu avec son frère pendant tout ce temps sans le lui dire?
Non...ce n'était pas possible...

Il chassa ces idées noires, profitant de ce qui était un des beaux jours de sa vie. Rien ne pouvait lui gâcher son bonheur, même pas les sous-entendu de son père, lui signifiant qu'il avait intérêt à avoir vite un héritier. Lui qui, quelques années plus tôt, hurlait au monde qu'il n'aurait jamais d'enfants, il était plus blasé désormais.
Au fond de lui, il aurait aimé que Sirius soit là ce soir, qu'il vienne le taquiner sur ses pseudos futurs enfants. D'ailleurs en aurait-il lui même eu aujourd'hui s'il avait épousé Elenna? En avait-il actuellement là où il était? Etait-il oncle sans le savoir? Impossible de le savoir...Mais il aurait tellement aimé ne serait-ce que le voir, même pour quelques secondes...
C'est pour ça qu'au fond de lui, il espérait vraiment que cette personne, qu'il avait entre-aperçu dans l'obscurité, même s'il était trop loin pour voir son visage....il souhaita qu'il s'agisse bel et bien de son frère, qu'il soit bien venu, peu importe comment et pourquoi il avait appris qu'il se mariait, pourquoi il était venu après toutes ces années, même pour simplement le voir de loin...
Peut-être n'était-ce qu'un rêve...
Peut-être était-ce illusoire...
Mais penser qu'il s'agissait de lui, que Sirius ait assisté, même de loin, à son mariage, lui réchauffait le cœur...


*********

Sirius bailla, traversant les couloirs sombres de Casthell, il entra dans une pièce qui semblait moins sombre que les autres. Il s'approcha d'un petit lit «Salut Ténébris, ça va?» demanda t'il en soulevant la petite de quatre ans, elle avait un an de plus que Regulus. Celle-ci éclata de rire et tenta d'attraper les longues mèches sombres. Il sourit, elle ressemblait vraiment à son père, les même yeux, la même peau pâle et les même cheveux noirs. Il n'avait jamais su qui était la mystérieuse femme qu'aimait Darkhell....et de toute façon, ça ne le regardait pas, n'est ce pas? Simplement, Darkhell semblait plus déprimé ces derniers temps, était-ce parce qu'il ne pouvait plus la voir pour le moment ou était-ce pour autre chose.
Il restait pensif, son frère était marié comme lui, ne tarderait pas à être père à son tour (connaissant leur père, celui-ci voudrait que Nathanaël ait un enfant, et si possible un fils, rapidement). Un jeune soldat parfait, déjà lieutenant depuis deux ans malgré son jeune âge....sans doute promis à prendre la succession de leur père le moment venu. Nat avait vraiment réussi sa vie, était la fierté de sa famille, était heureux. Tout ce que lui n'avait pas pu être...
Faut que j'arrête, j'ai une femme qui m'aime, un fils adorable....j'ai ma propre famille, je ne suis plus le Sirius d'avant, je suis fort désormais...
Ca ne l'empêchait pas d'avoir un pincement au cœur, en repensant à son enfance, à ce père à qui il avait obéit si longtemps, dont il avait toujours recherché l'affection sans jamais obtenir ne serait-ce qu'une félicitation, un encouragement...Le souvenir de ces moments où, une fois seul dans sa chambre la nuit, il pleurait devant son incapacité à satisfaire sa famille, sanglotait devant cette si maigre affection qu'il recevait....
Tout ça c'était fini...terminé...il ne le vivrait plus jamais, désormais des gens l'estimaient, l'aimaient et croyaient en lui...lui faisaient confiance...il n'était pas seul, il ne le serait jamais...
Il fut tiré de ses pensées par une petite main qui tira brusquement une logue mèche couleur onyx. La ''douleur'' chassa ses démons. «Arg! Petit monstre! Tu n'as pas honte de t'en prendre au grand ''méchant'' Sirius!?» Vu les gloussements de la petite et le fait qu'elle s'muasait à ne rien lui dire, la réponse était...définitivement...Non. Il rit à son tour et passa affectueusement la main dans les cheveux sombres et ébouriffés, bien que très courts, de la gamine de 4 ans. «Tu sais quoi? Quand je vois ton père s'occuper de toi, j'ai du mal à croire que c'est le même sorcier qui terrorise tout Alysia depuis des années...franchement, les personnes qui le pensent sans cœur se trompent totalement...»
Lui le respectait beaucoup en tout cas...et n'éprouvait pas la moindre honte à travailler pour lui. Qui pouvait se permettre de le juger après tout?

*********

Sirius était dans une des pièces secrètes du Casthell et posa un large plateau emplis de fioles, vides ou pleines, sur une table poussiéreuse, soulevant un petit nuage grisâtre qui le fit éternuer.
- «Ouf! Heureusement que Darkhell m'a fait un traitement de potion il y a quelques années. Si j'étais toujours fragile au niveau respiratoire, j'aurais pu étouffer ici...qu'est qu'il y a comme poussière, il devrait vraiment faire le ménage de temps en temps, avec ses pouvoirs, ça ne lui serait pas dur, n'est ce pas?» Il fut coupé dans son monologue à voix basse par des coups provenant de quelques chose caché derrière un rideau.
Étonné, il écarta le large morceau de tissu violet et se retrouva face à une immense sphère en cristal, rendue indestructible par la magie. A l'intérieur se trouvait un...homme-oiseau qui semblait en mauvais état. L'être l'aperçut et s'exclama «Ca c'est la meilleure, depuis quand mon crétin de rival a un gamin? J'ai passé tant de temps que ça dans cette cage?!C'est sa nouvelle torture, c'est ça? C'est son fils qui va expérimenté des trucs maintenant?»
Sirius leva les yeux au ciel, blasé. «Mais pourquoi tout le monde pense que je suis le fils de Darkhell hein?» questionna t'il plus pour lui-même qu'à l'autre sorcier. Je devrais peut-être prendre ça comme un compliment...
- «Parce que tu lui ressemble morveux!» répliqua son interlocuteur aux plumes vertes et violettes.
Appréciant moyennent d'être traité de gamin, Sirius soupira, regardant avec attention «J'ai soudainement envie de faire des expériences tiens, je me demande bien pourquoi....» Sa voix calme et détachée en aurait effrayé plus d'un et le Galina réprima un mouvement de recul.
Puis, se sachant en position de faiblesse, il ravala ses insultes et grogna «Un peu de respect jeune homme, tu ne sais même pas qui je suis...
- Si...Vous êtes Skroa, un démon-galina que mon maître a vaincu il y a une vingtaine d'années lors d'un duel que vous avez lamentablement perdu...la puissance et l'habileté de Darkhell étant largement supérieur à votre fourberie et vos pouvoirs.
-...D'accord tu sais qui je suis!» Marmonna l'autre, pas plus surpris que ça. Donc il avait en face de lui l'apprenti de Darkhell. Il avait un peu de mal à imaginer ce type prendre un disciple. Ce garçon semblait trop calme, presque calculateur. «Alors...tu es le disciple de ce type...étrange!
- Puis-je savoir en quoi cela est étrange?
- Il n'est pas du genre à s'attacher au gens!
- Preuve est faite que vous le connaissez bien mal!
- Arrêtes de profiter de ma position pour m'humilier!
- Si telle était mon intention, je serais beaucoup plus venimeux que ça. De toute façon, je n'ai pas de temps à perdre avec vous! J'ai du travail!» Il rabattit le rideau avant même que l'autre ne puisse répondre, mais il perçut très bien les insultes que le sorcier prisonnier déversa sur lui.
Charmant...
Il comprenait que Darkhell ne le supportait que difficilement...


A suivre
Prochain Chapitre: Une idée du Bonheur


Dernière édition par Dragonna le Dim 30 Mai - 20:09, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Jeu 6 Mai - 19:37

Chapitre 13: Une idée de bonheur (Nathanaël)

- «Lieutenant Nathanaël! Un message pour vous!» s'écria un messager en tendant un message au jeune soldat qui s'occupait de son culbutor. Le blond prit le rouleau de parchemin, étonné, et le déplia avec surprise.
Il ne s'attendait pas à recevoir une lettre d'Oroban maintenant, même s'il était en mission avec les Faucons d'Argent depuis un mois. Il était vraiment surpris: De qui cela pouvait-il être? De Cyrielle? Qu'est-ce qu'il se passait? Il y avait un problème? Ses yeux bleus suivirent les lignes et son visage perdit peu à peu ses couleurs. «QUOI?» Il n'avait pas pu retenir sa voix, sous le choc.
Cygnus qui passait un peu plus loin dans le camps s'immobilisa en voyant le visage de son ami qui passait d'un teint normal à un teint pâle, visiblement choqué. Il s'approcha, et demanda avec hésitation «Il y a un problème?» Vu la tête que l'autre faisait, il était sur le mot ''problème'' qui n'était peut-être pas le meilleur mot à utiliser en ce moment.
Nathanaël le regarda et tenta d'articuler quelque chose: «....Je...» Il avala sa salive, visiblement toujours sous le choc, et balbutia «Cyrielle...elle...» Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que l'autre comprit quelle était la nouvelle. C'était évident...vu les circonstances.
Dans un sourire ravi, il fit: «Tu vas être père, c'est ça?» Gareth qui passait deux mètres derrière eux avec Arthur et Galaad, s'immobilisa et eut un sourire machiavélique, rapidement imité par ses amis.
Le blond, lui, était toujours sous le choc «Comment tu as deviné?!» La question était stupide car sa tête montrait bien que la nouvelle était quelque chose de fantastique et inattendue.
- «Ca se lit sur ton visage...» ricana le plus vieux en tapotant l'épaule de son ami. Gareth et les autres entourèrent leur ami pour le féliciter, le charrier et s'amuser à le faire angoisser sur la suite des évènements. Pour une fois qu'ils pouvaient l'embêter!
Le jeune adulte de 23 ans semblait toujours traumatisé. Il avait l'air perdu, semblant ne pas savoir quoi faire. Cygnus rit et dit «Tu verras, ce n'est pas si terrible!
- Un enfant...je vais avoir un fils ou une fille!» murmura le plus jeune avec hésitation, ayant visiblement enfin assimilé la nouvelle. Les trois autres, le prenant enfin en pitié, reculèrent, le laissant tranquille.
Le plus âgé haussa les épaules: «Oui...félicitation au fait!» Signala t'il plus par principe que pour l'embêter lui aussi. Pour ça, il attendrait que le blond se calme un peu.
Nathanaël se laissa tomber, appuyé à son Culbutor, et ferma les yeux, se massant les tempes avec une impression d'avoir pris un poids sur les épaules: «Un enfant...
- Ca va? Tu digères la nouvelle?» La pâleur de son ami l'inquiéta «Hé! Tu vas pas tomber dans les pommes quand même?»
Nathanaël se passa les main sur le visage et balbutia «Ca va....ca va! Comment tu as réagit toi quand tu as su que tu allais être père la première fois?
- J'ai sauté de joie...pourquoi? Et quand j'ai su, le mois dernier, que j'allais en avoir un autre bientôt, j'ai encore une fois sauter de joie!»
L'autre rit doucement puis inspira profondément «J'ai peur je crois.....» Imaginer avoir sa propre famille, se souvenir de la promesse qu'il avait faite à Sirius, imaginer un enfant (garçon ou fille), imaginer une famille unie et heureuse. Un sourire apparut enfin sur son visage. «J'ai du mal...à y croire...Je vais être avoir un fils ou une fille Cygnus!»
Le châtain eut un petit rire «Qui hurlait qu'il n'aurait jamais d'enfant?» Le taquina son ami en lui tapotant la tête d'un façon fraternelle.
L'autre se dégagea de l'ébouriffage et maugréa: «Ho ça va, j'étais un gamin!» il baissa les yeux sur la lettre et murmura «Faut que je lui réponde!»
Soudain Galaad revint à l'attaque «Hé! Allons à la taverne du village voisin pour fêter ça!
- On est en mission Gal!
- Pfff Z'êtes pas drôle!»
Nathanaël ignora la ''dispute'' et relut encore une fois la lettre, laissant un sourire de pur bonheur apparaître sur son visage. Un enfant...il allait enfin avoir sa propre famille.

*******

- «Ce sera un garçon, je le sais!
- Comment tu peux en être si sûre?!
- Instinct maternelle mon cher!
- Ben voyons...»

….....

- «Selina? Ca fait ancien comme prénom non?
- Un nom ne se choisit pas comme ça en un claquement de doigts! Et je n'ai pas envie de prendre un nom sur-utilisé! Sinon..ta suggestion d'Alienor me plaît bien!
- Tu as raison, c'est bien d'être original!
- Ta mère l'avait été pour donner à ton frère le nom d'une étoile! Beau prénom d'ailleurs...
- Oui mais je pense que père me tuerait si j'osais seulement y penser!!
- Probable en effet...Ne le provoques pas inutilement...
- Et Sirius n'est pas mort de toute façon!
- Comment en es-tu si certain?
- Instinct fraternel ma chère!
- Bien sûr!»

….....

- « Bon on a cherché des noms pour des filles, passons à des noms de garçons maintenant...
- Qu'est que tu penses de Lionel?
- C'est mignon, ça a une belle sonorité mais ….il y a un nom que j'apprécie beaucoup...
- Ha bon? Tu en préfère un autre?
- J'aime bien...Ikaël
- Ha? C'est vrai que c'est un beau nom!»

….....

- «Ha?! Ton deuxième enfant est né Cygnus?
- Oui! C'est un garçon, je l'ai appelé Ganja!
- Et bien....félicitation!
- T'en fais pas c'est bientôt ton tour..
- ….
- Nat?! Tu n'as pas peur quand même!?
- NON!
- Ha si...Tu angoisses totalement, mais ne t'en fais pas, c'est normal!»



*******


- «Nathanaël....reste assis!» Ordonna son père, le forçant à s'assoir, et lui jetant un regard avertisseur. Le jeune homme, retenu alors qu'il se levait de sa chaise, lui jeta un regard suppliant mais il resta intraitable. Il ne le laisserait pas y aller, quoiqu'il dise.
Le jeune futur père balbutia alors: «Mais...» Il jeta lança un coup d'œil vers la porte, n'ayant visiblement qu'une envie: aller voir sa femme. Pourquoi ne pouvait-il pas aller la soutenir? Il ne devait pas la laisser seule dans un tel moment, le jour le plus important de leur vie depuis leur mariage?! Ils allaient être parents, il ne pouvait pas l'empêcher d'aller la soutenir quand même?!
Anthor ne le laissa pas finir sa phrase, resserrant sa prise sur le bras gauche de son fils cadet «Tu ne servirais à rien dans un tel moment sinon à l'angoisser en paniquant, ou pire en t'évanouissant; et à quoi cela servirait-il que tu te fasse broyer la main? Tu ne ferais que gêner!» fit-il d'un ton sans réplique, glacial, avertissant par ses mots le plus jeune de ne pas lui faire honte. Qu'il se calme un peu au lieu de paniquer comme ça!
Le blond ouvrit la bouche pour protester, songeant pour la première fois à vraiment désobéir: «Mais enfin, Père...je...» Balbutia t'il avec angoisse, serrant ensuite les dents, plus nerveux qu'il ne l'avait jamais été depuis longtemps, si ce n'est toute sa vie. Son fils ou sa fille allait naître bon sang!
- «Pas de discussion! Restes ici!» Ordonna son père d'un ton tranchant qui fit presque se ratatiner sur lui-même son fils, qui restait obéissant malgré les années passées. Il rongea donc son frein, la gorge sèche, le cœur battant douloureusement, partagé entre impatience et angoisse. Jamais il n'avait été si nerveux ….vraiment jamais...il allait être père d'ici quelques heures..., cette longue attente prenait une dimension réelle. Fermant les yeux, il repensa aux discussions qu'il avait eu avec Cyrielle. Serait un garçon ou une fille? Yeux bleus ou yeux marrons? Cheveux blonds ou cheveux roux? Toutes ces questions tournaient dans sa tête, ne le laissant pas en paix, s'ajoutant à son inquiétude: est-ce que tout allait bien se passer? Cyrielle allait-elle bien? Et le bébé?
Il aurait bien fait les cents pas si son père n'avait pas été là, ne faisant qu'augmenter son angoisse par la pression qu'il exerçait sur lui. Ne pas bouger, ne pas bouger, il en avait de bonne...comment avait-il réagit quand cela lui était arrivé la première fois hein? Il était certain qu'à la naissance de Sirius, l'homme avait du être nerveux lui aussi. Pourquoi ne comprenait-il donc pas ce qu'il ressentait à cet instant?! Il croisa les doigts, se les entortillant douloureusement. Il inspira profondément, tentant un peu inutilement de se calmer, de de-stresser. Ce qui n'était pas si évident en réalité, la peur et l'impatience mêlées étant un mauvais mélange.
- «Vous avez choisie un nom au moins?»
Il déglutit, sa mémoire repassant rapidement tout les noms que Cyrielle et lui avaient retenu. Autant de prénoms féminins que masculins, originaux ou pas, chacun d'eux avaient ses favoris bien sûr. Il se mordilla la lèvre et se décida à répondre. «Oui...» Murmura t'il après hésitation, plus pour penser à autre chose qu'autre chose.
- «Et?» Son père voulait visiblement savoir comment son petit-fils ou sa petite-fille allait se nommer. Sans doute pour tenter de lui imposer un avis sur la question. Ou pour lui dire qu'il avait mauvais goût. Ou encore pour lui dire à quel point les prénoms qu'ils avaient gardé étaient mauvais.
Nathanaël toussota, gêné: «On hésite encore entre deux noms pour chacun des deux genres!
- Tss vous ne vous êtes pas décider donc! Tu ferrais mieux de trancher dès maintenant! Je ne pense pas que Cyrielle t'en voudras!»
Le jeune homme serra les dents. C'est une décision qui se prend à deux ça! Il hésita longuement et se souvint de quelque chose. Il connaissait suffisamment sa femme pour savoir comment elle réagirait à ça. «Selina ou Alienor si c'est une fille...» Commença t'il avec hésitation, se souvenant des deux prénoms féminins qu'ils avaient préférés tout les deux. «Et si c'est un garçon... Lionel ou Ikaël!» Il avala à nouveau sa salive, remarquant que les cris avaient cessés, il ne savait si c'était de bons ou de mauvaises augures.
Son père hocha la tête «Au moins, tu as un bon goût pour les prénoms...» Et il avait plus ou moins ce qu'il voulait: son fils s'était calmé, du moins un peu.
Nathanaël ravala ce qu'il brûlait de dire, soit lui siffler de se taire pour changer et regarda le sol, pensif. Il avait plus ou moins menti. C'était surtout les prénoms qu'avaient choisie Cyrielle qui lui plaisait le plus en fait, parce qu'elle avait bien meilleur goût que lui pour les choisir. Lui restait beaucoup trop...peu original. Alienor et Lionel, c'était pas vraiment ce qu'il y avait de plus original quand même...par contre Selina et Ikaël ça sonnait vraiment bien....Après mûre réflexion, il garda ces deux noms là, l'enfant, selon qu'il serait un garçon ou une fille aurait le nom correspondant! Et puis le nom si c'était un garçon lui plaisait beaucoup plus que l'autre.
- «J'espère que ....
- Du moment que l'enfant va bien, je m'en moque!» Coupa t'il, sachant ce que l'homme allait dire. Il n'eut pas conscience du regard agacé de son père, car au même moment un son plus que reconnaissable résonna à ses oreilles. Des pleurs d'enfants...d'un nouveau-né. Il se leva, tendu, et regarda la porte qui s'ouvrait, laissant voir l'assistante de la guérisseuse. «Alors?» Fit-il en s'avançant, ignorant le regard agacé de son père.
La jeune fille sourit devant cette attitude et répondit, doucement «La mère et l'enfant se portent bien! Félicitation chevalier Nathanaël, vous avez un fils!» Dit-elle, un doux sourire rassurant aux lèvres devant l'angoisse du jeune père. Formule d'usage qu'elle disait souvent, c'était une formule toute faite et qui marchait toujours. Elle ne changeait que le dernier mot, selon la situation.
Le jeune homme eut un sourire presque extatique, se retenant d'hurler de joie, et partit rapidement vers la chambre, ignorant complétement le rappel à l'ordre d'Anthor.



A suivre.
Prochain Chapitre, celui que vous attendiez (presque) tous?, «Retrouvailles»...entre Cygnus et Sirius.
(Oui je sais, vous auriez préféré entre les frangins mais pas d'inquiétude, c'est pour bientôt aussi)

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Ven 14 Mai - 21:13

Chapitre de transition (oui encore un) avant de passer à la partie suivante de l'histoire (la partie III je crois)

Chapitre 14: Retrouvailles

Cygnus arriva sur la terrasse de l'auberge où son ami lui avait donné rendez-vous. C'était un jour d'été et la chaleur n'était pas trop intense. Il chercha quelqu'un de précis sans l'apercevoir. Était-il arrivé trop tôt?! Ou alors son ami avait-il tellement changé qu'il ne le reconnaissait plus? Il en était à ce point de ses interrogations lorsqu'il sentit qu'on tirait sur sa cape. Baissant les yeux, il aperçut un petit garçon d'environ 6 ans aux longs cheveux noirs et aux yeux violets, sa peau était légèrement dorée. L'enfant le fixa intensément puis demanda, d'une voix claire, les mains croisées derrière son dos: «C'est vous m'sieur Cygnus?
- Monsieur...Cygnus?» S'amusa l'homme en entendant la voix respectueuse du gamin qui souriait innocemment. Ce petit lui rappelait quelqu'un.
- «Oui c'est moi...et toi? Qui es-tu mon garçon?
- Je m'appelle Regulus!» répondit le plus jeune avant de lancer d'un ton taquin «Et mon père a aussi le nom d'une étoile!» Il recula et désigna une table un peu plus loin, un grand sourire aux lèvres, l'air ravi et enthousiaste: «Regardez il est juste là!
- Attends! Ton père...s'appelle Sirius?» demanda le châtain, voulant être sûr et certain d'être en face du bon Régulus. Précaution inutile vu que le petit l'avait désigné par son nom...mais bon.
- «Ben oui et c'est vous qu'on attends!» réplique le brun et détalant dans la direction d'où il était venu, apparemment ravi d'avoir ''remplit'' sa mission.
Le faucon suivit le gamin jusqu'à la table situé sous le grand arbre, où un homme de son âge environ faisait miroiter le liquide rougeâtre de son verre dans la lumière du soleil. Cygnus toussota et murmura, d'un voix un peu émue: «Bonjour..Sirius!» Son ami d'enfance releva les yeux vers lui, et le soldat, pour un peu, ne l'aurait pas reconnu.
- «Bonjour Cygnus..ca faisait longtemps hein?» salua-t-il en posant son verre, accordant son entière attention au nouveau-venu tandis que le petit Regulus s'asseyait près de lui.
- «Un peu trop longtemps...» L'arrivant ne put s'empêcher de détailler son ami qu'il n'avait pas vu depuis des années. Le garçon chétif avait laissé placé à un homme musclé et, même s'il était toujours fin, avait bien l'air fort et combattif. Ses yeux brillaient d'une étrange lueur sans qu'il ne puisse dire où il l'avait déjà vu. «Et bien...je ne t'aurais presque pas reconnu mon vieux!
Sirius eut un petit rire claire, plissant ensuite les yeux d'une façon taquine: «Merci du compliment! Toi par contre, tu n'as pas changé d'un pouce!» Rajouta-t-il ensuite en regardant le faucon des pieds à la tête. Il analysait ça sans arrière pensées, agrémentant ses paroles d'un sourire détendue et heureux, ce qui était en total contraste avec le souvenir de son ami.
Celui-ci eut un petit geste de la main avant de dire, d'un ton amusé: «Merci, je prends ça comme un compliment!» Il échangèrent un sourire complice puis le soldat décida de passer à un autre sujet - «Alors qu'est que tu deviens en ce moment?
- Toujours pareil! Je suis guérisseur! Hé! Faut croire que j'ai fait ce que mon père voulait que je fasse finalement!» Il haussa les épaules tandis que l'autre levait les yeux au ciel, faussement désespéré.
- «Melian n'est pas avec toi?» s'étonna ensuite Cygnus qui pensait rencontrer la femme de son ami, ce qui avait été plus ou moins sous-entendu dans la dernière lettre.
Sirius eut l'air surpris un instant puis comprit: «Hum? Ha non!
- Maman est restée à la maison parce que ma petite sœur est malade!» Expliqua Regulus qui avait relevé le nez de son verre de lait vide. Il avait visiblement envie de participer à la discussion.
Les deux hommes lui jetèrent un regard amusé et Cygnus fit, d'un ton amusé «Quand pensais-tu me dire que tu avais un second enfant?
- Dans ma prochaine lettre pourquoi?» répondit nonchalamment Sirius en ébouriffant les cheveux de son fils qui gloussa en tentant de s'échapper, s'exclamant qu'il allait être tout décoiffé.
Cygnus leva les yeux au ciel et croisa les bras, attendant que la personne qui lui apportait sa boisson reparte pour dire «Tant mieux remarques, j'ai des nouvelles à te dire moi-aussi!
- Hum?» Un regard curieux se posa sur lui et même Regulus fut intrigué par son sourire. «Quelle nouvelles, ça concerne Nat?» Il avait déjà l'air plus intéressé par la conversation.
Regulus se redressa soudain, les yeux brillants: «Tonton Nat? Il va bien?!» Il esquiva la taloche en riant et se corrigea en envoyant un sourire angélique à son père: «Oncle Nathanaël je veux dire...»
Cygnus se mit à rire et dit «En fait je t'avais déjà dit qu'il avait eu une promotion et qu'il était devenu lieutenant n'est ce pas?» L'autre hocha la tête, perplexe et son ami reprit: «Et bien...il a eu un fils! Il y a 6 mois environ!»
Sirius avala sa dernière gorgée de travers et eut une légère quinte de toux, avant de s'exclamer, l'air vraiment surpris: «J'ai un neveu?» Il ne semblait pas s'y attendre à celle-là.
Regulus ouvrit des yeux ronds et fit, presque sur le même ton: «J'ai un cousin?» Pour quelqu'un qui ne le rencontrerait sans doute jamais et qui n'avait jamais connu son oncle il avait l'air super enthousiaste.
- «Oui, ils l'ont appelé Ikaël!»
Regulus intervint à nouveau, les yeux à nouveau brillants «Wouha! C'est joli comme nom!» Il se tourna vers son père «Hein papa?»
Sirius, pensif, tapotait la table des doigts «Hum...» Il prit conscience que son fils lui avait parlé et répondit «Oui oui tu as raison!» Il ébouriffa à nouveau la tête de son fils qui gloussa.
Mais le plus vieux avait l'air un peu inquiet malgré tout et Cygnus en comprit vite la raison. Il tenta alors de le rassurer: «Ne t'en fais pas, ton père ne l'approche pas pour le moment!»
Un éclat de rancune illumina le regard bleuté de Sirius qui grogna «J'espère que Nat ne le laissera pas toucher à un seul cheveux de son fils!» il songea que si son père osait lever la main sur Regulus (s'il le connaissait) lui ne se retiendrait pas!
- «Ho ne t'en fais pas! Le garçon qui criait haut et fort qu'il n'aurait jamais d'enfants parce qu'il ne les aimait pas a bien changé» souligna Cygnus dans un sourire entendu, pour rassurer son ami en l'informant (à demi-mot) que son frère était un père exemplaire (pour le moment).
Un éclat de rire fut sa seule réponse.

*********

- «Qu'est que tu penses de Darkhell et de son ''fils''?»
Sirius se figea et se félicita de dissimuler ses émotions à la perfection (et accessoirement de tourner le dos à son ami) tandis qu'il regardait Artanis et Regulus qui jouaient dans le jardin de la demeure de Cygnus. La petite fille de 6 ans s'amusait à poser une couronne de fleurs sur la tête du brun du même âge qui se prêtait de bonne grâce au jeu, tentant de faire lui aussi une couronne de fleurs de ses petits doigts. «Ce que j'en pense? Pourquoi me demandes-tu ça? Parce que tu crois que je suis dans un coin paumé et que je ne sais rien!
- Je n'ai pas dit ça Sirius et tu le sais!» Répliqua le châtain en levant les yeux au ciel devant le sarcasme.
L'autre eut un rire amusé: «Je plaisantes Cygnus! C'est juste une boutade! Accessoirement, le fils de Darkhell dont tu parles là, rien ne dit que c'est son fils et rien ne le prouve tu sais?! Vous vous avancez un peu vite en disant ça!
- Sérieusement, qu'est-ce que tu en penses?
- A vrai dire...vu que je n'ai jamais eu affaire à lui ou à ses troupes, que mon village ne risque jamais rien, je pourrais dire que je m'en fiche n'est-ce pas? Mais comme votre groupe le combat, je vous soutiens moralement!
- Très drôle mon vieux, très drôle!»
Cygnus trouvait vraiment que son ami avait changé, quelque chose dans son aura l'intriguait, le brun dégageait une impression de force, de puissance. Avait-il appris la magie dans le cadre de son travail de guérisseur?! Et il avait l'air heureux, vraiment heureux loin de la pression de son père, loin de tout. Heureux avec sa famille, heureux loin d'eux, de son passé. «Tu n'as jamais envie de revoir ton frère? Lui faire savoir qu'il a une belle-sœur, un neveu et une nièce? Rencontrer ta propre belle-sœur et ton propre neveu?!»
Sirius ne répondit pas immédiatement, il poussa un profond soupir «il y a une grande différence entre ce que je veux et ce que je peux Cygnus! Même si je revenais maintenant, qu'est-ce-que ça changerait, si ce n'est que mon père voudrait à nouveau régir ma vie!
- Il ne te fais plus peur n'est ce pas?
- Je ne veux pas que Regulus s'approche de lui! Ni apprenne un jour comment j'étais traité durant mon enfance, c'est une page tournée pour moi!» Il serra les dents et les poings tandis que les souvenirs de son passé apparaissaient dans son esprit, douloureux et cruels, de chose auxquelles il ne voulait plus penser, qu'il voulait oublier.
- «Mais...même prévenir Nat! Faire comme pour moi une simple correspondance? Regulus a le droit de connaître son oncle et son cousin non?
- Je ne peux pas...j'ai peur je crois..» avoua finalement celui qui était, sans que personne ne le saches, celui que l'on nommait ''le fils de Darkhell''. Un jour il savait que la confrontation serait inévitable entre les Faucons d'Argents et les armées de Darkhell. C'est pour ça qu'il ne voulait pas entrer en contact avec son frère. Il avait fait un choix, qu'il ne regretterait jamais malgré quelques exceptions...et il resterait là où il était.
Aux côtés de Darkhell...
Et si Nat l'apprenait un jour...
Jamais il ne lui pardonnerait de l'avoir trahi, de les avoir trahis de la sorte!


A suivre dans le Chapitre 15: «Destins»
Vous l'attendiez tous et toutes n'est ce pas?
Et bien c'est pour le prochain chapitre *rire diabolique*


Dernière édition par Dragonna le Jeu 27 Mai - 9:21, édité 2 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Dim 16 Mai - 21:54

Chapitre 15: Destin (Nathanaël et Sirius)

Sirius marchait rapidement dans les couloirs sombre de Casthell, sans prêter attention au décor lugubre auquel il était habitué. Il arriva dans une petite pièce vide, et se laissa tomber sur une chaise, fatigué de sa dernière mission. Les armées de ce pays, que les forces de Darkhell avaient affronté, étaient vraiment trop faibles. Sirius et ses troupes avaient ravagés la ville désignée, sans le moindre scrupule, la moindre hésitation. Seul les femmes et les enfants avaient été épargné, les soldats ayant été les seuls à défier Darkhell. L'avertissement avait été plus que clair, ils n'étaient pas prêt de recommencer....enfin les survivants n'allaient certainement pas recommencer.
Mais de toute façon, il était impossible à quiconque de vaincre le sorcier le plus puissant qu'Alysia ait jamais connu. Il se permit un petit sourire supérieure à cette idée. Alors père qui est faible maintenant? Même s'il n'avait jamais affronté l'armée aux armures d'argent, il était certain de sa supériorité sur l'homme qui l'avait maltraité toute son enfance.
Tu parles d'un père quand même! Je suis cent fois mieux que lui et Nathanaël milles fois plus! Il se dépréciait toujours un peu mais plus autant qu'avant. Il avait 32 ans désormais, il n'était plus le jeune homme frêle et fragile qui tremblait devant son père, non...ce serait peut-être même un jour la situation inverse. Il serra son poing tandis que ces délectables pensées vengeresses s'insinuaient dans son esprit revanchard.
- «Bonjour Sirius!» Fit soudain une petite voix flutée, semblant sortir de nulle part.
Il sursauta, tiré de ses pensées, pour se retourner. Une petite frimousse se tenait à la porte, et plus exactement une petite fille d'environ 10 ans aux mèches noires et aux yeux rouges. Son visage assombri s'éclaira aussitôt d'un sourire affectueux. «Bonjour Ténébris! Comment vas-tu?
- Bien même si je m'ennuie un peu! J'suis toute seule, père est beaucoup dans son laboratoire en ce moment!» Répondit la petite avec une moue chagrinée, attristée de ne voir que trop peu Darkhell à son goût. Même si celui-ci adorait sa fille, il avait un monde à conquérir quand même! Donc il y travaillait d'arrache-pied. Ce qui ne l'empêchait pas de tout claquer pour s'occuper d'elle quand il en avait envie! Ce type était bourré de contradictions!
Sirius ébouriffa les mèches déjà emmêlées de la petite en proposant: «Si tu veux, je peux lui demander de te prendre quelques jours chez moi, ça te changera les idées et te changera un peu d'air!» Il ne fallait pas que Ténébris déprime trop, et avec un décor pareil ça pourrait arriver à n'importe qui. D'ailleurs ça avait un peu assombri la personnalité de Sirius mais il était resté ici en toute connaissance de cause, de sa propre volonté.
- «Ho oui! J'aimerais revoir Regulus et Cassiopée..» Visiblement la gamine trouvait l'idée fort réjouissante. L'idée de revoir son (seul) ami de un an de moins qu'elle semblait véritablement l'enthousiasmer. «Je vais aller demander à père moi-même!» Et sans laisser le meilleur guerrier de son père en placer une, elle partit comme flèche vers l'endroit où le sorcier sombre travaillait.
- «J'espère qu'il ne travaille pas sur quelque chose d'important..» Murmura Sirius, pensivement en la regardant filer: «Quoique Ténébris est la seule à pouvoir le faire rater une expérience sans rien risquer comme conséquence (même moi je risquerais de me prendre une fireball)» Il soupira et emboîta le pas à la petite, décidant qu'il profiterait de l'interruption pour faire son ''rapport''.
Lorsqu'il entra dans la pièce, Darkhell parlait avec la petite qui lui expliquait d'une voix rapide, presque sans respirer, que Regulus lui manquait, qu'elle aimerait revoir Melian, et que Sirius lui avait proposé de passer deux ou trois jours chez lui!! Le sorcier, posant son masque sur la table, semblait amusé par le débit impressionnant de parole de la gamine de 6 ans. Une fois qu'elle eut terminé et qu'il eut dit que ça ne le dérangeait absolument pas si ''Sirius'' était d'accord, il se tourna vers le commandant de ses troupes qui attendait placidement à la porte.
- «Comment cela s'est-il passé Sirius?
- Comme d'habitude seigneur Darkhell, ils nous ont abreuvé d'insultes et j'ai calment fait comprendre que leur attitude était déplaisante.» Traduction...les troupes de Darkhell et lui avaient détruit la ville et avaient tué pas mal de personnes. Il avait agrémenté sa réplique d'un sourire plein de sarcasmes. Visiblement il n'éprouvait pas plus de remords que ça pour ce qu'il avait fait.
Darkhell se mit à rire, amusé par ce garçon qu'il avait fini par prendre en affection depuis les 14 ans qu'il le connaissait. «Ton humour noir prouve que je déteins sur toi mon petit! Tu commence à me ressembler sur certains points!
- Je ne considère pas ça comme une mauvaise chose!
- La flatterie te va très mal!
- Ce n'est pas mon intention!»
Ténébris les regardait tout deux, ne comprenant évidement pas toute la teneur de la discussion. Son père se tourna ensuite vers elle et lui ordonna, d'un ton de voix entièrement différent, d'aller préparer quelques affaires puisqu'elle irait passer quelques jours chez Sirius. Une fois la petite partie, Darkhell se tourna à nouveau vers son plus fidèle allié pour dire, d'une voix beaucoup plus sérieuse. «Sirius je veux que tu aille à l'endroit indiqué sur cette carte!» Il tendit un parchemin enroulé à son ''fils'' qui la prit, pensif. «Il y a las-bas une personne qui commence à me déranger» Le poing du sorcier se serra et il siffla entre ses dents «C'est un homme qui a un charisme énorme et qui a réussit à la tête d'une petite armée à éliminer une de mes troupes! Par surprise qui plus est!» Darkhell eut un éclat dangereux et rancunier dans le regards: «Je veux que tu tue cet homme! De plus, tu emmèneras plus de troupes que d'habitude avec toi, il y a énormément d'armée de soldats dans cette zone! Donc fais attention! » Prévint-il étrangement tendu. Il devait vraiment y avoir un problème! Ou alors s'inquiétait-il pour lui?
Sirius fut légèrement étonné que le sorcier lui dise de faire attention à lui, ce n'était pas dans ses habitudes. Le jeune sorcier se résolut à mettre fin aux problèmes de son employeur car s'il se mettait encore plus en colère, il ne préférait pas penser à ce que cela donnerait: «Bien...je pars quand dans ce cas?» s'informa-t-il en rangeant la carte roulée à l'intérieur de ca cape-manteau. Maintenant qu'une nouvelle mission lui était donnée, il avait bien l'intention de la mener à bien! Et personne n'avait intérêt à se mettre sur son chemin...sous peine d'élimination rapide!
Le sorcier le plus expérimenté avait déjà tourné les talons, mais cela ne l'empêcha évidement pas de répondre à son apprenti: «La semaine prochaine, jour pour jour, les troupes te rejoindront au point de rendez-vous habituel au lever du soleil!» Et il disparut dans son laboratoire après lui avoir signalé qu'il avait intérêt à prendre soin de Ténébris.
La routine quoi...

*******

Nathanaël descendit de son culbutor, plongé dans ses pensées. Puis il se retourna vers Cygnus qui le rejoignait avec entrain. Son ami lui tapota ensuite l'épaule, plein de sollicitude: «Comment te sens-tu Nat? Ca te fait quel effet de peut-être vivre une bataille sérieuse contre le sorcier noir?» S'enquit-il, s'appuyant à un arbre à deux pas.
- «Je suis un peu nerveux, je n'ai encore jamais eu affaire aux troupes de Darkhell jusqu'ici ou alors juste des escarmouches, je n'ai jamais vu ''son fils'' et s'il est certain qu'il sera présent, c'est que le sorcier ne plaisante pas du tout.» Le blond soupira, légèrement inquiet quand même. Il avait entendu tant de choses sur ce ''fils'' qu'il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter. En plus il avait une famille qui l'attendait à Oroban, un fils trop jeune pour être privé de sa présence et un autre qui venait juste de naître. Et Cyrielle, elle ne se remettrait jamais de le perdre...Il sortit de ses pensées en entendant son père qui donnait des ordres pour dresser le campement.
Le châtain eut un air pensif. «Les trop rares survivants parlent de lui de façon totalement différentes. Même s'ils s'accordent tous à dire que c'est un combattant et un sorcier très doué.» Il s'interrompit, voyant le visage quelque peu blême de son camarade et décida de le dérider un petit peu : «Comme il a un masque qui lui cache tout le haut du visage, on ne sait pas à quoi il ressemble! Hé qui sait on l'a peut-être croisé sans le savoir ou pire...peut-être qu'on le connaît?!»
Cette simple idée flanqua des frissons au blond: «Dis pas ça Cygnus, tu me flanques la trouille!»
Son ami haussa les épaules et continua «Donc on doit protéger un type qui a eu la grosse tête parce qu'il a détruit, avec quelques hommes, une des meilleure troupe de Darkhell. Hé c'est sans doute parce que son fiston n'était pas présent ce coup-là! Maintenant monsieur le héros a peur des représailles et à engagé les Faucons d'Argent pour le défendre. Parce que, en plus, Darkhell a eu la gentillesse de le...hem...prévenir de ''sa'' venue. D'un autre côté, je comprend que cet homme ait peur là. Et le pourcentage de chance de le fils de Darkhell soit présent a aussi convaincu ton père de venir!
Nat retira son casque, frottant sa nuque ankylosé par le voyage et la protection un peu lourde qui entourait sa tête en permanence durant les missions: «Ha? Père veut qu'on le capture?
- Ou qu'on le tue oui...bref qu'on mette fin à sa "carrière".
- Je..suppose qu'il a tout prévu!
- Ton père est un bon chef mais il a un gros défaut: il est trop sûr de lui!
- Je suis certain que face à quelqu'un comme Darkhell il a anticipé toute éventualité enfin!»
Cygnus n'avait pas l'air convaincu, à la grande surprise de Nathanaël qui faisait une entière confiance à son père.Il craignait plus qu'il n'aimait l'homme mais respectait énormement le soldat. Il lui semblait donc absurde que son père n'ait pas un plan génial pour cerner le fils de Darkhell.

*******

Le soleil se couchait à l'horizon, tout était tranquille, bien trop tranquille. Sirius observait, son masque plaqué sur son visage, la situation en contrebas. Il se tourna ensuite vers ses troupes qui attendaient calmement dans un recoin rocheux en haut de cette montagne qui dominait la vallée. Puis il lança, d'un ton calme mais parfaitement audible «Au signal vous attaquerez tous! Pas de quartier! Rasez la ville! Faites comme d'habitude!» Il se retourna pour mieux regarder la ville et essaya de trouver sa cible à l'aide de différentes suppositions.
Soudain ses yeux se plissèrent quand il reconnut un symbole particulier, un symbole qu'il ne connaissait que trop bien pour l'avoir vu tant de fois dans son enfance, pour l'avoir sur le pendentif qu'il portait toujours autour de son cou. Un soupir lui échappa tandis que ses épaules s'affaissaient, il se reprit cependant rapidement.
C'était inévitable...
...c'était le destin.

Il allait devoir faire attention...si son père était là, la difficulté serait accrue. S'il haïssait l'homme il reconnaissait son génie militaire. Et la présence de Cygnus et de Nathanaël allait compliquer les choses. Ce serait utopique de se dire qu'il allait tout simplement les éviter...utopique et impossible. Ce serait trop beau qu'il ne les croisent même pas.
Il allait faire nuit et ils porteraient des casques!
Pour les reconnaître, ça n'allait pas être simple!
Tant pis, il fallait prendre un risque et vivre dangereusement
.

*******

Il courrait dans les couloirs, sentant les battements de son cœur qui s'accéléraient tandis qu'il s'approchait de son but. Quelque chose n'allait pas...les gardes avaient été retrouvé morts! Et des Darkhellions étaient apparus dans le ciel en rugissant sinistrement. Il était là, c'était sûr et certain, il était venu comme on le pensait. Le fils de Darkhell était venu exercé la vengeance de son père! Une boule d'angoisse lui serra la gorge. Et s'il était déjà là-bas, s'il avait déjà tué celui que son groupe devait protéger? Il s'immobilisa devant la porte et posa la main sur la poignée quand un cri retentit. Un cri qui lui glaça le sang. Il ouvrit la porte, sachant au fond de lui que c'était probablement déjà trop tard.
Il était là, effectivement..et lui tournait le dos. C'était un homme d'une certaine taille, au longs cheveux noirs plein d'épis et aux sombres habits. Sa main était refermée sur une lame tâchée de sang. Lentement le ''fils de Darkhell'' se retourna vers lui, son visage impossible à voir à cause du masque. Nathanaël distinguait cependant deux yeux d'un bleu azur qui étaient sombres, indifférents ou ennuyés, il n'aurait su le dire. Le temps sembla suspendu, il dégaina son épée en se jurant de tout faire pour défendre sa vie face à ce monstre. Cependant, celui-ci ne sembla pas désirer l'affrontement, mais s'approcha de la fenêtre et tendit la main au dehors. Quelques secondes plus tard, une boule lumineuse éclatait dans le ciel.
Nathanaël se sentit soudainement glacé d'horreur et d'angoisse: Un signal...
Il avait laissé passer un signal ennemi, sans doute celui d'une attaque, sans intervenir!
Pourquoi était-il si tétanisé?

Puis, après lui avoir lancé un regard plus qu'ironique, le ''fils de Darkhell'' grimpa sur le rebord de la fenêtre et sauta à l'extérieur, sans prendre en compte le fait qu'il était au troisième étage. Sa silhouette disparut bien vite au coin d'une rue. Le jeune soldat se reprit alors et s'élança en courant vers la sortie. Il était hors de question qu'il le laisse partir!
"Fils de Darkhell, tes méfaits s'arrêtent ici!"

A suivre
dans le Chapitre 16 "Guerre Fratricide"
Et pour répondre à d'éventuelles questions....
Non! Ils ne se sont pas reconnus (pour le moment): Sirius a un masque sur la figure, Nat a son casque.


Dernière édition par Dragonna le Mer 9 Juin - 21:11, édité 3 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Mar 18 Mai - 21:18

Chapitre 16: Lutte Fratricide

Il se plaqua contre le mur, haletant, et regarda l'homme qui se trouvait sur la place. Une bouffée de haine le submergea. S'il pouvait le tuer, s'il pouvait se débarrasser de lui...sa main tremblait mais il se contint. Non! Ca ne changerait rien au fond! Si ce n'est qu'on aura encore plus envie de la tuer qu'avant! Et puis..Il sursauta et jeta un coup d'œil par dessus son épaule, ayant cru entendre un bruit mais il ne distingua rien. Rien que les sons de combats qui résonnaient partout et les flammes ici et là. Rien d'autres...et la ruelle était sombre, vide de toute autre être vivant que lui.
Personne..
Sérieusement il devenait paranoïaque...

Se détachant du mur, il tira son épée et l'essuya négligemment, sans vraiment songer à ce qu'il venait de faire. Maintenant il devait rétrécir légèrement la ville. Ses doigts se plièrent et des étincelles de magie crépitèrent tandis qu'elles les parcouraient. Quelques boules de feu seraient parfaites pour commencer, ensuite il verrait. Il allait débuter en douceur, histoire de créer une panique, et ainsi faire moins de victimes innocentes. Et surtout un affolement de population allait déconcentrer les soldats aux armures d'argents. Bref que du bénéfice pour lui...Il n'avait guère envie de se frotter aux faucons de toute façon.
- «Toi! Ne fais plus un seul geste!» s'écria une voix derrière lui, une voix qu'il ne connaissait pas, il soupira presque de soulagement à cette dernière constatation.
Cette fois, ce n'était pas une hallucination.
Il se retourna calmement, un petit sourire amusé aux coins des lèvres. «Écoutes, qui que tu sois ! Je n'ai pas que ça à faire!» Il ne semblait absolument pas avoir peur de ce soldat qu'il ne distinguait que peu dans l'obscurité de la rue. Cependant il y voyait surement bien mieux dans l'obscurité que celui-ci (question d'habitude).
Nathanaël plissa les yeux, cette voix lui disait vaguement quelque chose mais, paradoxalement, il n'avait pas l'impression de l'avoir déjà entendu. Grave, douce et dénuée de toute froideur, c'était indubitablement la voix d'un adulte ayant atteint (ou dépassé) la trentaine et absolument pas le genre de voix qu'on aurait du entendre provenir du fils d'un sorcier cruel comme Darkhell. Il le distinguait à peine sous la lumière des deux lunes, et ne voyait donc presque que ses yeux indifférents qui le fixaient, comme attendant quelque chose. Prenant son courage à deux mains, le blond s'exclama: «Je vais...mettre fin à tes méfaits fils de Darkhell!
- Hum...essaie de donner un peu plus de conviction à tes paroles! Ton petit discours ne impressionne pas vraiment là!» Il eut un petit rire et leva la main, quelques secondes plus tard, le lieutenant plongeait au sol pour éviter la boule de feu qui fit s'écrouler le mur près duquel il était.
Se redressant rapidement, il eut tout juste le temps de tirer son épée pour bloquer l'attaque fondant sur lui avec toute la force et la violence d'un duel plus que sérieux. Le choc des deux lames le fit presque vaciller mais il se maintint, mettant toutes sa puissance physique pour repousser l'adversaire. Celui-ci profita de l'attention détourné du soldat sur les lames pour lui flanquer un coup de pied dans le ventre, le renvoyant plus loin.
Le souffle coupé, Nathanaël s'écrasa par terre, sa tête heurtant le sol. Se mordant la lèvre sous le choc, il roula rapidement sur le côté pour se remettre debout. Pas assez vite cependant, pour que la lame de son ennemi ne lui entaille la jambe juste au dessus de la protection du genou. Vacillant il ne s'écroula pas, reculant juste assez pour s'appuyer au mur quelques secondes. Il baissa les yeux sur sa plaie, et fut soulagé de voir qu'il n'y avait rien de grave.
L'autre recula et, à sa grande surprise, partit en courant dans la direction où avait lieu les combats. Pourquoi fuyait-il l'affrontement avec lui? Parce qu'il était pressé? N'avait-il pas dit qu'il avait autre chose à faire? De toute façon la mission avait échoué non? La personne qu'ils devaient protégé avait été victime du fils de Darkhell. Qu'est ce que le jeune sorcier pouvait-il faire de plus dans ce cas?Vérifiant que sa blessure n'avait rien de grave, il s'élança à sa poursuite. Il était hors de question qu'il le laisse filer!

Sirius s'immobilisa sur la place, jetant un coup d'œil circulaire autour de lui, vérifiant la présence d'adversaire potentiel. Personne ne venait, les cris résonnaient fort bien à présent, agrémenté de ceux des monstres de Darkhell qui attaquaient les soldats. Au dessus de lui, des Darkhellions tournaient, prêt à attaquer au moindre signal de sa part.
Parfait..tout était parfaitement en place, se déroulait comme d'habitude. Il inspira profondément l'air de la nuit, identifiant celle de la fumée, du feu. L'incendie se propageait et les foules terrifiée sortaient en courant des secteurs dangereux. Certains des soldats restaient alors avec eux pour les protéger. Sirius soupira, c'était presque trop facile. Pour un peu, sa présence n'aurait pas été nécessaire. Bon il avait parfaitement accomplit sa mission mais maintenant sa présence n'était plus vraiment requise. Allait-il attendre les troupes sur la montagnes? Il n'avait pas trop envie de se battre ce soir, par manque de motivation.
Tout se passait comme... Il se retourna, tirant son épée pour bloquer une attaque en traitre. Encore le petit soldat de tout à l'heure. Ce qu'il devait collant lui! Allait-il devoir le tuer pour avoir la paix? Ou le mettre simplement hors combat en lui infligeant une blessure guérissable (et sans séquelles) mais qui l'enverrait au tapis pour plusieurs heures?! Après réflexion, il préféré cette solution. Bondissant en arrière, il engagea un duel armé avec autant de maîtrise que de force. Au bout de quelques temps, il eut une pensée de remerciement envers Darkhell. Sans ses potions, il aurait toujours été de faible constitution et aurait déjà été épuisé. Mais là il était aussi fort que n'importe quel chevalier ou soldat...il était leur égal...Cette pensée lui arracha un sourire carnassier et il redoubla d'ardeur. D'ici quelques minutes, ce jeune soldat allait se prendre une attaque magique de son crû.

Nathanaël serra les dents en parant une nouvelle feinte tout aussi osée que les précédentes. Mais qui était ce type? Ce n'était pas qu'il était trop fort, c'est juste qu'il semblait avoir beaucoup d'énergie. Soudain il vit une étincelle parcourir la main gauche de son ennemi...trop tard! Il reçut la fireball en pleine poitrine et fut propulsé au sol, sentant la vague de douleur le submerger. Son armure avait cédée sous le choc mais lui n'avait, visiblement, aucune blessure grave. Il ne put éviter le coup d'épée qui s'abattit alors sur lui, lui entaillant méchamment l'épaule gauche. Il riposta d'une façon peu chevaleresque, en envoyant un coup de pied dans le genou droit de son adversaire. Celui-ci recula en sifflant un juron entre ses dents.
Le blond en profita pour se rouler sur le côté et se remettre debout, encore étourdit par les deux coups successif qui s'étaient abattus sur lui sans aucune pitié. Il commençait vraiment à être épuisé, ses bras étaient comme alourdis, il avait peine à bouger son épaule qui le brûlait douloureusement. L'attaque magique ne semblait avoir fait aucun dommage physique (à part briser son armure). Il n'avait désormais plus que sa tunique pour le protéger au niveau du torse et du cou. Maigre défense si l'autre réitérait son coup de la boule de feu.
Alors que leurs épées se heurtaient une nouvelle fois, un cri se fit entendre et un darkhellion plongea brusquement sur des adversaires qui arrivaient d'une rue transversale, les frappant tout deux au passage d'un maladroit (accidentel) coups de queue qui les envoya au sol, pour la premiere fois en ce qui concernait le sorcier et pour la troisième fois en ce qui concernait le faucon. Celui-ci se redressa rapidement et, remarquant qu'il avait perdu son casque, laissa échapper un juron devant cette nouvelle perte de protection. L'autre se releva tout aussi vite, portant la main à sa tête, visiblement blessé. Soudain Nathanaël remarqua quelque chose au sol....un masque, le «fils» de Darkhell avait perdu son masque.
S'il se tournait vers lui, il verrait son visage.
Sirius se tourna vers le jeune soldat, agacé désormais, et se jurant de massacrer ce crétin de darkhellion dès que tout sera terminé! Il s'aperçut que son masque était partit. Il soupira, se demandant s'il allait devoir ajouter cet homme à sa liste de victimes, ou s'il pouvait le laisser vivant en ayant vu son visage. Le ciel lui même du être contre lui car à cet instant la lumière lunaire revint, enfin débarrassé des nuages
Il vit enfin le visage de ce soldat qui l'affrontait, le poursuivait depuis tout à l'heure. Et il se figea: deux yeux bleus comme l'azur, une cascade de cheveux blonds comme les blés comme ceux de leur mère. La dernière fois qu'il l'avait vu, son petit frère n'avait que douze ans mais il l'aurait reconnu entre mille. Ce soldat de 26 ans, c'était lui...sans aucun doute. Et c'était dit...il était maudit.
- «Na...Nathanaël!»
Ce dernier, durant ces mêmes instants, se figea. La dernière fois qu'il l'avait vu, son grand frère n'avait que 18 ans, à présent il en avait 32. Ces cheveux noirs même pleins d'épis, et cette peau plus dorée qu'avant (où elle était laiteuse), cette silhouette fine mais musclée qui avait remplacé le jeune homme maigre et frêle. Et ces yeux de la même teneur que les siens: d'un azur profond, hypnotisant.. Et...ce pendentif qui était sortit de sous la tunique sous le choc qui venait d'avoir lieu: doré avec une deux ailes blanches sculptées dessus: un médaillon unique gravé juste pour lui... Une boule se forma dans sa gorge, ses yeux le piquèrent et il murmura d'une voix étranglée, au moment même ou l'autre disait son prénom: «..Si..Sirius?»

Un temps, un interminable silence...trop de questions se bousculaient dans l'esprit de Nathanaël. La dernière fois qu'il avait vu son frère, c'était il y a 14 ans. Comment...que faisait-il du côté de Darkhell?! Comment quelqu'un d'aussi doux et gentil que lui pouvait être dans le camps de ce sorcier si cruel?! Comment son frère si doux pouvait tuer sans sourciller? Il ne comprenait pas et avait peur de savoir.
Sirius soupira et secoua la tête «Ce n'est définitivement pas mon jour aujourd'hui, je croise sur ma route la seule personne que je ne voulais pas voir!»
La phrase fut comme un coup de poignard pour l'autre. Alors il l'évitait bel et bien, il avait coupé les ponts avec sa famille...il ne voulait plus avoir affaire à eux. Serrant les poings il murmura, d'une voix sourde, tremblante: «Pourquoi Sirius?» Il ne parvenait pas à dire autre chose, ne comprenant pas, voulant une explication, espérant que l'autre serait gêné ou mal à l'aise.
L'autre leva les yeux au ciel, levant d'une voix exaspérée: «Je t'en prie petit frère! Ne me sors pas le coup du ''pourquoi fais-tu ça''? C'est d'un cliché!» Il ne rengainait pas son épée, signe que la confiance ne régnait pas.
- «Pourquoi es-tu avec Darkhell? Pourquoi lui? Pourquoi sers-tu cet homme qui n'apporte que malheur et destruction sur Alysia?
- Parce que personne d'autre ne voulait de moi...personne ne voulait du faible, du fragile Sirius. Qui aurait voulu d'un jeune homme maladif? Lui m'a donné ma chance!
- Tu es parti pour ça...tu as fuis pour...Pourquoi as-tu renié notre famille?
- Notre famille?! Un père qui m'ignorait quand il ne me battait pas?! Qui me traitait comme un déchet parce que j'avais ruiné ses espoirs envers moi? Une mère qui n'intervint jamais, à partir de mes douze ans, pour m'épargner les grêles de coups que je me prenait?! Oses affirmer le contraire!»
Nathanaël ne put rien dire, la gorge serrée devant la véracité de ces dires. Mais...il baissa les yeux, cherchant quelque chose à dire, pour contrer cette haine. «Mais...moi je...
- D'après ce que j'ai su plus tard, on ne m'a même pas cherché, c'est dire à quel point j'étais aimé!» Le sarcasme et le mépris étaient à nouveau présent dans la voix de Sirius, bien qu'elle n'était pas dirigé vers son frère: «Notre père aurait pu facilement me retrouver la première année pourtant!» cracha-t-il hargneusement. Il n'avait jamais rien attendu de cet homme et ce n'était pas aujourd'hui qu'il changerait d'avis à ce sujet.
Le blond tenta, maladroitement: «Si j'avais pu...
- Ne dis pas de sottises Nat! Ce n'était pas à un enfant de 12 ans de faire ça!» Le ton sec fit sursauter le plus jeune, mais moins que le diminutif employé.
Il se reprit pourtant rapidement: «Et tu es satisfait de ta vie? Être un pion de Darkhell te convient?» Il espérait que le mépris dans sa voix ferait réagir son frère mais celui-ci sembla y être insensible.
Un petit sourire amusé se dessina même sur ses lèvres: «Tu vas rire mais il m'a mieux traité en 14 ans que notre père en 18 ans!
- Je n'en crois rien!» Répliqua immédiatement le blond en croisant les bras, sans pour autant lâcher son arme. Il ne se sentait pas du tout en sécurité.
- «Comme tu veux!» Répondit le brun en haussant les épaules. Il ne pouvait pas l'obliger à la croire. Pensif il regarda son cadet et plissa les yeux, décidant de contre-attaquer. «Toi par contre, tu as bien réussi là où j'ai si pitoyablement échoué! Lieutenant des Faucons d'Argent! Sans doute futur commandant, en digne fils de notre père!»
Nathanaël fut légèrement déstabilisé par le ton de son aîné, qui oscillait entre fierté et sarcasme. Par quoi était-il passé pour devenir comme ça? Était-il vraiment du côté du sorcier noir?! Ou celui-ci lui faisait du chantage? Il articula, mal à l'aise: «Et alors?» plus parce qu'il ne voulait pas rester sans rien dire qu'autre chose.
Sirius le regardait fixement, en pleine réflexion. «Rien, rien! Bien joué, c'est tout!» Il se frotta le menton, semblant plongé dans ses pensées. Puis il soupira «Tu ferais mieux de partir, je n'ai aucune envie de me battre contre toi Nat!
- Et moi...» Les mèches blondes du plus jeune lui cachaient le visage tandis qu'il mumura, déterminé malgré le tremblement de sa voix: «Je ne peux pas laisser partir le fils de Darkhell!» Il détestait ce qu'il devait faire mais il était forcé d'accomplir son devoir..pour la sécurité d'Alysia, pour sauver qu'innocentes victimes futures.
Sirius soupira «Halàlà, la vérité et la justice plus importantes que tout, comme toujours n'est-ce pas?» Il souriait légèrement, comme si la situation n'avait rien d'inquiétant. «Tu n'as pas changé petit frère, ne me dis pas que tu y crois encore à ce tissu de bêtises?»
Blessé mais ne voulant pas le montrer, l'autre répliqua «Toi il est certain que tu les as oublié! Meurtrier!» Il avait craché ses derniers mots, voulant vraiment blessé, atteindre.
Sirius plissa les yeux, agacé «Si tu savais ce que ce type avait fait...outre vaincre le troupe de mon..hem..supérieur hiérarchique!» Il soupira exagérément et fit, à voix basse «Tu veux donc te battre? On en est arrivé là hein?»
La voix de son cadet trembla tandis qu'il répondait, doucement et tristement, mais résigné «Je le crains...mon frère!»
Sirius avança d'un pas, ses mèches sombres cachant son visage «C'est triste...vraiment triste! Je suppose que je n'ai pas le choix dans ce cas!» il pointa son épée vers le blond «En garde Nathanaël!» Sa voix était ferme, froide et déterminé.
Celui-ci tressaillit en voyant cette dangereuse lueur dans les yeux bleus du plus vieux mais répliqua, s'élançant «Je t'attends Sirius!» Il n'avait pas peur, il pouvait surmonter ça, oublier la douleur de cette trahison qu'il subissait à l'instant.
Le brun eut un rictus moqueur et passa à l'attaque. Avant même que le blond n'ait réellement eu le temps de voir ce qui se passait, l'ainé avait abattu sa lame, et il eut tout juste le temps de parer. Le combat reprit, et les hésitations du pus jeune s'envolèrent bien vite tandis que sa vie était à priori menacée. «Je te préviens, j'irais jusqu'au bout de ma décision !!»
Celui-ci ne put s'empêcher de lancer, bloquant une feinte prévisible et connue «Pourquoi hésites-tu si tu es si sûr de toi? Ho? Peut-être es-tu perturbé parce que le faible Sirius ne l'est plus justement?!»
Nathanaël sentit son cœur se serrer, et la honte l'envahir car oui il avait pensé ça, durant quelques très courts instants. Et il l'avait battu tant de fois lorsqu'ils étaient jeunes. A cette époque, son frère riait, plaisantait en disant que l'épée et lui, ça ferait toujours deux. Quelle différence avec l'homme...non le guerrier, qui lui faisait face. L'épée semblait presque faire parti de lui. Où avait-il acquit une telle force? Une telle maîtrise de l'escrime?
Sirius sut, soudain, qu'il fallait qu'il parte maintenant, car les renforts pouvaient rapidement arriver, comme l'indiquait le cri du darkhellion qui venait de revenir. Il refocalisa son attention sur le chevalier face à lui, sachant qu'il allait faire un cop en traître mais il n'avait pas le choix, il était pressé: «Sois raisonnable petit frère, je n'ai aucune envie de briser ta famille! Ta femme et tes deux fils t'attendent non? Je m'en voudrais de priver Cyrielle, Ikaël et Danaël de ta présence!»
S'il pensait ou voulait le surprendre, il avait totalement réussit son coup.
Le blond se figea, les yeux écarquillés et le visage blême: «Comment sais-tu..» Il n'eut pas le temps d'achever sa phrase. Sirius lui flanqua un violent coup de poing dans l'estomac, le pliant en deux, et acheva le travail par un coup de pommeau d'épée bien placée sur la nuque, assommant le plus jeune pour le compte. Le blond réussit à articuler un faible «Pourquoi?» puis ce fut le noir total.
- «Désolé p'tit frère! C'est le jeu! La loi du plus fort!» Sans un regard en arrière, sachant que les amis de Nathanaël ne tarderaient pas, il partit tranquillement, ramassant son masque au passage et disparaissant dans la pénombre.
Vraiment navré Nat...
Je n'avais pas le choix!
Nos vies sont trop différentes désormais!

A suivre
dans le chapitre 17: Explications.


Dernière édition par Dragonna le Jeu 27 Mai - 9:31, édité 2 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Lun 24 Mai - 17:12

Chapitre 17: Neveux (Sirius/Nathanaël/Leurs fils respectifs)

Nathanaël soupira, repliant sa carte et rajusta son casque sur sa tête en poussant un soupir à fendre l'âme. A ses côté Cygnus le fixait avec inquiétude. «Tout vas bien?» demanda-t-il d'une voix douce, posant sa main sur l'épaule du jeune lieutenant qui pour le moment ne l'était plus vraiment. Pas cette fois...exceptionnellement il était autre chose pour la durée de cette mission...et il angoissait à mort à cause de ça. Il ne devait pas se sentir prêt pour ça..et pourtant, il venait d'avoir 30 ans.
Le blond soupira, mains crispées sur les rênes de sa monture. «Je...Je ne suis pas vraiment sûr de moi Cygnus.» Avoua-t-il, regardant le sol tandis que les autres hommes derrière eux, parlaient à voix basse, un peu nerveux eux aussi. Il était vraiment a cran et vu les circonstances c'était vraiment compréhensible. Il y avait de quoi être stressé, c'était toujours normal la première fois.
Son ami leva un sourcil: «Ton père t'as juste demandé de le remplacer pour cette mission puisque la blessure qu'il a reçu la précédente n'est pas encore totalement guérie. C'est une bonne opportunité pour toi non? Et c'est pas mal...ca doit vouloir dire que le poste de capitaine t'es destiné! Moi je te fais confiance!» Déclara-t-il, appuyant ses mots d'un sourire de même nature. Il avait cherché longuement ses mots pour rassurer le frère de son meilleur ami et pensait avoir dit ce qu'il fallait.

Nathanaël ravala à temps l'envie de lui dire que ca n'était pas entièrement réciproque. Le châtain lui avait caché tellement de choses depuis la fugue de Sirius. Ils étaient en contact! Ils s'étaient vu plusieurs fois! Son ami ne savait surement pas l'identité secrète de son frère mais...il ne lui avait rien dit. Et dire que pendant tout ce temps, jusqu'à ce qui s'était passé il y a 6 ans, il croyait que Sirius était peut-être mort. Et tout ce qu'il avait appris...J'ai une belle-sœur, deux neveux et une nièce et je n'en savais rien du tout! Cygnus me dit qu'il ne sait pas où vit mon frère, ni ce qu'il faisait et c'est surement vrai. Il m'a affirmé qu'il confiait les lettres à quelqu'un et les recevait de cette même personne. Mais...pourquoi refuse-t-il de m'aider à contacter Sirius? Parce qu'il ne veut pas me voir ou le parler? Cette pensée lui fit mal. Il y avait peut-être une autre explication. Était-ce parce que son aîné ne voulait pas d'un combat comme il y a 6 ans? Qu'importe il n'avait aucun moyen de le contacter alors à quoi bon se lamenter? Ca lui avait fait un choc, ca lui avait brisé le cœur de savoir que Sirius avait toujours été en contact avec son meilleur ami mais pas avec lui, comme s'il voulait l'oublier. Comment s'il ne voulait plus le voir ni lui parler. Cygnus avait bien dit que c'était pour éviter qu'il quitte tout, qu'il le cherche, qu'il gâche ses chances pour lui...mais Nathanaël n'y croyait que trop peu à cette excuse. Il avait l'impression, parfois, que Sirius avait toujours eu l'idée de rejoindre ce sorcier sombre, qu'il avait toujours été fasciné par la magie.
C'est mon ennemi, c'est le fils de Darkhell, c'est un sorcier sombre! Je ne dois plus le voir comme mon grand frère. Je n'ai plus besoin de lui, je suis un adulte...je n'ai plus rien du petit garçon d'avant moi non plus. Je n'ai pas besoin d'être protégé...
Il y a 4 ans, il m'a eu par traîtrise, je ne me laisserais plus avoir. Pourquoi ai-je menti à Père cette fois là? Pourquoi ai-je nié avoir vu son visage alors que j'ai tout raconté à Cygnus? Je ne sais pas...je ne me comprend plus moi-même.

Étrange en effet...lorsqu'il avait repris conscience, son père l'avait presque interrogé, apprenant qu'il s'était battu avec le fils de Darkhell et qu'il était pourtant toujours vivant. Jamais le blond n'évoqua la perte du masque, le fait que cet ennemi soit son frère. Il ne savait pas pourquoi les mots s'étaient étouffés dans sa gorge, pourquoi il avait été incapable de le trahir....
Si je le recroise un jour...je ferais mon devoir. Je sers les lois, les rois, la politique...je suis du côté de la justice et de la vérité...Lui est un traître, un criminel...je l'arrêterais, je l'enverrais à Barek..
Il n'arrivait même pas à croire en ses propres paroles ou promesses. Il ne savait même pas comment il réagirait réellement s'il le recroisait un jour...il avait beau se promettre des choses, son cœur lui faisait quand même mal..

Il sortit de ses pensées en entendant la voix de Gareth qui venait de se mettre à sa hauteur. «Hé! Chef! Hé ho! Alysia appelles le chef! Veuillez descendre d'un des deux lunes où vous êtes partis!!
- Gareth, m'appelles pas comme ça!» Fit-il avec un sourire presque amusé. Son meilleur ami avait une facilité déconcertante pour lui rendre le sourire. «Et ne me manques pas de respect!» Le roux aux yeux verts esquiva la taloche dans un éclat de rire qui fut rapidement communicatif.
Le petit frère de Gauvain se reprit bien vite «Détend-toi mon vieux! Tu auras le droit de stresser le jour où tu seras nommé définitivement capitaine. Là c'est juste pour la durée de la mission. Ton père veut voir comment tu gères le groupe en te confiant la tâche de tout diriger pendant une mission sans que lui ne soit là! Surtout qu'il ne peut venir pour des raisons simples: sa blessure qu'il a eu à la dernière mission!» Le jeune faucon ne voyait vraiment pas où était le problème. Son ami était toujours si plein de confiance, si prudent, si attentif. Comment pouvait-il craindre de faire autant d'erreurs alors qu'il n'en avait commis aucune jusqu'ici?! Craignait-il de commettre un erreur qui mettrait ses subordonnés en danger? De risquer la vie d'autre que lui? D'avoir sous son entière responsabilité d'autre vie que la sienne?
Gareth eut vite confirmation car son ami répliqua: «Ce n'est pas ça! Tu ne comprends pas, j'ai toute la responsabilité du groupe sur moi!!
- On te fais confiance triple andouille!» S'écria le roux en levant les yeux au ciel, comme s'il en avait assez de répéter encore et encore la même chose. Nathanaël eut un faible sourire devant la façon qu'avait Gareth de le secouer pour le remettre d'aplomb: «Ou alors, en réalité, ce qui t'angoisse, c'est t'avoir laissé tes fils avec ton père et ta mère?
- Ne dis pas n'importes quoi!» Répondit froidement son ami. Il avait été obligé de confier ses enfants à leurs grands-parents puisque leur mère était malade. Au fond de lui, outre son inquiétude pour Cyrielle, ça l'angoissait un peu, c'est vrai. Il n'aimait pas la façon dont son père regardait son premier fils parfois, ou quand il lui reprochait d'être trop doux avec eux. Il espéra vraiment que ça se passait bien. Que son père ne franchirait pas une limite en se mêlant de l'éducation qu'il dispensait à ses fils. Non...Il ne va pas lever la main sur Ikaël qui n'a que 7 ans quand même? Ou sur Danaël qui n'a que 4 ans? Il chassa ses craintes, c'était ridicule non? Pas de quoi se faire des cheveux blanc!!
Quelque part, Nathanaël devait être un utopiste..
..ou bien il avait trop confiance...
Ou il espérait que son père s'était adouci avec l'âge..


*******

Sirius s'immobilisa, les sens aux aguets, regardant depuis son promontoire la ville d'Oroban qui s'étendait au loin. Ca faisait deux ans qu'il n'y était pas revenu et à chaque fois, un pincement au cœur se faisait sentir. Il était né la là-bas, il y avait passé dix-huit ans de sa vie. Il ne pouvait s'empêcher d'être nostalgique parfois. Même s'il ne regretterait jamais son choix...
- «On va voir Cygnus alors?» Demanda le jeune adolescent qui l'accompagnait, emmitouflé dans un large manteau noir avec capuche. Regulus avait désormais 13 ans et ressemblait en tout point à son père au même âge, si ce n'est ses yeux violet et le fait qu'il soit moins fin, moins maigre que Sirius ne l'avait été. Il était déjà doué au maniement de l'épée, et cela résultait de longs entrainements avec son père ou avec Ténébris. Les deux enfants s'entendaient comme s'ils étaient liés par le sang, faisant les pires gaffe, les pires bêtises depuis leur plus jeune âge, même s'ils se calmaient un peu désormais. Regulus promettait d'être un excellent chevalier, et proclamait haut et fort qu'il formerait un jour son propre groupe et qu'il parcourait le monde pour aider les malheureux. Il avait bien l'intention, d'ailleurs, d'emmener une certaine personne avec lui!
Son père sourit, ébouriffant les longues mèches sombres de son premier enfant. «C'est plutôt Artanis que tu as envie de revoir n'est-ce pas?» le taquina-t-il, sachant à quel point la fille de son meilleure ami et son propre fils s'entendaient bien. Ca l'amusait beaucoup d'ailleurs ce hasard du destin . Lui éviterait de voir Cygnus par contre, surtout après "la bataille presque fratricide.
Celui-ci rougit et protesta inutilement, niant avec force les arguments du plus vieux «Mais non! C'est juste que...» Il cherchait ses mots, hésitant, comme si les moqueries l'avaient déstabilisé.

Un hurlement les stoppa dans leur discussion et ils échangèrent un regard surpris. Ils étaient à quelques mètres de la capitale maintenant. Que se passait-il? Sirius prit les devant et se précipita vers la source du cri. Et il se figea: dans un interstices, caché par un amoncellement de rochers, il y avait deux enfants menacés par une bête qui semblait affamée. Il se tourna vers son fils: «Ne bouges pas d'ici Reggy, je m'en charge!»
Il sauta du promontoire et atterrit pile entre la créature sauvage et les enfants Il tira sa lame et s'élança, frappant l'animal qui poussa un cri de souffrance. Ce dernier se ramassa sur lui-même, grondant, et bondit, prêt à déchiqueter celui qui osait l'empêcher de dévorer ses proies. Sirius fit tournoyer son bras et planta son arme dans la ventre de son adversaire sauvage. Ce dernier vacilla et s'écroula dans un dernier râle. L'homme se releva, époustant ses vêtements et rengainait son arme tandis que Regulus le rejoignait en descendant prudemment. Puis il se retourna, demandant avec douceur aux enfants: «Vous allez bien ?» Et il se figea, son cœur manquant un battement. C'était...non il rêvait ou quoi?
Le plus âgé des deux ne semblait pas avoir plus de 7 ans, avait de courtes mèches rousses et de grands yeux bleus, il semblait au bord des larmes, appuyant de sa main droite sur une plaie présente sur son bras gauche. L'autre enfant, d'environ 4 ans, sanglotait sous l'effet encore présent de la peur, agrippé au bras indemne de son frère. Ses yeux étaient tout aussi bleus que ceux de son aîné et ses cheveux blonds formaient de courtes mèches tombant tout autour de sa tête et surtout au niveau de ses joues. Le second ressemblait tant à Nathanaël que ça troubla terriblement Sirius. Il comprit vite: mes neveux....ce sont mes neveux... Il n'avait même pas besoin de leur demander leur nom. Instinctivement, il le savait. Cependant il se crut obligé de se présenter. «Je suis un mage-chevalier, je m'appelle..» Il pesa le pour et le contre des risques et se lança, y allant au culot «..Sirius!»
Le plus vieux des enfants l'observa d'un œil légèrement méfiant, serrant son cadet contre lui dans un réflexe protecteur. Après une longue hésitation, il répondit d'une petite voix: «Moi c'est Ikaël!»
Le plus jeune jeta un coup d'œil à son frère puis murmura à son tour «Et moi Danaël!»

Regulus sursauta mais un geste de son père lui scella les lèvres avant même qu'il ne puisse parler. Il ne fallait pas que ses enfants sachent qu'ils avaient en face d'eux leur oncle et un de leurs cousins.
L'homme s'agenouilla et attrapa doucement le bras du roux qui se crispa, surement à cause de la douleur de la blessure.
«C'est cette bête qui t'as fait ça?» Il avait instinctivement pris un ton doux, ne voulant pas effaroucher l'enfant. Celui-ci hocha rapidement la tête sans oser croiser le regard de cet inconnu qui venait de les sauver. Sans aucun doute de la timidité et de la méfiance en même temps. Le plus jeune des deux enfants gardait un main crispé sur le poignet de son grand frère et regardait Sirius avec curiosité. «Comment? Un coup de griffes ou de dents? Ou alors elle t'as frappé et tu as heurté un obstacle?» Il avait adoucit sa voix au maximum, sans le regarder dans les yeux, faisant tout pour le mettre en confiance pour qu'il se détende un peu.
- «...Elle m'a griffé..» articula finalement l'aîné des deux, les yeux rivés au sol, semblant retenir ses larmes. Sirius décida alors d'agir rapidement avant que l'enfant ne craque. Il se demandait d'ailleurs pourquoi le petit semblait s'interdire de pleurer, il devait pourtant avoir mal et a son âge ça serait normal?! Il nettoya et soigna rapidement la plaie, laissant finalement un simple bandage là où elle se trouvait. Le roux soupira de soulagement en massant doucement la zone désormais soignée.
Le petit blond se mordilla la lèvre inférieure et chuchota «Grand-père va être fâché!» d'un petite voix plaintive. L'autre lui jeta un coup d'œil et lui passa gentiment une main dans les cheveux, comme pour le rassurer. Le petit semblait pourtant inquiet, et ne quittait pas son aîné des yeux.

Sirius se retint de lever les yeux au ciel et s'auto-ordonna le calme. Il frappe ses petits-fils? Qu'on me retienne, je vais le tuer cette fois! Non...il ne faut pas que je traumatise mes neveux et même Nat n'apprécierait pas! Il toussota et décida de jouer la carte de celui qui ne savait rien de ces enfants qu'il venait de sauver, ce qu'il était censé être d'ailleurs. «Vous ne devriez pas être seuls ici?! Où sont vos parents?
- Papa est en mission et maman est malade!» répondit aussitôt le petit blond avant de plaquer ses petites mains sur sa bouche sous le regard aigu et sévère de son grand frère. Celui-ci tourna à nouveau les yeux vers Sirius, toujours méfiant. Il n'avait clairement pas l'intention de donner des informations personnelles.
C'est bien Nat! Tu lui as appris à ne pas parler aux inconnus et à s'en méfier! Songea brièvement Sirius avant de toussoter et de dire «Je demande ça car cela me semble étrange que deux enfants se retrouvent tout seuls ici!» murmura-t-il, l'air de rien. Le roux sembla rougir légèrement, signe que ça devait être plus ou moins sa faute, tandis que le petit blond semblait ne pas comprendre la question. Le sorcier soupira et dit «Je crois que je vais vous raccompagner, il y a beaucoup de bêtes comme celles-ci qui rôdent autour de la ville ces temps-ci!»
Et, sans laisser au plus vieux le temps de répliquer, il le souleva dans ses bras, le faisant pousser un petit cri de surprise. Regulus, de son côté, prit le blond dans les siens. Sirius eut malgré lui un pincement au cœur. Son fils et son neveu lui faisaient tellement penser à Nat et lui quand ils étaient enfants. Et Danaël ressemblait vraiment comme deux gouttes d'eau à son père... Il secoua la tête, chassant ces pensées qui ne venaient vraiment pas au meilleur moment. Et la nostalgie, ce n'était vraiment pas pour lui...il avait tourné le dos à son passé, il devait s'y tenir! Baissant les yeux sur le plus vieux des enfants, il remarqua une sorte de bleu sur la joue gauche et sentit un aiguillon de colère lui transperçait le cœur...Non calmes...ça ne devrait même pas m'étonner vu que moi-même je m'en prenais à cinq ou six ans!? Nat pourquoi tu les as confié à Père?! Je ne sais pas si je vais arriver à rester calme face à lui.
Ils arrivèrent assez vite devant la maison et les deux enfants furent posés au sol avec douceur. Sirius rabattit sa capuche sur sa tête sous leur regard surpris et frappa à la porte de la demeure de son enfance. Du coin de l'œil il remarqua le petit blond se blottir contre son frère. Indéniablement il avait peur, et l'aîné avait la tête baissée, ses mèches rougeâtres cachant son expression. L'homme chassa le pincement au cœur qu'il eut. Regulus détala après avoir bedrouillé une excuse. Son père soupira lourdement, et déplaça quelques mèches sombres pour encore plus dissimuler son visage.
Il était censé être un inconnu...il ne pouvait pas se mêler de ça!
Il aurait pu s'il n'était jamais parti..
Mais pas maintenant, plus maintenant..


*******

L'homme leva une main et l'enfant aux mèches presque rouges se crispa, prêt à recevoir le coup. Le plus jeune était presque au bord des larmes. Il sembla pourtant craquer et cria «C'est pas la faute de grand frère mais la mienne!» Il se mit devant son aîné et continua «Je suis parti et il m'a suivit pour me ramener mais je l'ai pas écouté!» Au vu du regard surpris l'autre, ça devait être un mensonge. En effet, c'était clairement l'inverse qui était arrivé: le plus jeune avait discrètement suivi le plus vieux qui s'était imprudemment éloigné.
Théoriquement c'était même leur faute à tout les deux.
Leur grand-père eut un soupir exaspéré et écarta fermement le plus petit «S'il ne t'as pas empêché de t'éloigner à ton âge, c'est qu'il est vraiment un piètre ainé! Réalises tu que sans ce chevalier vous seriez morts tous les deux?» La gifle s'abattit sur le plus âgé des deux enfants et celui-ci se retrouva au sol, main crispée sur sa joue brûlante «Va dans ta chambre Ikaël! Et n'en sors plus jusqu'à demain! Ca t'apprendra à obéir!»
Retenant ses larmes, le roux obéit docilement sans oser élever ne serait-ce qu'une protestation. L'homme ne remarqua pas le regard furieux de son plus jeune petit-fils qui fut, de son côté, ramené dans sa propre chambre (enfin la chambre qu'il occupait quand il venait ici) par sa grand-mère. L'enfant blond murmurait d'ailleurs entre ses dents, d'une façon inaudible pour quelqu'un d'autre que lui même «C'est pas juste!» Et il ajouta «J'aimes pas grand père! Vraiment pas!» Il serra ensuite ses petits poings. Et puis si je veux voir grand frère, j'irais! Il n'y a qu'à lui et à papa ou maman que j'obéis d'abord!

*******

Sirius attendait son fils à l'entrée de la ville, celui-ci le rejoignit, l'air dépité. «Un problème? Tu t'es disputé avec Artanis?» le taquina-t-il tandis que les joues du gamin viraient à l'écarlate.
Il protesta énergiquement face à cette question quelque peu indiscrète: «Mais non pas du tout!» Il se rembrunit et continua «Il n'y avait que sa mère et son petit frère chez eux, ils m'ont dit qu'elle était parti à l'école ninja de Kelbokuto!» Il semblait indigné qu'il n'ait pas pu la voir.
Son père éclata de rire et s'expliqua sous le regard surpris qu'il eut en retour «Je sais, ce n'est pas drôle pour toi! C'est juste que...c'était un vieux rêve de son père qu'elle a décidé de suivre! Je sens qu'elle s'entendrait bien avec Ténébris elle!
- Mais pourquoi une école ninja? Et pourquoi celle-là qui est très loin?
- Surement pour te suivre quand tu partiras à l'aventure, tu lui parlais tellement de ça qu'elle a du avoir envie de devenir forte pour venir avec toi!» plaisanta son père, ébouriffant la tignasse emmêlée de son premier enfant.
L'adolescent haussa les épaules, l'air maussade. «C'est pas mon jour: Arta n'est pas là et je revoit mon grand-père! Après ce qu'il m'a fait il y a 4 ans, j'aurais préféré jamais le revoir!
- …
-Je le déteste!» Maugréa soudain Regulus en croisant les bras «C'est vrai que mes cousins ont fait une énorme bêtise mais c'était pas la peine d'être si brutal!» S'indigna-t-il en se souvenant aussi de la façon dont l'homme avait attrapa le bras blessé de son petit-fils, pour l'entrainer à l'intérieur, sans se soucier de son cri de douleur ni de sa blessure/de son bandage. Et encore il n'avait pas vu la suite de la "punition": «Je le déteste vraiment!»
Sirius se détacha de la barrière et s'éloigna, murmurant «Tu es loin d'être le seul à mon avis!»

A suivre


Dernière édition par Dragonna le Sam 5 Juin - 11:43, édité 2 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Jeu 27 Mai - 22:29

Chapitre 18: Vies parallèles

Le plus jeune grimpa sur le lit et se mit à genoux à côté du roux. Il demanda avec inquiétude «Ca va ton bras? T'as encore mal?» Un simple hochement de tête fut sa réponse mais il ne s'en offusqua pas. «Tiens, je t'ai apporté quelque chose! Tu dois avoir avoir faim non?» Il lui tendit, avec un grand sourire une pomme et un bout de pain, le peu qu'il avait réussi à chiper discrètement pendant le repas. Jamais il ne laisserait son frère tout seul dans sa chambre sans manger! Alors il avait agit!
L'autre les prit doucement, sa faim l'emportant sur le reste. «Si grand-père savait..» Murmura-t-il tout de même, craignant ce qui tomberait sur le blond si son 'vol' était découvert. Il ébouriffa ensuite tendrement les mèches dorée de son cadet, sa façon à lui de le remercier.
- «...Il a rien vu!» Fit fièrement le petit blond, ravi d'avoir aidé son grand frère adoré. Et puis il faisait ce qu'il voulait d'abord! Il n'obéissait qu'à ce dernier et à ses parents!!
Il ne se doutait pas que son père serait sans doute fier de lui, ayant fait exactement la même chose plus d'une fois quand il était jeune, même s'il ne l'avouerait jamais à quiconque. Danaël sourit et se blottit tout contre son aîné, dans une geste soudainement très affectueux.
Celui-ci, bien qu'attendri murmura, essayant de le repousser gentiment: «Tu devrais retourner dans ta chambre!» Il savait que l'autre ne l'écouterait pas, vu qu'il s'endormait à moitié mais essayait tout de même, ne voulant pas qu'il se fasse punir pour avoir désobéit.
Le blond entrouvrit un œil fatigué et marmonna, s'agrippant à la chemise de son frère: «Pas envie!
- Si Grand-Père te trouve ici, ça va barder!» prévint le roux, amusé malgré lui par le désir plus que visible de son petit frère de rester avec lui malgré le ''danger''.
Danaël haussa les épaules, indifférent: «Bah comme ça, tu ne seras plus le seul puni!!
- Tu as peur de faire des cauchemars?» demanda doucement l'aîné, sans une once de moquerie ou de sarcasme, presque inquiet par la légère crainte qu'il avait lu dans le regard du blond.
Rougissant, celui-ci détourna la tête, balbutiant: «Mais...non!
- Avoue petit frère!» Sourit Ikaël en écartant mèche d'or du front de l'autre «Ce n'est pas grave tu sais, c'est même normal à ton âge!»
L'enfant, rassuré par cette promesse de non-moquerie se mit à expliquer, parlant à toute vitesse, soulagé de pouvoir avouer ses craintes: «J'arrive pas à oublier ce qui c'est passé tout à l'heure et à la grosse bête! J'ai vraiment eu peur!! Dès que je fermes les yeux, j'ai l'impression de la revoir!» Renifla le plus petit, des petites larmes aux coins des yeux. Ce souvenir d'à peine quelques heures les avait vraiment marqué l'un et l'autre, tout deux ayant failli y passer et ne devant leur vie qu'à l'intervention de ce type étrange. Il se nicha dans les bras de son frère, essayant de ne plus penser à ce qui s'était passé plus tôt.
C'était fini..
...Il n'y avait plus rien à craindre!!
Rien du tout...


******

Danaël, l'air fou de joie, se précipita vers son père en criant «Papa!!» malgré le regard agacé d'Anthor. Son frère jeta un coup d'œil quelque peu effrayé à ce dernier et n'osa pas se précipiter comme son cadet. Il avait peur d'entendre un nouveau reproche, de prendre un autre coup...
Nathanaël sourit en serrant son second enfant dans ses bras puis se tourna vers le premier qui le regardait timidement, sans oser bouger: «Et bien Ikaël, qu'est-ce qui ne va pas?» demanda-t-il avec douceur, posant le plus jeune au sol. Il posa les mains sur les épaules du petit roux qui n'osait pas lever les yeux vers lui. «Tu as eu peur pour moi?» rit-il, chassant la légère inquiétude qu'il ressentait. Il préférait ne pas imaginer le pire et faire comme d'habitude avec ses enfants.
Finalement son fils répondit, timidement: «Bonjour père! Ravi de te revoir en bonne santé»
Le concerné se mit à rire et souleva son premier enfant dans ses bras, le gratifiant de la même étreinte que son petit frère. Celui-ci se mit à rire devant la scène, ravi. Le roux sourit finalement, se laissant aller et se blottissant dans les bras de son père. Tant pis pour ce qu'avait dit son grand-père!
Anthor lança avec un agacement non dissimulé «Arrêtes de le cajoler comme ça, tu vas en faire une mauviette!» Il n'avait rien dit pour le plus jeune mais avait toujours les mêmes idées en ce qui concernait les aînés.
Nathanaël se figea, sentant une once de colère qui montait en lui pour la première fois depuis l'enfance. En faire une mauviette? N'était-ce pas comme ça qu'il qualifiait Sirius dans leur enfance et ce, malgré le dur traitement qu'il lui faisait subir? Et le blond ne savait que trop bien que son grand frère n'avait jamais été ''cajolé'' après sa naissance. Jamais il ne traiterait son fils aîné comme son père avait traité Sirius...jamais! Non jamais il ne le verrait devenir aussi triste que Sirius. Il ferait à sa manière et ses enfants seraient heureux! Il l'avait promis à son frère quand celui-ci était parti. Il resserra donc légèrement sa prise sur le roux et répliqua, d'un ton parfaitement maitrisé et neutre «Laissez-moi élever mes fils comme je l'entend père!» Un court moment, leurs regards s'affrontèrent puis son père soupira.
- «Ne viens pas te plaindre s'il devient un faible, comme lui
Les deux enfants clignèrent des yeux en entendant ça, et se demandant qui était ce ''lui''. Nathanaël, lui, se figea, sentant sa gorge se serrer et son cœur se tordre douloureusement. Sirius n'était pas faible...il souffrait, il était malheureux, c'est de votre faute s'il est devenu ce qu'il est aujourd'hui! Jamais...jamais vous ne lui avez donné sa chance, vous l'avez toujours rabaissé, insulté, infériorisé...jamais une félicitation, un compliment, ou même un encouragement. Il était triste, si triste qu'il est parti et qu'il a changé! C'est de votre faute s'il a trahi, s'il m'a trahi! Ses pensées redevinrent cohérentes tandis que le calme revenait en lui, il se passa la main dans ses cheveux avec un rien d'agacement.
- «Il n'était pas faible père! Il a toujours fait de son mieux! Il voulait vraiment vous satisfaire!
- Et ce n'était pas assez!» trancha Anthor d'un voir sèche, faisant presque frissonner le plus vieux des deux enfants, qui avait l'impression de réentendre certains reproches qui lui avaient été fait durant son séjour. Le cadet lui se boucha les oreilles de ses petites mains, refusant d'écouter encore un mot. Pourquoi était-il si méchant et si sévère ? Pourquoi n'était-ce jamais bien?
Nathanaël savait que la discussion risquait de s'envenimer et préféra rentrer, son inquiétude pour son épouse surpassant (et de loin) le profond agacement qu'il ressentait vis-à-vis de son père. «Maintenant père, vous m'excuserez mais je dois rentrer!» Il sortit, ses enfants sur les talons.

******

Ténébris, du haut de ses quatorze ans s'élança sur Sirius, les lames des bracelets à ses poignets sortis, tandis qu'elle se concentrait sur les mouvements de son adversaire. Celui-ci n'eut aucun mal à éviter le coup et la projeta au sol d'une parade/feinte bien senti. Elle eut le souffle coupé lorsqu'elle heurta le sol et se mordit la lèvre inférieure. Elle roula sur ses genoux dans un grognement de douleur tandis que son professeur d'escrime attendait patiemment qu'elle se lève. C'était le matin et, malgré les lacs de lave, la température n'était pas trop élevée pour le moment. Le ciel était devenu rose sous l'effet de l'aurore; ce qui, dans ce décor, faisait une étrange impression. La jeune combattante passa le dos de sa main contre son front, chassant gouttelettes de sueur et poussière qui le maculait. Sa peau, aussi blanche que celle de Darkhell, son visage encadré par ses mèches couleur charbon, elle était vraiment le portrait craché de son père. Elle inspira une bouffée de l'air déjà chaud (mais pas encore brûlant) et toussa légèrement. Le plus grand des combattants de son père était le meilleur des maîtres armes mais il tapait fort quand même.Quelle force...serait-elle aussi puissante, aussi douée une fois adulte? Pourrait-elle vraiment faire tout ce qu'il faisait?
Sirius, effectivement, qui était un professeur juste mais sévère lança: «Debout Ténébris! Tu ne dois pas rester au sol dans un combat! Tes pires ennemis ne te feront aucuns cadeaux!» en pointant son épée vers la jeune combattante qui se releva en chancelant légèrement, encore étourdie par le choc. «Et souviens-toi....tu ne dois pas hésiter face à ceux qui voudront à ta vie! La moindre petite erreur, dans ce cas, te sera fatale ou mettra fin à la liberté!» Ses cours étaient souvent servi de conseils, de choses à faire dans telle ou telle situation.
Elle hocha la tête...les conseils du brun tournant en boucle dans sa tête. ne pas hésiter si sa vie était menacée, toujours analysée la situation avant de frapper, évaluer la force d'un ennemi avant de se lancer à corps perdu dans la bataille, savoir reconnaître son infériorité et agir en conséquence.
Elle hocha la tête et s'élança à nouveau sur lui, abattant la lame de son poignet gauche sur l'épée de son adversaire d'entrainement. Celui-ci fit un brusque mouvement de recul au dernier moment et la frappa d'un coup de genou. Rapide comme l'éclair, elle prit appuie sur ce même genou et bondit encore mais cette fois en se rejetant en arrière. Puis elle attaqua à nouveau, frappant avec ses lames chacune à leur tour, et cela de plus en plus vite et en essayant d'augmenter sa force petit à petit.
Pendant un moment, Sirius se contenta de parer encore et encore, puis, estimant qu'elle commettait une faute, resserra ses doigts sur le pommeau de son arme et se concentra un quart de seconde, déclenchant une onde magique qui propulsa la gamine au sol. Il s'avança jusqu'à la dominer de toute sa taille et fit un commentaire sur la façon de se battre qu'avait eu la petite: «Harceler l'adversaire en ne lui laissant aucun répit n'est pas une solution Ténébris! Non seulement tu te fatigue rapidement mais il va tout le temps, s'il reste en défense, d'analyser tes techniques et de prendre le temps de réfléchir à une contre-attaque.» Il fit une courte pause «...comme ce que je viens de faire!»
Ténébris se redressa, secouant la tête pour chasser les cloches «Mais Sirius, la meilleur défense c'est l'attaque non? Et si je ne laisse aucun répit à l'adversaire, il n'aura pas vraiment de possibilités d'agir non?» Elle ne comprenait pas où était la faille dans ses techniques, elle pensait avoir fait de bons choix et ne pas avoir fait d'erreurs...ou pas trop. Et puis tout les adversaires n'auraient pas des pouvoirs pour faire ce que venait de faire Sirius non?
Le plus âgé secoua la tête «Tu es trop confiante, tu dois connaître ta force, tes pouvoirs et tes limites pour mieux les repousser ou les exploiter!» Il posa un genou au sol, se mettant à la hauteur de la petite et lui ébouriffant les cheveux. «Tu as fait d'immenses progrès, mais maintenant, il faut que tu fasse plus d'efforts pour mieux structuré ta façon de te battre! Un combat n'est pas un jeu, c'est une lutte où tu risque ta vie à chaque instant, la moindre erreur peut t'être fatale ou entrainer ta défaite et ta capture.»
Ténébris hocha la tête, pensive. C'est vrai qu'elle avait un peu trop foncée, pas assez attaqué de façon claire et structuré, et qu'elle n'avait pas vraiment réfléchie aux possibilités de contre-attaque possibles qu'il pouvait faire. «D'accord! Mais dans un combat, si l'adversaire est plus fort que nous et nous a acculé, comment doit-on faire pour pouvoir s'en sortir?
- Si la force ne sert plus à rien ou ne marche pas...et bien...utilises la ruse Ténébris! C'est un excellent atout! Tu n'es pas une chevalière, tu as parfaitement le droit de multiplier les coups bas et les pièges, tu n'as pas à être loyale si tu n'en a pas envie.
- C'est bizarre d'entendre ça de la bouche d'un fils de chevalier!» Fit l'adolescente en riant, amusée par cette proposition qui lui plaisait bien. La ruse, être retorde ...ça lui plaisait comme idée! On pouvait être courageux et rusé/fourbe à la fois non? Elle n'hésiterait pas en ce qui la concernait.
Sirius eut un petit rire et répondit, d'un ton faussement tragique: «Que veux-tu...c'est sa faute!»
Et elle savait parfaitement bien qu'il ne parlait pas de Darkhell à ce instant...

******

- «Vous pensez qu'il sera un bon capitaine?
- J'en suis persuadé! Il possède un charisme de chef, et les autres lui ont parfaitement obéit durant la précédente mission!!
- Je vais y réfléchir!»


******

Nathanaël soupira, posant doucement les mains sur les épaules de son premier fils. «Oublie ce que t'as dit ton grand-père d'accord?» Il sentit un frisson parcourir son interlocuteur et se força à ignorer la trace du bleu sur sa joue. Ca faisait bien une heure qu'ils étaient partis de chez ses parents et rentré chez eux mais son premier fils semblait beaucoup moins bavard tout d'un coup. Il allait (encore) falloir qu'il le fasse oublier son séjour chez son grand-père.
Le petit roux baissa les yeux vers ses genoux, gêné et quelque peu mal à l'aise: «Mais...
- Mais rien, tu as commis une erreur, c'est vrai mais tu as été assez puni.» Il s'arrêta, soudain suspicieux. «Mais qui vous as sauvé? Mon père ne m'a rien dit à ce sujet.
- était grand, il avait des cheveux tout noirs, comme grand-père et des yeux bleus. Ha! Et puis il avait un fils qui s'appelait Regulus et qui lui ressemblait comme deux gouttes d'eaux sauf qu'il avait les yeux violet!» Intervint Danaël, parlant à toute vitesse sous les regards amusés des deux autres. Un coup d'œil de leur père vers Ikaël qui hocha la tête fut une confirmation suffisante pour ce qui était de la description.
Regulus..
Ce nom lui disait indéniablement quelque chose, il l'avait déjà entendu quelque part mais où? Non il ne l'avait pas entendu, il l'avait lu! Lu sur des lettres...sur les lettres envoyées à Cygnus par...Son souffle se bloqua dans sa gorge....
REGULUS?
C'était le prénom de son neveu...du fils de son frère. Une idée le frôla et il n'osa y croire pendant quelques instants.
Puis il toussota et murmura «Cet homme, vous-a-t-il dit son nom?» il tenta au mieux de camoufler l'émotion qui lui serrait la gorge. Pourquoi Sirius serait-il venu à Oroban? Pour quelle raison? Pourquoi avait-il sauvé des enfants qu'ils n'avaient jamais vu alors qu'il était du côté de Darkhell? Une petite voix lui souffla "Parce que ce sont ses neveux justement" mais il l'ignora, attendant la réponse de ses fils.
Le petit blond prit un air pensif, n'ayant pas l'air de s'en souvenir (peut-être n'avait-il même pas écouter lorsque leur sauveur s'était présenté?) mais le roux répondit, calmement, inconscient du duel intérieur de son père. «Il a dit qu'il s'appelait Sirius!»
Le cœur de leur père fit une douloureuse embardée et il ferma quelques instants les yeux, s'auto-ordonnant le calme. Ce n'était surement pas un hasard! Mais pourquoi? Qu'est qu'il faisait à Oroban en plus? Génial, il n'avait pas besoin de ça en plus comme soucis! Il soupira, sous les regard un peu inquiet de ses fils qui n'avaient évidement pas saisis toute l'histoire, ne l'ayant jamais entendue en entier, ne sachant même pas qu'ils avaient un oncle.
Peut-être devrait-il leur dire un jour?
Mais pas pour le moment..d'autres douleurs devaient encore être ressenti, son propre coeur devait subir une nouvelle blessure encore plus douloureuse que toutes les précédentes. Ce n'était pas une fuite ou un abandon, ce n'était pas un manque d'amour mais une perte...définitive, sans espoir de retrouvailles.
...A cet instant...Cyrielle allait vraiment mal.
Et ne tarderait certainement pas le moment où ses deux fils devraient la voir pour la dernière fois.

Il referma ses bras autour de son plus vieux fils, sachant que pour lui aussi ce serait dur, le plus jeune ne povuant pas comprendre réellement ce qui se passerait. Et c'était peut-être ça le pire.... Comment voulez-vous comprendre ça à quatre ans?


A suivre

Prochain chapitre: Réminiscences


Dernière édition par Dragonna le Dim 30 Mai - 20:05, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Mer 2 Juin - 9:16

Chapitre 19: Réminiscences

Ca faisait un an...Douze long mois...
Pour un enfant comme lui, c'était déjà long, mais aussi terriblement court, trop court....
Surtout que, contrairement à son cadet, il avait parfaitement compris les évênements.
Quand il y repensait...à ces évènements datant d'un an...
...Il enviait parfois son petit frère de n'avoir rien compris à la situation justement.
Le petit blond entra dans la chambre de son grand frère, celui-ci était assis par terre, appuyé contre son lit, les genoux ramenés contre son torse, ses bras les entourant. Ses épaules tremblaient, et un sanglot se fit entendre aux oreilles du plus jeune qui écarquilla les yeux, soudain affolé.
Que se passait-il? Pourquoi pleurait-il? Avait-il mal quelque part? Qu'est qui lui arrivait?
Il s'approcha et s'agenouilla juste devant son aîné, inquiet. L'atmosphère de la maison était lourde depuis quelques jours et son père, comme son frère, s'assombrissaient. Ses grand-parents venaient souvent, surtout sa grand-mère. Et il n'avait pas pu voir sa mère. Pourquoi? Que se passait-il?
- «Grand frère?» Demanda-t-il d'une voix un peu étranglée. L'autre leva deux yeux rougis par les larmes vers lui. Danaël sentit une boule se former dans sa gorge. Il ne comprenait rien à ce qui se passait mais avait soudainement peur. «Qu'est qui t'arrives? Pourquoi tu es triste?»
L'autre ne répondit pas, ne sachant pas quoi répondre, refusant de dire la vérité à son si jeune frère, qui ne l'aurait pas comprise de toute façon. Il baissa les yeux vers le sol, silencieux. Le petit blond fronça les sourcils et vint se blottir dans les bras du roux qui sursauta légèrement. «Qu'est-ce que tu...
- Quand je suis malheureux tu me consoles toujours en me prenant dans tes bras! Bah je vais faire pareil puisque là c'est toi qui es triste!» Répondit le plus jeune comme si c'était une évidence.
L'autre sentit une boule se former dans sa gorge et passa douloureusement son bras autour des épaules de son cadet qui s'était blotti dans ses bras. «Merci petit frère!» Il s'était forcé à sourire, même si c'était plus un rictus crispé qu'autre chose. L'enfant ne pouvait pas comprendre la situation, trop jeune pour ça.


Le petit de huit ans fit glisser la petite chaîne autour de son cou, se débattant quelques instants avec le fermoir. Il regarda l'ovale argenté qui pendait à présent sur sa poitrine. Le reprenant dans ses mains, il le regarde. Le symbole ressemblait vraiment à celui du groupe que dirigeait son grand-père. Soudain un petit ''clic'' retentit et le pendentif s'ouvrit. Surpris l'enfant regarda à l'intérieur mais il était, à sa grande déception, vide. C'était le dernier cadeau...son dernier cadeau. Il y tenait plus que tout maintenant, c'était un des seul souvenir matériel qui lui restait d'elle, outre la grande toile où était représentée leur famille au grand complet.
- «J'ai quelque chose pour toi! Tu peux ouvrir le tiroir là-bas? Et prendre le petit bijou qu'il y a à l'intérieur!»
L'enfant obéit aussitôt et se dirigea vers le petit meuble, ouvrant ce qu'elle lui avait demandé. Il saisit un pendentif en argent avec deux petites ailes gravée dessus. Par curiosité il le retourna et vit un ''N'' doré inscrit derrière. «C'est quoi?
- C'est un pendentif que ton père possédait depuis sa naissance. Un tradition familiale qu'il a d'ailleurs brisée en la répétant pas. Un pendentif doré pour l'aîné et argenté pour le cadet.
- Bah alors pourquoi il est argenté celui-là? Père n'a pas de frère ou de sœur hein?» Demanda-t-il sans cesser d'admirer le petit bijou qui restait entre ses doigts. Il n'avait certes pas conscience de ce qu'il avait dit. Il ne savait pas tout sur sa famille. Et surtout ça, devenu tabou autant pour son grand-père que pour son père bien que pour des raisons différentes.
Sa seule réponse fut un sourire mystérieux et un haussement d'épaule. Cyrielle n'avait aucune intention de parler de Sirius à son fils, sachant que ce serait à Nathanaël de le faire et seulement s'il le voulait. Elle décida de dire, pour faire bonne mesure: «Je ne sais pas...»
Le petit roux préféra changer de sujet «S'il est à père, pourquoi tu l'as?» Il s'était rapproché du lit, tendant le bijou à sa mère qui refusa d'un signe de tête. Étonné, il referma la main sur le pendentif, sans comprendre. Celle qui partageait la même couleur de cheveux que lui raconta: «Il me l'a offert lorsqu'il est parti en mission, c'était avant que nous nous marions!» Elle eut un petit et faible rire en voyant l'étincelle curieuse dans le regard de son enfant. «Et il m'a dit de le garder ensuite! Mets le!»


Un bijou...un simple pendentif comme souvenir et c'était tout, ça et des souvenirs, ça et la toile représentant la famille au grand complet. Rien d'autre. Il renifla et redressa soudain la tête. Où était son frère maintenant? Il ne l'avait pas vu depuis le matin (il n'était pas sorti de sa chambre non plus). Il se leva et sortit, appelant son cadet qui, contrairement à son habitude, ne répondit pas.
Le blond avait été perturbé lui aussi mais, vu qu'il n'avait pas tout compris, il n'avait pas vraiment pleuré, même s'il demandait régulièrement à leur père quand elle reviendrait. Que c'était dur de lui mentir...Il s'aperçut que la porte menant au grenier était ouverte et monta les marches, se retrouvant sous le toit. Il aperçut son petit frère, désormais âgé de 5 ans, qui était agenouillé devant un coffre ouvert. «Qu'est-ce que tu fais encore comme bêtise?» dit-il un faible sourire aux lèvres, le voyant un peu couvert de poussière. «Père ne veut pas qu'on aille au grenier!! Tu le sais pourtant!»
L'enfant se tourna vers lui en lançant «J'ai trouvé des chouettes vieux trucs viens voir!» s'exclama-t-il, enthousiaste. Curieux le plus vieux le rejoignit, se penchant pour regarder lui-aussi. Danaël avait attrapé un large carnet aux pages jaunies. «Regardes! Je sais pas à qui c'est mais les dessins sont beaux!!»
Ikaël attrapa le carnet et l'ouvrit, faisant défiler les pages délicatement, admirant les croquis d'animaux, de plantes et même celui d'un petit garçon (endormi) ressemblant fortement à son petit frère (surement leur père quand il était enfant).
Le blond semblait surexcité, parlant tout en fouillant dans le coffre: «Alors tu pense qu'il est à papa? Regardes ce sont ses affaires de quand il était petit comme nous ou alors un peu plus grand!» débita, à toute vitesse, le plus petit, croisant les bras, un immense sourire aux lèvres. Il semblait ravi de sa découverte, d'avoir trouvé des trésors de l'enfance de son père.
L'autre restait hésitant, un peu septique. Il continuait à regarder le dernier dessin du carnet: «Je ne sais pas, à moins qu'il réussisse à se dessiner lui-même aussi bien de mémoire ?!» Répliqua-t-il, en le montrant. Ce n'est pas qu'il n'était pas d'accord, c'est qu'il songeait qu'il y avait peut-être d'autres solutions.
- «Wouha on dirait moi!!» s'écria t-il en prenant le petit cahier, admirant les traits faits au fusain. C'était très bien fait, et d'une main maîtrisée, expérimentée. Quelque soit celui qui avait dessiné ça, il était super doué!
Un petit rire fut un début de réponse. «Tu ressembles beaucoup à père, c'est pour ça!» Taquina le plus vieux en lui ébouriffant les cheveux. L'autre rougit et se plongea dans le coffre pour cacher sur embarras.
- «Hé! Grand frère! Y a un Luth aussi! Tu crois que papa sait en jouer?
- Je suppose qu'il n'en avait pas un juste pour décorer sa chambre! Même si je me demande pourquoi il l'a rangé dans un coffre s'il est en si bon état!» Plaisanta le roux en attrapant l'instrument sous le regard agacé du petit qui aurait bien voulu essayer lui-aussi. «Hé! Il a vraiment encore l'air en état de marche!» Il fit tinter une corde, et la note s'éleva, un peu fausse. Visiblement l'instrument n'avait pas servit pendant de nombreuses années. Il reposa son regard sur Danaël qui avait littéralement plongé dans le coffre, au milieu des vêtements pliés et délavés (de n'avoir pas été utilisé pendant plus d'une décennie).
Il s'éloigna ensuite, les sens aux aguets au cas où l'autre aurait un problème. Lentement il s'approcha d'un carde rectangulaire recouvert d'un tissu sombre. «Tiens?! Un tableau?
- Quoi?» fit son petit frère, émergeant des tuniques d'un air surpris. «T'as trouvé quelque chose Ikaël?» Il s'extirpa du coffre et rejoignit le roux qui avait posé un genou au sol pour mieux regarder sa trouvaille. «Ho une peinture cachée!» S'exclama-t-il en tendant la main vers le tissu qui cachait le cadre, visiblement impatient de voir le sujet du tableau. L'autre lui jeta un coup d'œil amusé, décidément un rien l'enthousiasmait lui.
Danaël tira et la peinture, encore en bon état (car précieusement conservée) apparut devant leur yeux. Deux garçons étaient sur cette toile: l'un d'eux était sans aucun doute leur père, âgé de douze ans environ. L'enfant blond souriait, comme on se devait de le faire quand on posait, et à ses côtés il y avait un jeune homme de presque vingt ans aux longues mèches noires, aux yeux aussi bleus que ceux de son voisin.
- «C'est papa là?» demanda l'autre blond en pointant le personnage de gauche du doigt. Son frère hocha la tête, marmonnant que c'était probable. «Et à côté c'est qui?
- Aucune idée!»
Danaël eut soudain l'air d'avoir trouvé et s'exclama: «Tu ne trouves pas qu'il ressemble à heu... celui qui...heu..comment y s'appelait déjà? Rega..Reggy..» Il semblait ne plus se souvenir du nom, et en était vexé. Il croisa les bras d'un air furieux quand il se rendit compte qu'il avait oublié.
L'autre haussa les épaules: «Regulus...oui un peu mais c'est surement le hasard!»
S'ils savaient...
..que ça était très loin d'en être un!


******

Le jeune lieutenant s'assit à son bureau. Du haut de ses trente ans, il était déjà épuisé, les douze derniers mois n'avait pas été de tout repos. C'était si dur de vivre sans elle. Il ferma les yeux, enfonçant ses doigts dans ses mèches couleur soleil. Puis il prit une grande inspiration, il devait se relever, elle ne voudrait pas qu'il se lamente comme ça, qu'il néglige leurs fils. Tandis qu'il tentait de se conforter dans cette décision, ses yeux furent attirer par épais rouleau de parchemin posé sur son bureau. Il se doutait de sa provenance. Décidément...d'abord Ikaël et Danaël trouvaient les anciennes affaires de son frère qu'il avait réussi à sauver et à garder.
Ca n'avait pas été facile de leur mentir à ce sujet d'ailleurs!
Et maintenant celui-ci lui envoyait une lettre. Qu'est-ce qu'elle contenait? Il prit une grande inspiration et attrapa le rouleau, enlevant le sceau qui le maintenait solidement fermé. Il déroula le papier et commença à lire, silencieusement, les lignes qui étaient écrites de la main de Sirius.

Nathanaël,
Je ne suis pas très fort pour commencer des lettres, vraiment pas, surtout après ce qui s'est passé il y a 5 ans et demi. Sache que j'aurais tout fait pour éviter cette rencontre mais je devais obéir aux ordres de Darkhell comme tu devais obéir à ceux qu'avait donné Père. Quel ironie du destin tu ne trouves pas? Je sais, toi ça ne te fais pas rire du tout (moi non plus remarques)
J'avais à peine 19 ans lorsque j'ai rencontré le sorcier et oui j'avais l'intention depuis un moment d'apprendre la magie...mais l'idée de l'apprendre avec lui n'est venu qu'après ma fuite.
Tu ne peux comprendre tout ce que j'ai vécu...parce que c'était trop dur, tu en as été le spectateur mais tu ne pouvais ressentir ce que je ressentais, souffrir comme j'ai souffert!
Je me suis déprécié pendant des années, j'avais une telle mauvaise opinion de moi que je me suis sous-estimé durant des mois et des mois. Darkhell m'a fait comprendre et m'a aidé...il a plus été un père pour moi que le notre. Je comprend que tu sois choqué en lisant ces mots mais je n'ai plus l'intention de te mentir. Je vais être franc. Vérité au dessus de tout hein petit frère?!
Sérieusement...j'ai rencontré Melian quand j'avais une vingtaine d'année. Mais non, elle ne sait pas ce que je fais, elle sait que je suis un sorcier mais doit penser plutôt que je fais partie d'une guilde quelconque....tu te doutes bien que je n'ose pas lui dire la vérité.
Et non...je ne me cherche pas d'excuses! J'assume ce que je fais, je suis fier de ce que je fais!
C'est la même chose pour mon fils Regulus, qui a 14 ans. Il a dans l'idée de former un groupe de héros qui aidera la population. Il sait que je fais des coses en rapport avec Darkhell mais, en définitive, il ne sait pas vraiment quoi. Il connaît le sorcier également, il l'a déjà rencontré.
Cassiopée, ta nièce, a 8 ans (comme Ikaël oui) et elle a hérité d'un don dont j'avais moi-même hériter: celui de la divination. Sache que je ne le contrôle absolument pas, c'est très frustrant!!
Et enfin ton dernier neveu: Evendel qui n'a que 4 ans je n'ai pas grand chose pour le moment à te dire sur lui. Je pense (Cygnus me l'a dit pendant des années) que je te devais la vérité sur ma famille, c'est fait à présent. Je suis heureux Nat, plus que je ne l'ai jamais été.
Tu vas surement penser ''et tout ce que tu fais en temps que fils de Darkhell alors?'' et je te répond tout de suite: tu ne sais rien, rien du tout, je sais ce que je fais, j'assume...je suis devenu un véritable combattant et un magicien de bon niveau (bien que je n'égalerais jamais mon maître)...aurais-je eu ne serait-ce que la moitié de cette vie heureuse si j'étais resté? Non je n'en pouvais plus, j'aurais craqué!
Ne me demandes plus mes raisons, tu les connais....
Darkhell lui aussi a des raisons...dont je ne sais pas tout,mais je connais son but...grâce à lui...non après tout tu n'as pas besoin de savoir, tu ne me croirais pas!
Si nous nous revoyons sur le champs de bataille, ce sera en ennemis Nat!
J'essaierais d'éviter les affrontements contre toi et s'ils sont inévitables, ils risqueront forts de se finir comme le précédant d'il y a presque 6 ans. Tu es prévenu désormais!!
Qu'est-ce que je pourrais te dire d'autre?
Je ne suis pas meilleur pour finir les lettres que pour les commencer, c'est déprimant! Avec Cygnus ça passait sans problème pourtant!
Ha oui...j'ai sauvé tes fils il y a un moment et je t'interdis (je sais j'ai perdu tout droit d'ainesse en fuyant il y a près de 19 ans) de les laisser à Père! Surtout l'aîné! Et la promesse que tu m'avais faites espèce de tête à claques?!
(Je plaisantes, rassures-toi...)
Voilà..j'ai mis presque six années avant de t'écrire cette lettre, je ne suis pas très fort pour m'expliquer je crois. Ou peut-être ai-je peur que tu ne comprennes pas?!
Prends soin de ta famille petit frère!!
Je ne vais pas dire que je suis fier de toi, parce que ce n'ai pas la peine. Je suppose que tu l'as compris! Venant de moi, tu pourrais, de plus, ne pas trouver cela sincère! Je conçois parfaitement que tu me haïsse, vu les circonstances, c'est compréhensible mais sache que jamais moi je ne te détesterait! Tu es libre de me croire ou non!
Fais ce que tu veux ce cette lettre, que mon identité soit révélée au grand jour n'importe peu à vrai dire, personne ne m'arrêtera...jamais! Je suis le «fils de Darkhell» après tout.
A un de ces jours, si on se revoit..et j'espère que ça ne seras pas bientôt..
..Sirius

Le blond reposa la lettre sur le bureau, le cœur douloureusement serré. Quelle avait été la vie de Sirius après sa fuite? Il avait été recueilli par Darkhell oui mais dans quel circonstances?! Si on lisait à travers les lignes, son frère sous-entendait bien que le sorcier ne le traitait pas mal, ne l'avait-il pas presque qualifié de père? Et ne l'avait-il pas déjà sous-entendu lors de leur combat 5 ans et quelques mois plus tôt?! Tout cela était pour le moins perturbant. Darkhell devait être un manipulateur, il avait du appâter Sirius avec de belles paroles, l'enjoindre à le rejoindre. Il était impossible qu'une personne comme son frère rejoigne le sorcier de son plein gré, n'est-ce pas? Pas après tout ce qu'il avait entendu sur lui durant son enfance! Ce n'était pas possible!
Il se rejeta en arrière dans son fauteuil et se massa les tempes. Il se sentait épuisé, dépassé...tout ça d'un coup c'était trop...il avait besoin d'une pause, de calme...
- «Un jour, je serais l'un d'eux, un grands chevalier, un faucon d'argent et je protégerais tout le monde: toi, père, mère, tout le monde quoi!» s'exclama un enfant de 10 ans, aux mèches blondes comme les blés.
Le brun de 16 ans releva les yeux de son livre: «Magnifique vision d'avenir petit frère! Fais honneur à la famille puisque moi j'en suis apparemment incapable!
- Tu n'es pas faible!» protesta le plus jeune, l'air en colère de l'entendre se dénigrer comme ça.
- «Si..
- Non!»

Nathanaël se releva et alla à la fenêtre, regardant à l'extérieur. Ses deux fils s'amusaient à l'extérieur, comme des enfants de leurs âge...comme lui et Sirius à l'époque. Ca lui semblait tellement lointain...plus de 20 ans s'étaient écoulés depuis leurs derniers moments de complicités. Des flash des années où ils étaient encore enfants et insouscients lui revinrent en mémoire.

«Descend de là espèce de petit crétin!!
Jamais! J'aurais cette pomme!!
Mais tu vas te casser quelque chose enfin!!»

*****

«Tu vas subir la punition ultime!!
Ha Nooonnnnn!!
Subis le supplice des chatouilles affreux petit monstre!!
Hihi Au secours!!»

*****

«J'ai...j'ai fait un cauchemar!!
Je suis trop crevé pour te raconter une histoire, va te recoucher et fermes les yeux, tu vas te rendormir en moins de deux!!
Et puis y a de l'orage!!
Pfff d'accord, tu peux rester!!
Merci t'es le meilleur grand frère du monde!
Comme à chaque fois que ça t'arranges!»


Ils avaient été très proches durant ces douze ans...il avait toujours été là pour le soutenir, l'aider, l'encourager...mais peut-être avait-il eu aussi sa part de responsabilité?! S'il avait osé s'élever plus, s'il avait désobéit plus ouvertement, plus cherché à attirer l'attention de son père...Peut-être que Sirius aurait eu plus la paix, aurait été plus heureux?
Qui pouvait répondre à une telle question...
«Je fais de mon mieux!! Pourquoi il ne veut pas le voir!! Je fais vraiment tout ce que je peux mais ce n'est jamais assez!!» Le brun enfouit son visage dans ses mains «Il ose dire que je suis une mauviette alors que je me donne vraiment à fond, que je m'entraine autant que je peux!» les larmes avaient roulé sur ses joues tandis que l'adolescent désespéré craquait vraiment pour la première fois.
Nat le regarda avec tristesse, sans savoir que dire ou que faire. Une autre erreur qu'il avait regretté plus tard!!
Il n'avait pas assez agit, n'avait pas réalisé
!
Le futur capitaine rouvrit les yeux, regardant à l'extérieur. Il fallait qu'il arrête de penser trop au passé, Sirius semblait lui avoir tourner le dos malgré sa promesse de ne rien lui faire s'il le voyait. Il fallait qu'il surmonte! Il fallait qu'il cesse de faiblir uniquement parce que le «fils de Darkhell» était son frère.
Il devait faire son devoir et arrêter les actions de ce criminel!!
Qu'importe la douleur dans son cœur!!

A suivre...

...Dans le Chapitre 20: Promotion, Destruction et Pertes

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Mer 2 Juin - 9:16

Chapitre 20: Promotion, Destruction et Pertes (Nathanaël/Sirius)

Sirius s'appuya au mur, étourdi, nauséeux. Qu'est-ce qui lui arrivait au juste? Il inspira lentement et profondément avant d'entrer dans la pièce où se trouvait son maître. Il se sentait épuisé, fiévreux. Était-il malade? Ca faisait longtemps qu'il n'avait pas souffert qu'une quelconque maladie. Il fallait dire aussi qu'une épidémie était tombée sur la région, et risquait de s'étendre aux autres. Ses jambes flanchèrent et il eut du mal à se maintenir debout. Une nouvelle inspiration l'obligea à se calmer.
- «Sirius? Ca ne va pas?» Il leva les yeux sur la jeune fille de quinze ans qui le fixait de ses yeux rouges, calme et distante tout en étant quelque peu inquiète. L'adolescente reprit «Tu es malade? Tu es vraiment pâle tu sais?!
- Non..Ténébris ça va! Je t'assures!!» Il passa devant elle, sous un regard perçant, et salua le sorcier qui ne le voyait qu'à travers les vitres de la fenêtre, plongé qu'il était dans la contemplation de l'extérieur. Puis Darkhell congédia sa fille d'un geste de main, lui ordonnant ensuite de retourner dans sa chambre sans discuter. Elle obtempéra immédiatement, sortant en courant de la pièce, claquant même la porte derrière elle. Sirius laissa passer quelques instants de silence puis demanda, doucement «Vous m'avez fait demandé?
- Effectivement, j'ai un service à te demander!!
- Je suis à vos ordres, que faut-il que je fasse?
- Connais-tu l'armée des milles loups?»
Dans l'esprit embué par la fièvre de Sirius se matérialisa le souvenir du drapeau écarlate marqué d'une tête de loup noire crachant du feu également noir. Un groupe d'hommes violents, des voleurs sans vraiment de conscience qui écumaient la campagne, terrorisanit les populations. «Ce sont des vandales, des pilleurs, qui ne respectent rien et que les différentes armées ont du mal à arrêter...
- Tu as raison! De plus, dernièrement ils se sont mis à me défier implicitement, en coulant des navires avec qui j'avais passé, par ton intermédiaire, des accords! En me prenant de vitesse pour telle ou telle destructions!» Le poing pâle du sorcier s'était refermé, il n'admettait pas ce genre de provocations dont il faisait payer au centuple les responsables.
Il n'acceptait aucune humiliation!! Sa rage ne se calmait que quand il avait fait payé ceux qui l'avait humilié!!
Sirius s'appuya au mur, tentant de rester attentif mais avait de plus en plus de mal à suivre, sa tête lui faisait affreusement mal et sa gorge semblait être en feu. «Je...vois! Que voulez-vous faire?» Il retint une âpre envie de tousser, craignant de se faire encore plus mal à la gorge.
- «Cette armée des milles loup est de toute façon un fléau qui commence sérieusement à me taper sur les nerfs! Je vais revoir faire quelque chose de fort, une nouvelle fois, pour m'en débarasser!
- C'est sadique...digne de vous maître! Et l'armée des mille loup doit effectement être arrêtée? Mais pourquoi ne lancez-vous pas vos troupe contre elle dans ce cas? Que voulez vous faire exactement?» il ne comprenait pas vraiment ce que voulait dire Darkhell. Quelque chose dans la voix du sorcier le mettait mal à l'aise, vraiment mal à l'aise. Il ne savait pas ce que l'autre voulait dire. Et il ne comprenait pas ce que l'autre voulair dire pas "une nouvelle fois".

Lui-même n'avait jamais eu affaire aux milles loups avant non?
Il ne le savait pas, effectivement...parce qu'il y a 5 ans, Darkhell l'avait déjà fait... Sirius n'était pas au courant, et n'avait pas lui-même participé à cette mission pour des raisons diverses (il devait aller espionner à un endroit précis) mais se souvenait que la ville avait été entièrement rasée, brûlée et les habitants tous tués sans exception. Le drapeau des milles loups, planté par les bons soins des Dragonites avait induit en erreur tout le monde. La destruction de cette si belle ville, de sa si splendide école avait été mise sur le dos de cette bande de gredins qui n'avaient pourtant jamais été arrêtée.
Darkhell avait été ravi de ce succès, dont il n'avait pas parlé à Sirius, et était bien décidé à recommencer, cette fois avec lui dan la "confidence"


- «Je l'ai déjà fait il y a 5 ans, ça a bien marché?! Je ne vois pas ce qui peut m'êmpêcher de recommencer!!» Décréta le mage sombre en se tournant vers son ex-apprenti et plus fidèle allié. Il fronça les sourcils sous son masque, voyant la pâleur du visage de l'autre brun «Ca ne va pas?!»
Sirius avait l'impression d'avoir des points de couleurs qui clignotaient devant ses yeux, sa vision devenait également floue. Une nausée persistance l'envahissait, de plus en plus forte et violente. Sa migraine augmentait elle-aussi, devenant presque insupportable. Le simple fait de se servir de son ouïe ne faisait que empirer la situation. Soudain une quinte de toux le secoua violemment, il s'effondra au sol, sans pouvoir s'arrêter de tousser, sa gorge lui faisant si mal qu'il avait peine à respirer. Puis, enfin, la douleur diminua, la crise passa et un voile noir tomba devant ses yeux, le faisant sombrer dans la plus totale inconscience.

*******

Nathanaël réfléchissait longuement à une décision. Il était capitaine maintenant et devait choisir une escouade à envoyer en éclaireur dans la cité ayant requis leur aide. Une escouade hein? Mais choisir des membres, une dizaine d'hommes menée par un lieutenant, était délicat. S'ils étaient tués sur le chemin?! Quel belle action se serait pour son avenir de gradé! Et il imaginait déjà les critiques de son père, des hommes...il était responsable de chacun non? C'était si difficile de prendre des décisions, d'avoir des vies sous sa responsabilité, dépendant de ses choix.
- «Capitaine! Je me portes volontaire!» S'écria soudain une voix venant de la porte de la pièce.
Nathanaël sursauta et releva les yeux: «Cygnus? Tu sais que c'est une région dangereuse non?» Murmura-t-il en se massant douloureusement les tempes, fatigué par des heures et des heures de recherches, d'hésitations et de réflexions.
Choisir onze hommes à envoyer en avant dans une région difficile et dangereuse n'avait rien d'évident. Il craignait de faire une erreur, de lancer les mauvaises personnes. Il craignait tellement de décevoir, de briser la confiance de ses hommes, de les envoyer à la mort!! L'angoisse de tout nouveau chef sans doute?!
Il fallait qu'il se mette en confiance avec lui-même, qu'il prenne les choses en mains qu'il prenne de l'assurance. Le châtain leva une main apaisante «Oui...mais fais-moi confiance! Et je te promets de tout faire pour l'honorer! Je choisirais moi-même ceux qui m'accompagneront. Par exemple, il y aura Gauvain et j'ai déjà une vague idée des autres! Tu ne peux pas non plus tout décider seul, accepte l'aider des autres! Nat! Tu es épuisé ça se voit, fais confiance aux autres gradés!» murmura-t-il d'un ton aussi doux que d'habitude, un ton calme qui contaminait toute personne l'entendant.
Le blond poussa un soupir à fendre l'âme. Puis, après un court temps de réflexion, acquiesça, sachant qu'il n'avait pas vraiment d'autre choix, en effet, que faire confiance à ses hommes. C'était ça aussi être chef. «D'accord Cygnus, tu as mon accord! Bonne chance mon ami!»
Le châtain plissa les yeux, l'air soudain taquin «Allons, ne t'en fais pas, on l'aura cette guilde de voleurs et d'assassins. Ce n'est rien à côté des troupes de Darkhell n'est ce pas?» Il ne pensait pas à mal en disant ça, voulant relativiser les choses.
Un faible sourire lui répondit «Non..sans doute pas!» Admit le blond, ne pouvant s'empêcher de repenser à la lettre de son frère où celui-ci lui avait dit ce qui se passerait si jamais le destin les mettaient à nouveau face à face. «Tu pars demain et on vous suivras deux jours plus tard!»
L'ami d'enfance de Sirius tourna les talons, après l'avoir salué, et sortit pour aller choisir ceux qui l'accompagnerait.
A aucun moment, ils n'eurent de mauvaises impressions ou pressentiments.
Et pourtant...


*******

Sirius rouvrit les yeux pour découvrir le plafond de sa maison. Sa tête était horriblement lourde, et il sentait toujours mal. Pourtant il savait ce qui lui était arrivé «Génial...J'ai été frappé par l'épidémie qui sévit dans la région!! Magnifique! Je me disais que c'était trop beau que je sois passé à travers!!
- A force de soigner les malades, ça devait arriver non?» Lança une voix ironique venant de la droite. Elle n'avait pas vraiment apprécié d'apprendre qu'il avait trainé dans cet état jusqu'à l'effondrement. Et pour que Ténébris l'ait ramené elle-même, ça devait vraiment être grave non?
Il préféra ignorer le commentaire sarcastique de sa femme. Il n'avait pas besoin de reproches sur le fait qu'il ne faisait pas attention. Depuis que Darkhell l'avait bourré de potions renforçantes, il prenait des risques, presque euphorique devant sa bonne santé. «Des enfants étaient atteint Melian, je devais les soigner!!» Marmonna-t-il tandis qu'elle posait un chiffon humide sur son front.
Elle hocha la tête et ajouta: «Et on a la preuve que ton remède marche très bien!! Cependant tu aurais tout de même du faire plus attention! Les sorciers ne sont pas immunisés contre les maladies. Tu as déliré pendant quatres jours!» Elle fit une pause «Ténébris te fait passer un message! Elle a dit, en gros, que tu as intérêt à te reposer et à ne pas forcer jusqu'à ta guérison sous peine servir te voir...recevoir des sanctions de la part d'une certaine personne! Et elle a ajouté qu'il se passera de toi pour cette fois.!!»
Le sorcier hocha la tête, fatigué et sombra à nouveau dans le sommeil, et pour la première fois depuis longtemps, depuis un bon moment, son pouvoir de divination se réveilla en lui montrant un rêve prémonitoire. Il le sentit, ce n'était pas rêve ordinaire, c'était le futur proche, très proche ou peut-être même immédiat.
Et il n'aurait rien pu faire, même s'il avait voulut....

Un canyon dans une région désertique. Onze personnes en armure d'argent, montés sur des Culbutors. Des Faucons d'Argents. Surement des éclaireurs.... Ils se battaient contre les personnes vêtues essentiellement d'habits très sombres. Des corps qui tombaient au sol, des deux côtés mais il y en avait peu du côté des agresseurs des soldats. Un des attaquant, un jeune homme d'environ 25 ans aux mèches miel et aux vêtement bleus foncé sauta d'un surplomb, prenant l'un des soldats par surprise. Un cri qui retentissait, une voix affolée. «GAUVAIN! Derrière toi!»
Trop tard! L'épée de l'inconnu venait de fendre l'air, assassine. Une vie venait de prendre fin. Un corps tomba dans le sable brûlant. Des cris retentirent autour, les compagnons de la victime restaient pétrifiés, horrifiés. Ils n'étaient plus que quatres et étaient encerclés!
- «Qui es-tu?» Cria alors un soldat d'environ 36 ans aux cheveux châtain, pontant son arme, de même couleur que son amure, vers celui qui avait tué Gauvain.
L'autre partit d'un éclat de rire mauvais et s'exclama «Je suis le nouveau chef de la Guilde du Désert! Je m'appelle Lance!» Un sourire ironique (ou narquois?) se dessina sur ses lèvres. «Et toi? A qui ai-je l'honneur de m'adresser? Surement pas au chef de votre petit armée mais bon....
- Je suis le premier lieutenant des Faucons d'Argent! Je m'appelle Cygnus!»
Un combat qui commençait, d'autres qui reprenaient..
Douleur...Peur...Assurance..la partie semblait perdue pour les soldats aux armures d'argents et gagnée pour leur agresseurs. Les éclaireurs s'étaient tous fait décimés.
Il n'y en avait plus qu'un! Le plus fort, le plus gradé...
Le combat tourna court...
Un mouvement déloyal..
Une épée qui fendait l'air!!
Le sable qui se tâchait de sang, et un corps qui tombait au sol.

- «CYGNUS!» Sirius venait de brusquement se redresser sur son lit, les yeux écarquillés, le cœur battant à tout rompre. Ce n'était pas un rêve...mais la réalité, il avait vu ce que se passait pour ses deux amis d'enfance. Ses yeux s'emplirent malgré lui de larmes. Non...ce n'était pas possible..ça ne pouvait pas être vrai. Il tenta de se lever mais ses forces l'abandonnèrent et il retomba sur le lit.
Ce n'était pas vrai...
Son pouvoir pouvait se tromper n'est ce pas?
La fièvre avait peut-être faussé la qualité de la vision?!

Il savait qu'il rejetait la vérité, qu'il refusait de la voir, mais c'était plus fort que lui, il ne pouvait s'empêcher d'espérer s'être trompé. Il ferma les yeux, ravalant la boule dans sa gorge, ravalant sa douleur. Ce n'était pas possible...

*******

Nathanaël était tombé à genoux devant la tombe, tandis qu'Arthur se tenait derrière lui, hésitant. Il était en larmes, emplis de culpabilité. «C'est ma faute, mon crime...je les ai envoyés à la mort!!
- Tu ne pouvais pas tout prévoir Nat!» tenta son meilleur ami , posant une main sur son épaule.
- «Et Gareth?! Et Artanis? Et Lindorie? Et Ganja? Et...» Il parlait d'un ton brisé, monocorde, incapable de se pardonner son crime, son erreur, sa faute...et dire que c'était censée être sa première action en temps que chef. Il était minable, pitoyable, il avait causé la mort de ses hommes. Ca faisait presue un mois et il ne parvenait pas à se pardonner, à s'en remettre. Il avait préféré ignorer les commentaires de son père, souffrant déjà assez, s'en voulant suffisement comme ça.
- «NATHANËL!!» Cria le roux, à bout de nerfs, faisant sursauter son chef. «Tu n'y es pour rien ,c'est eux qui ont décidé d'y aller! Personne ne pouvait prévoir cet embuscade. Le chef de cet ordre de voleurs et d'assassins avaient probablement un espion qui savait tout de nos méthodes. Ce n'est pas ta faute!» Il voulait l'aider, le convaincre, le soutenir comme l'ami qu'il était.
Nathanaël frôla la pierre glacée de ses doigts, murmurant d'un voix étranglée «Pardon..je suis désolé!!» Il savait qu'il lui faudrait vraiment beaucoup de temps pour se pardonner ce crime, cette erreur, cette faute. Après le départ de Sirius, Cygnus avait été comme un remplaçant, un substitut fraternel. Il l'avait soutenu, aidé, encouragé, rassuré...il faisait presque parti de la famille, leurs fils étaient amis, presque inséparables. Il se leva, le cœur serré à l'étouffer «Il faut...que..je m'excuses auprès de Lindorie! Elle doit savoir la vérité!» Il s'éloigna, les épaules affaissés et la tête basse. Il s'en voulait tellement...Il ne pourrait jamais racheter une telle erreur!!
Arthur le regarda partir, les yeux tristes et les poings serré. Il savait qu'il ne pouvait rien dire de plus, Nat éprouvait trop de culpabilité pour le moment..Mieux valait qu'il aille soutenir la famille de Gauvain. Il pourrait aider son meilleur ami après...mais pas maintenant.

*******

Le blond frappa à la porte de la demeure de son ami, ne sachant pas vraiment ce qu'il pourrait dire à l'épouse de ce dernier quand il trouverait face à elle. Lui dire que c'était sa faute? Qu'il était désolé? Qu'il avait envoyé Cygnus à la mort? Que si elle devait détesté quelqu'un, c'était lui et lui seul?
Il ne savait pas...

Ce fut Ganja qui lui ouvrit, l'enfant de huit ans avait les yeux gonflé de larmes. «Bonjour capitaine Nathanaël!» Murmura-t-il avec sa politesse habituelle mais d'une voix cassée par les nombreux sanglots qui s'étaient échappés de sa gorge.
L'homme, honteux, se força à sourire au petit garçon de 8 ans: «Bonjour Ganja, ta mère est là?
- Oui...» L'enfant le laissa entrer et courut dans une pièce voisine. Sans doute pour ne pas qu'on le voit pleurer. Déjà fier à son âge ...mais déjà à moitié orphelin...exactement comme ses fils.
Il cherchait quoi dire quand la veuve arriva, lui souriant tristement, comme si elle le remerciait de venir les soutenir. Nathanaël sentit les mots s'étrangler dans sa gorge, se sentant si mal, si honteux.
Il n'eut pas le temps de dire quoique ce soit...
Un adolescent passa soudain en coup de vent près de lui. Presque par réflexe, il lui empoigna le bras, soulagé de cette intervention qui retardait la discussion: «Hé! Qui es-tu toi?» Il n'avait jamais vu cet enfant, et pourtant il lui était étrangement et terriblement familier.
Le garçon releva deux yeux violet vers lui, le fixa quelques instants dans un silence de mort. Le capitaine remarqua soudain l'air inquiet et le visage pâle de Lindorie.
Quoi? Connaissait-elle ce gamin? Gamin qui lui disait quelque chose...
Il se figea soudain, prit d'un terrible doute, mais n'eut pas le temps de parler que le jeune garçon (qui ne devait pas avoir plus de 14 ans) s'écria brusquement en se débattant pour se dégager: «Lâchez-moi mon oncle! Je dois repartir!!»
La surprise le fit relâcher sa poigne et son neveu en profita pour détaler comme un lièvre, passant rapidement par de petites ruelles au cas où le blond l'aurait suivit.
Pas de risques, celui-ci était figé par la surprise. Regulus...C'était Regulus...il ne l'avait jamais vu mais en était persuadé! Mais qu'est-ce qu'il faisait là? La colère suivit presque aussitôt la surprise Mais pourquoi il l'avait lâché?!
Lindorie poussa un soupir de soulagement qui fut parfaitement audible puis expliqua «Regulus est souvent venus ici!! Même après ce qui s'est passé il y a quelques années, ce jeune garçon a continué à venir voir notre fille! Sirius ne s'est plus présenté à nous suite à vos retrouvailles mais il devait être en ville en même temps que son fils. Désolée de ne pas te l'avoir dis mais nous lui avions promis!
- Ils..» C'était trop, le jeune gradé n'en revenait pas. Est-ce que ça voulait dire que..que...
- «Sirius est venus me présenter ses condoléances et m'a promit que la mort de Cygnus ne serait pas impunie! Qu'il savait qui étaient les responsables!» Lindorie posa doucement et tristement sa main sur le bras de l'ami de son défunt mari. «Et il m'a promit qu'il ne tuerait personne...qu'il allait livrer les criminels à la justice d'Alysia!! C'est ce qu'il aurait voulu n'est-ce pas?!» Elle eut un soupir doux et reprit «Ce n'est pas ta faute Nat! Il avait conscience des risques!»
Nathanaël s'effondra sur une chaise, le cœur serré à lui faire mal. Comment Sirius avait-il su? Pourquoi était-il venu jusqu'ici? Il allait venger Cygnus? Comment pourrait-il alors que même leur groupe n'avait pas trouvé la nouvelle cachette de cette guilde de criminels?!
Il passa ses mains sur son visage..effondré, ne parvenant pas à comprendre!! C'était trop...Sirius n'était-il pas leur ennemi désormais?! Pourquoi agissait-il toujours comme un ami? Jouait-il un double jeu?! Pourquoi venait-il ici et repartait en l'évitant?! Pourquoi était-il mis ainsi à l'écart? Jamais il n'aurait de réponses à ses questions...
Mais une semaine plus tard la prison Barek avaient une fournée de nouveaux pensionnaires....et un dénommé Lance était d'ailleurs en très piteux état...
Sirius avait visiblement tenu sa promesse...

Fin

A suivre dans le chapitre 21: Retrouvailles amères (Sirius et Nathanaël) qui se passe 7 ans plus tard.

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Mer 2 Juin - 21:05

Chapitre 21: Retrouvailles amères

Un souffle de vent à peine perceptible, un sombre pressentiment qui ne le lâchait pas, son cœur qui battait fortement comme une angoisse qui ne le lâchait pas. Un souvenir venait de lui revenir, peut-être le fruit de son pouvoir de divination qui voulait le prévenir de quelque chose? Il ne savait pas vraiment. Mais ce passage de son passé qu'il avait oubliée venait de resurgir des tréfonds de sa mémoire. Un souvenir qui était lié à sa seconde identité, à ce qui était sa vie actuelle. Un souvenir qui datait de plusieurs années, un souvenir qui n'était qu'un parmi d'autre et qui avait été oublié.

«TU ME LE PAIERA FILS DE DARKHELL! QU'IMPORTE LE TEMPS QUE CA PRENDRA, JE TROUVERAIS QUI TU ES, JE DECOUVRIRAIS TON POINT FAIBLE ET JE ME VENGERAIS!» Une silhouette effondrée , un cri qui résonnait dans ses oreilles mais il ne se retourna pas, indifférent à cette haine qu'il était habituée à subir, indifférent aux menaces puisque son identité était préservée. Il avait épargné des gens comme à chacune de ses missions il évitait de tuer des innocents, ne visant que les cibles indiqué par Darkhell, laissant les Dragonites et darkhellion faire le reste. Ceux-ci ne rasaient pas tout non plus, comme il le leurs ordonnait. Bref, cette fois-ci il ignora ces menaces qu'il n'entendait que trop souvent. Des paroles en l'air pour lui, sans signification. Il ne se ferait jamais tuer par ce genre de personne. Seul un soldat expérimenté pourrait (et encore) le tuer.

Il n'y avait jamais fait attention, ce genre de menaces il en entendait trop souvent et ce n'était pas pour rien qu'il portait un masque. Ce n'était pas pour rien qu'il gardait le titre de ''fils de Darkhell'' ce n'était pas pour rien qu'il cachait la vérité à sa famille. Ténébris n'avait jamais rien dit à Régulus non plus durant toute leur enfance où ils s'étaient vu si souvent. Sirius savait qu'un jour il devrait sans doute avouer à sa famille qui il était vraiment, ce qu'il faisait, tout leur dire...Regulus connaissait déjà le reste de sa famille, Melian savait qu'il s'était enfui mais pas ce qu'il avait fait après (si ce n'est qu'il ait appris la magie). Un jour il devrait être honnête non? Ce serait le jour où il raccrocherait...où il passerait ''le flambeau'' à Ténébris..où il ne serait plus ''le fils de Darkhell''.
Il soupira, croisant les bras sous sa tête, pensif, quelque chose en lui lui soufflait qu'un évènement grave allait arriver. Mais quoi? Il n'arrivait pas à savoir..Ca ne lui était pas arrivé depuis la mort de Cygnus...Un de mes proches était en danger? Mais lequel? Je n'ai plus d'amis d'enfance en vie...
Nathanaël est un grand chevalier et est vraiment très entouré!! Toute une armée l'accompagne,il ne risque pas vraiment la vengeance de quelqu'un non? Et il protège très bien sa famille non?! Et pour la relier à moi, bon courage! Ma propre famille est à l'écart, personne ne m'a jamais suivi...
Alors qui?

Il se redressa, en colère contre lui-même. Il n'allait pas se laisser tourmenter par ce souvenir, des paroles en l'air quand même?! Il soupira et se releva, baissant les yeux vers la ville où se trouvait sa cible. Il ferma un court instant les yeux, savourant la fraîcheur nocturne. Il était seul pour cette mission, qui était de récupérer un objet précis. C'était censé être une mission de routine, sans problème, comme il en avait déjà fait des centaines comme ça, et sans aucun problème non?!
Où était le soucis? Pourquoi ne se sentait-il pas bien dans ce cas?
Quelque chose allait-il se passer? Il préféra ignorer cela et s'enveloppant entièrement dans sa cape s'élança vers son but, concentré sur ce qui l'entourait.
Il atterrit sur un toit et prit le temps d'inspirer profondément pour s'élancer vers la fenêtre par laquelle il se hissa. Il s'appuya au mur quand soudain une violente pression dans son esprit le fit vaciller et une vision se profila soudain devant ses yeux.

«J'ai trouvé! Je sais qui il est!»

Cette voix...si semblable à celle de son souvenir, la personne qui voulait se venger, lui faire payer, la personne qui hurlait sa haine dans son souvenir. Cette victime avait trouvé qui il était? Non c'était impossible. Visiblement Nat n'avait pas dit à quiconque son identité, pas plus que Cygnus. Et peut-être cela ne s'adressait-il pas à lui? Peut-être cette personne avait trouvé autre chose sur quelqu'un d'autre?! Peu probable car son pouvoir n'aurait pas réagit ainsi sinon...
Comment aurait-on pu découvrir son identité? Il secoua la tête...Il devait vite achever la mission et rentrer pour y réfléchir au calme!

********

Une discussion agitée...
...des tons qui montent...
Un couteau brillant dans l'obscurité...un cri, du sang qui tombait au sol.
Un éclat de rire...mauvais diabolique «IL a payé! Et pas de sa propre vie!»

Il rouvrit les yeux, haletant. Ces successions de flash l'angoissaient terriblement, ce n'était pas net, preuve que ce n'était pas en train d'arriver ou que ça pouvait encore être modifié. Il n'avait pas très bien vu, tant ces flash s'étaient déroulés rapidement mais il avait reconnu cette voix, cette voix de ses souvenirs. L'inquiétude le prit à la gorge. Une sourde angoisse le fit frissonner nerveusement.
Ce n'était pas normal .. Vraiment pas, quelque chose n'allait pas. Il se leva sans bruit et sortit, inspirant l'air glacial de la nuit. Ce n'était qu'un rêve hein? Il ne fallait pas qu'il prenne tout cauchemar pour une vision...tout réel qu'il semblait être!
- «Père?» Une voix retentit derrière lui, le faisant sursauter avant qu'il ne la reconnaisse. Il se détendit à nouveau, malgré ses pensées sombres et inquiètes.
Une adolescente de 15 ans, aux yeux bleus et aux cheveux brun foncés, le rejoignit et il lui jeta un coup d'œil «Tu ne dormais pas Cassiopée?
- Je n'y arrivais pas, le livre que tu m'a donné me passionne! Et là je t'ai entendu sortir!
- A ton âge, ce n'est pas raisonnable! Si tu fais trop de nuits blanches, tu vas finir par tomber malade!» signala-t-il plus par principe qu'autre chose. «Regardes Regulus! Il a 21 ans et pourtant il dors encore beaucoup non?» Il eut conscience que ce n'était pas une bonne comparaison justement.
- «Oui pèèèrrree!! Je vais prendre exemple sur la petite marmotte!» Fit-elle en levant les yeux au ciel, moqueuse. Il eut un faible sourire et reporta son attention sur le paysage nocturne devant lui. Elle changea alors d'attitude «Tu as des soucis? Tu as l'air tourmenté!
- Une vision...trop peu précise. Mais je ne peux m'empêcher de m'inquiéter!» A chaque fois qu'il en avait eu une, ça le concernait sois lui-même, soit cela montrait que ses proches (famille ou amis) étaient ou aller être en danger. Ca ne le rassurait donc pas. Surtout vu les mots qu'il y avait entendu.
La jeune fille qui avait hérité de son don de médium soupira. Ses propres visions étaient extrêmement rares. Son père lui avait certes dit que, pour lui, ça s'était éveillé après la vingtaine, elle aurait aimé profité de ce pouvoir avant en ce qui la concernait. C'est que ça pouvait être pratique non? Sauf si c'était pour en avoir des si peu précises qu'on angoisse à mort parce qu'on ne la comprend pas, comme son père maintenant! Ca c'était moins drôle déjà.
- «Ca montrait quoi?» Demanda-t-elle, curieuse de nature, se demandant ce qui pouvait tant inquiéter son père. Cela devait être grave non? Il n'était pas du genre à paniquer pour rien en plus.
- «Je préfère ne pas en parler...retournes te coucher!» Son ton de voix signifiait sans aucun doute la fin de la discussion. Il avait clairement envie d'être seul avec ses pensées.
Elle grommela quelque chose mais obéit, retournant à l'intérieur. Sirius se laissa tomber sur l'herbe haute, respirant l'air glacé de la nuit, regardant distraitement les étoiles. Il ferma les yeux, calmant peu à peu les battements de son cœur. Et sombra peu à peu dans un sommeil agité..qui ne dura pas.

«La blessure en elle-même ne me poserait aucun problème en temps normal...ma magie pourrait agir pour ralentir la perte de sang...mais...pourquoi ça ne marche pas.. POURQUOI?»

Il se redressa soudain, le cœur battant. Ses visions ne le lâchaient plus ces temps-ci, voulant clairement l'avertir de quelque chose. Cette fois, c'était uniquement sa propre voix qu'il avait entendu, sa voix paniquée. Il avait presque crut percevoir un sanglot! Il semblait terrorisé en plus! Qu'est ce que cela signifiait. Une blessure qu'il ne pouvait soigner? Comment? Pourquoi? Quelqu'un qui lui était cher allait mourir...réalisa-t-il soudain avec horreur: Mais qui? Melian? Regulus, Cassiopée ou Evendel? L'un de ses neveux? Son frère? Ténébris? Pour qu'il soit si affolé, ça ne pouvait être que l'un d'eux. Il n'avait plus d'amis d'enfance ou chers en vie de toute façon.
Enfin c'est impossible, cette personne, même si elle voulait se venger en me faisant perdre un être proche, comment pourrait-elle deviner que je suis le frère aîné du capitaine des Faucons d'Argent? Que j'ai une famille (et trouver où elle était)? Trouver simplement QUI je suis? Nat n'a pas été assez bête pour ne pas cacher (ou pire: perdre) la lettre où je lui avoue tout hein? Il se massa les tempes, perdu. Il avait un mauvais pressentiment qui ne le lâchait désormais plus.
Et il avait horreur de ça, de ne rien voir venir...
Il détestait ne pas contrôler la situation..ou en perdre le contrôle!
Il allait falloir qu'il change cela et vite avant que le destin ne frappe!

********

Un gamin aux mèches blondes comme les blés se fraya un passage parmi la foule, se rapprochant des drapeaux flottant, accrochés aux selles des culbutors. Ses yeux azur, pleins d’émerveillements malgré l’habitude de les voir, parcoururent l’armée des Faucons d’Argent, prête à quitter la ville pour une nouvelle mission. L'enfant chercha avec attention deux personnes en particulier: son frère mais surtout son père, qui était le capitaine du groupe.
Il finit par le voir et se précipita vers lui, en l'appelant. L’homme, qui semblait être, à quelques différences prêt, sa copie version adulte se retourna et lui sourit tandis que son fils cadet s’immobilisait à ses côtés. Il l'accueillit d'un doux sourire et par les mots taquins: «Tu sais que tu n'avais pas besoin de courir? Nous avons encore un peu de temps avant le départ!»
L'enfant rougit légèrement et acquiesça avant de demander, curieux: «Alors père? Savez vous combien de temps va durer votre mission?» Sa petite voix cadrait mal avec son sérieux actuel.
- «Pas la peine d’être si formel Danaël!» Rit l’homme, passant sa main dans la crinière ‘dorée’ de son second fils qui sourit timidement. «Pour te répondre, nous partons pour quatre mois environ!» Il remarqua un problème au niveau de la selle de sa monture et s'appliqua à la réparer. «Cela passera vite tu verras!» ajouta-t-il ensuite, conscient de la solitude qu'allait subir son plus jeune fils.

Les yeux du petit s’écarquillèrent et il hocha la tête, sans doute triste à l’idée de passer toutes ses journées seul dans leur maison avec le ''personnel'' pour unique compagnie, ça n'avait en effet rien de drôle, malgré le fait qu'il pourrait voir ses amis chaque fois qu'il voulait. Les fois précédentes, Ikaël n’était pas parti, trop jeune pour des missions de grande envergure comme celle-ci mais maintenant qu’il avait 15 ans, il pouvait venir et donc son cadet allait se retrouver seul. Ca le déprimait un peu, il était tellement habituée à la présence de son aîné...Plus jamais leur père ne les avaient confié à leur grand-père, ayant préféré engager une gouvernante pour s'occuper d'eux et le années avaient ainsi passer.
Le blondinet sentit soudain un bras qui entourait ses épaules et s’aperçut de la présence de son aîné près de lui. Ne l’ayant pas entendu venir, il sursauta et lui lança un regard un peu surpris avant de rire légèrement, ravi de le voir puisqu'il le cherchait lui-aussi. Le roux se contenta de lui sourire malicieusement et lui frotta la tête de sa main libre, sourd aux protestations de son petit frère qui se débattant en riant à moitié pour sauver ses cheveux de l'ébouriffage en règle. Peine perdue...
Finalement Ikaël relâcha son cadet qui, les mèches dans tout les sens et les joues rouges, lui lança un regard faussement offusqué, tandis qu’il tentait de remettre en place le ''nid d’oiseau'' qu’il avait maintenant sur le crâne. «C'est pas drôle!»
Le son d’un trompette signifia que le départ était imminent. Une nouvelle mais très brève étreinte fut l’au revoir de son frère qui monta ensuite sur son culbutor, imité par les autres Faucons d’Argent. Avant d‘en faire autant, le capitaine aux boucles blondes posa ses deux mains sur les épaules de son fils et lui dit avec douceur. «Ne t’inquiètes pas pour nous, nous serons vite de retour. Je te demande d’être assidu pendant mon absence d’accord? Ne profite pas que ni moi, ni Ikaël ne sommes là pour négliger ton travail ou ton entrainement.» Il savait que ce n'était pas vraiment le genre de son plus jeune fils de bailler aux corneilles continuellement mais préférait le dire clairement afin d'être sûr d'être obéit sur ce point.
- «Non père, ne vous en faîtes pas!» répliqua gentiment le gamin, récompensé par un sourire de son père qui grimpa à son tour sur sa monture. Peu de temps après il regarda le cœur un peu lourd sa famille partir, avant de rentrer chez lui, s’apprêtant à passer plusieurs semaines ''tout seul''. Il soupira, ça allait vraiment être long et ennuyeux.

********

- «Génial...on a un loup dans la bergerie alors?
- Si la situation n'était pas si dramatique, je rirais de ta comparaison Ténébris!
- Ton frère est encore plus en danger alors! Il ne se méfiera jamais de l'un de ses compagnons»

Sirius se redressa brusquement du fauteuil où il s'était assoupi, il cligna des yeux et sentit son cœur s'arrêter. Son frère...c'était Nat qui était visé par la vengeance. Ténébris aussi était là et lui parlait dans sa vision mais que voulait-elle dire par un ''loup dans la bergerie''? Un traitre? ''il ne se méfiera jamais de l'un de ses compagnons!'' Il écarquilla les yeux. Nathanaël allait se se poignarder dans le dos par un de ses compagnons! Il se leva...il fallait qu'il le prévienne, avant qu'il ne soit trop tard! Ou qu'il intervienne pour le sauver. Il s'élança vers la sortie, décidant d'utiliser un Darkhellion pour aller plus vite à la cité d'Oroban. Il n'y avait pas de temps à perdre! Il fallait qu'il se dépêche!
- «Sirius...où vas-tu?» lança une voix derrière lui, le tirant de ses pensées affolées.
Il stoppa et se retourna vers la fille de Darkhell qui le regardait du haut de ses 22 ans. Il fit une courte pause dans sa course et lança «Je dois aller quelque part Ténébris! C'est urgent!!» Il se remit à courir, il fallait qu'il arrive à temps, il n'avait que quelques jours. Il fut surpris de voir la jeune fille s'élancer à ses côtés. «Mais qu'est ce que tu...» Commença-t-il, surpris de la voir le suivre sans un mot. Qu'est-ce qu'elle avait en tête? Pas l'empêcher de partir quand même?! Mais n'était-elle pas dans sa vision? Fallait-il qu'elle vienne vraiment? Qu'est-ce cela changerait-il si elle ne l'accompagnait pas?
Elle répondit, comme si c'était une évidence.«...Je viens avec toi! Tu as l'air d'avoir de graves problèmes!! Je vais t'aider!!» Sa voix était ferme, elle était sûre d'elle et ignora la tête qu'il fit suite à cette décision de sa part. Elle était têtue et quand elle avait décidé quelque chose, elle allait jusqu'au bout!! Rien ne la faisait changer d'avis! Jamais! Le futur serait-il changé si elle ne venait pas? Quel serait son rôle?
- «Hors de question!! C'est personnel!!» S'écria-t-il en s'arrêtant et empoignant pas le bras. Il voulait régler ça seul. Il fallait qu'il change le futur, si Ténébris ne venait pas...ca ne changerait sans doute rien mais il voulait tout faire pour modifier le futur.
Elle stoppa aussi et le fixa de ses yeux rouges. Elle ne semblait pas prête à lâcher le morceau, et était bien décidée à le lui faire comprendre. Il n'eut d'ailleurs pas le temps d'en dire plus. Elle s'exclama en se dégageant: «Qu'est qui ne va pas Sirius? Tu es blême!!
- C'est...une vision que j'ai eu, je dois me dépêcher! Quelqu'un d'important pour moi est en danger de mort!» Cria-t-il soudain, à bout de nerf, devenu anxieux par l'intensité de la vision qu'il avait vu, son frère était en danger de mort bon sang.
Elle répéta, toujours aussi fermement: «Je viens, que tu le veuille ou non! A toi de choisir si tu veux que je t'aide ou que je te suives contre ton gré et te gêne peut-être!» Elle lui laissait le choix, et, comprenant qu'elle ne céderait pas, accepta sa proposition. Après tout, un peu d'aide serait la bienvenue. Elle était douée en combat et lui était aussi fidèle, elle pourrait l'aider à sauver Nathanaël.

********

- «Tu ne bouges pas de là et tu ne laisse personne toucher mon neveu d'accord? Le traître peut être n'importe lequel des Faucons d'Argent actuellement...s'il veut tuer mon frère, il pourrait aussi vouloir tuer Ikaël!
- D'accord...je saignerais tout ceux qui voudront s'approcher du mignon petit rouquin que tu viens d'assommer! Il te ressemble pas par contre...vous êtes de la même famille, c'est sûr?
- TENEBRIS!
- Je plaisante!»

Il secoua la tête pour se réveiller. Il avait du s'assoupir pendant l'attente sur la colline qui se trouvait près de la ville. Quoi c'était une blague? Ikaël aussi était menacé? Il serra les poings, si ce type touchait à un seul cheveux de son frère ou de son neveu, ça allait saigner...et il ne plaisantais pas du tout!! Bon point, le neveu en question semblait, dans la vision, ne rien risquer ...à part avoir un méchant mal de crâne lorsqu'il se réveillerait. Tant mieux quelque part, il ne pouvait pas être au four et au moulin en même temps. Ca allait être délicat de l'éloigner pour l'assommer mais dans sa vision, il semblait avoir réussi non? Maintenant il devait trouver comment faire...et vite!
«C'est délicat de tenter de modifier le futur que l'on perçoit dans une vision Sirius, qu'importe à quel point on le veut! Tu pourrais tout aussi bien regretter ton intervention!!»...la voix de Darkhell résonna soudain dans son esprit, souvenir d'une lointaine conversation datant de plusieurs années. Le jeune sorcier ferma les yeux. Si! Lui...il y arriverait, il montrait que le destin n'était pas écrit à l'avance!
Ils étaient arrivés, grâce à diverses informations, à découvrir où se trouvait l'armée aux armures argentée. Tant mieux, ils n'auraient pas à aller jusqu'à Oroban...car s'arrêter à Rymar suffisait.
Il saisit un arc et le tendit, sous l'œil surpris de Ténébris qui signala, l'air de rien «C'est pas pour dire mais t'es pas un peu loin pour que la flèche arrive dans le camps des petits soldats là?»
Il haussa les épaules, et des étincelles noires jaillirent de ses doigts pour être projeté sur la corde de l'arc, puis sur le bois. Il tendit l'arme de jet et la flèche partit dans un sifflement perçant, décrivant un large arc de cercle et allant se planter en plein cœur du camps. «Avec la magie, oui c'est possible!!
- Évidement...»

********

Nathanaël se massa les tempes, fatigué et souffrant d'un léger mal de tête depuis quelques heures. Des nouvelles lui étaient parvenu il y a peu au sujet de Darkhell et ce n'était pas les meilleurs qui soient. Apparemment les troupes du sorcier noir se dirigeaient vers eux, même si rien ne disait que Rymar était menacée, peut-être les troupes avaient-elles une autre cible et qu'eux n'avaient rien à voir là-dedans? Quoiqu'il en soit... ça ne lui plaisait guère. Fallait-il interrompre la mission pour aller intercepter l'armée? Même si ça pourrait presque être suicidaire comme intervention...
Rien n'était évident..Il ne voulait pas refaire une erreur comme celle qui avait couté la vie à Cygnus.
Il serra les dents, frustré de ces nouvelles peu réjouissantes. Ils avaient une mission, ils devaient s'y tenir. Affronter l'armée de Darkhell reviendrait à désobéir aux ordres qu'on leur avait donné. Il fallait qu'il y renonce! Il était capitaine maintenant, il ne pouvait pas se permettre de faire n'importe quoi non?
Soudain son fils entra en coup de vent, une flèche à la main. «Père, quelqu'un a envoyé ça en plein milieu du camps. Un parchemin cacheté de cire qui vous est adressé!» Il tendit le rouleau de papier à l'officier. Le blond fit sauter le cachet d'un simple geste et déroula le message, ses yeux parcoururent ensuite les lignes tracées à l'encre noire. Le roux vit les doigts de son père et supérieur se crisper sur le papier et s'aperçut également qu'il blêmissait. «Quelque chose ne va pas? Vous avez un problème? C'est une mauvaise nouvelle? Ou...
- Rien..Il n'y a rien! Retournes à ton poste!» Nathanaël inspira profondément, froissa le parchemin et sortit à l'extérieur, jetant aussitôt le message qui lui était adressé au feu. Son fils lui jeta un regard surpris mais obéit sans discuter. Ca ne le regardait pas après tout!
Le capitaine prit une grande inspiration, la tête pleine de questions. Devait-il y aller? N'était-ce pas risquer? Sirius ne le contacterait jamais de la sorte sans raison non? Surtout après lui avoir fait clairement comprendre que tout était brisé entre eux, qu'ils étaient ennemis désormais?!

********

Nathanaël arriva au point de rendez-vous, après s'être éloigné discrètement du camps. Il s'immobilisa, observant les lieux, notant les différents lieux qui pourraient servir de point d'assaut. Réflexe de combattant mais qu'il estimait presque nécessaire.
- «Bonsoir petit frère! Heureux que tu sois venu, ça m'aurait franchement ennuyé de devoir me faufiler dans le camps pour te parler!»
Le blond se retourna vers Sirius qui le fixait, sans masque, adossé à la paroi rocheuse à quelques mètres de lui. Tachant de rester impassible il demanda, presque froidement: «Pourquoi m'as tu demandé de venir ici?» Il n'avait prévenu personne, faisant une ultime preuve de confiance vis-à-vis de son frère. Il eut un sourire quelque peu moqueur, évoquant les différentes possibilités qui lui venaient à l'esprit: «Tu as brusquement et raisonnablement décidé de te rendre et tu préfères que ce soit moi qui ''t'arrêtes''? Ou tu es venu m'avertir que tu reposais ta lame et que le ''fils de Darkhell'' se retirait?» Il se doutait de la réponse mais faisait une minime tentative de détendre l'atmosphère avant qu'un mot malheureux ne soit prononcé.
Sirius rit légèrement avant de se redresser brusquement, se détachant de son appuie. «Pas vraiment! Je ne compte pas passer le reste de ma vie à Barek petit frère! Et je suis plus fort que toi, souviens-toi!» Il avait croisé les bras, sans même effleurer le pommeau de son épée de sa main. Preuve qu'il était vraiment confiant.

Le blond se garda de lui rappeler qu'il avait usé d'un stratagème pour lui faire baisser sa garde et l'envoyer au tapis la dernière fois. Que son frère soit si détendu en sa présence ne lui laissait rien présager de bon. Soit il était vraiment là pour des causes précises et/ou sérieuses soit il avait un plan. L'homme de 38 ans plissa donc les yeux et murmura: «Si tu ne viens pas pour de tels motifs et si tu n'es pas là non plus pour te battre, expliques-moi la raison de ta présence!» Il avait parlé d'un ton calme, bien qu'un peu froid mais autoritaire.
Sirius jeta un coup d'œil à son cadet qui avait la prestance d'un chef, un charisme que leur père n'avait jamais eu. Non! Il ne mourrait pas, il ferait tout pour l'en empêcher! Il prit une grande inspiration «Je ne te demande pas de me croire, j'aimerais que tu me fasse confiance, bien que j'ai peu d'espoir...Mais tu es en danger Nathanaël!»

L'autre haussa un sourcil. Qu'est ce que cela signifiait? Il avança d'un pas et demanda: «Que veux-tu dire? Je suis en soldat, je risque ma vie à chaque mission! Je me suis fait des ennemis bien sûr mais je sais me défendre! Tu ne crois pas que ce n'est plus le moment pour toi de jouer au grand frère protecteur?
- Peux-tu arrêter d'être si borné quelques instants?! Je suis sérieux! Je te parles d'un ennemi qui va te poignarder dans le dos, dans tout les sens du terme!» S'exclama Sirius à bout de nerfs.
L'autre fronça les sourcils: «Tu es en train de dire que je vais être trahi par un de mes hommes? Sottise j'ai toute confiance en eux. Je les connais! Mes compagnons me respectent et aucuns d'eux n'a quoique ce soit à me reprocher!
- Nathanaël, tu t'illusionnes trop! Mais, juste cette fois...je te demande de me croire! Ne restes pas seul avec un seul de tes hommes sauf Ikaël (lui est évidement digne de confiance) et ne tourne le dos à personne ! Juste...juste pour cette fois, écoutes ce que je te dis!
- Que cherches-tu à faire Sirius? Semer la zizanie dans mon groupe en détruisant mon rapport de confiance avec mes hommes en m'amenant à me méfier de chacun d'eux?» Il serrait les poings, son regard assombri par la colère. Pourquoi s'énervait-il ainsi? Parce que ce que suggérait son frère l'indignait et le choquait? Ou l'inquiétait? Comment le brun pouvait-il sous-entendre qu'un de ses compagnons voulaient sa mort? C'était impossible même à imaginer pour lui! Il n'avait jamais rien fait qui puisse attirer sur lui la haine de ses hommes, si ce n'est peut-être la jalousie, mais ce sentiment était contraire à leur ''code'' de chevaliers n'est ce pas? Il doutait maintenant, et à cause de son frère.
- «Franchement, si je voulais faire ça, je m'y serais pris autrement!» Railla Sirius, sous entendant par là qu'il n'aurait sans doute pas eu de mal à le faire. «Sérieusement..écoutes-moi..
- Non mon frère! J'ai confiance en eux! Pourquoi devrais-je te croire? Toi qui m'a trahi et abandonné, toi qui sers Darkhell, toi qui est le ''fils de Darkhell''?»
Sirius bougea si vite que l'autre n'eut pas le temps de le voir bouger et fut plaqué brusquement à la paroi rocheuse derrière lui. Deux yeux bleus foncés étaient plongés dans les siens et une sourde angoisse monta soudain en lui. Qui sait ce que l'autre pouvait faire, qui sait ce qu'il était capable de faire?
L'autre parla enfin d'un ton glacial, presque effrayant: «Quand cesseras-tu d'être une foutue tête à claques?! Tu as largement passé l'âge Nathanaël! Tu ne me crois pas parce que tu n'as plus confiance en moi soit! Mais accordes-moi ne serait-ce que le bénéfice du doute!»
L'autre répliqua insolemment, sans crainte: «Et comment hein? Semer la zizanie alors que tes armées se dirigent par ici?»
Sirius haussa un sourcil, Darkhell avait lancé une opération? Il n'était pas au courant. Mais il n'était pas là pour ça, il avait un but précis. Il prit une profonde inspiration pour se calmer et murmura, doucement: «Nathanaël...»
Il n'eut pas le temps d'achever, des appels résonnèrent alors dans le secteur, les figeant tous les deux: «Capitaine? Où êtes-vous? Un messager vient d'arriver pour vous!» Ses hommes s'étaient apparement aperçus de sa disparition.
Le concerné se dégagea, lançant un regard peu avenant à son frère. «Comme tu le voit, je suis demandé! Je dois partir!»
Sirius soupira et murmura «Je ne te demande pas de me croire, tu as le droit de ne pas me faire confiance. C'est compréhensible! Juste...je te demande de penser à ce que je t'ai dis! En souvenir de notre passé commun!» Et il disparut dans l'obscurité, laissant le blond dans un profond sentiment de malaise.
C'était sûr qu'il allait y penser maintenant..
Il secoua la tête, il devait rester rationnel. Il avait une mission à continuer après tout.

********

Sirius avait entendu l'appel de Ténébris et la rejoignit dans la forêt, à quelques mètres du camps. «Qu'est ce qu'il y a?» demanda-t-il en s'immobilisant auprès d'elle, essoufflé par sa course (il n'était plus tout jeune non plus). Il ne distinguait pas grand chose avec à la fois l'ombre des bois et l'obscurité de la nuit qui venait tout juste de tomber.
La jeune fille le pointa du doigt et déclara «Que ce soit bien clair dès le début, je n'ai rien à voir là-dedans, ce n'est pas moi qui l'ai tué!
- Tué qui?» Répéta Sirius, un peu surpris par une telle entrée en matière.
La jeune fille montra alors un corps au sol, un corps qui semblait avoir été...dépouillé. Il s'agenouilla rapidement à côté et l'examina. «Il n'est pas mort depuis longtemps, tu es arrivé très peu de temps après le départ de son bourreau!
- Et...
- C'est un Faucon d'Argent..le mort je veux dire! Il a toujours son épée, c'est donc facile à voir!
- Ha?
- Ce qui veut dire que son meurtrier l'a dépouillé de son armure...Ce qui signifie que..
- Que s'il l'a mit, il peut infiltrer l'armée et donc le camps sans problème non?»
Tout deux se turent, comprenant soudain les implications d'une telle découverte. Ce n'était pas un de ses compagnons qui allait trahir Nathanaël mais quelqu'un qui se faisait passer pour l'un d'eux. Et c'était trop tard pour le prévenir maintenant! Sirius s'auto-traita d'imbécile! Il venait de faire une grosse erreur...et avait manqué quelque chose de capital!
- «Génial» Marmonna doucement la seule fille en se passant la main sur le visage, l'air fatiguée d'avance par la situation: «...On a un loup dans la bergerie alors?»
Sirius eut un rictus nerveux et déclara, comme dans sa vision: «Si la situation n'était pas si dramatique, je rirais de ta comparaison Ténébris!» Il réalisa qu'il avait répondu exactement la même chose, il était en train de rester dans la lignée de ce qui allait se passer. Vite il fallait que ça change!
L'autre déclara alors la phrase qu'il savait déjà: «Ton frère est encore plus en danger alors! Il ne se méfiera jamais de l'un de ses compagnons»
Sirius se leva, et rabattit sa capuche sur sa tête, cachant son visage, la jeune fille fit de même. Il fallait qu'il intervienne et vite. Le temps était désormais compté.
Pendant qu'ils se faufilaient dans la ville, cherchant un moyen de trouver son ennemi, il repensa rapidement à une autre phrase qu'avait prononcé Darkhell à une époque lointaine, toujours à propos de ses visions et de ses dons de médium. «C'est peut-être en voulant justement empêcher quelque chose d'arriver que tu la ferras arriver car, sans ton intervention, ça se serait peut être passer autrement!» Il s'immobilisa, le cœur battant, allait-il condamner son frère en voulant le sauver? Il secoua la tête, s'ordonnant de rester rationnel. Cette personne voulait se venger et tuerait Nat, sa présence n'entrait pas en ligne de compte dans sa vengeance. Il reprit sa course, espérant vraiment modifier ce futur qui ne lui plaisait pas du tout.

A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Jeu 3 Juin - 22:55

Chapitre 22: Destin

L'angoisse qu'il ressentait ne disparaissait pas, il se sentait vraiment mal. S'arrêtant un temps pour reprendre son souffle, il s'appuya à un mur, se fondant dans l'obscurité. Il ferma les yeux, tâchant de réfléchir à la meilleur façon de retrouver ce qui menaçait son frère. Il n'eut pas le temps de mettre en ordre ses pensées qu'une voix résonna dans son esprit.

«Pourquoi? Pourquoi avez-vous tué mon père? POURQUOI?»

Il sursauta...c'était la voix d'un adolescent, la voix de son neveu il en était certain. Il déglutit, réprimant un frisson. Était-ce bien ce qu'il pensait? Celui qui voulait se venger allait-il tenter de lui faire porter la responsabilité du meurtre du capitaine des Faucons d'Argent?! Il serra les poings...non il devait rester calme et concentré. D'ailleurs en ce qui concernait le neveu....il fallait ou il allait devoir, d'après ses visions, l'assommer pour sa sécurité.
Ca lui déplaisait fortement mais il n'avait pas le choix!
Il fallait juste qu'il le trouve...

Enfin il le vit, montant la garde au abord du camps avec un sérieux incroyable pour son âge. Tel père...tel fils, pensa-t-il avec un amusement presque attendri. Il se reprit vite, ce n'était pas le moment d'être sentimental. Ca ce serait pour plus tard quand ils les auraient sauvés. Il s'enveloppa dans sa large cape, camouflant son visage déjà dissimulé sous son masque et s'approcha lentement par derrière, des étincelles de magie crépitant entre ses doigts. Un pas...un autre...Il leva l'index et un petit éclairs blanc frappa le casque de son neveu, l'envoyant valser au sol.
Le roux sursauta et se retourna. «Qui est...» Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'un pommeau d'épée le heurta en pleine tempe, l'assommant pour le compte sans que personne de remarque ou n'entende quoique ce soit.
Sirius se pencha près de son neveu et chuchota: «Désolé Ikaël, c'est pas de gaité de cœur que je fais ça mais pour ton bien!»

*******

Il lâcha le roux évanoui aux pieds de la brune qui haussa un sourcils «Ton neveu je suppose?» fit-elle sur le ton de l'évidence, certaine de ne pas se tromper. Sirius avait surement une bonne raison pour avoir envoyé ce gamin faire un somme forcé.
- «Tu ne bouges pas de là et tu ne laisse personne le toucher d'accord? Le traître peut être n'importe qui actuellement...s'il veut tuer mon frère, il pourrait aussi vouloir tuer Ikaël!» S'exclama Sirius d'un ton n'admettant rien d'autre que l'obéissance. Il baissa rapidement les yeux vers l'adolescent assommé, chassant la mince culpabilité qu'il éprouva, c'était pour le bien du roux qu'il faisait ça après tout.
Il fallait qu'il sauve Nathanaël maintenant, avant que le pire n'arrive!
La jeune fille acquiesça, sans quitter des yeux celui qu'elle devait protéger: «D'accord...je saignerais tout ceux qui voudront s'approcher du rouquin super mignon que tu viens d'assommer! Il te ressemble pas trop par contre...vous êtes de la même famille, c'est sûr? Tu t'es pas trompé?» taquina-t-elle, dans une vague tentative de détendre d'atmosphère.
Sèchement, il la rappela à l'ordre: «TENEBRIS!
- Je plaisante!» rassura-t-elle, s'appuyant au mur près de l'inconscient «Bonne chance! J'espère que tu vas réussir!» Elle se concentra ensuite sur ce qui l'entourait, prête à en découdre avec tout ce qui s'approcherait. Rassuré Sirius s'élança vers le camp, oubliant les risques. Il allait entrer dans la tente de son frère pour l'avertir de ce qu'il avait découvert. La tente du capitaine...c'était...il la trouva et se concentra quelques minutes pour pouvoir se faufiler sans risques dans le camps.
Une nouvelle vision le frappa alors, précise, prouvant qu'elle était très proche et qu'il n'avait plus beaucoup de temps devant lui.

Il baissa les yeux vers le garçon inconscient qui s'était écroulé contre lui suite au coup qu'il lui avait infligé, et murmura des mots que l'autre n'entendit pas «Soit un meilleur grand frère que moi Ikaël. En ce qui me concerne, j'ai vraiment été pitoyable! Pardonnes moi...pardonnes-moi d'être arrivé trop tard!»
Une voix furieuse résonna quelques instants plus tard à ses oreilles, tandis qu'il était encerclé par une partie des hommes de l'armée aux armures d'argents, «Relâchez-le tout de suite!»

Il ferma les yeux, serrant douloureusement les dents. Non...ça n'arriverait pas, Nat ne mourrait pas, il l'en empêcherait. Il se précipita vers le camps, oubliant les hommes qui s'y trouvaient, oubliant les risques à passer aussi vite au milieu des tentes.
Il ne savait pas...que c'était trop tard...
Il était déjà en retard!
Le destin était déjà tracé...


*******

Nathanaël releva la tête, exaspéré. «Qu'est que ça veut dire, personne ne sait où est Ikaël?
- Exactement ce que ça veut dire Capitaine, il a disparu! Et des témoignages de certains soldats et gardes disent qu'ils ont vu le fils de Darkhell aux abords de la ville aujourd'hui. Ca ne vous inquiètes pas?» Il sous-entendait clairement quelque chose mais le blond préféra l'ignorer.
Sirius ne ferait jamais de mal à son neveu, n'est-ce pas? Se demanda-t-il, sa confiance hésitant entre croire son frère ou croire à un piège grossier. La voix de son aîné résonna dans son esprit: «Tu es en danger Nat! Tu vas te faire poignarder dans le dos.» Il secoua la tête, c'était ridicule, jamais il ne serait trahi, il avait une entière confiance en ses hommes! «Ne tourne le dos à personne...» Il ne fallait plus qu'il y pense, c'était stupide!
- «Capitaine?
- Je ne penses pas qu'il y ait un rapport!
- Comment en êtes-vous si sûr? Cet homme n'a jamais fait de cadeaux aux soldats l'ayant affrontés ni même aux ennemis de Darkhell non?
- Je sais ce que je dis, retournez à votre poste et si mon fils n'est pas revenu d'ici peu, envoyez Gareth le chercher!» Il fit alors l'erreur de se retourner, oubliant ce que son frère l'avait supplié de ne pas faire.
Un éclat argenté le fit soudain sursauter mais il réagit trop tard, la lame frappa, envoyant une vague de douleur et de brûlure dans son corps et surtout au niveau de la blessure.
Il s'écroula sur un genoux, planquant la main contre la plaie infligée...en plein dans les côtes, juste en dessous de la limite de son armure. On l'avait frappé par derrière, et c'était un de ses hommes.
Sirius avait raison, il m'avait prévenu....
Il tomba quand un nouveau coup de frappa, puis un autre. Puis ce fut terminé, l'autre recula, lâchant le poignard qui tomba au sol. Une voix s'éleva alors, moqueuse: «Un seul coup dans les côtes ne fonctionne pas toujours, n'est-ce pas Capitaine? C'est pourquoi j'ai ajouté le poison et deux autres coups à l'équation. Histoire d'être sûr qu'il n'essaie pas de vous sauver! Je ne penserais pas qu'il serait là d'ailleurs, ma vengeance n'en sera que plus belle!» L'individu retira son armure la jetant au sol pour ensuite s'envelopper dans une large cape noire à capuche. «Je n'aurais même pas besoin de me faire passer pour lui! Quoique...»
Nathanaël grimaçant de douleur s'exclama, surpris en ne reconnaissant pas l'individu: «Que voulez-vous dire?» Une sourde angoisse l'envahit, si Sirius l'avait prévenu, c'est tout simplement que...il connaissait cet homme.
- «Ho? N'essaie pas de nier, je sais que c'est ton frère...quel ironie, le fils de Darkhell est le grand frère du capitaine des Faucons d'Argent, frère qui est d'ailleurs parfaitement au courant! C'est très drôle non ?!» Il fit un large geste de la main «Un cadavre dépouillé de son armure dans la forêt, la dite-armure ici avec un poignard couvert de poison et la présence du fils de Darkhell en ville...que dites-vous de ce scénario? Faire porter à Sirius la responsabilité de votre mort!» il se mit à rire comme un dément «Il s'en voudra toute sa vie de n'avoir pu vous sauver!»

*******

Sirius arriva enfin à la tente et vit en silhouette enveloppée dans une cape en sortir en coup de vent, il se figea. Ce n'était certainement un pas un des membre du groupe d'élite sur ce coup-là! C'était..frappé d'horreur, il se précipita dans la tente et se figea. Il était là, gravement blessé, perdant beaucoup de sang.
- «Nathanaël! Nat!» S'exclama-t-il, oubliant toute discrétion, tombant à genoux près de son frère, gravement blessé. Trop tard! C'était trop tard!
Celui-ci ouvrit faiblement les yeux, haletant, luttant pour retrouver son souffle et n'ayant pas l'air étonné de trouver son frère près de lui: «J'aurais...du t'écouter Siry...» Il toussa et cracha un peu de sang, fermant les yeux sous le coup de la douleur.
- «Non ce n'est pas fini petit frère!! Je peux te sauver!
- Arrêtes et... va-t-en....ils....vont venir...et...t'arrêter!» Réussit à chuchoter le blond, des perles de sueurs roulant sur son front. Il tremblait, signe évident que quelque chose de bien plus grave qu'une blessure. Comment pouvait-il penser aux autres dans un tel moment?
Sirius prit une grande inspiration, occultant les souvenirs de ses visions en déployant sa magie la plus curative qu'il pouvait. Il tâcha de l'envoyer contre la blessure, mais, à sa grande horreur, ça ne marcha pas. Sous le choc, il balbutia: «La blessure en elle-même ne me poserait aucun problème en temps normal...ma magie pourrait agir pour ralentir la perte de sang...mais...pourquoi ça ne marche pas.. POURQUOI?» il avait crié ce dernier mot, faisant faiblement sursauter son frère qui ouvrit les yeux, manquant de s'étouffer en reprenant son souffle.
- «Tu vas les...faire...venir, tais-toi! Je...veux...que....tu...sois...libre!
- Ca m'est égal ! Qu'importe si je peux te sauver!»
Le blond inspira faiblement et chuchota, d'une voix à peine perceptible: «Et ta fam...» Il cracha à nouveau un peu de sang «Ta..famille?» acheva-t-il, à bout de force. Même presque mort, il se souciait de lui, comment pouvait-il ne pas se préoccuper de son destin? De sa vie? De ses fils?
- «Et ta propre famille Nat!?» Répliqua le brun, blême et désespéré, toujours tentant de déployer sa magie contre la blessure sans que cela ne marche. Il y mettait pourtant toute sa volonté, toute son énergie. Sans que rien n'en résulte.
L'autre eut un très faible sourire et répondit, tout aussi doucement: «Ik...Ikaël prendra soin de..son... petit..frère, je le...sais! Il....est...un...bien...meilleur frère...que je...n'ai été!» Il sourit faiblement «J'ai...tenu...la promesse..» Une toux le coupa dans sa phrase mais il réussit à se reprendre «...que je... t'avais... faites..il y.. a...26 ans!» Sa respiration devenait hachée, saccadée et il était brûlant de fièvre.
- «Nathanaël...arrêtes de parler! On...je vais trouver...comment te soigner! Tiens le coup!
- C'est de... ma... faute...Siry...tu m'avais... prévenu!» Il essaya de lui demander de surveiller son fils au cas où il serait menacé par son assassin mais n'en eut pas la force, sachant de toute façon, au fond de lui, que son frère y penserait ou y avait déjà pensé. «...Ne pleures...pas..!»
Sirius s'essuya les yeux d'un geste rageur et avisa le poignard qui avait servit à son ennemi pour accomplir sa sale besogne. Il le saisit, et s'aperçut de quelque chose qui résonna horriblement en lui: du poison et de l'anti-magie mêlés, la lame en était enduite. Voilà pourquoi il ne pouvait pas se servir de ses pouvoirs pour sauver son frère. Pourquoi sa vision n'avait-elle pas été plus précise? S'il avait su qu'il y aurait du poison...Il frappa le sol de son point, des larmes de douleur et de rage emplissant son regard. Mais quel poison? Même si les Faucons d'Argent arrivaient, c'était déjà trop tard! Son frère allait mourir et il ne pouvait rien y faire, juste y assister...
Nathanaël leva une main tremblante et attrapa faiblement la manche de son grand frère, murmurant en puisant dans ses dernière forces: «...Va...t'en! Je..ne veux pas...que tu sois...enfermé toute...ta vie..ou qu'on..t'accuse....de m'avoir..tué!» Il avait de plus en plus de mal à respirer, et à garder les yeux ouverts. Ses doigts lâchèrent leur prise et retombèrent au sol, ses forces l'ayant entièrement abandonnées.
- «Pardonnes-moi Nat! Si..si j'avais pu...empêché ça!» Balbutia Sirius, effondré, serrant la main glacée de son frère cadet qui sourit tristement, ne parvenant presque plus à bouger un muscle.
- «Tu l'as...fait! C'est..moi qui..ne...t'ai pas confiance! J'aurais...du...
- Si je n'étais pas parti...je...
- Ne...dis...pas...ça...tu a trouvé...le bonheur...non?» Il eut un sourire faible et fiévreux, avant de clore ses paupières, épuisé de lutter contre le poison. «Alors...continue...de le ...vivre...d'accord?»
Sirius hocha la tête, incapable désormais de retenir ses larmes. Comment aurait-il pu dire autre chose? Il passa une main tremblante sur le front de son cadet, écartant les mèches collées à ses tempes, dans un ultime geste affectueux.
- «Adieu...Grand frère!» Épuisé, le blond ferma les yeux, son corps se relâchant totalement, le destin ayant frappé...sans que rien n'ai pu le changer.
- «Reposes en paix petit frère, personne ne le mérites autant que toi...personne!» Il ne cherchait plus à cacher sa douleur, son chagrin.
Quel imbécile, quel idiot...C'était de sa faute...
...Il aurait pu le sauver, pourquoi n'y était-il pas arrivé?
Il avait échoué, c'est comme s'il l'avait tué non?

Un sanglot le secoua, s'étranglant dans sa gorge tandis que des éclats de voix se faisaient entendre. Il se releva, chancelant, encore choqué et se retourna vers les soldats qui venaient d'entrer, acceptant son lourd destin: celui d'être vu comme le responsable.
Personne ne l'aurait cru s'il avait dit quoique ce soit de toute façon!!
Qui croirait le ''fils de Darkhell''..A part Nathanaël...
...et il n'était plus là...


*******

Une explosion de magie (qui ne fit aucune victime) sema la panique dans le camps, lui permettant de fuir, de s'échapper loin de sa faute. Il se fraya un passage au milieu des soldats, les écartant avec son épée et sa magie, et se faufila travers les ruelles sombres, semant rapidement ses poursuivants. Inspirant profondément il ferma les yeux, nauséeux, brisé. Nat était mort! Mort! Jamais plus il ne le reverrais, ne l'entendrait! Il frappa de toute ses forces le mur près de lui, se fichant du bruit que cela générait.
Et soudain...il se figea...

Un cri, une épée qui fendait l'air!
«Tu m'as poussé à bout!! Tu m'as fait sombrer dans la haine...assumes ton acte!»
Des explosions...
...un rire de fou
«Arrêtes! Calmes toi!!»

- «NON!» Il s'élança en courant vers l'endroit où il avait laissé Ténébris, aveuglé par une vague de colère à l'état pure. Non! Ce monstre n'aurait pas son neveu, pas après avoir eu son frère.
Il allait le tuer! Il allait lui faire payer! Qu'importe les conséquences pour lui!
Il ne le savait pas mais il venait de totalement se tromper dans l'analyse de sa vision, trop perturbé par les évènements pour se rendre compte d'une seule chose...
...qu'il allait peut-être se perdre lui...
Enfin il arriva sur les lieux, reprenant son souffle suite à sa course. L'homme qui avait tué son frère, qui lui faisait face tranquillement tandis que Ténébris, ses larmes magiques dégainées, n'avait visiblement pas l'intention de faillir à sa promesse.
Et l'autre n'aurait sans doute pas pu la battre!

Sirius resserra sa prise sur son épée, sentant son cœur battre violemment, son sang bouillir dans ses veine. Un sentiment qu'il n'avait jamais éprouvé s'infiltra dans ses veines: la haine, la rage. Il n'avait pas ressenti cela de façon si fort à la mort de Cygnus. Non..là il n'avait jamais éprouvé une telle envie de tuer, de faire du mal. Que cette personne le haïsse, il le concevait, (après tout il était ''le fils de Darkhell'') mais qu'il soit lâche au point de ne pas oser s'en prendre à lui et tue son frère, un homme si droit et si juste, avait fait craquer les ultimes limites de la patience de l'aîné de la famille.
L'autre, sans avoir l'air de se rendre compte de l'état réel de son adversaire eut un rictus moqueur, savourant sa 'revanche': «Tu as l'air en colère? Me tromperais-je? Tu sais maintenant ce que j'ai éprouvé quand, accompagné des troupes de Darkhell, tu as détruit ma vie!» Il éclata de rire, sans se rendre compte que danger, des étincelles de magie qui crépitaient autour des mains du sorcier lui faisant face. «Et maintenant que j'ai tué ton frère en te faisant porter le chapeau, je vais tuer tes neveux puis le reste de ta fa...» Il n'eut jamais le temps d'achever sa phrase car l'épée de Sirius le transperça. Il eut un rictus comme s'il était certain que l'autre ferait ça: «J'ai...tout de même...eu ma vengeance!»

Le regard qu'avait le brun à cet instant aurait mit Darkhell lui-même mal à l'aise, des éclats rougeâtres prenaient le pas sur le bleu azur de ses yeux, les étincelles magiques le parcouraient entièrement désormais. Il était fou de rage: «Tu m'as poussé à bout!! Tu m'as fait sombrer dans la haine...assumes ton acte!» Sa voix était si différente, si dénué de sentiment, si sourde que même Ténébris, qui pourtant le connaissait, recula, tétanisée. Elle ne comprenait pas ce qui se passait...
Une explosion
...Un pan de mur entier s'écroula sous la fireball (ou quelque chose comme ça) que Sirius envoya de la main gauche. Un rire de fou le secoua, ses yeux aux reflets écarlates plongés dans ceux de sa victime «Tu as eu ce que tu voulais? Me changer en un assassin de sang froid, de me faire tuer quelqu'un de ma propre volonté et pas parce que Darkhell me l'a ordonné? Tu as réussi! Et tu vas voir que je vais...
- SIRIUS!» Cria Ténébris, ne le reconnaissant plus. «Ne sombres pas dans cette folie! Penses à ta famille!» Elle ne savait que trop bien ce que la haine et la magie noire mêlée donnaient, il pouvait devenir fou... Ses appels restèrent sans réponse alors elle s'avança, oubliant sa peur et flanqua une claque brutale à son ''équipier'' qui vacilla, ramener brusquement à la réalité. «Reprends-toi!!»
L'autre tourna son regard vers elle et, peu à peu, les éclats rouges disparurent laissant place à la couleur d'origine des yeux de l'homme. «...» Il tremblait, et soudain il recula et s'appuya contre le mur, un sanglot le secouant plus nerveusement qu'autre chose. Il gémit «Mais qu'est qui m'arrives...
- ...Tu as juste failli totalement craquer et devenir complétement dingue, et à part ça...tu as juste vengé ton frère en tuant son assassin et tu as aussi détruit un bout de la ville, sans faire de victimes (innocentes) visiblement..» répondit nonchalamment Ténébris, comme si tout cela ne la concernait plus.
Juste à ce moment, un garçon à l'armure bleu-argent ouvrit faiblement les yeux, mais que s'était-il passé? Il avait pris un violent coup sur le crâne..et ensuite...Il releva la tête, ayant comme première vision la silhouette sombre du sorcier, une épée tachée de sang à la main, éclairé par les flammes qui brûlaient ici et là, allumées par la magie sans aucun doute. Le fils de Darkhell...il avait déjà vu des esquisses du masque et sentit une montée de peur l'envahir...
Sirius capta ce regard et se détourna, ignorant l'adolescent aux mèches rousses, préférant partir d'ici, de ce cauchemar vivant le plus vite possible. «J'ai échoué...» Chuchota-t-il d'un ton brisé, et seule Ténébris l'entendit.
Elle murmura, effleurant l'épaule de son oncle de cœur «Je suis désolée!» Et elle était sincère.
Soudain des cris retentirent dans la ville, mettant beaucoup de personne au courant, dont un roux qui apprit alors brutalement la nouvelle, comme une gifle imprévisible, comme un coup de poignard dans le cœur. Une annonce horrible, douloureuse, qui le marquerait pendant des années, de même que toute cette nuit d'horreur.

- «Le fils de Darkhell est là!!»
- «Il a tué le Capitaine Nathanaël!»
- «Retrouvez le!!»

Le garçon pâlit, et retint à temps la nausée qui s'était emparé de lui. Son père..Son père était mort? Il vacilla et sentit une onde de douleur pure le submerger, l'étouffant à moitié. Pourquoi avait-il tué son père? Pour quelle raison? Leur mission n'avait rien à voir avec Darkhell pourtant! Relevant les yeux, il serra les dents de rage...il saurait.
Se tournant dans la direction des deux silhouettes il s'avança, les rattrapant presque. «Pourquoi? Pourquoi avez-vous tué mon père? POURQUOI?» Cria-t-il, des larmes de douleur et de rage au coin de ses yeux. Son visage pâle autant à cause de cette nouvelle que du coup qu'il avait reçu sur la tête plus tôt faisait un contraste avec ses yeux assombris et ses mèches rousses.
Sirius resta impassible, ne se retourna même pas, ses yeux sans sentiments, son visage partiellement dissimulé par son masque. A quoi cela servirait-il de lui dire la vérité? C'était beaucoup trop long et le garçon ne le croirait sans doute pas. Il haussa donc les épaules et s'éloigna lentement, ignorant les dégâts que sa crise avait fait. Heureusement que Ténébris avait été là pour le faire reprendre ses esprits. Il partait, conscient que sa présence n'avait plus de raison d'être. Il avait échoué, il avait perdu, il avait failli se perdre lui-même..Nathanaël était mort! Il se sentait si faible, si minable. A quoi lui servait-il d'avoir tout ces pouvoirs s'il n'avait pu sauver son petit frère de ce dingue? Il se détestait pour avoir échoué, se sentait tellement responsable!

Il s'immobilisa soudain et tira son épée, bloquant l'attaque qui lui était destiné. «Ne sais-tu pas qu'il est déloyal d'attaquer par derrière Ikaël? Même si tu éprouves de la haine envers moi, ce que je comprends!» Il regretta ces mots dès qu'il les prononça mais son esprit était encore trop anesthésié par les évènements pour réaliser vraiment ce qu'il faisait. L'autre se figea en entendant son nom.
- «Comment...» Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que le ''fils de Darkhell'' lui arracha son épée des mains d'un mouvement de la sienne avant de le frapper brutalement à la tête avec le pommeau de son arme, le sonnant pour la seconde fois en une nuit.
Sirius le rattrapa de son bras gauche avant qu'il ne s'écroule au sol. «Et apprends à garder ton casque sur le crâne! Ca t'éviteras de te faire (encore) assommer comme je viens de le faire!» Il baissa les yeux vers le garçon inconscient et murmura des mots que l'autre n'entendit pas «Soit un meilleur grand frère que moi Ikaël. En ce qui me concerne, j'ai vraiment été pitoyable...jusqu'au bout!» Une unique larme roula sur sa joue, et sa voix se brisa légèrement sur la fin de sa phrase. «Pardonnes moi...pardonnes-moi d'être arrivé trop tard!» Chuchota-t-il ensuite, sachant qu'il ne prononçait que des mots vides de sens que l'autre ne percevait pas, étant plongé dans la plus totale inconscience.
Mais il avait besoin de le dire.
Une voix furieuse résonna quelques instants plus tard à ses oreilles, tandis qu'il était encerclé par une partie des hommes de l'armée aux armures d'argents, «Relâchez-le tout de suite! Vous ne ferez pas d'autres victimes cette nuit!»
Sirius haussa les épaules, envoyant le gamin dans les bras d'un des soldats, indifférent à cet encerclement. L'adolescent gémit et ouvrit faiblement les yeux, regardant dans un brouillard de douleur celui qu'il croyait être l'assassin de son père.
Il n'aurait sans doute jamais de réponse à cette question...ou du moins pas avant des années.
Il se dégagea du soutien de Gareth et se redressa, ramassant son arme. Le sorcier leva alors négligemment une main et quelques secondes plus tard, une explosion souleva un énorme nuage de poussière qui cacha la vue aux soldats. Quand il fut retombé, l'homme avait disparu.
Personne ne put le retrouver...

A suivre

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Dim 6 Juin - 15:19

Chapitre 23: Réactions


Le jour se levait sur le camps et sur Rymar, mais c'était une aurore sanglante, triste, horrible...une aube teintée par la mort et la destruction. Un matin qui avait suivit une nuit de cauchemar, une nuit où plusieurs vies avaient été brisées, avaient basculé. Où plusieurs destins s'étaient croisés, heurtés, et avaient soufferts. Une nuit qui resterait la pire de toute une vie pour deux personnes en particulier. Échec...souffrance...deuil...beaucoup de personnes, et surtout deux, ressentaient ça en ce moment. La cuisante douleur d'une perte irrémédiable, d'un passé qui se craquelait car il ne restait plus que lui pour ne pas oublier.
A la lumière du jour on voyait plus les dégâts que le fils de Darkhell avait fait, les murs effondrés, les flammes qui commençaient à s'éteindre et les corps sans vie, qui étaient heureusement peu nombreux. Les explosions n'avaient eu lieu que dans un endroit restreint, seule une partie de la ville avait brûlée. Cette personne avait réellement une cible précise et n'avait pas fait d'autres victimes, les dégâts n'étant surement là que pour faire diversion, selon les soldats qui se sentaient pourtant terriblement en colère de n'avoir pu empêcher cela. Un cruel sentiment d'impuissance et d'échec pesait sur beaucoup de conscience. Pourquoi Le fils de Darkhell avait-il agit ainsi? Jamais il n'avait frappé d'une façon si vicieuse précédemment non? Personne ne comprenait, ou n'essayait de comprendre, la colère étant reportée sur celui que tous pensaient responsable de cette nuit terrible. Tous se juraient de lui faire payer s'ils le revoyaient..
...sans savoir qu'il n'y aurait pas de prochaine fois...

Beaucoup s'écartèrent ou baissèrent les yeux lorsque le fils du capitaine s'avança entre eux pour se diriger là où était le corps de son père. Un violent vertige et une brusque nausée le firent vaciller mais il surmonta ce moment de faiblesse, s'appuyant à un mur écroulé. Il reprit son souffle et repartit, indifférent à ce qui l'entourait. Rien ne pouvait le détourner de son but, de la direction vers laquelle il allait. D'un pas lent et mal assuré, il se dirigea vers la tente où...Il s'immobilisa tandis qu'une soudaine angoisse le prenait à la gorge. Ses jambes manquèrent de le lâcher, Gareth fut repoussé alors qu'il tendait la main pour l'aider à rester debout. Le jeune soldat fit un pas de plus, se fermant davantage à ce qui l'entourait.
Il voulait le voir de ses propres yeux..
...il voulait fuir le plus loin possible de ce cauchemar...
Il voulait s'effondrer, pleurer toutes les larmes de son corps..
...il n'osait pas, pas devant tout ses soldats qui le regardaient avec compassion.

Ce fut une présence devant lui qui le fit brusquement revenir à la réalité. Le commandant lui posa une main réconfortante sur l'épaule et le regarda de ses yeux ambrés. «Je suis désolé Ikaël! Vraiment désolé!» Et il était sincère, Nathanaël était un bon ami, et il avait énormément de respect pour lui. Il lui avait déjà sauvé la vie et l'inverse était également arrivé. Il ne savait pas quoi dire face à ce garçon dont l'innocence, l'adolescence venait brusquement de basculer, de peut-être prendre fin. Ce gamin qui ne serait probablement plus le même désormais...
Le roux de 15 ans le regarda d'un air brisé, abattu, la flamme qui brillait dans ses yeux au début de la mission s'était brutalement éteinte, comme si plus rien ne l'intéressait. Il n'avait plus la force de dire quoique ce soit. Sa peine était telle qu'il ressentait à peine la douleur des coups qu'il avait reçu au crâne la nuit précédente. Lentement, comme s'il était presque paralysé par la peur et la douleur il écarta la tenture de l'entrée de la tente et s'y engouffra, comme face à l'inévitable.
La réalité le frappa de plein fouet...cruelle et impitoyable..
...Plus jamais il ne verrait son père ou ne lui parlerait...plus jamais il ne l'entendrait dire qu'il était fier de lui!
Plus jamais..
...une page de sa vie venait de se tourner définitivement.

Un cauchemar horrible, la plus terrible des nouvelles...qu'il aurait aimé se réveiller et apprendre que tout n'avait été qu'un atroce rêve. Mais c'était la dure, l'impitoyable réalité. Il tomba à genoux auprès de son père, les yeux noyés de larmes. Il ne parvenait même pas à parler, ses sanglots l'étouffant à moitié. Il prit la main glacée de son père, regardant le visage pâle aux traits détendus par le sommeil éternel. C'était trop dur, il ferma les yeux, ne retenant même plus les larmes qui coulaient sur son visage. Son poing gauche heurta violemment le sol, ne réussissant qu'à lui faire mal, sans le soulager de ce poids énorme qu'il avait sur le cœur. Des questions tourbillonnaient dans son esprit, restant sans réponses. Il ne savait même pas s'il les auraient un jour....
Pourquoi?
POURQUOI?

Ses souvenirs d'enfance lui revenait, son père qui souriait si souvent, qui les éduquait, leurs apprenait le maniement des armes, qui les aimait...Il resta longtemps à genoux dans cette position effondré jusqu'à ce qu'une main se pose sur son épaule.
Le commandant releva l'adolescent brisé et le serra brièvement contre lui, essayant d'être au moins un maigre réconfort pour le fils de son meilleur ami: «Pleures mon garçon!! Pleures! Ca te feras du bien!» dit-il d'une voix apaisante.
Comme si c'était ce qu'il attendait, le presque jeune homme craqua enfin totalement, laissant le barrage céder, sans se préoccuper de quoique ce soit d'autres. A travers ses larmes, à peine réconforté par la main qui était posé entre ses épaules, le roux gémit, à bout physiquement et moralement «Comment est-ce que je vais dire ça à Danaël?» A cette simple phrase, la douleur revint encore plus violemment....tout comme les larmes. Le simple fait de penser à son petit frère et à la réaction qu'allait avoir celui-ci l'acheva...comment allait-il le prendre, comment allait-il le consoler, l'aider à surmonter tout ça?
Il ferma les yeux, laissant tout cela aller, sombrant dans une noirceur où, pour quelques heures, il ne penserait plus à l'horreur qu'il vivait actuellement ou au futur qui lui était réservé.
Il n'en pouvait plus...

*******

- «RAHHHH»
Une boule de feu fit exploser la falaise, les dragonites et les darkhellions, qui composaient l'armée de monstres envoyée par Darkhell, s'éloignèrent prudemment, effrayés par la rage violente du brun qu'ils avaient toujours connu calme et maitrisé. Quel changement soudain pour eux qui n'étaient pas au courant de l'histoire!
Ténébris soupira et secoua la tête. «Sirius...arrêtes! Tu te fais du mal» Elle tentait de l'arrêter avec qu'il ne se blesse vraiment, avant qu'il n'aille trop loin dans sa rage magique.
L'homme s'écroula au sol, le souffle court, ses doigts se crispèrent sur la terre. «J'ai échoué Ténébris! J'ai tout fait pour le sauver mais...je n'ai pas réussi!»
La jeune fille baissa les yeux, triste pour lui, triste de voir qu'il avait déployer tant d'efforts pour sauver son frère pour finalement finir sur un cruel et douloureux échec. «Je suis désolée!»
L'homme se releva et arracha son masque, le jetant à ses pieds. «Je ne peux plus Ténébris! Pour la mémoire de Nat, je ne peux plus...» il retenait ses larmes devant les monstres qui étaient pourtant désormais à bonne distance. «Je ne peux plus être celui que tous nomme ''le fils de Darkhell'', pas après ce qui s'est passé ce soir!» Il regarda douloureusement le masque qui était resté au sol.
La brune ne dit rien, acquiesçant devant cet évidence qu'elle pressentait depuis qu'ils étaient revenus. Elle le serra alors dans ses bras, brièvement et murmura «Je vais me charger de l'annoncer à mon père....rentres chez toi Sirius, tu as besoin de repos, tu n'en peux plus!
- Tu va prendre ma place Ténébris, et je suis certain que tu t'en sortira bien! Dis à ton père que si le commandant de ses troupes ne peut plus continuer, son apprenti pourra toujours l'aider pour ses expériences magiques!» Sa voix était presque monocorde, signe qu'il tentait de retenir ses sentiments le temps de la discussion. Qu'il n'avait qu'une envie: être seul pour le moment.
- «Je lui dirais...merci de ne pas couper totalement les ponts avec nous Sirius!» Il était comme un oncle pour elle, il l'avait toujours été et ses enfants étaient les frères et sœurs qu'elles n'avaient jamais eu. Sa fratrie de lumière comme elle l'appelait..et elle était leur sœur de l'ombre.. Le voir si triste, si détruit l'attristait vraiment et elle ne savait pas quoi dire pour l'aider à surmonter ça, n'ayant jamais été dans ce genre de situation.
L'homme eut un douloureux sourire: «Et toi tu sais que tu seras toujours a bienvenue chez moi!» Il se releva, et s'éloigna lentement, tandis que Ténébris, essuyant ses larmes car elle était certaine de le revoir en ami quand elle le voudrait, partait avec l'armée de son père dans l'autre direction.
C'était la fin du ''Fils de Darkhell''

*******

Quelques jours plus tard à Oroban, dans une maison, un jeune garçon qui devait avoir 12 ou 13 ans faisant négligemment tourner sa plume entre ses doigts, passa sa main gauche dans ses cheveux blonds, soupirant, tellement cette leçon l’ennuyait. Il pensait à son père et à son frère, dans leurs armures étincelantes, sur leur culbutors lors de leur départ. Ils lui manquait tellement l'un comme l'autre. Il était si impatient de les revoir. Ca faisait trois mois qu’ils étaient partis. Il se demanda ce qu’ils avaient fait,si tout se passait bien…..et il avait tellement hâte d’entendre son frère lui raconter la mission et de le retrouver tout court. Il en avait assez d'être tout seul, malgré la présence de ses amis qu'il voyait chaque jour, il avait envie de vite revoir sa famille, comme tout enfant se respectant. Il n'aimait pas être séparé trop longtemps de personnes chères, ça le déprimait un peu.
Il sursauta dans son précepteur frappa du poing sur la table.
Ses yeux bleus se posèrent sur celui-ci et il sourit maladroitement, le plus innocemment possible, sous le regard noir et agacé. Saisissant à nouveau sa plume, il se remit à écrire ce que l’homme disait. Parfois il se mettait à regarder du côté de la grande fenêtre donnant sur la ville, espérant sans doute un signe montrant que les faucons d’argent étaient de retour. Peu de chance cependant, les quatres mois n'étaient pas écoulés. C'était vraiment...vraiment trop long.
«Danaël!» Il sursauta en entendant son nom, surpris d'être si violemment tiré de ses pensées et reporta à nouveau son attention sur l'homme qui se chargeait de lui. «Vous ne m’écoutez pas!» continua ce dernier avec un agacement de mauvaise augure.
L'enfant répliqua, effrontément: «Mais si…..Je vous assure que je vous écoute!»
Un sourire ironique lui fut retourné tandis que l'homme demandait, moqueur: «Et que disais-je à l’instant?» Le gamin ne répondit pas, n’en sachant rien puisqu’il n’avait entendu les dernières paroles de son percepteur. Il baissa la tête, regardant le peu qu’il avait écrit depuis le début de son ‘cours'. L'autre soupira, franchement agacé. «Mais où avez-vous la tête? Qu’est que dira votre père quand il rentrera quand il saura que vous n’êtes pas assidu au travail?» Fit-il ensuite froidement

Le jeune garçon n’osa protesté ou nier de nouveau, touché par la remarque. «Je suis désolé! Je vais être plus attentif!» déclara-t-il précipitamment, quelque peu paniqué. Il détestait par-dessus tout décevoir son père. Il plongea à nouveau sa plume dans l’encrier et l’a posa sur le papier, prêt à travailler quand le son de trompettes résonna dans Oroban. Il releva brusquement la tête et un immense sourire se dessina sur ses lèvres. Il ne se préoccupa pas du fait que cela était de mauvaise augure, qu'ils revenaient trop tôt. Il bondit sur ses pieds et s’élança vers la porte, fou de joie: ILS étaient de retour. Il sortit, bien décidé à les rejoindre et à leur sauter au cou, certain qu'il réussirait à plaquer son grand frère au sol en lui bondissant dessus par surprise.
Ce fut à peine s’il entendit son précepteur lui crier: «Danaël! Restez! Votre cours n’est pas….» Trop tard la porte était refermée. L'homme soupira et marmonna: «…terminé….bon tant pis, laissons passer …vu les circonstances, inutile de lui courir après!» Il secoua la tête et sortit à son tour, décidé à avoir une discussion avec le père du gamin plus tard. «Quand même...c'est étrange qu'il soient déjà de retour! Un mois d'avance sur ce qui était prévu, ce n'est pas courant!»

De son côté le blond sortit à l’extérieur, se frayant un chemin, en courant, dans les rues jusqu’au palais ou il vit tous les culbutors en demi cercle, sans leurs cavaliers qui devaient être à l’intérieur du palais, faisant leur rapport. Il s’approcha un peu plus et attendit que les héros sortent, impatient de revoir sa famille. Ca faisait si longtemps qu’ils avaient été absents, son père l’était souvent c’est vrai mais c’était la première fois que son frère partait pour autant de temps. Ils lui avaient vraiment manqué, l’un comme l’autre. Il se demanda un court instants sur lequel se précipiter en premier puis conclut que ce serait sur celui qui sortirait d'abord, qu'il verrait d'abord. Il s'assit sur une pierre pas loin des culbutor en patienta, un léger sourire aux lèvres.
Enfin les grandes portes s’ouvrirent lentement, au bout d’environ une heure, et les hommes apparurent. Il les regarda, cherchant deux personnes précises des yeux mais ne les voyaient pas. Ce n'était pas normal....son père était toujours, en temps que capitaine, l'un des premiers à sortir avec le commandant. Il s'avança, évitant les hommes en armures, une sourde inquiétude se manifestant en lui tandis qu'il surprenait des regards tristes ou compatissant dans sa direction, des regards qu'il ne comprenait pas vraiment.
Finalement une nouvelle personne sortit, tête basse, et descendit les marches lentement, les autres lui tapotant l'épaule dans un geste réconfortant. Il semblait totalement abattu, ses mèches rougeâtre cachant son visage pâle aux traits tirés avec des cernes presque noires sous ses yeux encore légèrement rougis.
Une fois en bas, il aperçut les cheveux blonds du jeune garçon et s’immobilisa. Il aurait du se douter que son frère se précipiterait dès qu'il verrait les drapeaux, les culbutors mais il aurait aimé avoir encore un tout petit peu de temps pour préparer la si douloureuse annonce qu'il avait à faire, à bien choisir ses mots. Deux paires d’yeux bleus identiques se croisèrent et le plus vieux, prenant une grande inspiration, se dirigea vers son cadet, pas du tout prêt mais n'ayant pas le choix. Il posa ses mains sur les épaules de son petit frère qui frissonna, soudain pris d'une sourde angoisse, comme s'il appréhendait les nouvelles.
Danaël regarda son frère et chuchota: «I….Ikaël?». Sa voix tremblait et il ne comprenait pas encore la tristesse sur le visage de son frère mais se rendait tout de même compte du malaise qu'il ressentait: «Où…..où est père? Pourquoi...» Il n'eut pas le temps de finir sa phrase.
A peine quelques secondes plus tard, deux bras l’entouraient et il se sentit serrer contre le roux, perdu il cligna des yeux et déglutit, cherchant la réponse. Il la trouva vite...trop vite et elle lui vint aussi fort qu'une gifle. Il entendit l'autre murmurer, d'une voix presque brisée: «Désolé petit frère mais maintenant, nous sommes seuls!»
Des mots terribles, horribles autant pour l'un que pour l'autre. Des mots qui marquerait à jamais l'enfance du plus jeune. Des mots qui mettait définitivement fin à l'adolescence du plus vieux, projeté dans la vie d'adulte d'un seul coup sans qu'il n'y aie été prêt, chargé de son jeune frère alors que lui-même n'avait même pas encore atteint les vingt ans, alors que lui-même aurait encore eu besoin d'un parent... Il fallait qu'il soit fort, sérieux, raisonnable pour pouvoir y arriver....Retenant ses larmes, il resserra sa prise sur son petit frère, tentant de le consoler, de le réconforter du mieux qu'il pouvait.
Alors le plus jeune comprit, il comprit que désormais il était orphelin, qu’il n’avait plus que son aîné. Ses yeux s'emplirent de larmes et il s'agrippa à son frère, se mettant à pleurer dans pouvoir s'arrêter. Il avait perdu ses parents, il n'avait plus que celui qui le serrait dans ses bras, ils n'avaient plus rien. Ses sanglots augmentèrent tandis qu'il réalisait toute l'entendud de cette atroce nouvelle.
L'autre lui caressait les cheveux, retenant tant bien que mal ses propres larmes, ne voulant pas s'effondrer devant son frère maintenant, il fallait qu'il soit fort pour lui , pour la seule personne qui lui restait: «Ne t'en fais pas, moi je suis encore là...je serais toujours là, je te le promets!» Il se jura qu'il ferait tout pour tenir cette promesse, quoiqu'il arrive.

*******

Sa maison était droit devant lui, il prit une grande inspiration et avança lentement vers la porte, l'ouvrant. Melian se tourna vers lui, remarquant son teint pâle et tiré, défait et ses cernes immenses qui montraient qu'il n'avait pas dormit depuis un moment. Elle s'avança, inquiètes. Evendel, du haut de ses 11 ans bondit de sa chaise pour se précipiter vers lui. «Père, tu es revenu!» Cria-t-il en se jetant à son cou. Sirius eut un sourire douloureux, et serra tristement son plus jeune enfant dans ses bras. Il sentit une pointe lui transpercer le cœur. Danaël ne reverra jamais le sien...à cause de moi...C'est ma faute....
- «Il s'est passé quelque chose père?» demanda Regulus en s'avançant à son tour, écartant doucement son cadet, inquiet lui aussi devant la mine défaite de l'homme. Quelque chose n'allait pas, il en était persuadé. C'était son intuition qui le lui disait, son père était blême et effondré.
Sirius ferma les yeux, inspirant profondément «J'ai plusieurs choses à vous dire....à tous! J'ai eut des secrets trop longtemps...et je viens de...» il secoua la tête «Et ça va être long pour tout vous expliquer!»

A suivre


Dernière édition par Dragonna le Lun 7 Juin - 6:52, édité 1 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Dim 6 Juin - 22:45

Avant de passer à la Partie III de "Toward the Past"....
Je vous propose un spécial en trois parties sur la relation entre Ténébris et la famille de Sirius...
vous aurez ainsi certains explications sur certains des futurs chapitres ou même des déjà passés...et sur des personnages à apparaître dans la fanfic également...


Chapitre Spécial «Frère de Lumière, Sœur d'ombre»
Partie 1/2: Enfance


Regulus, âgé de 5 ans, venait d'échapper à la vigilance de sa mère pour aller s'amuser un peu dans les environs. Il ne fallait pas rêver, ce n'était pas le lieu le plus sûr qui soit, c'était même le village de plus proche de Casthell, le lieu où vivait Darkhell, qui n'avait pourtant jamais menacée de coin de montagne verdoyant à quelques kilomètre de son territoire.
Regulus se retourna vers deux garçons de son âge qui arrivait en courant: Kenga, un gamin à la peau hâlée, aux mèches caramel avec des reflets blonds, aux yeux verts. il était accompagné par Malka, un gamin orphelin (on ne savait pas d'où il venait, on l'avait trouvé au abord du village un jour, évanoui), à la peau bronzée par le soleil avec des mèches rouges et des yeux aussi verts que ceux de son ami. Deux garçons aussi différents que le jour et la nuit avec qui Regulus s'entendait très bien, ses meilleurs amis en définitive.
Ils étaient, en temps normal, inséparables. Leur trio était déjà connu au village, même s'ils n'avaient que cinq ans! Ils avaient déjà multiplié les bêtises et les gaffes...
- «Reggy! Ca te dirait de venir nager avec nous? Grande soeur veut bien nous emmener au lac!» S'exclama Malka, sautillant littéralement sur place tandis que son ami s'escrimait à maintenir son bandana (trop grand) en place. Il désignait en même temps le petit lac situé à proximité du village.
- «Bof non pas envie! Une autre fois...» Soupira le gamin interpellé avant de s'éloigner, laissant ses deux amis sur place, l'air surpris. Ce n'était pas qu'il ne savait pas nager (au contraire), ce n'était pas qu'il avait trop chaud (au contraire). C'est juste qu'il s'ennuyait un peu et que l'eau ne le tentait pas comme distraction pour le moment. Il escalada une paroi rocheuse composé de gros rocs, facile à grimper, et se retrouva légèrement en hauteur.
Il inspira l'air doux de ce matin de jour d'été, assis en tailleur à quelques mètres au dessus de chez-lui, l'endroit qu'il préférait pour y aller souvent avec son père quand celui-ci lui racontait tel ou tel chose. Son père d'ailleurs qui était parti en coup de vent à l'aube en disant que c'était une urgence! Un petit bruit le fit se retourner, un reniflement...quelqu'un pleurait? Il avisa un passage de rochers et l'escalada avec difficulté, s'éraflant les mains. Arrivé en haut, il trébucha alors et dévala une pente terreuse, heurtant quelque chose de vivant en arrivant en bas. Étourdi, se massant le crâne, il regarda cet obstacle non naturel et sursauta en voyant qu'il s'agissait d'une petite fille de son âge ou un peu plus, avec des cheveux noirs et des yeux rouges. Tiens elle était mignonne d'ailleurs...
L'inconnue bondit aussitôt sur ses pieds et s'avança vers lui, demanda presque agressivement, le faisant reculer: «Qu'est-ce que tu viens faire par là toi? Tu es aux limites des terres de Darkhell! Je le sais même si je suis perdue!!» Elle semblait être du genre à chercher la bagarre et à se battre facilement. Il espérait que son futur petit frère ou petite sœur serait comme ça, ca serait marrant!
Regulus, à force de reculer, trébucha et s'écroula au sol, regardant autour de lui avant de balbutier d'un ton incertain: «T'es sûr? Ce n'est pas près de la rivière à quelques kilomètres au nord?» Il était pourtant certain que les terres du sorcier commençaient là où débutait les terres un peu arides et les hautes températures étouffantes. Le village en étaient quand même relativement éloigné même s'il était le dernier avant les limites justement.
Un court silence s'écoula et la petite éclata soudain de rire comme s'il avait dit quelque chose de particulièrement drôle. «Je suis encore plus perdue que je ne pensais!» Elle se reprit, secouant la tête «Je savais que jouer avec un Darkhellion, c'était une mauvaise idée! Cet idiot m'a laissé là toute seule! J'espère que papa va lui faire regretter!» Ragea-t-elle, furieuse après la bestiole en question.
Le gamin resta muet quelques instants et balbutia: «Tu...es...la fille de Darkhell?» Réalisa-t-il en comprenant la phrase qu'elle venait de prononcer. Ce n'était pas qu'il avait peur mais il était surtout très surpris. Il ne savait pas que Darkhell avait une fille ou même un enfant! Elle avait l'air gentille pourtant?
L'autre fronça les sourcils: «Oui! Ca te pose un problème?» Elle avait posée les mains sur ses hanches, le dominant de sa taille car elle dépassait d'une bonne tête. Sans doute parce qu'elle était un peu plus âgée. «Et t'es qui au juste?»
Il recula, baissant la sienne, jouant avec ses doigts: «Heu...moi c'est Regulus! J'ai 5 ans... Et toi?» Il préférait faire connaissance et devenir amis peut-être. Elle avait l'air amusante en plus!
La petite fille se détendit et sourit à son tour: «Moi c'est Ténébris! J'ai 6 ans!»

Ce jour-là ils jouèrent pendant un long moment ensembles sans voir le temps passer, s'amusant à se battre (Ténébris avait toujours le dessus) à se poursuivre (c'était lui le plus rapide) et à beaucoup parler de tout et de rien. Leurs disputes infantiles se terminaient en éclats de rire et en bagarre finissant toujours par la victoire de Ténébris qui le clouait au sol dans un «gagnééééé» moqueur et ravi.
Jusqu'à ce que Sirius (qui cherchait la gamine depuis plusieurs heures) ne les retrouve au coucher du soleil. Il se dit furtivement que Melian allait passer à leur fils le savon du siècle et devait être à deux doigt de la crise de nerf. Et lui aussi allait lui passer un savon d'ailleurs, il était non seulement parti sans prévenir mais en plus s'était aventuré loin. Ténébris aurait droit à un enguirlandage en règle elle-aussi, qu'est ce qu'elle fichait si loin de Casthell? Darkhell allait hurler ce coup-ci (déjà qu'il était très énervé d'avoir constaté sa disparition, les monstres de son armée se planquaient de crainte d'être tenus pour responsable de la dite-disparition). Il s'avança donc jusqu'à se faire voir.
- «Papa!» Cria Regulus en se précipitant vers lui, fou de joie de le voir et peut-être aussi rassuré (il était perdu sans doute sans doute). Sa nouvelle amie lui emboîta la pas en criant «Sirius!» Et le '' Fils de Darkhell '' reçut deux tornades brunes affectueuses dans les bras.
Il rit doucement et demanda l'air de rien. «Dis moi Reggy...» L'enfant lança un regard noir à sa compagne de jeu quand celle-ci gloussa en entendant le diminutif. «Tu as prévenu ta mère que n'allais pas jouer avec Malka et Kenga aujourd'hui?» Il avait posé la question l'air de rien, pour que l'enfant se rende compte seul de sa bêtise. Et vu la tête qu'il fit ensuite, cela marcha.
Le petit rougit et plaqua une main sur sa bouche, balbutiant un «oups» qui fit lever les yeux au ciel pour son père et redoubler son hilarité pour son amie. Il croisa ensuite les mains dans son dos et murmura, regardant le sol: «Désolé papa, j'ai entendu pleurer alors je me suis éloigné et je suis tombé...vraiment tombé sur Ténébris!» Il ignora son amie qui protesta qu'elle ne pleurait pas.
Sirius soupira et se dit qu'il devrait lui faire la leçon plus tard, mais pas maintenant «Ténébris...tu sais que ton père te cherche partout depuis tout à l'heure (sous-entendu ce matin)? Tu as disparu une journée entière! Personne n'ose plus l'approcher là, même moi...
- Je sais, je suis désolée, c'est la faute du Darkhellion il m'a lâché ici et je ne retrouvais plus mon chemin!» Fit la concernée, se rendant elle-aussi compte de sa bêtise. Son père devait être furieux!!
- «Tu n'as pas à monter sur des darkhellions!! Ce ne sont pas des Girawas ou des Culbutors, tu sais?» Soupira Sirius en se massant les tempes, l'air fatigué. Il allait avoir des mèches blanches avant l'heure avec ces deux-là, il le sentait alors même que c'était leur première rencontre!
- «Tu le fais bien toi!» Marmonna la petite en regardant le sol piteusement. C'était vrai en plus!
Ce jour-là, les deux enfants se prirent le savon du siècle, l'une par son père, l'autre par sa mère ET son père. Mais ils réussirent à obtenir l'autorisation de sa revoir, et rapidement la famille du ''fils de Darkhell'' devient la seconde famille de Ténébris.


********

- «C'est quoi la légende de la constellation du Lion Elfique alors?» Demanda Malka allongé dans l'herbe avec Kenga, Regulus et Ténébris. Ils étaient dans l'herbe à proximité de chez le fils de celui qui travaillait (en secret?) pour Darkhell où trois d'entre eux avaient été invités à dormir. Ils étaient tous les quatres âgés de 7 ans pour les garçons et 8 ans pour la seule fille. Ils s'amusaient à parler et à jouer ensembles à chaque occasion possible. Cette fois-là, la nuit était tombée depuis un moment et ils regardaient les étoiles avec Sirius. Ils adoraient quand celui-ci leur faisait un cours ou leur racontait des histoires!
Kenga marmonna, croisant les bras sous sa tête «C'est pas une histoire d'amour et de malédiction?» Il fronça ses sourcils clairs et continua «Y a le dieu Miséry dedans non?» Il ne s'en souvenait plus vraiment. Ses parents lui en avaient à peine parler. Celui qui connaissait bien les légendes ici, c'était Sirius. C'était lui qui savait des tas et des tas de choses car, d'après les rumeurs, il était né dans la plus grande ville de Larbos: Oroban. Chose qu'il n'avait jamais nié d'ailleurs, mais qu'il n'avait pas non plus dite comme vraie . Cet homme était arrivé un jour et avait longtemps fréquenté Melian avant de l'épouser et de s'installer ici. Tout le monde l'aimait mais personne ne le comprenait vraiment à part sa propre famille. Il était un mystère pour pas mal de gens...
Où partait-il si souvent? Comment connaissait-il la magie curative? S'il venait d'un si grande ville comme Oroban pourquoi était-il venu dans ce coin perdu?

L'homme, assis en tailleur près d'eux rit et hocha la tête. «Tu as raison mon garçon, c'est l'histoire d'un amour qui devint impossible car le jeune homme fut maudit et transformé en un lion elfique, comme punition pour avoir aimé une princesse du royaume des elfes.
- «Pourquoi il a été puni?» S'étonna Malka qui ne connaissait pas la légende et qui était curieux par nature. Il espérait que l'homme allait la leur raconter en entier après. «C'est mal de tomber amoureux? C'est mal si un humain aime une elfe ou le contraire?
- C'est parce que, dans cette légende, les humains et les elfes étaient en guerre. C'était donc un amour impossible. Pour la sauver, il révéla aux elfes un plan des humains qui perdirent une grande bataille. Il fut puni par un grand sorcier pour cela. Il resta tout de même aux côtés de l'elfe qu'il aimait sans révéler son identité, pour la protéger. Il périt en la sauvant, encore une fois, et Misery, touché par cet acte, lui accorda une place parmi les constellations. C'est une histoire assez triste au final mais qui reste très belle.
- C'est dans cette constellation qu'il y a les étoiles ''Sirius'' et ''Regulus''?» S'enquit la seule fille en pointant le groupe d'astres du doigt.
- «Effectivement Ténébris!» Répondit l'homme en souriant, tout cela lui rappelant beaucoup de souvenirs aussi heureux que malheureux. Des souvenirs de longues discussions avec son petit frère alors qu'ils regardaient les étoiles. Nat qui le suppliait de lui raconter encore et encore cette histoire qu'il adorait. Il avait fondu en larmes la première fois qu'il l'avait entendu, disant que c'était trop triste et trop injuste!!
Une petite voix le tira de ses pensées ou souvenirs mélancoliques: «Dis père, tu nous la raconte en entier s'il te plaît?! » Regulus aussi aimait cette histoire ou parce que, tout simplement, son père racontait très bien.
L'homme sourit et accepta en prononçant les mots: «Si vous allez vous coucher maintenant, d'accord? Je compte jusqu'à trois...un...deux...
- Ouiiiii!»Les quatres détalèrent vers la maison sous le regard amusé du jeune sorcier qui se leva à son tour pour leur emboîter le pas.

********

Ténébris passa un linge humide sur le bras de Regulus qui, gêné, protesta: «Mais c'est juste un bleu Téné! Pas la peine de...» Il fut occupé par un regard noir et préféra alors se taire plutôt que d'achever sa phrase. C'était plus sûr. Elle avait tendance à s'énerver quand on s'en prenait aux personnes qu'elle aimait. Surtout quand sa concernait son ''Frère de Lumière''.
- «Racontes-moi ce qui s'est passé au lieu de dire des bêtises!!» Le garçon soupira et obtempéra, narrant sa rencontre avec son grand père, qu'il détestait...définitivement et irrémédiablement.

Regulus de 9 ans observait Artanis qui jouait avec deux enfants d'environ trois ans: son petit frère Ganja et un petit roux. Alors c'était lui son cousin? Il voulut plus se pencher à la barrière et dégringola la pente dans un roulé-boulé douloureux. Magnifique, si Ténébris était là, elle se serait moquer de lui jusqu'à la fin des temps. Un gloussement lui fit rouvrir les yeux tandis que la châtaine aux yeux ambré le fixait avec ironie. «Quelle chute Reggy!» s'exclama t'elle alors que les deux gamins derrière elle fixait le nouveau venu avec amusement pour l'un (Ganja) et curiosité pour l'autre (le cousin).
Il leur fit un petit sourire gêné, à l'envers et grogna, roulant sur lui-même pour se redresser. «Ca fait super mal!» Et il avait de l'herbe sur ses vêtements en plus, il les épousseta donc comme il pouvait. «Alors rigoles pas!» Il laissa passer un temps et termina par les mots «Et m'appelles pas Reggy!»
Artanis retira un brin qui s'était logé dans les mèches onyx de son ami en disant «Ca fait plaisir de voir que tu es revenu!» Elle lui sourit et il se frotta la nuque avec une gêne plus qu'évidente.
- «Oui! Avec père! Il est avec le tien là! Ils parlent de l'autre côté!» il soupira et défit l'élastique qui maintenait ses cheveux afin de refaire sa queue de cheval de façon correcte.
- «Super, ca fait longtemps qu'on ne s'est pas vu!» Elle le regarda avec un rien d'admiration «Et whoa...tu as pris le soleil toi!» En effet la peau de Regulus était délicatement bronzée, lui conférant un teint quelque peu basanée qui ne le rendait que plus mignon
- «Oui...six mois! Ganja se souvient de moi? Bonne mémoire le petit!» Remarqua-t-il d'un ton quelque peu admiratif. Ou peut-être était-ce parce qu'elle parlait beaucoup de lui?
- «Et comment va Cassiopée?» S'informa son amie, qui n'avait jamais vu la petite mais en avait longtemps entendu parler par le brun les précédentes fois. Elle espérait la rencontrer un jour d'ailleurs? Tout comme le reste de la famille de son meilleur ami.
- «Ho...Bien, elle me casse les pieds quoi...!» Artanis éclata de rire, sa bonne humeur rapidement communicative. Les deux petits de 3 ans s'ennuyèrent vite et détalèrent pour s'amuser un peu.
- «Tu vas voir ton oncle cette fois?» Elle savait, parce que Regulus avait laissait échapper le nom de son oncle dans une discussion et son père lui avait demandé de ne rien dire à personne. Elle avait tenu sa parole, elle ne trahirait pas Reggy ou son père! Cette gamine de 9 ans avait une volonté incroyable.
L'autre secoua la tête, sans avoir l'air plus touché que ça: «Heu...non! Et pas plus Grand Père! Père ne veut pas!» Et rien qu'à se souvenir de ce que lui avait raconté son père, Regulus ne voulait pas le rencontrer de toute façon. En ce qui concernait son oncle c'était différent mais...
Artanis coupa soudain court à ses pensées, disant «Ho..c'est quoi cette médaille que tu as au cou?
- C'est celle de père, je lui ai demandé de me la prêter pour aujourd'hui! Je l'aime bien, je la trouve assez belle!»
Ils se mirent à jouer tous ensemble, riant et plaisantant...jusqu'à ce que Anthor vienne voir Cygnus pour lui parler de quelque chose de précis. Il s'immobilisa en voyant un enfant inconnu qui jouait avec les enfants de son subordonné et avec son petit-fils. Enfant qui lui rappelait désagréablement...quelqu'un qu'il n'avait plus vu pendant des années.
Il s'immobilisa juste derrière lui «Voyons...Qu'est-ce que nous avons là?» marmonna-t-il, sourcils froncés, surpris de voir que Cygnus laissait un enfant ''inconnu'' (lui ne l'avait jamais vu en tout cas) s'amuser ici.
Surtout que, de dos comme de face, le petit lui faisait désagréablement penser à son fils aîné et renié, ce fils qu'il aurait préféré ne jamais avoir.
Le gamin sursauta et se retourna, surpris, ses mèches noirs comme l'encre dégageant son visage. S'il n'y avait pas eu la médaille, probablement l'autre aurait-il pris la ressemblance pour un hasard mais voilà, cette médaille était unique et le fait qu'il la porte...ne voulait dire qu'une chose. Qu'il avait en face de lui son petit-fils, que Sirius était de retour en ville. Son intuition ne l'avait que rarement trompé. Une sourde colère l'envahit, qu'est-ce que cet ingrat venait faire ici? Pourquoi était-il de retour? Venait-il encore mettre de stupides idées dans le crâne de Nathanaël?
L'homme serra les poings: «QUOI? Il est revenu?! Je le croyais mort ce petit...»
Regulus, tétanisé, sentit ses yeux le piquer et recula jusqu'à trébucher et s'écrouler dans l'herbe, incapable de faire le moindre geste ou de dire quoi que ce soit. Son grand-père, il venait de le comprendre, semblait fou de rage. Et savait parfaitement qui il était, c'était sans doute ça le pire.
Anthor continuait, indifférent à la peur qu'il causait à son petit-fils tout juste rencontré: «Il ose revenir après être parti comme l'ingrat qu'il était!»
Regulus jeta un coup d'œil à son cousin qui était retranché derrière Artanis, les larmes aux yeux, effrayé lui aussi par cette soudaine colère. Une poigne d'acier saisit son bras et le força à se remettre debout.
Mais une voix claqua derrière le dos de l'homme «Anthor! Je vous donne quelques secondes pour lâcher mon fils, après je ne répondrais plus de rien!» Sirius se tenait là, dans toute son charisme d'adulte fort et imprévisible. Son épée dégainée semblait prête à commette un écart au moindre geste suspect ou de trop de son père. «Ne m'obligez pas à être violent!» Il ne traitait plus l'homme face à lui comme son père, ne s'adressait plus à lui comme tel. «Regulus viens ici!» ajouta-t-il et l'enfant se précipita derrière lui, mal à l'aise.
Cygnus toussota, devenu inquiet de part l'agressivité de son meilleur ami: «Sirius...calmes-toi, pas devant les enfants s'il te plaît!
- Je suis parfaitement calme...c'est lui qui dépasse les bornes!» Grogna Sirius, se disant que son père n'avait même pas intérêt à le croiser dans une mission d'ici peu où lui ne répondrait plus de rien. Heureusement ce fut Nat qu'il croisa cette fois-là (1) et après il ne croisa que rarement leur route et il n'y eut pas d'affrontement direct.


Regulus s'interrompit et acheva enfin à voix basse «Grand-père avait l'air impressionné par père, je crois qu'il ne s'attendait pas à le revoir comme ça, si....fort et si agressif. Je crois que qu'il ne dira rien à oncle Nathanaël de cette visite de père à Oroban d'ailleurs! Il ne veut pas que oncle Nathanaël essaie de retrouver père je crois!!» Il semblait plus déçu par ces derniers états de fait que par le reste. Il aurait vraiment aimé connaître son oncle un jour, surtout d'après ce que son père lui avait raconté de son enfance. Il aurait aimé connaître un peu plus son jeune cousin aussi. Mais cela paraissait bien compromis désormais...peu-être plus tard, lorsqu'ils seraient adultes...mais ce serait trop tard justement non? Il chassa ses tristes pensées, se concentrant sur son amie.
Ténébris le regarda baisser la manche de sa tunique pour cacher l'hématome sur son bras et demanda, soulagée: «Il n'a pas levé la main sur toi alors!» soupira-t-elle, soulagée.
- «Il n'avait pas vraiment de ''raison'' de le faire et...il n'aurait, de toute façon, par eut le temps.» Il soupira, haussant les épaules «J'crois qu'il voulait surtout savoir pourquoi Père était revenu!» Il ramena ses jambes contre son torse, ne comprenant pas pourquoi son père lui avait dit que désormais il faudrait être beaucoup plus prudent en allant à la capitale .

Fin de la partie 1
A suivre dans la partie 2


(1) Ce passage ou Anthor a croisé Regulus et Sirius (et il n'en a vraiment pas parlé à Nat d'ailleurs..) se passe avant la bataille presque fratricide où les frangins se retrouvent justement...après ça n'aurait pas été logique que Sirius se tape gentiment la causette avec Cygnus, tous amis qu'ils soient restés ^^"


Dernière édition par Dragonna le Jeu 10 Juin - 19:26, édité 2 fois

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    Mar 8 Juin - 17:06

Chapitre Spécial: Partie 2/2: Rêves

Regulus se redressa lentement de là où il était, après s'être penché. Il était écœuré: pourquoi des gens trouvaient plaisir à faire ça? A faire s'affronter des créatures comme ça? Vraiment les dresseurs de monslaves étaient pitoyables. Et là, caché sur un surplomb rocheux il assistait à l'entrainement d'un monslave et grimaçait à chaque coup de fouet: «Ca me dégoute vraiment, pas toi?» S'indigna-t-il en se tournant vers sa compagne d'aventure, de un an son aînée, donc âgée de 14 ans. Lui en avait treize et formatait depuis peu des idées de futur telles que l'aventure, la découverte du monde, bref bouger, se battre, s'amuser...mais en même temps il ne savait pas exactement ce qu'il voulait faire. Parcourir le monde c'était bien beau mais sans kishus, ça allait poser quelques problèmes. Il soupira, se redressant et détournant le regards du spectacle cruel à quelques mètres sous ses pieds, s'éloignant pour ne plus entendre les coups de fouet et les cris de souffrance.
- «Bof...j'vois pas ce qu'il y a de si horrible, y a pire franchement!» Répliqua Ténébris en haussant les épaules, indifférente au spectacle cruel. Pour sa part, elle avait déjà vu pire, ce genre de chose ne la blessait plus, la laissait indifférente. Rien ne pouvait vraiment la toucher si cela sortait du cercle de ceux qu'elle aimait...C'était un point qu'il aurait aimé changé chez elle mais sans succès...
le seule garçon frappa du pied un petit caillou. Bien sûr qu'il savait qu'il y avait pire, il n'était pas idiot! Rien n'était blanc, rien n'était noir, il y avait toujours un juste milieu, des causes et des raisons. C'était son père qui le lui avait appris. «C'est juste que...» Il se supportait pas ce genre de choses, cette violence gratuite, ces dresseurs qui prenaient plaisir à faire souffrir des créatures, à les arracher à leur milieux naturels, à les envoyer se faire tuer sous les yeux d'hommes ivres pour le simple plaisir de voir le sang couler, de gagner de l'argent. Une violence gratuite...sans raison...il ne comprenait pas, vraiment pas...où était le plaisir de faire ça?
Ténébris soupira «C'est vrai Regulus! Il y a tellement de fléaux dans la monde, tout ce qui tourne autour des monslaves (les dresseurs, les trafiquants ou les vendeurs) est certes horrible mais il y a pire: tu as entendu parlé des Milles Loups? Des villes qu'ils ont entièrement rasées? De toutes ces populations qu'ils ont massacrés! Ca, ce n'est pas horrible?» Elle fit un brutal geste de la main, élevant légèrement la voix: «Mais réalises-le, tout ces fléaux sont des parasites qu'ils faut éradiquer! Une personne peut y mettre fin, unifier Alysia...un homme à la poigne de fer!» Elle semblait être prête à lui expliquer en tout points les visions de son père.
Vision auquel elle adhérait, auquel elle croyait. Une vision qu'elle mettrait des années à remettre en question...
L'autre secoua la tête, la coupant avant même qu'elle n'ait dit un mot: «Ténébris...je n'ai pas envie de parler de ça! J'aimerais que tu ne parles pas des idées de ton père!» Il s'éloigna légèrement, n'aimant pas la tournure que prenait la conversation, vraiment pas. Il fallait vite changer de sujet!

Elle le rattrapa et se planta devant lui: «Tu n'es pas d'accord?! Pourtant...» Elle s'interrompit, préférant ne pas poursuivre, Regulus ne savait pas que son père était le ''fils de Darkhell'', il pensait juste qu'il l'assistait, qu'il l'entrainait elle. Et cela même s'il ne disait rien à son père, il l'avait plus ou moins deviné. Mais pas tout, heureusement. Il était loin d'avoir tout compris!
Son ami se retourna, lui lança d'un ton clairement agacé: «Je pense qu'il y a d'autres solutions que la violence! Pourquoi exterminer ceux qui ont essayé de nous tuer? Ou qui ont tué nos proches? Ca nous abaisserait à leur niveau non? La vengeance est un poison, un cercle vicieux Ténébris! On en souffre plus qu'on en tire satisfaction! Et si on en est tout de même satisfait, de la vengeance, c'est qu'on ne vaut probablement pas mieux que celui dont on s'est vengé!»
Ténébris leva les yeux au ciel et répliqua «Tu sais quoi, tu es trop idéaliste!
- Non! Je sais que le monde n'est pas tout blanc ou tout noir!! Qu'il y a une limite...qu'il y a du gris, mais je ne me place ni sur l'un, ni sur l'autre!» Il avait crié ces derniers mots et un lourd silence tomba entre lui et la fille de Darkhell.
Celle-ci soupira et murmura, se passant la main dans les cheveux «Tu es jeune et innocent Reggy, c'est pour ça que tu ne comprends pas! Tu n'as pas vu ce que j'ai vu!!
- Je suis jeune, c'est ça? Oui mais pas plus que toi!
- J'ai vu le pire, crois-moi...toi tu n'as pas vu le pire dont sont capables certains humains! Ce genre de personnes...» Elle serra le poings et frappa un rocher près d'elle «...sont réellement des parasites à exterminer!»

Ténébris avait 12 ans quand elle vit quelque chose qui marqua son enfance et sa façon de pensée qui régit sa vit pendant des années. Elle avait accompagné l'armée de Darkhell (secrètement) dans les plaines à l'ouest. Évidement, elle s'était faite repérée mais Sirius avait été obligé de la garder, leur objectif étant trop proches pour qu'ils se permettent un aller-retour et surement un échec. Et, le soir même, elle s'était éloignée du camps, sans voir qu'elle avait été vu par le dirigeant de la petite armée de monstres. Elle n'était jamais allé si loin de Casthell et comptait bien en profiter un peu pour découvrir les alentours.
Et...cela arriva: elle vit une scène horrible. Une caravane entièrement massacrée: des femmes, des enfants, pour quoi? Elle n'avait pas compris, à cet instant, pourquoi on avait même tué un enfant si jeune, presque un bébé...pourquoi les avaient-on tué? Quel était l'intérêt d'avoir fait un tel carnage? Une nausée brutale l'envahit, des larmes lui piquèrent les yeux. Pourquoi tant de violence sur une petite caravane qui ne semblait pas du tout menaçante? Et surtout qui avait fait ça?
Sirius, arrivé quelques minutes plus tard, la cherchant, s'était figé devant le carnage puis l'avait doucement éloigné. «Ne regardes pas Ténébris!» Il l'avait retourné vers lui, pour qu'elle ne voit plus cette tragédie derrière elle.
Elle releva la tête vers lui, abattu: «Qu'est....qui a fait ça? C'est pas toi hein?» Sanglota-t-elle, les larmes aux yeux, terrifié par ce massacre qu'elle ne connaissait pas. Qui avait fait ça? Pourquoi?
L'autre secoua la tête, attristé: «Non rassures-toi, ce n'est pas moi! Cela doit être l'œuvre des "guildes clandestines". Il y en a plein par ici. C'est d'ailleurs un peu pour ça que je suis là d'ailleurs...» Il n'ajouta rien, n'ayant pas vraiment bosin de préciser qu'il en cherchait une précise où les "membres" apprenaient la magie noire...et qui avaient franchis une limite vis-à-vis de Darkhell...
-« Des guildes clandestines?? Ce sont des groupes de mauvaises personnes, c'est ça?» Demanda-t-elle dans un sanglot nerveux. Elle n'avait jamais entendu ces mots, elle l'avait certes lu dans des livres mais n'y avait jamais eu affaire en vrai. La réalité dépassait cruellement les écrits...
- «Ce sont des repaires de brigands, d'assassins, de voleurs...bref des poignées de criminels que beaucoup de gens aimeraient voir en prison...et certains même à Barek!» Déclara-t-il avec hésitation, préférant ne pas évoquer cette prison à haute voix. Ca le mettait mal à l'aise...
La petite, qui marchait à côté de lui vers le camps demanda, d'une voix tremblantes: «Mais pourquoi ils ont fait ça? Pourquoi ils ont tué tout le monde?
- Pour l'or, les richesses...tant de vies gâchées pour une poignée d'argent ou de bijoux!» Expliqua-t-il tristement, cela le désolant clairement.
- «Juste pour ça? Pourquoi ils les ont tué alors? Ils ne pouvaient pas juste les blesser ou les assommer?» S'indigna la petite, l'air furieuse. «A quoi cela servait-il de...
- Parce que, généralement, ce genre de personnes n'a pas de cœur ni d'idéal, il agit pour lui-même, par appât du gain!!» Répondit le brun, après une courte hésitation. Il ne savait pas quoi dire d'autre. C'était si dur d'expliquer ça à une enfant. «Certains personnes n'ont pas de raisons, ni d'excuses, ni de passé douloureux...ils font ça...par simple appât du gain!» Il soupira et passa doucement sa main dans les cheveux sombres de la petite fille.
Mais ces mots résonnèrent longtemps en Ténébris...et elle ne fit que croire davantage aux paroles et aux projets de son père....


Ténébris secoua la tête, chassant ses pensées. «La vie est injuste Regulus! Et c'est pour ça que mon père veut unifier Alysia, le seul moyen de rétablit la paix!» Elle croyait vraiment en ce qu'elle disait et semblait bien décider d'en convaincre son ami.
Regulus haussa les épaules et s'obstina, froidement: «Je penses qu'il y a d'autres possibilités pour ça! Et de toute façon...ramener la paix dans toute Alysia? Unifier? C'est cela qui est utopique Ténébris! Les criminels...il y a d'autres façon de les arrêter que la méthode que tu préconises!
- Comme quoi?» Ironisa son amie, le mettant au défi de trouver la dite-méthode.
Il lui lança un regard noir et répliqua «Tu sais qu'il y a des groupes de héros qui luttent contre les criminels, l'injustice....et je...» Il n'eut pas le temps d'en dire plus qu'elle le coupa d'un geste.
- «Oui, comme le groupe de héros où est ton oncle? D'après ton père tu peux y entrer à partir de 15 ans, donc toi tu pourrais dans deux ans! C'est ça que tu veux? Je t'imagine mal en soldat moi pourtant..même si l'armure t'irait bien je dois l'avouer!» analysa celle aux yeux rouges d'un ton taquin, un sourire sadique aux lèvres.
Regulus se mit à rire, réellement amusé cette fois: «J'suis pas vraiment sûr que grand-père apprécierait! Il m'en ferait baver!» Marmonna-t-il en se passant la main dans les cheveux, changeant sa raie de place. Il avait pris un ton assez ironique, ce qui fit ricaner sa ''sœur d'ombre''.
Elle répliqua en effet: «Tu t'en fiche de ton grand-père non? Ton oncle serait ravi lui!» Reprit-elle, songeant avec un rien d'amusement que l'oncle en question risquait s'assommer Regulus de questions sur sa famille et se sentirait obliger de le surprotéger, de tout lui apprendre...
L'autre se frotta la nuque, un peu mal à l'aise: «J'suis pas certain de ça non plus!» Étrangement, rencontrer son oncle l'inquiétait un peu. Il en avait envie et en même temps il avait peur.
- «Dis plutôt que l'armée ne te tente pas plus que ça!» Fit la seule fille en haussant les épaules, blasée. Elle le connaissait assez pour connaître la réponse de toute façon.
- «En effet, j'aime la liberté! Je l'apprécie trop pour me plier aux ordres, aux lois, à la politiques...je n'obéit qu'aux liens du sang et du cœur!» Et cette réponse réglait la question. «En fait, je vais former mon propre groupe de héros, j'aiderais les gens de façon désintéressée, lutterait contre les injustices, les cruautés, pour la justice et...» Il s'interrompit, prenant une mine vexée, en voyant que Ténébris était littéralement pliée en deux de rire. Quand elle le vit, boudeur et frappant du pied par terre, bras croisés, son hilarité redoubla. Il finit par rougir de gêne, et cria «Mais quoi?»
Se redressant, elle essuya une petite larme de rire au coin de son œil droit et fit, avec nonchalance, lui tapotant la tête. «Tu es trop idéaliste Reggy!» Elle le dépassa et ajouta, sans se retourner «ca te perdra peut-être un jour! Tu ne vois peut-être pas tout en noir tout en blanc mais tu cherches trop les causes et les raisons...et surtout tu es trop gentil! Un adorable garçon qui a trop d'espoirs!»
Il se mordit à nouveau la lèvre, ne sachant que répondre. Mais il se promit de lui montrer qu'il pourrait faire ce qu'il avait fait. Lui, Kenga, Malka et Artanis et peut-être un ou une cinquième non? Il verrait le moment venu, après avoir demandé au trois autres....un jour peut-être. Tu verras sœur d'ombre, je montrerais quel grand héros je pourrais être! Un jour il lui en mettrait plein les yeux. Et il la verrait vraiment impressionné par son groupe, par ses aptitudes! Oui un jour il serait le meilleur! Et lui prouverait que ses opinions et idées étaient les plus forts! Et plus crédibles que les siens!

********

Regulus, durant son enfance, avait souvent demandé quelque chose à son père: «Tu as fait quelque chose de mal? Est-ce que c'est pour ça que tu ne peux pas retourner trop longtemps à Oroban et voir oncle Nathanaël?» Depuis qu'il avait appris qu'il avait un oncle et un cousin, l'enfant ne démordait pas: il voulait les voir, leur parler, jouer avec son jeune cousin. Cette première fois où il avait vraiment voulue savoir, il avait 7 ans, un an après les retrouvailles de Cygnus et de son père.
Cette fois-ci, à la question posée, ce dernier l'avait pris sur ses genoux: «Ce n'est pas que je ne peux pas revenir Reggy..c'est que je ne veux pas y retourner...sauf pour quelques visites comme nous l'avons déjà fait.» Il regardait le sol, perdu dans ses pensées, cherchant sans doute comment expliquer cela à un garçon de moins de dix ans.
- «Alors pourquoi?» Demanda l'enfant, il vit son père soupirer et détourner les yeux «Tu peux me le dire je suis plus un bébé!» s'énerva-t-il, se demandant pourquoi l'homme était si triste.
Sirius toussota: «A cause de ton Grand-Père, il me détestait, il m'a toujours traité comme quelqu'un de faible, d'incapable, rien n'était jamais assez bien pour lui, il ne me parlait que pour me faire des reproches. Quand j'ai eu 18 ans, j'en ai eu assez et je suis parti, sans rien dire à personne! Je me suis enfuie!»
Regulus regarda son père avec de grands yeux surpris. Il savait qu'il avait un grand-père mais ignorait cela, il pensait dans sa simplicité d'enfant que son père le détestait parce qu'ils s'étaient disputés. Ce n'était pas aussi simple que ça. «C'est grave de t'être enfuie alors?
- Oui Reggy, en faisant ça, j'ai...renié ma famille en quelque sorte!»
Le petit brun cligna des yeux, de multiples question tournant dans son esprit. Renié c'était comme abandonner non? Mais si son père était parti parce que son grand-père était méchant, ce n'était pas grave hein? «Oncle Nat sait où tu es? Tu t'es disputé avec lui aussi? Pourquoi tu lui dis pas si vous n'êtes pas fâchés?
- Non..c'est juste...qu'il n'a plus besoin de moi! Et qu'il doit être furieux de ma fuite aussi!» Ca ce n'était pas sûr, mais il préférait inventer, ne voulant pas dire la véritable raison de son refus de voir son frère, de dire à son fils qu'il était toujours hanté par les reproches, les sarcasmes de son père, qu'il avait toujours du mal à s'estimer lui-même. Regulus était trop jeune pour ça, pour comprendre ça. «Je pense que je ne peux pas revenir comme ça, dans vie après plus de dix ans d'absence!» Et cela était vrai, il ne saurait pas quoi dire de toute façon même si Nat ne savait pas son identité secrète. Il ne voulait pas revenir dans sa famille...pour ne pas la briser le jour où son frère démasquerait le "fils de Darkhell". «Pas maintenant Regulus...
- D'accord...» fit l'enfant, conciliant «Mais je le verrais un jour?» Demanda-t-il avec espoir «Et puis j'ai envie de connaître mon cousin! Il doit être trop mignon!»
Sirius soupira et haussa les épaules «Tu pourras sans doute un jour oui...» Il eut un triste sourire face à l'éclatant de son fils qui semblait heureux d'une telle décision. «Je te le promet!»
Son fils attrapa soudain la petite médaille de son père et fronça les sourcils «Mais...tu détestes ton père alors?» il avait, vu son jeune âge, du mal à concevoir cela. Il n'avait vu dans sa famille que des familles aimantes. «Il était vraiment...vraiment méchant? Tu le détestes pour de vrai?»
- «Si je le déteste?» Il ferma les yeux, son passé défilant devant ses yeux. Son cœur se serra douloureusement «Et bien...c'est compliqué à t'expliquer Reggy...» Il songea au plus profond de lui ''Oui..mais pas assez pour lui faire payer...J'éprouve aussi du mépris à son égard, il me fait pitié à ne se préoccuper que de son honneur et pas de famille! Il a levé la main sur moi, sur Nat, il le fera surement pour ses petits-fils s'il en a la possibilité..'' Il toussota et détourna les yeux, continuant par ces mots: «Ne te préoccupes pas de ça..et crois moi fiston, tu n'as pas envie...vraiment pas envie de le rencontrer! Tu pourrais le regretter si cela arrivait!» La voix de son père fit frissonner Regulus qui comprit que ce sujet-là était tabou. Il acquiesça et descendit des genoux de son père pour sortir jouer avec ses amis.
Plus jamais il ne reposa la question...
...la réponse lui parut évidente lorsqu'il grandit.
Mais lorsqu'il fut grand, qu'il eut atteint l'adolescence, les 13/14 ans, une autre question lui vint à l'esprit, persistante et il la posa finalement à son père: «Pourquoi Grand-père était-il comme ça?»
Sirius avait soupiré cette fois là et avait posé une main sur son épaule «Crois-moi Regulus, il ne mérites pas qu'on lui cherches d'excuses...il n'en a aucune, il n'en a JAMAIS eu aucune. Il voulait qu'on soit comme lui le voulait, comme s'il modelait quelque chose à sa convenance sans se soucier de ce qu'on ressentait ou voulait. Et il frappait au moindre écart du chemin qu'il avait tracé! Il ne m'aimait pas, je le sentais bien...
- Comment en es-tu si sûr? C'est peut-être qu'il a été élevé comme ça, alors il a reproduit avec vous? Mère a dit que les enfants reproduisaient souvent la façon d'élever de leurs parents non?
- Son père n'était pas comme ça donc...ça vient de lui, et uniquement de lui, pas de l'éducation qu'il a lui-même reçut.» Expliqua le sorcier, avant de s'éloigner, plongé dans des pensées préoccupantes vu l'expression de son visage. «Tu as pu en juger par toi-même non? Il est comme il est...je ne sais pas pourquoi il ne voit que l'honneur, la fierté...pas la famille...les liens du sang n'ont aucuns sens pour lui!»
Regulus avait hoché la tête, c'était vrai après tout...il avait déjà croisé son grand-père...et celui-ci avait été agressif et presque brutal sans même une seule raison valable...autre que le retour de Sirius (qui ne justifiait pas une telle colère d'ailleurs).


********

- «Pourquoi le père d'Artanis est mort?» Chuchota t'il avec tristesse, tendit qu'il contemplait Oroban aux côtés de son père. «C'est trop injuste». Et tellement triste, douloureux. Elle était si effondré, si malheureuse. Pourquoi une telle chose était-elle arrivée hein? Pourquoi une personne aussi gentille que Cygnus?! Pourquoi la vie l'avait frappé?
«Une mission qui a mal tourné Regulus, il y a beaucoup de criminels dans le monde! Ces guildes clandestines se cachent partout où le relief, le climat sont ingrats, où il n'y a pas civilisation, où on ne peut pas les trouver.» il fit une pause, laissant le vent jouer dans ses longs cheveux, avant d'achever «Le roi Larbosa fait ce qu'il peut, de même pour les rois et dirigeants des autres pays mais les armées et les groupes de héros ne sont pas parfaits, ces criminels se cachent très bien, sont vraiment organisé. C'est comme les dresseurs de monslaves qui se dissimulent parfaitement, eux et leurs arènes, leurs lieux de ventes de monslaves, aux yeux des autorités. Les autorités font ce qu'elles peuvent mais ne peuvent pas tous les arrêter!»
Regulus s'immobilisa et demanda, attrapant la manche de son père «Tu est triste?
Oui, c'était...mon meilleur ami, la personne qui me comprenait le mieux, qui ne m'a jamais laissé tomber.» Il ne put en dire plus, sa gorge était trop serrée. Même quand il a su...il ne m'a pas tourné le dos comme Nathanaël...
Le jeune garçon se mordilla la lèvre et demanda «Je ne le connaissais pas vraiment moi, il était comment?
- Cygnus était une personne qui avait un idéal, il luttait vraiment pour la justice et la vérité, il se plait certes aux lois, aux rois mais avait une opinion précise du monde, c'était un homme droit, généreux qui croyait en autrui...Une personne en qui on pouvait avoir une entière confiance, un charisme de leader, on pouvait croire en lui, il n'aurait jamais abandonné quiconque...et il possédait aussi un grand sens du sacrifice.» Son cœur se serra douloureusement tandis qu'il repensait à son enfance avec son ami aux longues mèches châtains. Cygnus...Une personne si droite, si forte...on aurait pu penser qu'il était trop idéaliste mais...une fois qu'on le connaissait, on ne pouvait plus dire cela.
L'adolescent se retourna vers son père qui avait stoppé «Comme moi....sauf que je ne pourrais jamais me plier aux lois, aux ordres...j'aime la liberté, le libre-arbitre, je ne veux pas dépendre de quelqu'un!» Il se força à sourire effrontément, pour appuyer ses paroles.
Sirius eut un rictus douloureux et lui ébouriffa les cheveux «Tu es différent de Nat sur ce point! Lui croit en la politique! En la justice des rois...quelque part, il n'a pas tord, la hiérarchie est là pour éviter le désordre mais...» Il ne poursuivit pas, la suite étant limpide. Ses pensées s'éparpillèrent autour d'autres, un peu plus sombres.
Mais certains ordres pouvaient être déraisonnables et dans ce cas, qu'est ce que les soldats pouvaient faire, sinon se plier à leur statut et à leurs devoirs? Les lois...les ordres...tout cela lui avait toujours déplût, son caractère rebelle s'était progressivement intensifié par les traitements cruels et injustes de son père.
Il ne se doutait pas qu'un jour, son second neveu tiendrait presque...plus ou moins...les mêmes discours que Regulus. Contrairement au premier qui resterait dans les traces de son père.

Le jeune garçon de 14 ans détourna le regard «Et puis...ce n'est pas facile non plus de donner des ordres n'est ce pas? Oncle Nat doit vraiment pas se sentir bien si c'est lui qui as ordonné cette mission! Même si c'est Cygnus qui voulait y aller!» Il préférait diriger un groupe qu'il formerait lui même, il serait certes le leader mais se concerterait avec ses amis avant de prendre une décision, sauf urgence bien sûr. En cet instant, il se demandait ce que ressentait son oncle qu'il avait brièvement croisé. Il se souvenait de son regard effondré, de son visage pâle et tiré. De quelqu'un à bout...qui culpabilisait vraiment. Il aurait eu envie de lui parler mais il fallait fuir, qu'il rejoigne son père, ce n'était pas du tout le moment d'entrer dans la vie de cet oncle qu'il ne connaissait qu'à travers les récits que son père lui avait raconté. Lindorie leur avait raconté ce qui s'était passé, étant au courant, de façon partielle, des évènements.
Regulus se tourna vers la ville, regardant le coucher de soleil qu'on voyait à l'horizon, les toits comme embrasés par les rayons crépusculaire et il se fit une promesse. Celle qu'il ferait honneur à sa famille, à son sang, aux idéaux de son père, de son oncle, de Cygnus....à sa façon.
Il deviendrait un grand héros...
...qui les rendrait fiers!

Fin du chapitre spécial, on revient à l'histoire avec le chapitre 24 "La vie reprend son cours"

Pipelette invétérée
Pipelette invétérée
avatar


Dragonna
Messages : 936
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 30
Localisation : Survolant des îles et l'océan quelque part dans les Caraïbes.

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://dragonna.livejournal.com/
MessageSujet: Re: Toward The Past    





Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

Toward The Past

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Tales of the Past
» L'Ombre du passé / The shadow of the past
» [3DS] THE LEGEND OF ZELDA : A Link to The Past...le remake
» Gin'iro no Kami no Agito (Origin - Spirits of the Past)
» [2010] Past Life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendaires : Nouvelle ère :: Papotage en règles :: Créations de fans :: Ecritures :: Les fictions terminées-