Site créé pour ceux qui veulent discuter entre estimateurs positifs de la direction de la BD.
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Resident Evil : Legendary Cycle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: Resident Evil : Legendary Cycle   Dim 26 Mai - 13:50

Voici donc une nouvelle fiction qui va se développer en parallèle à Uprising's Path. Elle peut sembler sans lien avec les légendaires au début, mais lorsque la troisième partie sera postée, vous comprendrez tous. (PS: Ceux qui lisent Uprising's Path comprendront encore plus vite Wink)
Pour l'heure, préparez vous pour la première partie :

Resident Evil : Next Génération


Synopsis :Raccoon City, petite ville du Middle West américain est depuis plusieurs semaines témoin de cadavres sauvagement mutilés qui s'amoncellent dans la forêt en bordure. Alors que la panique s'installe à vitesse grand V, l'équipe Bravo des Stars, unité de police d'élite de Raccoon disparait en tentant de retrouver les coupables. L'équipe Alpha est alors envoyé à leur recherche dans les montagnes d'Arklay. L'horreur qu'ils découvriront, sera au delà de leur imagination ...


Chapitre 1 : L'équipe Alpha



Shenga s’éveilla difficilement. Le whisky de la soirée lui faisait un mal de crâne de chien. Elle avait bu toute la soirée en boite de nuit avec Alexandra et Margaux, ses deux meilleurs amies, ce qui se ressentait. Elle finit par se lever, d’une démarche bien peu assurée et se passa rapidement de l’eau glaciale sur le visage. Elle avait des cheveux bruns coupés au carré et deux yeux verts qui diffusaient un étrange calme. Elle n’avait aucune idée de l’heure qu’il était, mais devina sans peine que l’après midi avait déjà commencé. Elle se servit une énorme tasse de café, essayant de se remémorer la soirée. Elle se souvint des shots d’alcool à volonté, d’Alexandra et de Margaux qui étaient à un stade du bourré qu’elle n’avait encore jamais vu, et de Yanathos qui était venu les chercher, ayant pitié d’elles trois. Elle entendit soudain son téléphone vibrer et soupira. Elle n’avait aucune envie de répondre. Elle regarda à tout hasard l’appelant et reconnut sans peine celui qui essayait de la joindre. Albert Wesker. Elle étouffa un juron et se dépêcha de répondre.
- Mlle Savi Darkis ? Ici le lieutenant Wesker.
- J’écoute mon lieutenant.
- Dans trente minutes, dans la salle de réunion de crise. Soyez-y sinon, je vous donne rendez-vous au Pole Emploi le plus proche.
La jeune femme n’eut même pas le temps de placer un mot sur son jour de congé que le lieutenant lui avait raccroché au nez d’une manière magistrale. Elle maudit intérieurement son chef puis mit son uniforme en vitesse. Elle se regarda dans son miroir et soupira. Elle finit par se passer rapidement une brosse dans ses cheveux bruns et sortit de chez elle en trombe, fermant rapidement à clé. Elle sauta sur sa moto et démarra en trombe, provoquant une belle frayeur à son voisin. Elle slaloma entre les voitures qui bloquaient la rue principale de Raccoon City, grillant au passage pas mal de feux. Pourquoi cette p***** de salle devait-elle être à l’autre bout de la ville ?!
Elle s’arrêta finalement devant le commissariat, prit à peine le temps de garer sa moto et entra en coup de vent, et se précipita dans la salle souterraine. Elle était en retard et savait que Wesker ne manquerait pas de lui faire remarquer. Le spectacle qu’elle découvrit en entrant dans la salle était des plus étranges. Toute l’équipe Alpha était déjà là : la scientifique était la dernière présente.
Shenga se glissa discrètement entre Yanathos Dectann et Oragie Burton, ses deux meilleurs amis dans l’unité d’élite de la police de Raccoon. Yanathos avait des cheveux bruns courts et deux yeux d’un vert sombre. Vêtu de l’uniforme des Stars, son fidèle USP 45 ne le quittait jamais. Il mesurait un peu plus d’un mètre quatre vingt et était l’expert informatique de l’équipe Alpha. Oragie lui était encore plus grand, extrêmement carré d’épaule et ressemblait à une armoire à glace. Il avait des cheveux ras et une barbe soigneusement entretenue. Shenga jeta un rapide coup d’œil au Raccoon Times que lisait l’expert en arme blanche de l’équipe Alpha. Elle vit en gros titre : « Meurtres sauvages dans les forêts d’Arklay ! Raccoon menacée ? »
- Problème de réveil ? se moqua Yanathos alors qu’elle détournait le regard du journal.
- Ne te fous pas de moi. Siffla-t-elle. Déjà que Wesker va pas manquer de m’engueuler. D’ailleurs, où est-il ?
- Il est entrain de s’acharner sur une radio dans la salle d’à côté. Je crois qu’il essaye de joindre l’équipe Bravo qui est partie en exploration dans les montagnes d’Arklay. Et il ne capte rien. Ce pauvre Tom est entrain de se prendre un savon mémorable.
Shenga sourit à cette pensée. Tom Stunn était le plus jeune membre de l’unité d’élite. Recruté récemment, il s’était attendu à une vie pleine d’action dans l’unité d’élite, mais Wesker avait peu apprécié le fait qu’il est renversé un café entier sur un dossier urgent pour la maire. Donc, depuis ce jour là, le pauvre Tom était cloitré dans la salle des communications, entrain d’essayer d’éviter au maximum d’adresser la parole au chef des Stars, pour éviter de finir avec une arme sous la gorge.
Shenga se tourna finalement vers le reste de l’équipe. Paul Wesker, alias l’éventreur, et Maroti Vickers chuchotaient à voix basse, à propos d’une soirée qui semblait s’être plutôt bien passée pour eux. Paul ressemblait à un Rambo moderne. Son bandeau rouge masquait ses cheveux blonds ras. Il avait des yeux verts qui semblaient être continuellement amusé de tout. Mais c’était avant tout un tireur d’élite, le meilleur des Etats-Unis. Il n’avait aucune difficulté à atteindre des cibles à plus de deux kilomètre de distance.
Maroti avait des cheveux bruns tirant sur le roux et des yeux qui brillaient autant que ceux de Paul. Son visage invitait naturellement à la confiance. Mais son véritable lui était enfoui très profondément. C’était une ancienne machine à tuer, un Spestnaz de l’ancienne Union Soviétique. Devenu un Marines en gagnant la nationalité américaine, ce vétéran était le plus expérimenté de l’unité d’élite.
Tiana Echoes était grande. Plus d’un mètre soixante quinze. Elle avait de grands yeux bruns et des cheveux de la même couleur. Shenga aurait pu passé pour sa jumelle, à la différence que ses yeux étaient vert.
Face à Shenga, se tenaient Mytic et Stellaire Stulys. Elles étaient sœur, avec deux ans d’écarts, la plus vielle étant Mytic. Elles arboraient toutes les deux des cheveux d’un noir de jais, et des yeux d’un vert opalin. Les seules différences chez elles étaient la taille et le teint, plus foncé chez Mytic, Stellaire étant la plus grande. Elles étaient les deux nettoyeuses de l’équipe et étaient chargées de faire disparaître des preuves gênantes, ou des cadavres lorsque des interventions dégénéraient.
A leur gauche, se trouvait Kairi Mazepa, la benjamine du groupe. Ancienne pique pocket détenue pendant des années dans une prison pour jeune, elle était la spécialiste de l’infiltration des Stars.
Enfin, en bout de table, ne sachant pas où se mettre, se trouvaient Titi et Ténébriis. Cette ancienne agente du Mossad avait des cheveux blonds coupés courts, des yeux d’un bleu océan. Ayant fuit l’Israël suite à un conflit avec son père, elle s’était rapidement imposé comme l’éclaireuse de l’équipe Alpha des Stars.
Ténébriis elle, était la spécialiste de communication de l’équipe. Elle avait des cheveux d’un noir profond et deux yeux bleu océan.
Soudain, Wesker sortit en trombe de la salle de communication, son visage tiré par la colère. Le leader de l’équipe Alpha était très grand. Il faisait plus d’un mètre quatre vingt dix. Ses cheveux blonds gominés en arrière étaient striés de quelques mèches noires. Ses yeux voilés par une paire de lunettes de soleil étaient des rayons X miniatures. Il portait la tenue des STARS et un Desert Eagle pendait à sa cuisse.
- Stunn ! aboya-t-il. La radio, immédiatement !
- Bien monsieur … bafouilla la recrue en sortant à son tour de la pièce adjacente, tendant à son supérieur une radio militaire.
Wesker la saisit et d’un regard, il convint le plus jeune de retourner dans son repaire et de ne plus en sortir.
- Mlle Savi Darkis. Dit-il. Vous êtes en retard, mais je vous pardonne exceptionnellement. Nous avons un problème d’une importance capitale, donc faites profil bas et ce sera oublié. Me suis-je fait comprendre ?
Shenga hocha la tête et Wesker sourit légèrement. Il se mit à scruter un à un ses hommes, il semblait lire en eux comme dans un livre ouvert. Yanathos fut le seul à soutenir son regard. C’était devenu presque un jeu entre les deux hommes, mais le lieutenant des Stars gagnait toujours.
- Bien, je vais faire court. Dit finalement le blond. Je sais qu’aujourd’hui, c’est censé être notre jour de congé, mais il y a urgence. L’équipe Bravo a quitté avant hier le QG pour se rendre dans les montagnes d’Arklay afin d’essayer de comprendre ce qui est arrivé aux cadavres récemment découvert, je ne pense pas avoir besoin de revenir sur les nouvelles sanglantes du Raccoon Times. Hier, le capitaine Enrico Marini nous a contacté. Il a affirmé qu’ils suivaient une piste et avaient trouvé d’autres cadavres. Nous n’avons aucune nouvelle d’eux depuis ce jour là et il est impossible de les joindre.
Les paroles du lieutenant eurent l’effet estompé. Un silence consterné s’abattit sur la pièce. L’équipe Bravo était donc portée disparue …
- Lors de notre dernier contact, Marini a affirmé qu’il avait découvert un manoir immense dans les montagnes. Il est fort probable que nos amis soient là bas.
- Je suppose que ça veut dire qu’on va les chercher ? demanda Oragie.
- En effet. Nous partons dans une heure, je veux que vous rassembliez le matériel le plus vite possible. Maroti, occupe toi de l’hélico.
Un grésillement s’échappa soudain de la radio. Wesker se tourna vers celle-ci et un sourire de satisfaction étira ses lèvres. Il augmenta la puissance sonore et les autres membres de l’équipe s’approchèrent.
- Lieutenant Wesker ! cria une voix. Ici le capitaine Marini !
- Je vous entends Enrico ! Faites moi un rapport !
- On est entré dans le manoir mais on n’a pas eut le choix. Ils sont des dizaines, et ils ne sont pas loin. On a perdu Kenneth et Aiken. On a besoin d’une extraction d’urgence ! Notre pilote, Kelvin Attley est mort !
- Qu’est ce qui est là par dizaines ? Répondez !
- Lieutenant, il ne vaut mieux pas que vous sachiez, je vous dirais tout de vive voix, mais il faut détruire cet endroit ! Il est juste derrière le col de la goule dans les montagnes !
- Dans les montagnes ?!
- Oui !!!! La clé des meurtres est iciiiiiiiiiiii !!!!!!
La communication fut soudain coupée dans un épouvantable grésillement.
- Marini ! Vous m’entendez ? hurla Wesker. Marini !
- Lieutenant ! Ici Gryfman, l’infirmier !
- Gryfman ! C’est quoi ce merdier ? Où est Marini ?
- Ils l’ont eut monsieur, ils l’ont eut ! Oh M**** … Ils me repoussent vers l’enclos des Neptune, oh mon dieu …
- Des quoi ? Répondez !
- Lieutenant, croyez-moi, il vaut mieux que vous ne sachiez pas. Faites sauter ce lieu et que plus personne n’y remette jamais les pieds !
- Gryfman ! Envoyez-moi vos coordonnées, nous venons vous chercher, vous m’entendez ? Tenez le coup !
Il n’obtint aucune réponse et balança avec rage la radio contre le sol, la démolissant au passage.
- Vous voyez donc l’urgence de la situation. Dit-il avec froideur. Tout le monde sur le toit dans trente minutes. Des questions ?
- Tu veux partir pour Arklay ? demanda Mytic, stupéfaite. Tu sais très bien que Gryfman était le seul infirmier disponible et sans infirmier c’est foutu.
- Je n’ai jamais dit qu’on partirait sans infirmier. On va récupérer Gryfman avant qu’il ne soit tué.
- Tu as abusé de whisky ? rit Stellaire, la jeune sœur de Mytic, atterrit ! Il est surement déjà mort.
Pour toutes réponses, Wesker la saisit à la gorge, la souleva comme si elle n’avait rien pesé et braqua le canon du Desert Eagle sous sa gorge.
- De une, je ne te permets pas de te foutre de mon nom de famille ! De deux, je ne te permets pas de te foutre de moi tout court, de trois, si tu t’avises de ressayer, je fais un joli trou entre tes deux yeux !
Il la relâcha brutalement et rangea son arme. Wesker n’était pas du genre à y aller avec des pincettes, il frappait fort et précis.
- Donc, avant cette regrettable intervention, reprit le blond comme si ne rien était. Où en étais-je ? Ah oui. Tout le monde prêts dans un quart d’heure. Sinon, on va à Arklay sans avoir l’ombre d’une chance d’avoir un infirmier, me suis-je fais comprendre ?
Le groupe opina.
- Dans ce cas, dégagez de suite ! Oragie, reste, il faut que je te parle.
Les membres des STARS ne se firent pas priés et s’éparpillèrent dans la base. Wesker bloqua la porte d’entrée de la salle. Les autres ne tenteraient jamais de l’ouvrir, de cela il était certain. Ils savaient tous que rester dans la même pièce que le lieutenant des Stars quand il était en colère, c’était soit suicidaire, soit traumatisant à vie. Il sortit alors un dossier et le montra à Oragie. Un cercle divisé en 8, coloré en rouge et en blanc de manière alternative était imprimé sur la première face.
Maroti monta immédiatement vers le toit, faisant confiance à l’éventreur pour lui prendre une arme et des munitions. Un vent matinal et frais soufflait sur Raccoon City. Il huma profondément l’air, chargé des effluves des montagnes d’Arklay. Il demanda un coup de main à deux policiers de secteurs et ils retirèrent ensemble la bâche qui protégeait l’hélicoptère de l’équipe Alpha. Il récupéra deux jerricans de kérosène et se mit au travail, pour préparer l’hélicoptère pour le vol. Qui serait bien plus long qu’il ne le croyait
Dans les profondeurs du commissariat, dans l’armurerie, Yanathos, Shenga et l’éventreur s’équipaient dans un silence tendu. Tous mijotaient encore les paroles de Wesker et se demandait ce qu’il pouvait bien vouloir à Oragie. Il avait un comportement irréprochable et semblait entretenir des relations on ne peut plus amicale avec son chef.
Un peu plus loin, l’éventreur vérifiait ses munitions de sniper. Son fusil de précision, Le Barret.50 était le plus puissant au monde grâce à son calibre surpuissant. Il appréciait cette arme pour sa précision et pour sa cadence de tir unique au monde pour les snipers.
- Vous pensez qu’on prend l’équipement pour Oragie ? demanda-t-il.
- J’en sais rien. Ce serait con de prendre des armes de trop. Répondit Shenga en ôtant le cran de sureté d’une M16. Et puis, on prend déjà celui pour Maroti.
Yanathos ne répondit pas tout de suite, et passa une arme en bandoulière avant de se saisir d’une seconde.
- Un fusil d’assaut, c’est pas bien lourd. Ca ne nous ralentira pas si on en a plusieurs. Au pire, il nous attendra bien sagement dans l’hélicoptère.
- Laisse Yan. Je me charge de mon équipement.
Les trois Stars se tournèrent vers la porte de l’armurerie. Oragie venait d’entrer, et il avait la mine sombre, il semblait avoir pleurer. Le brun lui tendit la M16 et trois chargeurs supplémentaires.
- Qu’est ce que Wesker voulait ? demanda l’éventreur.
- Rien de spécial. Répondit–il.
- Et il t’as dit quoi ? insista l’expert informatique.
- Rien du tout je vous dis !
- Ora, n’essaye pas de jouer à ce jeu là avec nous. Coupa Shenga. Qu’est ce qui ne va pas M**** ?!
Le géant ne répondit pas immédiatement et ôta le cran de sureté de sa M16. Il finit par regarder ses trois amis et des larmes montèrent.
- Ma nièce … Elle a été retrouvée dans les montagnes d’Arklay, morte …
Un silence consterné s’abattit sur l’armurerie. Ils regrettaient à présent d’avoir poser la question.
- Désolé. Murmura Yanathos. On … on sait ce qu’il lui est arrivé ?
- Oui … elle s’est faite bouffée alors qu’elle était encore vivante …
Plus loin dans la base, alors qu’elles récupéraient des cartes pour Wesker, les nettoyeuses et Kairi étaient dans une conversation plus qu’intense.
- Je vais finir par le tuer, fulminait Kairi, Wesker dépasse les bornes !
- Tu veux te battre avec lui ? soupira Stellaire. Tu serais une passoire humaine en une seconde réfléchit.
- Y n’empêche qu’elle n’a pas tord, intervint Mytic. Le lieutenant est complètement malade, comment est ce qu’il a pu se retrouver à ce poste sérieux ?
- Parce qu’il ne laisse jamais rien au hasard, qu’il est charismatique, que les habitants lui font confiance et qu’il a des amis haut placé.
- Ce mec me fait flipper, poursuivit la plus vieille des trois. Je ne comprendrais jamais comment il fait pour passer d’une « relative » bonne humeur à une envie de meurtre.
- Il est fou, laisse tomber. Lâcha Kairi.
A côté d’elles, Tiana et Titi passèrent, les ignorant royalement. Les deux jeunes femmes n’avaient que faire du lieutenant, ses sautes d’humeurs les amusaient plus qu’autres choses. Mais elles ignoraient que tous allaient changer, pour le pire.
C’était la réflexion que se faisait Wesker alors qu’elles passaient devant son bureau où il saisit son AK 47. Sa kalachnikov était un de ses souvenirs les plus précieux et il ne s’en séparerait pour rien au monde. Wesker referma le dossier qu’il avait montré à Oragie. Il avait réussi. C’était gagné d’avance, le Stars ne le trahirait pas et il le savait. Son téléphone vibra soudain et il décrocha.
- M. Spencer ? L’opération Arklay vient de commencer.







Gros(se) bavard(e)
Gros(se) bavard(e)
avatar


Sephiroth
Messages : 294
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 20
Localisation : Gotham City

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://chevaliersemeraude.forumgratuit.org/forum
MessageSujet: Re: Resident Evil : Legendary Cycle   Lun 3 Juin - 23:14

Chapitre 2 : Le Manoir Arklay




Wesker fut étonnement le dernier à rejoindre l’équipe sur le toit du poste de police. Son long coup de fil juste avant le départ lui avait pris une bonne vingtaine de minute. Il semblait habiter par une haine que les STARS ne comprenaient pas. Il passa en revue ses hommes et ne lut aucunes peurs dans leurs yeux.
-       Maroti, tu prends les commandes. Et ne t’avises pas de nous présenter ton style de conduite si personnel parce que je doute que tu meurs d’envie de savoir ce que ressent un imbécile jeté d’un hélicoptère dans le vide.
-       Oui mon lieutenant, répondit le Russe d’une voix blanche.
L’équipe embarqua et Mytic jeta un discret regard à Wesker. Celui-ci surprit le regard et planta le sien dans les yeux verts de la jeune femme, un demi-sourire étirant ses lèvres. Mytic rougit de manière quasi instantanée puis le blond se détourna et se mit à discuter avec Yanathos.
-       Je rêve ou le lieutenant t’a souri ? demanda Stellaire, amusée.
La plus vieille foudroya sa sœur du regard et prit place le plus loin possible de cette dernière. Stellaire et Kairi étaient les seuls à être au courant de ses sentiments envers Wesker. Elle se surprenait d’ailleurs souvent d’être tomber amoureuse d’un homme qui pouvait la terroriser en des temps records. Kairi se lamentait très souvent sur cela d’ailleurs : elle disait toujours que Mytic avait le don de faire compliqué alors que les choses pouvaient être beaucoup plus simple.
Les pales de l’hélicoptère se mirent à vrombirent et l’engin s’éleva dans le ciel américain. L’hélicoptère était extraordinairement calme, à part Maroti qui sifflotait un air de compositeur russe au commande, et Titi qui ronflait bruyamment. En une bonne heure, ils atteignirent la forêt de Raccoon.
-       Là, regardez ! cria soudain Kairi. A côté du col de la goule !
L’équipe pivota vers elle puis vers la direction qu’elle indiquait. Une intense fumée s’élevait d’un reste métallique.
-       Maro, pose-toi ! ordonna Wesker.
-       Bien chef ! répondit le pilote.
Il effectua un virage en douceur puis se posa en vol stationnaire puis il atterrit dans une clairière à proximité.
-       On y va, ordonna le blond. Maroti, tu restes ici, si on récupère l’équipe Bravo, il faudra qu’on parte le plus vite possible.
-       Tu t’inquiètes pour rien, coupa Yanathos. Il est toujours à l’écart. Allons-y tous, il n’y a pas vraiment de danger, et son expérience pourra nous être utile.
Wesker se retint d’étrangler son ami puis lança.
-       Si tu tiens à mourir, il n’y a pas meilleur moyen.
Puis il se mit en marche vers la source de fumée. L’équipe le suivit bientôt. En 15 minutes de marche, ils atteignirent l’endroit où ils découvrirent un spectacle pire que morbide. L’hélicoptère de l’équipe Bravo gisait sur le flanc, un trou énorme dans le premier des réservoirs. On aurait presque dit un impact de missile. Des traces de pas très espacées les unes des autres se dirigeaient vers un chemin de terre poussiéreux, menant à un immense bâtiment d’un blanc criard.
-       Ils ont eut le temps de fuir après l’atterrissage. nota Wesker.
Il s’avança et étudia l’immense déchirure dans les réservoirs, les autres inspectant le reste de la zone.
-       Hiiiiiiii !!!! cria soudain Kairi.
-       Qu’est qui se passe ? demanda l’éventreur en arrivant au pas de course.
Il eut la réponse par un regard vers le sol. Il vomit au pied d’un arbre proche. Les autres accoururent et virent l’horreur dans toute sa splendeur. Kairi avait glissé sur un œil, et avait pu découvrir un spectacle morbide. Il y avait d’abord un tronçon de bras dépourvu de main mordu sauvagement. Puis à côté, des bouts sanguinolents de tripes et boyaux. Et le pire se trouvait près de la carcasse de l’engin. Il s’agissait d’une moitié de crâne coupée en biais. Les bouts de cervelles et de chaires s’amoncelaient autour. C’était tout ce qui restait du défunt pilote, Kelvin Attley.
Wesker regarda le crâne avec indifférence et se détourna.
-       C’est tout l’effet que ça te fait ? hurla Titi.
-       Non, je me demande surtout comment faire pour éviter de finir déchiqueter si tu veux tous savoir ! Shenga, tu crois que quel animal a pu mordre un homme comme ça ?
Soudain, il y eut un bruissement d’herbe. La nuit se mit à tomber et un loup hurla à la lune dans le lointain.
-       Il fait déjà nuit ? s’étonna Shenga.
-       T’as fait une bonne sieste ma vieille. répondit Tiana. Wesker t’a appelé vers 18 heures.
-       J’ai dormi autant ?
-       Quand on ne tient pas un verre de cidre, on évite les deux bouteilles de vodka. se moqua l’éventreur.
-       Roh ça va toi ! pesta Shenga.
-       Y n’empêche que, on va dire ton humiliation totale mais bon … commença Yanathos
-       QUOI ??????
-       Disons que tu as eu un accident assez … féminin …
-       QU’EST CE QUE TU DIS ??????????????
-       Tout le monde se met en position, ordonna le blond d’un ton glacial, coupant net la réplique qu’allait envoyée l’éventreur. On couvre Shenga au maximum.
L’unité se déploya, fusils d’assaut pointés vers l’extérieur. Il y eut un blanc puis un grognement se fit entendre : il était proche. Une brume irréelle s’installa. Il y eut un reflet lumineux plus loin et des feux follets se mirent à flotter aux alentours. Un second grognement résonna dans la clairière et une odeur de brûlé l’accompagna.
-       Myrilis ? demanda Titi, incrédule.
Le groupe se tourna vers le fond de la clairière. La libraire de Raccoon City, disparut trois jours plus tôt se tenait bien là mais elle ne semblait ne pas les voir. Une plaie béante sur sa poitrine laissait voir son cœur qui bâtait lentement et qui avait viré au vert putride.
Des crocs se refermèrent soudain à un cheveu de la gorge de Stellaire qui poussa un cri de terreur.
-       Ce sont des morsures de loups … murmura Shenga, tremblante.
-       Tirez-vous ! hurla Wesker. On doit rejoindre le manoir au plus vite, dépêchez vous ! On sera à l’abri.
Ils se mirent à courir d’une manière magnifiquement désordonnée dans l’allée, la meute à leurs trousses tandis que le loup alpha hurlait à la lune de plus belle, les deux dernières mitrailleuses tentant temps bien que mal de couvrir leur fuite.
-       Kairi ! Ouvre la porte ! hurla le lieutenant en ouvrant le feu sur la meute, dont le mâle alpha était enflammé.
La jeune fille s’agenouilla immédiatement devant l’immense double porte et sortit son passe-partout, essayant tant bien que mal de déverrouiller l’accès au Manoir ! Elle n’avait jamais vu une serrure aussi sophistiquée et ne devait la survie qu’à Wesker qui la couvrait personnellement.
Oragie était quand à lui, légèrement éloigné de ses amis. Il vit la meute commencée à l’encercler. Il se mit à tirer au hasard, et remarqua que les loups s’écroulaient à la moindre balle dans le crâne. Il courut rejoindre ses amis, sauvé de justesse par le Barret de l’éventreur.
-       Visez la tête ! cria-t-il.
L’équipe obéit et les loups commencèrent enfin à être éliminé. L’éventreur se montra digne de son statut de tireur d’élite en éliminant le quart de la meute, sans gaspillée une seule balle de son Barret.
-       C’est bon ! hurla soudain Kairi.
Maroti, Wesker et Oragie se mirent à tenter d’enfoncer la porte. A la 3ème tentative celle-ci fut ouverte en grand.
-       Repliez-vous ! cria le blond.
L’équipe Alpha ne se fit pas prier et entra le plus vite possible, tandis que Ténébriis et Titi, déjà à l’intérieur, essayaient de ralentir la meute. Les quatre hommes fermèrent les portes mais soudain, un loup deux fois plus gros que les autres se faufila et fonça sur Mytic. Avant que personne n’ait pu faire un geste, il y eut une détonation. Le mâle alpha s’affaissa sur la jeune femme. Le Desert Eagle de Wesker était braqué sur le cadavre et le canon fumait.
Stellaire courut vers sa sœur et la redressa en la serrant contre elle : elle venait d’éviter une mort terriblement douloureuse dans les crocs du loup alpha.
-       Lieutenant, j’ai vu quelque chose dehors avant de fermer les portes … commença Maroti.
-       Quoi donc ?
-       J’ai vu Myrilis … Elle était débout, et ses lèvres étaient maculées de sang …
Wesker n’eut pas le temps de répondre qu’un râle déchirant retentit dans le manoir. Un symbole était tracé sur un mur au fond. Un cercle divisé en 8, coloré en rouge et en blanc de manière alternative. Le logo d’Umbrella Corporation.



Je sais chapitre plus court que le premier, mais ne vous inquiétez pas, c'est le plus court de ceux préparer jusqu'à présent. A suivre dans le Chapitre 3 : Le Virus Tyrant

Gros(se) bavard(e)
Gros(se) bavard(e)
avatar


Sephiroth
Messages : 294
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 20
Localisation : Gotham City

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://chevaliersemeraude.forumgratuit.org/forum
MessageSujet: Re: Resident Evil : Legendary Cycle   Lun 17 Juin - 22:49

Chapitre 3 : Le Virus Tyrant




Le hall du Manoir Arklay était absolument immense. Plus vaste que quatre terrains de foot, haut de plus de dix mètres, on aurait pu se croire dans un palace cinq étoiles. Mais la magnifique pièce était ravagée. Un lustre branlant éclairait la pièce, le sol en dalle de marbre était fissuré et ensanglanté. Un escalier à moitié en ruine menait aux étages supérieurs, tandis que deux tunnels, d’un noir d’encre partaient à droite et à gauche du hall.
Les Stars, au cœur de ce luxe, tremblaient pour la plupart. Le cri qu’ils avaient entendu était de loin une des pires choses qu’ils n’avaient jamais entendue. Seul Wesker semblait ne pas avoir peur, tout comme son cousin qui rechargeait tranquillement ton sniper.
-       Je suggère d’éviter cette direction. Proposa Kairi.
-       J’adhère. renchérit Stellaire.
Wesker soupira : les deux jeunes femmes n’avaient été que promu dans l’équipe Alpha récemment : elles n’avaient connu que peu de situations … délicates. Il réfléchit un instant puis choisit de les ménager : si ses informations étaient exacts, elles auraient tout leur temps pour avoir peur dans le manoir.
-       Paul, avec moi. On va aller voir ce que c’est. Si on est pas revenu dans quinze minutes, vous dégagez d’ici au plus vite. Yan, tu prends le commandement en mon absence.
Les deux cousins se mirent à gravir les escaliers quatre à quatre. Ils n’échangèrent aucune parole, car déjà, un autre râle résonnait, beaucoup plus proche. Ils se mirent à courir vers la source du bruit et s’arrêtèrent devant une porte entrouverte. Un homme y était penché sur un cadavre. L’éventreur ouvrit la porte en grand et épaula son Barret, imité par Wesker avec sa kalachnikov.
-       Vous allez bien ? demanda-t-il à l’adresse de l’inconnu.
Celui-ci se redressa lentement, révélant le corps sauvagement mordu de Kenneth Thompson, le tireur d’élite de l’équipe Bravo. Il se tourna vers eux. Sa peau grisâtre était en lambeaux. Son regard vide était cerné de tâches rouges. Et sa bouche dégoulinait de sang. Il se mit à avancer vers les deux hommes d’une démarche de pantin désarticulé, à une lenteur presque calculée. Un long filet de bave sanguinolente coulait sur le sol, lui donnant le même aspect que celui du hall.
-       Restez où vous êtes ! commanda l’éventreur.
L’homme se mit à accélérer en émettant des sons aigus. Paul ne prit pas le temps de se demander si l’homme avait des intentions plus ou moins amicales. Il fit feu avec son Barret, le touchant en plein cœur et l’expédiant contre le mur avec une force inouïe.
-       Kenneth ! cria-t-il en se penchant à son chevet.
Mais soudain, un hululement strident raisonna dans la pièce. L’homme se releva et fonça sur l’éventreur. Son sniper était trop loin. Et si Wesker tirait, il ne pouvait que tuer son cousin en même temps. Mais cela n’arriva pas. Des balles de M16 déchirèrent le crâne du monstre qui s’effondra une bonne fois pour toute. Gryfman sortit d’une porte adjacente, son fusil d’assaut épaulé.
-       Lieutenant Wesker ! Paul ! Je crois que je n’ai jamais été aussi content de vous voir. Lança-t-il avec un franc sourire.
Il avait les cheveux bruns coupés courts, deux yeux verts et mesurait environ un mètre quatre vingt. Sa joue était couverte de sang et il semblait épuisé.
-       Gryfman ! Vous allez bien ?
-       Moi oui, mais Kenneth …
L’infirmier s’interrompit et après un profond soupir, il lâcha la rafale de trois balles dans la tête du tireur d’élite.
-       Tu es fou ? hurla Paul en tentant de calmer l’hémorragie même s’il savait que c’était absolument inutile.
-       Non, si il y a bien une chose que je n’ai pas perdu dans cette p***** de baraque c’est ma raison, et je ne l’échange contre rien. Lieutenant, ce lieu est pire que ce qu’on croyait, je crois que c’est un centre de recherche sur un virus.
-       Un virus vous dites ? murmura le blond.
-       Exact. Je crois me souvenir qu’il s’appelait le virus T.
Wesker fut comme arrêté sur image.
-       Venez ! Ordonna-t-il. On rejoint les autres. J’ai des choses importantes à vous dire.
-       Et Kenneth ? Questionna l’éventreur. Il avait une femme et deux enfants et … 
-       Et si tu savais ce que signifie la présence du virus T, tu le laisserais ici, donc magne toi !
Ils quittèrent vivement la pièce sur les talons de Wesker, reprenant le chemin inverse beaucoup plus vite. Ce qui les empêcha de voir deux yeux rouges sangs s’ouvrir au fond du couloir d’où ils venaient.
Les autres les attendaient dans le hall, sur le qui vive. Ils avaient tous entendu les coups de feu. Un soulagement général fut perceptible quand ils reconnurent Wesker et l’éventreur.
-       On apporte même une surprise, on a retrouvé Gryfman.
Une clameur générale s’éleva dans le groupe, alors qu’ils serraient tous l’infirmier. Le jeune homme, peu habitué à être le centre d’attention rougit légèrement. Il faillit vomir quand il reçut une claque dans le dos conjointe de la part de Maroti et d’Oragie.
-       Maintenant, j’ai besoin urgemment de votre attention. Reprit le lieutenant.
-       On t’écoute, dit Kairi en s’asseyant avec les autres autour de leur chef.
-       Nous ne pouvons donc pas nous enfuir du manoir par la porte principale, les loups nous dévoreraient avant qu’on ait fait un millimètre dehors. Il y a plusieurs issues dans ce manoir, il va falloir s’enfuir par une de celle là.
-       Comment tu sais ça ?
-       Ca aide d’être le chef de l’unité d’élite de Raccoon. J’ai les plans du manoir. Par contre, ce manoir n’est pas désert. Il a été racheté il y a des années par la firme pharmaceutique Umbrella Corp. Il a servi de lieu de création à un virus : le Virus T.
-       Et à quoi sert-il ? demanda Shenga.
-       C’est simple, à l’origine, ce virus était censé être crée pour l’armée. Il devait réanimer les soldats après une pluie de balle en réactivant leurs cerveaux et leurs cœurs. Imaginez un militaire immortel. C’était le but à l’origine.
-       Mais il y a eut un problème ?
-       Le virus n’a pas rempli les objectifs attendus et Umbrella a officiellement stoppé les recherches. Mais il s’est répandu dans le manoir, par empoisonnement de l’eau je suppose.
-       Et quels sont les effets du virus ?
-       C’est simple. Si tu es infecté, tu meurs deux heures après environ. Ensuite, le virus réactive tes fonctions principales. Comme manger. Par contre le virus a besoin de chaire humaine pour se développer.
-       Donc les infectés vont essayer de nous bouffer ? Demanda Maroti.
-       Entre autre.
-       Mais si le virus est dans le manoir, ça veut dire qu’on est tous infecté ! paniqua Titi.
-       Non. Ce virus n’est pas volatile, il ne se transmettra à vous que par morsure.
-       Oh mon dieu … Myrilis est infecté n’est ce pas ? souffla Mytic.
-       J’en ai bien peur. Acquiesça Wesker. Il faudra probablement envoyé l’armée dans la forêt pour tuer les infectés qui sont en liberté.
-       Donc ce serait eux qui seraient les responsables de tous les meurtres ? demanda Oragie avec un vif intérêt.
-       Je le pense, en effet. Mais les vrais coupables, ce sont les employés d’Umbrella, qui ont poursuivit les recherches, je suis prêt à parier qu’on trouvera toutes nos preuves dans le manoir.
-       Qu’est ce que tu suggères ? demanda Mytic.
-       Nous allons nous séparer en deux groupes. Le premier prendra l’issu de gauche juste derrière moi. Il mène au poste de garde, où on peut passer des communications. On enverra une demande pour un hélico, dès que possible, pour qu’on puisse se tirer d’ici. Les autres passeront à droite où se trouvent les terminaux informatiques, où se trouvent probablement toutes les preuves dont nous avons besoin.
-       Et dès que nos missions sont remplies ? demanda Yanathos.
-       Et bien on se retrouve sur le toit pour atteindre l’hélico. Tous les zombies que vous verrez devront être éliminé, même des anciens Bravo. C’est absolument capital, il n’y a pas de vaccins contre l’infection.
-       Au fait, comment sais-tu tout ça ? demanda Kairi d’un ton suspicieux.
-       Disons que j’ai fait un tour sans y être invité dans les archives de la mairie. Le maire reçoit des pots de vins d’Umbrella depuis toujours et c’est comme ça à chaque nouveau.
Wesker se redressa et sortit de sa veste deux séries de documents.
-       C’est le plan, étage par étage. Notre niveau correspond à la feuille notée RC.
-       Bon, comment on se divise ? demanda Tiana.
-       Yanathos, tu prends la tête d’un premier groupe, vous passerez par la droite, pour récupérer les preuves. Gryfman, Stellaire, Titi, Shenga, Maroti et Paul, vous allez avec lui. On se retrouve au niveau de l’amphithéâtre. Les autres, avec moi.
L’unité d’élite se mit rapidement en marche et les deux groupes furent prêts.
-       Bonne chance. Sourit Yanathos.
-       Merci, à vous aussi. Répondit Wesker en lui tendant un duplicata du plan.
Ce fut ainsi qu’ils se séparèrent, partant chacun vers un côté opposé du manoir. Mais ils partirent trop vite pour voir le propriétaire des yeux rouges sangs s’engouffrer dans le tunnel de gauche, tandis qu’une sangsue aussi grosse qu’un enfant se mit ramper dans celui de droite, abandonnant ça et là des bouts de chairs putréfiés.

Gros(se) bavard(e)
Gros(se) bavard(e)
avatar


Sephiroth
Messages : 294
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 20
Localisation : Gotham City

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://chevaliersemeraude.forumgratuit.org/forum
MessageSujet: Re: Resident Evil : Legendary Cycle   Sam 6 Juil - 12:05

Chapitre 4 : Dossier Sanglant



Yanathos et son groupe entrèrent dans la pièce faiblement éclairée. La seule source de lumière provenait d’une batterie d’écran plus loin. Même pour l’expert informatique, cette pièce était futuriste ! Il n’avait jamais vu autant de technologie et avait pourtant travaillé dans les locaux de la CIA à Langley.
- Couvrez-moi, si on trouve des dossiers compromettant, ce sera là dedans.
Le brun se mit à pianoter sur les claviers pendant que Titi et Stellaire le couvraient. Il se mit à parcourir l’interface méticuleusement, lançant l’impression de certains dossiers sur les employés d’Umbrella.
- Dossier Paul Wesker … murmura Yanathos, intrigué : que venait faire un dossier sur l’éventreur dans un ordinateur d’Umbrella ?
Il ouvrit le dossier et tomba sur des dizaines de fichiers.
- Projet Sombrage … Code Légendaria … c’est quoi ce bordel ? maugréa l’informaticien.
Il continua d’avancer dans les dossiers et ouvrit le dossier « Arklay ».
- Rapport du séjour de M. Wesker en tant qu’employé d’Umbrella Corporation.
Il entama la lecture des détails du projet.
- M. Wesker a rejoint l’entreprise et a développé avec l’aide de M. Birkin le virus T. Nos progrès sont édifiants. M. Marcus prévoit bientôt le test à grandes échelles.
Yanathos fut glacé d’effrois par ce qu’il lut : l’éventreur aurait crée le virus T et serait du côté d’Umbrella ? Ca n’avait aucun sens !
- Ozwell E. Spencer, le fondateur de l’entreprise a ordonné le meurtre de James Marcus aux employés Paul Wesker et William Birkin. M. Wesker a quitté l’entreprise. Il a aujourd’hui rejoint les STARS sous les ordres d’un autre membre de sa famille.
Ce fut assez pour que Yanathos comprenne. L’éventreur était un traître !
- Paul ! tonna-t-il, je veux des réponses !
- Euh, pour ça il faudrait déjà que tu me poses des questions.
- Tu sais très bien de quoi je veux parler ! C’est toi qui a crée le virus T et qui l’a libéré, avoue le !
- T’es devenu malade ! répliqua l’éventreur en reculant.
- Alors explique moi d’où sort le dossier Paul Wesker parmi les employés d’Umbrella !
Les autres se précipitèrent sur l’ordinateur et lurent le court extrait du dossier Paul Wesker. Le dossier ne contenaient aucune image mais ce ne leur importaient que très peu.
- La moitié de mes amis sont morts à cause de toi ! gronda Gryfman.
- Ce dossier est un pur mensonge ! rétorqua l’éventreur.
- Menteur ! hurla Titi.
- Ca ne vous vient pas à l’esprit que ce dossier se trouvait ici pour être trouvé ?! Ce n’est qu’une coïncidence que ce soit tombé sur moi !
Il fut brutalement coupé par Gryfman qui se mit à tirer avec sa M16. Il eut juste le temps de sauter sur le côté, évitant la rafale. Il se saisit de son sniper et le braqua sur le groupe.
- Ecoutez moi bien. Je ne suis pas votre ennemi, que ça vous plaise ou non. Mais le prochain qui ouvre le feu sur moi prend une balle de Barret dans le crâne, et je ne raterai pas ma cible ! dit-il d’un ton glacial.
Maroti baissa son arme et prit la parole.
- Je suis prêt à te croire. Donne nous une bonne raison de croire que ce dossier est un faux.
- Si je savais ce qui nous attendait ici, est-ce que je serais venu à votre avis ? Je suis encore sain d’esprit à ce que sache.
Les autres se tournèrent vers Yanathos. En l’absence de Wesker, c’était à lui de prendre une décision. Il remarqua soudain une forme noire qui s’avançait lentement dans le tunnel vers eux. Ce n’était pas un zombie. L’informaticien vit surtout que l’éventreur se décalait lentement vers la gauche, vers un énorme trou dans le mur. Il cherchait à fuir ! Mais le brun chercha tout de même à lui accorder le bénéfice du doute.
- Pars. Dit-il d’un ton glacial.
- Quoi ?!
- Quitte cette pièce, nous ne ferrons rien pour t’en empêcher. Mais si nos routes se recroisent, nous serons ennemis mortels.
L’éventreur allait répliquer mais se ravisa. Il entendit les suintement derrière lui et comprit. Avant que le groupe n’ait pu faire un geste, il se jeta dans le trou dans le mur et se mit à courir, abandonnant l’autre partie du groupe face à la créature qui se traînait dans le tunnel.
- Il va falloir être prudent maintenant. Dit Yanathos. S’il nous retombe dessus, on ne devra pas le rater.
- C’est un sniper. Le meilleur des Etats-Unis. Lui rappela Gryfman. S’il nous voit le premier, on an’ aucune chance.
Soudain, le suintement se mit à raisonner dans la pièce. Ils se tournèrent vers l’entrée et la virent. Plus grosse que les loups et plus haute qu’un enfant de dix ans, une répugnante sangsue se mit à se traîner dans la pièce.
- Oh mon dieu … murmura Titi.
La sangsue émit un bruit atrocement aigu et se propulsa à une vitesse stupéfiante vers Stellaire qui eut à peine le temps de se jeter au sol, évitant ainsi la gueule en forme de ventouse du monstre. Celui-ci se remit bien vite et tenta à nouveau de se jeter sur Stellaire pour lui sucer le sang, mais Gryfman agrippa la jeune femme et la tira en arrière, lui permettant la survie de justesse. Celle-ci se jeta sur l’infirmier mais fut cueillie par un coup de hache incendie récupérée par Maroti dans un mur.
Yanathos se mit à tirer à la M16, envoyant la sangsue encore plus loin. Celle-ci se mit à ramper sur un mur et se laissa tomber sur Titi qui dut sa survie à Gryfman qui la tira en arrière !
- Comment on fait pour tuer une saloperie pareil ? cria Yanathos.
- On pète son cerveau, comme pour les loups ! répliqua Maroti en enfonçant sa hache dans le corps de la sangsue qui lui mit un violent coup de queue, l’écrasant contre un mur.
- Génial. Maugréa Stellaire. Les sangsues sont dépourvues de cerveau, leurs neurones sont répandus dans tout leur corps.
Soudain, la sangsue se jeta sur Titi et lui enfonça sa ventouse dans le bras. L’éclaireuse cria de douleur ! Maroti fondit sur la sangsue et lui asséna un violent coup de hache, l’expédiant contre un mur. Soudain, Yanathos eut une illumination.
Il se mit à courir vers l’immense ordinateur dans le fond de la salle et se mit à pianoter fébrilement sur le clavier.
- Yan, c’est pas en cherchant sur Google que tu vas beaucoup nous aider ! cria Stellaire en tirant Titi loin de la sangsue.
L’informaticien ne dit rien. La sangsue se tourna brutalement vers lui et se propulsa avec la force d’un boulet de canon sur l’informaticien qui n’attendait que ça. Il roula sur le côté à la dernière seconde laissant la sangsue, toute imbibée de salive et du sang de Titi s’écraser dans le matériel électronique. Ce fut un véritable feu d’artifice. La salive de sangsue était encore plus conductrice que l’eau et le virus-T n’avait pas amélioré ça, il l’avait même empiré. La sangsue se mit à siffler furieusement tandis qu’elle subissait une décharge de plusieurs millions de volt. Puis dans un ballet de chairs, le monstre explosa !
Yanathos rejoignit ses amis rassemblés autour de Titi qui souffrait atrocement : son avant-bras gauche n’était plus qu’un moignon ensanglanté.
- Gryfman, tu peux faire quelques choses ? demanda Yanathos.
- Oui, mais même si je panse sa blessure, elle est contaminée.
- Laissez-moi … murmura la blessée. Je vous ralentirais et je risque de vous tuer …
- Ca, ce n’est même pas envisageable. Répliqua Stellaire d’un ton qui n’admettait aucune réplique.
- Gryfman, écarte toi. Commanda soudain Maroti.
L’infirmier se décala, intrigué. Maroti leva soudain sa hache et d’un geste expert, il trancha l’avant-bras de Titi au niveau du coude. La jeune femme hurla de douleur et les autres tournèrent des regards effarés vers Maroti.
- C’est le mieux qu’on puisse faire, Wesker a dit que le virus mettait environ deux heures à se propager dans l’organisme, donc si on coupe le point d’où il vient, ça devrait le faire non ?
- Il a raison. Dit Gryfman en commençant à bander la terrible plaie. C’était le seul moyen de la sauver. J’espère simplement que le virus n’aura pas eut le temps de sortir de l’avant-bras.
- C’est peu probable. Répondit Yanathos. Les sangsues attaquent au niveau des artères, donc le virus devait faire tout le tour de son bras.
Gryfman mit environ une dizaine de minutes à bander l’amputation. Il était loin d’être satisfait, mais il ne pouvait pas faire mieux.
- Si on sort d’ici, elle aura un besoin urgent de soin médicaux, le virus n’étant pas volatile, c’est moins grave si la blessure s’infecte. Au moins, tu ne te videras pas de ton sang.
- Très bien, Maroti, tu vas l’aider à marcher. Commanda Yanathos. Gryfman, tu vas m’aider à placer ces explosifs sur la porte, la destruction du système informatique l’a complètement bloquée.
Les deux amis se mirent au travail, tandis que Stellaire les couvrait et que Maroti soutenait tant bien que mal Titi qui reprenait une respiration normale. Soudain, la porte s’ouvrit devant eux, sans qu’ils ne l’aient touché.
- Ca  sent le piège … murmura Stellaire en serrant sa M16.
N’ayant d’autres choix que d’avancer, ils franchirent la porte et purent voir une gigantesque bibliothèque. Et au centre se trouvait un serpent géant, d’un vert radioactif, avec une excroissance violacée sur le crâne.
- Et M****. Lâcha simplement Maroti.
Le reptile ne prêtait pour l’instant pas attention aux STARS. Il finissait une carcasse de viande parmi tant d’autre. Humaine, cela allait de soi. Il prit un nouveau corps. Celui-ci était vivant et se mit à gémir tandis que le reptile enfonçait son crochet dans sa cuisse pour le soulever presque délicatement.
- Richard ! Richard Aiken ! siffla Gryfman. C’est l’expert en communication de l’équipe Bravo. Saloperie de serpent !
- Il est entièrement sourd, indiqua Stellaire. J’ai déjà vu pas mal de serpents. Mais par contre …
- Quoi ? la pressa Titi.
- Il ressent les vibrations du sol.
- Le virus T a du augmenter sa puissance, il est presque certain qu’il nous a déjà vu. Dit Yanathos en essayant de ne pas trembler.
La suite lui donna raison. Le reptile se tourna avec lenteur vers les humains. Ses crochets maculés de sang se déployèrent. Gryfman lâcha une longue rafale de M16 entre les deux yeux du reptile, sur de son coup : après tout, la destruction cérébrale avait marché avec les loups.
Il y eut un blanc durant lequel ils crurent tous que Gryfman avait tué en un coup le reptile, puis le monstre se jeta sur eux. Ils eurent juste le temps de rouler sur les côtés, leur permettant d’éviter la gueule du reptile. Le monstre se mit à ramper sur un mur et les autres ouvrirent le feu sur le monstre géant. Le serpent siffla de mécontentement et frappa à un cheveu de Gryfman.
- Il est trop fort ! pesta l’infirmier.
- On peut le battre ! répliqua Yanathos. Maroti, emmène Titi à l’abri !
Mais le pauvre Maroti avait lâché la blessée. Il s'étranglait, hypnotisé par la queue frétillante du monstre et fut attaqué par derrière : Le serpent était si grand, que son corps était d'un côté de la pièce alors sa tête était de l'autre. Ses mâchoires étaient de la taille d'une voiture... Ses crocs comme des fenêtres... Et avec la force d'un bulldozer, il frappa Maroti au milieu du corps, lui cassant instantanément toutes ses côtes.
Yanathos visa le serpent puis lâcha une longue rafale, tout en maintenant son doigt sur la détente de son M16 jusqu'à ce que le chargeur fût vide. Cela n'eut pour effet que d’énerver le reptile géant. Mais cela leur permit de gagner quelques secondes durant lesquelles Stellaire cacha Titi et Maroti derrière un muret de pierre qui offrait une légère protection face au serpent. Gryfman, quant à lui, trouva un rouleau de corde. Il en jeta le bout le plus long par dessus un tube de néon accroché au plafond, et fit instantanément une boucle de nœud coulant à l'autre extrémité, qu'il jeta autour du cou du serpent.
Le corps d'Aiken, dans la gueule du monstre, lui fit rater son coup. L’infirmier, persévérant, relança alors la corde. Pendant ce temps, le serpent avait avalé Richard. La corde encercla le cou de la bête. Gryfman tira de toutes ses forces ; le nœud coulant se plaça derrière les maxillaires et s'y resserra. Avec le néon servant de levier au dernier Bravo, la tête du serpent fut frappée contre les chevrons.
- Tiens ça ! cria-t-il à l’adresse de Stellaire.
La jeune femme plaça ses pieds contre un mur et appuya avec tout son poids pour retenir le reptile.
- Yanathos, tire ! Vise l’excroissance !
L’informaticien obéit et le serpent, bloqué, ne put que s’agiter frénétiquement au bout de la corde, toujours maintenue par Stellaire.
Gryfman dégaina alors un couteau de combat et sauta sur une étagère. Par de rapides bonds, il arriva en équilibre précaire sur le haut de celle-ci.
- p*****, je vais finir par me croire suicidaire ! cria-t-il.
Puis il sauta vers un lustre qu’il saisit de justesse, se balançant au dessus de la tête du serpent qui tentait d’avaler Yanathos qui se mettait à l’abri avec Maroti et Titi : il devait recharger son fusil d’assaut.
- Hey, le spaghettis transgénique ! cria l’infirmier à l’adresse du monstre.
Même si ce dernier était sourd, il perçut les vibrations et montra les crocs vers le dernier Bravo qui se mit à se balancer d’avant en arrière pour éviter les puissantes mâchoires du reptile.
Puis Yanathos ouvrit le feu avec sa M16, visant la gorge du monstre qui se mit à s’agiter en tous sens.
- Stey ! cria Gryfman. Etrangle-le !!!!
La jeune femme sursauta, puis se dépêcha de se suspendre à la corde pour priver le reptile d’oxygène.
Rapidement, Gryfman se servit de ses bras et s’accrocha aux deux crocs démesurés du serpent qui s’agitait de plus belle.
Il lâcha le premier croc et plongea le couteau dans le corps de la bête, tailladant plusieurs couches de graisse avant d'atteindre une cavité sanglante. Aiken était recroquevillé à l'intérieur. Sa poitrine avait été enfoncée et ne faisait plus que la moitié de sa taille originelle. Les acides provenant de l'estomac du monstre avaient commencé à attaquer son visage et ses mains, mais il était toujours conscient et capable d'expectorer quelques mots.
- Tue... Tue-moi. K-Kenneth disait toujours... que je serais mieux en étant mort... Ca n'a jamais été aussi vrai. Tue-moi !!
Le serpent utilisa toute sa force pour décoller sa tête du plafond. Stellaire se retint bravement à la corde, mais elle fut tractée, entièrement, au dessus du sol.
La corde se déchira, coupée par le revêtement métallique du néon. Stellaire s'écroula lourdement par terre. L'extrémité du nœud coulant accrocha quelques débris au passage. Cela ralentit le serpent pendant deux secondes, durant lesquelles Yanathos eut le temps de relever Stellaire et de la mettre à l’abri.
Le reptile géant attaqua Gryfman par derrière, le manquant d'un cheveu. L’infirmier plongea, percutant Stellaire et Titi. Son élan les jeta au sol. Ils roulèrent ensemble derrière un autre muret en pierre qui abritait des tonnes de terre.
- Cette fois les carottes sont cuites ! murmura Titi.
Les Stars attendirent bravement que le reptile les trouve. Ils savaient que c’était la fin, ils ne pouvaient plus rien faire. Ils eurent tort.
- De la part des Stars ! rugit une voix.
Puis l’homme lança une grenade dans la gueule ouverte du serpent. Il eut juste le temps de lâcher le lustre et de rejoindre les autres derrière le muret pour se protéger de l’explosion.
Le monstre et Aiken explosèrent dans un déluge de chairs et de sang. Les autres restèrent caché pendant un temps, puis Gryfman se releva.
- Qui êtes-vous ? Que voulez-vous et que foutez-vous ici ? demanda-t-il en pointant sa M16 sur l’homme qui se trouvait devant lui, les mains relevées en signe de reddition.
- Tu ne me reconnais pas ? Je suis déçu. sourit l’homme. Après tout, ça ne fait que six mois qu’on ne s’est pas vu.
- Chris ? Chris Redfield ? demanda Yanathos, incrédule.
- Affirmatif. Sourit l’ancien éclaireur de l’équipe Alpha.
Chris avait vingt-huit ans et mesurait plus d’un mètre quatre-vingt. Il avait des cheveux noirs coupé court et des yeux d’un vert opalin. Il portait l’uniforme des Stars et avait un étui de pistolet pendu à la cuisse. Il tenait dans ses mains un fusil à pompe, le Remington 870 qu’il appréciait pour sa légèreté. Un sac de matériel se trouvait dans son dos.
- Qu’est ce que tu fous là ? éclata Stellaire. Tu vas te faire tuer, comme nous !
- Relax Stey, personne ne mourra. Le lieutenant Wesker m’a prévenu que vous alliez à Arklay et qu’il craignait le pire, donc je vous ai rejoint. Je suis passé par les égouts mais on ne pourra pas repartir par là, il y a eut un éboulement à cause de quelque chose de fort peu sympathique, on va devoir continuer.
- On va devoir passer par le système de collecte des eaux, c’est le seul moyen de rejoindre l’amphithéâtre dont nous parlait Wesker. Expliqua Yanathos.
- Ok, comment on se débrouille pour les blessés ? demanda Stellaire.
- Je peux marcher. Articula Titi.
- Ok, mais tu restes au milieu, tu ne pourrais réagir vite si tu ouvres la marche.
- Je m’occupe de Maroti. Proposa Chris.
- Non, c’est bon, je m’occupe de lui. Répondit Gryfman. Stey, passe derrière nous pour fermer la marche, Chris, passe devant, on va voir si tu n’as pas trop perdu, éclaireur.
- Quand tu veux infirmier, je gère.
Il y eut soudain un grognement et des râles se firent entendre. Chris mit un doigt sur ses lèvres et jeta un coup d’œil hors de leur cachette. Il ne vit d’abord rien, puis distingua une ombre qui titubait à l’entrée de la bibliothèque. D’autres apparurent, presque lentement. Chris étouffa un juron et se tourna vers ses amis.
- Il doit y avoir une vingtaine de zombies qui va débarquer d’une minute à l’autre. Yanathos, tu vas m’aider, on va faire diversion pendant que les autres rejoignent le tunnel.
L’informaticien hocha la tête et se redressa avec sa M16. Les deux hommes contournèrent le cadavre du serpent et s’agenouillèrent devant la porte, attendant fébrilement. Il y eut des rires aigus puis d’un saut, le premier zombie se jeta sur Chris, tentant de le mordre à l’épaule. L’éclaireur se jeta sur le côté et enfonça son couteau de combat dans le crâne du monstre. Il se tourna vers l’entrée et se mit à tirer avec une précision rare, fauchant les zombies presqu’un par un. Mais lentement, une forme d’approcha de lui dans le dos. Elle rampait sur le sol, une longue traînée de sang derrière elle. Une zombie saisit le mollet de Chris et ouvrit la gueule prête à mordre.
L’ancien Stars ne dut sa survie qu’à Yanathos qui abattit la zombie d’une rafale bien placée de M16.
Chris se dégagea vivement et fit signe à son ami de rejoindre le groupe. L’informaticien obéit tandis que les zombies convergeaient vers l’autre. L’éclaireur expira un grand coup et se mit à courir dans la marée de mort vivants, s’ouvrant un chemin à coup de crosses et de balles !  Il plongea dans le conduit, le groupe de morts vivants à ses trousses ! Il vit ses amis plus loin devant lui et sut ce qu’il avait à faire. Il se saisit rapidement son sac et sortit un pain de C4 qu’il fixa au plafond avant de tirer dessus. L’explosion qui en résulta anéantie le tunnel à cet endroit, le reste tenant par pure chance. La moitié des zombies furent broyées sous les roches tandis que les autres se retrouvaient bloquer de l’autre côté !
- Chris ! cria Stellaire en se précipitant vers l’éboulement, plongé dans un épais nuage de poussières.
L’éclaireur émergea bientôt de la zone enfumée en toussant bruyamment.
- Au rapport. Dit-il dans un demi sourire.
- Tu as d’autres surprises dans ton sac ? demanda Yanathos, admiratif.
- Oui, comme des bouteilles d’eau, vous m’excuserez de ne pas avoir de bouffe. Se moqua l’éclaireur.
Ils se jetèrent sur les bouteilles et burent à tour de rôle, se disant que les autres en auraient certainement besoin également. Gryfman en profita pour nettoyer un peu mieux la plaie de Titi. Ils se relevèrent finalement et se placèrent dans la formation qu’ils avaient choisi.
- Je le promets … Celui qui a créé ça … Payera pour ses crimes ! lança Gryfman, comme en dernier défi à l’éboulement juste derrière eux.
Il emboita finalement le pas de ses amis qui s’enfonçaient dans le couloir qui menaient au système de collecte des eaux : le cœur de l’infection.

Gros(se) bavard(e)
Gros(se) bavard(e)
avatar


Sephiroth
Messages : 294
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 20
Localisation : Gotham City

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://chevaliersemeraude.forumgratuit.org/forum
MessageSujet: Re: Resident Evil : Legendary Cycle   Mar 20 Aoû - 12:31

Chapitre 5 : Chaîne et cliquetis


Kairi ruminait de sombres pensées. Elle était certainement la seule du groupe à ne vraiment pas du tout apprécier Wesker. Pour elle, cet homme était un psychopathe, un taré d’opportuniste. Il était absolument malade d’avoir envoyer l’équipe Bravo, puis Alpha à une mort certaine contre des espèces de … zombies … Elle était tellement perdu dans ses pensées qu’elle ne vit pas la dalle piégée et qu’elle n’entendit pas l’avertissement de Mytic. Le sol se mit à trembler et le plafond commença à s’effondrer. Ils se mirent à courir vers la fin du couloir, évitant au mieux les dalles qui leur tombaient dessus. Ils plongèrent tous en même temps, évitant la dernière dalle qui frôla le pied de Shenga.
Wesker fut soulagé de voir que tous ses amis allaient bien. Il jeta un regard assassin à Kairi, mais se calma rapidement. Ils devaient rester soudés s’ils voulaient avoir une chance de sortir vivant.
- Nous allons continuer. Il faut rejoindre le poste de garde le plus vite possible. De là bas, on essayera de contacter un hélico. Les communications ne peuvent presque pas sortir du manoir.
- Ok, tu penses qu’il y aura beaucoup de zombies ? demanda Oragie.
- A tous les coups. On passe devant trois laboratoires, ça risque de poser un léger problème. A la base, ça n’était pas expérimenté sur des humains, vous vous en doutez. Je doute que nous aurons uniquement affaire aux morts.
Ils se mirent en route, Tiana ouvrant la marche et Kairi la fermant, bien plus attentive que précédemment. Elle venait de se maudire une bonne quinzaine de fois, elle devait mettre ses différents avec son supérieur de côté si elle voulait avoir une chance de survivre dans le tentaculaire manoir.
- Attendez. Dit brutalement Wesker.
Les autres s’arrêtèrent, intrigués. Le lieutenant se saisit de son Desert Eagle et tira deux fois à travers une porte à leur gauche. Celle-ci s’ouvrit dans un grand fracas, révélant deux cadavres de zombies, une balle de magnum dans le crâne.
- Il va falloir qu’on accélère ! ordonna-t-il. Le bruit va ramener presque tous ceux qui se trouvent dans cette partie du manoir.
- Quelle intelligence ! ironisa Kairi.
- Tu aurais préféré qu’ils te tombent dessus par surprise et qu’ils fassent de toi l’un d’entre eux ? Personnellement, je nous ai fait tous entré dans cette saloperie d’endroit, je compte bien tous nous en faire sortir, quelque soit ton avis sur les méthodes que j’emploie.
Le groupe accéléra et déboucha finalement à l’extérieur, se retrouvant en face d’un petit bâtiment en béton gris sale. Ils avaient enfin trouvé le poste de garde. Mais la porte blindée était close.
- Il doit bien avoir un moyen de l’ouvrir ! pesta Oragie en la frappant rageusement.
- Je crois que j’ai vu une salle de contrôle dans le tunnel. intervint Shenga.
- Affirmatif. confirma Wesker en regardant son plan. Tiana, tu viens avec moi, on va essayer d’ouvrir la porte. Si d’ici 15 minutes on n’est pas revenu, rejoignez l’amphithéâtre et les autres.
Ils s’engagèrent à nouveau dans un boyau étroit. Wesker ouvrait la marche, son arme prête à tirer à tous moments. Ils atteignirent finalement une salle bourrée d’équipement électronique.
- Couvre-moi, pendant que j’ouvre la porte aux autres. Ordonna le lieutenant en pianotant sur un clavier.
La mitrailleuse se mit en position. Soudain, un mugissement retentit. Wesker se détourna de l’écran et saisit son AK 47. Puis il y eut des bruits de chaines. Des cliquetis. Tiana se mit en position, attendant patiemment avec sa M16 le moment où le responsable des bruits se montrerait. Wesker épaula son AK 47 et se mit à couvert derrière une batterie d’équipements électroniques. Une ombre commença à se découper. C’était un tas informe de chairs qui s’avançait vers eux. Puis une forme approximativement humaine avança enfin vers eux. Le monstre qui apparut était une abomination, sortie des pires cauchemars des deux amis.
C‘était tout d’abord deux jambes cadavériques maculées de sang et enchaînées l’une à l’autres. Ensuite, on devinait un corps cadavériques sous l’espèce de tunique en lambeaux que portait le monstre. Ses deux bras couvert de sang pendaient mollement, solidement emprisonnés dans un bloc de béton. Puis venait la tête. C’était l’horreur incarnée. Deux visages se découpaient sur la masse informe qu’était la tête. Une déchirure marquait la limite en ces derniers, et au fond de cette faille, luisait un œil rouge sang. Les visages étaient d’un gris rugueux, les yeux d’un blanc laiteux. Ce qui avait autrefois été des cheveux se raréfiait sur le crâne de la créature. Mais le pire était encore à venir.
Le monstre mugit et articula péniblement une bribe de phrase :
- Mère … grand frère … où êtes-vous ?
Et des deux visages, jaillirent une dizaine de tentacule qui se mirent à fouetter l’air tout autour.
- Lisa ! jura Wesker.
- Tu la connais ? s’étonna Tiana.
- Oui. C’est ma petite sœur.
- Quoi ?
- Elle est portée disparue depuis 15 ans, tout comme mon père et ma mère … Je … Umbrella va payer !
- Grand frère ? fit la voix rauque de Lisa. C’est toi ?
- Oui, c’est moi Lisa, c’est bien moi …
- Grand frère … tu es là pour me … tuer ?
- Non, jamais de la vie, je préfèrerais m’arracher le cœur !
- RAH !!! Menteur !
Et Lisa se jeta sur eux, fendant l’air avec le béton au bout de ses bras. Ils roulèrent tous les deux d’un côté.
- Fuis ! ordonna Wesker. Je m’occupe d’elle.
- Tu es devenu fou ! Elle va te tuer.
- Tiana, c’est un ordre !
- Et bien je le refuse !
Les deux amis roulèrent sur le côté pour éviter le boulet immense que Lisa utilisait comme une masse.
- Ecoute, la porte du poste de garde est ouverte, va guider les autres !
- Non !!!
Les tentacules du monstre défoncèrent la zone sur laquelle se trouvait Wesker la seconde précédente. Il ouvrit à nouveau le feu avec sa kalachnikov. Même si cet acte le déchirait, il n’avait pas le choix.
- Tu vas payer !!! fit la voix rauque de la créature.
Une slave de tentacule fondit sur les deux. Wesker sut ce qu’il devait faire. Il saisit le bras de Tiana et la propulsa vers la porte du fond, le sas de sureté se refermant derrière elle.
- s***** !!! cria-t-elle à la porte.
- Et fier de l’être ! répliqua le blond à travers le sas.
Il y eut un cri épouvantable.
- Wesker ! Ouvre moi ! s’emporta Tiana.
- Non ! Promets moi que tu vas aider les autres !
- Jamais !
A l’intérieur, Wesker sauta sur un ordinateur et esquiva de justesse le coup de Lisa. Il se mit à foncer vers le fond de la salle, sa sœur à ses trousses. Il se mit à tirer à nouveau ce qui ne fit que décupler la rage de sa sœur.
- Tiana, dis aux autres que je suis désolé. Lança Wesker. Les plans du manoir sont posés contre le mur derrière toi. Dans le sac juste à côté, il doit y avoir des bouteilles d’eau, profitez-en au maximum.
- Ne fais pas de conneries ! prévint-elle.
- Le suicide en est-elle une ?
Puis Wesker se servit d’un câble suspendu au plafond et l’utilisa comme d’un lasso, serrant Lisa dans les fils hautes tensions.
- Je vais nous débarrasser de Lisa, définitivement. Mais pour ça, je vais partir avec elle.
- Non !!!
- Si.
Puis le lieutenant prit son élan et sauta avec son paquetage. Un vide béant s’ouvrait au fond de la salle. Puis à l’aide d’un couteau de combat, Wesker trancha le câble et chuta. Il chuta dans un précipice de ténèbres. Il ne cria pas. Un sourire sinistre se dessinait lentement sur son visage. Lisa à côté de lui mugissait dans un râle déchirant.
Tiana avait compris. Une caméra de surveillance branchée sur un écran extérieur lui avait montré le sacrifice de Wesker.
- Vous n’êtes qu’un idiot ! ragea-t-elle.
Elle se retourna et vit enfin les plans laissés par Wesker et son sac. Elle s’en saisit et en examina le contenu. Elle y vit des bouteilles d’eaux, que le lieutenant prenait toujours en cas de longues missions. Elle se tourna vers la sortie du tunnel. Les autres l’attendaient. Elle allait hésiter quand soudain. Un bruit métallique se fit entendre. C’était un bruit de griffes qui crissaient. Et il venait des entrailles sombres juste derrière Tiana. Il y eut un bruit comme un claquement de fouet et un grognement.
La jeune femme se mit à courir pour rejoindre ses amis. La chose la suivait encore. Elle rejoignit finalement la sortie.
- A dix secondes près. Lança Oragie. Où est Wesker ?
- On s’en occupera plus tard tu veux. Là, il y a un truc pas spécialement amical qui nous suit.
- Et c’est quoi ? demanda Mytic.
Comme en réponse à Mytic quelque chose émergea du tunnel. C’était un cerveau suintant de sang.



Plus loin dans le manoir Edward Kirk riait. Il riait de la brillance de son stratagème. Les STARS étaient condamnés, ce n’était plus qu’une question de secondes. Le Licker ß et les Neptunes allaient les liquider, tous sans exceptions. Il se délectait des images que lui renvoyaient les caméras de surveillance du Manoir Arklay.
Edward était un homme corpulent aux épaules larges et lourdes, lesquelles formaient une ligne droite de part et d’autre de son cou extraordinairement massif. Il était roux, avec des cheveux lissés avec soin en arrière. Aucune lueur d’intelligence n’éclairait ses yeux bleu miroir. Il était vêtu d’un manteau et d’un pantalon blanc ainsi que de chaussures noirs vernis avec soin. Le concepteur du virus T se calla dans son siège quand soudain, il le vit ! Dans les couloirs du manoir, tenant une kalachnikov et une lueur sanglante dans le regard !
- Tu es donc de retour, Albert … Enfin, nous allons pouvoir jouer, comme au bon vieux temps !

Oragie avait peur. Il avait vu beaucoup de choses dans sa vie mais jamais quelque chose qui l’aurait préparé à ça. Il avait tout de même participé à la guerre du golfe (NdA : ce qui font la blague de la guerre du mini golf avale un SPAS 12 et la cartouche qui va avec) : il n’avait jamais oublié la peur qu’il avait ressenti quand un obus avait failli le tuer et avait à la place emporté son meilleur ami. Jamais il n’oublierait. Mais il aurait préféré oublier ce qui venait d’émerger du tunnel. C’était un humanoïde qui se trainait sur le sol, sa peau suintant de sang. Des griffes démesurées remplaçaient ses doigts et grattaient furieusement le sol. Aucune boite crânienne n’enveloppait son cerveau qui rougeoyait de sang. Ses crocs aiguisés pointaient hors de sa gueule. Aucune peau ne recouvrait ses muscles. Puis une langue démesurée jaillit de sa bouche et claqua comme un fouet devant les STARS.
- Et moi qui croyais qu’il n’y avait rien de pire que les zombies dans les saloperies du genre ! pesta Mytic.
La créature se mit à avancer lentement, émettant des grognements gutturaux. Oragie épaula sa M16 et attendit, le cœur battant. Il enfonça soudain la gâchette, défonçant le crâne du monstre qui tomba violement en arrière. Sa langue fouetta à nouveau l’air puis il s’immobilisa.
- C’est encore plus simple que contre la meute. Dit Ténébriis, soulagée.
- Simple ? Vous appelez cela simple ? Dans ce cas, je ne donne pas cher votre vie dans les minutes à venir. Fit une voix dans des projecteurs sonores fixés au poste de garde.
- Qui êtes-vous ? cria Tiana en braquant sa M16 tout autour d’elle, prête à faire face à un ennemi, quel que soit l’endroit d’où il viendrait.
- J’ai été impoli, je vais tout d’abord me présenter. Mon nom est Edward Kirk, créateur du virus T pour vous servir !
- C’est vous le responsable de ce bordel ? gronda Mytic en visant en tous sens avec sa M16.
- On peut dire ça comme ça. Mais si vous appelez ça un bordel, attendez de voir les surprises que je vous ai réservé. Le Licker Ω que vous venez de vaincre est un de nos meilleurs spécimens. Il est d’ailleurs un des rares capable de se reproduire.
- Vous n’êtes pas sérieux ? hurla Oragie, incrédule.
- J’ai bien peur que si. J’espère pour vous que vous avez de quoi vous défendre, vous en aurez terriblement besoin, je le crains.
Un concert de grognement étouffé jaillit du tunnel.
- Ouvre la porte Kairi. Commanda Mytic en se déplaçant légèrement sur le côté pour avoir un espace de tir assez large.
Soudain, une quinzaine de Licker sorties du tunnel à toute vitesse, la gueule ouverte vers le ciel, leur terrible langue fouettant l’air.
En tant qu’expert scientifique, Shenga remarqua soudain que les monstres avançaient prudemment, la tête penchée en arrière. Soudain, elle comprit : ils étaient aveugles et se dirigeaient uniquement à l’ouïe !
- Ils sont aveugles ! cria Shenga. Faites le moins de bruit possible, ils se dirigent à l’ouïe !
Ceux furent les dernières paroles échangées par les Stars, qui se mirent à avancer le plus lentement possible, silencieusement. Les Licker se mirent à gronder et se regroupèrent en un cercle au milieu des policiers.
Puis soudain, ils lancèrent leurs langues en même temps et les firent tourbillonnes autour de leurs têtes, les terribles fouets claquant dans l’air.
- Quelques choses me dit que ça va attirer les zombies ! maugréa Ténébriis.
Puis soudain, Shenga réalisa. Elle n’avait trouvé qu’une partie de la bonne réponse : les Licker étaient certes aveugles, mais leurs langues leur servaient de détecteurs de mouvements. Elles devaient être blindées de capteurs sensoriels.
Le premier des monstres se rua sur Tiana avec la force d’un taureau et la renversa sauvagement. Ses griffes s’enfoncèrent presque lentement dans ses épaules et elle cria de douleur. Alors que l’humanoïde allait lui ouvrir le ventre, Oragie, se servant d’une hache à incendie le vira sèchement de la jeune femme.
Le monstre fit un roulé boulé puis montra les crocs vers ses adversaires. Puis toute la meute réagit et se mirent à sauter dans tous les sens. Les Stars ouvrirent le feu en même temps, tirant de tous côtés et à une vitesse telle que la moitié de la meute s’écroula, leur cerveau saturer de plomb. Mais soudain, un premier Licker fut prit de convulsion. Une immense pointe métallique était figée dans son crâne. Son corps fut propulsé en arrière, alors que de nouvelles pointes s’enfonçaient dans le crâne des autres monstres. Le sol se mit à vibrer sous les pieds des Stars.
- Ca sent pas bon. Maugréa Mytic en épaulant sa M16.
- Pas bon du tout. Renchérit Oragie en se mettant devant Tiana, sa lourde hache tenue à deux mains.
Une nouvelle silhouette émergea des profondeurs d’Arklay, mais celle ci était immense. De plus de quatre mètres de haut, la créature était vaguement humanoïde. Ses muscles puissants luisaient de sang. Ses yeux rouge vifs brillaient d’une intelligence peu commune pour un infecté. Mais le pire était son bras droit, qui n’était qu’un assemblage de pointes de métal, toutes plus aiguisées les unes que les autres.
- Je déteste avoir raison. Pesta Oragie.
Mytic et Ténébriis ouvrirent le feu en même temps, vidant leurs chargeurs dans le crâne du monstre. La totalité des balles ricochèrent et partirent se ficher aux alentours. Le monstre chargea à la vitesse d’un taureau sur le groupe. Ils eurent juste le temps de sauter sur le côté, évitant de justesse les terribles pointes métalliques qui se figèrent dans le corps de Tiana. La jeune femme étouffa un hoquet de surprise tandis que les pointes s’enfonçaient dans son corps. Oragie fut le premier à réagir en frappant la créature de sa hache. Celui-ci mugit et le dégagea d’un violent de coup de pied qui l’écrasa violemment contre un mur. Un terrible bruit de craquement et d’os brisé résonna soudain quand le monstre balança Tiana plus loin. Il se mit à avancer d’un bas lourd vers Ténébriis et la souleva dans son poing encore organique. Soudain, une première balle de sniper se figea dans le poing du monstre. A l’entrée du tunnel, l’éventreur tira à nouveau, forçant la créature à lâcher Ténébriis qui tomba sur le sol.
- Mettez-vous à couvert dans le poste de garde ! cria-t-il.
Et sur ceux, il continua à tirer, attirant le monstre loin des autres. Ils se mirent à l’abri à toutes vitesses, l’éventreur se jetant sur la créature pour gagner du temps. Il se mit à sprinter vers le poste de garde, le géant derrière lui.
- Paul, amène-toi ! cria Oragie.
- Pas encore, bloquez la porte et cassez les carreaux d’une fenêtre !
Paul vit soudain un Licker remué sur la gauche, il n’était donc pas mort … Il sut soudain comment s’en sortir. Il se jeta alors vers le monstre et glissa entre ses jambes pour lui taillader le genoux à l’aide d’un couteau de combat. Il courut ensuite vers le Licker et se saisit de sa langue immense.
- Je crois que je vais bénir Albert de m’avoir forcé à faire de la muscu …
Et bandant ses muscles, il commença à faire tourner le Licker autour de lui, devenant rouge vif sous l’effort et lâcha la langue, expédiant le Licker sur la créature qui se relevait.
Le sniper courut vers les autres et plongea dans le poste de garde par une fenêtre. Kairi s’affairaient déjà pour expédier un message de détresse.
- Voilà qui est fait, faut qu’on se tire. Cette saloperie ne mettra pas longtemps avant de défoncer la porte. Au fait, où est passé Wesker ?
- Tiana avait son sac quand on est sorti, je l’ai récupéré mais je crois qu’il faut s’attendre au pire. Répondit l’éventreur.
- Et toi, comment est-ce que tu es arrivé ici, les autres vont bien ? demanda Mytic, inquiète pour sa sœur.
L’éventreur ne répondit pas tout de suite, puis il actionna un levier à sa droite. Le sol sous leurs pieds se fissura et ils tombèrent tous à la renverse dans les souterrains du Manoir Arklay.

Gros(se) bavard(e)
Gros(se) bavard(e)
avatar


Sephiroth
Messages : 294
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 20
Localisation : Gotham City

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://chevaliersemeraude.forumgratuit.org/forum
MessageSujet: Re: Resident Evil : Legendary Cycle   Mer 11 Sep - 21:33

Chapitre 6 : Ustanak


Ténébriis ouvrit enfin les yeux. Elle se trouvait plongée dans l’ombre, dans une caverne, probablement sous le Manoir Arklay. Elle se souvint alors de l’éventreur actionnant le levier, puis plus rien.
- Tu as mis le temps pour te réveiller. Fit la voix moqueuse de Paul Wesker.
La jeune femme se tourna d’un bond et dût faire un effort considérable pour ne pas lui sauter à la gorge. Il était adossé contre le roc froid des souterrains, une torche enflammée fixée à côté de lui.
- Je sais que tu demandes où sont les autres, je te dirais simplement qu’ils sont en vie. Nous devons parler au plus vite.
- Et bien parlons. Répliqua-t-elle. Pourquoi as-tu fait ça ?
- Parce que je n’avais pas le choix, je ne pouvais pas te parler en privé autrement.
- Maintenant tu peux, donc vas-y, balance moi tout.
- Il y a un traître dans l’équipe. Dit-il simplement.
Ténébriis eut l’impression qu’un saut d’eau glacée lui était déversé sur le crâne. Un agent d’Umbrella parmi l’unité d’élite, parmi ses meilleurs amis ?! C’était impensable, impossible !
- Tu mens, c’est impossible !
- Malheureusement si. Je travaille sous couverture pour arrêter le traître. La CIA le recherche pour une série d’attentat à la bombe contre nos armées au Moyen-Orient. Il ne nous manque que l’identité, les preuves sont déjà là. Tu es la seule personne à laquelle je peux faire confiance, Wesker avait beaucoup trop de pression pour parler de ça.
- Quelles sont tes preuves que le traître n’était pas Tiana ?
- Le monstre qui a tué Tiana était un Ustanak, une créature qui ne vient pas du manoir, je suis presque certain que c’est le traître qui l’a introduit dans Arklay.
- Qu’attends-tu de moi ?
- J’ai besoin de ton aide, le capitaine Marini est vivant et travaillait en collaboration avec moi. D’après ce que j’ai compris, il connaît l’identité du traître, mais n’a pas pu nous la donner par radio, nous sommes probablement tous sous écoute. Il faut que tu retrouves Marini et que tu surveilles les autres, je vais continuer à explorer Arklay de mon côté. Je vais essayer de trouver son identité de l’autre côté.
- Et comment je retrouve les autres et Marini.
- La dernière position connue d’Enrico est dans les tunnels, de plus, en continuant plus profondément dans les galeries, tu retrouveras les autres.
Paul se redressa et saisit son sniper. Il donna la torche à son amie.
- Si tu découvres l’identité du traître, neutralise le au plus vite, je te rejoindrais dès que possible.
Puis il partit dans les profondeurs des souterrains, semblant se repérer sans aucune difficulté. Une pensée effleura alors Ténébriis. Et si c’était l’éventreur le traître ? Elle aurait souhaité réfléchir un peu plus, mais des grognements s’échappèrent du tunnel derrière elle. Elle étouffa un juron et s’engouffra dans le tunnel le plus proche. Elle le fit juste assez vite pour éviter de voir les yeux rouges sangs de l’Ustanak s’allumer dans le tunnel de derrière.


A des kilomètres de là, en Sibérie, deux hommes discutaient. Ils se tenaient devant une immense fenêtre, dans un château datant de l’époque des tsars.
- Notre agent vous a contacté ? demanda le premier, cloué dans un fauteille roulant.
- Il a appelé à l’instant. Il mettra la main sur le virus T et il abattra les STARS.
- Combien vous demande-t-il ?
- 400 000 dollars. Il les méritera. Je suis fatigué de me faire des ennemis en les tuant avec leurs récompenses.
- Si vous le dites. Je ne croyais pas que cet homme nous aiderait si facilement.
- Il faut dire qu’il hait le chef des STARS depuis toujours, il ne supporte plus d’être sous ses ordres à Raccoon.
- Quand je pense qu’il est d’ailleurs de sa famille.


Ténébriis progressait lentement dans le réseau de galerie. Elle ignorait où elle allait mais se repérait à l’aide d’une vieille technique pour se repérer dans un labyrinthe en gardant sa main droite contre la paroi. La lumière de sa torche commençait à décliner, quand elle arriva dans une vaste salle creusée naturellement dans la roche mais éclairée artificiellement.
Elle entendit des voix et se cacha derrière un rocher. Elle remarqua des insectes de la taille d’un poing qui flottaient dans les airs. Deux hommes en blouses blanches pénétrèrent dans la caverne et passèrent devant un des insectes sans l’avoir vu. Celui-ci se mit à crier se s’illumina en rouge vif. Les deux hommes, incrédules se jetèrent sur l’insecte pour le faire taire. Trop tard. L’Ustanak se jeta sur eux depuis une corniche en hauteur. Son bras bionique avait changé. Il s’agissait maintenant d’une énorme foreuse. Il empala sauvagement les deux hommes en un seul coup, leurs broyant le corps contre les parois de la caverne.
Les deux corps s’écrasèrent lourdement à côté de Ténébriis qui ne put retenir un cri de dégout et se maudit dès la seconde où il franchit ses lèvres. L’Ustanak se tourna lourdement vers sa cachette et décrocha sèchement la foreuse fixée à son bras. Il saisit alors un objet métallique qui était restée dans l’angle mort de la jeune femme depuis le début de l’attaque du monstre.
L’Ustanak fixa une immense tronçonneuse à son bras et l’actionna dans un bruit à glacer le sang.



Plus loin dans les couloirs d’Arklay, l’éventreur entendit également l’actionnement de la tronçonneuse. L’Ustanak trimbale une pièce de rechange ou quoi ? maugréa-t-il intérieurement.
- On se balade Paul ? fit une voix doucereuse.
Il se tourna d’un bond pour faire face au dernier homme qu’il s’attendait à voir.
- Edward Kirk. L’araignée quitte enfin la sureté de sa toile ?
- Parfois il faut prendre des risques pour trouver de meilleures proies. Toi tu fais parti de celles de premier choix.
Le scientifique sortit de l’ombre, un sourire glacial aux lèvres.
- Tu apprécies le massacre de l’Ustanak ? s’enquit l’éventreur. Souris-tu as cette pensée, à l’idée de tous les voir mourir ?!
- Non, cette créature ne vient pas de moi, tu sais aussi bien que moi qui l’a envoyé dans le manoir, et je sais que tu le traques, lui et sa taupe parmi les Stars !
- Le traître sera tué en temps en heure, en attendant, je dois trouver Albert, et toi aussi, sinon nous sommes tous condamnés, il est le seul qui puisse empêcher le pire, même s’il l’ignore.
- Wesker est mort, mort de la main d’un monstre qui ne venait pas de moi non plus.
- Mon cousin est plus dur à tuer que tu ne le crois Edward ! Tu ne t’en tireras pas vivant la prochaine fois que nous nous ferrons face.
Le sourire de Kirk s’élargit puis il disparut dans un couloir dérobé. L’éventreur ne chercha même pas à la suivre, il avait peu de temps, il devait aider Ténébriis avant que l’Ustanak ne l’achève.



Ténébriis roula sur le côté, évitant ainsi le premier coup de tronçonneuse de l’Ustanak. Elle se redressa vivement et tira deux rafales, visant les endroits dépourvus de chair où s’étaient fichées les balles de l’éventreur. Elle se mit à courir vers le côté opposé du dôme et se retourna, faisant face au géant qui tournait ses yeux injectés de sang vers elle. Elle remarqua un bidon d’essence au pied du monstre et un sourire recouvrit son visage pour la première fois depuis qu’elle était entrée dans le Manoir Arklay.
- Rendez-vous en enfer. Lança-telle.
Elle pressa la gâchette de sa M16 et l’Ustanak fut pris dans une gerbe de flamme. Le sourire s’effaça peu à peu du visage de la jeune femme qui trébucha sur le cadavre d’un des scientifiques. Ellle remarqua une carte magnétique dans la main fermée de l’homme dont elle se saisit. Trop tard. Le monstre s’était déjà sorti du brasier et chargea à toute vitesse.
Le coude du monstre la heurta sauvagement, l’expédiant contre les rochers. Elle vit l’immense tronçonneuse s’actionner et s’écraser vers son visage. La jeune femme roula à la dernière seconde sur le côté, l’arme de l’infecté rebondit violemment contre la roche dans une gerbe d’étincelles. Ténébriis cracha un filet de sang et se releva. Elle n’avait aucune chance au corps à corps avec l’Ustanak mais elle pouvait l’arrêter à distance.
Elle se souvint des insectes utilisés par le monstre quelques instants plus tôt et eut une idée.
Alors que l’Ustanak chargeait à nouveau, elle courut vers le premier insecte qui dérivait tranquillement dans l’air et d’un rapide mouvement des pieds, elle l’expédia sur le monstre qui dévia de son chemin et s’écrasa dans un mur. Ténébriis se mit à courir et utilisant la carte du scientifique, elle s’engouffra dans un ascenseur alors que l’Ustanak retrouvait ses esprits plus loin.
Elle poussa un soupir de soulagement tandis que l’ascenseur remontait. Elle jeta sa M16, vide de munitions pour se saisir de son M1911, un pistolet de calibre 45, une des armes les plus courantes au monde, mais terriblement efficace.
L’ascenseur s’arrêta soudain puis s’ouvrit. Ténébriis s’avança et retint un cri. Tiana se trouvait devant elle, les yeux hagards, et le corps maculé de sang. Elle se mit à avancer d’une démarche hésitante et Ténébriis visa, respirant lentement. Son ancienne amie semblait ne pas souffrir des blessures infligées par l’Ustanak.
- Reste où tu es Tiana ! commanda-t-elle.
Mais sa voix manquait d’assurance, elle tremblait de tous ses membres. Elle ne pouvait tuer son amie, même déjà morte. Tiana fit un nouveau pas et leva le bras pour se saisir de la chair offerte de la jeune femme. Soudain, une rafale de M16 défonça le crâne de la zombie. Kairi se trouvait derrière le corps affaissé de Tiana.
- Téné ! cria-t-elle. Derrière toi !
La jeune femme se retourna d’un bond et se jeta au sol. Cela lui évita une décapitation sauvage sous la tronçonneuse de l’Ustanak. Elle se lança en arrière et se réceptionna vivement à côté de Kairi.
- Comment tu as fait pour arriver là ? lui demanda Ténébriis.
- On verra plus tard pour les questions, cours !
Les deux jeunes femmes accélérèrent en même temps. Elles coururent de toute la force de leurs jambes, l’infecté géant à leurs trousses !
- Et M**** ! Un cul de sac ! jura Kairi.
Elles ralentirent en même temps et s’élancèrent sur le côté. La tronçonneuse frappa le mur pile au milieu des deux filles qui se mirent à tirer en même temps, visant la tête du monstre qui recula enfin de quelques pas sous l’assaut. Son arme décrivit soudain un arc de cercle vicieux, qui fonçait dans la direction de Ténébriis, sans qu’elle n’ait pu le voir. Kairi le vit. Et soudain, elle ne fut plus maîtresse de ses mouvements. Elle courut à toutes vitesses et se jeta sur son amie, la poussant dans un tunnel adjacent. Mais cela la plaça inévitablement sur la route de la tronçonneuse qui s’enfonça violement dans son flanc. Elle sentit son corps se déchirer puis elle mourut enfin, s’écrasant contre la paroi, une lueur rouge sang se formant dans ses yeux.
- Kairi !!!!!! s’époumona Ténébriis.
La jeune femme ne pouvait escalader la paroi, mais l’Ustanak était trop large pour descendre. Son amie lui avait sauvé la vie …
- Je trouverais Marini … décida-t-elle à mi voix, et dès qu’il me dira le nom du traître, je le tuerais en lui rappelant lentement tous ce qu’il nous a fait subir !
Puis elle s’élança dans les sous sol du manoir, son poing crispé sur son M1911. L’Ustanak fulmina pendant un instant, puis il repartit dans le sens inverse, continuant à traquer sa proie dans le Manoir Arklay.

Kairi se mit à remuer lentement, puis elle se releva. Son regard vide rencontra les pupilles vertes de l’homme face à elle.
- Ainsi, ton acte de bravoure a prouvé ta stupidité, quel dommage. Lança-t-il.
Elle répondit par un hurlement guttural et s’avança vers lui, d’une démarche traînante.
- Tu aurais tout de même pu éliminer ce monstre, il a condamné cette équipe depuis le début, enfin peu importe.
Et soudain, il se jeta sur la zombie et la poussa violement contre le sol. Il lui enfonça une seringue dans le cou. Elle se débattit furieusement mais il ne lâcha pas prise et lui en injecta le contenu. Kairi se calma brutalement. Elle retrouva une respiration et la lueur rouge sang de ses yeux disparut. Sa blessure au flanc se cicatrisa d’elle même.
- Bienvenue en enfer, Mlle Mazepa. Annonça Weasel.

Gros(se) bavard(e)
Gros(se) bavard(e)
avatar


Sephiroth
Messages : 294
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 20
Localisation : Gotham City

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://chevaliersemeraude.forumgratuit.org/forum
MessageSujet: Re: Resident Evil : Legendary Cycle   Mar 26 Aoû - 18:14

Chapitre 7 : Attaque Aquatique



Stellaire bailla un grand coup. Après un sommeil d’environ une heure, elle se sentait beaucoup mieux et bénit Chris d’avoir décrété que du repos leur ferrait le plus grand bien, lui se chargeant d’assurer la sécurité de la salle où ils s’étaient réfugiés. Gryfman et lui étaient en grande conversation devant le mur du fond de la salle qu’ils avaient identifié comme un bunker de survie au cœur même de Arklay. Apparemment, même les scientifiques qui travaillaient ici avaient compris que leurs expériences étaient dangereuses.
- C’est ironique. n’avait pu s’empêcher de dire Yanathos. Ils ont finalement subit leurs propres expériences et on doit se protéger d’eux maintenant.
Stellaire avait acquiescé, l’informaticien avait raison. Elle rejoignit finalement Chris et Gryfman qui étudiaient des traces sombres sur le mur.
- Ca n’est pas du sang. Disait l’infirmier. Trop liquide, ça serait beaucoup plus pâteux si c’était du sang, surtout du sang infecté.
- Alors tu mises sur quoi ? demanda Stellaire.
- Je pense que c’est de l’eau … Beaucoup d’eau … Ce mur est humide à un point fou. On doit être tout prêt du système de collecte des eaux de pluie du manoir. Ce qui signifie qu’on se rapproche des Neptunes …
- Des quoi ?
- Des requins infectés … Ce sont eux qui ont achevé les autres quand on est arrivé … C’est peut être la pire chose que j’ai vu dans le manoir …
- Stey, réveille les autres. Commanda Chris. On va avoir besoin de tout ceux qui sont en état de tenir une arme. D’après les plans, il y a un passage de l’autre côté du complexe d’évacuation des eaux, derrière la collecte des eaux de pluies, et il mène à l’amphithéâtre où les autres nous attendent … On a pas le choix. Il y a un passage secret derrière ce mur normalement, ça devrait nous permettre d’atteindre facilement le système.
Stellaire hocha vivement la tête et partit secoué rapidement les autres. Yanathos qui était parti en exploration autour revint brutalement. Ses traits tirés et son teint cadavérique donnaient l’impression qu’il avait vu un mort. C’était le cas de le dire d’ailleurs.
- On a un problème. Il y a des restes de zombies derrière. Ils ont été quasiment coupés en deux.
- Qu’est ce que tu racontes ? C’est pas possible, personne ne se balade dans le coin avec une tronçonneuse et de toutes façons on l’aurait entendu …
- En même temps on a vu une sangsue, un serpent géant … Qu’est ce qui nous dit qu’il n’y a pas pire derrière nous ?
Un court silence s’installa mais Chris ne se priva pas de le briser.
- Ok on bouge. Gryfman, tu passes devant, je ne tiens pas à avoir droit à quelque chose de pire que ce serpent.
En quelques secondes, le groupe s’organisa et Yanathos se positionna à l’arrière avec Chris au cas où. Il ne se félicita jamais assez de l’avoir fait : les portes de sécurité du bunker commencèrent à trembler. Derrière eux, Gryfman et Titi pestaient rythme en tentant de trouver le système qui pouvait forcer le mur à s’ouvrir !
- Stey, magne toi pour faire sortir Maro ! les pressa Yanathos. Ce qui approche à l’air gros !
La jeune femme était en effet entrain de relever difficilement Maroti pour l’évacuer dès que le passage serait ouvert mais soudain un bruit déchira l’air. Une griffe d’une taille démesurée avait transpercé un mur !
- Bougez-vous ! cria Chris en tirant sur la griffe.
- On fait ce qu’on peut ! répliqua Gryfman.
- Ca y est ! jubila Titi.
La jeune femme avait en effet trouvé un faux mur qui dissimulait un bouton de contrôle. En appuyant dessus, un pan entier du mur pivota vers un chemin qui s’enfonçait dans les profondeurs d’Arklay. Yanathos rejoignit Stellaire et l’aida comme il put à transporter Maroti. Un mugissement infernal retentit : la créature avait presque fini de défoncer le mur !
- Chris, amène toi !
Le brun ne se fit pas prier et plongea à la suite de ses amis dans le passage secret. Yanathos et Gryfman poussèrent de toutes leurs forces et la porte du passage secret claqua à nouveau pile quand la porte céda. Chris eut le temps de voir un bras muni de griffes démesurées et un cœur battant lentement.
- On se bouge ! ordonna Chris, si on reste là on est mort, le mur va pas le retenir longtemps.
Il chargea Maroti sur ses épaules avec l’aide de Yanathos, puis le groupe d’amis accéléra dans le chemin en pente douce. Un nouveau mugissement ébranla le chemin : le monstre avait atteint le couloir.
- Là, une porte magnétique ! cria Gryfman.
- Yan, ouvre là !
L’informaticien sortit son passe partout électronique, pria silencieusement et l’actionna. La porte s’ouvrit et ils s’engouffrèrent à l’intérieur. Chris déposa Maroti et tira sur la mise en place du système de quarantaine. La porte se referma tandis que la terrible griffe s’apprêtait à la bloquer. Il y eut des crissements contre la porte, un dernier mugissement puis plus rien. Chris attendit plusieurs secondes puis s’autorisa un sourire … qui fut de courte durée. Derrière eux se découpait un immense complexe en forme de dôme. Un immense bassin occupait tout le centre de la pièce. De l’autre côté de celui-ci, se trouvait une nouvelle porte blindée au dessus de laquelle était écrit amphithéâtre en lettres sombres. Chris se tourna vers Gryfman : il tremblait.
- C’est l’enclos des Neptune pas vrai ? demanda-t-il à l’infirmier.
Celui-ci hocha la tête et désigna d’un mouvement du menton une plateforme qui semblait reposer sur l’eau. Un panneau de contrôle y était fixé.
- C’est le seul moyen de traverser.
- Il n’était pas sensé y avoir des requins ? demanda Stellaire.
- Oh crois moi, ils sont là, ils attendent juste le bon moment pour se montrer. Répliqua le dernier Bravo.
- Bon allez c’est pas tout mais il faudra bien traverser à un moment où à l’autre, allongez Maroti au milieu. On se tire d’ici, je n’ai aucune envie de savoir ce qu’il y avait derrière nous.
Le petit groupe s’activa et ils furent bientôt tous sur la plate forme que Yanathos manœuvra d’une main experte vers la rive opposée. Soudain une première balle fusa au dessus du groupe !
- A terre ! hurla Chris. Titi, tu dirais que c’est quoi comme arme au bruit ?!
Une nouvelle balle fusa et toucha Stellaire à l’épaule, un cri de douleur franchit ses lèvres tandis que la plateforme s’arrêtait au milieu du bassin : la balle avait détruit le système de guidage. Gryfman se redressa le premier et commença à tirer vers l’endroit d’où provenait les tirs.
- Au bruit c’est du calibre 50. Réfléchit Titi. Comme le …
- Comme le Barret de l’éventreur. Acheva Chris en serrant les dents.
Deux nouvelles balles fusèrent mais les tirs partirent dans l’eau, le tireur avait visé trop bas mais Chris ne s’en réjouit pas: il savait que la chance ne les sauverait pas continuellement, si c’était bien l’éventreur qui tentait de les descendre, il ferait assez rapidement honneur à sa réputation de meilleur tireur d’élite des Etats-Unis et les descendrait tous. Il devait bien y avoir un moyen de gagner du temps …
Un cri de douleur le tira brutalement de sa réflexion. Il vit Stellaire s’écraser à côté de lui, le bras en sang. Et il vit le sang s’écouler doucement dans l’eau. Le temps leur était maintenant compté : les Neptunes allaient les repérer. Un choc ébranla alors la base de la plateforme qui se décrocha de son socle qui lui permettait de se déplacer : la chasse des Neptune était ouverte.



Au fond du manoir, dans un bunker semblable à celui où le groupe se trouvait tout à l’heure, Kirk réfléchissait à toute vitesse : qui pouvait être le tireur qu’il voyait dans les caméras de surveillance ? L’éventreur ? Peu probable mais pas impossible, Paul Wesker n’avait que faire du sort des Stars mais il ne les tuerait pas : il avait besoin d’eux vivants quoi que soit ses projets. Alors qui ? Albert Wesker ? Non plus, il n’avait pas de raison de les tuer, il avait même plutôt intérêt à les garder vivant. Alors qui ?
Un sursaut le parcourut. Il se sentit perdre le contrôle mais il se retint de justesse, puis s’injecta une seringue contenant un liquide violet.
Kirk reprit une respiration normale et regarda sa paume. A l’intérieur, sa peau était deveneu d’un gris brunâtre.
- Tu ne contrôle plus ta mutation Kirk ? demanda l’éventreur.
Le scientifique se retourna d’un bond et vit le sniper, son fusil de précision braqué sur lui.
- Tu as donc survécu aux pièges du manoir pour venir jusqu’ici ? Tu m’impressionnes de plus en plus. Je ne m’attendais pas à ce que la CIA prenne le risque de perdre un agent aussi talentueux que toi !
- Ferme là ! Je veux des réponses. Qui est le traître ?
- Tu n’as pas compris ? Ca devrait pourtant être évident pour toi.
- Olrik …
- Exactement, le 3ème Bravo qui a survécu tout comme Gryfman.
- Tu sais comme moi qui est le vrai responsable Kirk. Et que dans peu de temps, il nous tuera tous, même toi. Il a toutes les clés en mains pour libérer le projet T-002 !
- Oh lui … Il ne travaille pas pour Umbrella, j’ignore dans quel camp il est. Mais on a bien plus urgent que lui en ce moment, tu le sais aussi bien que moi Paul, me tuer ne t’avancera pas, même si je ne suis pas tout blanc dans cet histoire, le vrai danger vient de cet Ustanak qui a été introduit dans le manoir !
- Tu me déçois Edward.
L’éventreur fit demi tour. Il avait compris qu’il ne pouvait plus rien apprendre du scientifique, il en savait encore moins que lui.
- Qu’est ce que tu veux dire ?! le questionna Kirk.
- Tu ne comprends donc pas ? C’est lui qui a fait venir l’Ustanak, lui qui a libéré Lisa qui était prisonnière des catacombes et c’est lui qui est entrain de tenter de les tuer !
- … C’est … C’est impossible … Il ne peut pas …
- Bien sur que si : il joue avec nous Edward, depuis le début, il a attendu son heure et on a agit exactement comme il l’avait prévu.
- Dans ce cas une trêve s’impose et tu le sais, nous devons nous allier pour l’empêcher de nuire !
L’éventreur se tourna vers l’agent infiltré de la NSA dans le Manoir Arklay.
- Qu’est ce que tu proposes ?
- Occupe toi de lui, fais en sorte de l’isoler et de l’achever, je te guiderais avec les caméras de sécurité, en attendant, je vais donner un petit coup de pouce à tes amis dans l’enclos des Neptunes.
- Très bien. Répondit simplement l’éventreur. Je suis sur la fréquence 3.12, on reste en contact.
- Ca me va, bonne chance Paul.
- Merci Edward, tâche de rester en vie.
- Toi aussi, n’oublies pas que tu me dois un resto, j’espère pouvoir en profiter.
Ce fut avec le sourire que l’éventreur quitta son ami. Le premier depuis le début de sa mission. Pour la première fois, il n’avait plus à agir en solo contre tous ses amis, pour la première fois, il pouvait faire confiance à quelqu’un : il n’était plus seul.


Une nouvelle balle fusa et traça un sillon sanglant sur la joue de Chris. Ils étaient complètement à découvert et maintenant en plus, impossible de sauter à l’eau à cause du sang qui y avait coulé. Les ailerons des requins mutants tournaient pour le moment à bonne distance d’eux, tenus en respect par la fusillade mais l’ancien éclaireur savait que ce n’était qu’un court répit avant que les requins n’osent s’approcher et les tuent tous avant que l’éventreur ne les abatte … Si c’était bien l’éventreur qui tentait de les tuer depuis tout à l’heure. Quelque chose clochait et Chris le voyait : il sentait qu’un détail lui échappait, qu’il y avait une raison pour laquelle on voulait faire porter le chapeau à Paul Wesker. Mais qui pouvait bien vouloir ça et pourquoi diable Paul ne s’était-il pas expliqué quand Yanathos lui en avait laissé la chance ?
- Quelqu’un sait pourquoi il ne tire plus ? demanda soudain Gryfman, brisant le silence et la réflexion de Chris.
Le brun réalisa que l’infirmier avait raison : le tireur avait cessé de faire feu sur eux. Ca ne le rassurait pas. Pourquoi les épargnerait-il après s’être donné tout ce mal ?
- Je crois qu’on a la réponse Gryfman. Fit Titi d’un air grave en désignant un point sur la rive opposée.
Chris suivit la direction qu’elle indiquait et étouffa un juron. Il reconnut l’objet vert pointé vers eux pour avoir appris à le craindre plus que tout. Durant ses opérations militaires, il avait appris à réagir dans ce genre de situation. Le genre où un probable tireur d’élite vous ajuste avec un lance roquette RPG-7.
- PLONGEZ ! cria-t-il.
- Mais et les Neptunes ! brailla Yanathos.
- C’est la mort probable dans les crocs des requins où un missile capable de détruire un blindé, je te laisse le choix.
Et sur ses mots il plongea et sentit la traînée brûlante du missile au dessus de sa nuque. L’explosion terrible fit sauter des bouts de métal partout dans le bassin, y compris dans le coude de Chris qui hurla de douleur pendant que le souffle de l’explosion le poussait vers le bord. Sonné, il ne vit pas les requins se rapprochés avec la vitesse des chasseurs qu’ils étaient. Il heurta soudain une Stellaire paniquée qui n’arrivait pas à nager à cause de sa blessure. Ce choc achevant de le ramener sur Terre, il saisit la jeune femme par le bassin et l’entraîna vers le bord qui se rapprochait. Il était à moins de cinq mètres.
Mais derrière eux, l’aileron d’un premier requin se dressait à à peine trois mètres.



La Fouine soupira. Un dilemme se présentait à lui, un dilemme qu’il ne savait pas comment résoudre. Il lui restait à faire dans le manoir et il n’avait plus beaucoup de temps. Sauf que sous les passerelles où il évoluait, se déroulait un combat plus qu’inégal entre les Stars, les Neptune et un tireur qui avait pris le large. Pouvait-il vraiment les laisser mourir ? Il se tourna vers Kairi qu’il avait déposé sur le côté, encore endormie. La substance qu’il lui avait injecté était plus efficace qu’il ne l’aurait cru mais bientôt elle se réveillerait et il lui devrait quelques explications. Et ça le ferait très mal s’il lui disait qu’il avait laissé ses amis mourir. La Fouine avait pris sa décision. Il saisit son fusil de sniper, un L96A1 qu’il utilisait toujours malgré l’âge de l’arme qui était obsolète.
- Si seulement tu étais là, je t’aurais descendu aussi, Djougachivilli. Maugréa-t-il.
Il visa le premier Neptune qui s’attaquait à Chris Redfield et la balle partit à toute vitesse, transperçant le monstre de part en part. Un râle le fit détourner un peu la tête. Les zombies envahissaient la rive vers laquelle Chris et Stellaire se dirigeaient. Ne pouvant rien pour eux, la Fouine décida d’ajuster un nouveau requin et de l’abattre d’un tir précis qui défonça tous ce qui restait du cerveau de l’animal. Il ne pouvait hélas rien faire pour Maroti qui se noyait à cause de ses côtes cassés par le serpent géant peu avant … Jusqu’à ce que la main ferme de Yanathos ne se saisisse du bras de son ami pour le tirer à la surface pour ensuite le tirer jusqu’au bord où un Chris le bras en sang endiguait peu à peu le flot de morts vivants. La Fouine rata le dernier requin qui avait pris Titi en chasse mais la détonation avait endommagé l’ouïe très sensible du requin qui déguerpit prestement. Il aida finalement Chris à tuer un par un les morts qui s’approchaient. Ses yeux verts ne montraient aucune émotion, il était tellement habitué à tuer que c’en était presque devenue une routine pour lui. Il finit par écarter son œil du viseur et remit son fusil en bandoulière. Il mit Kairi sur son épaule et partit d’un pas vif. S’il voulait gagner au moins une partie de ce qu’il était venu chercher, il devait se dépêcher avant que son ennemi ne réveille le Tyrant … Un cadavre attira soudain son attention. Il l’identifia sans peine et palie. Le T-001 avait été testé. Ce qui signifiait que le monstre le plus dangereux du manoir pourrait bientôt se réveiller.
- Soit maudit, Djougachivilli !!! explosa-t-il.


Chris soufflait bruyamment tandis que Gryfman bandait son coude avec un bout de son t-shirt. L’éclaireur ne put encore s’empêcher de se demander quel ange gardien avait éliminé les Neptunes pour les couvrir et avait en plus descendu les zombies. Ce tireur qui s’était probablement placé sur une des passerelles très hautes au dessus du bassin leur avait sauvé la vie. Même Maroti s’en était tiré sans une égratignure de plus. Gryfman avait néanmoins dû s’affairer pour faire des bandages à Stellaire et à Chris, tous les deux blessés. Le manoir les usait à petits feux, tous ne reviendrait pas vivant et l’éclaireur en prenait pleinement conscience : seul Yanathos n’était pas encore blessé et il savait qu’il serait probablement le seul de son groupe à arriver à s’en tirer.
Le brun chassa finalement de son esprit ces pensées négatives et se leva. Son coude gauche le faisait souffrir mais rien d’insupportable. L’infirmier avait désinfecté sa plaie et celle de Stellaire, il était donc presque impossible qu’ils soient infectés à cause de l’eau saturée en virus T.
- On doit se remettre en route. On est plus très loin …
- Qu’est ce que ça change ? répliqua Titi. On est tous condamné …
Chris se retint de dire qu’il était d’accord : si même lui qui avait pris la tête du groupe abandonnait, tous les autres le ferraient et il ne savait que trop bien que ce n’était même pas une option.
- Ca change que nos amis s’en tirent surement mieux que nous et que Wesker nous a probablement dégoté un moyen de quitter ce merdier, et qu’il est hors de question pour nous de les laisser en profiter tous seuls !
Ce ton de défi était si minable qu’il eut l’effet estompé. Les autres se relevèrent en grognant.
- Promis, dans cinq minutes, on fait une pause boisson à l’amphithéâtre, et on met tous une claque à Wesker pour nous avoir fait venir ici. Lança finalement Chris avec un peu plus d’assurance cette fois.
Cette pensée fit sourire ses amis qui lui emboitèrent le pas sous le regard d’une caméra contrôlée par Edward Kirk.
- Paul. Dit il dans son émetteur. Tes amis vont bien, ils sont tous vivants et le tireur a disparu.
- Ca ne m’arrange pas. Dis moi que tu as réussi à le localiser.
- Sinon je ne t’appellerai pas. Répliqua le scientifique. Il se dirige vers le reste de l’équipe, tu vas pouvoir l’intercepter quand ils se retrouveront tous à l’amphithéâtre.
- Dans ce cas ouvre le couloir de géothermie et les vannes souterraines. J’aurais droit qu’à un seul essai, je dois avoir l’avantage du terrain.
- J’aime bien l’idée, je te prépare ça, bonne chance Paul.
- Bonne chance Edward.

Gros(se) bavard(e)
Gros(se) bavard(e)
avatar


Sephiroth
Messages : 294
Date d'inscription : 01/06/2010
Age : 20
Localisation : Gotham City

Feuille de membre
Votre niveau avertissements:
5/5  (5/5)
Vos points de jeux:
3/3  (3/3)

Revenir en haut Aller en bas
http://chevaliersemeraude.forumgratuit.org/forum
MessageSujet: Re: Resident Evil : Legendary Cycle   





Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

Resident Evil : Legendary Cycle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Resident Evil : Legendary Cycle
» Resident Evil afterlife
» Resident Evil : After Life (3D)
» Création replique resident evil
» [Blu-Ray] Resident Evil: Afterlife (Import CAN)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendaires : Nouvelle ère :: Papotage en règles :: Créations de fans :: Ecritures-